Star Wars Ascension


avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/10/2017

    Messages : 304

    Crédits galactiques : 430

    Cristaux Kyber : 36

    Avatar : Julian Checkley

    Crédits : Sophia pour l'avatar

    Disponibilité rp : Libre comme l'air

    Inventaire : -1 sabre laser (lame cramoisie), confisqué
    -1 armure de combat
    -1 Chasseur biplace équipé de technologie furtive sith
    -Son Malraas de compagnie
    -1 lance-fléchettes (oui)
    -1 papillon messager
    -1 Motojet

  • Posté le Mar 1 Mai - 20:09

    Message n°9932 (1)

Alors, le temps était venu. Le temps pour Saevus de quitter la pyramide et Maloran. Il ne savait pas encore ou et comment il allait s'installer une fois à la surface, à dire vrai il espérait trouver quelque-chose, une grotte n'importe quoi. Il avait eu vent des conditions à la surface et à dire vrai, il était inquiet, il était quelque peu inquiet. Même si son vaisseau était idéal pour survoler la planète et trouver un abris, il craignait que rien ne soit adapté pour accueillir le lord. De toute façons, il ne pouvait plus revenir en arrière, il devait partir. Il n'y avait pas de raisons qu'il ne trouve rien. Il devait trouver quelque-chose. L'ancien darth leva finalement les yeux vers ses affaires. Il avait réuni nourriture, eau, équipement... Finalement, il finit par se lever, prendre ses affaires et quitter la pièce.

Les couloirs de la pyramide étaient déserts, silencieux. Seul le son des bottes de Saevus sur le sol résonnait. Tant mieux, il préférait quitter les lieux anonymement, sans se faire remarquer. Les yeux du lord balayaient les couloirs de la pyramide, maintenant il quittait Maloran. Il avait une mission, trouver une quelconque source de vie dans cet enfer glacé qu'était Malachor. Il ne savait pas vraiment si il y parviendrait, mais il ferait tout ce qui est en son pouvoir pour mener à bien sa mission. Peut-être aussi que cet exil allait permettre à Saevus de méditer, approfondir sa compréhension de la Force. Jusqu'à maintenant, Saevus s'était principalement concentré sur le maniement du sabre laser jusqu'à devenir l'un des maîtres dans le maniement de cette arme. Mais désormais, son sabre laser avait été confisqué, et à dire vrai, il n'en avait plus réellement besoin, il n'avait aucune chance de tomber sur des adversaires à combattre une fois à la surface.

Enfin, Saevus se retrouva à l'étage de l'académie, ici il croisa bon nombres d'acolytes en pleine session d'entraînement ou en pleine conversation avec les autres membres de l'académie. Lord Saevus s'empressa de quitter l'académie pour se retrouver dans la rue. Il devait maintenant se rendre au spatioport, prendre son vaisseau et monter. Il grimpa dans son taxi, précisa sa destination, puis le speeder s’élança à toute vitesse. Saevus ne dit pas un mot de plus jusqu'au spatioport, il se contentait de rester pensif, réfléchissant à la manière dont il allait bien pouvoir s'y prendre pour mener à bien sa mission. Puis au cours de ses réflexions il vint à penser que ses chances de succès étaient très faible, et qu'il était plus que probable qu'il meurt là haut. Il ne savait pas vraiment comment il supporterait la solitude, il n'avait jamais été une personne très sociable, mais il avait toujours plus ou moins côtoyé d'autres personnes. Évidemment, Saevus s'était rendu à la crypte, dire au revoir à sa femme.

Une fois arrivé au spatioport, Saevus sauta hors du taxi puis avança à grand pas vers son vaisseau. Il s'y rendit en peu de temps, il grimpa à bord et décolla le plus rapidement possible, comme si quelque-chose le poussait à fuir Maloran. Il commença son ascension vers la surface. Cela ne prit pas longtemps, quelque minutes. Puis le spectacle de la désolation à la surface de Malachor se dessina, des étendue glacées à perte de vu. Le vaisseau fut prit dans une bourrasque de vent, Saevus dut luter sur les commandes pour reprendre le contrôle de son chasseur. Le vent comme souvent était fort et glacial. Si fort que le vaisseau fut ralenti par les rafales. Une fois à une altitude suffisante, Saevus démarra sa recherche. Il activa tous les scanners de son chasseur. Plusieurs faisceaux de lumières bleutés s’échappèrent du bas de l'appareil, sondant le sol  la recherche d'une quelconque grotte dans laquelle il pourrait s'abriter.

Les recherches durèrent plusieurs heures. Plusieurs heures qui semblaient interminables. Le même paysage désolé à perte de vu. De grandes étendues blanches, sans le moindre mouvement. Pas un arbre, pas un lac, pas une route. Seulement de la glace et de la neige à perte de vue. Finalement, les scanners du chasseurs repérèrent quelque-chose qui pouvait s'assimiler à une grotte à la surface. Saevus enclencha sa décente jusqu'à poser son chasseur devant ce qui ressemblait à une grotte, il tenta de se poser proche de la paroi rocheuse pour protéger son vaisseau du vent. Rabattant son capuchon sur sa tête, Saevus sortit du chasseur. Immédiatement, il fut heurté de plein fouet pa rle vent glacial de Malachor à tel point qu'il dut se pencher en avant pour avancer. Il venait à peine de sortir, et déjà il sentait le bout de ses doigts se geler. L'air qu'il respirait était lui même gelé. Il ne neigeait pas, mais il s’enfonça jusqu'au mollets dans la neige immaculée, jamais foulée par l'homme.
Les quelques mètres qui séparaient Saevus de l'entrée de la grotte semblaient interminable, le vent venait fouetter le visage de Saevus, faisant virevolter sa cape. Enfin, il pénétra à l’intérieur de son éventuel abris. A l’intérieur, il faisait tout aussi froid, à l’exception que le vent ne venait plus le maltraiter. La grotte semblait relativement grande, il y marcha un moment. La grotte était composée de deux galeries, une grande à l'entrée, et une autre plus petite un peu plus loin. Saevus sourit, cet endroit était bien, très bien même. Il s'assit sur un rocher. Rien, juste le sifflement du vent contre la roche, pas un mot, pas un bruit de pas, juste le vent. Le sourire de Saevus s'évanouit. Il se leva et marcha vers la sortie, il observa un long moment l'immensité gelée à perte de vue. Il resta là, immobile pendant plusieurs minutes. Sans qu'il s'en rende compte, des larmes avaient commencées à perler sur ses joues, ses larmes gelèrent quasi immédiatement.