Star Wars Ascension


Entretien avec un gredin

Star Wars Ascension » Coruscant

avatar
Noblesse hapienne
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 29/03/2018

    Messages : 19

    Crédits galactiques : 358

    Cristaux Kyber : 10

    Avatar : Beau Garrett

    Crédits : Siren-Gem (Deviantart)

    Disponibilité rp : oui

    DC : Anhesis, Byron, Evolet

    Inventaire : ► Droïde assistant
    ► Corvette

  • Posté le Ven 6 Avr - 22:21

    Message n°8839 (1)

Spoiler:
Double réssite, charisme & éloquence ♪

- 517, mois 10, semaine 3 -

« E-volved c'est une maison, c'est une famille. Nous y étudions la science avec une attention toute particulière... Chaque avancée technologique quel qu’elles soient à sa place au sein de notre environnement et E-volved met un point d'honneur à respecter cela. »

Minaude mielleusement la femme sur scène, tout de blanc vêtu. Son teint laiteux luit sous la lumière des hologrammes qui passent autour d'elle, dévoilant un message publicitaire de son laboratoire alors que ses grands yeux bleus maquillés de noir scrutent l'assistance d'un regard perçant.

« Nous visons l'excellence, chaque année notre chiffre d'affaires augmente, nous avons déjà gagné la loyauté de bon nombre de nos collaborateurs au sein de la galaxie ! L'évolution n'a pour seule limite que l'imagination humaine et c'est pour cela qu'E-volved porte si bien son nom... Nous embauchons près de cent personnes par an, de tous les milieux scientifiques. Que ce soit pour les familles et les logis, pour les véhicules, pour la médecine ou bien pour la suprématie, notre société n'a de cesse d'aller toujours plus loin. L'excellence à un nom messieurs, mesdames et ce nom c'est E-volved Corporation. »

Termine la délicieuse Hapienne  qui lève la télécommande, coupant les effets visuels. Elle semble avoir capté les regards, la curiosité et pourtant, la salle est portée par un silence quasi dérangeant. Dyvan observe ses confrères, les investisseurs qui la fixent, la jaugent et attende.

« Merci de votre attention. »

Murmure-t-elle dans le micro en saluant d'un signe de tête respectueux. Et la voilà qui se détourne des gens, traversant la scène alors que les lumières de la salle se rallument. L'endroit est spacieux, blanc et lumineux, décoré de fontaines et de plante dans une décoration paisible. Presque trop au vu du caractère de la maîtresse des lieux. La conférence du moment se fait au sein de l'E-volved elle-même, sur les derniers étages du building dont l'immense baie vitrée donne une vue imprenable de Coruscant plongé dans la pénombre dont les innombrables lumières dissèquent la nuit à travers une myriade d'étincelles. Ils sont des milliards ici-bas à profiter de leur soirée mais le luxe de celle-ci ne sera apprécier que d'une poignée de personnes.

Alors que Dyvan se fraie un chemin, elle rejoint le buffet avant de tendre la main vers le serveur le plus proche, saisissant une coupe de champagne à laquelle elle boit le contenue avec avidité. Elle se sentait nerveuse, nouée alors que toute son assistance était restée muette face à son discours. Rien, pas un sourire, pas un applaudissement. Il n'y avait eu qu'une espèce de charlatan au premier rang occupé à dévorer des en-cas avec ce stupide sourire cynique dessiné sur les lèvres. Dans un soupir, elle pivote, dévoilant le dos d'une robe tellement échancré que s'en était indécente. D'un mouvement lent elle dépose sa flûte de champagne vide et en prend une seconde. L'alcool l'aidait à gérer son anxiété, lui embrumant doucement l'esprit.

« Madame Welch ? »

Clame la voix suave et grave d'un sexagénaire à la moustache soigneusement recourber. Dyvan toussote, rougissant en lui faisant face alors qu'il désigne une jeune femme à son bras, blonde aux courbes délicate. Cette femme aurait pu être parfaite si elle n'avait pas eu ces yeux étranges à la teinte particulièrement sombre.

« Monsieur Devhenan ! » Elle mime la surprise, la joie dans un sourire faux et désabusé.
« Votre grâce, c'est toujours un plaisir que d'assister à vos conférences... Laissez-moi vous présenter Sourya, ma dernière fille. »

Sa fille ? Celle-là, elle ne l'avait pas vu venir. Dyvan arque un sourcil surpris et déglutit, abaissant sa coupe d'alcool alors que son sourire fane doucement.

« Votre fille... » Murmure t-elle. « C'est fou ce qu'elle ne vous ressemble pas ! »

Lâche odieusement l'Hapienne sans se soucier de l'avis du duo qui échange un regard. L'homme pince les lèvres dans un sourire gêné.

« Oui euh... Sourya ressemble plus à sa mère, ma troisième et dernière épouse, paix à son âme... Elle repose loin de nous à présent. »
« Oh, je suis désolé  Monsieur Devhenan... » Susurre Dyvan alors même qu'elle ne pense pas un mot de ce qu'elle vient de dire.
« Allons ma Dame, inutile, je venais vous voir pour vous dire que j'ai transmis à votre société un don comme chaque année. J'y ai ajouté un zéro supplémentaire sous les bons conseils de ma fille qui semble avoir grandement apprécié votre discours. »
« Ah oui... ? »

Chantonne Dyvan, soudainement intéressé. Son sourire s'étire, plus vrai cette fois, carnassier presque. Sourya s'incline doucement avant que son regard ne se porte vers le barbu qui préférait manger que d'écouter son discours.

« Oh, Docteur Blackford ! Docteur, par ici ! » Lâche la jeune femme en robe de soirée d'un signe de main.
« Docteur... ? Comment ça Docteur ?! »

S'étouffe l'hapienne en manquant de recracher son champagne. Alors que l'hybride attire l'attention de l'homme remarqué plus tôt, Dyvan blêmit, Sourya toujours plus chaleureuse.

« Docteur Blackford... » Ronronne-t-elle avec envie, pressant son avant-bras doucement. « Laissez- moi vous présenter Madame Welch... Papa et moi venons de lui faire un don... Et vous ? Je sais que vous êtes euh... » Elle s'empourpre, aguicheuse. «  Un homme... très... Généreux. Alors je suppose que … sauf si vous êtes là pour autre chose, évidemment... »

Le jeu de charme de Sourya arrache une moue blasée à Dyvan qui se retient de lâcher un soupir. Au lieu de quoi, elle vide sa seconde coupe de champagne dans un pincement de lèvre.

« Sourya ! Allons, laissons sa Grâce profiter de ses invités! viens, allons marcher un peu, veux-tu ? »

Et L'homme tire sa fille qui bat des cils comme une adolescente énamourée, offrant un signe de main à l'inconnu que Dyvan fixe sans broncher avant de lâcher simplement.

« Si vous voulez faire un don, mon comptable se trouve au bout de la salle. »

Elle hausse le menton d'un air hautain, curieuse tout de même.

« Et donc... vous êtes...  Docteur ? Dans quel domaine votre doctorat ? Si vous cherchez un job, Evolved embauche, dans quel cas c'est avec ma secrétaire qu'il faudra prendre rendez-vous cette fois. »


avatar
Garde fédéral
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 02/04/2018

    Messages : 41

    Crédits galactiques : 181

    Cristaux Kyber : 11

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Kaedwell, Echoy

    Inventaire : sabre-laser blanc, droïde assistant, airspeeder

  • Posté le Sam 7 Avr - 11:27

    Message n°8844 (2)

C’est avec son inséparable sourire en coin cynique accroché au minois que le docteur Blackford s’est rendu à cette conférence dinatoire orchestrée par la société E-volved. Evoluant entre les richissimes invités de sa démarche décontractée tel un félin en chasse, on pourrait croire qu’il s’est davantage rendu là pour le côté dinatoire et non le côté conférence, tandis qu’il emprunte quelques en-cas sur une petite assiette pour ne pas assister aux discours le ventre vide. En réalité, Jake est on ne peut plus attentif à son environnement et curieux de ce que pourrait donner cette soirée, lui qui a tant cassé les pieds de ses patrons pour y assister. E-volved pourrait apporter beaucoup à la société dans laquelle il travaille, la StarDrive Engineering Corporation – ou StarDEC – n’a-t-il eu de cesse de répéter. Et l’entreprise leader dans la recherche appliquée de l’exploration spatiale aurait aussi beaucoup à apporter à E-volved. Que de baratin juste pour avoir l’occasion d’observer Dyvan Welch…

Sa joie retombe alors qu’une silhouette revêtue d’un costume blanc ridicule le rejoint, visage hautain au front dégagé, cheveux vénitiens plaqués en arrière. Joshua, chargé d’affaire commercial, que ses patrons lui ont collé dans les basques pour cette soirée. Ces deux-là n’ont vraiment rien en commun si ce n’est une mésentente réciproque. Il est bien connu que les ingénieurs détestent les commerciaux. « Tu l’as fait exprès ? J’avais dit : du blanc ! Nom d’une pipe, de quoi on aura l’air face à Dyvan Welch… » Tournant son œil bleu devenu glacial en direction de Joshua, le Garde fédéral se contente de hausser un sourcil méprisant en guise de bienvenue et de bonsoir. « Toi, t’auras l’air d’un abruti fini, comme d’habitude. », rétorque-t-il en esquissant un sourire carnassier avant de tourner les talons pour se diriger vers la scène où se tiendra la conférence, cherchant une place pour s’installer à l’aise. Du blanc… Un argument marketing pour lécher les bottes d’une scientifique renommée pour être maniaque à bien des égards. Et du flan pour Jake, bien plus à l’aise dans sa chemise satinée de couleur anthracite.

Jetant son dévolu sur le premier rang, à l’extrémité droite de la rangée, quitte à déranger ceux qui s’étaient déjà installés là, c’est en dévorant les délicieux en-cas qu’il écoute la présentation de la somptueuse Hapienne. Un sourire narquois au coin des lèvres, il a l’air de s’en foutre royalement alors qu’il est absorbé par son observation des courbes de la scientifique. A vrai dire, il n’y a pas de meilleure place pour la voir presque de profil et de profiter de l’admirable vue offerte par cette formidable robe échancrée. Mais, quand le discours se termine et qu’un silence mortuaire l’accueille, l’ingénieur ne peut s’empêcher d’arquer un sourcil surpris alors qu’il allait applaudir… tout seul. Et bien quoi ? Ils ont peur de s’étouffer de politesse ? Ses mains retombent sur les accoudoirs de son siège, déçu, et ses doigts attrapent la dernière friandise pour la gober. Il aperçoit enfin le regard désapprobateur de son infâme collègue qui ronchonne alors que les gens se lèvent pour retourner dans la salle de réception : « J’y crois pas, en fait t’es venu là uniquement pour mater ! » Occupé à grignoter le reste du petit-four encore planté entre ses doigts, le visage de Jake finit par se fendre d’une expression moqueuse alors qu’il retire son index de sa bouche dans un bruit de succion extrêmement provocateur. « Non, pas seulement. »

Et il laisse le commercial planté là avec un petit rire qui lui secoue les épaules. Le brouhaha des conversations plus insipides les unes que les autres l’accueille et Jake se poste entre une fontaine et une table où d’autres surprises culinaires l’attendent. La place idéale pour à la fois se faire plaisir et observer sans le montrer tout en se lavant les mains avec une solution hydro-alcoolique. Son œil borgne, relié à son implant, commence alors à lui afficher les différentes informations recueillies par les fédéraux de chaque personne qu’il regarde attentivement. Des hommes d’affaires, quelques scientifiques ratés au chômage, des curieux fortunés, des chargés d’affaires de la trempe de Joshua… Beaucoup de parasites qui ont sans doutes l’espoir de trouver quelque chose dans cette belle famille que forme E-volved d’un côté, et de nombreux donateurs un peu naïfs de l’autre.

Son regard finit par se poser sur la silhouette de la maitresse de soirée, un peu plus loin, occupée avec deux visages assez familiers. Lissant sa chemise, il se décale légèrement pour que Sourya puisse le remarquer, ce qu’elle ne tarde pas à faire en l’invitant d’un grand signe de la main. Le visage de l’ingénieur se pare alors d’une expression ravie et un sourire à la fois radieux et ravageur salue la jeune Sourya. Une gentille fille animée par l’envie de bien faire, un peu paumée quand il s’agit de son avenir et qui sait se faire remarquer quand elle le veut. Trop jeune pour Jake s’ils se souciaient tous deux des convenances, et un caractère assez extravagant et drôle. Un peu collante une fois qu’elle vous met le grappin dessus, mais ô combien distrayante aussi dans un cadre plus intime, songe Jake en s’approchant. « Mademoiselle Sourya, Monsieur Devhenan ! Quelle bonne surprise… », lance-t-il en se retrouvant à leur niveau et la jeune fille s’accrochant immédiatement à son bras. Mais le docteur Blackford n’est pas venu ce soir pour rentrer dans le jeu de Sourya… Inclinant la tête avec modestie au compliment à peine voilé de la jeune fille, son attention se porte bien vite sur l’Hapienne.

« Je suis surtout venu par… intérêt scientifique. », rétorque-t-il avec un sourire en observant Dyvan vider sa coupe. C’est une moitié de vérité, après tout, songe-t-il en saluant le père et la fille d’un discret signe de main. Et de se retenir de rire en se mordillant la lèvre inférieure à la remarque acerbe de Dyvan. Lui, faire un don ? « Si je devais donner l’aumône à chaque spot publicitaire grandiloquent que je vois dès le matin… », lâche-t-il avec un cynisme décapant. Oh, certes, la performance de la scientifique était parfaite mais au final, c’était comme voir la bande-annonce alléchante d’un film : une fois terminée, on n’en sort que plus frustré de n’avoir eu que des miettes en guise de contenu. Et là, pour sa curiosité scientifique, Jake est vraiment resté sur sa faim.

Inclinant la tête sur le côté tout en allégeant un serveur de deux coupes de champagne, l’ingénieur prend un certain temps avant d’esquisser un sourire. Diantre, ce qu’il aime les défis, et en voilà un sacré face à lui ! Le mépris qui suinte de chaque pore de la peau immaculée de la duchesse héritière est une ode à sa réputation. « …En chirurgie esthétique. », ironise-t-il à la question interloquée de la scientifique. Son visage balafré se fend d’un léger rire amusé alors qu’il lui tend le verre qu’il tient par le pied. « Jake Blackford, j’ai étudié à l’époque… comment avais-je écrit ça… ? Ah oui, la distorsion des champs énergétiques dans l’hyperespace, appliqué aux systèmes d’hyperpropulsion. Il aurait été plus simple de dire : un sacré foutoir impossible à modéliser, mais ça aurait fait moins vendeur aux yeux du jury. Et puis impossible n’est pas Blackford. » Sirotant une ou deux gorgées du vin luxueux, sa main libre dans la poche, Jake finit par ajouter en toisant la jeune femme : « Navré, votre secrétaire a l’air adorable, mais j’ai déjà un travail très prenant à StarDEC, et beaucoup de libertés pour des projets confidentiels. Je m’en voudrais d’abandonner mes équipes chargées de résoudre les plus grands mystères de notre univers… après la profondeur limpide de vos iris, sans doutes. »

Moqueur ou sincère dans son compliment ? Difficile à dire, et ce n’est pas l’intrusion de Joshua débarquant à cet instant qui permettra de le savoir. Inclinant le buste face à Dyvan, le commercial démarre son job : « Votre Grâce, c’est un honneur de vous rencontrer. Je représente la StarDrive Engineering Corporation, leader du marché spatial et société qui n’a de cesse d’innover pour créer la société de demain. Nous avons de nombreuses valeurs communes, quoique mon collègue de bas-étage ne les partage sans doutes pas en vous importunant… Ah ! » Avec un sourire mielleux, Jake vient de poser sa main droite sur l’épaule de Joshua, comme un geste amical, à ceci près que soudainement, la force mécanique de sa prothèse a refermé ses doigts sur la chair du commercial pour lui broyer littéralement l’épaule. Il devient tout pâle, le chargé d’affaires, presque aussi pâle que Dyvan alors qu’il tente de garder la face. « Pour faire un don, le comptable est là-bas. Pour prendre rendez-vous, la secrétaire t’attend là. », glisse le fédéral en appuyant un peu plus sa poigne en entendant Joshua grincer des dents. Il relâche la pression aussi brusquement qu’elle est apparue et il termine d’une frappe presque fraternelle dans le dos qui a de quoi déséquilibrer le commercial. Celui-ci pince les lèvres, prend une expression la plus digne possible en rétorquant : « Je me tiens à votre disposition si un partenariat vous tient à cœur, madame Welch. »

Roulant son épaule, il tourne les talons en attendant certainement un meilleur moment pour la prendre à partie. Jake quant à lui, ne se départit pas de son sourire et termine d’un trait son verre de champagne. « Les services de communication, il n’y a rien de pire en matière d’hypocrisie. », conclut-il dans un soupir mélo-dramatique.
avatar
Noblesse hapienne
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 29/03/2018

    Messages : 19

    Crédits galactiques : 358

    Cristaux Kyber : 10

    Avatar : Beau Garrett

    Crédits : Siren-Gem (Deviantart)

    Disponibilité rp : oui

    DC : Anhesis, Byron, Evolet

    Inventaire : ► Droïde assistant
    ► Corvette

  • Posté le Sam 7 Avr - 20:29

    Message n°8853 (3)

Si je devais donner l’aumône à chaque spot publicitaire grandiloquent que je vois dès le matin…

« Oh, vous aussi vous exécrez les pauvres ? Quelle chance, alors ! Enchantée de faire votre connaissance, Docteur ! »

Lâche Dyvan tout sourire, denture immaculée alors qu'elle tend vivement une main vers le concerné avant de la ne serrer vivement tendit que le duo s'en va pour les laisser seuls gérer leurs affaires. L'Hapienne saisit la coupe de champagne qui lui est tendue avant qu'elle ne se fige.

« La chirurgie esthétique ? Ça alors, j’admets que... »


Qu'il n'en avait pas la tête. Mais avant qu'elle ne finisse sa phrase, voilà que son étrange inconnu changer sa version, confirmant une touche d'humour qu'elle n'avait visiblement pas saisi. Son sourire fond comme une fichue glace au soleil alors que la scientifique observe son confrère qui se présente enfin comme un ingénieur en hyperpropulsion.

« Impossible n'est pas Blackford... »


Répète Dyvan les dents serrées, un sourire crispé figé aux lèvres. Bon sang, ce bouseux était donc bien... Un bouseux. Et s'il y a bien une chose qu'elle ne supportait pas, c'était les ingénieurs, comme s'ils détenaient les réponses à tout. Détournant le regard, la femme porte le verre à ses lèvres, avalant goulûment de longues rasades d'alcool alors que déjà, les premiers vertiges de l'ivresse commencent à faire leur apparition.

« StarDec ? Oui j'ai déjà travaillé avec cette société... Travail peu intéressant mais résultats efficaces. »

Murmure-t-elle la moue blasée, se contentant d'observer les invités présents. Elle cherche une échappatoire, quelqu'un ou quelque chose pour l'éloigner de cet énergumène au visage balafré. C'est alors qu'un autre homme fait son apparition, charmeur et visiblement bien moins rustre que son collaborateur. Dyvan esquisse un sourire, posant une main sur sa poitrine rehaussée par son corsage alors qu'elle se penche, le sourire aux lèvres.

« Votre collègue de bas-étages ? Alors vous aussi vous trouvez que c'est scientifique de seconde zone ? Enchanté, je... »

Mais la voilà coupé dans son élan par ledit ingénieur qui ne semble pas apprécier outre mesure d'avoir été coupé. Dyvan fronce les sourcils en le regardant bouter son comparse. Rustre, hm ? Pire que ça, ce cul-terreux n'avait aucun savoir vivre et cherchait à accaparer toute l'attention.

« Je suis sûr que vous êtes pauvre, en plus d'être handicapé. »

Siffle la femme en agitant sa coupe de champagne, sa main libre se posant sur sa hanche. On n'avait pas idée de chasser ainsi un honnête travailleur qui cherchait à satisfaire sa société comme ce pauvre Joshua. Elle vide sa coupe, retenant un soupir et vient la déposer sur le plateau d'une serveuse qui passe à proximité alors qu'elle toise sévèrement Jake qui critique les services de communication.

« Eh bien pour quelqu'un qui travaille sur des systèmes d'hyperpropulsion, je trouve que vos synapses mettent un temps incroyable à se connecter. »
Elle se rapproche de lui, penchant son visage vers le sien. « Si vous n'avez pas compris, cela veut dire "au revoir", Docteur Blackford. » Sourire mesquin, elle soutient son seul œil valide. « Navré, je ne travaille qu'avec les meilleurs éléments du domaine scientifique... Visiblement vous n'en fait pas parti. Cela dit, merci pour votre compliment, j'apprécie. »

Elle se détourne de lui sans même éprouver la moindre gêne à s'être ainsi comporté. Alors qu'elle s'éloigne, Dyvan s'empare d'une quatrième flûte de champagne dont elle boit le contenue en quelques instants avant de se prendre les pieds dans sa robe. De justesse et manquant de s'écrouler, elle se retient au buffet alors que son visage s'empourpre, accompagné d'un rire gêné alors que les regards se tournent vers elle.

« Tout va bien ! Tout va bien,  continuez de discuter et de... faire... Vos manigances, messieurs dames ! » Geint la femme dont l'ivresse commence à se voir. « Profitez de votre soirée et que l'argent coule... » Hoquet. « à flot. Voilà, c'est ça... à flot. »

La pire soirée qu'elle vivait depuis... Longtemps. Soupirant, Dyvan s'évente à l'aide de sa main, cherchant à fuir la chaleur des lieux alors qu'elle titube vers la sortie. La vue brouillée, elle s'avance avant de se faufiler par la porte d'entrée de la grande salle de réception, son talon se prenant dans le bas de sa robe, manquant à la faire trébucher pour la seconde fois, mais loin des regards cette fois.

« Merde ! Fais chier ! » S'énerve la scientifique en ajustant sa robe hors de prix. « Quoi encore ?! »

S'écrie-t-elle soudainement, sentant une présence dans son dos alors qu'elle se retourne vivement. La balafre lui fait face à nouveau et Dyvan esquisse un sourire mièvre.

« Ah, c'est vous... » Elle déglutit, sourire crispé. « Je... je ne sais plus quel est votre nom...  On s'est parlé tout à l'heure, non ? Ah ! Oui ! C'est vous le goujat qui travaille sur... l'immensité... de... l'espace ? » Dyvan rit, plus ivre que jamais « Eh bien, vous êtes plus beau avec beaucoup d'alcool dans le sang ! » Elle se mord la lèvre. « Vous le pensiez vraiment pour mes yeux ? Je vous en donnerais bien un mais je préfère garder les deux, ne vous offusquez pas surtout. »


avatar
Garde fédéral
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 02/04/2018

    Messages : 41

    Crédits galactiques : 181

    Cristaux Kyber : 11

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Kaedwell, Echoy

    Inventaire : sabre-laser blanc, droïde assistant, airspeeder

  • Posté le Sam 7 Avr - 22:52

    Message n°8856 (4)

Manifestement, Dyvan Welch est effectivement l’insupportable et hautaine scientifique méprisante et intolérante dont on parle tant dans le milieu, dès qu’on aborde les entreprises les plus en vue. Le visage de Jake ne s’en fend que d’un plus grand sourire, songeant que fort heureusement, son vieux père n’était pas là pour entendre ces réflexions désobligeantes. Et comme l’indique la rumeur, elle comprend autant l’humour et l’ironie qu’un bantha comprendrait la physique quantique. Et comme toute scientifique pur et dur, perdue dans son nuage, elle semble avoir une bien piètre opinion des gens créatifs qui conçoivent des solutions pratiques et utiles pour aider des milliards de personnes. De la même manière que lesdites personnes créatives, les ingénieurs, ont une piètre opinion des chercheurs travaillant dans des laboratoires publics et qui ne font progresser la science que sur le papier en découvrant les miracles de la nature des rats. On ne change pas les préjugés si facilement, il faut croire.

StarDEC, travail peu intéressant… Il hausse un sourcil, ne se laisse pas démonter pour autant. Elle a partiellement raison, en soi. Jusqu’à il y a peu, néanmoins… « C’est vrai, c’était le cas jusqu’au mois dernier… les impératifs du profit, vous semblez bien connaître. Mais depuis que le Chancelier a secoué tout ce beau monde, les scientifiques peuvent enfin s’épanouir sur des projets plus ardus. » Du moins la pression qui avait pu autrefois l’obliger à provoquer cet accident fatal, s’était évaporée comme par magie. Mais ne soyons dupe, c’est temporaire, malheureusement. Tout comme l’intervention de Joshua. Celui-ci tenait vraiment à lui coller aux semelles comme une sangsue sur sa peau. Lui broyer l’épaule n’est qu’un infime plaisir par rapport à ce qu’il rêverait de lui faire en réalité, à ce sac à merde de cul-terreux opportuniste et arriviste. Le même genre de m’as-tu-vu qui met son nez dans des projets qui le dépassent intellectuellement et qui se permet d’y mettre son commentaire et son grain de sel. Oui, Jake le déteste de longue date, pour n’avoir pu obtenir les financements nécessaires à certaines de ses recherches. Parce que son entreprise était dirigée par des financiers et non par des ingénieurs passionnés.

Il le foudroie de son œil unique, avant de reporter son attention vers Dyvan. « Toujours moins pauvre d’esprit que vous, en tout cas. », rétorque-t-il en la toisant, observant son manège avec son… combientième verre, déjà ? Au moins le deuxième en sa présence. Décidément, l’alcool et les femmes ne font jamais bon ménage, mais que dire de l’alcool et la direction d’une entreprise ou de recherches scientifiques ? Un sourire narquois accueille en tout cas sa nouvelle réflexion sympathique et il incline légèrement la tête, presque flatté qu’elle ait retenu son compliment. « Comme je l’ai dit, je n’ai pas l’intention de travailler avec vous. Je ne suis pas désespéré au point d’avoir besoin d’une famille comme E-volved. Bonne soirée, madame Welch. » Un sourire reste figé sur ses lèvres jusqu’à ce qu’elle se soit éloignée, avant qu’une mine renfrognée ne peigne son visage. Il ne s’avouerait pas vaincu si facilement, le docteur Blackford. Au loin, il aperçoit le bar qui sert le champagne en continu, s’en approche et s’accoude en fixant l’une des serveuses. « Vous n’avez rien de plus fort ? » Autant opter pour un remontant pour cette mi-temps.

Un verre de whisky plus tard, toujours adossé au bar, voilà que son attention est attirée par cette même robe échancrée qui manque cette fois de se casser la figure au beau milieu de la salle. Certains ricanent sous cape, à commencer par le comptable et la secrétaire, suivis par quelques scientifiques. Les donateurs fortunés sont un peu plus ouverts, ils ont l’habitude de voir de tels déboires. Puis un soupir traverse ses lèvres alors que Joshua revient vers lui avec un sourire narquois. C’est ça, qu’il vienne donc le narguer… « Alors, ça ne se passe pas comme tu l’espérais ? », minaude-t-il avec sarcasme. « Au contraire, mon cher. Elle est insupportable. J’a-do-re ! Et je crois qu’elle sera folle de moi d’ici la fin de la soirée. » Le ricanement de Joshua force l’ingénieur à reporter son regard vers lui. « Vu son état, elle pourrait être folle de n’importe qui lui offrirait une bouteille. » Jake pince les lèvres un instant, pris par une furieuse envie de frapper le petit minois parfait de Joshua contre le rebord du bar, avant d’esquisser un sourire plus carnassier qu’une dentition de tuk’ata. « Ferme ta sale gueule et disparais de ma vue, espèce de petit connard minable. Avant que je ne te broie chacun de tes os. »

Le regard braqué dans celui du commercial, le fédéral se détache du bar pour emprunter le couloir dans lequel Dyvan a disparu. Si Jake est d’un naturel taquin, capable de se moquer de tout et de n’importe quoi, qu’on s’amuse de quelqu’un qui n’est pas en état de se défendre avec l’esprit clair l’énerve au plus haut point. Déjà que personne n’a daigné applaudir à la présentation de la jeune femme… Plongé dans ses pensées, il n’entend que trop tard l’exclamation de la concernée et manque presque de la percuter. Nez à nez avec la scientifique, c’est tout juste s’il ne doit pas la rattraper alors qu’elle se retourne avec son équilibre plus que précaire. « Vous vous attendiez à quelqu’un d’autre ? », rétorque-t-il avec sarcasme, avant d’éclater de rire : « Oui, le goujat en personne. Appelez-moi Jake. » Sa réflexion, il ne sait s’il doit la prendre comme un compliment ou une moquerie, mais venant de quelqu’un d’ivre, c’est sûrement la même chose. Se mordillant la lèvre inférieure avant de sourire malgré tout, il hausse doucement un sourcil avant de rire de bon cœur à la plaisanterie. Quelqu’un d’autre s’en serait offusqué mais Jake était le premier à lancer des blagues sur les borgnes. « Oui, je le pense toujours, d’ailleurs. Gardez les deux, c’est comme ça qu’ils vous vont le mieux. Ne les égarez pas comme moi. » Il penche la tête sur le côté, fronce légèrement les sourcils. « Je crois que vous avez besoin de vous poser un peu. De l’air frais ne devrait pas vous faire de mal. La terrasse n’est plus très loin il me semble… », ajoute-t-il en lui tendant son bras mécanique.
avatar
Noblesse hapienne
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 29/03/2018

    Messages : 19

    Crédits galactiques : 358

    Cristaux Kyber : 10

    Avatar : Beau Garrett

    Crédits : Siren-Gem (Deviantart)

    Disponibilité rp : oui

    DC : Anhesis, Byron, Evolet

    Inventaire : ► Droïde assistant
    ► Corvette

  • Posté le Sam 7 Avr - 23:21

    Message n°8857 (5)

« Pour être honnête... Non, je n'attendais personne. »

Avoue la femme qui déglutit difficilement, ajustant le bustier de sa robe discrètement. Pourquoi était-il là ? L'avait-il suivi ou bien simple coïncidence ? Ce n'est pas comme si quelqu'un dans cette salle ou ailleurs pouvait s'inquiéter de ce qui pouvait lui arriver. Dyvan aurait pu sauter à travers une fenêtre que personne ne l'aurait remarqué. Pour attirer l'attention, il lui fallait toujours être la plus odieuse, sans ça, pas de ragots suffisant pour remplir les caisses de la société. Elle n'aurait jamais cru finir aussi minable que sa mère, mais le fait est qu'elle ne valait plus grand-chose aujourd'hui. Sortit des murs de son entreprise, Dyvan n'était personne. Invisible et inutile. Une douloureuse vérité qui faisait un mal de chien, même quand l'on était ivre comme elle en cet instant.

« Désolé de vous avoir insulté de goujat... et de handicaper. Et de pauvre... vous l'êtes certainement, mais ça ne devrait pas être critère de jugement concernant votre fiabilité professionnelle. »


Un haussement d'épaules et voilà Dyvan qui détourne le visage, fuyant le regard de son confrère d'un air gêné. Bon sang, il faisait une chaleur étouffante dans ce couloir ou bien était-ce juste l'effet de l'alcool ? Sans doute un peu les deux à moins que la présence de nigauds n'y soit pour quelque chose. Alors quand il insiste sur son compliment, la bouche de Dyvan se tord en une moue plus gênée encore alors qu'elle vient machinalement gratter l'arrière de son oreille, murmurant.

« Je suppose que je peux m'estimer chanceuse à avoir encore mes deux yeux... à défaut d'une richesse d'esprit. »


N'est-ce pas ce qu'il avait sous-entendu ? Qu'elle était pauvre d'esprit. Jake avait sans doute raison mais jamais Dyvan ne le reconnaîtrai past, ce serait faire preuve de trop d'humilité et de bonne foi pour qu'elle accepte de s'abaisser à cela. Un nouveau vertige la prend mais Jake, bon joueur et gentleman, ne perd pas une seconde pour lui proposer un bol d'air.

« D'accord, mais n'essayez pas de me pousser de la terrasse, je vous ai à l'oeil ! » Elle grimace, le désignant d'un index moqueur. « Et je ne dis pas ça parce qu'il ne vous en reste qu'un. »

Pâle sourire, l'hapienne se glisse à ses côtés, passant son bras autour du sien alors que sa démarche incertaine et bien moins élégante l'accompagne jusqu'à la terrasse ou l'air frais lui fait l'effet d'une gifle.

« Je suis curieuse, docteur Blackford... Qu'est-ce qu'un homme comme vous visiblement épanoui à StarDec, vient faire dans l'une de mes conférences ? Ce n'est pas comme si... Nous avions les mêmes objectifs. »

Dyvan glisse un regard torve vers son comparse, son bras toujours autour du sien alors qu'elle inspire fortement, se gavant de la fraîcheur et de la hauteur du building qui surplombe une partie du quartier mais se noyant dans l'étendue immense de Coruscant. Sa main presse doucement l'avant-bras de l'homme et d'un froncement de sourcils, elle porte son regard clair dessus avant d'y glisser sa seconde main. Bon sang, était-ce vraiment ce qu'elle croyait ? Il n'y avait pas de musculature sous ce tissu, c'était ferme, beaucoup trop...

« Votre bras... »

La jeune femme lève le visage, dévisageant le faciès balafré de Jake avant de fixer à nouveau le bras qui l'empêche de choir au sol alors qu'elle remonte doucement le tissu, observant la main, effleurant son poignet. C'était surprenant cette sensation, c'était presque vrai, trop réaliste. Perplexe et fascinée, Dyvan retourne la main de Jake, effleurant sa paume, ses doigts.

« C'est... Un travail remarquable... Qui vous a fait ce bras ? »

Malgré les affres de l'alcool, la scientifique semble avoir trouvé quelque chose à son goût auprès de son confrère alors que son pouce roule sur l'intérieur de son poignet. Pas de pouls, évidemment, pas de tremblement ni rien qui pouvait trahir une quelconque forme d'humanité dans ce bras.

« Cela vous surprend que je l'aie remarqué ? » Sourire complice, malicieux. « J'ai passé trop de temps auprès des droïdes pour reconnaître une machine quand j'en vois une... Mais rassurez-vous, votre secret sera bien gardé avec moi. »


avatar
Garde fédéral
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 02/04/2018

    Messages : 41

    Crédits galactiques : 181

    Cristaux Kyber : 11

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Kaedwell, Echoy

    Inventaire : sabre-laser blanc, droïde assistant, airspeeder

  • Posté le Dim 8 Avr - 0:20

    Message n°8858 (6)

« Goujat et handicapé, certainement, mais… vous pourriez être surprise. », réplique Jake sur un ton amusé. A vrai dire, il ne s’est jamais soucié du contenu de son compte en banque, plus depuis qu’il est au service de la Garde fédérale en tout cas. Cumuler deux emplois aussi bien rémunérés ou avec des avantages fiscaux considérables laissent tout le loisir de se préoccuper d’autres choses plus intéressantes que la comptabilité. Pauvre, il l’a été quand il était jeune. Son milieu social n’était guère brillant alors… Mais loin d’en éprouver une quelconque honte, Jake est même plutôt fier d’avoir réussi à se hisser plus haut avec son père, la preuve qu’on peut réussir grâce à ses capacités personnelles et pas seulement en étant une riche fille à papa… Baissant son œil vers Dyvan, il se mordille l’intérieur de la joue, un peu gêné d’avoir lâché cette remarque un peu plus tôt, mais retrouvant vite son aplomb, il esquisse un sourire et hausse les épaules : « Ne soyons pas défaitistes, rien n’est encore perdu. »

S’orientant dans ce bâtiment inconnu jusqu’à trouver le chemin vers la terrasse, l’ingénieur éclate de rire, jamais lassé des blagues sur sa condition. Qu’il n’est pas tout à fait en réalité. « Tant que vous êtes aimable, je vous promets de ne rien tenter. », susurre-t-il avec un sourire en coin narquois qui ne cesse de s’agrandir. Mais l’on sait que Jake serait capable de pousser quelqu’un pour passer pour un preux chevalier, n’est-ce pas ? Ou du moins c’est ce qu’aurait dit Joshua ou les mauvaises langues. Débouchant enfin sur l’extérieur, la fraicheur de la soirée, à cette altitude élevée, lui fouette la peau et ses tresses, avec la brise, ne tardent pas à claquer dans son dos. Son regard se perd sur cette partie de Coruscant plongée dans la naissance de la nuit, et peut apercevoir au loin, la silhouette familière du Temple Jedi et là-bas, le dôme facilement reconnaissable de la chambre du Sénat. La question de Dyvan est pertinente et légitime, et amène Jake à se questionner lui-même. Revenant à l’instant présent, il bat légèrement des paupières avant de tourner la tête vers la splendide hapienne.

« C’est toujours instructif de s’intéresser à ce qui se fait ailleurs, non ? On ne fait pas progresser nos idées en restant enfermés dans nos labos… A vrai dire j’avais envie d’en apprendre plus sur le travail d’E-volded, vous m’avez un peu laissé sur ma faim d’ailleurs. » Un petit rire complice secoue ses épaules, avant qu’il ne reprenne, un peu plus sérieux. « Et d’un autre côté, je suis aussi venu pour vous voir, vous. » Un discret sourire lui soulève les lippes tandis qu’il détourne lentement son regard vers l’horizon. Cependant, rapidement, son attention est attirée par les mains de Dyvan qui se baladent sur son bras. Haussant un sourcil, il détourne son œil valide vers elle pour constater qu’elle semble jauger la mécanique. Et bien alors, qu’est-ce que c’est que cette façon de palper un inconnu ? Amusé de l’émerveillement qui brille dans le regard de l’hapienne, – enfin quelque chose est en train de briller dans ce regard glacial – l’ingénieur replie lentement ses doigts tandis que les articulations produisent un très discret son mécanique. S’il avait su un jour qu’il draguerait une femme en passant pour une moitié de robot…

« C’est une prothèse initialement développée par les militaires. C’était du dernier cri il y a huit ans. » En soi, ça l’est toujours, les militaires aiment souvent garder l’exclusivité de leurs développements et c’est même techniquement étonnant que Jake ait pu y avoir accès. Une lueur amusée passe dans son œil alors qu’il l’observe. « Vous êtes une spécialiste en matière de robotique, c’est l’inverse qui aurait été surprenant. », murmure-t-il avant de hausser les épaules, mutin. « Ce n’est pas un secret. », finit-il par dire tout en désignant son visage. « Et ça non plus. J’étais jeune, j’avais envie de bien faire mon travail… je bossais sur des prototypes d’hyperdrives… mais même en prouvant par A + B qu’il faut plus de temps pour pouvoir passer aux essais dans des conditions de sécurité optimale, personne n’écoute un jeune diplômé. Résultat des courses : accident du travail, trois survivants, un bras, un œil et un profil en moins pour moi. » Passant sa langue contre ses dents en observant le lointain, un discret soupir s’échappe d’entre ses lèvres. « On peut appeler ça les risques du métier. » Reportant son attention sur Dyvan alors qu’un rire un peu acide lui secoue la gorge, il conclut : « Ils ont voulu acheter mon silence sur les raisons de l’accident, contre la prise en charge de toutes les opérations nécessaires pour me retaper. Tout ce qu’ils ont obtenu, c’est de m’entendre gueuler plus fort que jamais. Donc il a fallu que je fasse le choix entre… la chirurgie esthétique ou le bras. Il vous plait à ce point ? »
avatar
Noblesse hapienne
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 29/03/2018

    Messages : 19

    Crédits galactiques : 358

    Cristaux Kyber : 10

    Avatar : Beau Garrett

    Crédits : Siren-Gem (Deviantart)

    Disponibilité rp : oui

    DC : Anhesis, Byron, Evolet

    Inventaire : ► Droïde assistant
    ► Corvette

  • Posté le Dim 8 Avr - 11:46

    Message n°8864 (7)

Voilà encore une chose sur laquelle ils étaient radicalement différents. Lui s'intéressait aux travaux des autres, s'ouvrait à d'autres univers scientifiques là où Dyvan restait justement cloîtré dans son laboratoire pour se consacrer exclusivement à ses propres idées. Bien évidemment, les employés de sa société bénéficiaient d'une attention particulière sur leurs travaux mais sortit des murs de l'E-volved corps. Il n'y avait pas grand-chose pour intéresser la jeune femme à moins qu'il s'agisse d'un domaine proche ou identique au sien.

« Navrée, cette conférence n'était pas porté sur la richesse de nos travaux actuels, le but était juste de stimuler nos donateurs, nous avons... besoin de financement.»

Dyvan lève les yeux vers Jake, soutenant son regard unique alors qu'il murmure être venu pour elle. Pendant un instant, la jeune femme reste muette, s'imaginant devoir prendre la chose de manière personnelle, intime presque mais un sourire Goguenard étire ses lèvres.

« Ah oui je comprends... Vous... vouliez sans doute voir de vos propres yeux l'horrible Dyvan Welch et ses travaux insensés...»

Non décidément, elle ne se faisait pas à l'idée que quelqu'un puisse être là pour elle. Ou alors ce Jake était un satané séducteur qui était venu pour chasser une nouvelle proie à ajouter sur sa liste déjà longue, à n'en pas douter. Dyvan reporte à nouveau son attention sur le bras de Jake, remontant un peu plus le tissu de sa chemise jusqu'à son coude, touchant et caressant la simili-peau, l'observant dans les moins détails. C'était vraiment du bon travail, incroyablement réussi, un vrai trompe-l'oeil. Une vague de jalousie l'étouffe face à ce travail qui aurait pu être le sien, l'ego lui arrache une moue froide. Mais quand son confrère raconte son histoire, Dyvan fronce les sourcils, levant lui un regard perplexe.

« Ce genre de chose n'arrive jamais à E-volved. » Une affirmation clair, net. « Je ne dis pas que nous n'avons jamais d'accident mais pas d'une telle gravité ! Je suis peut-être odieuse, mais moi au moins j'ai une éthique professionnelle. »

Une éthique professionnelle... C'était plus simple à dire que d'avoir à avouer que trop de vie dépendait des règles de sécurité et que ses vies, celles de ses employés, elle avait pour devoir de veiller à leur bien-être. Dyvan était peut-être ce qu'elle était, mais au moins dans sa société, ses employés étaient respectés, même pour les moins expérimentés.

« Ils vous ont vraiment fait un tel chantage ? »
Murmure-t-elle, choqué. « Bon sang ! Même moi- je n'aurais pas été jusque-là... J'aurais... assumé ma faute et la victime aurait eu ses prothèses ! »

Elle se sent blessé, offusqué qu'on puisse rabaisser la science à un tel détail. Ces militaires, tous des ignares. Une vague de culpabilité va pour son père dont le visage traverse furtivement son esprit et déjà Dyvan retourne au bras de son complice, s'acharnant à l'observer sous toutes les coutures.

« Oui, je l'adore. »

Souffle-t-elle avant de se figer. L'alcool semblait lui dénouer la langue. Dyvan relève le regard puis relâche le bras de Jake, retenant son souffle et ajoute.

« Je vous l'ai dit, c'est... Un travail remarquable. Mon intérêt reste purement professionnel, évidemment. »

Évidemment. Visiblement, l'hapienne commençait déjà à décuver et la voilà qui reprennent ses distances, s'approchant de la rembarre qui entoure la terrasse et prend appuyé dessus, observant la ville de Coruscant qui semblait ne jamais dormir. Cette ville ne cessait jamais de briller.

« Pardonnez-moi docteur Blackford, les relations sociales n'ont jamais été mon fort. » Soupir. « J'aurais dû boire plus de champagne durant la soirée... »

Triste constat d'une femme qui avait hâte de quitter la soirée qu'elle avait elle-même organisée. C'est dire combien elle était mal à l'aise ici. Elle rêvait d'un verre de vin rouge pour lui changer du champagne, du confort de son lit. Finalement elle se retourne, fixant le balafré d'un regard brûlant.

« Je repense à ce que vous avez dit tout à l'heure... Je me disais... »
Elle esquisse une vague moue. « Peut-être que vous apprécierez de venir passer un peu de temps dans ma compagnie . Non pas en qualité d'employé mais... Peut-être venir une journée ? Je pourrais vous montrer mon travail, celui qui vous a laissé un sentiment de faim... » Sourire chafouin. « Techniquement je ne suis pas censé dévoiler son contenu ,mais étant donné que c'est moi qui décide ou quand et comment se passe les choses... »

Durant un instant, Dyvan ferme les yeux, se laissant aller ici, basculant la tête en arrière, offrant sa gorge à la brise qui fouette sa peau dénudée. Pas assez ivre mais l'esprit néanmoins plus détendu par l'alcool, elle semble se laisser sans pour autant lâcher prise. Un rire léger passe ses lèvres alors qu'elle rabaisse la tête, fixant Jake.

« Et si on fuyait cet endroit ? »



avatar
Garde fédéral
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 02/04/2018

    Messages : 41

    Crédits galactiques : 181

    Cristaux Kyber : 11

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Kaedwell, Echoy

    Inventaire : sabre-laser blanc, droïde assistant, airspeeder

  • Posté le Dim 8 Avr - 14:05

    Message n°8866 (8)

Haussant un sourcil et esquissant un sourire taquin tandis que son regard reste toujours fixé sur l’horizon, Jake lui-même ne sait plus s’il est avant tout venu dans l’optique de séduire ou de rencontrer un esprit brillant. Ou les deux… Lâchant un rire, il reporte son attention sur la jeune femme. « C’est ça… Elle n’est finalement pas si horrible, cette Dyvan Welch. Insensible par moments, certainement… Insensée, il faudrait sans doutes plus de verres de champagne, mais concernant ses travaux, ça m’étonnerait. » Un sourire ponctue sa remarque tandis qu’il l’observe continuer à étudier sa prothèse, ignorant s’il doit en être fier ou carrément jaloux de voir son bras robotique accaparer autant l’attention de la noble hapienne. Quoique son histoire semble la sortir de sa contemplation et éveiller quelque émotion humaine dans sa voix et dans son regard. Sans doutes un miracle !

Dyvan semble en tout cas sincère dans ses affirmations. Et quelque part, ça le rassure un peu, Jake. Parce que sous ses travers d’horrible mégère hautaine et asociale, la jeune femme cache sans doutes quelque chose de bien, qui se dévoile un tout petit peu avec beaucoup d’alcool. Pour le coup, ça l’aurait bien emmerdé de devoir enquêter au sein d’E-volved. « Et j’espère que ça n’arrivera jamais à votre société. C’est pour ça que je préfère rester à StarDEC… Parce que maintenant, ma grande gueule peut empêcher ce genre de choses de se produire encore. Mon collègue de tout à l’heure pense et dit certainement tout haut aux ressources humaines que je suis un emmerdeur qu’il faudrait éjecter, mais c’est à cause de gens comme lui qu’un tel accident a pu arriver. », avoue-t-il d’une voix plus basse avant de hausser les épaules avec un sourire las : « Il n’y a pas d’éthique dans le monde de la finance. Et malheureusement, c’est comme ça dans beaucoup de grandes entreprises ou laboratoires. » On se plie au système ou on dépérit… ou, comme Jake, on marche sur un câble tendu au-dessus du vide. Ses compétences en font un chef de projet difficile à remplacer, mais cela ne servira pas toujours d’excuses s’il va trop loin.

Remettant de l’ordre à sa chemise, il baisse la tête vers Dyvan, une expression taquine dessinée sur son visage balafré. « Evidemment. » Il n’en est qu’à peine convaincu, surtout quand elle lui présente ses excuses. Encore un autre miracle, il le devine aisément malgré le peu qu’il connaît d’elle depuis le début de la soirée. Rejoignant la rambarde avec un sourire amusé, il s’y accoude pour observer le ciel d’un œil. La nuit est si illuminée par ces millions de fenêtres et de phares qu’il est bien difficile d’apercevoir les étoiles qui pourtant brillent fort au centre de la galaxie. « J’avais cru comprendre… Mais pour le champagne, ça peut toujours s’arranger, je suis sûr qu’il doit en rester. », susurre-t-il d’un ton joueur avant de basculer la tête sur le côté pour fixer Dyvan. « Le problème du champagne, c’est que les bulles montent vite à la tête et ne font pas effet très longtemps. Oh… désolé, je ne devrais pas vous inciter à boire en disant des choses pareilles. Ça aurait dû être votre soirée… Mais vous savez, votre présentation était vraiment très bien. Je n’ai pas compris que personne ne vous applaudisse. »

Il n’avait tellement pas compris que ce silence l’avait coupé dans son propre élan, d’ailleurs. Haussant un sourcil alors que Dyvan reprend la parole, ne sachant où elle veut d’abord en venir, il finit par la regarder avec perplexité, son œil valide arrondi par une agréable surprise. « Vraiment ? », lâche-t-il comme s’il n’en croyait pas ses oreilles. Visiter les laboratoires d’E-volved avec son odieuse patronne ? Ce n’est pas le genre de proposition qui tombe dans l’oreille d’un sourd et elle n’a pas besoin de le dire deux fois pour que Jake accepte avec un grand sourire aux lèvres. « Ce serait vraiment un plaisir de vous avoir comme guide et… de vous voir dans votre élément. » Il n’en faut pas beaucoup à l’ingénieur pour être heureux, alors une visite pareille… Offrez-lui un jeu de construction et il redevient un gosse, offrez-lui des friandises scientifiques et il devient fou de joie.

C’est d’ailleurs qu’il s’égare dans ses pensées au même titre que son regard se perd dans le lointain, aussi sursaute-t-il quand la voix de Dyvan résonne à ses oreilles. Attends, quoi ? Le fédéral marque un léger temps d’arrêt avant de tourner la tête en sa direction, relevant un sourcil sardonique. Fuir cet endroit ? Mais pour aller où ? Décidément, cette fille lui plait de plus en plus… « Ah, vous commencez à dire des choses insensées, mais c’est un programme qui me plait ! », rétorque-t-il en riant. Jake, le preux chevalier de ces dames… non, assurément, ce titre ne lui va pas du tout. En un battement de paupières, il active sa connexion entre son implant et les commandes périphériques les plus proches… autrement dit son véhicule qui veille tranquillement sur la terrasse parking du bâtiment. Pivotant sur les talons, il observe le vide en contrebas puis le couloir, un sourire taquin plaqué sur les lèvres. « Mais comment fuir alors que nous sommes cernés par le vide et vos invités ? » La réponse ne tarde pas à venir avec l’apparition d’un airspeeder décapotable couleur argent mat qui monte jusqu’au niveau de la rambarde en vol stationnaire, avant de se déporter pour faire la manœuvre d’atterrissage sur la terrasse.

Alors qu’il invite Dyvan à prendre place dans le siège passager, une lueur amusée passe dans son regard. « Quel endroit n’auriez-vous pas envie de fuir ? », murmure-t-il comme s’il réfléchissait à leur destination tout en faisant le tour du véhicule pour s’installer ensuite. Son pouce et l’index se perdent dans sa barbe puis un sourire taquin éclaire son visage. « Vous savez ce qui pourrait vous faire du bien ? Une soirée bowling. Remplacez les quilles par les têtes de ceux qui vous ont enquiquinée ces derniers temps… moi, votre comptable, les Devhenan, la liste doit être longue… Ça vous fera un bien fou de balancer une balle dans toutes ces trognes. » Et une bouteille est offerte pour cinq strikes d'affilé.
avatar
Noblesse hapienne
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 29/03/2018

    Messages : 19

    Crédits galactiques : 358

    Cristaux Kyber : 10

    Avatar : Beau Garrett

    Crédits : Siren-Gem (Deviantart)

    Disponibilité rp : oui

    DC : Anhesis, Byron, Evolet

    Inventaire : ► Droïde assistant
    ► Corvette

  • Posté le Lun 9 Avr - 16:43

    Message n°8914 (9)

Un compliment ? Dyvan esquisse un petit sourire espiègle alors que Jake semblait apprécier l'idée de venir passer du temps dans sa société, pouvoir observer les différents travaux qui s'y déroulaient. Hormis son projet hors normes, la scientifique n'avait absolument rien à cacher. Pas à lui en tout cas. Par lui, elle entendait évidemment, une personne qui semblait s’intéresser vraiment à la science, la recherche. Un petit faible pour ce docteur, finalement ? Elle refuse clairement cette idée, se contentant de fixer l'horizon.

« Faisons comme cela alors... passez donc me voir un de ces jours, quand votre emploi du temps vous le permettra. »


Finalise enfin Dyvan. Bien, et maintenant ? Car oui, ils étaient cerné entre vides et invités. Dyvan n'aurait su dire ce qui la rendait la plus nerveuse, une mort imminente par une violente chute dans le vide ou bien affronté une salle pleine de scientifiques et de riches donateurs qui ne savaient plus quoi faire de leur fortune.

« Merci pour... ça. » Le compliment, la remarque sur l'absence d'applaudissement. « Mais c'est l'effet que je fais en général docteur Blackford, j'ai appris à ne plus m'en offusquer. »

Alors quand le véhicule arrive, superbe décapotable argentée, Dyvan lâche un rire amusé, s'écartant sur le côté. Sacrée surprise alors qu'elle pose sur son confrère un regard pétillant, joignant ses mains à son visage.

« Vous êtes sérieux ? Vous allez m'emmener comme ça, m'arracher à ma convention sans même... Le moindre remords ? »


Il fallait admettre que champagne ou pas, cet homme avait quelque chose en plus. Dyvan l'observe un instant, son regard passant du véhicule à Jake, de Jake au véhicule. Elle hésite, ce n'était sans doute pas une bonne idée. S'enfuir comme ça, sans prévenir personne alors même que les invités étaient venu pour elle. Ou peut-être pour le buffet à volonté...

« J'en déduis que vous n'êtes donc pas si pauvre que ça... » malice dans le regard. « Bon sang je ne rien fait d’aussi fou depuis le jour où j'ai découper des bouts de tissus dans toutes les robes de ma mère! »

Elle s’engouffre dans le land speeder, ajustant sa robe avant d'attacher sa ceinture. La proposition de bowling lui arrache une grimace amusée et Dyvan secoue la tête.

« Je cognerais volontiers sur quelque chose mais pitié, pas le bowling ! » Elle l'observe. « Je ne suis pas habillé pour ça et en plus je suis nul dans ce genre d'activité ! » Rire. « Mais n'importe où je pourrais boire un verre ou deux de plus, serai la bienvenue. »

En réalité, Dyvan ne savait plus ce qu'elle faisait. L'envie de se soûler pour ne pas penser à sa fuite insensée avec un inconnu ou bien à cette sensation de s'être ridiculisé devant son assemblée. Juste fuir, peu importe où. Oublier, s'abandonner. Souffler. Respirer. Juste... Vivre. L'espace d'une nuit, de quelques heures, loin des problèmes, des obligations et des règles. Son sourire disparaît et la femme finit par murmurer, monotone.

« Je n'ai pas envie de croiser d'autres gens, de prendre un bain de foule... Je crois que j'ai besoin de calme, de paix... Et de boire beaucoup. » Elle pivote le visage, arquant un sourcil. « Allons chez vous. Au moins personne ne me trouvera là-bas, c'est une certitude. »


avatar
Garde fédéral
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 02/04/2018

    Messages : 41

    Crédits galactiques : 181

    Cristaux Kyber : 11

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Kaedwell, Echoy

    Inventaire : sabre-laser blanc, droïde assistant, airspeeder

  • Posté le Lun 9 Avr - 22:45

    Message n°8931 (10)

S’il avait pu, Jake aurait jeté son emploi du temps dans le vide qui s’offre par-delà la rambarde de la terrasse pour lui proposer de venir dès le lendemain. Toutefois, pendant une demi-seconde, l’insouciance de ses soirées se fane pour lui rappeler qu’il cumule déjà deux rôles et qu’il est souvent difficile de tout envoyer balader ainsi. Mais, se connaissant, il n’aurait guère de difficultés pour trouver le bon moment. Relevant son œil en direction de Dyvan, il hausse un sourcil tandis que ses lèvres se tordent en une petite moue. « Je vais m’en offusquer pour vous, alors. », lâche-t-il en songeant que malgré son caractère certes très acerbe et ses remarques cinglantes qui ont pu en blesser plus d’un, son travail et sa personne méritaient tout de même un accueil un peu plus chaleureux. Amusé et plutôt satisfait de la réaction de la jeune femme quand le speeder apparaît, Jake, les bras croisés sur son torse, étouffe un petit rire alors qu’un haussement vague des épaules répond à Dyvan. « Moui ! » Des remords ? Voilà bien quelque chose dont il ne s’encombre pas quand il s’agit d’enlever des demoiselles en détresse.

Alors qu’il fait le tour du véhicule, il a un léger temps d’arrêt où son regard se pose sur l’hapienne, une expression circonspecte sur le visage. L’image fugace d’une petite Dyvan découpant des robes qu’il suppose hors de prix lui apparaît en tête et il ne peut s’empêcher d’éclater de rire. « J’aurais aimé voir ça… », réussit-il à glisser entre deux hoquets d’hilarité, parvenant malgré tout à s’installer dans le speeder. Tout comme il aurait aimé voir Dyvan se débattre avec des quilles et des boules, le tout dans sa robe très peu pratique et ses talons imposants, mais il doit se faire à l’idée que ça ne sera sans doutes pas pour ce soir. « Dommage. », souffle-t-il avec un sourire, cependant que la décapotable prend de l’altitude pour s’engager dans la circulation toujours dense de Coruscant. Songeant qu’elle n’a sans doutes jamais essayé ce genre d’activités, le regard de Jake se perd au loin alors que sa prothèse oculaire veille au grain de sa conduite.

Appuyé sur un coude, le changement de ton de la scientifique le force à obliquer la tête en sa direction. Et à sa proposition, il plisse les paupières avec une surprise mêlée de suspicion. A-t-il seulement bien entendu ? C’est si gentiment demandé… Pas sûr que ce soit très éthique en revanche. Pendant ces quelques secondes où il la contemple sans mot dire, plusieurs pensées se bousculent dans l’esprit de Jake. Pas juste cette bête histoire de chance à saisir parce qu’elle ne se présentera pas une deuxième fois, mais des interrogations aussi. Aller se souler chez un inconnu n’est sans doutes pas dans les habitudes de Dyvan. Ou du moins, il aurait bien du mal à l’imaginer ainsi en se basant uniquement sur ce qu’on dit d’elle. Bah, quitte à boire, autant être en bonne compagnie, sans vouloir jouer les modestes. Se ressaisissant, il se reconcentre sur la route pour adopter le chemin jusqu’à son immeuble, attendant quelques secondes avant de tourner un œil vers elle et esquisser un sourire des plus taquins : « J’ai compris, en fait vous projetez de dévaliser ma cave à vins. Bien joué, ma petite dame, très bien joué ! »

Le trajet se déroule sans encombre et bientôt, les contours d’une tour d’un joli standing se dressent à l’horizon. L’ingénieur ne profite sans doutes pas d’une fortune lui permettant de s’offrir un duplex dominant le monde, toutefois son chez lui qui convient parfaitement à sa vie de célibataire aux histoires sans lendemain est tout à fait confortable et élégant. Jouissant d’une terrasse en demi-lune où il peut poser son véhicule, la grande baie vitrée fumée qui les accueille s’ouvre automatiquement sur le séjour qui s’organise autour d’une cheminée en forme de sphère et dont les luminaires s’allument en douceur. Le sol est d’un parquet sombre et chaud, les meubles peu nombreux mais épurés et s’accordant sur des teintes de sable clair, presque blanc, entrecoupés d’anthracite. « Pour le calme, j’espère que cela vous conviendra. », susurre Jake avec un petit sourire tandis qu’il l’invite à entrer et à prendre place. « Richi ! Je suis rentré, apporte-moi deux verres ! », lance-t-il dans le vide en se dirigeant vers la cuisine et disparaissant dans la pièce qui sert de cellier et de cave. Furetant au milieu des bouteilles qui reposent là, des cadeaux de collègues ou simplement quelques bonnes affaires, c’est en haussant un sourcil charmé qu’il retrouve une cuvée offerte par le Chancelier lui-même lors de sa cérémonie de l’Engagement.

Revenant vers le séjour avec un sourire triomphal et sa bouteille de vin, il aperçoit le dénommé Richi en train de faire la conversation avec Dyvan. Ou certainement est-ce Richi qui la noie de paroles. Ce droïde est souvent trop bavard pour son propre bien. Le droïde, dont il avait récupéré la carcasse il y a… longtemps… pendant ses études, s’il s’en rappelle bien, avait été à la base un droïde protocolaire mais, retapé et amélioré au fil des années, il fait aujourd’hui un excellent assistant pour son travail d’ingénieur. Mais trop bavard. Recouvert de métal brossé et adoptant une forme très humaine, aux vérins et roulements plus fluides que ses comparses du passé, le visage de Richi est certes inexpressif mais sa voix, elle… « Oh, maitre ! Vous auriez dû me prévenir, j’aurais préparé les bougies parfumées et les pétales de fleurs… ! » Levant son œil valide au ciel, Jake lâche un petit soupir en tapotant l’épaule du robot irrécupérable. « Non, ça ira, merci. Tu peux retourner à nos calculs. » Sourire forcé qui tente de faire comprendre au robot qu’il doit s’en aller. « Je m’en voudrais de faillir à ma tâche de majordome, maitre ! Etes-vous sûr au moins que vous ne souhaitez pas que je prépare un diner ? », proteste le droïde qui, visiblement, ce soir, est pris par l’envie de trop bien faire.

Les traits tendus, Jake s’immobilise, inspire calmement pour répéter : « Non Richi, ça ira… Merci. » Ne se retournant vers Dyvan que lorsque le droïde a disparu, c’est avec doigté qu’il lui présente la bouteille. Un cru millésimé de Corellia, d’une excellente année pour les vins rouges de cette planète. « Je suis désolé pour Richi, il a tendance à être un peu… trop bienveillant. J’espère qu’il ne vous a pas mise mal à l’aise, il adore faire la conversation. », soupire-t-il tout en dévissant le bouchon dans un pop ! caractéristique et de lui tendre l’un des verres. « A l'horrible Dyvan Welch ! », dit-il pour trinquer, un sourire narquois aux lèvres.
avatar
Noblesse hapienne
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 29/03/2018

    Messages : 19

    Crédits galactiques : 358

    Cristaux Kyber : 10

    Avatar : Beau Garrett

    Crédits : Siren-Gem (Deviantart)

    Disponibilité rp : oui

    DC : Anhesis, Byron, Evolet

    Inventaire : ► Droïde assistant
    ► Corvette

  • Posté le Mer 18 Avr - 22:51

    Message n°9377 (11)

Dévaliser sa cave à vin ? Tout dépendait du vin. Boire était une chose mais Dyvan refusait d'avoir à siroter de la piquette bon marché. Elle avait des goûts, des exigences, elle ne buvait pas que pour le plaisir de boire et d'oublier mais aussi pour la saveur et les arômes de ce qu'elle avalait. Du moins, c'est ce qu'elle tentait de se convaincre car depuis quelque temps déjà, elle se savait capable de boire presque n'importe quoi du moment que cela lui faisait oublier sa misérable existence. Elle était tombé si bas, la belle hapienne. Son silence est plus parlant que des mots alors qu'elle évite soigneusement le regard de Jake qui tente de la mettre à l'aise avec une touche d'humour. Sa joie de vivre était rafraîchissante mais insuffisante. À son grand malheur, Dyvan se sentait déjà décuver et la sensation d’oppression revenait au grand galop.

Par chance, le véhicule ne tarda pas à atterrir sur une plate-forme ou plutôt ce qui ressemblait à un balcon. L'endroit semblait plutôt paisible dans un quartier relativement chic. Plus de doute à présent que le Jake gagnait bien sa vie. La scientifique descend, ajustant sa robe et le rejoint d'un pas lent, gardant cependant une bonne distance avec lui. Fini de le tripoter, de s'extasier sur son bras, maintenant qu'elle avait l'esprit plus clair l'hapienne se demandait si c'était une bonne idée que d'avoir demandé à venir ici. L'endroit en tout cas, valait clairement le détour. Logement spacieux, moderne, plutôt accueillant.

« J'adore votre cheminée. »


Minaude Dyvan en se calant devant ladite décoration qui traînait en milieu de pièce, entourer par un canapé ovale. Le silence ne dure pas, jusqu'à ce qu'un droïde fasse subitement une entrée remarquable, la voix haut perchée et habitée d'une joie palpable. Stupéfaire, Dyvan pivote sur elle-même, observant le robot qui accueille son maître avec un plaisir sincère, seule ombre au tableau, les insinuations douteuses qui laissent entendre à Dyvan que Jake ramène souvent de la compagnie ici. Vu le comportement de la jeune Sourya plus tôt dans la soirée, inutile de se torturer les méninges sur ce qu'il devait faire avec ses compagnes. Certainement pas dévaliser sa cave à vin.

« Oh, ne vous en fait pas, j'ai toujours apprécié la compagnie des machines plus que celle des gens.»

Dyvan hausse les épaules avec un sourire mutin, faisant quelques pas dans la pièce. Elle préfère ne pas relever les dires du robot alors que Jake s'empresse de le chasser du salon. Elle saisit la coupe de vin qui lui est tendue avant de la lever, plongeant son regard dans celui de l'ingénieur.

« Et à ce cher handicapé de Docteur Blakeford. »

Rétorque-t-elle avec malice avant de venir glisser ses lèvres sur le verre. Le vin était bon, laissant un arôme délicat en bouche. Dyvan détourne le regard, faisant mine d'observer la décoration des lieux. Mine de rien, l'endroit reste sobre bien que joli et moderne. Cela lui rappelle vaguement son propre appartement avec l'absence de décoration. Pas de photo, de tableau où quelque chose qui rappelle des amis, une famille. Juste des murs vident et des lumières crues.

« Alors comme ça... je suis horrible au point de ne pas mériter de bougies et de pétales de fleurs... ? »

La femme esquisse un sourire carnassier avant de marcher tranquillement jusqu'au canapé sur lequel elle prend place avec grâce, ajustant sa robe. Un nouveau regard vers Jake alors qu'elle ironise sur les paroles du droïde avant de murmurer.

« Je vous en fais pas, vous n'êtes pas le seul à le penser... Sinon il y a bien longtemps qu'un homme aurait fait cet effort pour moi. »

D'une traire, elle vide son verre en quelques gorgées avant d'esquisser d'une grimace d'amertume puis de tendre le verre. Elle avait une sacrée descente, à n'en pas douter.

« Un autre, je vous prie. »


avatar
Garde fédéral
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 02/04/2018

    Messages : 41

    Crédits galactiques : 181

    Cristaux Kyber : 11

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Kaedwell, Echoy

    Inventaire : sabre-laser blanc, droïde assistant, airspeeder

  • Posté le Mar 1 Mai - 19:06

    Message n°9926 (12)

« Merci. », lance-t-il à travers l’appartement face au compliment concernant la cheminée. Un compliment venant de Dyvan ça doit être comme recevoir une augmentation de salaire chez les Gardes fédéraux : c’est tellement rare que ça se fête. Avec sa bouteille qu’il apporte fièrement, il en retourne à ses moutons, ou plutôt à ses boulots, un peu mal à l’aise du fait du comportement de Richi. Le droïde veut toujours bien faire, trop, même, il a été programmé pour ça après tout, mais la délicatesse et la subtilité n’ont jamais été des qualités qu’il a réussi à lui apprendre… Encore moins à les lui rentrer dans le crâne à grands coups de marteau piqueur. Cachant un soupir de soulagement quand Richi consent enfin à quitter les lieux sans insister avec un repas, des chandelles ou même l’idée saugrenue d’un bain moussant – véridique ! ça lui est déjà arrivé –, Jake s’installe enfin avec son propre verre de vin, laissant d’abord son nez explorer l’orée du verre pour sonder les arômes. Ce serait franchement du gâchi de ne pas profiter de cette bouteille qui doit valoir la moitié de son salaire de Garde à elle toute seule…

Plus surpris qu’il n’en donne l’air ou qu’il n’aurait dû face à la remarque presque évidente de la jeune femme, l’ingénieur hausse un sourcil presque blasé en rétorquant avec ce sarcasme teinté de vérité : « Vous dites ça parce que vous ne passez pas vos soirées avec Richi. » Pauvre robot qui en prenait pour son grade sans avoir l’occasion de se défendre ! Le visage balafré de Jake se fend d’un sourire narquois alors même qu’il a pourtant passé de très bons moments en compagnie du droïde, souvent à ses dépens certes mais mieux valait rire de ses défauts… Esquissant une légère moue à l’expression d’handicapé, il lève son verre, savoure quelques gorgées en observant sa cheminée d’un regard pensif. Voilà bien longtemps que les immeubles de Coruscant n’acceptent plus le feu de bois dans leurs installations, si elles ont jamais été acceptées, aussi est-ce du bout du pied qu’il enclenche le mécanisme permettant d’actionner le feu au gaz qui apparaît à travers les vitres de la sculpture centrale.

Sorti de sa contemplation des flammes par la remarque quelque peu acerbe de Dyvan, l’ingénieur tourne son œil valide en sa direction, avant de hausser les épaules avec une certaine désinvolture. « Vous êtes horrible au point de me faire sortir le grand jeu de la décapotable en conduite automatique et ma meilleure bouteille offerte par le Chancelier en personne. Les pétales de fleur c’est un peu trop classique non ? » Il étouffe un petit rire dans son verre, très vite calmé par la mélancolie amère de la jeune femme tandis qu’il observe du coin de l’œil la démarche chaloupée de la demoiselle qui prend place sur le sofa. Baissant les yeux un instant vers les flammes dans l’âtre circulaire, en un pas il s’empare de la bouteille de vin avant de finalement s’asseoir à côté de Dyvan. « Ne dites pas ça… », murmure-t-il en lui prenant son verre pour lui verser à nouveau la liqueur de qualité. « Vous faites juste fuir les moins téméraires. Ça évite les déceptions. », ajoute-t-il en lui rendant la coupe avec un sourire sincère.

Au moins Jake n’avait pas à se soucier de ce genre d’histoires… se contenter de relations consentantes sans lendemain, ce n’est pas plus mal surtout dans le cas délicat d’une double-vie. Observant de loin la vie de famille de certains Gardes, il n’a jamais réussi à se décider s’il trouvait ça complètement cinglé de dire la vérité à son conjoint, ou complètement immoral et casse-pipe de la cacher… Bref, la question ne se pose de toute façon pas pour lui. Le coude posé sur le haut du canapé, il semble absorbé pendant quelques secondes par les mouvements fluides de ses doigts robotiques, tout en sirotant son propre verre, avant de relever son œil en direction de Dyvan, un petit sourire amusé aux lèvres. « Alors, ce vin ? J’ai cru comprendre que vous étiez aussi experte en œnologie qu’en bras bionique. »
avatar
Noblesse hapienne
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 29/03/2018

    Messages : 19

    Crédits galactiques : 358

    Cristaux Kyber : 10

    Avatar : Beau Garrett

    Crédits : Siren-Gem (Deviantart)

    Disponibilité rp : oui

    DC : Anhesis, Byron, Evolet

    Inventaire : ► Droïde assistant
    ► Corvette

  • Posté le Jeu 24 Mai - 11:04

    Message n°10340 (13)

Passer ses soirées avec Richi ? Il valait mieux cela que d'avoir à se coltiner des scientifiques ennuyeux et des donateurs lubriques. Dyvan se contente d'arquer un sourcil, observant le décors de l'appartement en savourant la chaleur émise par la cheminée. Et puis ce droïde était charmant, délicat et bien attentionnée. Lui au moins, avait penser aux fleurs. Mais visiblement son maître n'était pas du même avis. Le romantisme ? Non car il jugeait en avoir déjà bien assez fait en la faisait voyager dans son véhicule de luxe et avoir sortit son meilleur vin. L'air brutalement renfrogné, Dyvan bombe la poitrine, croisant les jambes avec élégance avant de siffler d'une façon froide.

« Vous avez raison, qu'est-ce que la douceur d'un homme face à une décapotable. Fort heureusement, vous avez une bouteille de vin. »

Visiblement, Jake ne valait guère mieux que autres. Une pointe de désespoir dans le regard, la pâle scientifique se contente de fixer la cheminée d'un air absent. Bien qu'elle n'était pas douée dans les relations sociale,, elle désespérait de trouver quelqu'un avec qui construire des souvenirs, une personne dont elle pourrait chérir les sourires et apprécier les petites attentions du quotidien. Allons donc, Dyvan Welch aurait-elle le cœur guimauve ? Sans doute plus qu'elle ne voulait bien l'imaginer. Mais elle avait eu pour modèle un père aimant doublé d'un merveilleux mari qui n'avait jamais bronché face à dureté d'une épouse glaciale et autoritaire. Malgré tout, il l'avait toujours aimé, soutenu, même dans les moments les plus difficile. Son père était un homme bien, rien à voir avec son mari qui avait été l'exacte opposé et loin d'être le mari idéale.

« Les moins téméraires... ? » Sourire las. « Disons cela comme ça... Mais cela reviendrait à dire qu'aucun homme ne l'est... Votre genre semble plus lâche qu'il n'y paraît puisque personne n'a jamais tenter de m'offrir ne serait-ce... qu'une fleur ou même un sourire. »

Oh certains avaient bien tenter leur chance mais pour d'autre raison. Que ce soit pour le prestige d'avoir voulu faire céder Dyvan et la glisser sous un draps que pour la richesse et la renommée qu'elle détenait. Plus elle s'enfonçait dans ce genre de pensées plus la femme se sentait d'humeur mauvais, juste ce que Jake ne lui tende un verre. Elle s'en empare, croisant son regard. Il avait les yeux malicieux, toujours ce même sourire taquin aux lèvres. Qu'espérait-il, celui-là ? Elle aurait juré qu'il n'attendait qu'une chose, la faire passer par son lit, et en même temps, il avait ce petit quelque chose de différent. Jake était dur à cerné. Dyvan fait tourné le vin dans son verre avant de nicher son nez dedans, humant son odeur délicate. Doux arôme, très fruité.

« Je n'ai rien d'une experte, j'apprécie juste de ne pas avoir à boire de la piquette. »

Clame t-elle simplement avant de tremper ses lèvres dans la liqueur rougeâtre, presque noir dans lé pénombre. L'alcool lui chauffe la gorge, cette sensation est un véritable soulagement à tel point que l'hapienne en vient à finir son verre d'une traite sans même prendre le temps de réellement savourer ledit vin. Il n'y avait plus d'espoir pour ce soir, elle avait besoin de se soûler.

« Un autre, je vous prie. »

Murmure-t-elle en tendant le verre alors que son visage lui, prend déjà des couleurs. Ses pommettes hautes rosissent à vu d'oeil, le regard luisant et torve. Alors qu'elle attend d'être servit, son regard s'attarde une fois encore sur le bras de son comparse. Sans gêne mais toujours avec cette même douceur, sa main se pose sur son avant bras, glissant jusqu'à son poignet. Bon sang, tout paraissait si vrai et pourtant elle pouvait sentir le charme du génie robotique à chaque caresses de ses doigts sur le derme synthétique. Fascinant.

« Je... Suis désolé. »

Minaude la jeune femme qui repose finalement son verre avant de se lever du canapé et prendre ses distance. Faible femme, l'esprit embrouillé par l'alcool... Que faisait-elle ici avec ce parfait inconnu à le dévorer des yeux, le toucher sans gêne ni pudeur, boire jusqu'à la lie. Alors qu'elle se glisse jusqu'à la baie vitrée pour observer Coruscant la Grande, l'hapienne soupir, laissant tout le plaisir à Jake de savourer son dos indécemment mit à nue jusqu'à la naissance de ses fesses, peaux lisse et pâle, presque irréelle.

« Je suis curieuse de savoir ce que vous attendez de moi, docteur Blackford... j'ignore si vous me croyez aussi naïve que les autres au point de croire que je pourrais plier le genoux face à votre sourire mutin et mielleux mais sachez... que ce n'est pas le genre de femme que je suis. Le coït n'est pas dans mes... principes. » Murmure-t-elle d'un air détaché en fixant l'horizon. «  J'ai toujours aimer... Les hommes d'esprits, les intellectuels, ceux capable de vous comprendre quand le reste du monde en est incapable... » Chuchote Dyvan, le regard vide, perdu dans ses pensées. « Un homme qui voit au de la de la laideur des mots, peut-être... ? »


avatar
Garde fédéral
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 02/04/2018

    Messages : 41

    Crédits galactiques : 181

    Cristaux Kyber : 11

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Kaedwell, Echoy

    Inventaire : sabre-laser blanc, droïde assistant, airspeeder

  • Posté le Dim 10 Juin - 22:47

    Message n°10404 (14)

Haussant un sourcil face à l’amertume évidente de Dyvan, l’ingénieur pince légèrement les lèvres en une moue renfrognée qui en dit long sur ce qu’il pense du romantisme nanardesque que la société veut leur vendre à coup d’holofilms clichés qui vont jusqu’à polluer la mémoire centrale des droïdes. Non, Jake était au-dessus de ces choses ridicules, il ferait bien mieux, voilà tout. Encore devait-il éprouver ce sentiment guimauve d’être amoureux. Dyvan serait-elle plus fleur bleue qu’elle ne le laisse penser ou bien se moque-t-elle seulement de lui ? Quoiqu’il en soit, la remarque typiquement hapienne sur le genre masculin lui arrache un regard noir qu’il tourne vers la jeune femme tout en sirotant une gorgée de vin. Lâche ? Bah voyons, tout de suite les grands mots. « Dans votre milieu peut-être. Ou bien vous n’avez pas fait attentions auxdits sourires. », rétorque-t-il en portant un regard indifférent vers la baie vitrée après l’avoir resservie.

Ne pas boire de la piquette… l’expression lui arrache un petit sourire amusé tandis qu’il secoue doucement la tête. « Cela revient au même… », souffle-t-il en plissant les paupières quand elle redemande à être à nouveau servie. Portant un regard pensif sur Dyvan, il n’est guère d’avis d’accéder à cette requête en constatant que cela l’amène tout droit vers le mur de l’inconscience, littéralement. Bon, un dernier, se dit-il intérieurement en relevant son œil en direction de la scientifique, l’air vigilant et presque méfiant. C’est qu’il ronchonnerait presque alors qu’il était tout de même venu à sa soirée dans l’optique de séduire l’inapprochable, imperturbable et impitoyable Dyvan Welch ! Jake Blackford aurait-il des principes de gentleman ? C’est qu’on pourrait presque y croire à cet instant.

Des principes qui volent en éclats au moment où la future duchesse lève son séant du canapé pour lui offrir une vue plongeante sur son dos dénudé et l’aube de sa croupe des plus exquises. Pendant un instant, Jake a un moment d’arrêt, le visage figé et totalement inexpressif, comme si son cerveau s’était soudainement arrêté de fonctionner. Par toutes les étoiles de la galaxie… Il avait déjà pu en profiter assez allègrement lors de la présentation, au grand dam de son collègue commercial, mais là, c’était encore pire… encore mieux, plutôt. Songeur, il passe un index dans les poils de son menton, avant de reprendre conscience et de se racler discrètement la gorge pour s’obliger à regarder ailleurs. Hein, comment ça, ce qu’il attendait d’elle ? Il hausse des sourcils surpris, reprenant le cours de la conversation avec quelques difficultés, se forçant par ailleurs à prendre une longue inspiration. Vidant son verre d’une traite, il le fait claquer sèchement sur la table tandis qu’il se redresse, rejoignant Dyvan à son poste d’observation, son œil faussement aveugle oscillant entre la vue de Coruscant et celle bien plus intéressante de la chute de reins de la jeune femme. Oh diantre…

« C’est vous qui avez demandé à venir ici, docteur Welch. », rétorque-t-il en haussant un sourcil, cependant que le même sourire mutin et mielleux qu’elle lui reproche se dessine sur ses lèvres fines. « L’enlèvement n’est pas dans mes principes. » Un autre sourire ponctue cette simple remarque alors que son regard se perd vers Dyvan. Son bras robotique se lève et ses doigts viennent remettre une mèche fuyante de cheveux immaculés en place, puis glissent le long de la nuque de la jeune femme en un contact léger, un frôlement que ses neurotransmetteurs artificiels perçoivent à peine. « Quoiqu’il en soit, je n’attends rien… sinon d’être surpris par la vie. », murmure-t-il en laissant glisser le bout de ses doigts jusqu’au bas de ses omoplates. Là, ils s’échappent et Jake pivote pour appuyer son dos contre la paroi vitrée, observant Dyvan en face. « Vous voulez savoir à quoi je m’occupe avec Richi en dehors de préparer des tapis de roses ? »

Son sourire se fait ironique et d’un mouvement de la main, il diminue l’intensité de l’éclairage jusqu’à ce que seules les lumières de l’extérieur viennent à illuminer leurs visages. Puis, dans la pénombre qui se dessine, une multitude de points lumineux apparaît dans l’espace de la pièce, immense holographe qui dessine comme une infinité d’étoiles dans des dégradés de couleurs différentes, avec des amas plus ou moins denses. Une carte de la galaxie sans que cela ne ressemble totalement à la galaxie, pas avec ses constellations en tout cas… Jake lâche un soupir rêveur en contemplant ce travail qu’il garde secret depuis des mois. « C’est… c’est notre galaxie d’un point de vue énergétique. » Haussement d’épaules presque modeste. A vrai dire, c’est même du point de vue de la Force. La carte s’anime avec lenteur, comme prise par les battements d’un cœur secret, et entre les points lumineux, des liens se tissent et se défont, plus fins que de la soie d’araignée. On dirait un immense réseau avec ses ombres et ses lumières. On dirait les milliards de synapses d’un cerveau à l’échelle galactique. « Ça va vous paraître stupide, mais… Je ne l’ai encore montré à personne hormis à vous. »
avatar
Noblesse hapienne
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 29/03/2018

    Messages : 19

    Crédits galactiques : 358

    Cristaux Kyber : 10

    Avatar : Beau Garrett

    Crédits : Siren-Gem (Deviantart)

    Disponibilité rp : oui

    DC : Anhesis, Byron, Evolet

    Inventaire : ► Droïde assistant
    ► Corvette

  • Posté le Mer 13 Juin - 19:33

    Message n°10422 (15)

Elle ne se fait pas prier pour prendre le verre fraîchement remplit sans se détourner de l'immense baie vitrée et de la vision sublime de Coruscant dans la noirceur de la nuit. Aurait-elle pu rêver d'une meilleur vue ? Non, clairement. Dyvan tente tant bien que mal de garder l'esprit clair mais ce nouveau verre semble être le verre de trop. Déjà son esprit s'est méchamment embrouillé, la voilà torve devant la fenêtre, silencieuse. Tellement loin dans ses pensées, qu'elle ne bronche même pas quand les doigts de son comparse se glisse pour la recoiffer et caresser sa nuque, le haut de son dos. Non, elle ne dit rien mais son corps tout entier se tend. De nervosité mais aussi de plaisir, une sensation qui lui est parfaitement étrangère. La scientifique déglutit difficilement alors que son derme se hérisse à se contact délicat et doux. Oui, doux. Cette tendresse que même son ex-mari n'a jamais eu pour elle. Alors pourquoi Jake, oui ? Était-il prêt à tout pour la mettre dans son lit ? Et si il s'agissait de quelque chose de plus profond ? Dyvan chasse rapidement cette pensée, elle n'y croit pas un instant. Ils sont de parfait inconnu et à ses yeux, le coup de foudre n'est qu'une vulgaire fable. D'ailleurs, que ressentait-elle à par l'ivresse ? Le désir ? Il aurait été fou de le nier, mais de là à le laisser transparaître.

« Être surpris par la vie ? Je crois que c'est la chose la plus naïve que j'ai entendu. »

Souffle l'immaculé Hapienne sans détourner le regard de Coruscant avant de vider son verre d'une traite. Là encore, ce sont des paroles qu'elle juge sonner fausses. Il n'y a rien dans les discours de Jake qui lui donne envie de croire en quoi que ce soit et encore moins en lui. La méfiance redouble malgré l'ivresse qui rend son maintient plus difficile. Dyvan a l'horrible sensation d'avoir trente ans de plus, au bas mot. Pourtant son attention est rapidement reporté sur Jake lorsqu'il joue de ses charmes et du mystères qui l'entoure. Quel curieux personnage, n'est-ce pas ? La lumière baisse et fini par disparaître alors que sous les yeux de la jeune femme, c'est un spectacle saisissant et de toute beauté qui se dresse dans toute la pièce. L'hologramme inonde les lieux et arrache à Dyvan un soupir de fascination, d'extase même. Elle pose le verre lentement puis s'éloigne de Jake d'un pas lent, lui tournant à nouveau le dos pour s'engouffrer parmi les brides luminescente. La galaxie d'un point de vue énergétique ? Elle n'avait jamais rien vu de si beau, de si... puissant. Et surtout d'aussi pure.

« C'est... Incroyable. »

Avoue la femme alors qu'elle tourne sur elle-même, levant les mains pour passer ses doigts à travers l'hologramme comme si elle espérait sentir cette énergie circuler. Mais ses mains se referme sur le vide, malgré cela, un sourire vrai se dessine sur son visage. Pendant un instant, elle se perd dans sa contemplation avant de darder ses yeux clairs sur l'ingénieur.

« Vous ne mentez pas ? Vous ne l'avez vraiment montré qu'à moi ? » Plissement de yeux dubitatif. « Et pourquoi feriez vous une chose pareil ? »

Quoi qu'elle fasse, la suspicion demeurait, plus farouche à chaque instant. Pourtant Dyvan se rapproche à nouveau de Blackford, saisissant ses mains qu'elle serre avec fermeté et douceur.

« Vous accepteriez de travailler chez moi ? » Elle déglutit. «  Je veux dire, dans mon appartement, pour créer un hologramme identique ? Ce que vous avez créer est merveilleux... je suis prête à vous payer très cher pour en bénéficier. »

Elle se rapproche, son buste effleurant le sien alors que Dyvan le supplie du regard. Elle tuerait pour qu'il accepte, elle dépenserait toute sa fortune pour cela.

« Je vous prie, dites oui ! Je vous donnerais tout ce que vous désirez en échange, n'importe quoi ! » Soupir exalté. « Dites moi ce que vous voulez et je vous le donnerez... tout ce qui vous plairas, docteur Blackford. »


avatar
Garde fédéral
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 02/04/2018

    Messages : 41

    Crédits galactiques : 181

    Cristaux Kyber : 11

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Kaedwell, Echoy

    Inventaire : sabre-laser blanc, droïde assistant, airspeeder

  • Posté le Mer 13 Juin - 23:41

    Message n°10424 (16)

De la naïveté ? Un sourire amusé étire les lèvres de l’ingénieur qui hausse les épaules sans détourner le regard, fixant le visage de Dyvan du coin de l’œil. Cette peau si lisse, comme tirée à quatre épingle, d’où ne sort aucune imperfection, cette pâleur presque irréelle d’où contrastent ces deux yeux brillants entourés de noir. « Approcher la mort de près vous fait reconsidérer beaucoup de choses concernant les joies et les surprises de l’existence. J’ai cessé de me poser trop de questions. », rétorque-t-il avec son petit air mutin plaqué sur le minois. Un discret soupir s’échappe de ses lèvres quand la carte de la galaxie apparaît dans la pénombre de la nuit, tandis que dans son regard brille une lueur de fierté, qui n’en démord pas avec la tête émerveillée de la jeune femme qui découvre cette construction de l’esprit et de la science. Incroyable, c’est sans doutes le mot, quand même les célèbres et sages Jedi n’avaient jamais tenté de représenter ainsi la Force qui lie toute chose dans l’univers.

« …Et ce n’est pas terminé. », souffle-t-il en souriant, tout en désignant les zones d’ombre, des parties de la galaxie qu’il n’a pas encore traitées ou dont il n’a aucune donnée pour réaliser ses calculs. Et dans un mouvement de la main, il agrandit la carte, et les points lumineux deviennent des filaments et des nuages nébuleux qui adoptent peu à peu la forme des planètes qui orbitent autour de leurs étoiles, et en agrandissant encore, on peut apercevoir des formes vagues en mouvement. Haussant un sourcil, Jake finit par relever les yeux vers Dyvan qui remet en doute son aveu. Une moue contrariée vient serrer ses lèvres. « Oui. » La question est pertinente cependant. Un peu perdu, il semble hésiter avant de répondre. Aussi horrible puisse-t-elle être, il doit avouer qu’il se sent surprenamment bien en sa compagnie. Mais de là à lui dévoiler son projet le plus fou et le plus ambitieux de sa pauvre existence…

« C’est parce que vous comprenez ce que c’est, de donner espoir et énergie pour quelque chose qui vous passionne. », finit-il par dire en croisant les bras, plissant quelques peu les paupières pour s’habituer à la pénombre, sentant que lui aussi commence à être bercé dans les vapeurs de l’alcool. Pas autant toutefois que Dyvan, semble-t-il, qui s’empare de ses mains à sa plus grande surprise. Que, quoi ? Dubitatif, l’ingénieur écarquille de l’œil, ouvrant la bouche avant de la refermer. Mais… ce n’est pas à vendre ! Fronçant les sourcils, Jake secoue d’abord la tête, avant de se figer parce qu’elle se blottit contre lui pour le prier. « C’est un travail scientifique qui n’est pas terminé et… », tente-t-il d’abord de protester, tant pour la forme que parce que c’est la vérité, mais il faut croire qu’il suffit qu’une belle femme se blottisse contre le torse d’un homme pour avoir raison de ses plus grandes réticences.

Il sent ses épaules retomber et finalement, il enroule doucement ses doigts autour des bras de la jeune femme. Au vu de son insistance et de son enthousiasme, il faut croire que sa modélisation lui fait de l’effet. Il en serait presque jaloux, le Garde fédéral… « Tout ce qui me plairait ? », répète Jake avec un infime sourire qui commence à se dessiner sur ses lèvres. Oh, pour le coup, il a déjà une idée ou deux, mais ce serait un peu inconvenant pour une dame qui ne pratique pas le coït. « Je vais y réfléchir… », murmure-t-il en pivotant la tête sur le côté, faisant effectivement mine d’y songer. De son œil valide fixé sur Dyvan, l’ingénieur se perdrait presque dans son observation des courbes de la jeune femme, et alors qu’il tourne à nouveau son visage vers celle-ci, il se rapproche imperceptiblement, sentant à nouveau contre son torse chaud, le buste à la fois serré et charnu de la scientifique. « Bon… c’est d’accord. », murmure-t-il enfin en enroulant son bras autour de la taille de Dyvan, tandis que de sa main libre, il relève son petit menton pointu vers lui.

Alors que leurs visages sont à un infime point de se toucher, un sourire passe fugacement sur ses lèvres. « Mais cela commencera déjà par vous coûter un baiser. », ronronne-t-il dans un murmure à son oreille, qu’il effleure de la pointe de son nez tandis que son souffle échoue à l’aube de sa nuque. Ses lèvres viennent frôler le contour de la mâchoire de la scientifique hapienne avant de s’emparer des lippes habituellement serrées par le dédain de la demoiselle dans une étreinte presque chaste et pourtant brûlante, qui ne dure que quelques secondes à son grand regret.
avatar
Noblesse hapienne
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 29/03/2018

    Messages : 19

    Crédits galactiques : 358

    Cristaux Kyber : 10

    Avatar : Beau Garrett

    Crédits : Siren-Gem (Deviantart)

    Disponibilité rp : oui

    DC : Anhesis, Byron, Evolet

    Inventaire : ► Droïde assistant
    ► Corvette

  • Posté le Ven 15 Juin - 20:49

    Message n°10433 (17)

Elle ne réalise pas la proximité qui les lient soudain, ce rapprochement qui brisait la décence auquel Dyvan s'accrochait désespérément. Qu'y pouvait-elle ? L'alcool avait définitivement fait son chemin et elle était incapable de penser convenablement. Alors quand les mains de Jake se referme autour de ses bras, elle a de nouveau ce frisson qui la parcours et électrise son corps. Chaque parcelle de sa peau s'éveille alors que son regard reste accroché au sien. Elle n'attend qu'une chose, une réponse positive. Pourtant ce serait pas incidence, cela voulait dire que l'hapienne serait forcer d'ouvrir sa porte à cet énergumène, le laisser fureté chez elle à sa guise, démolir ses murs, son plafond et ce, durant des jours, sans doute des semaines. Foré de le voir, de le côtoyer, de subir sa verve et ses sourires malicieux. Un enfer comme un autre, probablement...

« Je vous en prie... »

Insiste Dyvan pour la dernière fois jusqu'à ce que son comparse n'accepte finalement. Le regard de la scientifique s’illumine vivement alors que son sourire s’agrandit. Un oui ! C'est un oui ! Mais le bonheur est de courte durée car Jake en profite pour saisir sa chance en réclamant son dû. Il semblait uniquement guider par l'appât du gain ou bien par sa libido. Peu importe, les choses revenaient au même. Alors quand il se colle à elle, effleure son oreille et murmure, Dyvan a la sensation de se noyer. La respiration difficile et prise d'une chaleur nouvelle, la femme reste là, muette et l'esprit alanguit. Au finale, c'est comme si elle avait attendu ça. Inconsciemment, sans doute.

« Mais... »

Piètre défense, à peine audible, tout juste satisfaisant. Et voilà qu'il prend ses lèvres d'assaut dans un baiser doux, profond. Un vrai baiser. Son premier réel baiser, celui fait avec envie, passion, désir. Rien à voir avec ce pincement de lèvre fugace que son ex-mari lui avait donné et ce, seulement le jour de leur mariage. La seule fois où elle avait sentit ses lèvres, un baiser plein d'amertume. Rien à voir avec ce que Jake venait de faire. Le souffle coupé, Dyvan reste un instant pendu aux lèvres de Jake, pressant sa bouche contre la sienne avant de revenir à la réalité.

« Un baiser ? c'est un piètre paiement, pour un travail comme celui que vous allez faire pour moi. »

Murmure la femme qui bascule la tête en arrière doucement, ses mains s'agrippant à la chemise de son compagnon. Ses doigts tremblent, enserrant doucement le tissus alors qu'elle se sent à deux doigts de chavirer. Ses jambes sont comme du coton et Dyvan ne sait quoi penser de ce qui vient de se produire.

« Je ne devrais pas, Docteur Blakefort... »

C'est vrai, peut-être. Mais qui tente-t-elle de convaincre, lui ou elle ? Jake ne fait preuve d'aucun scrupule et ne s'en cache même pas depuis l'instant où ils ont fait connaissance. Timidement, Dyvan approche ses lèvres, hésitante avant de rendre son baiser à l'ingénieur d'un mouvement fébrile et incertain. Elle fini par baisser le visage, le souffle difficile et minaude, gêné.

« Pardonnez moi, je n'ai absolument aucune expérience en la matière. Je ne sais pas... comment faire. Vous devez trouve ça pitoyable.. » Rire nerveux, fugace. « Et si... Je change d'avis ? Si j'accepte de me donner à vous... qu'allez vous penser de moi ? Je ne veux pas que vous me preniez pour une fille facile... »


avatar
Garde fédéral
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 02/04/2018

    Messages : 41

    Crédits galactiques : 181

    Cristaux Kyber : 11

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Kaedwell, Echoy

    Inventaire : sabre-laser blanc, droïde assistant, airspeeder

  • Posté le Jeu 28 Juin - 20:14

    Message n°10605 (18)

Un petit sourire amusé pointe aux lèvres de l’ingénieur quand un air dubitatif apparaît sur le visage de Dyvan. Un baiser ? Oui, c’est un bien étrange paiement mais Jake n’est pas un original pour rien, n’est-ce pas ? « Ce n’est qu’une petite partie de la rétribution, rassurez-vous. », rétorque-t-il avec ce regard malicieux que la jeune femme semblait déjà adorer détester. L’étreinte presque chaste qui s’ensuit lui laisse un goût songeur et de fraicheur sur les lippes, et alors que la scientifique consent à lui rendre un baiser quelque peu maladroit et tremblant, un vague sourire tout en douceur vient flotter sur le visage balafré du garde fédéral. Que lui arrive-t-il donc, à laisser planer cet instant de calme, de silence, à simplement observer le visage joliment dessiné de Dyvan bercé par la lumière pâle que filtre seulement l’hologramme de la galaxie ? En temps normal, il l’aurait déjà dévorée toute crue… Mais il est vrai que rien dans cette soirée n’a été véritablement normal, lui conférant une saveur particulière, lui donnant envie de profiter de ce temps qui ralentit et qui file à la fois.

Ses doigts viennent se nouer, s’entrelacer à ceux de la jeune femme qui agrippent sa chemise, et c’est en penchant la tête sur le côté qu’il hausse un infime sourcil compréhensif. Toute grande gueule qu’il est, Jake est un garçon ouvert que son père a élevé dans le souci de ne pas se hâter aux jugements négatifs. Pitoyable, ce n’est pas comme cela qu’il qualifierait la scientifique, et à vrai dire, au vu de sa réputation et de son attitude, l’ingénieur n’est même pas surpris qu’elle lui avoue que les relations intimes ne sont décidément pas sa tasse de thé. En revanche, le retournement de situation le surprend, ça oui. Enfin, non pas qu’il ait douté un seul instant de son charme irrésistible, mais il avait pensé qu’il lui faudrait insister davantage, bien que sans doutes beaucoup d’autres auraient jeté l’éponge à sa place. Alors de là à prendre sa Grâce Welch, future duchesse d’il ne savait trop où dans le système hapien, pour une fille facile, non, franchement. « Vous ? Oh, non, loin de là, vous êtes à des lieues de la définition d’une fille facile. » Un petit rire franchit sa gorge tandis que sa paume vient cueillir la joue de la jeune femme, avant de reprendre plus sérieusement, plongeant son regard dans les yeux glacials de Dyvan : « Si c’est ce dont vous avez envie, vous n’avez pas à avoir peur de quoi que ce soit, ni de vous en vouloir pour quoi que ce soit. »

Sans prévenir, sa main glisse alors derrière la nuque de Dyvan puis jusqu’au milieu de son dos pour enrouler ses épaules tandis que la seconde vient la déséquilibrer en la soulevant à l’arrière des genoux. Une princesse dans les bras d’un balafré handicapé, comme elle a coutume de le nommer, ils forment un couple très détonnant ; une pensée qui arrache une expression malicieuse à Jake tout alors qu’il se dirige vers sa chambre plongée dans une douce pénombre, tout en blanc et anthracite. Reposant Dyvan à terre, il se glisse dans son dos, son nez frôlant sa nuque pour lui embrasser doucement la naissance de son cou. Le souffle court contre la peau pâle de la scientifique, la main synthétique du garde fédéral vient frôler les attaches de la robe si peu difficiles à faire glisser le long des épaules de Dyvan. « Ce n’est pas grave si vous ne savez pas comment faire… Faites-moi confiance, et si quelque chose vous déplait, dites-le-moi, d’accord ? », murmure-t-il à son oreille avant de l’embrasser de sa mâchoire jusqu’à l’épaule, la pointe de son nez repoussant peu à peu la bretelle de la robe jusqu’au point critique où elle va glisser d’elle-même.

***

La pointe du jour vient caresser la peau des endormis et chatouiller les yeux somnolents de Jake qui se réveille avec une Dyvan blottie tout contre lui. L’ingénieur se frotte doucement les paupières en soupirant, avant de rester avachi tel qu’il est pour profiter de la chaleur tiède qui se dégage de leur peau, sa tête retombant en arrière avec quelques images de la soirée qui lui laissent un sourire songeur. Machinalement, ses doigts dessinent des cercles dans la chevelure immaculée de la jeune femme – d’une longueur démesurée qu’il n’aurait même pas imaginée de prime abord – et les minutes s’écoulent ainsi, dans un état oscillant entre la somnolence et l’éveil détendu. Et c’est à contrecœur que le garde fédéral s’extirpe doucement de son lit et des bras de l’hapienne, évoluant dans ses quartiers sans la moindre pudeur, à la recherche d’un pantalon de sport pour s’adonner à ses exercices physiques quotidiens en attendant le réveil de la scientifique. Au plafond, une simple barre de métal est fixée et c’est en silence qu’il s’y accroche, passant ses pieds et ses mollets pour se pendre à l’envers et observer Dyvan entre chaque séance d’effort. Et quand la duchesse héritière consent enfin à ouvrir les yeux, Jake hausse un sourcil en s’en apercevant, relaissant son dos et ses bras tomber avec cette drôle de sensation quand on regarde le monde à l’envers. Son visage se fend d’un sourire alors que sa main passe machinalement dans ses cheveux relâchés. « Bien dormi, votre Grâce ? »
avatar
Noblesse hapienne
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 29/03/2018

    Messages : 19

    Crédits galactiques : 358

    Cristaux Kyber : 10

    Avatar : Beau Garrett

    Crédits : Siren-Gem (Deviantart)

    Disponibilité rp : oui

    DC : Anhesis, Byron, Evolet

    Inventaire : ► Droïde assistant
    ► Corvette

  • Posté le Ven 29 Juin - 9:49

    Message n°10606 (19)

Elle ne s'explique pas ce frémissement dans sa poitrine, ce frisson qui remonte le long de son dos. L'étrange douceur de Jake éveille des sensations que Dyvan ne connaissaient. C'était aussi agréable que déroutant. Pourquoi, d'ailleurs, était-il si doux avec elle ? Son ex-mari, lui, n'avait jamais eu aucun élan de tendresse à son égard, alors s'imaginer qu'un étranger puisse en avoir... Le doute et la perplexité l'envahit. Alors quand Jake la soulève, Dyvan s'accroche à lui, non s'en rougir face à la situation. Quelle force ! Il l'a soulever comme si elle ne pesait rien ! La chambre qui s'offre à elle est aussi ravissante que le reste de l'appartement, elle se surprend à aimer cet anthracite qui fait ressortir la blancheur du lit et de certains meuble. Elle ne dit rien, incapable de parler. Elle ignore quoi dire et penser est tout aussi difficile, que ce soit à cause de l'alcool que l'émotion qui lui noue la gorge. Alors Dyvan reste là, immobile à fixer le lit dans lequel elle ne tardera pas à échouer. Une prison pour la chair.


Au petit matin


Une fois, deux fois et une troisième pour la forme, probablement. Elle n'aurait jamais imaginé, la belle hapienne, que l'on puisse cumulé encore et encore, ce genre d'ébats. Pire encore, elle ne l'avait pas repoussé et avait accepté Jake chaque fois qu'il était revenu se glisser contre elle. Dyvan l'avait laisser pénétré son corps avec toute sa fougue, son désir. L'ingénieur était affamé. C'est ce qu'elle avait pu constaté... Et avec honte, qu'elle l'avait été tout autant, bien que plus timide et réservé. Puis lorsque la fatigue l'avait faucher après sa petite mort, l'hapienne s'était simplement laissé aller, non pas enrouler dans une couverture, la tête reposant mollement sur l'oreiller, mais bien sur lui. Ce n'est pas faute d'avoir tenter de faire autrement, mais son corps avait refuser de bouger, s'obstinant à vouloir rester blottit contre le balafré aux caresses subtiles et aux baisers dévorants.

La nuit avait été parfaite, tellement que s'en était effrayant. Il faudrait en payer les conséquences, n'est-ce pas ? Dans un soupir, Dyvan émerge doucement, mais avant que ses yeux ne s'ouvrent, sa main glisse sur la place vide à ses côtés. Instinctivement, elle cherche la chaleur et la protection de Jake. Et sa voix résonne, à nouveau avec cette malice à peine dissimulée. Dyvan se redresse aussi sec, comme si une urgence venait de lui électriser tout le corps. La couverture maintenue contre sa poitrine, elle garde son regard torve du matin sur la silhouette retournée et suspendu de l'ingénieur.

« Je... »

Et la voilà sans voix. Que devait-elle dire ? Bonjour ? Lui demander comment il allait ? Vu son désir de faire du sport de bon matin, il ne pouvait qu'aller bien, n'est-ce pas ? Dyvan ajuste sa pâle tignasse, incroyable chevelure raide comme des bâton, les pointes parfaitement égalisées. Elle détourne le regard, observe la chambre. Elle pourrait feinté l'ignorance, dire que l'alcool lui avait causé un trou noir mais tout deux savait qu'elle n'avait pas assez bu pour cela.

« Je dois partir. »

Elle bondit hors du lit, se dépatouillant pour cacher sa nudité à l'aide du draps puis s'empare de sa robe qu'elle enfile d'un geste tremblant, non s'en offrir, malgré ses efforts, une vu imprenable de son dos lisse et de sa chute de reins vertigineuse. Ses petits pieds glissent dans ses escarpins, elle attrape son sac à main et se retourne, prête à fuir avant de croiser le regard de Jake. Alarmé, émue, Dyvan ne sait plus quoi dire pour se justifier. Fuir, partir de cet cocon bienfaiteur pour retrouver la froideur et l'austérité de son laboratoire. Elle ne se sentait pas elle-même ici, son masque s'était violemment fendiller durant la nuit.

« C'était une erreur Docteur Blakeford, je n'aurais jamais dû.... faire cela, avec vous. » Elle secoue la tête, l'angoisse au bords des lèvres. « S'il vous plaît, ne dites rien à personne et... oubliez ce qui s'est passé. Pitié, oubliez-moi. »

Pas un au revoir, pas un sourire. Elle semble presque à deux doigts d'une crise de larmes. Dyvan contourne son hôte, son doux et tendre amant -car il est difficile de le caractérisé autrement – avant de prendre la fuite de l'appartement. Il n'est pas difficile de trouver un taxi et sans se retourner, prenant ses jambes à son coup, la glaciale hapienne à déjà disparu, prête à retrouver la compagnie de ses robots.

- FIN -


Contenu sponsorisé
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté

    Message n°0 (20)

[Page 1 sur 1]

Star Wars Ascension » Coruscant