Star Wars Ascension


une farce du destin (evolet)

Star Wars Ascension » Nar Shaddaa

avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Mer 10 Jan - 12:05

    Message n°4269 (1)

Une farce du destin

Année 517, mois 8, semaine 2

Ce qu’il y a de pire quand on élève un enfant, ce ne sont pas ses bêtises, l’indiscipline ou les caprices, mais le fait de se sentir impuissant quand il lui arrive quelque chose qu’aucun médecin ne parvient à expliquer. Et c’est ce que subit Kaedwell en ce moment-même, depuis plusieurs jours à présent. Keenan, ce petit bout de zabrak, ce grand bonhomme un peu trop sanguin pour son propre bien, n’est plus que l’ombre de lui-même, un enfant perdu dans les affres d’un mal qui les surpasse. Le carmin de sa peau a pâli sous la fièvre qui l’assaille tandis que des éruptions cutanées l’envahissent et même son agacement quant à cette inéluctable envie de gratter ces démangeaisons s’est tari. Alors qu’il repose dans son lit d’enfant, le Nagai inquiet peut entendre la toux qui le secoue en plus d’une respiration sifflante qu’il n’a jamais eue auparavant.

Les médecins ont défilé mais personne n’a été foutu de déterminer ce que le petit bout a bien pu attraper. Son côté zabrak l’a toujours doté d’une forte constitution si bien qu’il n’a jamais été malade à ce point. C’est à se demander ce qui se passe alors que même les gourmandises pâtissières du Nagai ne sont plus d’aucun effet pour lui rendre le sourire. Si Byrhon a laissé exploser sa colère contre les médecins incompétents, Kaedwell lui, s’est tourné vers un ultime espoir, si les rumeurs et la réputation à propos dudit espoir sont véritables. La Force a bien des secrets et les talents des anciens guérisseurs Jedi sont une légende qu’il convient de prendre au sérieux. Alors qu’il est clairement hors de question de faire appel au moindre Chevalier de cet Ordre qui de toute façon ne pourrait même pas poser les pieds sur Nar Shaddaa sans s’attirer de gros ennuis, c’est vers une tout autre personne que le Lieutenant s’est tourné, quitte à lui fournir le moyen de voyager jusqu’au cœur de l’espace Hutt.

Cette Evolet Moo fait parler d’elle dans divers milieux, impressionnant par ses qualités de guérisseuse exemplaires. Il n’a guère fallu longtemps, via le large réseau du Cartel qui s’étend dans la galaxie, pour en savoir à son sujet et découvrir qu’il s’agit d’une ancienne initiée de l’Ordre Jedi qui est partie tracer sa propre voie. Où a-t-elle alors développé ses dons vers une telle maitrise ? Mystère. Et c’est en faisant les cent pas dans son salon fraichement rénové qu’il l’attend pour enfin pouvoir poser un diagnostic sur la maladie de son fils. L’attente est longue alors même qu’il a reçu un message pour l’informer du retour de son vaisseau avec sa passagère d’exception à bord. Mais que se passe-t-il pour que le temps avance tant au ralenti ? La circulation en ville est pourtant normale.

Quand, enfin, l’annonce d’un visiteur à la porte des Gill’losa se fait entendre, Kaedwell ne peut retenir un soupir. Las ou soulagé, il ne saurait le dire lui-même. Un droïde protocolaire s’avère plus réactif et va promptement ouvrir la porte pour accueillir Evolet et la guider jusqu’au salon où se trouve l’albinos, les poings appuyés sur le haut d’un canapé. S’il est inquiet, il n’en laisse rien paraître, comme à son habitude, son visage aux traits sévères est bien trop lisse pour s’orner du moindre sourire ni même d’une larme. Les pas de la guérisseuse se font entendre jusqu’à l’entrée du salon et alors, Kaedwell tourne la tête en sa direction, se préparant à lui souhaiter la bienvenue. Mais la perplexité qui l’assaille le paralyse dans son mouvement lorsqu’il aperçoit la silhouette de la jeune femme. Si la canne et les yeux aveugles sont surprenants en soi, ce n’est pas ce détail qui saisit tant le Nagai. Non, ce sont ces traits poupins, cette chevelure aussi immaculée que la sienne, cette ressemblance frappante avec ce dessin que lui a récemment offert Keenan en lui demandant de lui trouver une maman. Est-ce une farce du destin, un simple hasard où le gamin a-t-il perçu quelque chose en s’avérant sensible à la Force ? Il ne manquerait plus que ça…

Pendant un instant, abasourdi, Kaedwell fronce légèrement les sourcils, avant de reprendre ses esprits et se faire force de retrouver la maitrise de son corps. Il s’approche de la jeune femme, l’examine avec plus d’attention, observe ces marques noircies qui font tant écho à Byrhon. Des choses étranges se sont passées avec cette demoiselle pour en arriver là, songe-t-il. « Evolet Moo. Je vous remercie d’avoir accepté de vous déplacer jusqu’ici pour Keenan. Je suis Kaedwell Gill’losa. »


avatar
Système indépendant
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 05/01/2018

    Messages : 92

    Crédits galactiques : 364

    Cristaux Kyber : 13

    Avatar : Kika Von Macabre

    Crédits : MedusaNexus

    Inventaire : - Fouet Laser
    - Pochette de plantes médicinales
    - Graines de plantes diverses
    - Outils médicaux
    - Canne pour aveugle

  • Posté le Ven 12 Jan - 16:55

    Message n°4390 (2)

« Alors comme ça, votre truc c'est de guérir les gens ? »

Lâche l'humain à ses côtés d'un air aussi perplexe que peu convaincu. L'homme qui lui tenait compagnie n'était qu'un vulgaire pigeon qui œuvrait pour un prédateur plus grand et ayant probablement un compte en banque qui devait peser très lourd. Tout ce qu'elle détestait, en somme. Et cet idiot lui avait tenu compagnie depuis leur départ d'Adarlon jusqu'à Nar Shaddaa. Pire, il ne l'avait pas quitté d'une semelle, lui avait tout juste proposé de quoi se rafraîchir.  Ce rustre, elle avait senti son regard la fixer avec lourdeur et insistance pendant des heures. Non pas d'un air lubrique mais plutôt avec méfiance.

« Mon truc... C'est d'aider ceux qui en ont besoin. »

« Et comment vous vous y prenez au juste ? Parce qu'à écouter les rumeurs, vous serez une espèce de magicienne qui vit dans le fin fond d'une grotte. »
« La force permet de faire de grandes choses quand l'on sait s'y ouvrir. »
« Encore une illuminée de la force, fallait que ça tombe sur moi... Comme si je n'avais déjà pas assez avec le patron. »

Le patron donc, était un forceux ? L'arcade sourcilière de la femme se hausse avec curiosité alors que l'ascenseur se stoppe en douceur. Les portes coulissent lentement et l'homme sort le premier, suivi de peu par Evolet qui tâte le sol de sa canne.

« Mais je pige pas bien... le prenez pas mal m'dame hein... Mais vous êtes aveugle, comment vos faites pour faire toute votre bidouille sur les gens ? J'suis pas docteur mais... »
« Assurément, vous ne l'êtes pas. »
« Enfin pour voir les symptômes, toussa...... »
« Ne le prenez pas mal très cher, mais l'on a fait appel à moi pour soigner un enfant souffrant et non pour me justifier auprès des septiques. Vous m'excuserez à présent, du travail m'attend et vous aussi il me semble. »

Mécontent, l'homme de main étouffe un grognement et bien qu'elle ne peut pas le voir, Evolet est persuadé qu'il lui a jeté un regard assassin, lourd de sens quant à son envie de refermer ses mains sur sa gorge ou bien de lui tirer dans la tête à coup de blaster. L'homme finit par toquer à une porte avant de l'ouvrir, laissant l'aveugle passer.

« Patron, le colis est arrivé. »

Murmure l'humain avant de filer aussi vite qu'il est parti. Il n'est pas assez fou pour affronter une seconde de plus la verve de cette femme et encore moins le regard glacial du Nagai qui l'a embauché. Pas qu'il ne soit pas suffisamment payé pour cela, mais lui préfère éviter les ennuis. Son job c'est d'aller chercher les colis et d'en livrer à l'occasion, point. Le pourquoi du comment du reste, ce n'est clairement pas ses oignons. C'est finalement Evolet qui referme la porte d'entrée en douceur avant de sentir une présence tout proche. D'abord le silence règne en maître, sans doute pour laisser le temps à l'inconnu de se faire une idée de ce qu'elle était puis finalement, sa voix s'élève. Si elle semble douce et distante, elle trahit néanmoins un savoir-vivre et une galanterie que son homme de main n'a pas.

« Monsieur Gill'losa, enchantée. Je vous en prie, je tâcherais de faire mon possible pour aider votre fils. » Ses mots sont ponctués d'un sourire bienveillant. « Pouvez-vous m’amener auprès de l'enfant s'il vous plaît ? Je vous invite également à me décrire son état sur le chemin, plus je saurais de détails sur Keenan, plus il me sera facile d'agir et ce, dans les plus brefs délais. N'omettez aucun détail surtout, que ce soit son âge, sa race, ses habitudes, les gens qu'il fréquente, tout ce que vous jugerez nécessaire. »
avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Ven 12 Jan - 17:39

    Message n°4395 (3)

Le Nagai n’a même pas accordé la moindre attention à la présence de l’homme de main qu’il avait payé pour escorter la guérisseuse jusqu’ici. A vrai dire, il se passerait bien de son commentaire et de l’expression colis pour une personne estimable qui est là non pas pour subir un interrogatoire pour être fautif d’une quelconque fraude concernant son réseau, mais pour sauver son fils. A peine remis de l’apparition de cette jeune femme surprenante tant pour ses qualifications que pour ses traits, Kaedwell doit à présent encaisser le choc de la douceur de cette voix mielleuse qui s’élève dans la pièce, et ce sourire délicieux qu’elle lui offre alors même qu’elle ne le voit pas. Diantre, comme si le rapprochement entre le dessin et Evolet ne suffisait pas… Une longue inspiration soulève ses épaules, avant qu’il ne s’avance vers la guérisseuse pour lui offrir son bras afin de la guider plus aisément à travers les couloirs de la demeure.

Adaptant son pas à celui moins à l’aise de l’aveugle qui se trouve en terrain inconnu, Il réfléchit un instant à la question pour ne rien oublier et se lance : « Keenan est un garçon de 5 ans un peu particulier. Son père est un zabrak et sa mère, une humaine. Nous l’avons changé d’école récemment alors les autres enfants qu’il fréquente sont encore des inconnus, on va dire. D’ordinaire, il a beaucoup d’énergie à revendre, un bon appétit, très impulsif mais pas mauvais bougre. Un petit diablotin à la peau rouge qui attend impatiemment que ses cornes poussent. » Et qui aime enfoncer des crayons dans les mains de ses petits camarades, répéter les gros mots proférés par ses autres pères (Byrhon et le vrai), confondre les femmes avec des objets pour son hypothétique harem, et s’émerveiller devant une collection de motojets. Mais ces détails ne seraient peut-être pas utiles à la jeune femme.

Concernant son état actuel, et bien… C’est avec une voix plus lasse qu’il continue alors : « Depuis plusieurs jours, il est très fatigué, présente de la fièvre et a des éruptions cutanées. Il a du mal à avaler quoi que ce soit et le garder hydraté commence à relever de l’exploit. J’ai arrêté de compter les médecins qui ont défilé dans sa chambre sans savoir quoi conclure à son sujet. » Un grognement boudeur conclut cette brève évocations de ces incompétents alors qu’ils arrivent devant la chambre du garçon. Ouvrant la porte, il invite Evolet à approcher jusqu’au lit où gît Keenan, moitié somnolant, moitié éveillé, les yeux entrouverts sur le vide, dépourvu de toute étincelle de joie qui illumine d’habitude ses grands yeux bleus. Laissant la jeune femme prendre ses aises en s’habituant à ce nouvel environnement, Kaedwell fait le tour du lit pour s’y asseoir de l’autre côté. Plongeant sa main dans les cheveux poisseux de sueur du petit garçon, se demandant s’il est suffisamment conscient de ce qui l’entoure pour se rendre compte de la personne qui vient de l’accompagner.

« Petit homme, regarde qui est là. La gentille dame va s’occuper de toi pour te faire aller mieux, d’accord ? », glisse-t-il avant que son regard de glace ne remonte vers la dame en question. Pour le coup, il y avait plutôt intérêt à ce qu’il aille effectivement mieux après ses soins, parce que le Nagai n’est pas du genre à lancer des promesses en l’air. Certes, la Force permet de grandes choses, souvent incroyables, souvent effrayantes même, mais là où la technologie et la science ont échoué, comment un esprit ouvert à la spiritualité saurait y remédier sans difficultés et sans se tromper ? Se redressant, le Lieutenant croise les bras sur son torse, laissant Keenan aux mains d’Evolet. Et maintenant ? Qui sait combien de temps cela prendrait ? « Puis-je vous être d’une quelconque utilité, mademoiselle Moo ? Un thé, peut-être… »



avatar
Système indépendant
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 05/01/2018

    Messages : 92

    Crédits galactiques : 364

    Cristaux Kyber : 13

    Avatar : Kika Von Macabre

    Crédits : MedusaNexus

    Inventaire : - Fouet Laser
    - Pochette de plantes médicinales
    - Graines de plantes diverses
    - Outils médicaux
    - Canne pour aveugle

  • Posté le Ven 12 Jan - 18:06

    Message n°4398 (4)

Elle sent le rapprochement et tend la main, glissant sa paume le long du bras de son hôte. Bien vite Evolet s’agrippe au bras galamment tendu alors que l'homme qui lui tient compagnie est l'exact opposé de celui qui l'a guidé ici. Il est rassurant de voir que la galanterie ne se perd pas totalement. Fort heureusement, Daleth lui-même s'était toujours montré respectueux et galant à son encontre, lui donnant parfois l'impression d'être un objet fragile, unique. Une agréable sensation que toute femme devrait connaître. Silencieuse, la guérisseuse suit doucement son hôte, écoutant la description qu'il fait du garçon. Il l'a mentionné comme son fils mais parle de son père comme d'une personne secondaire.

« Keenan n'est donc pas votre fils biologique ? Vous n'êtes pas le Zabrak en question... »

Susurre la femme qui enregistre mentalement chaque détail qui lui est confié. Les Zabrak étaient des créatures farouchement solides et même les bâtards héritaient souvent de cette particularité. Les médecins qui avaient déjà fait irruption ici en avaient-ils pris compte ? Sans doute que oui, pourtant ce détail travaille Evolet qui entre à son tour dans la chambre. Les relents de sueur lui pique aussitôt le nez, l'enfant avait dû avoir une fièvre monstrueuse pour émettre une telle odeur. Lentement elle prend place sur le lit, repliant sa canne avant d'offrir un nouveau sourire à son patient.

« Bonjour Keenan, je suis Evolet... Je suis venu pour essayer de comprendre ce qu'il t'arrive. »


Elle laisse le père adoptif rassurer l'enfant qui ouvre les yeux. Son regard passe du Nagai à l'humain avant que ses yeux ne s'ouvrent plus grands sous la surprise. Cette femme, c'était celle de son dessin ! Le petit garçon remue, le souffle difficile alors que ses doigts agrippent aux draps et qu'il murmure, la respiration sifflante.

« T'as trouvé la maman que je voulais... »

Perplexe, Evolet fronce sensiblement les sourcils mais ne relève pas les mots du garçon. Sans doute divague-t-il à cause de la fièvre. Lentement la guérisseuse pose une main sur le torse de son jeune patient. Il ne faut pas longtemps pour qu'elle sente les ravages dans son organisme.

« Ce n'est pas viral... » Murmure t-elle. « Pourtant sa fièvre trahit la combativité de ses anticorps... »

Simple déduction. Evolet continue de passer et de repasser ses mains sur le corps de l'enfant, palpant son cou, son crâne, son visage, ses poignets. Elle sent sur sa peau les éruptions cutanées que Kaedwell a mentionnées.

« Monsieur Gill'losa... Vous m'avez bien mentionné que vos fils est à Demi-zabrak, au vu des caractéristiques physiques que vous m'en avez fait, il semble que sa moitié Zabrak soit plus proéminente que sa moitié humaine... » Evolet pivote la tête vers le Nagai, dardant son regard vide et blanc vers lui. « Je crois que votre enfant fait une intolérance alimentaire... Il m'est difficile de savoir à quel aliment ne sachant pas ce qu'il a mangé ces derniers jours mais... je suis presque sûr que son régime alimentaire n'est pas adapté à sa condition. » Soupir. « Ce n'est qu'une supposition bien sûr mais je crois qu'involontairement, vous avez... empoisonné votre fils. » Elle serre la main du petit garçon. « Si c'est bien de cela dont il s'agit, alors un régime essentiellement constitué de viande serait plus adapté et il serait prudent de trouver rapidement quel aliment lui cause du tort. Avez-vous une idée en vous basant sur les derniers repas qu'il a mangé ? L'ingrédient en question doit toucher essentiellement sa moitié humaine qui est plus fragile, quelque chose comme du lactose ou bien des arachides ? » Elle finit par sourire. « Je ne serais pas contre une tasse de thé monsieur Gill'losa, merci beaucoup. »
avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Sam 13 Jan - 0:23

    Message n°4420 (5)

La réflexion d’Evolet concernant la paternité de Kaedwell lui aurait fait hausser un sourcil s’il ne s’était aussitôt rappelé qu’elle ne pouvait savoir à quoi il ressemblait, et surtout pas à un zabrak. Difficile de penser à préciser ce qui est évident quand on est doté de la vue. « Non, en effet. Je ne suis pas un zabrak. Mon frère et moi avons adopté Keenan, après que sa mère n’ait pas survécu à l’accouchement. Elle travaillait pour mon frère. C’est une longue histoire. », dit-il dans un soupir après avoir terminé sa description des symptômes. Oui, une longue histoire. Compliquée, qui plus est, pour ne pas changer. Quoiqu’il en soit, une fois au chevet de son fils, il est presque gêné par la réflexion du garçon qui a de quoi surprendre son hôte. En tout cas, en voilà un qui ne perd pas le nord, songe-t-il en se mordillant la lèvre inférieure. Avec attention, il observe la jeune femme à l’œuvre qui, avec douceur, ausculte le petit bout, sonde sa peau et sans doutes parvient à ressentir ce qui se passe en-dessous.

Les explications dans lesquelles elle se lance finalement, après avoir sondé Keenan de longues minutes, font peu à peu froncer les sourcils au Nagai albinos. Il est clair qu’en observant le garçon, en comparant sa croissance à celle des autres enfants de son âge, et même en le comparant à son père biologique, il ne fallait pas chercher longtemps de quel parent il avait pris le plus. Mais… de là à faire une intolérance alimentaire à un régime humain ? Les mots d’Evolet ont comme l’effet d’un rouleau à pâtisserie sur la tête : soudainement, il se sent défaillir, comme si ses genoux ne le portaient plus. Seigneur Vago tout puissant… qu’avait-il fait ! Le teint déjà blafard de Kaedwell se vide encore davantage de toute couleur pour ressembler alors à la peau d’un mort. Parvenant de justesse à s’asseoir sur le lit avant de s’effondrer en mesurant l’étendue de la gravité de l’état de Keenan, le Nagai se sent soudainement vidé, choqué, alors même qu’il en faut habituellement beaucoup pour l’atteindre à ce stade. Mais là, on parle de son fils…

La sensation de vertige s’amenuise et, portant ses doigts à son menton en réfléchissant à ce qu’il avait mangé dernièrement, il finit par lâcher un soupir. Un régime carnivore… Eryndal, pourquoi faut-il toujours qu’il laisse des parties de lui partout où il va dans la galaxie ? « Il adore tremper ses tartines beurrées le matin dans son chocolat chaud, ou commencer la journée avec une part de gâteau au yaourt… Quand il rentre de l’école, je lui fais des biscuits aux amandes ou aux noisettes… » Et c’est sans parler de l’amour de Keenan pour les pizzas, les légumes qu’on tente de lui faire avaler pour qu’il ait une alimentation équilibrée, les pâtisseries et les viennoiseries en fin de semaine, les crêpes et les gaufres qu’il réclame avec de la pâte à tartiner très célèbre… « Par tous les Hutts… », marmonne-t-il en songeant si fort qu’il est un monstre ! Comment a-t-il pu passer à côté de sa partie zabrak qui aurait nécessité l’aménagement d’un régime spécial ! C’est déjà casse-pied de faire des menus quand Eryndal passe à la maison…

Peinant à retrouver ses esprits, il parvient toutefois à s’arracher de ces pensées cauchemardesques en pensant à ce thé qu’il a proposé à Evolet et qu’il faudrait préparer. S’éclipsant de la chambre, c’est en marmonnant des bouts de phrases incompréhensibles qu’il prépare l’eau chaude et l’infusion, avant d’en apporter une tasse à la guérisseuse, puis de se lamenter avec une lassitude prononcée : « Pauvre petit… on aurait dû y penser, bon sang. »


avatar
Système indépendant
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 05/01/2018

    Messages : 92

    Crédits galactiques : 364

    Cristaux Kyber : 13

    Avatar : Kika Von Macabre

    Crédits : MedusaNexus

    Inventaire : - Fouet Laser
    - Pochette de plantes médicinales
    - Graines de plantes diverses
    - Outils médicaux
    - Canne pour aveugle

  • Posté le Sam 13 Jan - 18:00

    Message n°4449 (6)

Alors que le père adoptif retrace le chemin de l'alimentation de son petit, Evolet n'est pas bien certaine que ce gosse ait une alimentation pour le moins équilibrer. Les sucreries et les laitages semblent former l'essentiel de ce qu'il ingurgite, sans doute par caprice. Pourtant elle ne dit rien, se contentant d'appeler la force pour soulager la douleur de l'enfant et booster son système immunitaire. Pour une allergie, ce serait rapide. Elle se souvenait de l'époque où chaque guérison lui demandait un temps méditatif, une concentration extrême. À présent, elle guérissait comme elle respirait. Evolet usait de son pouvoir avec un naturel déconcertant, c'est bien pour cela qu'elle le mettait à disposition des gens, pas seulement par besoin de faire le bien, mais parce qu'un talent de guérison si fort ne pouvait être gardé pour elle seule. Cela aurait été égoïste, à n'en pas douter.

« Je vois... Il lui faudra faire des tests médicaux pour savoir l'ingrédient que son corps rejette, en attendant il faudra éviter tout surplus de lactose et de sucrerie, par prudence. Nourrissez le avec de la viande ou des produits protéines. Fort heureusement, sa moitié humaine lui permettra d'avoir une alimentation omnivore ce qui devrait aussi alléger vos soucis mais le temps pour lui de se remettre, une alimentation typiquement Zabrak sera nécessaire, je pense. »

Alors que l'homme quitte la chambre, les mains d'Evolet se couvrent d'une lumière bienfaitrice. Elle passe et repasse ses paumes sur les éruptions cutanées et l'enfant ne tarde pas à soupirer d'aise face à la douleur et les démangeaisons qui s'amenuisent progressivement. Keenan garde les yeux fermés, à moitié consciente de ce qui l'entoure. Pauvre petit sans doute épuisé par ses journées de maladie... Mais ce ne sera bientôt plus qu'un mauvais souvenir. Les secondes défilent, se changent en minutes et c'est sans surprise que l'ermite constate que ses talents de guérison ont fait leur effet mais moins qu'elle ne le pensait. Sa moitié Zabrak a fait le plus gros du travaille. Se levant du lit, la femme tire la couverture pour couvrir le torse de l'enfant endormit.

« Ne vous flagellez pas pour votre garçon, monsieur Gill'losa. »

L'odeur du thé vient lui chatouiller les narines alors que la femme affiche un nouveau sourire. Malgré tout, elle sent toute la tension que cet homme ressent, l'angoisse qui l'avait saisi à l'idée de perdre son enfant.

« Ne culpabilisez pas... Vous n'êtes pas le premier parent à être heurté à ce souci et vous ne serez pas le dernier... Malheureusement pour découvrir une allergie ou une intolérance, il est nécessaire de passer par cette mauvaise épreuve... Que ce soit maintenant ou plus tard, par vous ou un autre, Keenan aurait fini par être touché d'une manière ou d'une autre. »

Finalement Evolet se rassoit, prenant la tasse de thé et souffle doucement sur le liquide pour en chasser la chaleur.

« Je me suis chargé de soulager votre garçon monsieur Gill'losa... Il devrait dormir paisiblement durant la nuit, dès demain il sera sur les pieds et apte à vous réclamer des crêpes et des pâtisseries à nouveau. »

Elle sirote le thé fumant, savourant le goût des plantes très différent des infusions qu'elle se fait dans son antre. Pourtant délicieux ce thé, elle savoure ce moment de paix avant de relever le visage. Au son de la respiration de l'homme, elle trouve immédiatement où il se situe par rapport à elle et pivote le buste dans sa direction.

« Monsieur Gil'losa, si vous me le permettez j'ai une question... » elle marque une pause. « Je repense aux paroles de Keenan tout à l'heure... J'en déduis que vous élevez cet enfant tout seul ? Il n'a pas donc pas de mère adoptive ? » Elle sourit. « Je suis perplexe par sa réaction en me découvrant... C'est assez inhabituel. Vous n'avez pas cherché à le contredire... se pourrait-il que je ressemble à une de vos connaissances ?»
avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Mer 17 Jan - 14:55

    Message n°4713 (7)

Pauvre Kaedwell qui va devoir se casser la tête pour trouver des repas typiquement carnivores et suffisamment appétissants pour que Keenan veuille bien fourrer son nez dans son assiette. Bien heureusement, en dehors de ce péché mignon qu’est la pâtisserie – parce que ça détend de malaxer des pâtes à gâteau et c’est moins dangereux pour le cou de ses collaborateurs – le Nagai cuisine assez peu, ou du moins se contente de donner ses instructions au droïde cuisinier de la maison. Une aide qui sera la bienvenue en tout cas, en attendant que le petit garçon se remette.

Calmant plus ou moins ses nerfs pendant la préparation du thé, quand il revient dans la chambre, il peut à loisir observer les effets d’un pouvoir de guérison octroyé par la Force. Il y a quelque chose de mystique et de beau dans cette lumière qui se dégage doucement des mains d’Evolet, tout comme il y a quelque chose d’élégant et de gracieux dans les gestes de la jeune femme. Mais bien vite, le visage du Nagai se ferme, repris dans la tourmente de ses craintes. Ne pas se flageller ? Et comment, diantre ! Ni Byrhon ni lui n’ont su le préserver d’un empoisonnement qui aurait pu lui être fatal. A quoi sert donc le pouvoir, l’argent, leur position enviable au sein du Cartel des Hutts, la Force, s’ils ne peuvent même pas être capables de protéger leur fils ? Alors, seul un grognement peu convaincu répond à son hôte miraculeuse, sans parvenir à sourire à la pensée de revoir Keenan sur pieds, prêt à lui réclamer des crêpes, comme elle le remarquait si bien.

Observant du coin de l’œil le petit garçon qui s’est rendormi, le visage plus serein, enfin dans les bras d’un abandon bienfaiteur, Kaedwell s’est installé sur un tabouret qui trainait à côté du lit. Intrigué par les paroles d’Evolet, il relève la tête en sa direction. « Je vous écoute. », réplique-t-il en l’invitant à plonger dans le vif du sujet. Et quel n’est pas son embarra quand elle évoque la réaction de Keenan en la voyant. Un léger soupir s’échappe d’entre ses lèvres minces et blafardes. Pourquoi faut-il toujours que les situations les plus compliquées lui tombent dessus ? Pendant ce temps, Byrhon trainait on ne sait où en s’amusant à augmenter sa fortune. « Si par élever seul, vous entendez à être la seule personne à tenter de l’éduquer un tant soit peu correctement, oui, en effet. Sinon, pour le reste, je peux aussi compter sur mon frère, mais effectivement, Keenan n’a pas de figure maternelle à laquelle se raccrocher. » Un vide qu’il était de plus en plus difficile de combler ; après tout, rien, pas même tout l’or du monde, les motojets, les jouets et les harems ne sauraient remplacer l’affection d’une maman.

Pendant un instant, le Nagai se pince la lèvre inférieure, ne sachant comment répondre au fait que Keenan ait l’air de la connaître. Lui raconter cette histoire de dessin serait vraiment ridicule et tout juste bon à la mettre mal à l’aise, mais que pourrait-il seulement dire d’autre ? « Je ne connais personne qui vous ressemble… », commence-t-il, avant de se rendre compte que cela pouvait être interprété de plusieurs manières et pas forcément dans le bon sens. « Sans offense, bien sûr, mais je dois avouer que cette histoire est un peu particulière. », se rattrape-t-il en levant les yeux au ciel. « Keenan en est à un âge où il cherche des repères et où les enfants sont particulièrement stupides et cruels pour certains. Alors, le principal repère qu’il devrait avoir pour la… « normalité », il en est dépourvu. Un soir, il m’a demandé de lui ramener une maman à la maison… et ses critères vous décrivent plutôt bien, je dois l’admettre. » Ou comment se couvrir de ridicule… Après une inspiration alors qu’il se tient le menton, Kaedwell ajoute : « Je commence à me demander s’il n’a pas eu une vision de votre venue ou quelque chose de ce genre, ou si c’est seulement dû au hasard… il faudrait que je lui fasse faire une prise de sang pour savoir s’il n’est pas sensible à la Force. »


avatar
Système indépendant
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 05/01/2018

    Messages : 92

    Crédits galactiques : 364

    Cristaux Kyber : 13

    Avatar : Kika Von Macabre

    Crédits : MedusaNexus

    Inventaire : - Fouet Laser
    - Pochette de plantes médicinales
    - Graines de plantes diverses
    - Outils médicaux
    - Canne pour aveugle

  • Posté le Jeu 18 Jan - 12:33

    Message n°4759 (8)

Deux frères pour un fils. En voilà une famille qui ne manquait pas d'originalité. En temps normal, ceux qui adoptait des enfants étaient des couples dans l'incapacité de donner la vie mais là... Ces deux avaient-ils trop d'amour à donner ? Ou peut-être avaient-ils besoin d'en recevoir ? Elle était curieuse de savoir ce que deux frères avaient en commun pour les voir adopter ensemble, un petit garçon. C'était inhabituel mais il fallait avouer que cela avait son charme. Evolet approuvait ce choix au plus au point. Cependant si cela était tout à leur honneur, le petit garçon était dans un âge où il souffrait de l'absence d'une mère, sans doute victime du regard des autres ou de leur médisance. Evolet lâche un discret soupir, sa main libre se posant doucement sur la poitrine de l'enfant endormit. La théorie se confirme vite quand Kaedwell mentionne la méchanceté des autres enfants envers Keenan.

« Il vous a demandé une maman... ? »

Malgré elle, Evolet esquisse un sourire sous cette demande aussi naïve que farfelue. C'était aussi triste que mignon. Mais quand l'homme parle de sa ressemblance avec les espérances de son fils, Evolet cesse soudainement de sourire. C'était une mauvaise blague, n'est-ce pas ? Comment devait-elle réagir à cela ? C'était sans doute une pure coïncidence, mais alors dans ce cas, pourquoi la réaction du petit avait été si flagrante lorsqu'il l'avait vu penché au-dessus de lui ? Keenan serait-il détenteur de la force ? Et son père semblait mitiger à ce sujet mais visiblement semblait connaître le parfaitement.

« Vous... êtes détenteur de la force, n'est-ce pas ? »

Une affirmation plus qu'une question en réalité. Evolet détourne le visage, sa main continuant d'apporter à Keenan, le soulagement dont il a besoin alors que sa paume luit délicatement contre son ventre.

« Si votre fils a la force, que comptez-vous faire ? »

Pour avoir perdu un temps fou chez les Jedi, elle espérait qu'il n'y envoie pas son gosse. Sans doute l’entraînerait-il lui-même. D'ailleurs, où avait-il appris, ce Kaedwell ? Indéniablement pas chez les Jedi, pas chez les sith ou bien il serait forcé d'y vivre. Où dans ce cas ? La question la taraude mais Evolet se retient de la poser, se contentant d'apaiser ses propres appréhensions.

« Si votre enfant a bien eu une vision, il est tout de même étrange qu'il fasse le rapprochement entre nous... je préfère ne pas m'avancer mais... Vous n'êtes pas inquiet parce qu'il a entrevu à votre sujet ? Mon sujet... Enfin... notre sujet ? Peut-être n'a-t-il rien vu de particulier évidemment et il n'a fait que transposer ses propres désirs. Cependant... Je dois admettre que cela m'interpelle. »

Devait-elle contacter Daleth ? Et si lui aussi avait vu quelque chose ? Non c'était idiot, Daleth n'avait aucune raison de focaliser sa médiation vers elle. Et puis Daleth occupait une grande partie du cœur de sa disciple, l'idée même de se rapprocher d'un autre homme lui semblait parfaitement improbable. Elle éprouvait cette étrange culpabilité, soudainement. Lentement elle se lève, soufflant doucement et murmure.

« Navré, mes questions et inquiétudes sont déplacées. Maintenant que votre fils va mieux, je devrais partir et vous laissez avec votre famille. »
Elle pince les lèvres. « Cela dit, vous êtes libres de donner que vous désirez en contrepartie pour les soins... Mais pas de crédits je vous prie, je n'accepte pas l'argent et je me refuse à me plier à tout système économique  ou de consommation. » Evolet hausse les épaules. « J'accepte tout ce qui peut-être utile, des vêtements ou de la nourriture, je ne demande pas grand-chose, même une simple couverture ferait l'affaire. »
avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Jeu 18 Jan - 13:54

    Message n°4763 (9)

« Les missions impossibles sont toujours pour ma pomme. », répond Kaedwell d’un ton à la fois las et amusé. Et le pire c’est que c’est véritablement la réalité, alors même que Byrhon adore se fendre la poire à chaque fois qu’une situation de ce genre lui tombe dessus. Parce que ça n’arrive jamais à Byrhon, évidemment. Retrouvant le silence alors qu’il observe attentivement les réactions de la jeune femme, ce sourire qui se fige qui est la meilleure preuve du désarroi qu’on peut ressentir face à un tel aveu. Qu’aurait-il pu dire d’autre, de toute façon ? Kaedwell en était déjà navré avant même d’aborder le sujet et à présent, il n’est encore davantage. Il avait fait venir Evolet pour sauver son gamin, pas pour la mettre dans l’embarras, bon sang.

Relevant un œil vers la guérisseuse, l’albinos reste un instant songeur face à l’affirmation de l’aveugle. Détenteur de la Force, l’expression est plus aboutie, plus nuancée que simplement dire Jedi, chose qu’il n’est pas de toute façon. « Oui. », confirme-t-il simplement sans évoquer ses aventures chez les Jensaarai, avant de réfléchir un instant avant de soupirer en haussant les épaules : « Sûrement pas l’envoyer chez qui que ce soit. Il faudra que j’en discute avec mon frangin, mais si ça ne tenait qu’à moi, je m’en occuperais moi-même. » Ah, Byrhon… nul doute qu’il refuserait absolument et catégoriquement que Keenan apprenne à maitriser la Force, alors même que ne pas former un sensitif était le meilleur moyen de lui offrir une vie chaotique… Surtout si le garçon tenait de la puissance du père biologique. Double misère.

Commencer à avoir des visions, des pressentis du futur n’est jamais une bonne chose, en tout cas selon Kaedwell. On y accorde toujours trop d’importance, au point où on ne finit plus que par être absorbé par ces futurs possibles au lieu d’être dans le moment présent et de vivre, tout simplement. « Je ne sais pas ce qu’il a vu, s’il l’a vraiment vu, ou si c’est seulement un désir de son esprit, une idéalisation d’une figure maternelle qu’il a voulu représenter. Il m’a simplement donné un dessin. Sans doutes a-t-il été influencé aussi par notre propre physique, avec Byrhon nous sommes des Nagai albinos. Même teint et mêmes cheveux blancs. » S’il y avait une palme pour la famille la plus originale de la galaxie, sans doutes que les Gill’losa l’auraient décrochée. Son regard glacé se pose sur Keenan qui soupire dans son sommeil plus apaisé. « J’aime croire que rien n’est écrit de façon absolue. Toutes les visions de la Force ne se vérifient pas, et tous les rêves des enfants ne sont pas des visions de la Force. », conclut-il en se redressant.

Mais ses paroles parviennent-elles seulement à l’apaiser lui-même ? Il est trop troublé pour le dire, cependant qu’Evolet n’a pas l’air des plus à l’aise avec l’idée même de voir son destin scellé avec un inconnu. Quoiqu’il en soit, le Nagai a ce petit pincement au cœur de déception alors qu’Evolet souhaite déjà partir. Pour une fois qu’il avait l’occasion d’échanger avec une charmante personne… ça lui change des têtes de pioche du Cartel. « Après ce long voyage, vous comptez déjà repartir ? Ou peut-être avez-vous d’autres obligations sur Nar Shaddaa… », émet-il avec un ton quelque peu surpris. Mais ce n’est rien en comparaison du moyen de paiement pour ses services rendus, qui contrastent tant avec le système excessivement monétaire de l’espace Hutt : ici, tout se paye et souvent à prix d’or. Le Nagai en reste même bouche bée pendant plusieurs secondes. « Vous venez de sauver mon fils alors que les meilleurs médecins de Nar Shaddaa ont lamentablement échoué, et tout ce que vous désirez en échange, c’est… une couverture ? », lâche-t-il, pantois.

Dis comme ça, ce n’est sans doute pas très respectueux, mais le ton du Nagai est mêlé de surprise, d’admiration et du plus grand des désarrois. Parce qu’il n’a jamais eu affaire à une personne comme ça. « Je pourrais déjà vous remercier en vous invitant à rester dîner, si le cœur vous en dit. Mon vaisseau vous ramènera à bon port. Et… » Se tenant le menton, Kaedwell réfléchit pendant quelques instants. Elle pourrait repartir avec des valises pleines de vêtements que les Gill’losa ne se sentiraient pas plus pauvres le moins du monde. « Outre du matériel de première nécessité, sans doutes auriez-vous besoin de plantes ou de substances médicinales en particulier ? Ma… position au sein du Cartel des Hutts pourrait aisément vous aider à obtenir des plantes habituellement rares. »


avatar
Système indépendant
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 05/01/2018

    Messages : 92

    Crédits galactiques : 364

    Cristaux Kyber : 13

    Avatar : Kika Von Macabre

    Crédits : MedusaNexus

    Inventaire : - Fouet Laser
    - Pochette de plantes médicinales
    - Graines de plantes diverses
    - Outils médicaux
    - Canne pour aveugle

  • Posté le Dim 21 Jan - 13:42

    Message n°4991 (10)

Est-ce de la déception dans le ton de sa voix ? Surprise d'entendre le Nagai qui s’attriste de son départ, Evolet ne sait quoi répondre. Elle n'a aucune obligation mais elle avait pour habitude de ne pas s'éterniser chez ses clients. Un peu mal à l'aise, l'aveugle secoue doucement la tête. Malgré le discours de Kaedwell, elle espérait que son soudain intérêt pour elle n'était pas dû à cette histoire de rêve avec son fils.

« Eh bien... Je peux rester un peu si vous le désirez... Le souci était que j'espérais ne pas partir trop tard... Comment dire... Je n'ai aucun crédit et je ne peux pas me payer un hôtel... Il serait dommage pour moi de rester une nuit dehors parce que je n'ai pas accès à un moyen de transport spatial avant l'aube, vous comprenez ? »

Et même s'il était le propriétaire dudit transport, il était toujours préférable de ne pas s'imposer chez les gens. Evolet esquisse un sourire amusé quand son comparse s'étonne du paiement qu'elle réclame. C'est vrai que les nouveaux patients avaient souvent ce genre de réaction, beaucoup ne comprenaient pas le concept, trop dépendant du système économique de la galaxie.

« Monsieur Gill'losa, je vis dans une grotte en plein milieu d'une jungle... je n'ai que faire dès l'argent... En revanche, une couverture où des vêtements pour me tenir chaud sont les bienvenues. De la nourriture ou des ustensiles bons pour la survie sont toujours agréables à recevoir. Un sourire fait toujours un merveilleux paiement... Je ne fais pas mon travail pour le bénéfice, monsieur Gill'losa. Je le fais parce que je le peux et parce que j'aime cela. Mon seul talent résidé dans ce pouvoir de guérison alors je tâche de lui fait honneur et l'usant au mieux pour ceux qui en ont besoin. »


Un altruisme a tout épreuve. Il était étrange de mentionner cette indépendance totale à un homme qui oeuvrait pour un réseau qui lui, n'existait que pour le bénéfice. Pourtant ce père de famille atypique n'avait pas le cœur ni l'esprit d'une personne qui cherchait à tout prix à s'enrichir. Il était une délicieuse contradiction à laquelle Evolet ne s'était pas attendu. Perplexe, la femme manque de s'étouffer quand son interlocuteur l'invite à dîner. Est-ce là un geste de politesse ou bien... ? Là encore, elle se questionne, il est difficile de cerner où se situe l’allégeance de Kaedwell. Un brin mal à l'aise, la femme ramène sa canne contre son ventre, comme si elle cherchait à se protéger inconsciemment de quelque chose. Mais de quoi ? Bonne question.

« Eh bien euh... Oui, je suppose qu'un repas ne serait pas de refus. Vous êtes sûr que cela ne dérangera personne ? Que ce soit votre frère ou bien votre équipage pour devoir me ramener si tardivement . Je n'aime pas que ma présence soit une gêne pour les autres. » Avoue-t-elle à mi-mot. « Je serais ravie de voir quelles plantes vous avez pour moi monsieur Gill'losa ! Ce serait en effet un beau cadeau que vous me ferez là, j'ai pour habitude de cultiver mes plantes moi-même bien que la nature offre déjà tout le nécessaire. Disons que cela occupe mon temps, il est difficile de se divertir quand l'on vit en ermite et que l'on est aveugle... »

Evolet lâche un rire léger et amusé. Non elle ne vivait pas mal le fait d'être aveugle, c'était un choix personnel qui lui convenait très bien. L'ermite offre un sourire plus franc, son regard blanc rivé vers la silhouette du pâle Nagai.

« Monsieur Gill'losa, est-ce que ce serait abuser de votre gentillesse si je vous demandais un peu de musique ? je n'ai pas... l'occasion d'en écouter beaucoup mais puisque vous m'avez inviter à vous tenir compagnie... Je ne serais pas contre ce petit plaisir avec une seconde tasse de thé. »
avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Mar 23 Jan - 10:55

    Message n°5261 (11)

« Mon vaisseau vous emmènera à l’heure que vous souhaitez, dès que ses soutes seront pleines et que son check-up de maintenance sera validé, vous comprenez ? », réplique le Nagai en haussant les épaules, songeant que de toute manière, la corvette l’Albinos se devait d’être toujours prête à intervenir en cas de mission urgente. Alors rester sur le pied de guerre pour être apte à ramener Evolet chez elle, serait un jeu d’enfant pour son équipage. Mais en attendant, il ne pouvait expédier l’engin dans l’espace sans que l’on soit assuré de son parfait état de fonctionnement. Entre attendre avec un bon diner en perspective ou rester planté au beau milieu du spatioport le temps que les techniciens et les mécaniciens aient terminé leur travail, pour Kaedwell, le choix était vite fait.

La pâle créature finit par hausser un sourcil à la description du mode de vie de cette singulière jeune femme. Une grotte perdue au fin fond d’une forêt. C’est sûr qu’on peut espérer mieux comme plan de carrière, surtout pour une guérisseuse avec de tels talents. Seul le bouche à oreille avait permis de lui octroyer une certaine renommée, mais encore fallait-il la trouver une fois qu’on en a entendu parler. Exercer ses talents par pur altruisme est une idée qui le laisse songeur un instant. « C’est curieux, et c’est tout à votre honneur. », finit-il par articuler d’une voix douce. Au final, même les Jedi s’avèrent bien moins accessibles et disponibles à tout un chacun. Ou tout du moins leurs services de guérisseurs ne semblent pas s’adresser à n’importe qui, allant certes de planète en planète mais privilégiant les peuples abimés par les conflits ou les endroits particulièrement touchés par le malheur. Comme s’il fallait mériter d’être soigné, et qu’un petit garçon avec des parents milliardaires n’avait aucune importance. On ne peut pas dire en tout cas que le fait d’avoir intégré le Cartel des Hutts ait aidé le Nagai à développer une quelconque admiration pour cet ordre millénaire…

Une petite moue gênée tord les lèvres du Lieutenant alors qu’il relève son regard de glace sur Evolet. A vrai dire, il ne sait toujours pas ce qui l’a pris de proposer à la guérisseuse de rester dîner mais, de toute façon… « Déranger qui ? Byrhon risque probablement de rentrer tard, quant à mon équipage… ils ont l’habitude d’embarquer à n’importe quelle heure. » Et ils sont grassement payés pour faire leur travail, songe-t-il silencieusement. La jeune femme semble avoir de la conversation et des intérêts communs avec Kaedwell, si bien que cela lui change de ses interlocuteurs habituels. Et puis, il est curieux de connaître le parcours singulier de l’humaine : que s’est-il passé pour qu’elle quitte les corps de services Jedi et qu’elle développe ses dons sans leur aide ?

Le Nagai est en tout cas soulagé que sa proposition de nouvelles fournitures botaniques lui convienne. Plissant légèrement les paupières alors que le rire d’Evolet rebondit sur les murs, le visage de Kaedwell se détend davantage par la suite. De la musique ? Si ce n’est que ça… « Connaissez-vous la cantatrice Tyasayle E’veed ? », susurre-t-il alors qu’il va pour servir une autre tasse de thé à son invitée. A ses yeux, tout le monde devrait avoir entendu non seulement le nom de cette hybride twi’lek et nautolan, mais surtout sa voix. Sortant son holocom de sa poche, il tapote rapidement sur le petit écran holographique qui s’est affiché et aussitôt, les premières notes s’élèvent dans l’appartement dans un fond sonore agréable qui valait tout l’or du monde. A quand la prochaine tournée de la cantatrice dans la galaxie ?, ne put s’empêcher de penser le Nagai, avant de chasser cette question d’un bref revers de la main. « Concernant les plantes… je pense que vous vous ferez une meilleure idée en allant directement dans ma serre, juste au fond du couloir. », ajoute-t-il en haussant un sourcil qui est l’unique signe exprimant un certain orgueil quant à cette petite infrastructure.

Les grandes baies vitrées exposées plein sud y diffusent une lumière particulière car régulée par tout un ensemble de systèmes complexes pour s’adapter à chaque espèce de plante. Elle y trouverait là de tout, de la simple herbacée commune aux plantes toxiques les plus rares en passant par des algues diverses. Tout un domaine consacré à ces espèces capables tant de guérir que de tuer si l’on n’en maitrisait pas les doses. Certaines soulagent, d’autres sont agréables pour le corps en infusion, et quelques-unes, associées à certaines épices, rendent euphoriques. Le laboratoire du Nagai renferme d’autres secrets et d’autres projets également, mais ce détail n’a pas grande importance.


avatar
Système indépendant
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 05/01/2018

    Messages : 92

    Crédits galactiques : 364

    Cristaux Kyber : 13

    Avatar : Kika Von Macabre

    Crédits : MedusaNexus

    Inventaire : - Fouet Laser
    - Pochette de plantes médicinales
    - Graines de plantes diverses
    - Outils médicaux
    - Canne pour aveugle

  • Posté le Mar 30 Jan - 13:33

    Message n°5776 (12)

Au début, elle s'était dit qu'il était juste trop poli et sans doute trop gentil, mais à présent Evolet se disait que Kaedwell avait un besoin de combler sa solitude. Quelque chose chez lui semblait briller depuis qu'elle avait accepté de rester plus longtemps dans ce logis dont elle ne voyait pas le luxe. Mais peut-être se trompait-elle, Evolet n'avait aucune certitude, simplement voilà, ils ne se connaissaient pas et elle ne lui avait donné aucune réelle raison de lui faire désirer sa présence. Keenan l'avait fait, cependant. Le doute donc, encore et toujours. Pourquoi n'arrivait-elle à se défaire de l'idée que son hôte était influencé par les rêveries de son fils ? Elle tente vainement de garder cela dans un coin de sa tête, pour simplement profiter de l'instant, mais rien à faire.

« Qui ne connaît pas Tyasayle ? Je l'adore, j'ai eu le plaisir d'aller l'écouter chanter. J'en garde un merveilleux souvenir... »

Murmure suavement la femme en saisissant la tasse de thé nouvellement empli. Oui, elle se souvenait encore de ces quelques heures dans un siège confortable à écouter la voix mystique de la cantatrice. Daleth lui avait fait ce beau cadeau et à la représentation terminée, Evolet avait fini dans les bras de son mentor, pour le reste de la nuit. Durant un instant, elle en oublie Keenan, Kaedwell et la raison de sa présence. Ses lèvres collées au bord de la porcelaine, Evolet reste immobile, perdu dans ses souvenirs. Elle réalise alors qu'elle n'a pas vu Daleth depuis quelque temps déjà et le manque vient lui nouer la gorge. Daleth, que pouvait-il faire en ce moment même ? Est-ce qu'il pensait un peu à elle ? Sans doute un peu oui, mais vraiment rien qu'un peu....

Concernant les plantes… je pense que vous vous ferez une meilleure idée en allant directement dans ma serre, juste au fond du couloir.

C'est comme être tiré d'un rêve agréable et douloureux à la fois. Evolet redresse la tête, son regard vide se posant sur la silhouette de son hôte alors qu'instinctivement, elle affiche un sourire chaleureux. Un réflexe plus qu'autre chose. Elle souriait toujours par automatisme, c'est sans doute ce qui la rendait si naïve aux yeux des gens. Cet air trop sympathique, il lui coûtait cher parfois. La guérisseuse boit une longue rasade de son thé avant de le poser sur la table et murmure.

« Je serais ravie que vous m'emmeniez dans votre serre, mais avant... »

Penser à Daleth lui donnait des idées saugrenues. Nostalgique, cela avait éveillé en elle un besoin humain de sociabiliser. Le besoin aussi d'un contact physique, de pouvoir se reposer sur quelqu'un.

« Vous dansez, monsieur Gill'losa ? »


La question sera sans doute surprenante mais déjà la femme au teint pâle s'est redressé, s'extirpant sur l'étroit espace entre le canapé et la table basse et tend les bras simplement sans se défaire de ce même sourire qui reste implacablement imprimé sur son faciès poupin. Elle l'invite silencieusement à venir se joindre à elle, profiter de la musique et de combler le temps qui passait trop lentement. Il était évidemment libre de refuser et elle n'en prendrait pas ombrage mais étrangement, Evolet était curieuse de pouvoir le toucher, le ressentir, se faire une idée de ce à quoi il ressemblait. Elle n'avait pour l'instant que sa voix, que son énergie et sa galanterie pour se faire une image de lui.

« Venez, je vous promets de ne pas vous marcher sur les pieds. »
avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Mar 30 Jan - 20:39

    Message n°5795 (13)

Lentement, les sourcils du Nagai albinos se haussent, déridant ce visage habituellement fermé et peu avenant, tandis que son regard bleu s’arrondit à la fois par la surprise et la sensation agréable que de pouvoir enfin partager avec quelqu’un son admiration pour la musique de Tyasayle. Les notes s’élèvent dans l’air, résonnent dans le séjour et se réverbèrent sur les murs et alors que la voix de la cantatrice s’impose avec sa douceur habituelle, Kaedwell s’abandonne dans une sensation de plénitude, comme si d’un coup, les tracas liés à Keenan devenaient bien plus supportables à porter. C’est un ciel nuageux qui se dégage, où le positivisme l’emporte sur le pragmatisme. Pendant quelques instants, le Lieutenant ne pense plus à rien, se laisse porter par la musique, avant de tourner la tête en direction d’Evolet.

« Vous n’imaginez pas le bien que ça fait, de rencontrer quelqu’un qui a du goût. », lâche-t-il en songeant à tous ces rustres insensibles au talent artistique et qu’il doit se coltiner au Cartel. A quoi cela sert-il donc de s’enrichir si c’est pour rester aussi stupide qu’un bantha décérébré ? Ah, oui, il est évident en cet instant, combien il pense du bien de ses collègues ou sous-fifres, et en un sens, heureusement que le Mogul suprême sortait du lot – et après on vient s’étonner de son air constamment aussi enjoué qu’un mort ! Et si la perspective d’avoir des centres d’intérêts communs avec son interlocutrice l’enchante, ce n’est pas pour autant qu’il saute de joie quand elle lui demande s’il acceptait de… quoi ? Il s’étoufferait presque, même. Danser ? Mais… « Euh… », réussit-il juste à émettre d’un ton très convaincu. Fronçant légèrement les sourcils, le Nagai est quelque peu désarçonné par cette demande plutôt étonnante et peu commune pour deux êtres qui ne savent rien l’un de l’autre.

Mais il y a le sourire d’Evolet. Ce sourire toujours constant qu’on dirait que rien ne saurait le faire flancher, et qui semble attester d’un si grand calme et d’une si grande confiance en elle. Hésitant, le regard de Kaedwell vole de la jeune femme au mobilier alentours, se demande à quel moment on peut trouver que c’est une bonne idée d’être aveugle mais d’inviter quelqu’un à danser malgré tout. Les lèvres tordues en une moue de réflexion, il finit néanmoins par se lever, un automatisme alors que la jeune femme lui tend les bras. De la pointe du pied, il fait glisser la table sur le côté pour dégager plus de place dans l’aire créée par les fauteuils et les canapés, avant d’approcher avec un soupir. « C’est peut-être moi qui risque de vous marcher sur les pieds. », ironise-t-il en s’emparant des doigts d’Evolet entre le pouce et la paume pour la guider à les placer sur ses épaules. Cette proximité soudaine et inattendue aurait de quoi de faire flancher le teint blafard de l’albinos, au lieu de quoi, il se contente de pâlir un peu plus.

Que faire de ses mains ? L’éternelle question dans ce genre de moments critiques. Son visage se fend d’une expression embarrassée quand il pose délicatement le bout de ses doigts sur la taille d’Evolet. Faites que Byrhon ne déboule pas à ce moment où il devrait supporter ses moqueries narquoises jusqu’à la fin de ses jours, songe-t-il avec agacement alors que par réflexe, son regard se porte rapidement vers la porte d’entrée. Les premiers pas sont prudents, trouvent cependant leurs marques avec le rythme de la musique et au bout de quelques instants, Kaedwell finit par succomber à la curiosité. « Dites-moi, je n’ai pas pu m’empêcher de me demander… est-ce que vous avez toujours été… non-voyante ? Ou cela s’est-il déclaré plus tardivement ? Vous semblez très… à l’aise. »


avatar
Système indépendant
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 05/01/2018

    Messages : 92

    Crédits galactiques : 364

    Cristaux Kyber : 13

    Avatar : Kika Von Macabre

    Crédits : MedusaNexus

    Inventaire : - Fouet Laser
    - Pochette de plantes médicinales
    - Graines de plantes diverses
    - Outils médicaux
    - Canne pour aveugle

  • Posté le Ven 2 Fév - 15:53

    Message n°5961 (14)

Il n'est pas avare de mot, par chance la voix de Tyasayle comble le silence alors qu'Evolet fait preuve de patience. Son hôte était libre de refuser la danse, elle ne s'offusquerait pas de cela. Pourtant elle finit par entendre le glissement d'un meuble et bien vite le Nagai s'empare de sa main pour la déposer sur son épaule. Son sourire ne flanche pas et la guérisseuse se rapproche lentement, laissant ses mains glisser sur les épaules de son comparse. Entre ses doigts, elle sent ses cheveux. Ils sont longs et lisses. Elle ne saurait en dire plus mais ils semblent étrangement bien soignés.

« Oh, vos cheveux.... »

Souffle-t-elle face à cette découverte. Evolet détourne légèrement le visage, se rapprochant un peu plus sans que son corps ne touche celui de son hôte. Il aurait été inconvenant de se permettre cela. La décence avant tout, n'est-ce pas ? Il semblait tendu, sa stature était ferme, raide. Bon sang, qu'il se détende !

« Vous devriez respirer un grand coup, monsieur Gill'losa... je vous sens un tantinet sur les nerfs. »


Simple ironie pour détendre l'atmosphère. Son sourire s'élargit, elle n'est pas surprise par sa question. Combien de fois la curiosité des gens l'avait emporté sur la discrétion ? Qu'importe, elle n'était ni gêné, ni vexé. Et puis cet homme lui accordait une danse, elle pouvait bien étancher sa soif de curiosité en contre-partie.

« En fait, c'est un choix personnel. »


Avoue simplement la jeune femme qui se balance doucement au rythme de la musique, restant proche du meneur au pas mal assuré. Personne n'a encore écrasé les orteils de son compagnon, c'est déjà une bonne chose. Malgré tout, Evolet doute qu'entre ses bras, Kaedwell finisse par se détendre. Cela semblait être dans sa nature d'être toujours aussi crispé. Il aurait sans doute dû boire une troisième tasse de thé...

« Comme vous vous en doutez, je n'ai pas appris à me servir de la force comme par enchantement. J'ai faits mes débuts très jeunes, auprès des Jedi... Malheureusement, enfant j'étais d'une nature très discrète, je n'avais pas vraiment confiance en moi et je doutais très souvent... J'étais malhabile, incapable de me concentrer et mes efforts finissaient très souvent par un échec... Ma récompense pour cela a été de me voir refuser un maître pour gravir les échelons. Je n'étais... » Elle déglutit. « Pas digne, sans doute. Alors je suis resté bloqué au rang d'initié et puis j'ai rejoint le corps de service des Jedi. Beaucoup y voient là un déshonneur mais... Pour la part, j'ai trouvé que c'était mieux que rien. J'étais utile là-bas, j'ai sauvé plus de vie que si j'avais été Jedi, en fin de compte.»

Elle n'avait pas de gêne à raconter son histoire et sans doute que cela adoucirait un peu plus Kaedwell. Tenter d'installer une aura de confiance par la confidence. Pourquoi pas après tout ? Evolet n'avait rien à perdre.

« Je me suis rangé du coup de la médecine, j'ai appris à soigner à l'aide de la force. C'est surprenant de voir que je m'en sortais bien dans ce domaine alors même que j'avais toujours été une calamité dans l'usage de la force... » Rire amusé. « Quoi qu'il en soit, un jour j'ai rencontré un étrange inconnu. Il portait un masque, il était mystérieux mais étrangement charmant... Je crois qu'il a vu en moi quelque chose que je ne saurais dire mais il était différent de tous ceux que j'avais croisé dans ma vie jusque-là. Il m'a proposé son aide, j'ai accepté... Pour ne pas dire que je l'ai supplié. » Elle rit de bon cœur. « J'ai fini par quitter le corps de service de Jedi pour parfaire ma formation, cachée aux yeux de tous, je me suis tourné vers une vie d'ermite. Mais le souci restait le même, je faisais ce blocage agaçant, j'étais incapable de me projeter, de ressentir... J'avais peur, je crois. De quoi, je ne sais pas... Mais mon maître a gardé confiance, il a été patient et d'une grande compréhension. Je crois que c'est ce qui m'a le plus aidé en fin de compte, quelqu'un qui me comprenait sans me juger. Quand j'ai réalisé que j'étais incapable d'ouvrir mon esprit, j'ai faits le choix de me priver d'un sens. Je lui ai demandé de me prendre la vue pour voir... autrement ? Eh voilà comment j'en suis arrivé là. J'ai perdu la vue mais ce choix a été bénéfique vous savez... Cela m'a vraiment ouvert l'esprit, j'ai appris à voir plus loin, plus grand. Je n'ai jamais regretté mon choix, ma vie à présent me convient très bien. »
avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Mer 7 Fév - 13:57

    Message n°6232 (15)

Un tantinet sur les nerfs ? Kaedwell hausse un sourcil pour le moins sarcastique que la jeune femme ne peut apercevoir. Eh bien, comment dire… il est en train de danser au beau milieu de son salon avec quelqu’un qu’il connaît à peine après une dure semaine à se ronger les sangs pour son fils et après avoir découvert qu’il l’avait empoisonné involontairement. Non, vraiment, au vu de cette situation, il se trouvait encore plus détendu qu’un maitre Jedi. « Et ça vous surprend ? » rétorque-t-il avec la même ironie, avant d’écouter l’histoire qu’elle consent à lui conter. Il s’était douté de son passage chez les Jedi, parce qu’il faut bien commencer quelque part et parce que ce sont bien les informations qui sont revenues vers lui, mais de là à imaginer que ces petits péteux ne soient pas capables de la moindre pédagogie avec ceux qui ont le plus de difficultés… On dirait que plus le temps passe, plus ils touchent le fond et plus ils continuent de creuser.

Basculant légèrement la tête en arrière pour se détendre les cervicales, le Nagai albinos en vient à se perdre un court instant dans ses propres souvenirs d’enfance, là, à apprendre parmi les Jensaarai. Battant rapidement des paupières, il chasse cette pensée à mesure qu’il lâche un peu plus prise et que sa démarche se fait plus confiante au milieu du séjour. Son regard se porte à nouveau sur Evolet alors qu’elle évoque là ce moment où sa vie a probablement basculé. La description qu’elle donne de son maitre pour le moins mystérieux transpire d’une sorte d’admiration, ou de vénération qu’il ne peut s’expliquer. Voire quelque chose de plus sans qu’il puisse deviner quoi. Un être charmant… Une petite moue contracte rapidement ses lèvres avant de disparaître. Et cela lui fait fugacement et vaguement penser aux propres mots d’Eryndal quand ils ont enfin pu évoquer leurs passés respectifs : un masque, un maitre mystérieux et différent, d’une patience presque infinie. Mais non, c’est complètement stupide comme rapprochement.

« Votre parcours est pour le moins singulier. », susurre-t-il avec sympathie. « Les Jedi doivent bien se mordre les doigts d’avoir perdu votre talent, à présent que vous êtes libre d’aider ceux qui vous le demandent, sans avoir à obéir à une quelconque hiérarchie. », finit-il par ajouter après un temps de silence. Un gain inestimable pour la galaxie et ce n’est pas Kaedwell qui risque d’en penser le contraire alors qu’elle vient de sauver son fils sans avoir cherché à savoir dans quel genre de famille il grandit. Car évidemment, les Corps de services n’auraient eu que du dédain pour un membre du Cartel des Hutts, surtout avec une position pareille. Leur vision du bien et du mal est tellement surfaite… Un léger soupir s’échappe d’entre ses lèvres lorsqu’il se laisser aller à exprimer un petit aveu. « Je crois que j’ai eu de la chance en apprenant au sein d’un Ordre aux ambitions bien plus humbles. Un peu comme dans une famille où chacun peut aller à son rythme et où le chemin parcouru est plus important qu’un quelconque résultat. Avant de vouloir se sentir utile pour le reste du monde, il fallait déjà se sentir utile pour sa famille et ceux à qui on tient. »

Un ricanement lui secoue la gorge tandis qu’il hausse les épaules : pas fichu de protéger son apprentie, pas fichu de protéger son fils, il est clair qu’en cet instant, Kaedwell se sent assez peu indispensable quant au bien-être de ses proches. « Pour le coup, j’ai largement moins de mérite que vous. » Il faut dire que tout le monde n’est pas fondamentalement altruiste mais depuis toutes ces années, à quoi ont bien pu servir ses compétences en dehors de faire fructifier des affaires qui rapportent déjà des milliards ? Ah, oui, c’est vrai, ces milliards serviront à s’assurer que plus jamais, qui que ce soit ait à perdre un être proche à cause de la cupidité d’un rapace de la Nébuleuse noire.


avatar
Système indépendant
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 05/01/2018

    Messages : 92

    Crédits galactiques : 364

    Cristaux Kyber : 13

    Avatar : Kika Von Macabre

    Crédits : MedusaNexus

    Inventaire : - Fouet Laser
    - Pochette de plantes médicinales
    - Graines de plantes diverses
    - Outils médicaux
    - Canne pour aveugle

  • Posté le Sam 10 Fév - 19:19

    Message n°6347 (16)

La danse continue tout comme la voix de Tyasayle perdure dans un doux écho dans le salon. Evolet reste tout contre son hôte, savourant cette danse qui s'éternise, pour son plus grand plaisir. Est-ce que les Jedi s'en mordaient les doigts ? Elle en doutait sévèrement pas. Humble, Evolet se contente de hausser les épaules, murmurant simplement.

« Personne n'est irremplaçable monsieur Gill'losa. Les Jedi croient savoir ce qui est bon pour eux, tant bien leur fasse, voilà longtemps que je ne me préoccupe plus de savoir ce qu'ils pensent ou non. »

Ses mots s'accompagnent d'un léger sourire alors qu'elle reste là, cramponner à lui en tâchant de ne pas lui écraser un pied. Les Jedi étaient le dernier de ses soucis et si Evolet avait encore une once de respect pour cet ordre ancien, il n'était certainement pas dû au pseudo valeurs qu'ils défendaient. En réalité, elle n'était même pas sûre d'avoir encore du respect pour eux. Elles les voyaient comme obsolètes, indécis. Il se cantonnait à leur propre vision de la réalité. Et cette vision était incroyable étroite. Elle en avait elle-même fait les frais.

« Le souci chez les Jedi n'a jamais été la hiérarchie... Et ce n'est pas non plus un problème pour moi. Disons juste que... Mon maître m'a appris à voir plus loin, plus grand et surtout plus... humblement. Il m'a appris que l'équilibre était un tout, la paix absolue met autant en danger cet équilibre que le mal tout-puissant. » Elle soupir. « Les gens voient les choses d'un œil trop négatif. Ils ont peur... Et c'est la peur qui pousse l'humain dans ses pires retranchements. »

Mais c'est aussi cette peur qui pouvait sauver des vies. Ou sa propre vie, en l’occurrence. Evolet penche doucement la tête sur le côté, écoutant les douces paroles de son hôte. Il semblait très tourné vers la famille, un concept agréable. Est-ce qu'elle avait déjà envisagé d'avoir sa propre famille ? Après tout, rien ne la retenait, elle était libre de trouver un époux, d'avoir des enfants... L'idée lui tord les tripes, la bile brûle son estomac. Non, non ce n'était pas pour elle. Et puis il y avait Daleth. Malgré elle, l'ermite éprouvait un sentiment inconfort à l'idée de lui être infidèle dans les sentiments. Elle l'avait mis au-dessus de tous dans son cœur, sans doute même le savait-il déjà et ce, depuis longtemps. Daleth lui suffisait, réchauffait son cœur et son âme dans les instants de doute et d'intense solitude. Elle n'avait pas besoin de réciprocité et doutait de toute façon que ce soit le cas. Tant qu'il était présent, rien d'autre n'importait.

« Vous avez une famille peu commune monsieur Gill'losa, mais je dois admettre que cela ferait presque envie. »


Murmure la femme en souriant mais avec un détachement qui trahit sa vie d'ermite. Elle n'est pas le moins du monde touché par ces élans familiaux, sans doute aussi à cause de son éducation chez les Jedi. La famille était un concept si abstrait pour elle.

« Allons, ce n'est pas une question de mérite. Je suis sûr que vous aussi, vous avez déjà fait des actes bons et désintéressés dans votre vie. Savoir que vous en êtes capable, en être conscient, peut faire toute la différence. »
Elle sourit de plus belle. « Même dans le noir, brille toujours une petite lueur monsieur Gill'losa... Tout comme dans la lumière subsistera toujours une petite part d'ombre. C'est comme ça que les choses fonctionnent le mieux... Parfois il faut savoir aussi faire le mal pour le bien de tous tout comme certains font le bien en administrant un mal plus fort que tout. »

Et la musique cesse, réglée comme une horloge sur les paroles de la guérisseuse qui, doucement, relâche son compagnon. Le silence retombe dans le petit salon et elle reste là, debout face à lui.

« Vous êtes un homme de cœur, monsieur Gill'losa. Nous craignons tous de tomber dans l'oubli, de s'oublier soi-même. La peur nous à tous pousser à faire des erreurs continuera de le faire encore longtemps... Par conséquent, nous avons tous fait du mal dans notre vie, pour une raison ou bien une autre... Cela ne veut pas dire pour autant que vos actes de bonté n'ont pas comptés. » Soupir doux. « Si vous vous sentez encore de faire quelque chose de bien pour les autres, faites le simplement. Sans détour. » Sourire tendre. «Merci pour la danse. »
avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Sam 10 Fév - 22:02

    Message n°6357 (17)

« Votre maître est particulièrement sage. », commente Kaedwell en songeant que cet équilibre dont elle parle fait écho à ses propres leçons de jadis, qu’il a reçues et qu’il a tenté de transmettre avant que… Avant que le drame ne lui fasse changer de vie et de cap, à son frère et lui. La Force n’est ni bonne ni mauvaise, qu’il s’agisse du Côté lumineux ou du Côté obscur, les réduire au bien et au mal est parfaitement stupide. La seule chose qui les distingue véritablement, c’est la sérénité imperturbable pour l’un, et le déchainement contrôlé des émotions pour l’autre. Seule l’intention derrière l’utilisation de toute forme de pouvoir peut être qualifié de bon ou de néfaste, pas l’outil qui la sert. « Vous avez on ne peut plus raison, Evolet. », admet-il, s’arrêtant soudainement alors que le nom de la jeune femme résonne dans son esprit avec la manière si sereine dont il l’a prononcé. Il fronce légèrement les sourcils avant de reprendre : « Il ne sert à rien de lutter contre ce qui nous constitue, tout comme il serait vain de lutter contre l’arrivée de la nuit après le jour. »

La peur qui rend capable du meilleur comme du pire… Tout cela, c’est ce qu’il s’est tué à dire à Byrhon mais il n’a jamais voulu entendre un traitre mot de la raison. Et la chose n’a fait qu’empirer depuis qu’il s’est retrouvé nez à nez avec l’obscurité qu’abrite Anhesis. Ah, cette fichue famille… non, ça ne donne pas envie et même Evolet n’est pas totalement convaincue de ses mots, il peut le sentir. « Ça dépend des jours. », rétorque-t-il d’un ton mielleux et sarcastique à la fois. La famille, on ne la choisit pas vraiment, sauf si on adopte et encore, choisir de sauver le gamin d’Eryndal ne relève pas forcément d’un choix raisonné et basé sur des arguments bien fondés, et pour le coup, la famille, c’est pour le meilleur et pour le pire. « Pour avoir des soirées tranquilles, il vaut mieux être un ermite. », ajoute-t-il avec un léger gloussement dans la gorge en songeant que même Vago serait on ne peut plus d’accord. Pas étonnant que le Hutt ne passe pas toutes ses soirées entouré des jolies perles de Byrhon. Le Nagai ne serait même pas surpris que le Mogul suprême préfère comater devant des feuilletons à se tordre d’un rire jaune.

Observant d’un air pensif le salon qui défile devant lui avec lenteur, Kaedwell semble chercher désespérément un souvenir où il aurait aidé quelqu’un sans attendre quoi que ce soit en retour. Hormi l’adoption de Keenan, bien entendu, quoique motivé par le fait que les Gill’losa en connaissaient le père biologique… La musique cesse et Kaedwell ne sait s’il doit s’en sentir soulagé ou non ; quoiqu’il en soit il a un petit pincement au cœur parce que ce moment hors du temps avait quelque chose… quelque chose qu’il ne saurait décrire avec des mots. Haussant doucement les épaules aux derniers mots d’Evolet, son visage se détend quelque peu bien qu’elle ne puisse le voir, quoiqu’elle pourrait s’en rendre compte en étudiant l’aura qu’il dégage dans l’invisible. « J’aurais tendance à vous répondre : tout dépend pour qui. Mais, vous savez, vous venez de dire exactement ce que je me tue parfois à dire à mon nigaud de petit frère. » Il lâche un soupir : bah, c’est sans importance.

« Et si nous allions voir ces fameuses plantes, comme promis ? Enfin, façon de parler… », dit-il après avoir remis la table basse en place et de proposer à nouveau son bras à Evolet pour la guider jusqu’à la serre. Chose promise, chose due, et après un bref voyage dans un monde végétal, après un diner où même Keenan a pu faire une rapide apparition parce qu’il se sentait un peu mieux et qu’il réclamait un petit quelque chose à grignoter et à boire, il n’y a eu personne pour surprendre ce soudain et léger sourire qui s’est dessiné sur les lèvres du Nagai albinos après le départ de cette singulière guérisseuse.


Contenu sponsorisé
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté

    Message n°0 (18)

[Page 1 sur 1]

Star Wars Ascension » Nar Shaddaa