Star Wars Ascension


Christian Vellokan, le flic [terminée]

Star Wars Ascension » Les présentations validées

avatar
Judiciaire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 19/05/2018

    Messages : 10

    Crédits galactiques : 80

    Cristaux Kyber : 3

    Avatar : Peter Falk

    Crédits : Asveig

    Inventaire : -Pistolet Blaster.

    -Chasseur biplace.

  • Posté le Sam 19 Mai - 17:58

    Message n°10277 (1)

Christian Vellokan


51 ans MalastareLieutenant (Département Judiciaire)HumainDivorcégroupe


CONSTITUTION
AGILITE
DISCRETION
CHARISME
ELOQUENCE
OFFICE
PILOTAGE
MEDECINE
TECHNOLOGIE
CORPS A CORPS
ARME DISTANCE
ARME BLANCHE
PERCEPTION
PROJECTION
SABRE LASER

SPE 1
SPE 2
SPE 3

SPE 4
SPE 5


Caractère

Le moins que l’on puisse dire, c’est que je me suis fait tout seul. Lorsqu’on fouille l’imaginaire collectif, lorsqu’on évoque les agents de la Police Fédérale, certains pensent immédiatement à de fins limiers surentraînés et prêts à donner leur vie pour lutter contre le crime. La réalité est bien différente dans mon cas, je me considère plutôt comme un fonctionnaire. Si je suis rentré dans la police il y a vingt ans, c’était pour échapper au chômage avant tout...C’était donc par nécessité. Quant au peu d’idéalisme dont je disposais encore à cette époque, il s’est envolé au fil des différentes affaires qu’on m’a confié. J’ai en effet admis que le monde était pourris...Ça, je l’ai compris assez vite, mais la deuxième chose que j’ai pu comprendre tout aussi vite, c’est que je ne voulais pas le rendre encore plus pourri. Je vois donc mon travail aujourd’hui avec un mélange de résilience et d’objectivité : je sais très bien que je ne changerai pas le monde, c’est un fait, mais je sais que la République Fédérale a besoin de gars comme moi pour maintenir un certain équilibre.

Beaucoup de mes collègues me considèrent comme quelqu’un d’atypique. Déjà car j’ai duré dans le métier, chose qui n’est pas une norme, surtout dans les rangs de cadres subalternes de la Police Fédérale. En effet, ce genre de boulot est au départ utilisé comme tremplin pour voler vers d’autres horizons, c’est pour ça que la plupart de mes collègues sont beaucoup plus jeunes...De jeunes loups fraîchement sortis de l’école, athlétiques et souvent très ambitieux. Je les considère avec bienveillance, car je sais que beaucoup seront brisé par le métier, ou alors ils comprendront très vite que c’est mal payé et les plus talentueux se feront muter ou seront promus à des postes plus gratifiants. Pour ma part, je n’ai jamais eu cette chance et j’ai conscience de mes limites, je suis arrivé à ce poste tardivement, en étant recruté dans les forces de l’ordre locale, je ne suis pas un de ces jeunes loups bardés de diplômes, je suis un autodidacte. Ce dernier aspect, couplé à mon expérience explique pourquoi on vient très souvent me voir pour des conseils ou pour avoir des adresses...En effet je connais les ficelles du métier et j’ai des contacts à peu près partout.

Comment est-ce que j’exerce mon métier me direz-vous donc ? Eh bien c’est simple, comme je vous l’ai dit, je ne suis pas un super flic, je suis un homme de terrain, un inspecteur. C’est précisément pour cela que j’écume les milieux peu fréquentables pour interroger mes indics, mener mes enquêtes. Mon domaine de prédilection est très vaste : affaires de mœurs, petits trafics de drogues, luttes contre la petite délinquance. J’aurais pu m’arrêter là, mais récemment la Garde Fédérale m’a demandé de m’occuper des affaires de corruption...Et ça, je n’aime pas beaucoup. En fait, je n’aime pas beaucoup la Garde Fédérale, car ils m’ont ouvert les yeux sur la corruption qui régnait au sein de la République. Pas que je l’ignorais, non, mais cela m’a foutu un coup au moral de voir toutes ces personnes importantes tomber. Enfin, je n’ai pas vraiment eu le choix et lorsqu’on m’a demandé de m’occuper du dossier du Sénateur Varrhus, eh bien je m’y suis attelé, et il faut croire que ça leur a convenu, puisque maintenant, ils font souvent appel à moi. Car oui, loin d’être doté d’un savoir et d’une expertise technique, je suis rusé, comme le disaient mon ancienne équipe, j’ai un sixième sens et une très bonne intuition. Observation, contact humain, capacités d’analyse, voilà quelles sont mes armes principales.

Maintenant que j’ai parlé de mon boulot, je peux parler de choses plus et d’opinions plus personnelles. Je déteste la violence, je crois que c’est quelque chose qui a guidé ma vie et qui m’a amené à devenir policier...Plus que toute autre idéologie. C’est pour cela aussi que mon arme reste autant que possible dans son fourreau et c’est pour cela aussi que je ne soutiendrai jamais les peuples avec des intentions bellicistes tels que les Mandaloriens. Plus réaliste tragique que cynique, je n’ai pas d’opinion politique propre, pour moi ils sont tous pareils, mais je reconnais quand même que la République est ce qui se fait de mieux...On ne pourra pas m’empêcher de penser que les gens ont oublié que de pouvoir penser, se déplacer et vivre librement est un privilège et qu’il est loin d’être acquis.

Je ne pouvais pas évoquer mon caractère, mes aspirations et mes idées sans parler de ma famille. Ma famille fut ma plus grande réussite comme mon plus grand déchirement, j’ai toujours ressenti une certaine culpabilité à ne pas avoir su être là pour ma femme et mes deux enfants, et la dépression qui a suivi le décès de ma coéquipière, il y a dix ans, a été à l’origine de ma séparation puis de mon divorce...Je crois qu’Anton et Nina, mes enfants, ne me l’ont jamais pardonné, c’est pour cela qu’aujourd’hui je n’ai presque plus aucun contact avec eux. Je crois que je ne me suis jamais remis de ce rejet, mais d’un côté, je ne peux que les comprendre...Qui aimerait d’un père alcoolique et dépressif ? Paradoxalement, c’est au fond du trou que j’ai pu rebondir, je ne voulais pas tomber plus bas et perdre mon travail, j’ai donc vaincu ma dépression et ça fait dix ans que je suis sobre, je ne bois plus une goutte d’alcool.


Questions en tous genres


► Te sens tu concerné par les tensions actuelles qui éclatent en divers points de la galaxie ?
Pas vraiment. Je fais mon propre chemin, quelqu’un comme moi n’a pas réellement d’influence sur le cours des événements. Je prends ma part et c’est tout.
► Quels idéaux te font avancer dans la vie et quel camp rejoindrais-tu si tu devais te battre pour ceux-ci ?
Besoin d’être utile et certain dégoût de la violence. Je pense sincèrement que c’est par mes petits actes au quotidien que le système sera moins pourri.
► Quelle réputation avez-vous ? Comment êtes-vous perçu par les autres ?
Comme un vieux de la vieille qui connaît tous les rouages du système. Je ne suis pas un super flic au sens des holofilms, non, plutôt un enquêteur très doué dans son travail qui finalement privilégie les enquêtes au blaster.
► Niveau santé, tout va bien ?
J’ai du faire face à une grosse dépression il y a dix ans et je suis devenu alcoolique. Cette période n’a pas duré très longtemps et je suis sobre depuis plusieurs années. Je ne fume pas, je ne bois plus et désormais tout va bien.
► Êtes-vous sensible à la Force ? Si oui, à quel point cela a-t-il marqué votre vie ? Si non, que pensez-vous de la Force en général, et de l'Ordre Jedi ? Quelle(s) forme(s) de combat au sabre laser maitrisez-vous ?
Je ne suis pas sensible à la Force. J’ai toujours vu les gens sensibles à la Force comme une bizarrerie, pour moi permettre à des gens d’avoir un tel pouvoir librement n’est qu’un appel au crime et incite à la méfiance. Ainsi, même si je me garderai bien de critiquer ouvertement les sensibles à la Force, j’ai toujours pensé que les Jedi étaient un ordre dépassé qui ne vivait que grâce à son ancrage dans une tradition désuète.
► Un nouveau groupe d'utilisateurs de la Force vient de faire son apparition : les Gardes fédéraux. Quel est votre avis à leur sujet ?
Je les respecte pour leur travail, même si je ne peux m’empêcher de les associer à un sentiment négatif car ils ont révélé à quel point les dirigeants de notre République sont pourris.
► Quels sont vos projets personnels ?
Faire mon travail, vivre une vie tranquille et améliorer à mon niveau le quotidien des citoyens.



Chronologie


► année 466 Naissance sur Malastare.
► année 491 Décès du père de Christian et rencontre avec sa future femme, Melissa. Naissance des jumeaux, Anton et Nina en fin d’année.
► année 496 La famille est obligée de vendre sa ferme pour éponger ses dettes à la suite de réformes sur Malastare. Christian se reconvertit en policier des forces locales.
► année 501 Promotion comme Inspecteur dans le Département Judiciaire. Équipe avec Céline Sanet (25 ans, Lieutenant Judiciaire).
► années 501-506 Céline et Christian enquêtent sur les FARM, des forces révolutionnaires sous les ordres de Don Lorenzo, un laquais du Cartel Hutt.
► année 506 Céline trouve la mort dans un assaut contre un entrepôt où se trouvent Don Lorenzo et ses hommes. Christian est blessé et suspendu. Divorce suite à une tromperie de Melissa.
► années 506-516 Christian est muté à Coruscant pour prendre ses fonctions comme enquêteur du département Judiciaire de la République Fédérale. Refusant d’avoir un coéquipier, il finit par sillonner la galaxie pour résoudre diverses enquêtes en solo.
► années 517 Christian est promu Lieutenant. Il obtient des informations sur un certain Lawrence Steiner qu’il soupçonne d’être Don Lorenzo et décide de se lancer dans cette enquête sur initiative personnelle.

(I) L’agriculteur de Malastare devenu policier (0-30 ans) :

Je suis né dans une famille d’agriculteurs sur Malastare...Autant dire dans un trou paumé. Mon père disposait d’une petite ferme et d’un petit lopin de terre. Nous étions dans l’exploitation de céréales et je dirais que mon enfance a été heureuse, en tout cas elle n’a pas été malheureuse. Fils unique de la famille, j’ai dû très tôt travailler avec mes parents pour les aider à faire les récoltes. Si mon père disposait d’un petit pécule familial, notre exploitation n’était pas suffisamment grosse pour nous permettre d’avoir le train de vie des propriétaires terriens. J’ai donc passé mon enfance et mon adolescence tantôt à l’école, tantôt aux champs. N’étant pas trop intéressé par les études, j’ai rapidement abandonné ma scolarité pour rejoindre mon père à plein temps à la ferme dès que j’ai eu seize ans.

Les saisons s’enchaînaient et je me rappelle avec une certaine nostalgie de cette époque...J’ai le souvenir de l’odeur de l’herbe fraîchement coupée au printemps, des tartes aux fruits de ma mère ou encore du soulagement lorsqu’une journée de travail était terminée à la moisson. Le travail était très dur, mais j’étais encore naïf à cette époque, ignorant tout de la politique et de ce qui se préparait au sein du Gouvernement de Malastare.

L’année de mes 25 ans fut synonyme de changement pour moi et pas que dans le bon sens : on diagnostiqua un cancer à mon père, et pas le type dont on s’en sort. Je n’avais aucune connaissance médicale mais j’ai rapidement compris en discutant avec les médecins qu’il n’en avait que pour quelques mois...Et à raison, mon père mourut au terme d’une lutte acharnée et très douloureuse contre la maladie qui le rongeait au printemps...Emportant avec lui nos maigres économies. Si ma mère et moi étions dévastés, les réalités pragmatiques et cruelles des classes modestes auxquelles nous appartenions s’imposèrent rapidement à nous : nous devions préparer la récolte afin de pouvoir nous renflouer et survivre jusqu’à l’année suivante. C’est donc ce que je fis, tout en devant renvoyer chez eux la moitié de nos ouvriers agricoles que nous ne pouvions plus payer à cause des coûts des soins pour mon père. Fort heureusement, mon travail acharné finit par payer et nous pûmes finir l’année en rentrant dans nos frais et en remboursant les dettes de ma mère. Comme il n’y a pas que de mauvaises nouvelles, c’est cette année que je rencontrai celle qui deviendrait ma femme un an plus tard : Melissa officiait comme comptable à la coopérative agricole. A posteriori, je peux dire qu’elle m’a immédiatement plu : ses yeux en amandes, ses trais fins, ses grands yeux et ses longs cheveux noirs. N’osant pas réellement la courtiser, je me contentais de lui parler occasionnellement pendant plusieurs mois, jusqu’à ce que j’ose enfin l’inviter à aller au restaurant. Contrairement à ce que je pouvais penser, les choses se passèrent plutôt bien...Nous nous marièrent six mois plus tard dans une cérémonie intime et très sobre. Melissa tomba immédiatement enceinte, deux jumeaux que nous prénommions Anton et Nina.

Les années passèrent une fois de plus. Si Melissa, désormais Madame Vellokan,vint travailler avec nous et nous aida énormément avec la paperasse, on nous indiqua que de nouvelles lois étaient en train d’être votées dans le cadre d’une politique agricole qui nous était présentée comme plus juste, mais qui en réalité servait les lobbies agricoles qui voulaient s’implanter sur la planète. Ces lois ne nous étaient pas favorables et mettaient fin à toutes les subventions spécifiques que donnait le gouvernement local de Malastare pour les petits exploitants. Il fallut trois années pour nous mettre complètement sur la paille...Ma mère était inconsolable, mais il fallut vendre la ferme et toutes les terres. Ainsi fut ma première interaction avec la République Fédérale qui nous ruina complètement.

Malheureusement, je n’avais pas le temps de me morfondre, j’étais le seul homme de la famille et cela impliquait certaines responsabilités : les enfants, ma femme et ma mère, ils dépendaient tous de moi et je n’avais pas le temps de flancher. C’est par l’intermédiaire d’un ami que j’ai vu l’annonce : Malastare recrutait des policiers. Si le salaire n’était pas mirobolant, c’était mieux que ce que j’avais eu dans l’agriculture et la formation ne durait pas longtemps. J’ai donc envoyé une lettre et monté un dossier pour bénéficier d’une formation subventionnée, la réponse vint deux semaines plus tard, il faut croire qu’ils manquaient réellement de policiers. Nous déménageâmes dans un petit studio à la ville et après six mois de formation, j’étais devenu Adjoint. Ma mère comme Melissa furent particulièrement fières de me voir dans mon bel uniforme et Melissa avait trouvé du travail elle-aussi, ce n’était pas non plus la joie mais les choses s’amélioraient et nous avions également trouvé une école pour nos enfants.

(II) Pour un monde plus juste (30-40 ans) :

La vie tomba dans une certaine routine, le travail de policier était bien moins dur que celui d’agriculteur. La circulation, les arrestations de petits délinquants et les rondes, voilà ce qui était mon quotidien. Pendant cinq ans, je gravis lentement les échelons jusqu’à devenir Brigadier-Chef et qu’ainsi mes fonctions commencent enfin à devenir plus intéressantes. Je jouissais d’excellentes notations de mes chefs et on pouvait lire sur mon évaluation :

Le Brigadier-Chef Vellokan a une réelle vocation pour faire partie des forces de l’ordre. Appliqué, courtois et très respectueux de la loi, je recommande vivement sa promotion au grade de Sergent.

Ceci fut une surprise pour moi, je savais en même temps ce que cela signifiait : j’allais abandonner l’uniforme et mon chef voulait que je fasse partie des sections d’investigation. En fait, la réponse vint par la visite d’un homme en costume serré, il s’agissait d’un représentant local du département de la Justice due la République Fédérale. Cet homme avait un entretien avec une dizaine de policiers de notre commissariat et nous proposa de devenir des enquêteurs pour la Police Judiciaire. Moi Agent Judiciaire ? Je dois dire que je m’attendais à tout sauf à ça. Je ne savais pas trop quelle décision prendre, puisqu’en fait, j’avais peur qu’on me mute aux confins de la galaxie. Sous la pression de Melissa et de ma mère, je finis par accepter, tout en demandant que dans mon contrat on m’affecte à Malastare. Ce n’était pas bon pour l’avancement, mais je m’en fichais, j’avais toujours vécu sur cette planète. Je m’achetais donc un costume bon marché et je reçus mon arme de service et ma plaque, j’étais désormais Agent Judiciaire.

On me signala vite qu’il y avait du travail pour nous sur Malastare et je soupçonnais que ces recrutements massifs dans la police locale avaient été faits pour disposer des forces nécessaires pour mener des opérations contre la pègre locale. J’eus d’ailleurs rapidement le plaisir de rencontrer ma coéquipière, une jeune femme de 25 ans qui avait déjà le grade de Lieutenant. Céline Sanet avait fait les meilleures écoles, elle était athlétique et avait eu les meilleures évaluations...Autant dire qu’elle ne masqua pas sa déception de faire équipe avec un inspecteur fraîchement nommé, bedonnant et qui avait dix ans de plus qu’elle. Mais j’avais les contacts et je connaissais bien Malastare. Nous commencions alors notre travail, la situation politique sur Malastare s’était largement dégradée ces dernières années, un groupe armé paramilitaire se faisant appeler les Forces Armées Révolutionnaires de Malastare avait pris le maquis et enlevait régulièrement des responsables politiques locaux. La République Fédérale avait peur que le FARM se radicalise et leur petite révolution n’échappe totalement à leur contrôle...En fait, Céline m’informa que le FARM avait réussi à s’épanouir grâce aux petits exploitants et aux ouvriers agricoles qui avaient perdu leur terres et leur travail et rejoignaient ce groupe armé par ressentiment envers le gouvernement et la République Fédérale. Si ma coéquipière se montrait volontiers dédaigneuse envers ces gens, je ne pouvais que les comprendre puisque j’avais été dans leur situation.

Au Commissariat Central de Malastare, il y avait deux écoles, certains voulaient une opération armée contre le FARM, d’autres -dont je faisais partie- prônaient une enquête préliminaire pour bien cerner nos ennemis. Céline, quant à elle, était plutôt du premier groupe, elle était jeune et se voyait déjà Capitaine, son brillant avenir était à portée de main si elle réussissait à mener un assaut contre des « délinquants bouseux » comme elle aimait les appeler. Lors d’une réunion d’ampleur, je réussis finalement à faire entendre raison au Commissaire et au Préfet qui me connaissaient bien et finalement, Céline et moi fûmes en charges des investigations sur le FARM. Le deal était le suivant, nous montions un dossier et à la suite de nos investigations, le Commissariat prendrait une décision quant à la procédure à suivre.

Six mois d’écoutes, d’infiltration et d’arrestations de petits trafiquants locaux. En fait, Céline et moi comprenions petit à petit que le FARM n’était pas ce qu’il semblait être, leurs activités n’étaient pas que politiques, ils étaient aussi des trafiquants de drogues et d’êtres humains. Nous réalisâmes qu’en fait, le groupe était commandé par une mafia plus puissante. Je crois que c’est à ce moment-là que j’ai gagné le respect de Céline, elle était suffisamment intelligente pour admettre qu’elle avait eu tort et que j’avais eu raison. À cet instant notre relation changea du tout au tout, nous commençâmes à nous fréquenter intimement, je lui présentais ma femme et elle me présentât son fiancé, un certain John qui travaillait comme Juriste. Céline ne tarissait plus d’éloges sur moi et finalement, John me confia un jour se sentir rassuré puisque je travaillais avec elle et il me fit même promettre de la protéger, promesse que je fis tout naturellement.

Nos investigations durèrent encore deux longues années. Nous reçûmes des aides de la part de nos supérieurs et nous réussîmes à avoir un nom. Le FARM était dirigé dans l’ombre par un certain Don Lorenzo, un mafieux notoire qui était apparemment un homme de main des Cartels Hutts. Lorenzo avait pour but de créer un climat d’insécurité sur Malastare afin d’implanter les trafics de drogues des Cartels. Une année supplémentaire nous permit même d’avoir des localisations dans la forêt des principaux lieux où la drogue était fabriquée et où leurs guérilleros se cachaient. Une fois de plus, je m’opposais à ma hiérarchie, mais cette fois avec l’aide de Céline...Nous ne voulions pas lancer les opérations contre le FARM avant de lancer une opération pour cueillir Don Lorenzo. L’occasion se présenta deux mois plus tard, le mafieux allait venir sur Malastare pour y rencontrer de potentiels associés dans le milieu local qui voyait l’apparition du FARM comme une opportunité. Le Commissaire et le Préfet nous chargèrent de monter l’opération contre Lorenzo, pendant que l’armée s’attaquerait aux QG du FARM.

Je me rappelle de ce jour, il pleuvait dru et nous avions préparés nos hommes. Céline était désormais bien plus prudente mais elle n’avait pas pu s’empêcher de me forcer la main pour qu’on organise l’opération au plus vite...Moi, je n’aimais pas cette idée...Aller jouer les cow-boys contre un mafieux dont nous ne connaissions pas vraiment les pouvoirs ni les contacts ne me plaisait pas, mais Céline avait insisté. C’est donc avec trois escouades de forces spéciales que nous nous sommes mis en route pour l’arrestation dans un petit hangar où Lorenzo était censé se trouver. Je ne sentais pas cette mission et c’est avec une petite mine que j’ai conduit l’opération avec Céline. Notre stratégie était bien étudiée, nous devions encercler puis prendre d’assaut le hangar.

Si je considère mon expérience aujourd’hui, je peux vous dire que ça ne pouvait pas bien se passer. En réalité Lorenzo était un parrain dont nous avions sous-estimé l’importance, c’était un des principaux barons de la drogue qui officiait comme Lieutenant pour le Cartel Hutt de Vago Desilijic Tia et Tia l’avait envoyé sur Malastare comme représentant direct. Il ne s’agissait donc pas simplement d’un homme de main. Nous avons donc rapidement été dépassés, une fusillade a éclaté avec les hommes de Lorenzo qui étaient entraînés et n’avaient pas peur de la police. J’aimerais vous dire que la fusillade s’est déroulée de manière héroïque et que j’ai combattu le crime avec courage, mais ça, c’est dans les holofilms, en vérité j’étais mort de trouille. Ça tirait de partout et ma main moite tenait mon arme de service, un pistolaser standard. Céline et moi avons essayé de réorganiser les forces spéciales mais les pertes étaient trop importantes, c’était la débâcle, les hommes de Lorenzo étaient équipés d’armes de guerre, des blasters lourds et des explosifs. Dans la panique, je me rappelle avoir fait feu, je me rappelle de cet homme qui était face à moi, qui est tombé après que je lui ai tiré dessus...J’avais tué un homme. Sans sommation, sans procédure, je me heurtais aux réalités du terrain. Je me rappelle aussi de l’explosion, le hangar était piégé et explosa, me séparant du groupe opérationnel.

Trois mois d’hôpital, c’est ce que m’a coûté l’opération contre Don Lorenzo. Si l’opération de l’armée contre les FARM était un succès, nous avions lamentablement échoué : les pertes étaient terrible et c’est à mon réveil qu’un agent est venu pour m’informer que des gens du Cartel avaient piégé le hangar pour ne pas que les hommes de Lorenzo ne soient piégés et j’étais un des seuls à m’en être sorti vivant...Le corps de Céline avait été retrouvé sans vie, un tir de blaster l’avait atteint à la gorge et elle ne s’en était pas sortie. J’avais échoué. L’homme de la Garde m’informa que tous les gens du Cartel étaient morts et que si l’expertise était en cours, Don Lorenzo était probablement mort dans l’explosion.

J’ai rapidement été interrogé, et on m’a attribué la responsabilité du fiasco. S’en est suivie une période extrêmement difficile, John ne tarda pas à me demander des comptes concernant la mort de Céline, j’avais échoué et je n’avais pas réussi à tenir ma promesse. Je fus suspendu par le commissaire, je dus rendre mon insigne et mon arme et je reçus un blâme officiel de la part du département Judiciaire. Même si John avait officiellement engagé une procédure contre moi, cela n’était rien en comparaison avec ma peine, je me sentais coupable. Six mois d’inactivité qui me poussèrent peu à peu dans l’alcool et la dépression. Je n’avais pas digéré mon échec et la mort de Céline était une peine terrible pour moi. Même Melissa devint distante et petit à petit, je ne fis que me sentir plus isolé.

Cette triste période se termina lorsque je découvris que Melissa avait une relation avec son patron depuis plus de trois années. Cela peut paraître étrange, mais ce fut le déclic...Je n’allais pas laisser Lorenzo pourrir ma vie, j’avais poursuivi le mafieux pendant plusieurs années et j’avais complètement oublié ma famille. Alors que je réalisais que je n’arriverais pas à sauver mon couple et qu’un divorce était inévitable, je décidais de me prendre en main et d’entreprendre une cure de désintoxication.

(III) Membre du Département Judiciaire (40-50 ans) :

Pour la suite, je finis par être réhabilité et on m’informa que l’enquête m’avait blanchi. Si la plupart du gang de Don Lorenzo avait trouvé la mort dans l’explosion du hangar, Lorenzo n’avait pas pu être formellement identifié car les corps étaient en trop mauvais état. J’en avais assez de ces histoires, je voulais absolument en finir avec mon passé et une fois que mon divorce fut prononcé, je demandais une mutation. Mes deux enfants, alors adolescents, avaient pris le parti de leur mère, qui les avaient élevé, et ils ne voulaient plus me voir. Je pris donc la décision de m’éloigner...Que pouvais-je faire d’autre ? Malastare, c’était terminé pour moi.

Je rejoins le département judiciaire de Coruscant. Là, on m’attribua plusieurs affaires et je me révélais doué. Dans tout ce permis même d’attraper un tueur en série qui sévissait dans le coin. J’étais le « vieil inspecteur au calepin », comme m’appelaient avec bienveillance et un brin de moquerie mes plus jeunes collègues. Après tout, ces derniers étaient souvent de jeunes loups très ambitieux qui avaient au démarrage un grade supérieur au mien, mais ils venaient très souvent me voir en cachette pour avoir des contacts ou des tuyaux. Mes méthodes douces, mon penchant pour l’infiltration et l’enquête à l’ancienne et surtout le fait que je ne sortais presque jamais mon arme de service me fit gagner le respect de mes supérieurs qui voyaient en moi l’homme parfait pour les enquêtes délicates. Des hauts-gradés firent même appel à moi pour faire tomber un Sénateur véreux, mon enquête joua un rôle déterminant dans son arrestation.

Alors que j’avais le vent en poupe, le Commandant me proposa pour un poste plus important, mais pour cela il me fallait un coéquipier. Je refusais catégoriquement un nouveau coéquipier et demandais de rester en solo. Les choses étaient encore trop fraîches, j’avais été traumatisé par ce qui s’était passé avec Céline. Malheureusement, la hiérarchie n’avait pas vu d’un bon œil mon manque de malléabilité, et on décida de m’envoyer aux quatre coins de la galaxie pour mes enquêtes...Un moyen de m’écarter du pouvoir et de justifier le fait de ne pas m’avoir donné une promotion.

Je m’en fichais, au fond, cela me convenait. L’argent et les promotions, cela n’avait jamais été ma motivation principale. Je continuais donc dans ma lancée, interrogeant et enquêtant. Je fus au fil du temps connu du milieu de la pègre et des délinquants qui me voyaient comme le représentant de la loi local dans les endroit où j’étais affecté. J’avais de la conversation et du bagout et cela suffisait à convaincre que mes informateurs avaient tout intérêt à traiter avec moi en échange que je ferme les yeux sur leurs affaires, plutôt que d’attendre que d’autres policiers bien moins conciliant ne viennent les interroger. J’ai pu donc me faire un immense réseau d’indics et d’informateurs en tout genre. Mes états de services furent enfin remarqué lorsqu’à mes 50 ans, je fus promus Lieutenant...En moyenne 20 ans après l’âge moyen de promotion à ce titre dans ce genre de carrière. J’étais un dinosaure et ma hiérarchie le savait, pourtant ils avaient besoin de moi car mes méthodes non-conventionnelles et le fait que j’avais baigné dans l’univers du crime pendant de nombreuses années sans jamais avoir été corrompu m’avaient rendu indispensable.

(IV) Les fantômes du passé (50-51 ans) :

C’est par un message très bref que j’ai appris qu’Anton avait fini par intégrer le Bureau du Chancelier après de brillantes études et que Nina avait terminé sa formation à l’Académie. Pour autant, les messages de félicitations que je leur avais envoyé étaient restés lettre morte. Melissa avait sans doute réussi à les remonter contre moi, cela en dépit de mon assiduité dans le paiement de leurs frais de scolarité. Je n’ai plus jamais eu aucune relation avec mon ancienne famille...En fait,la seule qui était encore de mon côté était ma vieille mère qui décéda deux mois plus tard. Ma mère avait pendant longtemps essayé de négocier avec mes enfants pour qu’ils acceptent de me revoir, mais cela avait été sans succès. Pour ma part, je n’avais jamais refait ma vie, la tromperie de Melissa avait été un bouleversement.

Alors à quoi ressemble ma vie aujourd’hui ? Je suis un inspecteur Fédéral en civil, je sillonne la galaxie et je fais respecter l’ordre dans les endroits où il n’y est plus. Je travaille souvent avec la gens de Coruscant, avec qui j’ai d’excellents contacts. Comme je le dis si souvent et comme je l’ai dit à mon informatrice du moment, Asveig Vah’Arius : « je suis celui qui vient gérer les ingérables ». Asveig m’a d’ailleurs très récemment contacté à propos d’un mafieux qui referait surface pour le compte des Hutts...Un certain Lawrence Steiner, que je soupçonne d’être Don Lorenzo qui revient sur le marché. En dépit des avertissements de ma hiérarchie, j’ai décidé de continuer cette enquête en parallèle des miennes et ainsi de pouvoir me débarrasser d’un démon qui me tourmente depuis bien longtemps.






Julien


► Age 29 ans encore pour un mois.
► Comment as-tu trouvé le forum Grâce à Asveig.
► Un petit mot petit mot.


► Pour le recensement
Code:
<lien>célébrité ►</lien> Inspecteur Columbo (Peter Falk)
avatar
Citoyen de Malachor
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 06/11/2017

    Messages : 578

    Crédits galactiques : 767

    Cristaux Kyber : 32

    Avatar : Mads Mikkelsen

    Crédits : thinkky

    Disponibilité rp : free

    Inventaire : Sabre-laser
    Tenue avec capuche (armure intermédiaire) et Chasseur bi-place, motojet

  • Posté le Sam 19 Mai - 19:31

    Message n°10285 (2)

Bienvenue et bon courage pour ta fiche :D
avatar
Judiciaire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 19/05/2018

    Messages : 10

    Crédits galactiques : 80

    Cristaux Kyber : 3

    Avatar : Peter Falk

    Crédits : Asveig

    Inventaire : -Pistolet Blaster.

    -Chasseur biplace.

  • Posté le Sam 19 Mai - 19:54

    Message n°10286 (3)

Merci beaucoup pour ton accueil :D
avatar
Apprenti Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 24/02/2018

    Messages : 533

    Crédits galactiques : 523

    Cristaux Kyber : 23

    Avatar : Marie Avgeropoulos

    Crédits : Avengedinchains

    Disponibilité rp : Disponible

    DC : Asveig Vah'Arius

    Inventaire : Sabre-laser
    Double Sabre-laser
    Couteau
    Armure intermédiaire

  • Posté le Sam 19 Mai - 19:56

    Message n°10287 (4)

Je ne dirais rien sur ton imper' mais j'le pense quand même
(oui c'est Asveig XD)






avatar
Judiciaire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 19/05/2018

    Messages : 10

    Crédits galactiques : 80

    Cristaux Kyber : 3

    Avatar : Peter Falk

    Crédits : Asveig

    Inventaire : -Pistolet Blaster.

    -Chasseur biplace.

  • Posté le Sam 19 Mai - 23:08

    Message n°10291 (5)

Ne sois pas jalouse, je te le prêterai si tu es sage :D
avatar
La Main Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1606

    Crédits galactiques : 474

    Cristaux Kyber : 15

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia (avatar & gifs)

    Disponibilité rp : demandez toujours !

    DC : Kaedwell, Echoy, Jake

    Inventaire : double sabre-laser, lance-fléchettes, droïde de reconnaissance, droïde médical, porg, grumpy cat, motojet, chasseur biplace.

  • Posté le Dim 20 Mai - 1:33

    Message n°10292 (6)

Bienvenue à toi Christian ! J'espère que tu te plairas par ici, avec ce personnage des plus intéressants à découvrir :coeur:
Tu as une plume très agréable à lire et l'histoire a été un régal, néanmoins il y a quelques détails qu'il va falloir revoir

Tu as snobé la question sur l'avis concernant la Force et les Jedi Par ailleurs, ce serait très agréable d'avoir la chronologie succincte qui reprend les événements importants de ton histoire, histoire de s'y retrouver plus facilement avec les dates, pour les liens futurs. ^^

Il y a certaines dénominations qui prêtent à confusion ou qui n'existent pas en fait, mais ce n'est rien de grave par exemple les agents de la police fédérale sont appelés judiciaires, agents fédéraux c'est bien pour le FBI (et à la rigueur "fédéraux" un raccourci pour les Gardes) ; attention également, j'ai souvent lu Garde Républicaine à la place de fédérale xD Enfin il n'y a qu'un seul Cartel des Hutts, tous les clans sont réunis sous les ordres de Vago (aussi incroyable que ça puisse paraitre et après beaucoup de sang ) ^^

En dehors de ça, deux choses m'ont fait tiquer

on nous indiqua que de nouvelles lois étaient en train d’être votées dans le cadre d’une politique agricole commune de la République Fédérale. Ces lois ne nous étaient pas favorables et mettaient fin à toutes les subventions spécifiques que donnait le gouvernement local de Malastare pour les petits exploitants.

Les gouvernements restent indépendants concernant leur politique intérieure, il n'a pas de politique agricole commune pour la République, ce serait impossible à mettre en place pour autant de mondes différents et c'est de toute manière contraire à la Constitution de la république fédérale. ;) Ce que la République met en place, c'est un socle certes commun mais qui est une base, un minimum à assurer, un peu à l'image des normes européennes qui peuvent être très en deçà des lois et normes de la France, pour prendre un exemple réel. Après, libre aux planètes membres d'élaborer ses propres politiques du moment que ça respecte le minimum syndical imposé par la loi républicaine. Ce qui aurait pu arriver en revanche c'est qu'un lobby agricole ait voulu mettre son nez dans les affaires de Malastare (pourquoi pas en arrosant le Sénateur du secteur pour faciliter les choses), mais dans ce cas ce n'est pas la faute de l'institution républicaine en elle-même.

Par ailleurs, concernant les contacts de Christian avec la Garde fédérale, cette dernière n'a révélé son existence qu'il y a trois mois dans l'histoire du forum, jusque-là elle est restée totalement secrète même aux plus hauts niveaux des institutions républicaines. De plus, ils ne travaillent avec personne, par principe tout le monde est suspect et pour infiltrer la corruption, les Gardes ne font confiance à personne. Ils sont une élite ayant développé leurs propres groupes d'intervention pour ces boulots là en particulier, donc ils n'ont pas besoin de demander de l'aide extérieure. Leur secret est leur force, là où personne ne peut savoir qu'un Garde du groupe d'infiltration travaille en réalité pour la République, il est très simple de vérifier que ton personnage est en réalité un judiciaire, tu vois ? ^^

C'est tout pour moi, courage pour ces modifications et en cas de questions n'hésite pas à me contacter :coeur:





Pokésith, attaquez-les tous !:

avatar
Judiciaire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 19/05/2018

    Messages : 10

    Crédits galactiques : 80

    Cristaux Kyber : 3

    Avatar : Peter Falk

    Crédits : Asveig

    Inventaire : -Pistolet Blaster.

    -Chasseur biplace.

  • Posté le Dim 20 Mai - 14:37

    Message n°10296 (7)

Bonjour,

Tout d'abord merci pour tes compliments sur mon style et surtout d'avoir pris le temps de lire ma fiche et de produire un commentaire détaillé. J'ai corrigé tous les points que tu as souligné et j'ai également ajouté un résumé pour la chronologie, comme tu l'as demandé.

Dans mon esprit, fédéral voulait dire policier fédéral. J'ai repris le terme Judiciaire (même si c'est un peu moins classe je trouve). J'ai également mis mon personnage Lieutenant en me basant sur les grades de la police. Puis-je quand-même dire que c'est un policier ? Policier judiciaire ? Car je parle de Département Judiciaire dans la fiche. Tu me diras si c'est correct cette fois.

À bientôt
avatar
La Main Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1606

    Crédits galactiques : 474

    Cristaux Kyber : 15

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia (avatar & gifs)

    Disponibilité rp : demandez toujours !

    DC : Kaedwell, Echoy, Jake

    Inventaire : double sabre-laser, lance-fléchettes, droïde de reconnaissance, droïde médical, porg, grumpy cat, motojet, chasseur biplace.

  • Posté le Dim 20 Mai - 19:27

    Message n°10297 (8)

Mais de rien ;)
C'est bon pour moi, policier ou judiciaire c'est bon, c'était plus par rapport à l'expression d'agent fédéral qui fait plus série policière que département judiciaire de SW (et qui du coup prêtait à confusion avec les gardes fédéraux ^^) Je te valide de suite !
(je me demandais juste, est-ce volontaire d'avoir un chasseur biplace mais aucun point dans la compétence de pilotage ? j'espère qu'il a son permis l'agent de police D: )





Pokésith, attaquez-les tous !:

avatar
Maître du Jeu
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 04/08/2017

    Messages : 925

    Crédits galactiques : 2859

    Cristaux Kyber : 0

    Avatar : Holocron by Medusanexus

    Crédits : MedusaNexus & Sophia

  • Posté le Dim 20 Mai - 19:30

    Message n°10298 (9)

Validé tu es, jeune voyageur !


Encore une fois, bienvenue parmi nous monsieur l'agent ! Ne vous faites pas prendre par trop gros poisson, il y a des endroits dans cette galaxie qui ne sont pas peuplés par les enfants de coeur J'espère que tu t'amuseras bien par ici et j'ai hâte de lire à nouveau ta plume :coeur:
PS : n'oublie pas de compléter les infos de ton profils et tes compétences dans l'onglet "compétences" ! ^^

Félicitations cher membre, te voilà validé ! A présent que tu fais partie de ce monde de fous, les choses sérieuses peuvent débuter : tes aventures au sein de cette galaxie lointaine, très lointaine. N'oublie pas d'aller flâner sur ces quelques liens ci-dessous pour compléter fiches de liens et inventaires, entre autres. Si jamais tu as la moindre question, n'hésite pas à prendre contact avec Eryndal qui se fera un plaisir de t'extorquer quelques crédits en échange de ses réponses.

Bref, sur ces mots doux, toute l'équipe te souhaite un bon jeu sur STAR WARS ASCENSION !
Fiche de liens
Demande de RP
Journal de bord
Flood en folie
avatar
Flotte de la coalition républicaine
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 06/01/2018

    Messages : 1097

    Crédits galactiques : 226

    Cristaux Kyber : 12

    Avatar : Zoe Saldana

    Crédits : Moi + Tumblr

    Disponibilité rp : Non (2/2 Rp + Event)

    Inventaire : - Chasseur
    - Motojet
    - Droïde assistant (Secrétaire)
    - Droïde Astromécanicien
    - Pistolet blaster

  • Posté le Lun 21 Mai - 7:53

    Message n°10300 (10)

Bienvenue !

J'espère que tu te plairas parmi nous ! :coeur:

(Arf Peter Faulk )



Sexy, Wild & Free
Contenu sponsorisé
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté

    Message n°0 (11)