Star Wars Ascension


La République fédérale

Star Wars Ascension » Genèse de l'univers » L'holonet

avatar
Maître du Jeu
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 04/08/2017

    Messages : 925

    Crédits galactiques : 2859

    Cristaux Kyber : 0

    Avatar : Holocron by Medusanexus

    Crédits : MedusaNexus & Sophia

  • Posté le Mer 18 Oct - 10:02

    Message n°128 (1)

La République Fédérale


Les principes fondamentaux


Créée il y a 290 ans au terme de la crise énergétique, dans une volonté de rassembler les peuples, les cultures et les moyens pour éviter à nouveau de telles catastrophes humanitaires, la République Fédérale a à coeur de proposer un modèle démocratique laissant une grande marge de liberté à ses adhérents. Contrairement à l'Ancienne République dont les systèmes membres devenaient totalement dépendants de la machine bureaucratique républicaine, le concept de fédération respecte l'autonomie des différents gouvernements, tant que la constitution de la République est appliquée. Cette Constitution repose sur plusieurs principes fondamentaux :

► La liberté Les planètes ou secteurs sont libres d'intégrer comme de se séparer de la République Fédérale. Il n'y a pas d'obligation, néanmoins, il y a des conditions nécessaires afin de pouvoir y entrer et surtout de bonnes raisons pour la quitter. De plus, toutes les espèces présentes dans l'espace de la République Fédérale sont libres. L'esclavage y est donc interdit et sévèrement puni.

► L'égalité Chaque planète possède un ou une sénatrice et chacun d'entre eux possède une voix au Sénat. Elles sont toutes égales, une planète riche n'aura pas plus d'importance qu'une planète plus pauvre et ça, c'est une close importante pour la République Fédérale, car pour elle, toutes les espèces sont égales.

► La démocratie Chaque système membre de la République doit adhérer au principe même de la démocratie, à savoir le pouvoir au peuple. Le sénateur d'un système ou d'une planète est donc choisi par son peuple au travers d'élections. Cependant, cela ne signifie pas que le gouvernement de la planète, qui reste autonome tant que ça ne vient pas transgresser les principes constitutifs de la République, doit être un gouvernement démocratique. Il peut s'agir de monarchies (constitutionnelles ou non), du moment que le monarque ne détient pas les trois pouvoirs (législatif, judiciaire et exécutif).

► La solidarité L'intérêt de la République réside dans l'assemblée de peuples différents qui se doivent de s'entraider mutuellement si un système vient à avoir des problèmes majeurs (guerre contre un non-membre de la République, pénuries d'éléments vitaux, épidémies etc). Cela implique de ce fait que les systèmes républicains ne peuvent se déclarer la guerre, et là est tout l'intérêt d'un Sénat : parlementer ensemble pour trouver des solutions qui satisferont le plus grand nombre et surtout l'intérêt général.

Avantages et limites de la République



Par principe, la République ne forcera jamais un système ou une planète à la rejoindre. A de nombreux égards, c'est à la fois ce qui fait sa force et sa faiblesse, car pour convaincre de potentiels nouveaux membres, elle en est venue à mettre au point de nombreux avantages pour les planètes républicaines.

Ces avantages sont notamment d'ordre économique et commerciaux. Au sein de la République Fédérale, les échanges sont facilités et il est demandé que les politiques financières s'harmonisent pour créer un espace économique global. La libre circulation des biens, des personnes et des savoirs est de mise, et pour compenser la disparition des douanes, ont été instaurés des avantages fiscaux proportionnels au taux d'export des planètes. La libre concurrence est souhaitée pour éviter les monopoles injustes. Le progrès scientifique et technologique est vivement soutenu par les fonds républicains, et l'éducation est une valeur importante, aussi la bourse du mérite permet aux étudiants les plus prometteurs, même s'ils sont issus de classes défavorisées, d'entrer dans les écoles les plus prestigieuses.

Toutefois, tout est loin d'être rose dans la République... Bien qu'ayant son propre système judiciaire pour traiter des litiges entre différents États membres, les gouvernements autonomes peuvent avoir des juridictions très disparates. Par ailleurs, certains systèmes membres deviennent de plus en plus gourmands pour gagner de nouveaux avantages au détriment des autres, et s'étant liés aux lobbys de plus en plus puissants dans le fonctionnement républicain, ont fini par créer des scandales de corruption, provoquant la défiance de la plupart des systèmes.

Les organes constitutionnels de la République



► La chambre du Sénat symbole de la démocratie, le Sénat s'est réinstallé dans bâtiment sénatorial sur Coruscant. Composé des sénateurs, son rôle est de voter les lois, déposer des propositions de lois, d'élire le chancelier suprême et de régler les différents litiges.
Les sénateurs sont choisis par le peuple de la planète ou du secteur qu'ils représentent et sont tous élus pour une durée de 5 ans, renouvelable une fois. Affiliés à la République, ils n'ont pas l'autorité d'influer sur la politique de leur planète, sauf lorsqu'il s'agit de faire respecter la loi républicaine. Seuls les sénateurs siègent au Sénat mais nombreux sont ceux qui sont approchés par des corporations marchandes, ou groupes lobbyistes, pour imposer des idées de lois, ou empêcher le vote d'autres textes.
NB les dernières élections sénatoriales ont eu lieu en 514.

► La Commission républicaine propose des textes de lois, alloue les financements républicains, veille au respect du droit républicain, représente la république dans le reste de la galaxie.

► La banque centrale fédérale doit mettre en œuvre la politique économique de la république et assurer la stabilité des prix dans tous les systèmes membres. Elle gère la stabilité du système bancaire de la république et fixe les taux d'intérêts de la zone fédérale pour contrôler l'inflation.

► Le département de la Justice gère les affaires judiciaires opposant différents systèmes membres. Il ne remplace pas la justice indépendante des planètes, et fournit des conseils juridiques au Sénat ou au Chancelier Suprême, surveille les territoires fédéraux contre les trafics illicites et les réseaux criminels.
Les judiciaires sont les représentants de la loi et de la justice républicaine. Faiblement armés, ils occupent le rôle de police fédérale, doivent maintenir l'ordre et sont habilités à mener l'enquête pour les affaires judiciaires. Ils ne remplacent pas les forces de l'ordre locales ni l'armée républicaine dont ils ne font pas partie.

► La Cour suprême fédérale est la plus haute instance juridique de la République, a droit de regard sur les systèmes judiciaires des planètes membres pour veiller au respect des principes républicains. La Cour est indépendante de la politique et théoriquement incorruptible et a le pouvoir de véto sur des textes de lois votés par le Sénat s'ils ne respectent pas la Constitution.

► La haute Chancellerie est l'organe exécutif, chargée de faire appliquer les lois votées au Sénat, composée des collaborateurs du Chancelier suprême chargés de préparer son travail, rédiger ses propositions de lois, relayer les demandes des sénateurs, rester en contact permanent avec les forces armées de la république.
Le Chancelier suprême est élu par le Sénat pour un mandat de 4 ans, renouvelable une fois seulement. Il dirige la République tout en devant respecter la Constitution, préside l'assemblée sénatoriale, commande les armées, accueille les diverses délégations marchandes ou ambassadrices.
NB Le Chancelier au pouvoir a été élu fin 516 pour être investi au premier mois de l'an 517.

Les groupes d'influence ou lobbys



Bien qu'ayant de nombreuses qualités, la faiblesse principale de la République est probablement le fait qu'elle se repose sur des domaines très spéculatifs au niveau financier. Et qui dit intérêts financiers, dit lobbys. Les groupes d'influence ne sont en soi pas un mal, certains agissent pour le bien commun ou ont à coeur de faire respecter les principes démocratiques au sein de la République et même ailleurs dans la galaxie. Cependant, les lobbys ci-dessous sont les plus importants de par leur capacité à rallier beaucoup de sénateurs, que ce soit par des techniques de chantage ou de corruption. Beaucoup de choses circulent à leur sujet, comme de nombreuses morts mystérieuses et non résolues, mais ne soyons pas dupes, jamais aucune preuve n'a été trouvée et sans eux, la galaxie serait incapable de tourner rond.

► Le syndicat du métal Groupe de pression avec sans conteste le plus d'influence au sein du Sénat, le syndicat du métal représente les intérêts de toutes les industries liées à l'utilisation des métaux. Sans métal, soyons honnête, nous retournerions à l'âge de pierre : pas d'infrastructures complexes, pas de vaisseaux, pas d'armes. Et en tête de poupe, on peut retrouver les entreprises corelliennes liées aux chantiers spatiaux de leur planète, qui fournit toute la République et bien plus encore en moyens de transports, terrestres comme spatiaux.

► L'union des nouvelles énergies Regroupant chercheurs dans le domaine, sociétés de distribution et de création d'énergie, sous toutes ses formes, incluant la nouvelle énergie développée après la crise énergétique, et l'industrie du secteur de manière générale, il va sans dire qu'à l'image du syndicat du métal, ce groupe a la main-mise sur beaucoup d'intérêts de la République. Bien souvent, les personnes que l'union approche n'ont pas vraiment le choix que d'aller dans leur sens, au risque de répercussions négatives pour leur propre planète. Toute la galaxie l'a bien compris, l'énergie est la ressource vitale la plus importante pour ne pas plonger dans le chaos.

► La corporation des médecins Formée de beaucoup de choses mais de très peu de médecins en réalité, la corporation représente certes la science médicale, mais aussi les recherches scientifiques sur le vivant, la santé ou la biologie de manière générale. Son soutient le plus connu est probablement la planète Thyferra qui garde jalousement le secret du Bacta, produit aux vertus curatives exceptionnelles. L'on peut aussi parler de certaines sociétés spécialisées dans l'agro-technologie, qui consiste à développer des moyens industriels pour nourrir les populations.

► La ligue du génie technologique Ah, de formidables personnes que voilà au sein de la ligue... Souvent liée au syndicat du métal et à la corporation des médecins, le génie technologique se traduit par les technologies de l'informatique, des intelligences artificielles. Les droïdes ont une place importante au sein du quotidien de tout un chacun, si bien que l'on pourrait difficilement se passer d'eux dans les systèmes républicains.

Les forces de coalition républicaine




Certaines blessures du passé peuvent encore être vives même cinq siècles plus tard, et le souvenir de la création de l'armée républicaine aboutissant à la guerre des clones puis à la création de l'empire galactique en fait partie. La République a pourtant besoin de protéger ses intérêts et ses membres des attaques extérieures, mais pour pallier à ce refus de posséder une armée sous le contrôle exclusif du Sénat, les démocrates ont préféré créé les forces de coalition républicaine.

Cette coalition regroupe donc librement les forces militaires des différents États membres de la République. Un système peut octroyer de son propre souhait, une partie de son armée sous la bannière de la République. Ces militaires et ces vaisseaux seront donc affiliés au commandement du Chancelier lors des opérations dans lesquelles ils seront engagés. Les membres de la coalition ont le droit de retirer une partie ou l'intégralité de leurs troupes, si elles ne sont pas en mission au même moment, afin de pouvoir se défendre individuellement dans le cas où la République est engagée sur d'autres fronts.

Pour conseiller le Chancelier suprême qui contrôle les opérations militaires de la République, celui-ci peut compter sur une assemblée de généraux et d'amiraux issus des différents membres de la coalition et, pour coordonner l'ensemble de la flotte et de l'armée, sont nommés parmi eux un général des forces républicaines et un amiral qui resteront alors en contact constant avec le Chancelier et le Sénat.
avatar
Maître du Jeu
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 04/08/2017

    Messages : 925

    Crédits galactiques : 2859

    Cristaux Kyber : 0

    Avatar : Holocron by Medusanexus

    Crédits : MedusaNexus & Sophia

  • Posté le Dim 1 Avr - 20:12

    Message n°8668 (2)

La Garde fédérale


Pour la petite histoire...



Le projet de développer un groupe de militaires républicains exclusivement sensibles à la Force est né dès la création de la République fédérale, pour compenser la non-affiliation de l’Ordre Jedi à ses intérêts. Longtemps restée dans les cartons de la Chancellerie, l’idée de la Garde fédérale a finalement pris forme en 479 en commençant à recruter et à former secrètement des sensitifs. Les objectifs, statuts et rôles de cette organisation ont mainte fois changé en fonction des Chanceliers élus, jusqu’à s’arrêter à la décision sans appel d’Orcus Halcyon qui en a fixé les prérogatives dans la Constitution républicaine en révélant leur existence.

Rôle de la Garde



La Garde fédérale est considérée comme la plus haute élite de la République, mais loin de se limiter à un simple groupe militaire de détenteurs de la Force, les fédéraux ont des missions très variées et un rôle qui va au-delà d’une simple intervention armée.

D’après la Constitution et leur règlement intérieur, la Garde est l’organisme garant de l’intégrité morale de la République. Leur loyauté ne se porte donc pas vers une personne physique mais vers les principes fondamentaux de la République, qu’ils se doivent ainsi de protéger et porter comme leur bannière. La démocratie, la liberté, l’égalité et la solidarité sont leur raison d’exister, les valeurs morales de la République sont leur fer de lance.

De ce fait, ils ne sont donc pas au service du Sénat ou de la Chancellerie, mais du peuple républicain en faisant valoir ses droits et en rappelant également ses devoirs. En première ligne du combat contre la corruption qui gangrène les institutions de l’Etat, ils ont unanimement choisi de considérer le Chancelier Halcyon comme leur guide, bien que cette allégeance ne soit pas obligatoire et que le moindre soupçon de non-respect des principes démocratiques à son égard puisse la faire voler en éclats.

Ils ont un statut de militaire partiel, c’est-à-dire qu’ils n’appartiennent pas à l’armée républicaine mais ont des règles de vie similaires. S’engager dans la Garde, c’est accepter d’en faire partie jusqu’à la mort, et de répondre à son appel à tout instant. Le devoir prime avant tout, vie personnelle et de famille incluses. Les durées du service et des missions peuvent être longues et pendant tout ce temps, les Gardes vivent ensemble, dans leur camp de détachement ou à leur caserne située dans l’ancien temple Jedi sur Coruscant.

Régulièrement, quand ils ne sont pas envoyés en opération, les Gardes subissent des entrainements rigoureux et notamment des suivis très stricts pour s’assurer de leur résolution à toute épreuve. Car ce qui fait la Garde fédérale, c’est sa fidélité envers ses valeurs et l’esprit de corps qui règne entre ses membres. Les maillons de cette grande chaine ne sont délaissés sous aucun prétexte et l’abandon de ses camarades est proscrit. Même si des missions doivent être menées en solitaire, toute aide quelle qu’elle soit d’un collègue sera toujours la bienvenue.

Formation des Gardes



Jusqu’à présent secrète, la jeune institution a dû se développer avec la plus grande des prudences. On n’accepte pas n’importe qui dans les rangs de la Garde et si être sensible à la Force est une nécessité, cela ne suffit pas pour autant à s’assurer une place dans cette formation difficile. Seuls les plus dévoués envers la démocratie et ses principes seront admis à porter le titre de Garde fédéral.

Tous ceux qui obéissent à ces deux premières exigences seront alors acceptés dans la première phase de la formation, qu’importent l’âge, le sexe, la race, les origines ou le statut social. Cette formation initiale rassemble ainsi les recrues et se décline en deux aspects : l’apprentissage de la Force et les techniques martiales.

Concernant l’apprentissage de la Force, celui-ci est prodigué par les instructeurs de la Garde qui, en premier lieu, furent d’anciens Jedi ayant quitté leur Ordre, qu’ils aient ou non basculé dans le Côté obscur avant de se rendre à l’évidence qu’ils pouvaient se rendre utiles à la construction d’un véritable système juste et équitable. Aucun code ne guide les futurs Gardes concernant leur considération de la Force. Il n’y a ni Côté lumineux, ni Côté obscur, uniquement la Force et leur fidélité aux principes moraux de la République. On leur apprend donc à analyser leurs émotions, à savoir s’en servir lorsque c’est nécessaire, à faire le calme en eux, à s’ouvrir à la Force et à l’appréhender telle qu’elle est, sans crainte.

Cela pourrait sembler réducteur voire impie aux yeux des Jedi, mais la Force ne se limite pas à une arme aux yeux des Gardes, elle est ce liant qui justifie leur existence. Les Gardes se considèrent ainsi chanceux, voire honorés d’avoir été doté de ce pouvoir, et l’utiliseront toujours, à leurs yeux, pour défendre ce qu’ils ont juré de protéger. C’est ainsi ce qui fait leur plus grand avantage, car cette loyauté et cette absence de restriction philosophique les tient éloignés de la corruption du Côté obscur ou de la passivité du Côté lumineux.

Concernant les techniques martiales, les Gardes fédéraux apprennent bien évidemment à se défendre, mais aussi à manier non seulement le sabre-laser, mais également toute autre arme qu’un militaire peut être amené à utiliser. De nombreuses recrues proviennent d’ailleurs des rangs militaires de la coalition républicaine et en ce cas, on les encourage fortement à exceller dans le domaine qu’ils choisissent. Les épreuves physiques sont très éprouvantes et l’on teste par-là les capacités et la résistance psychiques des futurs Gardes. La corruption peut atteindre tout le monde et l’institution veut s’assurer qu’elle n’atteindra pas ses membres de sitôt.

La fin de cette formation initiale se traduit par la construction du sabre-laser de chaque recrue. C’est une cérémonie très importante qui tient aussi lieu de test final quant à leur loyauté en la cause républicaine. Seuls seront acceptés ceux qui auront réussi les tests précédents et qui obtiendront un sabre-laser à lame blanche, symbole de leur allégeance qui dépasse toutes leurs autres aspirations.

Ceux qui avant la création officielle de la Garde fédérale ont échoué, ont été rendus à la vie civile sans aucun souvenir de leur passage à l’ancien Temple Jedi, afin de préserver le secret. Cette nécessité n’a désormais plus lieu d’être et les recrues recalées sont remerciées avec au moins l’assurance d’avoir traversé quelque chose d’exceptionnel qui pourra malgré tout leur servir.

Les recrues qui ont passé cette étape deviennent alors des Gardes aspirants et commencent leur formation secondaire qui dure quatre ans. Ils continuent d’une part à se perfectionner dans la maitrise de la Force et du combat, et profitent d’autre part d’un enseignement poussé de l’histoire, des lois républicaines et surtout des différentes cultures et institutions qui forment la République. Après une année de tronc commun, les aspirants s’orientent vers l’un des quatre groupes d’intervention qui constituent les principaux axes de mission de la Garde. Pris en charge par un mentor au sein de son groupe, l’aspirant va ensuite apprendre aux côtés de ses futurs collègues en participant aux missions qu’on leur confie.

Au terme de ces quatre années, avec des suivis psychologiques réguliers et une évaluation permanente, les résultats des aspirants sont soigneusement étudiés et ceux qui obtiennent l’avis favorable de leur groupe d’intervention sont alors acceptés à devenir des Gardes et sont invités à prêter serment lors de la cérémonie de l’Engagement.

L’école de l’ancien Temple Jedi de Coruscant



Le recrutement des recrues s’est toujours avéré comme une difficulté majeure dans le processus de formation de la Garde. Si jusqu’à présent les fédéraux se sont contentés de repérer les sensitifs grâce aux registres des hôpitaux républicains pour ensuite les approcher et les convaincre, ou en recueillant de nombreux orphelins, ils peuvent à présent se permettre d’aller plus loin.

C’est ainsi que le Chancelier, avec l’accord de la Garde, vient de créer le Lycée du Temple, une école installée dans les locaux de l’institution qui a pour objectif d’accueillir tout enfant sensible à la Force dès ses sept ans. Cette école offre bien évidemment la même scolarité que les autres enfants mais est totalement adaptée à l’apprentissage de la Force. Conscient que de nombreux sensitifs n’ont pas été repérés par les Jedi ou ne seront pas pris par la Garde, et que leurs capacités hors norme peuvent inspirer la crainte aux autres mais aussi à eux-mêmes, il est du devoir de la République de proposer à ces jeunes un lieu adapté pour comprendre et maitriser ce don.

Le Lycée fonctionne comme toute école, avec un régime d’interne mixte obligatoire et dont le quotidien est encadré par des Gardes, donc à forte inspiration militaire. Tous les sensitifs y sont admis, et peuvent intégrer l’école à n’importe quelle classe, du moment que c’est avant 15 ans. La scolarité est gratuite et la République propose à tous orphelinats de son territoire la possibilité d’envoyer ses enfants forceux dans cette école.

A l’issue de leur scolarité, les élèves du Lycée ont l’occasion de postuler pour la formation de la Garde fédérale, mais seront également orientés vers leur avenir professionnel. Bien qu’elle soit à peine créée officiellement, une première mouture du Lycée existait déjà quand la Garde recueillait les premiers enfants qu’elle souhaitait former. De nombreux fédéraux sont ainsi issus de cette institution, à plus forte raison s’ils ont été orphelins ou cédés par leurs parents.

Organisation de la Garde



► Recrue Venant de tous les horizons de la République, issus de toutes les classes et de tous les âges pourvu que l’on soit en bonne forme physique, les seuls critères de sélection à ce stade sont la sensibilité à la Force et la volonté de servir les valeurs républicaines. Les recrues se retrouvent toutes au Temple de Coruscant et ne le quittent plus, encadrés par des Gardes et des instructeurs, pour poursuivre leur formation initiale qui est propre à chacun car les parcours de tous sont différents : les enfants sont ainsi séparés des adultes et fréquentaient jusqu’à aujourd’hui ce que l’on appelle maintenant le Lycée du Temple, bien que l’approche de la Force et des arts martiaux soit la même. La durée de cette formation est donc variable, mais dure minimum trois ans car la maitrise de la Force demande un apprentissage fastidieux.

► Garde Aspirant Si la recrue a réussi à construire son sabre-laser au terme de sa formation, et que la lame de celui-ci est blanche, elle peut alors devenir un Garde Aspirant. C’est à ce moment-là que les vocations se forment et que l’esprit de corps se développe. L’aspirant va se perfectionner dans les domaines qu’il a choisis et va développer son goût de la rigueur et de l’effort pour trouver sa place dans le groupe d’intervention qu’il a choisi et ainsi devenir un élément incontournable de celui-ci et non un maillon faible. Avec son groupe ou son mentor, l’aspirant peut quitter le Temple lors d’interventions ou missions spécifiques mais la vie de caserne reste de mise.

► Garde Un aspirant devient Garde après avoir prononcé ses vœux lors de la cérémonie de l’Engagement. Le Garde promet de respecter les valeurs de la République et de les protéger sans faillir, d’être toujours fidèle à la Garde fédérale et d’être un pilier pour le peuple par une conduite et des actes irréprochables. La majorité des Gardes sont alors réaffectés aux groupes d’intervention qu’ils avaient choisi en étant aspirants, mais il faut savoir qu’un changement de carrière est toujours possible. Un Garde peut choisir de vivre en dehors du Temple ou d’y rester, il a le droit de fonder sa famille, poser ses congés… mais l’appel de la Garde est toujours prioritaire et doit y être répondu dans les plus brefs délais. Par ailleurs, les Gardes sont tous égaux, il n’y a pas de grades différents en dehors des capitaines. Désobéir à un ordre de mission ou à ses vœux n’est de toute manière pas très indiquée si on ne souhaite pas passer devant son capitaine. Selon les cas, ce sera la porte ou la mort.

► Garde Instructeur Avec l’expérience et le recul, ou la vieillesse qui s’installe, un garde fédéral peut choisir de devenir instructeur pour enseigner aux futures générations de l’institution. A l’origine, les premiers d’entre eux ont été des Jedi ayant quitté leur Ordre et ne suivant plus le code de ce dernier. Les instructeurs sont dotés de toute autorité sur les recrues et c’est à eux que revient la tâche d’évaluer la progression de celles-ci ainsi que des aspirants en dialoguant avec les mentors qui en ont la charge. Chaque instructeur enseigne une spécialité et tous ensemble, ils forment le jury qui décidera à la fin de qui deviendra ou non un Garde fédéral.

► Garde Capitaine Bien que l’institution n’est sous l’autorité d’aucune personne en particulier, les capitaines, qui sont chacun à la tête d’un groupe d’intervention pour distribuer les missions, guider leurs Gardes et orienter leur travail, forment l’autorité suprême de la Garde fédérale. Considérés comme compétents et les plus expérimentés de leur institution, le respect leur est naturellement dû bien qu'ils ne se mettent pas au-dessus des autres Gardes et ne disposant pas d'avantages supplémentaires pour leur confort quotidien. Ils s'estiment comme étant simplement les intermédiaires entre l'ensemble de la Garde et la Chancellerie ou la Cour suprême.

Groupes d’intervention



► Unité d’élite de la Sécurité républicaine L’élite de la République se doit de protéger ses plus hauts intérêts, à commencer par la sécurité de son dirigeant, le Chancelier suprême. Cette unité, divisée en petits groupes restreints, s’occupe d’organiser et de participer à la sécurité du Chancelier en personne, mais également des institutions les plus importantes, comme la Chambre du Sénat et la Cour Suprême fédérale. Ultime rempart pour protéger la tête de la République, les membres de ce groupe se doivent d’être au plus haut de leur vigilance à chaque instant.
► Capitaine Ezekiel Mayrec

► Groupe d’infiltration et de prévention à la corruption Lutter contre la corruption qui gangrène la République et étouffe ses valeurs est sûrement la mission qui demande le plus de Gardes, étant le fer de lance de leur groupe tout en demandant aux membres de ce groupe, le secret le plus absolu. Travaillant de concert avec les Services secrets de la République, leur couverture se doit d’être parfaite pour que jamais personne ne se doute de leur appartenance à la Garde. Ils sont des ombres qui ne verront jamais les ors de la République en récompense de leur travail mais ils n’en sont pas moins actifs et efficaces. Infiltrant de grandes entreprises liées aux lobbys ou les réseaux des politiciens, les enquêtes peuvent demander des mois, voire des années, de manipulation et de mensonges pour aboutir à des preuves irréfutables qui seront dès lors traitées par la plus haute instance juridique de la République, la Cour suprême. Utiliser les mêmes armes que ceux qu’ils traquent est sans doutes la partie la plus difficile de leur mission mais pour que la vérité triomphe, il ne faut reculer devant rien.
► Capitaine libre

► Unité d’intervention spéciale Réunissant deux groupes qui s’occupent respectivement de la sécurité intérieure et extérieure de la République, cette unité forme l’élite de ce que l’armée nomme plus communément les commandos. Leur mission ne se limite cependant pas à intervenir sur un terrain d’opération réputé difficile pour faire le ménage. Les interventions spéciales comprennent plutôt toute enquête délicate pouvant traiter de la sécurité de la République : préparation d’attentats, conflits internes pouvant aboutir à l’affaiblissement de la démocratie, vastes conspirations entre membres républicains ou visant à affermir le contrôle d’un lobby sur un secteur, complots de systèmes indépendants contre la République… le travail n’est pas ce qui manque pour ces Gardes qui se doivent donc d’être au sommet de leur forme physique tout en étant apte à déjouer tout ce qui pourrait nuire à la République, quitte à demander le concours d’un Garde du groupe d’infiltration.
► Capitaine libre

► Groupe de surveillance des activités sensitives Si la Force est un outil mis au service du bien commun et du plus grand nombre, il peut s’avérer que cette vision de la Garde ne soit pas partagée par tous les sensitifs. Les Gardes de cette unité sont ainsi spécialisés dans l’utilisation et la perception de la Force afin d’intervenir dans toute affaire qui pourrait mettre en cause un utilisateur de celle-ci. Ce sont également eux qui sont les plus aptes à repérer des sensitifs qui n’ont pas été recensés par les hôpitaux républicains, afin de leur proposer d’intégrer le Lycée si ce sont des enfants. A terme, ce groupe sera également le rempart de la République si des groupes d’utilisateurs de la Force devaient s’en prendre à elle, qu’il s’agisse des Jedi ou… d’autre chose.
► Capitaine libre