Star Wars Ascension


Conséquences des inconséquences (raedan)

Star Wars Ascension » Malachor V

avatar
Seigneur Noir des Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 27/09/2017

    Messages : 48

    Crédits galactiques : 636

    Cristaux Kyber : 2

    Avatar : .

    Crédits : sophia

  • Posté le Sam 3 Fév - 18:16

    Message n°6035 (1)

Conséquences des inconséquences

Année 517, mois 7, semaine 6

Pas un son ne filtre dans la grande salle sombre du Conseil noir qui semble bien lugubre quand seules quelques appliques murales servent de points de lumière. Une lumière faible, rougeoyante, drainant là une atmosphère des plus graves. Assis sur le trône de pierre inconfortable qui lui sert de siège, le Seigneur noir est accoudé sur un bras, tenant sa tête dans sa main, comme s’il réfléchissait, le regard perdu dans le vague. Habituellement, lorsque c’est le cas, il tapote la pierre du bout des ongles dans un rythme qui n’évoque quelque chose qu’à lui seul. Or là, Daleth est plus immobile qu’une statue, parfaitement en symbiose avec ce décor qui tranche tant d’avec les réunions du Conseil, ce qui n’est clairement pas de bon augure.

Soudain, un soupir agacé brise le voile de silence qui s’était déposé dans la salle. Bon sang, ce qu’il peut être épuisant à devoir traiter de pareilles affaires au plus haut niveau de l’Etat Sith ! A peine rentré de sa mission dans le District 7, la Main noire lui a évidemment déjà fait son rapport sans rien omettre. Cela fait seulement trois heures que les services de renseignement ont exfiltré le citoyen et l’esclave capturés que déjà le bruit court sur un affrontement qui aurait mal tourné dans l’entrepôt, et qu’un esclave serait à compter parmi les victimes. Combien de temps encore avant que les médias ne s’emparent de l’affaire, ne viennent mettre leur nez dans l’enquête pour finalement découvrir que c’est un Darth qui est responsable de cela ? Et encore combien de temps avant que la rébellion ne prenne cette erreur à son avantage pour prouver une fois pour toute que les lois de Daleth ne sont qu’illusion et qu’au final, le Conseil noir se complait dans la faiblesse et ne fait que ce qu’il veut sans jamais penser à l’entourage des victimes ? Combien de temps, après tout ça, pour que l’on en vienne à penser que la vie des citoyens n’a aucune importance, et pour que d’autres histoires à scandales ne soient déterrées, même si elles sont fausses ?

Oh, oui, Daleth est bel et bien en colère et cela se sent aisément dans l’air de la salle. La Force vibre en une perturbation mauvaise si bien que le premier venu pourrait instantanément se sentir mal à l’aise. Mais surtout, il est affreusement déçu. Deux siècles… deux siècles d’un travail acharné qui peut être réduit en poussière parce qu’un Darth n’est pas fichu de réfléchir deux secondes et de s’ouvrir à la Force pour déterminer qui est un Sith et qui ne l’est pas. D’autant qu’au vu de la situation, les esclaves n’étaient pas armés et ne représentaient donc aucune menace à l’encontre des deux Sith. Tuer un esclave désarmé qui faisait juste le travail que son maitre l’obligeait à faire… oh, misère. Qu’allait-il donc bien pouvoir faire de Saevus ?

Redressant la tête, il se cale dans son siège avant de faire ouvrir les grandes portes d’un simple signe de la main. Portes qui s’ouvrent sur la silhouette du Darth convoqué dès son remplacement de masque respiratoire. Attendant qu’il approche jusqu’à la table ovale qui sépare Daleth sur son estrade du reste de la pièce, le Seigneur noir s’enfonce dans un silence de mort qui perdure longuement après que Saevus se soit arrêté devant la table. Rien n’invite le vieux guerrier à prendre la parole, pendant que le masque miroitant de Daleth luit doucement dans la pénombre. « D’abord Naboo, et puis maintenant, ça. Que vais-je bien pouvoir faire de toi, Saevus ? », finit-il par dire d’une voix acérée.
avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/10/2017

    Messages : 311

    Crédits galactiques : 439

    Cristaux Kyber : 37

    Avatar : Julian Checkley

    Crédits : Sophia pour l'avatar

    Disponibilité rp : Libre comme l'air

    Inventaire : -1 sabre laser (lame cramoisie), confisqué
    -1 armure de combat
    -1 Chasseur biplace équipé de technologie furtive sith
    -Son Malraas de compagnie
    -1 lance-fléchettes (oui)
    -1 papillon messager
    -1 Motojet

  • Posté le Ven 9 Fév - 22:15

    Message n°6308 (2)

Darth Saevus déglutit. A peine venait-il de remplacer son respirateur, qu'il avait été convoqué par Darth Daleth. Le vieux darth en connaissait parfaitement la cause. L'esclave qu'il avait tué. Il savait qu'il allait rapidement être convoqué, mais pas tant que ça. Marchant vers le salle du conseil noir, Saevus est perdu dans ses pensées. Il ne prête même pas attention aux hommes et femmes qui le saluait lorsqu'il passait. Il avait des remords. Il s'en voulait terriblement. Pourquoi avait-il agit de manière aussi stupide ? Même lui n'en avait aucune idée, il avait seulement commis une grave erreur. Il n'y avait aucune conséquences atténuantes pour défendre son acte. Il savait très bien que les citoyens allaient vouloir que le darth soit puni. Et c'était la moindre des choses. Il ne refusait pas le châtiment. Il l'approuvait. Cependant, une chose l'effrayait : décevoir le seigneur noir. Et c'était clairement ce qu'il avait fait en tuant cet esclave. Cet acte était indigne d'un darth, indigne d'un sith. Tout juste bonne pour un rebelle. Mais il était trop tard pour se lamenter sur ses erreurs, il devait maintenant les assumer, et faire face au jugement de Daleth.

Finalement, il ouvrit la porte massive de la chambre du conseil. Darth Daleth l'attendait. Le darth fut de suite frappé par l’atmosphère de la pièce. La colère du seigneur noir se sentait, elle inondait la pièce, et se reflétait sur les murs et sur le sol, pour finalement percuter Saevus en plein cœur. Un sentiment de malaise s'était instigué chez le darth, il déglutit à nouveau. Il fit finalement face au seigneur noir, sans dire un mot. Le silence perdura un moment qui parut interminable pour Saevus. Qu'allait-il dire ? Comment le dirait-il ? La punition serait-elle plus importante que ce à quoi il s'attendait ? Saevus se doutait bien que ses heures en tant que Darth touchaient à leurs fin. Un tel acte était indigne d'un darth. Il s'attendait à être démuni de ses fonctions, et devoir retourner vivre sa vie en tant que lord. Mais ceci, avec tout le déshonneur que cela entraînait. Pire que la mort. Fort heureusement pour lui, la mission avait été un succès. Or pour l'instant, Saevus ne pouvait pas savoir ce qui l'attendait. Il ne pouvait qu'attendre que le seigneur noir prenne la parole.

Après un silence interminable, Darth Daleth finit par prendre la parole, sans filtrer son agacement. Il lui reprochait les incidents de Naboo, à juste titre. A cause de lui, les sith avaient presque failli être découvert. Et il lui reprochait bien sur la mort de l'esclave. Que pouvait-il faire de lui ? Un grand nombre de chose, l'emprisonner, l’exécuter, le destituer. Finalement, Saevus prit la parole. « Mon seigneur. Je suis parfaitement conscient de mes fautes. Des actes indigne de mon rang, je le reconnais aisément. D'abord Naboo. Par ma faute, notre existence à failli être révélé à la galaxie. Et maintenant la mort de l'esclave lors de la mission avec Sanguis. J'ai fauté... Gravement. Et j'assumerais pleinement les conséquences de mes actes. Cela aille de la simple peine d'emprisonnement à la peine capitale, j'accepterais votre jugement. »
avatar
Seigneur Noir des Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 27/09/2017

    Messages : 48

    Crédits galactiques : 636

    Cristaux Kyber : 2

    Avatar : .

    Crédits : sophia

  • Posté le Sam 10 Fév - 17:31

    Message n°6336 (3)

Dire que le Seigneur noir retire un plaisir particulier en instillant la crainte dans le cœur de ses obligés par l’envoutement d’un air putréfié de sa propre colère serait complètement aberrant : si même Saevus, en cet instant face à lui, serait capable de claquer des dents s’il ne se maitrisait pas si bien, Daleth n’en ressent rien d’agréable, bien au contraire, mais contrairement aux Jedi, il ne voit aucun intérêt à camoufler ses propres émotions. Les ignorer serait le meilleur moyen de les faire exploser au moment le plus inapproprié. Et s’il est en colère, ce n’est pas simplement pour le plaisir d’être en colère, c’est surtout parce qu’il est soucieux, non seulement pour son peuple, mais également pour Saevus. Il a fauté alors qu’il n’aurait jamais dû, et il le sait, il avoue en être conscient et le maitre des Sith devine aussi qu’il le regrette.

L’on dira que l’erreur est humaine, ce qui est on ne peut plus exact, et voilà sans doutes pourquoi le vieux guerrier est toujours entier, en vie face à Daleth. Mais les Sith ne peuvent se contenter d’être simplement humains, ils se doivent d’être plus que cela ; un savant mélange entre humanité et royauté. Pour des raisons obscures, la Force les a choisis pour être des réceptacles de puissance, et celle-ci n’est pas à utiliser à tort et à travers… Devenir un être supérieur, être un Sith, n’est pas un cadeau. Et ceux qui se l’imaginent sont les premiers à sombrer dans les épreuves de l’Académie ou de leurs maitres, à y laisser la vie par excès d’orgueil. Dans un soupir, l’esprit de Daleth abandonne l’instant pendant quelques secondes, tandis que son regard se perd vers sa main qui enserre avec force la pierre de son siège. Il tend ses doigts engourdis, observe ses griffes acérées qui se détractent. Rien de magique là-dedans, rien qui ne soit à rendre au Côté obscur ; son espèce est ainsi faite alors que sur leur lointaine planète, une planète qu’il n’a d’ailleurs jamais connue, la civilisation a dû se hisser au sommet de la chaine alimentaire en trouvant refuge et en exploitant des arbres immenses, si immenses qu’ils dépassent même ceux de Kashyyyk.

A propos de Naboo. « Il ne fait aucun doute que des avis de recherches à ton image seront bientôt émis et j’ai eu quelques échos concernant une probable rencontre entre la République et le Conseil Jedi. Les conséquences qui en résulteront… ne seront peut-être pas à notre avantage. », soupire Daleth qui n’envisageait pas si rapidement une probable alliance entre ces deux entités qui jusque-là se boudaient. Cela étant dit, il a un autre problème sur lequel se focaliser, c’est-à-dire Saevus. Le masque métallique se tourne à nouveau vers le Darth en disgrâce, cette existence qui s’imagine sans doutes en sursis. Le Seigneur noir l’étudie un instant, et songe qu’après toutes ces années de confiance, il avait lui-même fait une erreur en sous-estimant l’affect et le chagrin causé par une perte terrible. Une perte qu’il avait lui-même vécue, de nombreuses fois au travers de sa longue vie.

Après un soupir, il se penche légèrement en avant tout en secouant doucement la tête : « Je crois que la perte de Labara t’a ébranlé plus que tu ne l’imagines, et plus que tu as voulu l’admettre. Ce n’est pas à moi de te dire quoi faire mais vivre dans le déni et dans un deuil qui n’a jamais été fait donne-t-il encore un sens à l’existence ? En aurais-tu oublié la valeur d’une vie, même aussi insignifiante à tes yeux que celle d’un esclave qui n’est pas le tiens ? » Ces mots seront sans doutes difficiles à avaler pour Saevus mais si c’est le cas, alors c’est que Daleth aura touché le véritable fond du problème. La fragilité émotionnelle entraine un adepte du Côté obscur vers l’abime de son propre chaos intérieur, et se laisser gouverner par ses émotions, ne plus agir grâce à la raison mais par ce que l’on croit être vrai par la vision biaisée des sentiments n’est pas digne d’un Sith. « Ta confiance envers mon jugement m’honore, mais quelle sentence équitable et juste pourrais-je rendre ? Que mériterais-tu pour tes fautes ? »
avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/10/2017

    Messages : 311

    Crédits galactiques : 439

    Cristaux Kyber : 37

    Avatar : Julian Checkley

    Crédits : Sophia pour l'avatar

    Disponibilité rp : Libre comme l'air

    Inventaire : -1 sabre laser (lame cramoisie), confisqué
    -1 armure de combat
    -1 Chasseur biplace équipé de technologie furtive sith
    -Son Malraas de compagnie
    -1 lance-fléchettes (oui)
    -1 papillon messager
    -1 Motojet

  • Posté le Mar 20 Fév - 11:53

    Message n°6724 (4)

Saevus se tenait face au seigneur noir, attendant sa réaction. Il était parfaitement conscient qu'il avait fauté, et il avait dit tout ce qu'il pensait à propos de cette faute à son maître. Cependant, le masque de Darth Daleth restait impassible, ne laissant transparaître aucune émotion. La colère, Saevus la ressentait toujours, elle imprégnait toute la pièce.

Oui, Naboo avait sûrement été son erreur la plus grave, cette erreur risquait de dévoiler les sith au grand jour. Saevus n'allait plus quitter Maloran pour on long moment, le temps que la mise à prix sur sa tête soit descendue. Il ne ferait pas courir plus de risque à l'Ordre par sa faute, il ne quitterait Maloran que si il en été forcé, et dans ce cas, il ferait profil bas, ne s'approcherait pas des gens autour de lui. « Je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour rattraper cette erreur. A moins que j'en ai déjà trop fais. » C'était sûrement le cas, oui, il valait mieux pour lui et pour les sith qu'il ne fasse plus rien. Peut-être fallait-il qu'il laisse des personnes plus qualifiés que lui faire les choses, si quelque-chose il y avait à faire. Mais ce n'était plus à lui de faire quoi que ce soit, à moins que Daleth en décide autrement.

Si il y avait bien une chose que Saevus appréciait chez Daleth, c'était sa sagesse, sa raison. Jamais il ne l'avait vu libérer totalement sa colère, et à dire vrai, il préférerait ne pas être dans le coin le jour où cela se produirait. Il ne l'avait vu qu'une fois proche de l'explosion. C'était il y a plusieurs années, lorsque le docteur Dolores avait été assassiné. Il avait senti son son chagrin, d'une tel intensité que lui lui même en avait été ébranlé. Et à dire, vrai, même si Saevus sentait la colère chez Daleth, celui-ci restait calme. Cependant, il avait suffit d'une seule réplique pour faire frémir le vieux Darth. Il serra le poing si fort que ses ongles se plantèrent dans ses chairs. Le souvenir de Labara était toujours frais dans son esprit, trop frais, jamais il ne s'était remis de la perte de son amour. Peut-être qu'au fond Daleth avait raison. Cependant, la colère s'était installée dans le cœur de Saevus. « J'ai fais mon deuil. » Dit-il d'une voix sèche. « J'ai enterré Labara. Je l'ai pleuré, et mon deuil est terminé. J'ai vécu avec Labara pendant plus de trente ans, j'ai passé les épreuves de l'académie à ses cotés. » Une pause, peu à peu, sa colère se transformait en tristesse. « J'ai perdu la seule personne qui ne m’aie jamais aimé, j'ai perdu celle avec qui je voulais finir mes jours. J'ai perdu un enfant. Je n'ai plus rien. » Finit-il par dire.

Quel châtiment pouvait-il être juste pour Saevus. Il ne pouvait pas répondre à cette question. « Mon seigneur je... Je sais que je mérite un châtiment. Si j'étais vous, je me ferais exécuter, pour toute les erreurs que j'ai commise, ou alors je me destituerais de tout et je m’exilerais. » Il avait parlé sans réfléchir, mais pourtant, c'était bel et bien ce qu'il pensait.
avatar
Seigneur Noir des Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 27/09/2017

    Messages : 48

    Crédits galactiques : 636

    Cristaux Kyber : 2

    Avatar : .

    Crédits : sophia

  • Posté le Sam 24 Fév - 23:31

    Message n°6945 (5)

S’il y a bien une chose qu’il est stupide de faire, c’est tenter de mentir face au Seigneur Daleth. Si l’on ne peut voir son visage, lui, en revanche, sait sonder les expressions de ses pairs, analyser les émotions qui transpirent de l’aura de ses interlocuteurs, appréhender les inflexions de voix et surtout, lire les pensées d’autrui si cela s’avère nécessaire. Et, ici, nul besoin de télépathie pour ressentir dans chaque cellule de son être, que Raedan Typho, qui refuse d’être nommé par son véritable patronyme depuis la mort de sa femme, tente de mentir pour faire bonne figure. Et parce que la vérité que le Seigneur noir a fait éclater fait bien plus mal qu’il ne souhaite l’admettre. Si on ne peut voir le sourcil de Daleth se hausser, bien peu impressionné par la sècheresse apparente du vieux guerrier, il est aisé d’apercevoir ses doigts tapoter les bras de son siège glacé en un geste passablement agacé. « Mon cher Saevus, je suis la dernière personne à qui tu peux espérer mentir effrontément. », fait-il remarquer d’une voix néanmoins plus douce que ne laisserait présager son attitude.

La perte d’un être cher. La perte de l’être cher. Une chose tant de fois vécue par le Seigneur noir au cours de sa longue vie. Tout avait commencé là… Daleth expire un bref soupir, secouant doucement la tête. « Tu as la Force, tu es aimé et estimé par le peuple, tu avais ma confiance et mon amitié. Tu n’es pas seul, Saevus, tu n’es pas démuni. Mais je comprends ce que tu ressens… parce que je l’ai ressenti aussi, à de multiples reprises. » Un silence s’abat sur les deux Sith, et le Seigneur noir se penche un peu en avant, comme sur le ton de la confidence, son masque miroitant des lueurs rougeoyantes qui hantent la salle de leur ambiance bien particulière. « J’ai grandi parmi un peuple qui pourrait sembler bien primitif, sans contact avec le reste de la galaxie et dont la relation avec la Force est quelque peu particulière, au point qu’ils ne souhaitent pas vraiment ni la nommer ni en savoir plus sur ce dont il s’agit vraiment. Ceux qui y sont sensibles intègrent un groupe qui va dès lors apprendre à décrypter les visions que peut envoyer la Force, les interpréter mais jamais personne n’irait à l’encontre d’une vision prophétisée, même si elle annonce un grand cataclysme. Stupides ou trop pragmatiques, qui sait… » A l’entendre, on peut se douter que Daleth ne les porte guère dans son cœur.

« Un jour, une de ces visions a touché mon fils, mon premier enfant, un tout petit bébé… il était annoncé qu’il mourrait d’une maladie incurable, alors même que ce peuple compte de grands guérisseurs. Je me suis révolté, j’ai voulu me rebeller contre leur tradition, les convaincre de le guérir malgré tout, j’étais prêt à en payer le prix s’il le fallait. Le prix de ma propre vie pour sauver mon fils. » Ses serres se plantent dans la pierre du trône. Trois siècles se sont écoulés et pourtant… pourtant il ne peut oublier, tout est encore clair comme si c’était hier. « Ils ont refusé obstinément et mon garçon est mort après une agonie fiévreuse qui a duré deux jours. Après ça, ils m’ont banni. C’est là que j’ai plongé. C’est là que j’ai rencontré le Côté obscur. Parce que je n’avais plus rien. J’ai voulu me venger… et je me suis vengé. Mais ça ne m’a rien apporté, pas plus que l’amertume de ressasser ce qu’on ne peut faire renaitre. Rien ne saura jamais le ramener mais… j’ai fini par me promettre que plus jamais, une telle chose ne pourrait arriver autour de moi. J’ai eu d’autres enfants, que j’ai regardé vieillir et mourir, j’ai aimé et été aimé par des personnes bien différentes qui m’ont parfois fait du mal, et d’autres à qui j’ai fait du mal. Ce n’est pas égoïste d’aller de l’avant, c’est la vie qui est ainsi. Parfois une chienne, parfois un rayon de soleil. Tu ne pourras pas non plus ramener Labara, Saevus… mais même là où elle se trouve à présent, elle ne voudrait pas te causer autant de chagrin. »

Daleth se redresse alors, toise le Darth en silence avant de se reculer contre le dossier inconfortable de pierre. La sentence, à présent… La mort ou l’exil. Pas bien différent finalement, de ce peuple chez lequel le Seigneur noir avait grandi. Dans un soupir, il tourne sa paume droite vers le ciel, détend ses doigts serrés jusque-là à en lacérer sa peau devenue pâle avec les années, les décennies. Aussitôt, le sabre-laser de Saevus de décroche de sa ceinture et vole jusqu’à la main du Seigneur noir. « J’ai une mission pour toi, Lord Saevus. », prononce-t-il en refermant ses doigts sur la poignée métallique. « Dès le point final donné à la rébellion, tu quitteras le Conseil noir. En attendant, j’ai besoin d’un pouvoir fort et d’un Conseil soudé et compétent. Au sortir de cette pièce, tu prépareras quelque attention à l’encontre des proches de l’esclave qui a péri de ta main, rédigeras tes excuses officielles et présenteras ta démission une fois terminées les tâches importantes en cours. Ensuite… tu partiras de Maloran, tu vivras à la surface de Malachor. Tu seras ravitaillé en vivres et fournitures et tu ne pourras accéder à la cité qu’une fois par mois. Là-haut, tu auras une tâche très particulière… qui ne nécessitera pas cela. », conclut-il en désignant le sabre-laser. « L’arme du crime sera conservée avec soin. Voici ton erreur, et j’espère qu’en étant privé de ceci, tu réfléchiras à deux fois avant de priver quelqu’un de sa tête. »
avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/10/2017

    Messages : 311

    Crédits galactiques : 439

    Cristaux Kyber : 37

    Avatar : Julian Checkley

    Crédits : Sophia pour l'avatar

    Disponibilité rp : Libre comme l'air

    Inventaire : -1 sabre laser (lame cramoisie), confisqué
    -1 armure de combat
    -1 Chasseur biplace équipé de technologie furtive sith
    -Son Malraas de compagnie
    -1 lance-fléchettes (oui)
    -1 papillon messager
    -1 Motojet

  • Posté le Mar 27 Fév - 21:12

    Message n°7150 (6)

Darth Saevus déglutit, sa colère, la colère qu'il avait ressenti à l'évocation de Labara c'était transformé en la tristesse qu'il éprouvait tous les jours. Cette sensation de vide, ce manque... Au fond, Saevus ne s'en est jamais vraiment remis. Tous les jours, il pense à elle, il revoit son visage, ses longues boucles dorées descendre jusqu'au bas de son dos, ses yeux bleus étincelant le regardant avec insistance. Si il y avait un chose que Labara avait toujours gardée de magnifique, c'était ses yeux. Raedan se souvenait parfaitement de tous les détails de son corps, son parfum, le son de sa voix... Sa gentillesse. Elle avait toujours eu ce coté bienveillant en elle, même les derniers mots qu'il a entendu de sa part, ils étaient à son intention. Curieuse, intelligente, délicate... Tout ce dont un homme pouvait rêver, et Saevus avait put goûter au véritable bonheur, avant que les ténèbres ne le rattrape. Il soupira longuement, l'image de sa femme toujours plus claire dans son esprit. « Vous avez raison. Elle n'ai jamais vraiment sortie de ma tête. Tous les jours je pense à elle, tous les jours je vois son visage... » Il se tut un instant, laissant le silence s'installer dans la pièce. « L'avez vous connu ? » Demanda-t-il, comme si il ne voulait plus être le seul à souffrir de la perte de Labara.

Comme si lui aussi ressentait le besoin de parler, Daleth en vint à parler de lui. Saevus savait bien que c'était un honneur pour lui d'en apprendre plus sur le seigneur noir des sith. Alors comme ça, il avait eu un enfant, un enfant perdu. Il remarqua que les serres de son maître s'étaient resserrées sur son trône, le souvenir de son fils disparu était toujours douloureux dans son esprit. Saevus comprenait pourquoi le seigneur noir lui racontait son histoire. Il fallait qu'il aille de l'avant, faire son deuil une bonne fois pour toute. Mais ce n'était pas si facile, quand le souvenir de Labara était toujours aussi présent dans son esprit. Il avait essayé de se défaire de sa tristesse, mais elle ne s'évanouissait jamais. Dans ces rêves et cauchemars, elle était là, toujours. « Mon seigneur... Je suis honoré que vous m'aillez raconté tout cela... J'ignorais que vous aviez eu un fils. » Il fit une pause, il hésita à poser la question qu'il se posait. Finalement, il finit par se raviser. Il n'était pas en position de poser des questions. Il avait fait allusion à un fils, mais qu'était devenue la mère de ce fils ? Il se doutait de la réponse, mais il préférait ne pas s'avancer. « Le souvenir de Labara... Comme celui de votre fils... Il est toujours là... Quelque part. »

Quand la poignée de son sabre laser se détacha de sa ceinture pour voler entre les mains du seigneur noir, Saevus se sentit privé d'une partie de lui, séparé de tout ce qui faisait de lui ce qu'il était. Il respira profondément, comme pour s'habituer à un nouvel environnement, il ferma les yeux un instant. « Bien mon seigneur, je ferais selon vos désirs. » Il marqua une pause, puis reprit, d'un ton plus triste cependant. « Je... Je suis désolé de vous avoir déçu. Je pense que partir... A la surface, ne peut être que bénéfique. »
avatar
Seigneur Noir des Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 27/09/2017

    Messages : 48

    Crédits galactiques : 636

    Cristaux Kyber : 2

    Avatar : .

    Crédits : sophia

  • Posté le Sam 10 Mar - 13:27

    Message n°7687 (7)

Les morts aimés ne peuvent jamais vraiment disparaître de nos pensées, songe Daleth tandis que Saevus le confirme par sa confidence. L’âge ne permet pas d’oublier, au contraire, il intensifie les souvenirs les plus marquants, les bons comme les mauvais. Et ce n’est pas un mal, honorer les disparus est un devoir sacré pour de nombreux peuples. Ce qui est mal, c’est de s’oublier soi-même, de s’effacer au profit de ces souvenirs jusqu’à disparaître complètement, jusqu’à ne plus exister. La question du vieux guerrier arrache un bref sourire au Seigneur noir. Il pourrait paraître étrange de savoir que celui-ci s’est intéressé à chacun des Sith ayant vécu à Maloran et pourtant, à sa drôle de façon, Daleth le fait continuellement. Sans forcément toujours les rencontrer en personne, il sonde chacun des Lords qui animent cette cité. « Suffisamment pour comprendre ce que tu ressens. », souffle-t-il finalement. Oui, Labara avait été une personne très prometteuse. Et unique à sa façon : Sith, mais avant tout… humaine. Le Côté obscur n’était pas une fin pour elle, mais un outil pour accomplir son devoir, un devoir qui, elle l’avait compris, était de veiller sur Maloran et sur ceux qui l’entouraient.

Retrouvant le silence après avoir raconté une partie de ses propres origines, la remarque de Saevus lui arrache soudainement un petit rire. Ni triste, ni amusé, juste une vision qui lui vient à l’esprit. « Il a été le premier, mais pas le dernier. », rétorque-t-il. Des enfants, des amours, il en avait vécu d’autres. Des fins heureuses et malheureuses. A de nombreuses reprises. Telle était la vie. « Crois-tu que je suis né ainsi, avec ce masque, ce manteau et ces pouvoirs ? Avant toute chose, j’ai eu une existence simple, loin de toutes ces ambitions, ces projets… Pour vouloir construire un nouveau monde, il faut d’abord avoir vécu l’ancien. Bien avant Maloran, j’ai tenté de bâtir des choses qui ont été des échecs constructifs. Les échecs, les réussites, les peines et les bonheurs, tout cela contribue à nous construire. Se souvenir doit nous consolider. Pas nous détruire. » Et en l’envoyant à la surface, comme un ermite, loin de toute distraction, il espère bien que Saevus saura s’en rendre compte et retrouver cette humanité qu’il a voulu cacher à la mort de Labara, à cause d’un chagrin trop pesant.

Daleth penche doucement la tête sur le côté tout en observant du coin de l’œil la poignée du sabre-laser qui se tient à présent dans sa main. Oui, le Seigneur noir se sentait déçu. Mais au-delà de ça, il se considère comme une sorte de père pour tous ceux qui vivent à Maloran. Les esclaves, les citoyens, les Sith. Tous sont sous sa responsabilité et pouvoir faire profiter aux uns et aux autres les apports de ses expériences pour leur apporter l’aide dont ils peuvent avoir besoin est une avancée inestimable. Mais qui semble en intéresser trop peu. « Je l’espère aussi, Raedan Typho. J’espère que tu trouveras la paix. » Parce qu’il le mérite, après tout… après toutes ces années à servir l’Ordre, à servir Maloran. « La mission que je souhaite te confier est très importante. Malachor est une planète rongée par le Côté obscur qui l’a rendue stérile. Mais l’épicentre de ce pouvoir nécrosant est ici, dans cette pyramide. Nous n’avons jamais exploré en détail toute la planète et, de Maloran, il m’est difficile de détecter des formes de vie plus discrètes. Nous devons savoir si la vie s’est à nouveau développée de manière naturelle ici, avant mon arrivée. Car si c’est le cas, Saevus… cela voudra dire que c’est un miracle. » Cela voudra dire que la vie peut se développer en symbiose avec le Côté obscur, mettant enfin un terme à ces siècles de calomnie sur la face la plus sombre et la plus incomprise de la Force.

« Nous en discuterons plus tard, si tu le souhaites. Je suppose que tu as besoin d’un peu de temps pour toi. Tu es libre, Lord Saevus. », conclut le Seigneur noir en le laissant libre de partir s’il le souhaite, ou au contraire rester si l’envie de converser est plus forte.
avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/10/2017

    Messages : 311

    Crédits galactiques : 439

    Cristaux Kyber : 37

    Avatar : Julian Checkley

    Crédits : Sophia pour l'avatar

    Disponibilité rp : Libre comme l'air

    Inventaire : -1 sabre laser (lame cramoisie), confisqué
    -1 armure de combat
    -1 Chasseur biplace équipé de technologie furtive sith
    -Son Malraas de compagnie
    -1 lance-fléchettes (oui)
    -1 papillon messager
    -1 Motojet

  • Posté le Mar 27 Mar - 19:29

    Message n°8482 (8)

En soit, la question de Saevus était assez idiote, évidemment que Darth Daleth avait connu Labara, de près ou de loin, il l'avait forcément connu. Et la réponse du seigneur noir confirma ses pensées. Et lui aussi, il la connaissait assez pour comprendre la souffrance de Saevus. Souffrance qui ne l'avait jamais quitté au fil des années, jamais elle n'avait diminué, toujours elle était puissante. L'ancien darth sembla se perdre dans ses pensées un instant, se demandant si sa bien aimé pouvait la voir de là ou elle était, et si elle l'aimait toujours autant, même après ce qu'il était devenu. En tout cas, lui l'aimait toujours autant, même dans la mort. « J'espère que là où elle est, elle peut me voir, et j'espère... J'espère que je ne la déçoit pas... » Finit-il par dire en baissant ses yeux tristes et fatigués vers le sol.

Bien sur, au cours de sa longue vie, le seigneur noir des sith avait eu tout le temps d'avoir des enfants, des amours... Et alors, Saevus vint à penser que Daleth avait connu bien plus de deuil et de pertes que l'ancien darth. Et pourtant, lui avait réussi à se faire une raison, du moins c'est ce qu'il semblait montrer, alors pourquoi Saevus n'y arrivait-il pas ? Si d'autres personnes que lui ont put surmonter leurs pertes, pourquoi lui n'arrivait pas à effacer l'image de Labara de sa tête ? Il ne sut vraiment quoi répondre au seigneur noir des sith. Plus le temps passait, plus Saevus développait son respect pour Darth Daleth, sa sagesse, son calme. Il admirait réellement son maître, et ne le trahirait jamais, même avec ce bannissent, il était toujours aussi fidèle.

Saevus écouta attentivement les instructions du seigneur noir. Sa mission en serait pas facile, il le savait, mais il ferait tout ce qui est en son pouvoir pour la mener à bien. Et par delà cet objectif, Saevus comprit que cette mission avait aussi pour but de le faire réfléchir.

Raedan Typho... Le simple fait d'entendre ce nom percuta le lord en plein cœur. Cela faisait des années que personne ne l'avait appelé ainsi. « Je mènerai ma mission à bien... » Dit-il tentant de réprimer l'émotion que l'écoute de son nom avait déclenché chez lui. « Je l'espère aussi... » Dit-il finalement, trouver la paix... Une chose qu'il pourrait peut-être atteindre un jour.

Enfin, Saevus s'inclina devant Daleth, tourna les talons et quitta la pièce. Il se rendit dans sa chambre, s'assit sur son lit, et éclata en sanglots.
Contenu sponsorisé
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté

    Message n°0 (9)

[Page 1 sur 1]

Star Wars Ascension » Malachor V