Star Wars Ascension


Mission commune - Amanita Frey

Star Wars Ascension » Au coeur de la Galaxie » La bordure extérieure

avatar
Système indépendant
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 27/04/2018

    Messages : 24

    Crédits galactiques : 180

    Cristaux Kyber : 5

    Avatar : Balea the Scarleg

    Crédits : Asveig

    Disponibilité rp : Dispo

    DC : Ashan Randajha

    Inventaire : Armure intermédiaire
    Pistolet Blaster
    Droïd de reconnaissance
    Navette légère

  • Posté le Ven 4 Mai - 14:36

    Message n°10016 (1)

Année 518, mois 1, semaine 2


Trigalis – New Coronet

Si cette planète marécageuse couverte de vastes agglomérations réputées pour le passage des chasseurs de prime en quête d'action n'était pas un phare pour les honnêtes touristes, Asveig s'y était toujours senti bien pour sa part. Peut-être parce que l'endroit grouillait de personnes capables de vendre leur mère pour une information qu'elle connaissait sans doute, peut-être parce que les colonies corelliennes lui rappelait ces années qu'elle avait passé sur Corellia. Quoi qu'il en fût, elle avait été absolument ravie de ce point de chute que lui avait désigné la Nébuleuse Noire – tout sauf Tatooine de toutes façons, elle n'aimait ni le sable ni le soleil ni les sales gueules de ces mecs – et ce fut donc avec une certaine confiance plaquée sur le visage qu'elle arriva au spatioport. Le plus vieux jouxtant New Coronet, la capitale. Le plus décrépit aussi, mais dans la mesure où il se trouvait tout près de l’hôtel miteux où elle devait retrouver son contact, cette proximité valait bien d'y sacrifier un peu de confort.

En dix minutes à peine, la Kiffar se retrouva ainsi devant le ''Gizka ronronnant'' – à se demander si les tenanciers ne faisaient pas un concours pour trouver le nom le plus ridicule possible – et ce fut sans même un regard pour le droïd placé à la réception qu'elle s'engagea dans l'escalier. Un étage, deux étages, trois étages, et encore un quatrième. Chambre n°428. La dernière tout au fond d'un long couloir recouvert par une moquette bleutée qui aurait bien eu besoin d'être changée. Comme tout l'hôtel d'ailleurs, parce que même si l'hygiène était respectée, l'endroit semblait clairement avoir connu la Guerre des Clones ! C'était vieux, désuet, dépassé. C'était juste moche. Mais Asveig y prêta à peine attention tandis que ses doigts pianotèrent le code d'accès sécurisé à la chambre, déverrouillant ainsi la porte qu'elle referma soigneusement derrière elle tout en entrant.

Si le ''Gizka ronronnant'' avait pour lui sa proximité avec le spatioport, il avait également un autre avantage : une fois la chambre réservée via le site de l'hôtel sur l'holonet, il n'y avait pas besoin de clé ou d'un quelconque passage par l'accueil, parce que le site fournissait directement le code sécurisé. Pratique et discret. Parfait pour cette mission. À l'intérieur, la chambre était d'ailleurs tout aussi désuète que le reste de l'établissement, mais elle était toutefois assez grande. Disposant ainsi d'une petite cabine avec un lit, mais aussi d'un petit coin salon avec un large canapé d'angle qui ceignait une vaste table basse dans laquelle était encastrée des relais holonet. De quoi travailler à l'aise !

Et justement, Asveig s'était déjà préparée pour cette mission …

Barus Kirr et son frère jumeaux Samrus Kirr. Anciens gardes du corps d'un des lieutenants de la Nébuleuse qui avaient manifestement décidé de quitter l'organisation mafieuse pour se mettre à leur compte. En tant que gardes du corps. Mais aussi en tant que balances ! Parce que d'après son contact au sein de la Nébuleuse, les deux frangins revendaient depuis des informations concernant la sécurité de différents endroits sur Tatooine, et la Kiffar avait donc été embauchée pour les retrouver avec l'aide d'une hackeuse,une certaine Amanita Frey. La première fournissant toutes les informations utiles là où la seconde avait pour ordre de traquer ces lascars pour établir leur emploi du temps, leurs habitudes, leur point de chute … tout ! Tout ce qui pourrait ensuite permettre à une équipe opérationnelle d'aller ensuite gentiment les cueillir. Le genre de mission que Asvgeig ne prenait pas d'habitude – pas pour la Nébuleuse en tout cas – mais dans la mesure où elle détestait les frères Kirr et que la somme proposée était plus que rondelette, elle avait fait une entorse à ses habitudes. Après tout, Barus avait pris plaisir à la martyriser quand elle était gamine – ne manquant jamais de lui coller une volée ou de la menacer de la jeter au Sarlacc de temps à autre – aussi se venger était-il séduisant. Très séduisant même.

Et en attendant sa comparse, la Kiffar décida d'opérer un rapide tour de la chambre pour s'assurer qu'il n'y avait pas de mauvaise surprise, puis elle se laissa tomber sur le canapé en enlevant son long manteau. Ses bras nus et son décolleté laissant apparaître encore plus d'encre et de piercing que tout ce qui trônait déjà sur son visage. Étrange créature qui jamais ne laissait indifférent, tandis qu'elle jeta un œil sur son datapad pour vérifier qu'elle avait bien toutes les informations dont elle allait avoir besoin.
avatar
Nébuleuse Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 17/01/2018

    Messages : 267

    Crédits galactiques : 199

    Cristaux Kyber : 6

    Avatar : Ebba Zingmark

    Crédits : ebbazingmark.com, dear-indies@tumblr

    Disponibilité rp : Pas dispo (4/4 + event)

    Inventaire : - Pistolet Blaster
    - Système de camouflage
    - Droïde assistant
    - Navette légère

  • Posté le Sam 12 Mai - 11:57

    Message n°10186 (2)

Amanita coupa les moteurs de sa navette. Elle venait d’émerger d’un profond sommeil qui l’avait assaillie dès le début du trajet et qui s’était pointé rien qu’à la perspective de l’ennui que le voyage allait représenter. Elle avait laissé son droïde assistant aux commandes du petit vaisseau de transport et s’était endormie comme une masse sur le siège du copilote jusqu’à leur entrée en orbite. Son atterrissage fut d’ailleurs un peu hasardeux, mais son unique passager n’était pas programmé pour se plaindre.
Trigalis était loin d’être une destination de choix pour la Coruscanti. La planète, repère d’une population pas honnête pour un sou, ressemblait en tout et pour tout à une version gluante et dégoûtante de Tatooine. Des informations supplémentaires concernant les lieux s’étaient avérées curieusement difficiles à trouver pour une planète située sur une route hyperspatiale, trahissant le besoin de passer sous silence auprès du grand public certains détails sur l’activité locale. Amanita était finalement parvenue à ses fins, mais y avait accordé beaucoup trop de temps à son goût, ce qui n’avait pas manqué d’alimenter son aversion pour sa nouvelle destination.
Elle fit un pas en dehors de son vaisseau pour poser pied à terre sur un sol qu’elle n’aurait jamais eu l’idée ou même l’envie de venir fouler, si ce n’était pour la Nébuleuse Noire.

Ah, la Nébuleuse. Ces derniers temps, c’était un sujet qui tendait la hackeuse. Elle s’en sentait de plus en plus indépendante, trouvant des clients par ses propres moyens et achetant son matériel avec des revenus intégralement siens. De son côté l’organisation la contactait très rarement, et comme aujourd’hui, c’était souvent pour l’envoyer dans des endroits pourris au fin fond de la Galaxie pour des missions peu intéressantes ou sans grande importance. En définitive, elle devait être considérée comme une intervenante externe plutôt que comme un membre à part entière du groupe. Mais hé, n’était-ce pas elle qui avait insisté sur ce point lors de l’établissement de son contrat avec la Nébuleuse ? Elle avait émis deux conditions : Un, pas de Tatooine. Deux, rester relativement indépendante. Ces deux dispositions allaient bien de pair, finalement, étant donné que ses missions ne l’amenaient pas à se rendre sur place. Jusqu’alors, l’organisation avait respecté ses souhaits, mais n’était-ce pas simplement du hasard ? Avait-elle seulement été en position de poser des conditions à la Nébuleuse Noire ? En tout cas, cette dernière semblait s’être assise sur les revendications de la hackeuse, qui avait quelques jours plus tôt reçu l’instruction de se rendre sur la planète de sable dans le mois qui suivrait.

Ayant ruminé ses préoccupations sur le trajet depuis le spatioport, elle était sur les nerfs lorsqu’elle trouva enfin l’hôtel où elle devait rencontrer son contact, après avoir tourné en rond et être passée devant l’établissement plusieurs fois sans le voir. Elle traîna sa lourde valise contenant tout l’équipement dont elle avait besoin à l’intérieur, déchargea sa colère sur le pauvre droïde qui avait essayé de la porter pour elle et s’engouffra à l’intérieur d’un petit ascenseur miteux qui donnait l’air de ne pas pouvoir supporter dix grammes supplémentaires. Une fois arrivé au quatrième, il cracha l’occupante dans le couloir dans un bruit inquiétant. Avant d’entrer dans la chambre 428, Amanita jetta un oeil à l’heure sur son commlink ; elle n’était pas en avance…

Elle poussa doucement sa valise jusqu’au centre de la pièce puis la parcourut des yeux. Une humanoïde pour le moins étrange était déjà installée, assise dans le canapé. Amanita la fixa avec une stupéfaction mêlée de curiosité qui paralysa un instant tous ses muscles. Une partie de son visage était recouverte de tatouages et piercings et la rencontre avec son regard peu commun acheva de déstabiliser la nouvelle arrivante. Son accoutrement ne laissait aucun doute possible : c’était bien son contact, dont on lui avait donné comme unique description « tu la reconnaîtras ». Lorsque la stupeur lâcha enfin Amanita, elle s’avança avec son matériel et entreprit de s’installer en silence.
Elle ne savait jamais quel serait le caractère de son contact, c’est pourquoi elle n’avait pas coutume de prendre le temps de se présenter. En fait, la première fois qu’elle l’avait fait, cela lui avait valu un « je m’en fous, au boulot » nonchalant qui lui avait coupé toute envie de se montrer un minimum polie avec ses collègues d’un jour.
Elle eut éventuellement à sortir de son mutisme, contrainte à un minimum d’échanges pour l’accomplissement de leur mission commune.

« Amanita, » déclara-t-elle en guise de simple introduction avant de passer aux choses sérieuses. « Donc, les Kirr. Qu’est-ce que je dois savoir ? »

Au moins, dans les missions comme celles-ci, ce n’était pas à elle mais à son informatrice de faire de longs discours, ce qui était plutôt pour arranger la taciturne hackeuse.


avatar
Système indépendant
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 27/04/2018

    Messages : 24

    Crédits galactiques : 180

    Cristaux Kyber : 5

    Avatar : Balea the Scarleg

    Crédits : Asveig

    Disponibilité rp : Dispo

    DC : Ashan Randajha

    Inventaire : Armure intermédiaire
    Pistolet Blaster
    Droïd de reconnaissance
    Navette légère

  • Posté le Sam 12 Mai - 15:06

    Message n°10190 (3)


Lorsque la porte s'ouvrit sur la hackeuse qui allait travailler avec elle, Asveig croisa aussitôt un regard surpris et qui demeura fixé sur elle de très longues secondes. De cet étonnement qui ne manquait jamais de se manifester chaque fois que les gens la découvraient pour la première fois – voire même les fois suivantes chez certains – et dont elle avait pris l'habitude depuis toutes ces années, sans doute parce qu'elle n'avait pas la mauvaise foi de prétendre qu'elle voulait être discrète. Pas qu'elle désirât réellement attirer l'attention à tout prix non plus d'ailleurs, mais disons plutôt qu'elle était réaliste : son apparence interpellait, choquait, dérangeait … mais elle l'assumait pleinement. Ne s'offusquant ni des regards ni des commentaires qu'elle recevait quelque fois. Jouant au contraire de toute l'attention que les gens pouvaient porter à son apparence pour mieux ignorer qui se trouvait dissimulée derrière tant d'encre et de métal, et ce dans une simplicité presque désemparante … Mais concernant la jeune femme qui se tenait désormais face à elle, aucun mot ne passa la barrière de ses lèvres lorsque la stupeur se dissipa enfin pour lui permettre de s'installer avec tout son matériel, et Asveig respecta ce silence qu'elle ne chercha pas à briser. Elle n'était pas forcément bavarde de toutes façons, et c'était toujours comme ça lorsqu'elle bossait pour la Nébuleuse Noire qui comportait un nombre assez hallucinant d'indépendants à la limite du mutisme. Une différence radicale par rapport aux Hutts qui eux savaient bien mieux fédérer les gens sous leurs ordres, là où la Maîtresse du Sarlacc semblait au contraire jouer sur l'égoïsme et les intérêts divergents comme pour s'assurer que ses larbins ne s'uniraient jamais contre elle. Une stratégie qui pouvait être positive comme négative, mais pour ce que la Kiffar en pensait …

Mais après de longues minutes d'installation, la hackeuse se présenta en énonçant simplement son prénom, enchaînant aussitôt sur une question concernant leurs cibles tandis que Vah'Arius releva son regard sur elle. S'offrant à son tour le luxe de détailler cette femme qui semblait encore si jeune derrière son regard franc.

« Asveig … les frères Barus et Samrus Kirr sont les anciens gardes du corps d'un des Lieutenants de la Nébuleuse qu'ils ont lâché il y a quatre mois. Depuis, ils se sont occupés de la sécurité de diverses petites frappes plus ou moins importantes, mais ils ont aussi vendu des informations concernant des infrastructures sur Tatooïne. Leurs localisations exactes, leurs systèmes de sécurité, le nom des hommes affectés là-bas de manière régulière … mais aussi des détails plus annexes comme ceux de fournisseurs par exemple. »

Des détails qui auraient pu sembler triviaux, mais il n'en était pourtant rien : en connaissant les fournisseurs s'occupant de personnes spécifiques ou d'endroits importants, il était en effet possible d'exercer une certaine pression en coupant par exemple le ravitaillement, en le rendant plus difficile, ou en l'empoisonnant par exemple. De même que corrompre un maillon de la chaîne devenait possible. De manière effective ou simulée. Ou alors simplement en jouant sur la paranoïa de la cible visée.

« Malgré une mise en garde qui a eu lieu il y a deux mois, les frères Kirr continuent leur trafic d'informations, et la Nébuleuse a donc décidé de stopper cette fuite sans plus attendre. Notre boulot est de les débusquer puis d'amasser le plus d'informations sur eux pour pouvoir les suivre à la trace : leurs habitudes, leurs emplois du temps, leurs contacts, leurs employeurs … absolument tout. De manière à ce qu'une équipe puisse ensuite les capturer dans le meilleur état possible. »

Un bon état qui ne durerait bien entendu pas dans la mesure où l'organisation allait sûrement faire un exemple avec ces deux frères, mais Asveig débitait pourtant ses explications d'une voix douce et agréable qui contrastait étrangement avec son apparence. Une voix qu'on aurait sans doute attribuée à une femme calme et posée, assurée mais mesurée, qui n'aurait pas été dépourvue d'un certain charme par ailleurs. Une femme ''normale'' en l’occurrence, mais la Kiffar n'avait jamais souhaité modifier sa voix ou son attitude pour coller davantage aux clichés que les gens pouvaient nourrir la concernant. Et ses jambes croisées, c'était donc en sirotant une cannette de boisson énergisante qu'elle parlait, comme si leur métier était le plus basique et le plus normal de la Galaxie.
avatar
Nébuleuse Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 17/01/2018

    Messages : 267

    Crédits galactiques : 199

    Cristaux Kyber : 6

    Avatar : Ebba Zingmark

    Crédits : ebbazingmark.com, dear-indies@tumblr

    Disponibilité rp : Pas dispo (4/4 + event)

    Inventaire : - Pistolet Blaster
    - Système de camouflage
    - Droïde assistant
    - Navette légère

  • Posté le Mer 16 Mai - 13:30

    Message n°10237 (4)

Installer sa “station de hacking”, comme elle se plaisait à désigner l’amas d’appareils électroniques depuis lequel elle opérait, était une activité pré-mission qu’Amanita avait toujours hâte d’entreprendre. Brancher tout simplement tout un réseau de câbles qui aurait fait perdre espoir à n'importe quel néophyte lui donnait une sensation de supériorité appréciable. Indéniablement, elle se plaisait à manipuler un tel matériel. Fournies par la Nébuleuse pour chacune de ses missions internes, les pièces qu'on lui mettait entre les mains étaient toujours ce qui se faisait de mieux à l'instant T de la mission. Après quoi, on lui arrachait avec la difficulté qu'on a à reprendre un blaster en caoutchouc des mains d'un gamin. Puis, pour la mission suivante venait une nouvelle livraison avec des technologies encore plus impressionnantes, et le manège reprenait.
En dehors de ses missions directement commanditées par l’organisation criminelle, elle n’avait que son petit moniteur de poche, un pauvre écran et son processeur désuet qui se faisait vieux. Elle n’avait pas manqué de le trafiquer pour en tirer les meilleures performances possibles, mais il fallait avouer que, poussé à bout de la sorte, l’appareil atteignait doucement la fin de sa vie. Et ce serait tout naturellement l’argent de sa propriétaire qui disparaîtrait dans l’acquisition de son successeur, là où le matériel de la Nébuleuse tout juste dépassé mais encore largement utilisable devait être jeté ou, au mieux, revendu. Quel gâchis.

Amanita oublia presque immédiatement le prénom de la jeune femme qui commençait à lui fournir les détails dont elle avait besoin. De toute façon, elle n’avait pas vraiment l’intention de copiner avec le moindre prestataire de la Nébuleuse Noire, et au pire des cas, étant donné le nombre d’interlocuteurs possibles autour d’elle, il serait aisé à sa comparse de savoir que c’est à elle qu’elle s’adresserait. Elle prêta infiniment plus d’attention à ce qui suivit, nettement plus vital pour le coeur même de son travail.
La façon nonchalante qu’elle avait de débiter ses indications concernant la mission irritait les nerfs d’Amanita, déjà rongés par l’agacement qu’elle éprouvait face au comportement de son employeur. Cette femme, Asv...eig ? était externe à la Nébuleuse, plus encore qu’Amanita d’après ce que cette dernière avait cru comprendre. Pourquoi, alors, était-ce à elle qu’on avait confié les détails du job ? Pourquoi, la plupart du temps, on attendait de la hackeuse qu’elle exécute son boulot sous les ordres d’une personne pas plus présente qu’elle dans le groupe ? Elle le prenait plutôt à coeur, comme si l’organisation - qui jamais ne lui avait juré une quelconque fidélité - l’avait trahie.

Elle pianota rapidement sur le clavier les noms de leurs deux cibles. Il y avait très peu d’informations officielles à leur sujet, mis à part un vague avis de recherche classique similaire à celui qui collait à la peau de tous les truands notoires de la Galaxie.
Elle commençait à mentalement s’organiser pour définir la marche à suivre, comment faire pour mettre la main sur les fuyards ? Elle pouvait essayer de commencer par le dernier endroit où ils avaient été vus, si tant est que son informatrice bénéficiât de renseignements récents ? Peut-être serait-il judicieux de lancer une recherche par reconnaissance faciale à partir d'une photographie ou d'un hologramme ?
Un bruit des plus désagréables vint troubler sa réflexion. Elle tourna doucement la tête pour regarder la boisson dans les mains d’Asveig et lui offrit le meilleur de ses regards assassins.

« Tu peux arrêter ça ? » Lâcha-t-elle sans plus de formes sur un ton qui se voulait autoritaire.

Elle ne laissa pas à son interlocutrice le temps de se défendre. D'une certaine façon, en tout cas dans son esprit, cela renforcerait le semblant de crédibilité qu'elle tentait désespérément de se donner.

« Le meilleur état possible, reprit-elle pensivement. C'est la formulation qu'ils ont employé, ou c'est de toi ? J'ai de sérieux doutes concernant la gueule que les Kirr auront une fois que la Nébuleuse aura la mainmise sur eux. »

Elle était si agacée qu’elle ne pensait même plus à la prime, sa motivation habituelle pour se mettre au travail. Tout ce qui lui venait en tête était le traitement que lui réserverait la Nébuleuse Noire si elle venait à rompre le contrat qui l’y liait. Amèrement, elle se demanda si sa traque réunirait également de futurs mercenaires dans un hôtel miteux, comme celle des Kirr pour elle et cette femme à l'aspect étrange.


avatar
Système indépendant
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 27/04/2018

    Messages : 24

    Crédits galactiques : 180

    Cristaux Kyber : 5

    Avatar : Balea the Scarleg

    Crédits : Asveig

    Disponibilité rp : Dispo

    DC : Ashan Randajha

    Inventaire : Armure intermédiaire
    Pistolet Blaster
    Droïd de reconnaissance
    Navette légère

  • Posté le Mer 16 Mai - 14:41

    Message n°10240 (5)


Tandis que la hackeuse installait son matériel en se désintéressant totalement d'elle, Asveig avait attrapé une canette de boisson énergisante qu'elle avait préalablement posée sur la table, et elle la sirotait ainsi tranquillement. Ses ongles pianotant régulièrement sur le métal lorsqu'elle ne buvait pas, jusqu'à produire un bruit de fond léger mais qui sembla bientôt agacer sa collègue. Celle-ci lui adressant aussitôt regard mauvais et ordre lâché d'un ton presque autoritaire … mais qui ne reçurent en réponse que l'indifférence totale de la Kiffar. Laquelle termina sa boisson avant de déposer la canette vide sur la table, le tout en fixant toujours son regard marqué d'encre sur Amanita. Parce qu'elle collaborait avec la Nébuleuse Noire, mais qu'elle ne travaillait pas pour elle et n'était donc pas assujetti à ses membres. De cette explication qu'elle ne se donna même pas la peine de partager dans la mesure où sa vis-à-vis paraissait s'en foutre le plus totalement de la Galaxie.

Mais si la socialisation ne semblait pas intéresser Frey, celle-ci ne tarda toutefois pas à buter sur l'expression employée par Vah'Arius, et la jeune femme laissa passer quelques secondes avant de répondre.

« C'est la formulation qu'ils ont employé, vraisemblablement parce que la Nébuleuse souhaite faire un exemple avec les frères Kirr. Sans doute en les offrant au Sarlacc … »

Difficile en effet de ne pas connaître les petites habitudes de l'organisation criminelle, mais la hackeuse semblait toutefois avoir un soucis avec le sort qui attendait ces deux hommes. Peut-être parce que ça heurtait sa morale, peut-être pour autre chose … à l'occasion, il faudrait que Asveig la touchât afin d'en découvrir davantage sur elle. Mais à défaut, elle pouvait toujours éclairer sa lanterne sur les deux cibles qu'elles allaient devoir traquer, et qui ne méritaient franchement pas mieux qu'un long voyage dans le système digestif du Sarlacc !

« Si tu as des scrupules, passe sur la base de données judiciaires de la République, et cherche les dossiers D-BK-2564-15454 et D-SK-2564-15487. Barus est recherché pour dix-sept meurtres, bien qu'il en ait sans doute commis davantage. Et Sarmus a un intérêt très développé pour les garçons … si possible pré-pubères. Alors même si se faire bouffer par le Sarlacc n'est effectivement pas très enviable, dis-toi que ce ne sont pas des innocents non plus, loin de là. »

Autant un meurtrier dans les rangs de la Nébuleuse, c'était extrêmement classique, autant un violeur doublé d'un pédophile … c'était tout de même beaucoup moins apprécié ! D'autant plus que s'il se servait quelque fois sur les esclaves de l'organisation, le cadet des Kirr aimait aussi à chasser lui-même de les rangs des citoyens libres et quelque fois bien placés dans la société, et ces travers étaient très loin d'être anodins. De quoi motiver Amanita donc, et ce même si cette gamine ne paraissait pas enjouée par le fait d'être ici.

« C'est la première fois que tu effectues ce genre de travail ? »

Après tout en tant que hackeuse, elle s'était peut-être bornée à craquer des systèmes de sécurité ou à détourner de l'argent, ce qui pouvait expliquer ses réticences à provoquer la capture puis l'exécution de deux personnes. Mais quoi qu'il en fût, Asveig conservait cette voix douce tandis que son attitude demeurait calme et presque avenante. Ni agressive ni hautaine, et ce malgré les attaques de son interlocutrice.
avatar
Nébuleuse Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 17/01/2018

    Messages : 267

    Crédits galactiques : 199

    Cristaux Kyber : 6

    Avatar : Ebba Zingmark

    Crédits : ebbazingmark.com, dear-indies@tumblr

    Disponibilité rp : Pas dispo (4/4 + event)

    Inventaire : - Pistolet Blaster
    - Système de camouflage
    - Droïde assistant
    - Navette légère

  • Posté le Sam 26 Mai - 11:19

    Message n°10353 (6)

L'éthique et la morale n’avaient jamais été un obstacle à l’activité d’Amanita. Elle ne comprenait pas le principe même de s’imposer des principes, des valeurs qu'il fallait se faire violence pour respecter quotidiennement sous peine de subir une crise identitaire. Qu'une mission soit effectuée pour une crapule qui n’avait de préoccupation que de s’enrichir plus que de raison ou qu'elle le soit pour le compte d'une personne réellement dans le besoin, ça ne changeait rien à l’absence de scrupules de la hackeuse.
Non, le réel problème résidait dans sa peur de finir à son tour dans le bide de la créature que la Nébuleuse avait décidé de prendre pour son animal de compagnie. L’image était là et avait fait son nid, bien qu’elle eût évidemment conscience que le traitement ne serait pas le même pour elle, ne serait-ce que parce qu’elle n’avait pas la moitié de la réputation des Kirr.
L’évocation de leur palmarès par Asveig, qui fit preuve d’une précision dont Amanita se serait bien passée, arracha une grimace à son visage encadré par des mèches violacées. Elle pianota quelques commandes pour se glisser sur le réseau de la République afin de confirmer les dires de son informatrice, bien que, sur ce point, la hackeuse n’avait pas vraiment de doutes.

Une nouvelle grimace vint tordre ses traits lorsque sa partenaire d'un jour lui demanda si c'était sa première mission de ce type. Bien sûr, la hackeuse était plus à l’aise lorsqu'il s’agissait de systèmes informatiques purs, et que ce qu'on lui demandait pouvait d'une façon ou d'une autre se traduire par des séries de 0 et de 1 que seules les machines pouvaient comprendre. Ici, il était question de traque, et le comportement irrationnel des créatures pensantes rendait faillible son mode opératoire habituel. Cependant, que ce soit par mesquinerie ou maladresse, la question frappa son ego en pleine figure avec la force d'un coup octroyé à l’aide d'une armure assistée.

Un message d’erreur des plus expressifs se colla sous son nez. L’« ACCÈS REFUSÉ » s’étalait de tout son long sur sa console de commandes, narguant la hackeuse de ses lettres rouges. La même couleur lui monta aux joues et, préoccupée de ne pas passer pour une incapable, elle s’empressa de faire disparaître cette maudite ligne d’erreur. Asveig l’avait-elle aperçue ?

« Pas besoin, je suppose que tes sources sont viables, » finit-elle par dire en ravalant sa fierté, après un instant de flottement qui lui parut extrêmement long.

De toute façon, suivre les ordres n’était pas son fort, d’autant plus s’ils étaient dispensés par une personne qui lui avait tapé sur les nerfs seulement quelques minutes auparavant.

« J’ai l’habitude des boulots pour la Nébuleuse, » déclara-t-elle avait le plus d’assurance possible, « ce n’est pas un problème. »

Elle tâchait de garder la tête haute, mais en vérité elle sentait que la situation commençait à lui échapper. Le moindre travers la chiffonnait et pour l’instant, elle ne pouvait pas dire que tout se passait pour le mieux. D’abord il y avait la Nébuleuse Noire qui l’envoyait traquer des traîtres au moment où elle commençait à vouloir s’en séparer (coïncidence ou avertissement ?). Puis il y avait Asveig, peut-être le personnage le plus étrange et intriguant qu’il lui ait été donné de rencontrer, mais qui ne semblait pas encline à rendre leur mission ensemble moins désagréable. Enfin, sa propre médiocrité effectuait maintenant une véritable danse de la provocation sous ses yeux fatigués.
Sa seule façon de libérer tout ce qui bouillonnait en elle fut de frapper du poing sur la table. La force physique n’étant pas au rendez-vous, le coup se fit à peine entendre, mais cela ne l’empêcha pas de pester de douleur contre le meuble.


avatar
Système indépendant
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 27/04/2018

    Messages : 24

    Crédits galactiques : 180

    Cristaux Kyber : 5

    Avatar : Balea the Scarleg

    Crédits : Asveig

    Disponibilité rp : Dispo

    DC : Ashan Randajha

    Inventaire : Armure intermédiaire
    Pistolet Blaster
    Droïd de reconnaissance
    Navette légère

  • Posté le Mer 30 Mai - 18:14

    Message n°10374 (7)


Entre grimaces, empourprement soudain de ses joues et coup de poing rageusement asséné sur la table, sa collègue de mission ne semblait franchement pas être au meilleur de sa forme, et Asveig décida donc de ne rien répondre lorsque Amanita déclara qu'elle avait l'habitude de travailler pour la Nébuleuse. De cette réponse teintée de malaise et de mensonge tandis que la Kiffar se leva finalement afin de se diriger vers la distributeur de nourriture et de boissons synthétiques qui se trouvaient dans la partie cuisine. Des rations protéinés, des repas lyophilisés, des fruits secs ou encore des sodas ou du café … ce genre de machines était un élément basique de tous les réfectoires et de toutes les minuscules cuisines aménagées de ce genre, et ce fut sans plus de cérémonie qu'elle commanda deux cafés. Qui ne seraient sans doute pas les meilleurs qu'elles auraient goûté de leurs vies respectives, mais en général c'était quand même buvable.

« Lait ? Sucre ? »

En attendant la réponse de son interlocutrice, Asveig se servit elle-même – une bonne lampée de lait et deux sucres, comme d'habitude – puis elle ramena les deux boissons chaudes qu'elle déposa sur la table. Prenant soin de positionner celui de Amanita loin de tout son bordel informatique afin qu'aucun accident ne fût possible.

« T'es stressée comme pas permis, et ne nie pas parce que c'est évident. Mais le soucis c'est qu'on va devoir collaborer pour effectuer cette mission, et que je n'ai pas envie de batailler avec toi ni de me coltiner ta mauvaise humeur. Donc soit tu essayes de te détendre – s'il le faut en me disant c'est quoi le soucis – soit on cesse tout ça là et je demanderai à la Nébuleuse de m'envoyer quelqu'un d'autre. Parce que t'étais pas disponible ou peu importe la raison à vrai dire … mon but n'est pas de te causer des soucis, alors je transmettrai la raison que tu voudras. »

Si la Kiffar était capable de prendre sur elle dans le cadre du travail, il était toutefois assez évident qu'elles ne feraient rien de bon tant que Frey serait dans cet état de nerf, et ce même si le but de Asveig n'était pas de la coller dans la merde. Partant de là, mettre les choses à plat était sans doute la meilleure chose à faire, et elles pourraient ensuite aviser quant à la suite de cette mission …

« Si c'est une question de moralité, les frères Kirr sont vraiment des enflures, alors ne t’encombre pas de scrupule. Je les ai déjà croisé à plusieurs reprises et personne ne regrettera ces hommes. Surtout pas les gamins que Barrus menaçaient de balancer au Sarlacc juste pour leur faire peur. »

Ah ça, il le lui avait fait plusieurs fois le coup-là. Et dans la mesure où cette saleté de bestiole avait un appétit insatiable et que des gens lui avaient déjà été jeté totalement gratuitement, la gamine n'avait pu qu'avoir infiniment peur de cette menace ! Autant dire que voir ce connard finir dans l'estomac de son animal fétiche sonnait un peu comme une justice. Une douce vengeance même.

« Alors, qu'est-ce que tu décides ? »

Si l'apparence physique de Asveig pouvait déranger voire choquer, il y avait toutefois une qualité qu'on ne pouvait pas lui ôter : elle était douce et avenante. Agréable. Le genre de personne qui ne mettait pas sur la défensive, bien au contraire. Et elle espérait donc que cette prévenance suffirait à relancer cette mission sur de bons rails.
avatar
Nébuleuse Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 17/01/2018

    Messages : 267

    Crédits galactiques : 199

    Cristaux Kyber : 6

    Avatar : Ebba Zingmark

    Crédits : ebbazingmark.com, dear-indies@tumblr

    Disponibilité rp : Pas dispo (4/4 + event)

    Inventaire : - Pistolet Blaster
    - Système de camouflage
    - Droïde assistant
    - Navette légère

  • Posté le Mar 12 Juin - 22:51

    Message n°10420 (8)

La proposition soudaine d'un café surprit Amanita. Usuellement, lorsqu'elle se montrait odieuse de la sorte – et clairement, aujourd'hui n’était pas un de ses bons jours –, ses partenaires de mission réagissaient selon un panel de comportements très limité : soit ils explosaient, l’insultaient et s’énervaient tout autant qu'elle ; soit ils ravalaient leur fierté et se la fermaient, ignorant les états d’âme de la hackeuse.
La stratégie d’Asveig sortait complètement des sentiers battus.

« Aucun des deux, le plus brut possible. »

Elle ne s’expliquait pas son goût pour la nourriture et les boissons amères. Il y avait quelque chose dans leur saveur qui relevait presque de l’énigmatique. En plus de ça, le café avait la propriété de la réveiller, et quel que soit l’élément que l’on diluait dedans, il en devenait moins efficace.

Allez, Amanita, elle t’amène du café. Qu'est-ce que c'est si ce n’est pas un appel à la paix ?

Malgré la once de volonté qu'elle y mit, aucun mot de remerciement ne parvint à se glisser dans ses cordes vocales. Elle se contenta de hocher la tête, estimant qu’Asveig aurait à s’en contenter aussi. Amanita se décala pour s’emparer du gobelet et se brûla joyeusement la langue en avalant une première gorgée.
La proche-humaine continua sur sa lancée avec un discours qu’Amanita ne lui aurait pas imaginé.
Il était inhabituel qu'on soit de concert aussi franc et calme avec elle. Était-ce dû à sa façon de s’y prendre, ou était-ce le coup du café, ou encore un savant mélange deux ? En tout cas, Amanita sentait que la pression de la mission avait arrêté de labourer ses épaules. Elle était toujours là, mais plus discrète.

Dans la description qu’Asveig fournit une nouvelle fois pour inciter Amanita à la coopération, cette dernière décela quelque chose au bord de la rage. C'était néanmoins plus complexe que de la compassion à l’égard des victimes de Barrus. Était-ce de la rancœur ? Amanita garda ses questions à ce sujet pour plus tard. Elle se contenta de soutenir le regard de son interlocutrice malgré le malaise que pouvait lui inspirer son œil tatoué.

« Bon, très bien, » abandonna-t-elle dans un haussement d’épaules mou.

Elle regagna sa place, face à son petit écran tout en continuant de siroter son café. Elle pianota sur le clavier qu’elle avait tiré sur ses genoux, assise en tailleur, pour faire apparaître l’un après l’autre les profils des deux frères et les observer comme si elle venait à peine de vraiment commencer la mission.

« Donc en gros, ce n’est que maintenant qu’ils se sont barrés de la Nébuleuse Noire qu’on se soucie de ce qu’ils ont pu faire ? »

Ce n’était pas une surprise pour la hackeuse que l’organisation baigne dans divers secteurs de l’illégalité ; c’était même plutôt un fait connu de tous. Cependant, bien qu’elle soit en désaccord avec certaines de ces activités – elle pensa notamment au trafic d’esclaves –, elle ne s’était jamais réellement posé la question concernant les limites que l’Empire d’Elaiza pouvait imposer à ses membres. Avec un certain dégoût, elle constatait que les deux criminels avaient bénéficié bien trop longtemps de la couverture de ses propres employeurs.

« Ils auraient fermé les yeux sur tout ça ? »

Pour souligner sa question, elle fit pivoter le moniteur vers sa partenaire pour la laisser voir défiler les lignes et les lignes de crimes qui y étaient listés. Bien évidemment, renseignée comme elle l’était au sujet de leurs cibles, elle n’avait très certainement pas besoin d’un tel récap.
Et maintenant… Par où commencer ?

« L’info la plus récente que j’ai là date de quatre mois, où Barrus a été vu sur Tatooine : ça ne nous apprend rien. Enfin, c’est la dernière nouvelle si on ne compte pas cette mise à sac d’un bar sur Hapès, mais je doute qu’on en tire vraiment grand-chose… Des pistes ? »


avatar
Système indépendant
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 27/04/2018

    Messages : 24

    Crédits galactiques : 180

    Cristaux Kyber : 5

    Avatar : Balea the Scarleg

    Crédits : Asveig

    Disponibilité rp : Dispo

    DC : Ashan Randajha

    Inventaire : Armure intermédiaire
    Pistolet Blaster
    Droïd de reconnaissance
    Navette légère

  • Posté le Ven 15 Juin - 14:58

    Message n°10431 (9)


Entre le café et cette mise au point posée, Amanita sembla bientôt se dérider et accepter pleinement de collaborer avec elle, et Asveig lui adressa un petit sourire même si la hackeuse ne la regardait déjà plus. Pianotant sur son ordinateur afin de laisser apparaître les dossiers – fort peu reluisants – des deux frères Kirr. Pour ne pas dire ouvertement dégueulasses d'ailleurs parce que clairement, le sales habitudes de Samrus avaient toujours déplu même si personne n'avait osé le dire en face, et Frey elle-même ne paraissait pas être très à l'aise face à la longue liste de crimes que les deux frères avait accumulée. Si longue qu'elle ne passait pas en entier sur cet écran et qu'il aurait fallu faire longuement défiler pour en voir le bout …

« Tant que les hommes sont fidèles, la Nébuleuse ne s'est jamais vraiment inquiétée du reste. Samrus a déjà été menacé par certains, mais ça n'a jamais été plus loin. Et Barrus n'a finalement jamais rien fait de ''mal'' si l'on doit en croire les repères moraux de la Nébuleuse … »

Au final et grâce à leur efficacité, il était vrai que les deux frères s'étaient même taillés une bonne réputation au sein de l'organisation criminelle, raison pour laquelle ils avaient trouvé du travail sans trop de soucis depuis leur départ. Raison pour laquelle ils réussissaient également plutôt bien à se planquer également, surtout qu'ils devaient sans doute disposer de quelques aides extérieures. Échanges de menus services qui retrouvaient enfin leurs retours après des années à attendre. Mais si les dénicher aurait pu être compliqué, Asveig avait indéniablement des talents cachés, et c'était justement cet aspect-là des choses qui avait poussé la Nébuleuse à lui offrir un beau paquet de fric en échange de ses services.

« Il y a six semaines, ils étaient sur Chalacta, ils se sont occupés de la sécurité d'un politique local, et j'ai pu récupérer les numéros des deux comptes sur lesquels les crédits ont été versés. L'un a été fermés mais l'autre est toujours en activité, donc tu pourras peut-être récupérer des informations. » commença-t-elle tout en lui tendant son datapad ou apparaissait deux numéros de compte bancaire, lui laissant le temps de saisir tout ça avant de continuer. « Il y a quatre semaines, ils ont voulu se rendre à Falleen mais ils ont été pris en chasse par la sécurité planétaire et ils ont dû fuir. J'ai la date exacte si tu veux, peut-être que les autorités ont fait un rapport et que tu pourras trouver des informations sur leur vaisseau. Pour le reste, ils étaient à Excarga il y a précisément trois jours, mais je doute qu'ils y soient encore. Ils ont rencontré sur place un certain Garin Adams, un petit trafiquant d'épices sans vraiment d'envergure. Je ne sais pas trop ce qu'ils lui voulaient d'ailleurs, mais vu les planètes où ils ont été vus, ils semblent vouloir rester dans cette zone qui se situe entre Tattooine et l'Espace Hutt. Un pari risqué mais sans doute payant. »

Très risqué même lorsqu'on constatait la faune locale, mais c'était également là qu'ils disposaient de plus de contacts et qu'ils se fondaient le mieux dans la masse. Mais en attendant, la Kiffar était en train de déverser une véritable masse d'informations sur sa collègue, et elle espérait que celle-ci arriverait à suivre et à utiliser tout cela à bon escient.
Contenu sponsorisé
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté

    Message n°0 (10)