Star Wars Ascension


avatar
Citoyen de Malachor
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Chocolats : 334

    Arrivé(e) le : 06/11/2017

    Messages : 484

    Crédits galactiques : 485

    Cristaux Kyber : 23

    Avatar : Mads Mikkelsen

    Crédits : thinkky

    Disponibilité rp : free

    Inventaire : Sabre-laser
    Tenue avec capuche (armure intermédiaire) et Chasseur bi-place, motojet

  • Posté le Mar 27 Mar - 11:34

    Message n°8465 (1)


Année 517, mois 8, semaine 3

Mon nouveau statut avait irrémédiablement changé ma vie et mon regard sur les choses changeait lui aussi bien qu'il ne pouvait se transformer totalement en quelques jours. Ma nature profonde était intangible, ma mémoire retrouvée me le montrait désormais. Quand bien même on m'avait brisé puis privé de mon passé, mes décisions l'avait prouvé. Mon souhait de bien faire n'avait pas dévié depuis mon enfance. Pour autant il me fallait évoluer de sorte à ce que je ne commette plus d'erreur à l'avenir car la prochaine signifierait mon exécution et dans de terribles conditions.

Ma loyauté envers notre Seigneur suprême était indéfectible, qu'importe mon passé. Mon passé m'avait ouvert l'esprit, élargissant mon champ de vision. J'avais l'expérience d'un Jedi, et celle d'un Sith. C'était là une manière pour moi d'évoluer et de voir au-delà de mon horizon traditionnel. Mon passé d'ailleurs, c'était lui qui m'amenait à rencontrer un Lord, Jaydon Lyrr'Skylhann. Jusqu'alors j'ignorais mon lien avec sa soeur, Vaylhan, mais  présent je connaissais leur passé et les directions opposées que leur avait imposé la vie. Je n'avais pas de lien avec Jaydon mais à présent je devais lui transmettre ce que je savais. A lui d'en faire ce qu'il voudrait, me concernant je ne voulais pas conserver ces informations secrètes. Ma nouvelle condition m'amenait à changer.


Bonjour Lord Lyrr'Skyhlann. dis-je lorsque je parvins face au Sith.

Le rencontrer n'avait pas été difficile en soit, il m'avait suffit de lui transmettre une invitation et d'évoquer sa soeur très brièvement. Compte tenu de leur passé, leur désir de se retrouver les animait, pour autant cela leur était-il permis? Chacun était maître de ses choix.


Comme indiqué dans mon message j'ai en possession des informations au sujet de votre soeur, et je viens pour vous les donner. Si cela n'a pas été possible avant, c'est parce que lors de mon jugement, notre Seigneur Daleth m'a offert le choix de pouvoir retrouver ma mémoire. J'ai ainsi pu découvrir ma vie passé. Et j'en ai un commun avec Vaylhan.

Je me tus un instant, pour lui laisser le temps de se préparer à ce qui allait suivre. Il pouvait perdre la raison et partir en vrille, mais alors ce serait son choix. Je n'avais aucune responsabilité à son encontre, les Sith avait une responsabilité envers eux-même et les citoyens. Je l'avais appris à mes dépens.


avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Chocolats : 414

    Arrivé(e) le : 17/03/2018

    Messages : 27

    Crédits galactiques : 265

    Cristaux Kyber : 22

    Avatar : sebastian stan.

    Crédits : me.

    Disponibilité rp : libre (2/3)

    Inventaire : ⟐ deux sabres lasers
    ⟐ une armure intermédiaire
    ⟐ un chasseur biplace

  • Posté le Mer 28 Mar - 1:11

    Message n°8490 (2)

La frustration t’envahissait un peu plus chaque jour. Tu continuais de chercher un moyen de retrouver ta sœur mais tu progressais pas. T’avais déjà perdu bien trop de temps et ça commençait à te ronger. Plus de dix années maintenant. Rien de bien précis, t’osais même pas poser de chiffre exact sur tout ce temps écoulé depuis que ton regard s’était une ultime fois posé sur elle. Parce que ça t’effrayait au fond. C’est pas ça qui t’aiderait à la retrouver. Il pourrait lui être arrivé n’importe quoi mais tu gardais la conviction que ta petite Vaylhan était toujours en vie, quelque part. Peut-être qu’elle t’attendait encore, peut-être que ce n’était plus le cas depuis longtemps. Peut-être aussi qu’elle t’avait oublié, mais c’était une option que tu te forçais à ne pas considérer.

Alors quand t’avais reçu cette missive qui t’invitait à la discussion, t’avais d’abord été perplexe. Peu sûr de toi alors que son émetteur y évoquait cet être qui t’étais aussi cher. T’en parlais rarement autour de toi, si ce n’est jamais. C’était pas un sujet que tu trouvais judicieux d’aborder et ça restait une affaire des plus personnelles. La curiosité et le désir d’enfin avoir une piste tangible changeaient grandement la donne. Malgré toute la méfiance dont tu pouvais faire preuve, t’avais pas mit longtemps pour te décider à le rencontrer.

« Citoyen Davoros. » La mâchoire serrée, t’inclinais simplement le chef pour le saluer alors qu’il s’approchait, ce mélange d’appréhension et d’impatience te consumait lentement. Tu voulais pas perdre ce masque de froideur que tu arborais depuis trop longtemps maintenant. Tu voulais pas perdre ta contenance.

Ainsi, tu le laisses parler, te terrant dans le silence alors que tu l’observais. T’étais pas certain de vraiment pouvoir lui faire confiance, pour l’instant. Après tout, t’avais entendu parler de son procès puis du jugement qui avait été rendu. Ce serait mentir que de nier que t’avais cherché à en apprendre un peu plus sur lui quand t’avais reçu cette invitation. Et t’étais pas certain de pouvoir le croire. Pas jusqu’à ce qu’il prononce son nom. Il sonnait presque étranger dans tes oreilles, tu ne l’avais pas prononcé depuis un long moment. Tu ne l’avais pas non plus entendu depuis un long moment. Instantanément, ton visage s’adoucit, tes traits se font moins sévères. Tu te maudiras peut-être pour ça plus tard, mais pour l’instant, tu veux en savoir plus. Trop de questions de viennent, trop d’interrogations que tu refoules depuis trop longtemps.  

« Vous l’avez réellement connue ? » Comme si une confirmation t’étais réellement nécessaire, tu secoues la tête et tu sens ta main trembler. Tu veux pas perdre tes moyens, pas maintenant. Tu te contentes de serrer le poing pour cacher ça, plongeant tes prunelles claires dans celles de l’homme. « Savez-vous au moins si elle va bien ? À quand remonte la dernière fois que vous l’avez vu ? J’ai besoin.. Dites m’en plus. Je veux tout savoir.. tous les détails que vous avez. S’il vous plaît. » Si tu t’arrêtes à une simple formule de politesse, tu gardais en tête que t’étais clairement pas venu là pour supplier, mais quelque part, tu savais que tu serrais prêt à le faire si le besoin s’en faisait ressentir.




We all have our reasons
  judge if you want, we're all going to die. i intend to deserve it.

avatar
Citoyen de Malachor
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Chocolats : 334

    Arrivé(e) le : 06/11/2017

    Messages : 484

    Crédits galactiques : 485

    Cristaux Kyber : 23

    Avatar : Mads Mikkelsen

    Crédits : thinkky

    Disponibilité rp : free

    Inventaire : Sabre-laser
    Tenue avec capuche (armure intermédiaire) et Chasseur bi-place, motojet

  • Posté le Mer 28 Mar - 11:05

    Message n°8498 (3)


La Force. En être privé me poussait à modifier mes habitudes, à développer d'autres compétences auquel tout sensitif ne faisait pas appel grâce à la Force. La perception en était l'exemple le plus marquant. A présent que je me rappelais je pouvais d'autant plus m'en rendre compte. Du temps où j'étais Conciliant j'usais de la perception de Force pour m'enquérir en toute discrétion des sentiments de mes interlocuteurs, capacité bien utile lorsqu'il fallait être médiateur entre deux partis. Seulement aujourd'hui ma perception n'était plus liée à la Force, aussi je fis appel à d'autres compétences dont je commençai qu'à peine prendre conscience. Les expressions du visages, de discrets tics de langage ou corporels laissaient transpirer ce que les mots cachaient. Il s'agissait là de déceler certains détails que la Force me permettaient jusqu'alors d'assimiler sans même m'en rendre compte.

Mon interlocuteur me transmettait donc ainsi de nombreuses informations quant à son état d'esprit, probablement plus qu'il ne le souhaitait. Jusqu'alors je n'avais jamais eu de contact avec ce Lord, il en serait probablement autrement désormais. En amont de cette visite j'avais fouillé ma mémoire pour en redécouvrir chaque instant au cours de longues séances de méditation. Aussi présentement il m'était inutile de fournir un effort pour transmettre mes souvenirs.


Nous nous sommes rencontrés en 507 sur Nar Shaddaa. A cette époque j'étais un autre, bien différent sur certains points mais tout aussi semblable sur d'autres. J'étais alors un Jedi Conciliant. dis-je d'un ton neutre mais assuré, conscient du trouble qu'allaient produire mes paroles. Qui ne le serait pas en apprenant qu'un Sith récemment déchu avait été Jedi dans une autre vie.

Pour comprendre tout ceci, je dois vous en apprendre davantage à mon sujet. Tombé en 508 lors de la guerre du Mandalore, je fus récupéré par une escouade Sith. On pensa mes blessures, puis l'on brisa mon esprit avant de me priver de ma mémoire. Jusqu'alors peu de personnes étaient au courant de ceci, moi le premier. Aujourd'hui c'est avec un nouveau regard que j'évolue et que j'ai choisi ma nouvelle voie. La vision Jedi est trop étriquée, trop restreinte. Les Sith sont plus pragmatiques, quand bien même ils ont en commun certains points, mais il s'agit d'un autre débat. dis-je afin de mettre un terme à ce pan de mon histoire.

En 507 donc j'ai rencontré Vaylhan, elle était alors une jeune serveuse dans un établissement crasseux, promise à un destin plus sombre encore quelques années plus tard si nos chemins ne s'étaient pas croisés.

Après avoir perçu sa sensibilité à la Force, je me suis entretenu avec elle afin de la jauger. C'est pourquoi peu de temps après je l'ai aidé à fuir sa condition d'alors. Et je lui ai proposé de rejoindre l'Ordre Jedi et d'entamer sa formation. Jusqu'à ce fameux jour en 508 où je suis tombé je l'ai accompagné dans son apprentissage, ne faisant pas d'elle ma padawan pour autant afin de ne pas développer ce sentiment paternaliste dont j'avais senti les prémices peu après notre rencontre. Au lieu de se former à les maîtriser, les Jedi préfèrent nier leurs émotions pour tenter de s'en protéger, ce qui au final n'est pas la solution.

A présent que j'ai retrouvé ma mémoire, je peux profiter de l'expérience de mes deux vies, Jedi puis Sith, pour avoir un regard éclairé à propos de tout ceci.
ajoutai-je, laissant moi aussi transpirer bon nombre d'informations mais en toute conscience cependant.

Voilà toutes les informations que je peux te fournir, dis-je en passant au tutoiement, sans vraiment m'en rendre compte dans l'immédiat, puis en le conservant après coup.

C'était en soi peut-être ridicule de ma part, mais ce que nous échangions en ce moment même m'amenait à avoir un début de ce sentiment paternaliste que j'avais eu pour sa soeur. Etait-ce dû au fait de ne plus avoir d'apprenti? Ou au contraire à ce pan de ma nature profonde qui m'amenait à vouloir aider autrui, sous certaines conditions néanmoins? Il était trop tôt à ce jour pour que je puisse avoir un avis tranché sur ce point.


Pendant cette année où je l'ai côtoyée, Vaylhann a progressé sur la voie qu'elle a choisi lors de notre rencontre et en toute logique il en serait de même aujourd'hui.

Ce que je viens de t'offrir pourra t'aider à évoluer, pour autant je préfère te prévenir. Il s'agira aussi d'un fardeau dont tu vas devoir t'affranchir. Non pas en le niant et le rejetant, mais bien au contraire en l'acceptant. Tu es un Sith, elle est un Jedi. Vous êtres diamétralement opposés, mais vous avez dans le même temps une multitude de points communs. Ne commet rien d'irréfléchi mais pèse bien chacune de tes possibilités quelles qu'elles soient, il s'agira pour toi de faire des choix et d'en assumer les conséquences. Je suis bien placé pour le savoir. Et surtout, en dépit de ton ego ou de ta fierté, n'hésite pas à requérir tout soutien si nécessaire. Cela aussi je l'ai appris récemment. L'individualité est une faiblesse, et c'est ce que notre Guide suprême tente désespérément de nous inculquer. Notre force réside dans le groupe, l'esprit de corps. Ne t'isole pas. Je peux être ce soutien, comme n'importe quel autre Sith ou même citoyen. N'hésite pas à monter dans la hiérarchie de notre société même, car nous avons bien plus de soutien que nous le pensons.
ajoutai-je avant de me taire un instant.

J'avais tiré bon nombre de leçons, toutefois j'étais conscient que ce n'était qu'un début. Et tout ceci m'aura permis de me rendre compte d'une chose, mon besoin de transmettre mon expérience, les leçons de mes échecs. Et ce à tous, citoyen ou Sith. Je devais remercier notre Seigneur noir et Anhesis pour cet enseignement.


avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Chocolats : 414

    Arrivé(e) le : 17/03/2018

    Messages : 27

    Crédits galactiques : 265

    Cristaux Kyber : 22

    Avatar : sebastian stan.

    Crédits : me.

    Disponibilité rp : libre (2/3)

    Inventaire : ⟐ deux sabres lasers
    ⟐ une armure intermédiaire
    ⟐ un chasseur biplace

  • Posté le Mer 28 Mar - 16:27

    Message n°8506 (4)

C’était étrange. Jamais tu n’avais été aussi proche d’enfin obtenir ce qui te permettrait, peut-être, de récupérer ta sœur. Elle était le seul élément de cette ancienne vie que t’avais fini par laisser derrière toi sans vraiment t’en rendre compte. Il te restait juste cette sensation de vide, il te manquait quelque chose et ce dur sentiment de solitude qui t’avais envahi au début de ton apprentissage n’avait été atténué que lorsque que tu avais enfin accepté qui allait devenir. Et t’en restais maintenant à ne pas vraiment savoir comment te positionner vis à vis de l’homme qui te faisait face. Pourtant, rien que le simple fait qu’il en vienne à évoquer Vaylhan suffisait à faire renaître une once d’espoir en toi. Du véritable espoir. Pas cette sale illusion derrière laquelle tu te planquais pour vainement tenter d’atténuer tes remords. Si tu as envie de savoir, tu n’es même pas sûr d’être prêt à entendre ce qu’il a te dire. T’as appris à toujours t’attendre au pire. Alors tu inspires, longuement, et tu écoutes simplement. T’enregistres ce qu’il te donne, parce que c’est tout ce que tu peux faire pour l’instant, le couper te mènerait à rien de toute manière. Et les premières informations ne tardent pas à arriver à tes oreilles.

507, Nar Shaddaa. Plus ou moins une année après le désastre sur Tatooïne. Ça n’expliquait pas comment elle avait terminé sur cette lune malfamée. Et tu fermais les yeux, te pinçant l’arête du nez. Cette culpabilité qui s’entêtait à toujours remonter même quand tu te forçais à la refouler au plus profond de ton être, ça te brisait un peu plus à chaque fois. T’étais plus que fautif dans tout ça, tu lui avais fait défaut et t’étais jamais revenu la chercher. Le temps de te perdre un peu plus dans ces douloureux souvenirs ne t’es pas accordé et tu redresses vivement le chef, tes sourcils se froncent alors que tes yeux perçants se reposent sur Davoros. Un Jedi Conciliant ? Était-ce une blague ? Avait-il seulement demandé cet entretien pour s’amuser à le tourmenter un peu plus ? T’étais pas loin d’émettre une protestation, peut-être même quelques menaces alors qu’il se remet à parler. T’affichais un léger rictus, hochant la tête pour au moins lui signifier que tu comprenais

Sans que tu fasse vraiment attention, t’avais rapproché ta main de l’un de tes sabres, t’étais pas certain que l’autre l’ait remarqué et tu laissais rapidement ton bras retomber le long de corps, serrant d’autant plus tes poings, tu pouvais pas te permettre d’agir aussi futilement. Tu pouvais pas être impulsif comme ça, pas avec cet homme qui acceptait de partager ce qu’il savait sur ta sœur, pas avec cet homme qui était venu te voir volontairement pour témoigner de cette rencontre. Tu avais admiré les Jedi autrefois, tu avais même voulu en devenir un. Mais à présent, ton avis avait grandement changé et tu te complaisais dans ta condition de Lord Sith. Quelque part, tu croyais à être capable de comprendre sa vision des choses. Pour rien au monde t’aurais abandonné ce que l’Ordre t’apportait. Presque pour rien au monde.

Tu tiquais une nouvelle fois alors que tu te sentais une nouvelle fois confronté à ton échec. C’était probablement pas volontaire de sa part ; t’étais plus que désireux de croire en sa bonne foi. En une discussion t’en apprenais plus que durant ces onze longues années. Elle avait été destinée à un avenir peu glorieux, une vie de servitude et de prostitution. Il l’avait donc sauvée, si tant est que tout cela était la vérité. Du moins.. c’était forcément la vérité. On inventait pas des choses pareilles. À nouveau, tu inspirais longuement. Tu savais pas comment interpréter ce soudain afflux d’informations. Elle aussi était sensible à la Force. Elle avait rejoint l’Ordre Jedi. Ça la rendait presque.. inaccessible. Tu pouvais pas simplement décider d’aller sur Jedha et lui demander de suivre. Accepterait-elle seulement ? C’était égoïste mais l’idée de l’emmener avec toi de force te traverse l’esprit et tu soupires, t’étais désespéré, et tu savais pas quoi faire. T’avais même pas la force de le masquer, alors que tu enfouies ton visage dans l’une de tes mains.

« C’est.. je ne sais pas quoi dire. Merci.. ? Je présume que vous l’avez sauvée. Vous ne pouvez pas imaginer comme je vous en suis reconnaissant, vraiment. » Tu restais au vouvoiement, parce que t’avais décidé que cet homme méritait ton respect. Même si Vay’ semblait hors d’atteinte, pour l’instant, elle était forcément encore en vie et sa condition était probablement plus confortable que ce que t’aurais pu espérer pour elle.

Ton nez se fronce et tu penches la tête de côté, comme si tu ne parvenais pas à comprendre le sens de ses mots. Ce que tu devais faire désormais te paraissait plus que clair, logique même, et pourtant, son discours ne faisait qu’indiquer le contraire. Si tu t’étais adouci, tu ne tardes pas à en revenir au même point qu’à ton arrivée. Tu voulais pas voir les choses telles qu’elles étaient, sûrement trop faible ou juste trop lâche pour ça.

« Vous avez bien changé d’avis sur la question, non ? Elle le peut aussi. Elle comprendra. Je suis certain qu’elle comprendra. Ça ne peut être autrement. On ne peut pas être.. opposés. C’est impossible, vous comprenez ? Une fois.. une fois qu’elle aura entrevu une autre possibilité.. une fois qu’elle aura vu qu’elle a le choix.. » Tu clos tes paupières, tâchant de retrouver une pensée claire et raisonnée. « Vous étiez proche d’elle. Vous pourriez m’aider à la raisonner si le besoin s’en faisait sentir, n’est-ce pas ? Si je ne suffis pas.. je suis certain que vous pourriez faire pencher la balance. Devenez donc ce soutien dont vous estimez que j’aurais le besoin. Aidez-moi.. » Ta voix se casse, et ton ton devenait presque suppliant et t'éludais le reste de sa tirade, te retournant pour ne plus avoir à lui faire face. Tu te sentais flancher et tu supportais pas ça. Ta tête se redresse et tu sembles plus déterminé soudainement.

« Qu’est-ce que vous désirez ? En échange de ces informations, en échange de votre aide ? Dites moi ce que vous voulez. » T’avais toujours du mal à croire qu’un acte puisse être désintéressé, que personne n’attende rien en retour. T’avais posé la question, sans même te retourner, au risque de paraître agressif. De toute manière, t’étais prêt à tout, maintenant que tu savais au moins où aller pour la retrouver.




We all have our reasons
  judge if you want, we're all going to die. i intend to deserve it.

avatar
Citoyen de Malachor
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Chocolats : 334

    Arrivé(e) le : 06/11/2017

    Messages : 484

    Crédits galactiques : 485

    Cristaux Kyber : 23

    Avatar : Mads Mikkelsen

    Crédits : thinkky

    Disponibilité rp : free

    Inventaire : Sabre-laser
    Tenue avec capuche (armure intermédiaire) et Chasseur bi-place, motojet

  • Posté le Jeu 29 Mar - 0:11

    Message n°8525 (5)


Ma nature profonde, en dépit des nombreux chamboulements qui étaient miens désormais, me poussait à accrocher les détails, à percevoir certaines choses sans pour autant le montrer. Sa main passa furtivement près de l'un de ses sabres, trop près dans d'autres circonstances car en l'état je ne redoutais pas qu'il m'assaille. Ce que je savais au sujet de sa soeur, ce qu'il ignorait par la même occasion, était garant de ma sécurité.

Je le laissais parler à son tour, décortiquant l'individu mais tout autant ses paroles, le choix de ses mots. Son esprit était troublé, nul besoin de la force pour le percevoir. Je parvenais à lire dans son attitude, et cela je le devais à mon expérience que je ne soupçonnais pas jusqu'alors tant cela était instinctif mais dont je prenais conscience peu à peu à présent que je n'étais plus un sensitif.

Le doute ne devait pas lui faire perdre pied, car son état faisait entrevoir un égarement potentiel. Ce n'était pas le but de ma visite, au contraire j'étais là pour le libérer et l'amener à évoluer, pas à s'auto détruire.


Ce que je vais te dire ne te sera pas agréable, et peut-être même vas-tu souhaiter ma mort comme tant d'autres. lui dis-je en préambule avant de poursuivre.Mais tu te trompes.

Etait-ce ma condition d'ancien maître qui m'amenait à lui parler ainsi? A ressentir ce besoin de le préserver de son égarement en le confrontant à son erreur de discernement et en lui prodiguant involontairement une épreuve dont il devrait sortir vainqueur s'il ne voulait pas dépérir.

Ce changement de perception n'est que l'infiniment petit parmi la multitude de possibilités qu'est l'infiniment grand. Beaucoup trop de variables se sont confrontées pour que je n'arrive à cette situation. C'est une question d'échelle. A son âge, à sa place, j'aurais préféré mourir que rejoindre le côté obscur. Et il aura fallut être recueillie par une escouade Sith à l'article de la mort et que l'on brise mon esprit pour que je le devienne, puis me priver de ma mémoire. Et c'est seulement après avoir survécu à tout ceci et plus encore que j'en suis arrivé à ce choix. expliquai-je en tentant de lui faire comprendre mon point de vue.

Imaginons une chose, sans se soucier de l'improbable et l'impossible. Imagine que lui soit opposé exactement le même chemin que moi, chaque "opportunité", chaque possibilité. Son vécu jusqu'a présent, son lien avec toi, présageraient d'ors et déjà d'une réaction différente de sa part. Mais soit, passons.

Il faudrait encore qu'elle fasse les mêmes choix que moi, qu'elle comprenne exactement ce que j'ai compris et ce qui a fait que j'ai choisi, consciemment ou non, d'évoluer pour survivre. A chaque croisement sur la voie qu'a été ma vie, elle pourrait tout aussi bien faire le choix inverse du mien, simplement parce qu'elle est celle qu'elle est, et que tu es son frère. Et quand bien même elle ne dévierait pas, encore faudrait-elle qu'elle ne te voit pas comme une victime, un être égaré et trompé dont elle voudra absolument sauver l'existence. Les Jedi ont une tout autre vision des choses que nous autres Sith.
lui dis-je en ayant un instant une pensée quant à l'ironie de mes derniers mots.

Je me voyais encore comme un Sith alors que je n'étais qu'un simple citoyen non sensitif.


Il te faut comprendre une chose. Ta soeur n'est à ce jour probablement pas capable de comprendre ce que tu es et ce qu'est être Sith. Tout ce que tu pourras tenter pour la convaincre ne la pousserait au final que davantage à vouloir s'opposer à toi et tout tenter pour te sauver.

Pour ma part, je n'avais nulle attache, pas de famille. Ce qui n'est pas votre cas à tous les deux.
dis-je encore avant de me taire à nouveau et de méditer un instant sur ce que j'allai dire ensuite.

Moi l'ancien Jedi, le Sith destitué de son titre et de sa condition même, j'ai un regard et une expérience de la vie que peu ont, toute question d'orgueil écartée. Aussi je te le dis Jaydon Lyrr'Skylhann, accepte ce que je te dis, assimile mes paroles et ce qu'elles provoquent en toi. Penses et réfléchis chacune de tes décisions et leurs conséquences éventuelles, des plus optimistes aux plus pessimistes.

Accepte chacune des émotions qui agitent ton esprit et ton coeur et sert-en pour faire le bon choix. De mon point de vue, il y a 1000 mauvaises décisions pour une de bonne. Quant à ces bonnes décisions, une main suffirait à les compter.
avais-je développé pour lui avant de reprendre.

La précipitation et l'isolement causeront ta perte et la sienne. dis-je finalement pour conclure avant de me taire enfin. L'éventail des possibles était large désormais, aussi étais-je prêt à bien des choses à présent.

avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Chocolats : 414

    Arrivé(e) le : 17/03/2018

    Messages : 27

    Crédits galactiques : 265

    Cristaux Kyber : 22

    Avatar : sebastian stan.

    Crédits : me.

    Disponibilité rp : libre (2/3)

    Inventaire : ⟐ deux sabres lasers
    ⟐ une armure intermédiaire
    ⟐ un chasseur biplace

  • Posté le Jeu 29 Mar - 21:59

    Message n°8561 (6)

Toute cette contrariété que t’accumulais depuis que l’homme s’était mit à parler, t’étais conscient que c’était mauvais, probablement autant pour toi que pour lui. Est-ce que tu comptais faire quelque chose pour arranger ça ? Est-ce que tu comptais vraiment te calmer et tâcher d’écouter ses conseils ? Non. Peut-être pas. Ou peut-être que si. T’étais trop confus pour réellement prendre une décision à ce sujet. Gaben Davoros était sûrement ta meilleure chance pour un jour parvenir à retrouver ta jeune sœur. Ça t’irritait grandement de dépendre de lui pour ça, mais avais-tu vraiment le choix ? Pas vraiment. T’étais plus que tendu. Tu sentais son regard qui te détaillait sans gêne aucune. Ça aussi, ça aurait dû t’agacer. Mais t’arrivais même pas à prendre cet élément en compte. On analysait ton comportement, on était témoin de ton manque de contrôle sur ta propre personne et tu n’en faisais rien. T’avais passé le temps où tu ne faisais que recevoir des leçons. T’avais réussi à te libérer du Lord qui avait été ton maître et aujourd’hui, tu laissais une personne qui, outre de nom et de réputation, t’étais inconnue. Et encore une fois, tu faisais rien pour le faire cesser de parler.

La mort de l’ancien Lord était-elle vraiment souhaitée après ces mots ? Peut-être que dans l’instant présent, oui. Mais ça restait une impulsion, un désir passager qui disparaîtrait aussi vite qu’il t’était apparu.

« Non. Vous, vous avez tort. » T’as la mâchoire plus que contractée. Tu marmonnes ces mots à demi voix, comme si tu tâchais de t’en convaincre. T’étais trop borné pour entendre raison. Trop borné pour admettre qu’il avait raison sans chercher à le contredire avant.

Tu voulais pas croire ce qu’il disait, tu voulais pas accepter qu’elle puisse être opposée à toi, qu’à cause des voies différentes que vous aviez dû emprunter, vous vous retrouveriez à œuvrer chacun d’un côté de la Force. La simple pensée qu’elle eut préféré la mort à ce que tu pouvais lui offrir aujourd’hui, ça te retournait l’estomac. Être vu comme une victime par Vaylhan, ça te réjouissait pas. Et tu te retournais enfin pour lui faire à nouveau face. T’avais le regard sombre et tu grognais même pour exprimer ton mécontentement, le laissant malgré tout poursuivre alors que t’étais tiraillé par le doute.

Ta respiration s’était accélérée sans que tu t’en rendes vraiment compte, t’avais du mal à garder ton calme et l’impression que Gaben tâchait de te retourner le cerveau avec ses paroles dignes d’un Jedi ne venait pas aider à t’apaiser. Les jointures de tes doigts s’étaient blanchies et tu finissais par abattre ton poing contre le mur le plus proche, aussitôt que ta possible perte et celle de ta sœur furent évoquées. Comme si ça suffirait à le faire taire. Et si t’avais frappé fort, c’était bien ta main qui avait souffert. Peut-être que la douleur était ce qui t’avais ramené à la réalité. Ça te montre à quel point t’as laissé ses mots te dépasser.

De là, t’avais simplement abaissé la tête, les quelques mèches de cheveux qui retombaient contre ton visage ayant au moins l’avantage de te dissimuler un peu plus à lui. Tes lèvres tremblaient et tu perdais tes moyens. Et enfin, tu te osais reposer les yeux sur lui. Désespéré, perdu, tu redevenais celui que tu étais à ton arrivée sur Malachor.

« Vous pouvez pas.. comprendre. Vous pouvez pas comparer.. Elle doit.. elle doit à peu près avoir le même âge que j’avais quand je suis arrivé ici, vous savez..? J’avais d’autres rêves. Quand j’ai découvert que j’étais un sensitif.. je pensais que je pourrais un jour devenir un Chevalier Jedi. » T’étouffais à peine un petit rire désabusé, secouant la tête comme pour chasser cette idée à présent ridicule à tes yeux. « Si mon avis a pu changer, je suis convaincu que le sien le peut aussi. Je la connais.. elle comprendrait.. Dans tous les cas.. jamais.. jamais je ne choisirai d’altérer sa mémoire pour ça. Ce n’est pas.. je ne pourrais pas lui faire ça. Je suis certain qu’elle comprendrait. Je suis pas.. une victime. Elle est celle qui doit être sauvée. C’est mon rôle, c’est à moi de faire ça. Je lui ai failli une fois.. je peux pas me permettre de recommencer. Alors.. » Tu marquais une pause. Une longue pause, réfléchissant une nouvelle fois aux mots qu’il avait prononcé. T’avais toujours du mal à accepter tout ce qu’il disait. En savait-il vraiment tant que ça ? Tu fronçais les sourcils. Ta main te faisait toujours mal et tu réprimais une sale grimace, finissant par t’approcher de lui, l’observant consciencieusement tandis que tu reprenais.

« Mon approche est fausse selon vous ? Ça conviendrait pas ? Alors éclairez moi. Qu’est-ce que je devrais faire ? La laisser continuer.. ? Je ne peux pas.. Je veux pas.. je veux pas avoir à l’affronter si notre existence venait à être révélée. Je veux pas avoir à choisir entre elle et mes devoirs. » C’était à la fois lâche et égoïste de ta part. Tu voulais rien sacrifier, tu voulais tout avoir à la fois et faire des concessions te semblait inenvisageable. Lentement, tu finissais par redresser la tête. Tu te sentais infiniment seul et tu t’étais résolu au moins sur un point : t’avais besoin d’un soutien. Tu tremblais légèrement alors que tu t’adressais à lui. « À ma place.. qu’est-ce que vous feriez.. ? Vous feriez quoi si.. si c’était de votre seule famille dont il était question.. ? »




We all have our reasons
  judge if you want, we're all going to die. i intend to deserve it.

avatar
Citoyen de Malachor
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Chocolats : 334

    Arrivé(e) le : 06/11/2017

    Messages : 484

    Crédits galactiques : 485

    Cristaux Kyber : 23

    Avatar : Mads Mikkelsen

    Crédits : thinkky

    Disponibilité rp : free

    Inventaire : Sabre-laser
    Tenue avec capuche (armure intermédiaire) et Chasseur bi-place, motojet

  • Posté le Ven 30 Mar - 12:00

    Message n°8591 (7)


Alors qu'il m'opposait son refus de croire en mes mots je le laissais parler sans l'interrompre. Présentement je ressentais son trouble, non pas grâce à la force mais par une empathie que je ne m'imaginais pas jusqu'alors. C'était une foule d'informations que je lui offrais mais aussi des réponses qu'il ne pouvait accepter en l'état et dont il devrait les digérer pour adopter une attitude raisonnée en conséquence.

Frapper le mur près de lui en était bien la preuve, son esprit était troublé et son coeur prenait le dessus. Rien de négatif en somme, mais il était à la croisée des chemins et ne devait pas s'égarer. Culpabilité, amour fraternel, lien perdu et retrouvé, peur. Des émotions qui pouvaient être aussi salvatrices que destructrices, tout dépendait des capacités d'adaptation de celui qui les éprouvait. Contrairement aux Jedi qui les niaient, les Sith au contraire se devaient de les accepter et d'en faire une force. Pour autant ce n'était pas toujours facile à appliquer.


Tu as raison. dis-je simplement et d'un ton neutre, laissant volontairement un blanc de quelques secondes, mes yeux plongés dans son regard que je soutins avant de reprendre la parole.

Je ne peux ni comprendre ni comparer. repris-je donc avant de poursuivre face à son expression.

Je ne t'apporte aucune vérité mais seulement mon regard sur tout cela. Je n'ai pas votre histoire pour autant j'ai mon propre lot d'expériences et de liens. Dernier survivant de a famille, ancien esclave, ancien Jedi, et désormais ancien Sith, du moins par mon récent statut et ma privation de lien à la force. Mon regard sur la vie a évolué au fil des évènements, cependant certaines choses sont demeurées immuables. L'introspection est nécessaire, pour comprendre et tirer des leçons. Perpétuellement se remettre en question mais ne pas douter.

brève pause.

Certaines choses en revanche ne pourront être comprises qu'après maturité et réflexion, et ce de manière personnelle.

Ce n'est pas à moi de te dire comment réagir ou être. Toutefois je peux te donner les outils nécessaires à ce que tu prennes tes décisions avec un avis au plus éclairé.


Nouvelle pause.

Pose-toi les bonnes questions, celles qui font mal. Que souhaites-tu, pour elle, pour toi? Comme toi la sienne, elle a probablement pleuré ta perte. Mais la douleur d'avoir perdu l'être cher serait-elle un moindre mal que de savoir son frère "corrompu" par le côté obscur? Qui de vous deux considèrera l'autre comme perdu si vous vous retrouvez? Elle qui a choisi de suivre les préceptes Jedi, notamment de ne pas être lié à qui que ce soit, de nier ses émotions par peur d'être affaibli et de tomber du côté obscur de la force. Quelle sera sa réaction?

Je n'ai pas de réponse à t'apporter, comme tu l'as dit nos liens respectifs avec elle sont bien différents.


Pause plus longue tandis qu'il s'était rapproché de moi.

Néanmoins à ta place…Je m'interrogerai quant à choisir quels intérêts je voudrais faire prévaloir. Ma loyauté, mes principes, mes peines, ma vie ou la sienne. Quel sacrifice je serais prêt à faire. Quelle que serait ta décision, des conséquences profondes en découleraient, lesquelles serais-tu prêt à assumer?

Ce n'est pas parce que je t'apportes ces informations que seul mon avis doit t'éclairer. Peut-être pourrais-tu parler à quelqu'un de plus censé que moi, après tout je suis un Sith déchu condamné au chemin de la rédemption. La Main noire pourrait peut-être t'éclairer quant à la conduite à tenir en tant que Sith. Peut-être mon destin aurait-il été différent si j'avais accepté de lui demander son aide, car alors il eut été probable que je n'aurais pas ôté la vie à trois innocents.


Son trouble me renvoyait à mon propre échec encore tout récent. Je n'avais pas été capable d'avoir un jugement éclairé et devais l'assumer à présent. Si je pouvais préserver d'autres que moi de pareil égarement, alors ce serait toujours une avancée sur la voie que je devais suivre maintenant.

avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Chocolats : 414

    Arrivé(e) le : 17/03/2018

    Messages : 27

    Crédits galactiques : 265

    Cristaux Kyber : 22

    Avatar : sebastian stan.

    Crédits : me.

    Disponibilité rp : libre (2/3)

    Inventaire : ⟐ deux sabres lasers
    ⟐ une armure intermédiaire
    ⟐ un chasseur biplace

  • Posté le Dim 15 Avr - 0:32

    Message n°9130 (8)

Tu inspirais longuement à ses premiers mots. Disait-il ça pour te faire plaisir ou était-il sincère ? T’appréhendais la suite, t’avais peur de ce qu’il dirait, de comment tu pourrais réagir. Et si tu n’aimais pas cette simple idée, tu baissais tout de même les yeux, pas serein. Pourtant les mots prononcés ensuite ne sont peut-être pas ceux auxquels tu aurais pu t’attendre. À quoi t’attendais-tu vraiment ? Tu ne savais même pas. Tu n’étais pas là pour chercher de la compassion ou un quelconque autre sentiment de sympathie. Ta main tremblait, autant causé par la rencontre avec le mur que par cet afflux d’émotions. Tu devais te calmer, tu devais poser un autre regard sur les choses, tâcher d’utiliser ce qu’il te disait pour en ressortir avec quelque chose qui t’aiderait vraiment et non avec quelque chose qui te pousserait à agir stupidement.

T’avais subitement l’envie de t’asseoir, d’enfouir ta tête dans le creux de tes paumes pour masquer ta face, comme si ce serait suffisant pour te cacher, pour que tu disparaisses aux yeux du monde et que tu n’aies plus à affronter de quelconque responsabilités. Une pause au milieu de ces tourmentes que tu t’infligeais à toi même et dont tu ne semblerais pas pouvoir te libérer tant que tu n’aurais pas rattrapé un échec passé. Tu profitais de sa pause pour émettre ton propre raisonnement, sans vraiment te montrer désagréable pour autant, tout ce que tu voulais, c’était comprendre.

« Si je vous écoute… je devrais remettre en question ma condition de Sith ? Car c’est bien là que réside le problème, n’est-ce pas..? Notre opposition… J’ai la désagréable impression qu’il me faudra prendre une décision capitale et que… quoi que je fasse, le résultat ne sera jamais entièrement satisfaisant... » Un long soupir t’échappe. Tu es las, tu ne sais plus où tu en es, tu ne sais plus ce qui est juste, ce qui ne l’est pas. Quels intérêts devrais-tu servir en priorité ? Jusqu’où tu t’autoriseras à aller… jusqu’où on t’autorisera à aller. Tant de questionnements et un temps qui te semblait si limité pour agir. Tu tentais de te convaincre que, si vous aviez été séparés pendant plus de dix ans, un ou deux mois de plus ne changeraient rien. Mais il pouvait arriver tant de choses en deux mois. Tant de choses qui pouvaient échapper à ton contrôle déjà si frêle.

Il te confrontait à des éléments que tu avais toujours écarté, que tu n’avais jamais voulu penser, parce que, comme il le disait si bien, c’était des questions qui faisaient mal. Tu t’étais toujours dit qu’elle ne chercherait pas à se dresser contre toi, que ce que tu étais aujourd’hui n’entraverait en rien vos retrouvailles. Que ce serait… simple. Et pour l’instant, tu n’avais pas envie d’imaginer tout ça, tu n’avais pas envie de considérer toutes les questions qu’il évoquait.

Tu le jaugeais alors que tu savais pertinemment que tout ce que tu reflétais désormais, c’était l’image d’un homme perdu, incapable de prendre des décisions, incapable de choisir quoi faire. T’avais pas l’air d’un Sith, t’avais pas non plus l’air d’un Lord. Tu régressais pour redevenir cet apprenti qui n’arrivait pas à faire son deuil, qui voulait repartir et qui n’acceptait pas ce qu’on lui offrait.

Se résoudre et rester en place était quelque chose que tu ne parvenais pas à faire. Mais Davoros avait raison sur de bien trop nombreux points, et tu étais forcé de le reconnaître. Le fait qu’il ne te coupe pas seulement dans ton élan sans proposer d’alternative avait quelque chose de rassurant et d’appréciable et la reconnaissance que tu éprouvais à présent pour cet homme était bien trop grande.

« Ce sera sa vie avant la mienne, bien entendu.. quant au reste.. je ne sais pas si je serais capable de prendre une décision… il y a trop de choses, trop de choses qui peuvent tout faire changer. Et je ne veux trahir personne. » Tu prenais une longue inspiration, la mention de la Main Noire t’avait fait tiquer. Et étrangement, tu semblais avoir assez confiance en cet homme pour oser exprimer ton doute. « Pensez vous réellement que m’entretenir de cela avec la Main Noire m’aiderait ? Et si il me disait d’oublier tout ça ? Et si il m’interdisait de la retrouver ? »

T’arborais cet air de chien battu, cet air désespéré rien qu’à l’idée qu’on te demande de ne rien entreprendre. Tes doutes sur ce point n’étaient peut-être pas fondés, mais ils demeuraient bien présents.




We all have our reasons
  judge if you want, we're all going to die. i intend to deserve it.

avatar
Citoyen de Malachor
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Chocolats : 334

    Arrivé(e) le : 06/11/2017

    Messages : 484

    Crédits galactiques : 485

    Cristaux Kyber : 23

    Avatar : Mads Mikkelsen

    Crédits : thinkky

    Disponibilité rp : free

    Inventaire : Sabre-laser
    Tenue avec capuche (armure intermédiaire) et Chasseur bi-place, motojet

  • Posté le Jeu 19 Avr - 4:28

    Message n°9387 (9)


Le jeune Lord était clairement en proie à une foison d'émotions, toutes plus difficiles à encaisser pour qui que ce soit. L'exploration de la force, et notamment du côté obscur, nécessitait pour tout Sith d'accepter et d'apprendre à assimiler ses émotions. Là où les Jedi les niaient et les refoulaient par leur philosophie, celle-ci affirmant qu'elles les mèneraient au côté obscur. Ce raisonnement était au demeurant très restrictif, et à mon sens une erreur. En tant que Lord il était affranchie de son maître, mais peut-être aurait-il besoin d'un soutient tout de même.

Ta condition ne Sith n'est pas le problème, à mon avis, car à moins que l'on ne te prive de tes souvenirs et donc de ton attachement à ta soeur, rien ne pourra changer cela. En revanche la manière dont tu seras en mesure d'accepter vos situations respectives te permettra peut-être d'éclairer ont jugement. lui dis-je d'un ton calme mais pas infantilisant ou méprisant.

En revanche concernant le résultat de toute décision… Peut-on sincèrement être entièrement satisfait du résultat? Cela me surprendrait grandement à vrai dire, car obtenir le résultat parfaitement attendue peut-être tout aussi déstabilisant que l'échec. avais-je repris un brin mystérieux par mes paroles, sans pour autant vouloir lui proposer trop de réponses. Lui donner des idées oui, mais pas la finalité d'une réflexion dont il se serait affranchie.

Je ne peux t'apporter que des idées et des questions. Ton vécu, tes expériences de vies, ce tout qui te définit t'aidera à poser ce trouble qui t'anime, à le décortiquer pour mieux l'analyser et en tirer l'essence. Alors les décisions à prendre commenceront à apparaitre.

Je me tus afin de le laisser reprendre la parole et de l'écouter, tout en prenant soin d'analyser son comportement et l'expression de son corps. Il devait assurément ne pas se sentir à la hauteur, et même perdu, mais cela arrivait à tout le monde même aux plus forts.

Darth Sanguis saura vous guider, ne douter pas de lui. Sa fonction ne consiste pas simplement à sanctionner, mais aussi à apporter des réponses. dis-je plutôt sommairement, mais volontairement. Il lui fallait se confronter à la réalité des faits et ne pas s'y dérober.

Contenu sponsorisé
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté

    Message n°0 (10)