Star Wars Ascension


avatar
Seigneur Noir des Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Chocolats : 0

    Arrivé(e) le : 27/09/2017

    Messages : 47

    Crédits galactiques : 536

    Cristaux Kyber : 0

    Avatar : .

    Crédits : sophia

  • Posté le Dim 25 Fév - 23:17

    Message n°7035 (1)

Les renégats de Maloran

Année 517, mois 8, semaine 1

Dans les lueurs dansantes des flammes qui ne s’éteignent jamais au sein du mausolée des héros, se tient immobile une haute silhouette noire dont les seuls éclats de lumière émis sont les reflets des torches qui rebondissent sur un masque métallique. Le bâtiment de forme circulaire, gravé à même la pierre et dans son saint des saints, recouvert de marbre noir, est probablement l’endroit le plus sacré et le plus solennel pour les citoyens de Maloran. Car si les idoles sont les Sith dont les visages traversent les siècles dans le marbre des statues qui leur sont parfois dédiées, les grands noms de la cité qui n’ont été que de simples citoyens à l’ombre des pouvoirs extraordinaires de leur protecteur Daleth, se retrouvent en ce lieu après leur mort. Des personnalités aimées, respectées, tant par les Sith que par les citoyens, là un avocat qui a beaucoup fait, beaucoup enduré pour défendre des moins que rien, là un scientifique émérite qui a contribué à l’invention du système éminemment performant de recyclage de l’eau de Maloran, là encore un enfant dont la curiosité a permis la découverte d’importants gisement de métaux aujourd’hui exploités pour l’expansion de la ville. Les cendres de chacun reposant dans une urne scellée, leurs noms gravés dans la pierre pour la postérité. Il n’y a pas d’honneur plus grand que l’on puisse accorder à un citoyen de Maloran : la reconnaissance éternelle de ses pairs et de son suzerain.

Et, au milieu de la colonnade circulaire, déposé sur un autel de marbre blanc qui tranche et éblouit par rapport aux ténèbres environnantes, un cercueil. Ou un sarcophage au couvercle de cristal, un écrin dont le contenu se dérobe à la vue des curieux malintentionnés. Debout face au cercueil, la main posée sur le cristal au niveau sans doutes de la poitrine du mort qui s’y trouve, le Seigneur noir contemple le visage préservé comme au dernier jour de sa vie, de la femme qui repose là pour l’éternité, une rose encore fraiche entre ses doigts de fée, préservée à jamais des affres du temps, protégée pour toujours dans son écrin de la poussière qui attend chacun après son crépuscule. Dolores Brengham, médecin de nombre de familles Sith, celle qui prenait soin des Darth et des enfants avec la même chaleur, le même sourire et le même talent, voici celle, simple citoyenne, qui s’est vu attribué les honneurs les plus grands au même titre que tous ces Lords et ces Darth de qui elle a pris soin pendant son éminente carrière. L’inhumation et, plus impressionnant encore, la préservation de son corps, pour toujours et à jamais. Car Dolores Brengham, en plus de ses nombreux services rendus à Maloran, était également celle qui aimait Darth Daleth au-delà de tous les mots, sans jamais espérer quoi que ce soit en retour, et celle que Daleth avait aimé de sa manière si tendre, sans jamais aller au-delà des mots. Jamais un baiser n’avait été échangé, sauf ce soir-là, où Dolores était morte.

La première véritable victime de la rébellion. Celle par qui tout avait commencé, celle qui dont la mort avait frappé le Seigneur noir en plein cœur. La rébellion était née d’une vengeance et d’une volonté de nuire. La rébellion allait mourir pour la vengeance de Daleth. Ses doigts se raidissent sur la surface polie, sa gorge se noue sensiblement alors que son masque est tourné vers le visage paisible de Dolores, sa chevelure de feu le mettant en valeur comme une auréole de soie enflammée. « Que dois-je faire, Dolly ? » La voix du Seigneur noir s’est élevée dans le silence, un souffle brisé par la peine qui l’étreint encore alors que quinze ans ont passé. Au-delà de ces murs, rassemblés dans la plus grande salle de la pyramide, là où les épreuves des acolytes et des apprentis se déroulent, attendent les Sith renégats capturés. Ils attendent la sentence du roi qu’ils ont honni, du maitre de qui ils se sont détournés pour lui nuire. Que doit-il faire ? Si cela ne tient qu’à lui… son poing se ferme et se serre, ses ongles acérés percent la chair de sa paume. Pour toutes les morts causées par les rebelles, pour tous les orphelins privés d’un parent, pour tous les parents privés d’un enfant, Daleth les exterminerait jusqu’au dernier.

« Ce n’est pas ce que tu aurais voulu… », souffle-t-il à nouveau d’une voix atone. Dolores n’aurait jamais souhaité que qui que ce soit meure pour payer sa propre disparition. Et de toute façon, celui qui lui avait transpercé la poitrine de son sabre-laser, n’avait jamais eu le loisir de voir la fin de la soirée. Elle n’aurait jamais souhaité non plus que celui qu’elle aimait s’abaisse aux mêmes monstruosités que ceux qui se sont détournés de la nouvelle voie qu’il avait tracée pour les Sith. Mais le Seigneur noir est ainsi : profondément humain, capable du meilleur comme du pire. Il ne peut épargner ces fauteurs de trouble, ces assassins, ces terroristes. Il ne veut pas les épargner, même s’il sait pertinemment que leur mort ne ramènera jamais ceux dont la rébellion les avait privés. Dolores ne rouvrirait plus jamais ses yeux vers lui. Elle n’esquisserait plus le moindre sourire, pas même après quinze ans.

La victoire sur les Sith renégats lui est en réalité bien amère, c’est un échec pour sa vision, ses projets, cette civilisation qu’il avait rêvée et bâtie. Une quarantaine de personnes patientent sur leur sort en suspens, tous ceux qui ont été capturés et qui ne sont pas morts en recherchant l’affrontement. Trente Sith, dont le fils de Lord Haos, jeune apprenti de Lord Styx également là, et dix citoyens, dont le docteur McBee bien mal en point après ses longues séances d’interrogatoire dans les geôles du Triumvirat. Des visages aussi différents que les profils qui se dressent là : des Lords, des apprentis, des proches, des citoyens aux talents divers, des Sith aux connaissances qui auraient pu contribuer à construire et non détruire. Sans doutes que Daleth est devenu trop idéaliste avec le temps… Quand il apparaît dans la grande salle, après avoir quitté Dolores et le mausolée, c’est un silence de mort qui l’accueille. Les quarante rebelles en sursis sont là, tous alignés, les mains enchainées comme de vulgaires esclaves, certains arborant fièrement les ecchymoses des Frères de l’obscur, d’autres le teint pâle et le visage rentré dans leurs épaules. Que faire de tous ces gens ? Quarante destins dans les mains d’un seul, mais qui pourraient en sauver cinquante mille.

Le port digne, royal, le Seigneur noir s’avance, passe devant chacun de ces hommes et femmes qui ont tenté de le défier, de détruire ce qu’il a passé tant d’années à construire. Tout autour d’eux et dans les gradins qui les surplombent, tous les Sith sont présents, invités à se joindre à la conclusion de l’innommable. Les minutes s’égrènent sans qu’un seul bruit ne perturbe la scène. Et finalement, en arrivant au terme de la rangée de prisonniers, le Seigneur noir sait quoi faire.

Il se retourne vivement, sa main aux doigts tendus s’arrête à quelques centimètres du front du dernier renégat qu’il a examiné. Lord Styx, l’une des têtes pensantes du groupe. Sans un mot, l’esprit du Seigneur noir perce les défenses mentales du Sith, met à sac ses pensées, ses souvenirs, ses moments les plus intimes, détruit sa psyché morceau par morceau, tandis qu’un hurlement à la fois terrifié et douloureux s’élève de la gorge du condamné et résonne dans l’immense salle. Daleth lui vole le peu qu’il avait encore à cacher et alors que Styx s’effondre à genoux, proche de la folie et de la perdition, le Seigneur noir retire sa main. Le silence retombe aussi net, mais ne dure guère quand voilà qu’une dizaine de Lords commencent à chanceler, puis geignent et tombent chacun comme des mouches, pris de saignements de nez avant de suffoquer et de s’écrouler au sol, les membres encore pris de convulsions malgré l’énergie vitale dont Daleth les a privés sans même broncher. « Voici la fin des Seigneurs de la rébellion Sith : aussi pathétique que le cours de leur vie. », finit-il par dire d’une voix détachée. Passant devant le docteur McBee, le Seigneur noir tourne son masque vers elle, la considère pendant quelques instants avant de faire tomber la sentence. « Je n’aime pas qu’on menace des enfants. » Et d’une brusque torsion du poignet, il lui brise la nuque dans un craquement sonore. Elle ne méritait pas qu’on lui accorde plus de temps.

Pour les prisonniers restant, Daleth consentirait à leur accorder une nouvelle chance, notamment les apprentis dont l’esprit avait été facile à endoctriner et qui mériteraient de meilleurs maitres. « A vous, apprentis, citoyens égarés, je consens à vous offrir le pardon et l’espoir d’une nouvelle chance dans cette société. Vous représentez l’avenir de notre nation pour les uns, vous avez prouvé que vous pourriez apporter beaucoup à Maloran avec vos compétences, si vous consentez à servir non pas les envies de destruction de quelques-uns, mais le bien commun. Je vous offre le repentir sincère… ou la possibilité de rejoindre vos anciens maitres dans la mort. Choisissez bien… et soyez honnêtes avec moi autant que vous l’êtes avec vous-mêmes. » Ceux qui demandent le pardon avec sincérité sont graciés, ceux qui mentent face à l’inspection du Seigneur noir, récoltent un signe de dénégation de sa part avant d’être emmenés sur une autre ligne. En tout, vingt sont sauvés, dont le fils de Lord Haos. Majoritairement des jeunes, terrifiés certes mais qui se rendent compte qu’ils n’ont pas la vocation pour devenir les monstres qu’on comptait faire d’eux. Ils seront pris en charge par l’Académie et des services créées spécialement pour l’occasion pour comprendre les raisons qui ont poussé ces gens, les citoyens surtout, à se détourner de Daleth pour contribuer à créer un système bien plus barbare et bien plus archaïque. Ils sont emmenés hors de la salle tandis que la dizaine réfractaire se voit rejointe par les Exécuteurs du Triumvirat. « Que ce soit rapide. », ordonne le Seigneur noir, et les lames rouges brillent dans l’obscurité avant d’appliquer la volonté de celui-ci.

« A présent que ceci est terminé… pour l’homicide involontaire d’un esclave désarmé, Darth Saevus se voit remercié pour ses services rendus au Conseil noir et redevient Lord Saevus. Pour sa sentence, il sera exilé à la surface de Malachor avec pour mission, l’honneur de contribuer au développement et à la viabilité de Maloran en recherchant des formes de vie qui se seraient développées sur la planète. Sa base de travail sera ravitaillée régulièrement et il ne pourra rentrer à Maloran que tous les premiers du mois. Il sera possible de lui rendre visite, sous dérogation de la Main noire. Ma décision prendra effet dès la semaine prochaine. », annonce-t-il d’une voix claire pour que tous puissent l’entendre. Se tournant ensuite vers les rangs Sith qui l’observent en silence, son regard s’arrête sur Gaben Davoros. « Lord Dementis, suite à l’enquête menée par les services de la Main noire, vous êtes mis aux arrêts pour interrogatoire et en attente de votre jugement dans l’antre du Triumvirat. Le procès pour le meurtre de trois employés du centre pénitencier se tiendra en session extraordinaire dans cinq jours. » A ses mots, deux ombres du Triumvirat se glissent jusqu’à Gaben pour le saisir par les bras et lui passer des menottes de cortosis avant de l’emmener vers leur repère où seule l’obscurité peut répondre aux lamentations des interrogés.

Sans un mot de plus, la silhouette de Daleth tourne alors les talons, et sous le silence des Sith rassemblés qui l’observent, il traverse la salle d’un pas lent et disparaît dans les entrailles de la pyramide. La tension qui écrasait la pièce diminue d’un coup, et c’est comme si chacun pouvait à nouveau respirer.

Et voilà la fin de l'évent des renégats de Maloran



Et voilà la première intrigue Sith qui se termine dans la joie et la bonne humeur Vous découvrez donc le sort des rebelles ainsi que des personnages qui ont pu déraper en direct alors que vous êtes tous ensemble rassemblés dans cette immense salle de la pyramide.

@Anhesis al'Saalomon, @Eryndal Fahde'vysh, @Gaben Davoros, @Mask' Akuma'Ebulu, @Raedan Typho
Pour avoir contribué à cette intrigue et réussi vos missions, et plus encore d'avoir accepté les destins que nous vous avons proposés, je vous remercie vivement et dans sa grande mansuétude, le Seigneur noir vous accorde comme prime de risque et récompense générale 3 cristaux et 100 crédits. Bravo à vous et vraiment merci pour votre investissement sur le long terme