Star Wars Ascension


Les escales du fun [Amanita Frey]

Star Wars Ascension » Au coeur de la Galaxie » La bordure extérieure

Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Sam 27 Jan - 16:59

    Message n°5604 (1)

Spatio-port de Kalevala - An 517 - Mois 7 - Semaine 6

En temps normal, un retour sur Kalevala était toujours une bonne expérience pour la jeune femme. Qui n’aimait pas rentrer au pays après tout ? La planète n’était peut-être pas celle qui l’avait vu naître, mais c’était certainement celle qui l’avait vu grandir, qui l’avait vu apprendre, qui l’avait vu devenir ce qu’elle était. Chez elle, en quelques sortes. Là où tout le monde parlait Mandalorien et où elle connaissait de nom le quart de ceux qu’elle croisait dans la rue. A l’exception de ce quartier, bien sûr.

Le spatio-port était trop grand, trop densément peuplé. Elle croisait bien, de temps à autre, une armure qu’elle reconnaissait, parfois plus abîmée que la dernière fois qu’elle l’avait vu. Mais c’était tout. La plupart des visages lui étaient inconnus. En temps normal, c’était presque rafraîchissant. Aujourd’hui, cela avait quelque chose de rageant. Elle avait presque envie de frapper quelqu’un, n’importe qui. Sera n’acceptait pas bien la défaite. Surtout quand ce n’était pas tout à fait « sa » défaite.

Cela faisait plusieurs jours maintenant qu’elle bossait pour un diplomate, d’une planète dont elle connaissait à peine le nom. Le boulot était simple : se tenir à côté de lui et avoir l’air intimidant. Le genre de travail pour lequel tous les Mando’ade était doué. Et puis, bien sûr, assurer sa protection si cela était nécessaire, mais le gros du travail revenait quand même à avoir l’air dure et prête à se battre. C’était un petit voyage, avec plusieurs escales, dont une sur sa chère planète. Cela aurait sans doute dû la réjouir.

C’était apparemment sur cette planète que quelqu’un avait décidé d’infiltrer le système informatique du vaisseau. Pour en tirer quoi ? Ça, Sera aurait été bien incapable de le savoir et ce n’était pas à elle qu’on confiait ce genre de détail. Au vu de la colère qui animait les traits de son patron la dernière fois qu’elle l’avait vu cela dit, ce devait être important. Elle avait préféré ne pas demander. Le dignitaire, d’ordinaire si calme et posé, avait vu complètement rouge, envoyant littéralement bouler une bonne partie du personnel. Y compris elle.

Je suis pas encore viré, il m’a juste dit de partir.

Tant que le contrat n’était pas explicitement terminé, elle pouvait encore espérer poursuivre sa mission. Mais elle savait que, dans ce genre de situation, il valait mieux attendre quelques heures, que la colère retombe. Ensuite elle irait le voir pour lui demander si les choses continuaient comme prévu, et s’il comptait payer pour les jours déjà travaillés. S’il refusait, elle n’aurait qu’à avoir l’air intimidante. Cela dit, ce serait quand même un beau contrat passé sous son nez, à cause de ce qui ressemblait beaucoup à une erreur informatique.

Pas mon rayon.

Du coup, elle était colère. Et elle avait envie de frapper tous ces gens qui se baladaient sans se soucier du beau contrat qui allait peut-être lui échapper sans raison. Jusqu’à ce que son regard n’avise une tête connue. Et une vraie tête ! Pas un de ces casques en T, non non. Une tête qu’elle connaissait. Et qu’elle n’avait pas vu depuis… quelques mois déjà. Pressant le pas, elle approcha. D’abord prudente, histoire de vérifier qu’elle ne se trompait pas. C’était bien elle. Qu’est-ce qu’elle pouvait bien faire ici ?

Une partie de sa colère envolée, la jeune femme concocta rapidement un plan. Bientôt, des pas lourds approchèrent dans le dos de sa cible. Jusqu’à ce qu’elle soit assez proche pour se faire entendre très distinctement. « Mademoiselle Frey. Vous allez devoir me suivre. » Et ce sur le ton le plus intimidant possible, renforcé par le mauvais vocodeur.

Sans lui laisser le temps de répondre, ou de tenter de s’enfuir, la déclaration est suivie d’un rire. Rauque, déformée par le vocodeur, jusqu’à ce que la voix reprenne d’un ton clairement plus détendu. « Je plaisante ! C’est Fyr, tu me remets ? » demandait-elle alors que l’intimidant Mandalo tournait autour d’Amanita, une main se portant déjà à son casque pour le retirer. Les gens avaient tendance à mieux se rappeler des visages que des casques, pourtant ces derniers étaient infiniment plus simples.
avatar
Nébuleuse Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 17/01/2018

    Messages : 267

    Crédits galactiques : 199

    Cristaux Kyber : 6

    Avatar : Ebba Zingmark

    Crédits : ebbazingmark.com, dear-indies@tumblr

    Disponibilité rp : Pas dispo (4/4 + event)

    Inventaire : - Pistolet Blaster
    - Système de camouflage
    - Droïde assistant
    - Navette légère

  • Posté le Lun 29 Jan - 20:46

    Message n°5731 (2)

Sa mission, annoncée pour être simple, lui avait donné du fil à retordre.

De loin, la navette du diplomate qu’elle visait n’avait rien de spécial : communications protégées à un niveau classique, pare-feu très basique et aucun anti-virus installé en complément de celui d’origine. Elle avait déjà en tête la liste des failles exploitables du système d’exploitation qu’on trouvait dans l’ordinateur de bord de ces appareils et faisait craquer les articulations de ses doigts, l’air de se préparer.
Depuis son moniteur de poche, Amanita n’eut aucun mal à se glisser, telle une ombre, dans le système. L’aisance avec laquelle elle avait effectué l’opération ne la mit pas en alerte, au contraire, elle s’était étonnée de l’efficacité de ses propres compétences. Son arrogance l’avait entraînée dans les dossiers, lui avait fait parcourir un bon nombre de fichiers avant qu’elle ne s’aperçoive de son erreur. Il y avait des défenses. Et la meilleure de toutes les défense se trouve être l’attaque.
Son coeur avait bondit lorsqu’elle l’avait réalisé. Un petit programme contre-attaquait et s’en prenait à elle, tâchant de récupérer des informations la concernant pour établir un rapport d’alerte au maître du vaisseau qu’elle avait investi. D’un geste vif, elle avait coupé complètement toute communication, détruisant de concert le passage qu’elle s’était frayé sur le système cible. Le mouchard sur son moniteur avait cessé d’émettre, faute de route vers son destinataire. Elle avait rapidement analysé les trames réseau émises par son propre appareil : rien n’avait semblé fuiter. Sa localisation et ses diverses identifications restaient secrètes, mais son intrusion aurait été notifiée par les défenses de l’ordinateur du vaisseau.
Cette erreur de sa part l’avait poussée à changer complètement sa stratégie, et cela rendit son intervention bien plus complexe que nécessaire ; tout cela, à cause d’une défense à peine dérangeante, qu’elle aurait pu éviter sans encombre si sa fierté n’avait pas oublié de surveiller ses arrières.

Alors qu’elle préparait une nouvelle stratégie en priant pour que personne ne consulte le journal de bord entre-temps, elle se remémora les paroles d’un des informateurs de la Nébuleuse Noire : « Si on se donne la peine de protéger, c'est qu'il y a quelque chose à cacher ». Le diplomate avait définitivement des petits secrets.
Sa nouvelle approche était, littéralement, une approche. Il lui fallait placer une puce de transfert de données sur la coque de l’engin. Sa nouvelle tactique n’incluait cependant pas, à son soulagement, qu’elle aille jusqu’à se poster aux commandes du vaisseau, d’autant plus que le bougre était sous surveillance : quelques gardes mandaloriens lourdement armés, dans leur armure typique, patrouillaient sur la plateforme d’atterrissage.

Elle profita de la relève du soir pour placer sa puce, comptant sur l’obscurité et le bruit ambiant pour se dissimuler. Fonctionnant sur un principe de relai au travers de points dispersés à travers la galaxie, son transfert avait très peu de chances d’être tracé et encore moi d’être utilisé pour qu’on remonte jusqu’à elle. Une fois les données en sa possession, elle lança la commande intimant à sa puce de se remettre à zéro. Le disque dur fut vidé, et les informations la concernant effacées. Elle était dorénavant inatteignable.

Amanita se fixa un nouvel objectif ; ficher le camp. Elle se traîna, l’air de rien, jusqu’aux quais d’où partaient les transports pour Coruscant. Tout était soi-disant complet jusqu’au surlendemain, car une éruption solaire dans le secteur de Hok, qui se trouvait sur le chemin, clouait la plupart des pilotes au sol, méfiants des effets que cela pourrait avoir sur leur hyperdrive. Lorsqu’elle insista, on lui proposa de lui faire faire un détour par Iego. Elle ravala sa remarque cinglante (ET POURQUOI ON PASSERAIT PAS PAR TATOOINE AUSSI TANT QU’ON Y EST !?). Autant attendre.

Elle flâna un moment dans le spatioport, peut-être dans l’espoir de tomber miraculeusement sur un pilote qui accepterait sa présence. Si les transports en commun avaient tendance à fermer boutique dès la moindre variation météorologique, les pilotes particuliers, eux, utilisaient ce genre d’aléas comme carburant à leur égo.
A plusieurs reprises, elle pensa s’occuper en décortiquant les données volées au dignitaire, mais il y avait trop de monde autour d’elle. Le moindre coup d’oeil déplacé vers ce qu’elle faisait et quelqu’un pouvait identifier un document, une photo, ou quoi que ce soit qu’elle avait pu récupérer. Elle repensa amèrement à la puce vide qu’elle avait laissée sur la coque du vaisseau, et surtout au prix que ces petits bijoux coûtaient. Et aucune chance de se le faire rembourser : son client serait déjà suffisamment furax en apprenant que sa première intrusion avait été détectée. A l’heure qu’il était, quelqu’un avait dû lire l’alerte et son méfait devait être connu.

Une voix rauque et métallisée coupa court à sa réflexion. Elle fit volte-face. Son nom ? Comment pouvait-on connaître son nom ? Son visage, pourquoi pas, après tout, on l'avait peut-être vue traîner près des lieux du crime. Mais son identité, qu'elle ne laissait absolument jamais traîner, qu'elle n'utilisait même pas de près ou de loin lors de ses intrusions informatiques ? Elle devait réagir, et très, très vite. L'armure d'où provenait le son n'était pas à un mètre d'elle.
Deux options : fuir ou coopérer en jouant l'innocente. Les yeux de la hackeuse fusèrent tout autour d'elle, à la recherche d'une issue. La foule pouvait s'avérer un atout précieux, mais si elle fuyait, on la rechercherait plus activement, et son départ de la planète était déjà suffisamment compliqué. Mais, si elle suivait le garde, elle aurait peut-être bien moins de chances de s'en sortir par la suite...

« Je plaisante ! C’est Fyr, tu me remets ? ». Fyr ? Si Amanita n'avait aucune idée de qui il pouvait bien s'agir, les deux premiers mots de sa phrase l'avaient empêché de pousser sur ses jambes pour donner la première impulsion de sa fuite.
Son interlocutrice dévoila son visage. Sera Fyr, mais bien sûr ! Le stress avait fait perdre tout bon sens à Amanita : qui d'autre connaissait-elle dans la galaxie pour porter une armure pareille ? Son soulagement lui arracha presque un sourire.

« Sera Fyr, » lança Amanita, « je dois admettre que c'est une bonne surprise. » Elle sentait l'adrénaline retomber petit à petit dans son organisme. « Je m'attendais à quelque chose de bien moins amical. »
Elle réalisa assez vite qu'elle venait de sous-entendre qu'elle était en mission. Ne souhaitant pas s'étendre sur le sujet, elle tenta de détourner l'attention de Sera en prenant les devants de la conversation.

« Donc... Qu'est-ce que tu viens faire dans le coin ? » Amanita, -4 en charisme, qui demande à une Mandalorienne venant du système de Mandalore ce qu'elle fait dans le système de Mandalore.


avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Mar 30 Jan - 13:04

    Message n°5774 (3)

Elle avait encore mieux réussi son effet que prévu. Cela n’aurait pas dû l’étonner : personne n’était vraiment prêt à se faire aborder par un Mandalorien en armure pour se faire emmener quelque part ainsi. Mais Sera n’avait pas l’habitude d’utiliser de ses talents d’intimidation. Ce n’était tout simplement pas son genre. Elle n’y pensait jamais. Ou alors, quand elle y pensait, c’était dans des situations comme celle-ci, pour faire une blague de mauvais goût à quelqu’un qu’elle connaissait à peine. Sera toute crachée, en somme.

Amanita avait eu l’air presque terrifiée. Et pendant quelques secondes, la Mandalorienne avait craint de la voir partir en courant. Il aurait été compliqué de la rattraper sans provoquer une altercation. Il y avait des gardes tout autour, des agents de sécurité qui n’auraient sans doute pas compris que tout ceci n’était qu’une simple plaisanterie. Ou qui n’auraient pas apprécié qu’on leur raconte ça. Heureusement, Sera avait eu le bon réflexe et retiré son casque assez vite pour permettre à la jeune femme de la reconnaître rapidement.

Mais si la hackeuse était rassurée, elle devait être encore un peu perturbée. Comme en témoignait sa question. Même si, pour une fois, Sera était là pour une mission et non en retour de mission, elle venait tout de même de lui demander ce qu’elle faisait sur la planète où elle habitait. Certes, habiter était un bien grand mot, mais tout de même. Sera éclata d’un grand rire, auquel il ne manquait qu’une virile tape dans le dos de la jeune femme. Par chance, elle s’abstient. Malgré tout, le rire n’était pas moqueur, il avait même la même étrange vertu communicative que le sourire de la Mando’ade.

« Tu sais que c’est là que je vis ? Mais pour une fois, je suis là en mission. Enfin… En pause de mission, en fait. » finit-elle après quelques hésitations.

Sans perdre le sourire – la présence d’Amanita lui avait presque fait oublier les déconvenues précédentes – elle tourna la tête à droite et à gauche, comme pour chercher quelqu’un.

« Et toi ? J’imagine que tu n’es pas là pour des vacances ? » Elle ne connaissait pas assez sur la hackeuse pour en être sûre – Amanita n’était pas toujours très communicative – mais elle ne voyait pas d’autre raison qu’une mission pour qu’elle vienne se perdre sur Kalevala. Ce n’était pas vraiment une planète perdue au fin fond de la galaxie, mais ce n’était pas un grand carrefour non plus.

« Tu es occupée ou je peux t’offrir un verre. J’ai un peu de temps devant moi ? Peut-être même beaucoup ! » s’amusa-t-elle avec un beau sourire, se tournant d’ors et déjà vers la sortie du spatio-port. Dans son esprit, elle réfléchissait déjà aux bars locaux où elle pourrait emmener l’infortunée hackeuse.

C’était bien la première fois qu’elle la croisait en dehors d’une mission, l’occasion idéale de tester à quel point elle était ronchon. Après tout, il fallait qu’elle fasse honneur à sa réputation.
avatar
Nébuleuse Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 17/01/2018

    Messages : 267

    Crédits galactiques : 199

    Cristaux Kyber : 6

    Avatar : Ebba Zingmark

    Crédits : ebbazingmark.com, dear-indies@tumblr

    Disponibilité rp : Pas dispo (4/4 + event)

    Inventaire : - Pistolet Blaster
    - Système de camouflage
    - Droïde assistant
    - Navette légère

  • Posté le Mar 6 Fév - 19:23

    Message n°6212 (4)

Amanita n’était pas du genre à être professionnelle jusqu’au bout des ongles. Bien sûr, elle remplissait ses missions au mieux, rendait une partie des acomptes qu’on lui versait préalablement à son travail si celui-ci échouait ; mais si on lui proposait, dès le lendemain, un job intéressant qui irait à l’encontre des intérêts de son précédent client, elle ne perdrait pas son temps à hésiter ou à se poser des questions d’éthique.
Malgré tout, elle restait quelqu’un de très discret. Même s’il lui arrivait souvent de fourrer son nez dans les données qu’elle récupérait pour ses employeurs, elle n’en divulguait absolument pas une goutte. De même, l’identité de ses clients était suffisamment confidentielle pour qu’elle n’en parle ni ne garde aucune trace les concernant.

Son expression se figea une seconde lorsque Sera fit allusion à sa présence sur la planète. La présence de la mandalorienne n'était pas pour la déranger, mais elles n’en étaient pas à un stade où la hackeuse lui confiait le moindre détail sur ses contrats.
Amanita se contenta de forcer un sourire, espérant qu’il serait suffisamment éloquent pour que Sera s’en contente. Heureusement, cette dernière embraya tout naturellement en lui proposant un verre.
Trop heureuse de cette opportunité de faire dévier la conversation, Amanita haussa les épaules en hochant la tête, sans prendre le temps de peser le pour et le contre. Sera était déjà sur le départ et la hackeuse lui emboîta le pas. Elle laissa planer un silence pendant quelques minutes, laissant sa guide la mener en-dehors du spatioport.

Du temps, elle en avait à revendre, et Sera était loin d’être de mauvaise compagnie : dans la théorie, c’était plutôt une bonne idée. Dans la pratique, boire un verre impliquait aussi de faire la conversation. Dans ce domaine, Amanita avait toujours la sensation d’être un funambule novice qu’on aurait poussé à avancer sur un câble recouvert de graisse, attaché au-dessus d’un filet troué. Tout ce qui pouvait sortir de sa bouche était potentielle matière à utiliser contre elle.
Elle observait distraitement les quelques bars devant lesquels les deux jeunes femmes passaient. Du point de vue d’une habituée des établissements de Coruscant, ils se ressemblaient tous : une petite surface, une musique dépassée, peu de clients. Mais du point de vue d’une enfant de Tatooine, ils avaient, comme ceux de sa planète d’origine, chacun une spécificité qui leur donnait du caractère et qui lui inspirait quelque curiosité.

« J’ai tout mon temps, » finit-elle par dire, si tard que la plupart des gens aurait déjà oublié qu’on attendait une réponse de sa part, voire même de quoi il était question au début de la conversation. « Je suis coincée sur ce– » elle hésita en se rappelant qu’il s’agissait du monde d’origine de son interlocutrice, « …monde, au moins jusqu’à demain. »

Caillou aurait été un mot nettement plus approprié, mais elle n’avait pas l’intention d’énerver la personne à l’origine de la seule bonne surprise de sa journée. Du moins, autant qu'elle le pourrait, car elle n'était pas certaine de ce qu'elle donnerait en présence de la Mandalorienne avec quelques verres dans le nez.


avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Mer 7 Fév - 19:03

    Message n°6248 (5)

Sera ne s’était jamais considéré comme une meneuse mais il lui fallait parfois admettre qu’elle avait la sensation d’en avoir les capacités. Elle n’avait en général pas grand-chose à dire ou à faire pour amener des gens à la suivre, et c’était d’autant plus facile quand il s’agissait d’aller boire un verre. C’est pourquoi, en l’absence de réponse négative immédiate, elle ne chercha même pas à s’assurer qu’Amanita la suivait pour se diriger vers la sortie du spatio-port. Ces endroits étaient souvent ceux où l’on avait le plus de temps à perdre, attendant un vaisseau pour aller là où on le désirait. La Mando’ade supposait donc que sa collègue aurait un peu de temps devant elle.

Dans son esprit, elle réfléchissait déjà à l’endroit où elle allait l’emmener. Sera connaissait plutôt bien la ville, même si cela faisait bien longtemps qu’elle n’y avait pas passé plus de quelques jours. Et elle connaissait encore mieux ses bars. En soi, ils étaient tous sympas, mais l’ambiance pouvait être très différente. Aucun n’était vraiment du genre de ceux de Coruscant, le coin était plus rustique et moins mondain. Plus Mando, aussi, pour certains. Elle choisit cependant assez vite d’éloigner les plus animés. La jeune hackeuse n’avait pas l’air de ce genre-là.
Après une brève hésitation à la sortie, elle se retourna vers Amanita pour lui sourire de toutes ses dents. Elle avait choisi leur destination. Sans attendre, elle désigna une direction et commença à s’y diriger.

Ce n’est qu’après cela, et encore après quelques pas, qu’elle entendit finalement la jeune femme s’adresser à elle de nouveau. Sera avait presque oublié quelle était la dernière question qu’elle lui avait posée, mais ce n’était pas si important. Elle comprenait ce qu’elle voulait dire. La Mandalorienne eut un rire amusé en percevant l’hésitation de sa collègue. Amanita avait bien tenté de le cacher mais il n’était guère étonnant qu’elle perçoive ce coin comme éloigné de tout, comparé à Coruscant. Même si la planète était en réalité plutôt importante dans l’espace mandalorien.

« Ah ! Tu peux dire trou paumé, si tu veux. Je ne t’en voudrais pas, mais c’est bien parce que tu vis dans cet enfer de planète-ville. » Et de sourire derechef, s’arrêtant d’un coup devant une petite enseigne. Si petite qu’il aurait été facile de la manquer, surtout comparé aux grandes cantinas qu’elles apercevaient depuis qu’elles étaient sorties du spatio-port.

Sera s’avança la première à l’intérieur, la porte était de métal et à l’ancienne, aussi la Mando’ade la maintint-elle ouverte pour son amie. A l’intérieur, un petit bar où était accoudé un homme à la longue chevelure grise. Quelques tabourets, et une série de petites tables, pas plus d’une poignée. Il n’y avait que deux clients, dont l’un en armure complète, attablé et attendant quelque chose. Le barman se retourna vers elles à leur arrivée, un grand sourire illuminant ses lèvres, ainsi que la cicatrice qui en partait pour remonter jusqu’à son œil droit, blanc.

« Sera ! » Elle s’approcha pour une accolade amicale, échangeant quelques mots en Mandalorien avant de présenter Amanita à leur hôte. Il leur désigna les tables, leur indiquant de choisir celle qui leur plaisait.

La guerrière ne se fit pas prier et s’avança au fond de la salle, tirant une chaise à elle et une autre pour Amanita avant de se laisser tomber lourdement sur la sienne. « Ah… Tiens, qu’est-ce qui te tente ? » demanda-t-elle en lui tendant une carte holographique. Les noms étaient d’abord donnés en Mando’a, puis s’affichait en basic. La carte était étonnamment longue et diversifiée pour la taille de l’établissement.

Ce n’est qu’une fois assise que Sera remarqua la petite musique d’ambiance qui retentissait dans la salle. Lente et calme, elle n’aurait su dire si elle était Mando’ade ou d’ailleurs, regrettant qu’Echoy ne soit pas là pour l’éclairer de ses connaissances.
avatar
Nébuleuse Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 17/01/2018

    Messages : 267

    Crédits galactiques : 199

    Cristaux Kyber : 6

    Avatar : Ebba Zingmark

    Crédits : ebbazingmark.com, dear-indies@tumblr

    Disponibilité rp : Pas dispo (4/4 + event)

    Inventaire : - Pistolet Blaster
    - Système de camouflage
    - Droïde assistant
    - Navette légère

  • Posté le Sam 3 Mar - 19:25

    Message n°7376 (6)

Amanita se laissa entraîner au travers des rues. C’était presque agréable de lâcher prise, d’oublier ce besoin de tout vouloir contrôler, et de suivre la Mandalorienne sans vraiment y réfléchir.
Pas chauvine pour un sou, elle se sentit à peine concernée quand Sera qualifia Coruscant d’enfer, mais laissa tout de même échapper une brève expiration amusée.

« Dans mon secteur, le côté planète-ville est plutôt nécessaire pour que je trouve du boulot, » commenta-t-elle, amusée.

Et pourtant son client avait eu l’absurdité de l’envoyer accomplir sa mission ici, la poussant à prendre des risques inutiles qu’elle n’aurait certainement même pas envisagés sur Coruscant. L’échec de sa première intrusion, remarquée ici comme un Bantha dans une petite échoppe, serait passée si inaperçue sur la planète capitale… Amanita était persuadée qu’on aurait pris le système de sécurité pour un programme hypersensible qui s’était excité à la moindre publicité un peu intrusive. Mais ici, ce n’était pas pareil : il n’y avait pas des dizaines de publicités qui essayaient d’entrer sur les machines à chaque impulsion d’horloge du processeur. Il n’y avait qu’elle, et on s’en était vite rendu compte.
Bien sûr, maintenant, elle avait les données, mais elle restait peu rassurée. Elle jetait de temps en temps des coups d’oeil en arrière, s’assurant qu’elle n’était pas suivie. Peut-être que la présence de l’armure vivante à ses côtés freinait l’enquête, ou peut-être n’y en avait-il même pas.

Sera finit par jeter son dévolu sur le bar qui était probablement, en terme d’enseigne, le plus discret de la ville. Amanita hocha la tête plus pour elle-même que pour son acolyte, appréciant le choix que cette dernière avait fait.
Aussitôt qu’elles furent entrées, Sera eut l’air dans son élément. Très vraisemblablement habituée, elle salua chaleureusement le propriétaire de l’établissement tandis qu’Amanita se contenta d’un hochement de tête poli.
Elles prirent finalement place et la hackeuse s’empara de la carte. Elle resta indécise un long moment, n’étant pas familière avec tous les noms qui défilaient sous ses yeux. Son coeur finit par pencher pour une boisson dont le nom paraissait complètement exotique pour elle, et qu’en réalité elle n’aurait pas su prononcer, d’autant qu’elle n’avait pas envie de se ridiculiser. Hébétée, elle tendit la carte à Sera.

« Je vais prendre un… N… Net… Bref. Ca. »

Elle pointa de l’index la ligne indiquant « Ne'tra gal », qui était référencée comme de la bière mandalo. Elle était curieuse de savoir en quoi le goût différait d’une Fozbeer classique, mais se rappelait parallèlement d’un souvenir pas très glorieux concernant la bière Jawa qu'on trouvait sur Tatooine…

« Est-ce que c’est un bon choix ? J’ai déjà eu de mauvaises expériences avec les bières locales. »


avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Lun 5 Mar - 12:55

    Message n°7474 (7)

Sera s’empêcha de rire trop fort. Elle ne doutait pas un instant que la jeune femme trouvait plus de boulot sur une planète comme Coruscant que sur une planète comme Kalevala mais les hackers avaient du boulot partout tant qu’il y avait de la technologie. Et il y en avait même dans les fermes les plus isolées de la Galaxie, ou presque. Cela dit, il y avait sans doute moins de client susceptibles de payer pour le hackage d’un humidificateur, mais qui sait. D’ailleurs, c’était à se demander si ça valait bien le coup d’effectuer un trajet jusqu’ici. Amanita ne risquait-elle pas de perdre des clients potentiels, qui tenteraient de la contacter pendant son absence ? Ce qui voulait dire que sa mission ici devait lui rapporter un petit pactole.

La Mando’ade n’était pas du genre à fouiller dans les affaires de ses collègues, encore moins de ses amis, alors elle cessa rapidement d’y penser. Plutôt, elle commençait à réfléchir à ce qu’elle allait faire si son contrat s’arrêtait bien ici. Ce serait une première pour elle, de se faire licencier ainsi sans aucune raison autre que le client était en colère. Elle doutait que cela arrive vraiment, mais l’irascible homme d’affaire en était peut-être capable.
Tant pis pour lui.

Ses grands yeux noisettes revinrent à Amanita une fois que la hackeuse eut l’air d’avoir choisi. Le choix n’étonna guère Sera. Il fallait bien profiter de sa présence sur une planète Mandalorienne pour profiter d’une vraie Ne’tra gal. Elle se fendit d’un grand sourire.

« Excellent choix ! Il n’y a pas meilleure bière. » Même sincère, il était difficile de ne pas deviner que la Mando’ade avait goûté à cette bière très tôt, c’était sans doute la Ne’tra gal qui avait défini son appréciation de tous les autres breuvages de la galaxie. Elle n’était donc pas vraiment objective. « Tu vas voir, c’est doux mais épicé. Une bière noire. » Déjà, la Mando’ade levait le bras pour commander.

Le barman répondit d’un signe équivalent, et Sera se laissa retomber un peu dans son siège. Elle soupirait de soulagement, étirant lentement ses membres, à la manière d’un chat. Mais d’un chat qui portait une armure intégrale. La Mando’ade n’avait défait que son casque, posé devant elle sur la table. Pour un guerrier de cette culture, l’armure était une seconde peau, il n’était donc pas étonnant qu’elle ne la quitte pas, mais cela rendait la vision de ses étirements un peu étrange.

« Alors » reprit-elle d’un ton joyeux. « Tu es bloquée ici jusqu’à demain ? Mission accomplie ou tu as encore quelque chose à faire ? » Encore une fois, la curiosité n’avait rien à voir avec un besoin de savoir ce qui amenait Amanita ici. En fait, il semblait évident qu’elle se demandait si elle pourrait lui offrir plus de verres que ça. « Tu dors au spatio-port ? » enchaîna-t-elle, naturellement.
avatar
Nébuleuse Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 17/01/2018

    Messages : 267

    Crédits galactiques : 199

    Cristaux Kyber : 6

    Avatar : Ebba Zingmark

    Crédits : ebbazingmark.com, dear-indies@tumblr

    Disponibilité rp : Pas dispo (4/4 + event)

    Inventaire : - Pistolet Blaster
    - Système de camouflage
    - Droïde assistant
    - Navette légère

  • Posté le Lun 5 Mar - 22:09

    Message n°7504 (8)

A partir du moment où Sera avait validé son choix, Amanita laissa tout le reste entre les mains encore gantées de la Mandalorienne. Elle ne souhaitait pas se ridiculiser une nouvelle fois, à essayer de prononcer le nom de cette fichue boisson. Et puis, elle était nettement moins compétente pour tout ce qui relevait du social, et malgré les nombreuses années qu’elle avait pu passer accoudée à une table de bar, elle n’était toujours pas à l’aise avec l’étape où il fallait adresser la parole aux serveurs ou au barman.

La jeune femme se surprit à marquer distraitement les temps de la musique que diffusaient des hauts-parleurs disséminés aux quatre coins de la salle, tortillant sa cheville. L’ambiance du bar lui plaisait, et elle finit par se demander si Sera l’avait cernée à ce point, ou si elles partageaient simplement leurs critères dans ce domaine.

Amanita tourna quelques fois sa langue dans sa bouche, cherchant désespérément quelque chose à dire. Tout ce qui pouvait lui venir à l’esprit n’était pas vraiment digne d’intérêt. Ce n’est finalement pas elle, à son grand soulagement, qui engagea la conversation.

« Ce n’était pas de tout repos, mais ouais, mission accomplie, » annonça-t-elle, presque avec fierté. Elle réfléchit un instant. « Je donne vraiment l’impression de quelqu’un qui irait se saoûler avant d’avoir fini proprement son travail ? »

Elle ne parvint pas très longtemps à rester sérieuse et laissa naître un sourire en coin sur ses lèvres.

« Je suppose que je vais zoner au spatio-port jusqu’à demain, en effet. Vu la foule qui s’y bouscule je suis quasi sûre d’y trouver une chambre. Enfin, ça c’est si je m’endors pas sur la table ici. »

Le barman vint déposer leur commande sur la table et Amanita se tut directement. Elle observa d’un air absent l’homme faire son travail, puis se rua sur son verre une fois qu’il eut le dos tourné, trop impatiente.
L’étrange combinaison du malt et des épices lui parut d’abord trop fort. A la seconde gorgée, elle s’en accomoda un peu plus, et à la troisième, elle commença à en apprécier le goût. La hackeuse était plutôt habituée à des boissons plus amères, mais les épices y ajoutaient une saveur particulière qui rendait le tout assez intéressant. La boisson fraîche coulait dans sa gorge pour mieux venir la réchauffer par la suite.
Elle réalisa qu’elle n’était pas dans le bar depuis vingt minutes qu’elle buvait déjà comme un trou et choisit de reposer doucement la pinte devant elle.

« Votre bière est pas si mal. Ça fait une paie que je n’ai pas mis les pieds dans un bar. Du moins sans que ce soit dans un but professionnel… »

Elle avait en effet pris l’habitude de toujours donner rendez-vous à ses clients dans les bars autour du spatio-port de Coruscant. Sauf pour les rares fois où c’était son client lui-même qui imposait un lieu de rencontre, ce qui était le cas en général pour les clients les plus puissants, riches, ou les deux. Et ça avait été le cas pour la préparation de cette mission. Elle n’avait rencontré qu’un intermédiaire, mais on lui avait bien fait comprendre l’importance de son commanditaire - ou peut-être que tout ça n’avait été qu’une mise en scène pour paraître intimidant ? Quoi qu’il en soit, Amanita n’en avait pas grand chose à faire. Tant qu’elle pouvait encaisser son dû après sa tâche.
Elle balaya ces pensées professionnelles d’un revers de main.

« Bon, et de ton côté alors ? A en juger ton accoutrement je suppose que l’intimidation est toujours un de tes passe-temps favoris ? »

Amanita désigna d’un léger mouvement de menton le casque posé devant elle. Elle avait du mal à ne pas se remémorer la première fois qu'elle était tombée nez-à-nez avec l'imposante armure et le silence dont elle avait fait preuve ce jour-là, écrasée par la trouille que lui fichait alors la Mandalo.


avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Mar 6 Mar - 17:42

    Message n°7529 (9)

Pendant une seconde, Sera crut sincèrement qu’elle avait vexé la jeune femme en suggérant qu’elle puisse venir boire avant d’avoir terminé un travail. Elle ne connaissait pas Amanita si bien que ça, ne l’ayant croisée qu’à quelques reprises. En fait, elle avait plus entendu parler d’elle qu’elle ne l’avait entendu parler, ce qui confirmait certains points de sa réputation. De fait, même si la hackeuse s’était montrée plus qu’aimable depuis qu’elle s’était croisé au spatio-port, la Mando’ade envisagea sérieusement d’avoir dit une bêtise. Jusqu’à ce qu’elle voit le sourire se dessiner sur ses lèvres, bien entendu.

L’air soucieux de la guerrière disparut instantanément, remplacé par un autre sourire, alors que la conversation reprenait un cours plus normal.

« Oh oui, il y a de quoi se loger un peu partout en ville et particulièrement autour du spatio-port. Et les tarifs ne sont pas ceux de Coruscant. » argua-t-elle en connaissance de cause. Elle ne passait pas beaucoup de temps sur la planète-capitale, pas depuis longtemps, mais elle se souvenait encore du prix des hôtels qui avaient eu la bonne idée de s’installer autour des divers spatio-port. Et il y avait beaucoup de spatio-port sur la planète-ville.

« Si tu étais resté plus longtemps dans le coin, je t’aurais proposé gîte et couvert chez mes vieux. C’est plus loin, mais moins cher. » continua-t-elle, haussant les épaules. La vielle ferme était en dehors de la ville, mais cela ne prenait qu’une demi-heure pour couvrir la distance. Si l’on avait le véhicule approprié, bien sûr.

Le barman les rejoint à ce moment-là et, pendant qu’il remplissait les verres du liquide sombre qu’était la bière Mandalo, il se tourna naturellement vers Sera. L’homme posa une question en Mandalorien, et la jeune femme répondit dans la même langue. Il demandait simplement comment allait ses parents puisqu’il venait de l’entendre en parler. Ils conversèrent quelques temps, mais la guerrière retourna vite son attention vers son invitée, ne voulant pas qu’elle se sente exclue.

Apparemment, la jeune femme appréciait la bière Mando’ade. Ou alors, elle n’avait pas bu depuis un certain temps. Sera suivit la descente avec un mélange de curiosité et d’amusement, attendant de la voir reposer sa pinte pour pouffer de rire.

« Eh bien ! Il ne faut pas mélanger plaisir et travail comme ça » s’amusa-t-elle, bien consciente qu’elle faisait souvent la même chose. Dans leurs milieux respectifs, il était plus que courant que les rencontres devaient se faire dans des lieux discrets et faciles d’accès. Autant dire que les bars faisaient partie des coins privilégiés. Pour Sera, il fallait juste pouvoir y entrer en armure. Un problème qui ne se posait jamais sur les planètes du système Mandalorien, cela dit. « Et heureusement qu’elle est bien notre bière ! C’est la Ne’tra gal, enfin ! » Elle rit un peu plus fort, sans se soucier du bruit pour le bar, il n’y avait personne ou presque de toute façon.

La remarque d’Amanita lui fit hausser un sourcil surpris. Son regard suivit le mouvement de la jeune femme pour tomber sur son casque, mais elle ne semblait pas comprendre l’allusion. Pour elle, l’armure était une seconde peau et un outil de travail indispensable, elle ne l’avait jamais envisagé comme un moyen d’intimider les gens. Ou, quand elle le faisait ainsi, c’était une part de son travail, mais jamais un objectif en soi.

« Mais pas du tout »
se défendit-elle, tapotant doucement sur le heaume. « Je fais de la Protection moi, pas de l’intimidation » Elle souriait de toutes ses dents, parfaitement consciente qu’Amanita connaissait l’étendue de ses activités, et de ses talents. « Malheureusement, je protège des trucs physiques moi, l’informatique c’est plutôt ton rayon. »

Elle fit une moue dépitée, repensant à son client du moment et à sa colère noire.
avatar
Nébuleuse Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 17/01/2018

    Messages : 267

    Crédits galactiques : 199

    Cristaux Kyber : 6

    Avatar : Ebba Zingmark

    Crédits : ebbazingmark.com, dear-indies@tumblr

    Disponibilité rp : Pas dispo (4/4 + event)

    Inventaire : - Pistolet Blaster
    - Système de camouflage
    - Droïde assistant
    - Navette légère

  • Posté le Jeu 8 Mar - 13:53

    Message n°7622 (10)

La protection des uns se fait forcément par l’intimidation des autres, pensa Amanita lorsque la mercenaire réagit à sa remarque. C’était même probablement le but premier de toute personne cherchant à assurer sa protection, afin de montrer aux autres ce qui risquerait de leur tomber dessus s’ils tentaient une agression. Et quand ce qui risque de vous tomber dessus, c’est Sera en armure complète, il vaut mieux revenir un autre jour.

Cependant, à l’heure actuelle, son capital intimidation semblait s’engager sur une légère pente. Elle affichait une expression contrariée qu’Amanita ne lui avait encore jamais vue, ce qui la faisait presque ressembler à une humaine banale — presque, car elle arborait toujours son armure qui lui taillait des épaules d’armoire à glace.
Pas besoin d’être spécialiste ou d’avoir des capacités poussées d’analyse de gestuelle pour comprendre que quelque chose la tracassait. Et d’après l’amertume de son dernier commentaire, Amanita se doutait qu’il s’agissait d’un souci d’ordre technologique.

La hackeuse ne dit rien pendant un instant. Depuis la seconde où elle avait exprimé un certain goût pour l’informatique, tout un tas d’abrutis avait défilé devant elle, espérant qu’elle leur rende service. Parfois les requêtes étaient formulées par des gens qu’elle haïssait cordialement et qui en étaient bien informés, d’autres venaient lui demander des faveurs complètement éloignées de son domaine. Dans tous les cas, les gens s’étaient attendus à ce qu’elle les aide, gratuitement, par bonté d’âme. Inutile de préciser qu’ils furent tous mal reçus et déçus. Les seuls qui ne se faisaient pas renvoyer sauvagement étaient ceux qui étaient prêts à payer la bonne somme.
Maintenant, Sera faisait allusion à ses problèmes avec l’informatique et Amanita n’avait pas l’intention d’envoyer balader la Mandalo, qui de son point de vue restait somme toute bien intimidante. Mais elle n’était pas non plus suffisamment ivre pour lui proposer son aide.

« Ça a beau être mon truc, je fais pas vraiment dans la protection… »

Elle noya la fin de sa phrase dans la fin de son verre. C’est d’ailleurs ce qu’elle tentait de faire avec l’entière conversation, pas très certaine d’où tout cela allait la mener.
Elle regarda distraitement le casque de Sera, posé à ses côtés. C’était la première fois, depuis qu’elle avait rencontré la Mandalorienne, qu’elle considérait cet objet en tant que quelque chose d’unique. Bien sûr, il était probablement produit en série quelque part dans le système, mais celui-là, précisément, était celui de Sera. Elle chercha le moindre détail, la moindre égratignure qui l’identifiait. Elle se fit la remarque qu’en plus, ce serait super utile de pouvoir le reconnaître s’il reprenait l’envie à sa propriétaire de lui faire une blague. A la fin de sa longue étude, Amanita avait retenu une chose : tous les casques mandalo se ressemblent.


avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Jeu 8 Mar - 19:20

    Message n°7636 (11)

Sera fut un peu surprise du léger changement d’attitude de la jeune femme face à elle. Ce n’était pas si directe que ça, mais elle vit bien qu’Amanita s’était mise un peu sur la défensive à l’instant où elle avait mentionné l’informatique. Est-ce que c’était parce que la Mando’ade parlait sans doute sans savoir et de quelque chose qu’elle ne comprenait pas bien ? Sans doute un peu, mais c’était tout de même surprenant pour elle de la voir esquiver ainsi. Jusqu’à ce que la jeune femme réponde, explicitant qu’elle n’était pas du genre à faire dans la protection quand il s’agissait d’informatique. Sera interpréta immédiatement sa réaction comme celle de quelqu’un qui craignait qu’on lui demande un service.

Cela ne lui était pas venu à l’idée. Déjà parce que ce n’était pas son boulot. Si son boss voulait engager un hacker, c’était à lui de le dire et elle pourrait éventuellement lui proposer quelques noms. Ensuite, parce que le boss en question s’était comporté comme un imbécile avec elle. La guerrière n’avait donc aucune raison de faire le moindre effort. En fait, elle partit d’un grand rire amusé, levant sa bière à nouveau.

« Tu m’étonnes. Je pense tout de même que mon boss aurait bénéficié de la connaissance d’une pro, mais tu sais quoi ? C’est son problème. » Elle ponctua cette conclusion en frappant légèrement de sa chope sur la table, son sourire encore un peu plus grand. Pas question de laisser son abruti de patron gâcher ses retrouvailles avec une gentille collègue.

Il était donc temps, logiquement, de passer à autre chose. La jeune femme n’était pas si douée que ça pour faire la conversation, quand il ne s’agissait pas de se raconter les dernières du front ou de causer boisson justement. Et encore. Cependant, elle avait un don pour repérer les intérêts des gens – ou c’est ce qu’elle aimait se dire. Depuis quelques temps maintenant, le regard d’Amanita revenait de plus en plus souvent sur le casque posé sur la table. Un regard qu’elle ne pouvait pas manquer de remarquer.

« Ouais je sais. Il est un peu cabossé. » expliqua-t-elle, tapotant avec affection sur le sommet du heaume. « C’est le vieux casque de ma mère, que j’ai un peu retapé avec des morceaux du mien, et repeint ensuite. »

Il n’était pas rare au sein des clans Mando’ade de voir un recyclage pareil, le gaspillage n’était guère apprécié. Et clairement, le casque en avait vu de belles. Cabossé par endroit, rayé à d’autre, il démontrait le poids des années, un hommage aux aventures vécues.

« Tu veux l’essayer ? » finit-elle par demander. C’était le genre de question qui passait par la tête de beaucoup, même si peu osaient la prononcer à voix haute. En général, cela se soldait par un regard noir, et un non définitif pour ceux qui ne comprenaient pas la première fois, mais Amanita était une amie – ou Sera la voyait ainsi – alors elle pouvait faire une exception.
avatar
Nébuleuse Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 17/01/2018

    Messages : 267

    Crédits galactiques : 199

    Cristaux Kyber : 6

    Avatar : Ebba Zingmark

    Crédits : ebbazingmark.com, dear-indies@tumblr

    Disponibilité rp : Pas dispo (4/4 + event)

    Inventaire : - Pistolet Blaster
    - Système de camouflage
    - Droïde assistant
    - Navette légère

  • Posté le Lun 12 Mar - 19:20

    Message n°7800 (12)

La hackeuse se détendit un peu en comprenant que le souci était plus celui de son employeur que celui de Sera. Cette dernière semblait remontée contre lui, mais à un degré qu’Amanita n’arrivait pas à définir.
Quoi qu’il en soit, la frustration issue d’un contrat qui tourne au vinaigre, ça, elle comprenait. Lors de ses premiers mois sur Coruscant, elle avait été entraînée dans une affaire qui l’avait dépassée, au cours de laquelle son client, une sorte de riche diplomate à la retraite, l’avait employée pour détourner l’argent d’un de ses anciens collègues. Ce dernier avait riposté, et les crédits des deux comptes concernés avaient fluctué pendant plus de trois semaines avant qu’Amanita ne lui fasse faux bond, fatiguée de cette stupide petite cyberguerre. Le client l’avait alors tenue pour responsable et n’avait pas hésité à lui envoyer de nombreux messagers pas toujours très aimables. La jeune humaine frissonna en repensant à cette époque qui l'avait rendue encore plus paranoïaque qu'elle ne l’était déjà.

La Mandalorienne lui proposa d'essayer son casque. Amanita eut un léger moment de flottement, incertaine quant à la nature de la proposition. Était-ce plutôt une blague, ou un honneur ? Elle n'était pas très renseignée sur la culture mandalo mais elle se doutait que l'armure et a fortiori, le casque, était quelque chose de plutôt important ; et si elle avait tort, et que les armures mandalo n'étaient qu'un produit "local" comme un autre, c'était au moins quelque chose qui semblait important aux yeux de Sera.
D'un autre côté, il était vrai que la conception même des armures mandaloriennes intriguait le reste de la Galaxie, et Amanita ne faisait pas exception. Cette dernière n'y connaissait même absolument rien, ne s'étant jamais vraiment intéressée au sujet.
Elle se demandait maintenant si Sera voyait réellement le monde en forme de T, ou si le casque était équipé d'un système d'écran pour voir plus largement. Le cas échéant, était-ce possible de pirater un casque ? L'armure complète ? Cette idée ouvrit la porte à une multitude de pensées hilarantes qui lui arrachèrent un sourire peu innocent.

« Tu me laisserais essayer, vraiment ? » Demanda-t-elle pour en avoir le cœur net. « C'est pas un truc sacré ? »

Après tout, il n'y avait pas vraiment de risque qu'elle essaye de s'enfuir avec. Et elle n'en avait pas tout à fait l'envie, non plus. Mais la hackeuse ne put s'empêcher de s'imaginer, déambulant à l'aveuglette dans les rues de la ville avec ça sur la tête, incapable de voir où elle allait, avec Sera lui courant après, le visage découvert mais le reste de l'armure sur les épaules. Oui, ça pouvait être assez fun, mais la Mandalorienne avait la chance d'être assise face à une parfaite flemmarde, qui d'autre part n'irait pas prendre le risque de l'énerver, d'autant plus qu'elle semblait plutôt tendue à cause de son travail.
Amanita acquiesça finalement, hésitante et n'osant pas se saisir elle-même du casque, de peur de faire une bêtise. Certes, il en avait vu d'autres - et ça se voyait -, mais elle ne voulait pas en rajouter avec sa maladresse.


avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Mar 13 Mar - 20:08

    Message n°7845 (13)

Sera n’était que peu surprise de l’hésitation visible chez Amanita. Peu de gens connaissaient exactement toutes les traditions Mando’ade, il fallait être Mando pour ça. Et les Mandaloriens eux-mêmes n’étaient pas pressés de faire connaître leurs méthodes à tout le monde. Si bien qu’il subsistait encore de nombreux mythes et légendes au sujet de leurs coutumes. L’importance de l’armure était tantôt surestimée, tantôt complètement sous-évaluée. Apparemment, la hackeuse avait surtout entendue parler de la première catégorie.

Sera se fendit d’un grand et beau sourire, attrapant son casque d’une main pour le faire valser d’une paume à l’autre, tel un ballon quelconque.

« Sacré ? Peut-être pas. » Elle pouffa de rire. « L’armure est importante chez nous. C’est ce qui définit notre identité de Mando’ade. Quel que soit ton espèce, ton genre ou ta gueule, quand tu portes ça… » Elle posa de nouveau le casque, tournant l’iconique visière en T vers Amanita. « Tu es Mando’ade. »

Comprenant que ce n’était pas ce qu’il fallait pour rassurer son amie, elle ajouta d’un ton plus léger. « Cela dit, ça veut pas dire que les gens ici vont te poignarder s’il te voit tester un casque. Surtout si c’est moi qui te l’ai proposé. On est pas des bêtes. » Et son sourire de s’agrandir encore un peu plus, alors qu’elle se renfonçait dans son siège.

Elle attendait de s’assurer qu’Amanita était réellement rassurée. La jeune femme finit par acquiescer, à la joie de la Mando’ade qui se redressa d’un petit bon sur son siège. Elle se saisit elle-même du casque et en dirigea l’ouverture vers Amanita, l’invitant d’un geste à se pencher un peu sur la table.

Elles n’avaient pas exactement la même morphologie, mais le casque glissa bien au-dessus de sa tête, jusqu’à reposer au sommet de son crâne. L’intérieur sentait étonnamment frais, aéré qu’il était comme le reste de l’armure. En revanche, il était plus lourd qu’il n’en avait l’air, et Amanita put le sentir dès que les mains de la Mando’ade relâchèrent la pièce d’armure.

Une seconde plus tard, un écran de visualisation apparut devant les yeux de la jeune femme. Le monde n’avait définitivement pas une forme de T. En revanche, il était couvert par une série d’indication, à la fois en basic et en Mando’ade, preuve supplémentaire de la nature très hétérogène de cette vieille armure. Il y avait aussi un bon nombre de message d’erreur, principalement dû au fait que le casque n’était pas relié à l’armure et qu’une série de senseurs étaient fixés à cette dernière.

La silhouette de Sera était toutefois bien visible, une fois la quantité d’information absorbée. Elle s’était renfoncée dans son siège, souriante, un mélange de curiosité et d’amusemnt dans ses yeux alors qu’elle se penchait sur son amie.

« Alors, ça fait quelque chose ? » s’amusa-t-elle à demander.
avatar
Nébuleuse Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 17/01/2018

    Messages : 267

    Crédits galactiques : 199

    Cristaux Kyber : 6

    Avatar : Ebba Zingmark

    Crédits : ebbazingmark.com, dear-indies@tumblr

    Disponibilité rp : Pas dispo (4/4 + event)

    Inventaire : - Pistolet Blaster
    - Système de camouflage
    - Droïde assistant
    - Navette légère

  • Posté le Lun 19 Mar - 19:19

    Message n°8121 (14)

L’intérieur du casque était bien plus confortable que ce qu’Amanita s’était imaginé. Pour une raison quelconque, elle s’était toujours figurée que les armures et casques ét aient désagréables, comme si l’intérieur qui les constituait était fait de la même matière que l’extérieur. Maintenant qu’elle y songeait, c’était une assomption stupide.
L’apparition soudaine d’une multitude d’informations la fit presque sursauter. Elle avait les yeux rivés droit devant elle et tâchait de se concentrait sur Sera, qui apparaissait derrière les messages qui défilaient les uns après les autres sur le petit écran intégré. Finalement, la plupart des écritures disparurent pour lui laisser le champ libre, à l’exception de quelques-unes qui continuaient à clignoter dans un coin.

« Cool ! Où est-ce que je signe pour en avoir un ? »

La hackeuse tourna lentement la tête vers la gauche, puis vers la droite. L’écran faisait défiler le décor sous son regard amusé, avec une vitesse et une précision au moins égales à celles de ses yeux d’humaine. Le mouvement lui permit d’évaluer le poids que la pièce d’armure faisait peser sur ses cervicales, qui n’était pas négligeable. Si le reste de l’accoutrement de défense Mando’ade avait le même ratio taille/poids, elle ne pouvait qu’à peine imaginer la charge qe Sera se traînait tous les jours sur le dos.
Car Amanita ne portait pas le casque depuis cinq minutes que déjà sa nuque lui faisait mal. Elle extirpa doucement sa tête du casque et, avant de le remettre à Sera, jeta un oeil à l’intérieur. L’écran semblait s’être éteint, détectant qu’aucune tête n’était prête à crouler sous les tas d’informations qu’il avait à dispenser.

« Tout bien réfléchi, s’il n’y a pas de version plus légère, je passe mon tour… »

Amanita restait quand même impressionnée. Elle ne put s’empêcher de réfléchir à toutes les possibilités qu’elle pourrait avoir avec un tel équipement, en le bidouillant un peu, en y ajoutant quelques senseurs… Enfin, elle serait aussi bien moins discrète, et ce, même en prenant en compte sa couleur de cheveux assez distinctive. Il n’y avait qu’à voir l’effet qu’un Mandalo en armure faisait en entrant dans un bar de la planète-ville, et elle n’était clairement pas à la recherche de ce genre d’attention.

« C’est un peu trop voyant pour moi, » conclut-elle, presque déçue.

Elle profita d’avoir à nouveau la tête à l’air libre pour avaler une gorgée de Ne’tra gal.

« Tu n’as jamais peur, avec un truc pareil sur la tête, que quelqu’un essaye de pirater ton armure ? »

Amanita affichait un petit sourire en coin, mais se doutait qu’une telle armure n’allait pas être reliée à un quelconque nœud du réseau, et par conséquent, qu’elle devait être inaccessible. Du moins, si ses concepteurs n’avaient pas été trop ambitieux en lui ajoutant des fonctionnalités inutiles.


avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Mar 20 Mar - 19:36

    Message n°8151 (15)

La Mando’ade ne fut pas bien surprise de la réaction. Qui pouvait ne pas apprécier un équipement pareil ? Si les Mandaloriens n’étaient pas toujours à la pointe de la technologie moderne, leurs armures faisaient tout de même partie du top. Même celles aussi vieilles et abimées que celle de Sera. Elles étaient souvent tout équipées et chacune était personnalisée et améliorée progressivement par son propriétaire. Aussi, malgré le thème du T qui revenait pour tout le monde, chaque casque devait être différent vu de l’intérieur. Mais tous donnaient une quantité d’information faramineuse.

Pour une hackeuse, ça devait être le rêve. Quoique Sera vit rapidement que le poids du métal pesait sur la jeune femme. Rien d’étonnant ou de faible là-dedans. Porter l’armure était un entraînement à part entière. Même s’il existait toujours des moyens de tricher, la plupart des Mando’ade préféraient être capables de supporter leurs armures en toute circonstance. Elle tendit les mains, attendant d’avoir de nouveau le casque en main avant de répondre.

« Il y en a des plus légers, mais pas de beaucoup. Chacun son style. » Ses lèvres s’étirèrent en un grand sourire amusé. « De toute façon, on ne signe nulle part. Faut être adopter par un Mando’ade. Ou en épouser un, à la limite. Je ne sais pas trop en fait, c’est une bonne question. »

Elle balançait le casque d’une main à l’autre, clairement pas dérangée par son poids. La guerrière n’avait pas encore touché à sa bière, mais elle ne semblait pas pressée. Levant les yeux vers le plafond, elle pesait les mots de la hackeuse.

« Les armures légères peuvent être fait pour la discrétion, ou on peut y ajouter un module de camouflage. Mais j’en ai pas moi. » Les Mandaloriens n’étaient pas tous des guerriers bourrins, certains préféraient les approches commandos. Et les deux méthodes étaient respectés parmi les soldats de Mandalore.

Bien évidemment, la hackeuse avait immédiatement perçu le potentiel d’une armure pareil, mais pas exactement comme Sera l’avait imaginé. Posant enfin son casque, elle sembla le considérer différemment un moment, comme imaginant ce que cela ferait d’être trahie par son armure. Cependant, cette hésitation ne dura qu’une seconde.

« Nan. Aucune. Toute l’armure est un circuit fermé, comme je m’en sers pas pour pirater des trucs ou hacker des transmissions. Pas de port externe. » Elle tourna un peu ses bras pour montrer à Amanita qu’en effet, rien ne semblait dépasser des plaques de métal. « Si tu veux me pirater, il faudrait y avoir accès pendant que je suis pas dedans. Ce qui ne peut vouloir dire que deux choses. »

Elle déplia deux doigts gantés devant elle. « Soit tu m’as tué. Et dans ce cas, bon. L’armure ne sera plus ma priorité. » Sera replia son majeur. « Soit je t’ai ramené à la maison et tu tripote mon armure pendant que je dors. Et c’est vraiment pas poli. » Elle pouffa de rire, se réinstallant dans son siège et attrapant son verre.

« Rien à craindre. »
avatar
Nébuleuse Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 17/01/2018

    Messages : 267

    Crédits galactiques : 199

    Cristaux Kyber : 6

    Avatar : Ebba Zingmark

    Crédits : ebbazingmark.com, dear-indies@tumblr

    Disponibilité rp : Pas dispo (4/4 + event)

    Inventaire : - Pistolet Blaster
    - Système de camouflage
    - Droïde assistant
    - Navette légère

  • Posté le Sam 24 Mar - 21:27

    Message n°8343 (16)

La culture Mandalorienne restait un mystère pour la hackeuse. Ne s’étant jamais attachée à ses racines, ou même à ses lieux de vie, elle ne comprenait pas vraiment l’esprit de groupe, de cohésion presque familiale qui les animait. Elle avait entendu de nombreuses rumeurs sur ce peuple, et plus elle en côtoyait des représentants, et plus les dires concernant leur unité se confirmaient.
Amanita repéra du coin de l’oeil son commlink clignoter, mais n’en fit rien. Elle commençait à sentir sa tête tourner et jeta un oeil accusateur vers le fond de son verre.

« Dis moi, à quel point c’est fort, ce truc ? »

Elle se sentait un peu comme une adolescente qui venait de boire son premier verre d’alcool cul-sec et qui commençait à sentir apparaître les conséquences, en constatant la lenteur avec laquelle le reste du monde s’était mis à tourner. Le contrecoup n'était pas si terrible, juste assez pour qu'elle se sente décalée par rapport au décor, mais pas pour qu'elle en perde complètement ses moyens.

L’appareil de communication posé sur le bord de la table s’illumina de plus belle, recherchant désespérément l’attention de sa propriétaire. Amanita s’en saisit dans un soupir blasé, s’excusa auprès de Sera, se leva de sa chaise et fit quelques pas.
Elle se fichait qu’on entende sa conversation, son seul souci étant de ne pas laisser son client - car qui d’autre essayerait aussi ardemment d’entrer en contact avec elle ? - constater qu’elle avait terminé dans un bar avec ses données dans la poche. Elle inspira un grand coup et l’oxygène aéra brièvement son cerveau embrumé. Une femme à l’air sévère s’afficha, déformée par la mauvaise qualité des ondes.

« Mon patron attend sa commande. »

Elle était sèche et, clairement, ne faisait pas dans la dentelle ou les formules de politesse. Amanita appréciait beaucoup ce genre de comportement, car elle ne se sentait pas obligée de mettre les formes de son côté non plus.

« Ton patron attend sa commande, » répéta-t-elle d’un ton affirmatif.

La femme semblait s’attendre à une suite, comme si Amanita avait répété ses dires pour y réfléchir, mais rien ne vint. La hackeuse laissa planer le silence durant lequel elle lutta pour ne pas perdre l’équilibre. Machinalement, elle jouait avec la petite puce dans sa poche.

« Alors ? »
« Soit ton patron continue d’attendre sa commande, soit il m’envoie un transport privé et rapide sur Kalevala avant demain. »

A travers la mauvaise qualité de l’holo, Amanita la vit serrer des dents et froncer les sourcils.

« Pas de bus », lâcha nonchalamment la jeune humaine en haussant des épaules.

La communication prit fin. Elle ne sut dire si c’était que le réseau avait été coupé ou si elle avait suffisamment énervé son contact pour qu’elle lui fiche la paix pendant un moment. Mais elle penchait quand même plus dans le sens de la deuxième option. Elle se réinstalla à sa place, face à Sera, en s'affalant lourdement sur sa chaise.

« Pardon pour l’interruption. Je travaille pour des gens paaaaarticulièrement impatients. »


avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Lun 26 Mar - 19:39

    Message n°8445 (17)

Sera fronça les sourcils en voyant la réaction de son amie au contenu de son verre. La bière était si forte que ça ? Mais ce n’était que de la Ne’tra gal pourtant. Pour la Mando’ade, dont la première bière avait bien évidemment été celle de Mandalore, il était inconcevable que ce breuvage soit considéré comme fort. Sans être la boisson de base de l’alimentation Mandalorienne, ça restait un assez bon repère. Un repère dont tout le monde pouvait profiter une fois de temps en temps. Peut-être que la hackeuse, originaire de la lointaine planète de Coruscant, n’avait pas l’habitude des bières fortes.

Mais quand même, ce n’était pas si alcoolisé. C’était le goût qui faisait ça, non ? Oui, voilà, c’était sûrement le goût qui dérangeait Amanita, et elle cherchait une excuse qui ne vexe pas l’esprit Mando’ade de la guerrière.

Avant que Sera puisse parvenir à une conclusion définitive, ou même donner une réponse plus construite que : « Hm ? Elle est bien celle-là… », le comlink de la jeune femme l’obligea à détourner son attention.

Se renfonçant dans son siège, Sera fit de son mieux pour ne pas tourner la tête dans la direction de la jeune femme. Elle ne pouvait pas manquer d’entendre des bribes de conversation, bien sûr, mais elle n’était pas là pour espionner les communications de la hackeuse. Elle but quelques gorgées de Ne’tra gal supplémentaire, terminant son verre et le reposant joyeusement sur la table. La Mando’ade ne pouvait s’empêcher de sourie au peu qu’elle entendait.

En fait, dès qu’Amanita se rassit face à elle, Sera lui fit part de sa remarque. « Si pressée que ça de quitter la planète, hein ? » Elle souriait, plus amusée qu’autre chose. La guerrière comprenait parfaitement : quand on terminait une mission, c’était agréable de quitter au plus vite la planète où l’on bossait. Même quand on avait tout fait discrètement, ou même légalement, il y avait quelque chose de rassurant dans le fait de mettre la moitié d’une galaxie entre ses clients, ou les autorités, et soi.

« Tu penses qu’ils sont assez impatients pour t’envoyer quelque chose et te faire quitter la planète ainsi ? » Ce n’était clairement pas le genre des clients de Sera, mais après tout elle n’était pas une hackeuse. Peut-être que les boulots informations avaient des clients plus soucieux de satisfaire leur main d’œuvre. Ou plus riche, tout bêtement.

« Ou bien c’est moi qui t’embête ? » s’amusa-t-elle à enchaîner.
avatar
Nébuleuse Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 17/01/2018

    Messages : 267

    Crédits galactiques : 199

    Cristaux Kyber : 6

    Avatar : Ebba Zingmark

    Crédits : ebbazingmark.com, dear-indies@tumblr

    Disponibilité rp : Pas dispo (4/4 + event)

    Inventaire : - Pistolet Blaster
    - Système de camouflage
    - Droïde assistant
    - Navette légère

  • Posté le Mar 27 Mar - 17:54

    Message n°8479 (18)

Amanita se laissa aller à un rire franc en entendant la remarque de Sera. Kalevala n’était certes pas une planète pour laquelle elle avait eu un gros coup de coeur, mais ce n’était en réalité le cas d’aucune planète. A part peut-être Coruscant, quoiqu’il s’agissait plus d’une question d’habitude que d’une réelle préférence. Elle aurait en effet préféré décamper en vitesse une fois son travail terminé, mais le destin - et surtout, la compagnie de transport en commun - en avait décidé autrement. En fait, sa rencontre avec Sera était plutôt bien tombée.
Quant à l’impatience de son client, même si elle n’était pas évidente à mesurer au travers de l’hologramme, la hackeuse avait quelques doutes. Elle avait surtout demandé un transport pour forcer le trait et leur faire comprendre qu’ils allaient devoir l’attendre, et ne se faisait pas trop d’illusions.

« Si tu veux mon avis ils sont trop radins pour lever le petit doigt. Autant en profiter pour visiter les bars locaux, » rassura-t-elle. « Ça ne change pas grand-chose à mon agenda de rentrer maintenant ou dans trois jours sur Coruscant. »

Elle n’avait effectivement rien de prévu avant le mois prochain et avait suffisamment de confiance en elle-même pour être sûre qu’on ne la retrouverait pas, qu’elle zone encore sur la planète de ses méfaits ou non. Après tout, il lui arrivait couramment de sévir sur la planète capitale sans sembler en subir les conséquences.

« Et concernant ce qu’ils veulent… » Elle sortit la puce de données de sa poche et l’agita devant ses yeux, comme pour souligner ses paroles. « …J’ai pas l’impression que ce qu’il y a là-dessus soit si important. »

Les instructions qu’on lui avait données n’avaient pas été très précises. C’était quelque chose qui la faisait tout le temps grincer des dents : quoi de pire qu’un client qui vous demande, littéralement, “volez ses données” ? La plupart des gens ne se rendent pas compte de la quantité d’informations qu’il est possible d’extraire d’un système informatique. Et bien sûr, lorsqu’ils sont submergés par le flot de données qu’elle leur livre, Amanita se retrouve toujours à devoir faire le tri pour eux. “Ah, mais en fait je ne voulais que ses quatre dernières factures de carburant”.
Et la voilà une fois de plus avec une puce de taille ridicule en comparaison de la quantité de données qu’elle avait collectées, et dont la majeure partie ne servirait sans doute à rien.

« De ce que j’ai compris, c’est surtout pour faire chanter un adversaire politique. Un truc du genre. »

Peu importe. Elle n’était pas là pour juger du bien fondé des demandes de ses clients. Ils pourraient manigancer la destruction de la République qu’elle n’en aurait cure. Quelle que soit la forme que prendrait le monde dans lequel elle vivait, elle trouverait toujours des gens prêts à payer pour ses services.
Amanita reconcentra son attention sur Sera, peinant à déterminer si leur conversation datant d’avant l’appel de son client, était terminée ou non. Elle se souvenait que la mandalorienne semblait avoir été contrariée par quelque chose, mais était incapable de définir quoi. Délicate comme l’était la hackeuse, elle avait certainement dit quelque chose qui avait dû vexer son acolyte à propos de sa planète d’origine.
Elle aurait bien proposé sa tournée, dans un esprit d'apaisement, mais préférait éviter de forcer sur la boisson le temps que ses idées redeviennent complètement claires. Elle n'avait jamais été très à même de supporter les boissons un tant soit peu sucrées, et même si le goût de la Ne'tra gal était relevé, il était loin des boissons très amères qu'elle buvait habituellement.


avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Mar 3 Avr - 20:39

    Message n°8746 (19)

Le regard de la jeune femme s’était fixé sur la petite puce de données, écoutant distraitement tout ce que pouvait lui raconter Amanita. Elle se prit à sourire doucement : finalement, les clients qu’elles avaient toutes les deux n’étaient pas si différents. En soi, ce n’était pas étonnant : les hackeurs étaient parfois contraints de travailler avec des mercenaires, ou inversement. C’était d’ailleurs comme ça qu’elle avait pour la première fois rencontré la jolie hackeuse, non ? Ils n’évoluaient pas exactement dans les mêmes sphères, mais leurs milieux se croisaient parfois. C’était ainsi, presque une tradition. De fait, il était parfaitement logique qu’elles aient affaire à des radins ou des imbéciles, et parfois les deux.

Cela faisait partie des risques du métier et on apprenait vite à faire avec. Amanita semblait être du même avis. Et apparemment, aussi étonnant que cela puisse paraître, la planète ne lui déplaisait pas tant que ça. Sera avait toujours imaginé qu’une fois habitué à une monstruosité comme Coruscant, tous les autres astres de la Galaxie paraissaient tourner au ralenti et être sans saveur. Néanmoins, ça n’avait pas l’air d’être le cas pour Amanita, ou en tout cas pas suffisamment pour la déprimer. Et pas suffisamment pour l’empêcher de parler de bar, ce qui fit grandir le sourire de la chasseuse de prime.

« Aaah ! Une femme selon mon cœur. La tournée des bars. » Elle rit légèrement, levant son verre vide pour taper un peu sur la table. « Je t’emmènerais bien mais je dois rester dans le coin du spatio-port pour l’instant. D’ailleurs… »

Elle amena son poignet devant elle, dévoilant un petit clavier intégré à son armure et tapota quelques secondes dessus. En général, elle communiquait via le casque, mais même retiré elle avait toujours accès à certaines fonctions. Consulter ses messages, vérifier les paramètres extérieurs, des trucs basiques. Elle avait bien reçu un message, mais clairement pas urgent, puisqu’il n’y avait pas eu d’appel.

A mesure qu’elle parcourait les lignes affichées en hologramme, la jeune femme se fendit d’une moue boudeuse. « Bon, bah mon client a perdu toutes ses données. Rien à mon sujet cela dit, donc j’attends encore. »

Désactivant l’appareil, elle revint à Amanita, souriante de nouveau, comme si ce qu’elle venait de lire était déjà oublié. Sera n’aimait pas trop mélanger le travail avec le reste. Ce qui pouvait bien sûr paraître étrange compte tenu du fait qu’elle buvait en ce moment-même un verre avec une collègue.

« Du coup ! Si tu restes dans le coin trop longtemps, tu vas faire quoi ? »
avatar
Nébuleuse Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 17/01/2018

    Messages : 267

    Crédits galactiques : 199

    Cristaux Kyber : 6

    Avatar : Ebba Zingmark

    Crédits : ebbazingmark.com, dear-indies@tumblr

    Disponibilité rp : Pas dispo (4/4 + event)

    Inventaire : - Pistolet Blaster
    - Système de camouflage
    - Droïde assistant
    - Navette légère

  • Posté le Jeu 5 Avr - 23:35

    Message n°8826 (20)

Voilà donc quel était le problème informatique que Sera ruminait et qui, lorsque cette dernière l’avait évoqué, avait poussé Amanita à se braquer. Bien que concernant plutôt son client, il s’agissait tout de même d’une source d’ennuis indirecte pour la mercenaire, qui avait certainement dû être tenue pour responsable d’une façon ou d’une autre.
Après tout, c’était monnaie courante de voir des gens qui s’attendaient à être protégés sur tous les fronts tout en n’employant qu’un type de protecteur. Malheureusement pour eux, ou pour leurs employés dans les cas comme celui-ci, c’était rarement suffisant. Il existait en effet peu de mercenaires capables de couvrir tous les domaines. Amanita savait tenir un blaster ou les commandes d’un vaisseau, mais elle ne valait rien par rapport à des spécialistes de ces domaines. Tout comme n’importe quel expert en sécurité rapprochée ne saurait pas spécialement blinder un système informatique contre les intrusions. Et, alors qu’ils auraient dû se pencher sur la question plus sérieusement et sélectionner une équipe aux compétences complémentaires, les clients rejetaient le blâme sur ceux qu’ils avaient embauchés, sans bien sûr en tirer des leçons pour leurs prochaines escapades.

Quoi qu'il en soit, c'était Sera qui en payait injustement les frais, son contrat certainement suspendu jusqu'à nouvel ordre. Et ce malgré que le travail qui entrait dans son domaine de compétences eut été sans aucun doute impeccable. Il n’y avait qu'à voir l’effet que faisaient les gardes Mandaloriens en armure et la dissuasion qui en découlait.
L’image de ceux dont Amanita s'était jouée quelques heures plus tôt lui revint à l’esprit. Elle ne faisait clairement pas la différence entre deux armures mandalo : et si Sera avait fait partie de la garde du diplomate contre qui elle avait agi ? L'intruse avait laissé le système dans un sale état et cela pourrait correspondre à la perte de données qu’évoquait son ancienne collègue. Quelles étaient les chances pour que plusieurs diplomates de passage soient hackés dans un laps de temps relativement proche ? Sur Coruscant, ces probabilités étaient très élevées, surtout au vu du coût que pouvaient rapporter de simples informations. Mais sur le tout petit monde qu’était Kalevala ?
Non, sérieusement. Quelles étaient les chances pour que la personne qui se rapprochait le plus d'une amie pour Amanita dans l’entière galaxie se retrouve dans le camp opposé ?

Elle se sentit soudain complètement idiote, sans savoir si elle trouvait la situation plus ridicule de par son improbabilité ou bien parce qu'elle buvait un coup avec une personne qui avait toutes les raisons de lui en vouloir, et accessoirement la mettre aux arrêts. Elle frissonna rien qu’à l’idée.
Lorsque Sera s’enquit de son programme, il ne lui restait plus que l’envie de déguerpir à toutes jambes. Elle fit mine de réfléchir et s’éclaircit la gorge pour gagner quelques secondes sans pour autant qu’elles s’avèrent utiles à l’élaboration de sa réponse.

« Euh, aucune idée, » admit-elle, ne connaissant pas du tout les environs. « Je suppose que je vais pas m’éloigner du Spatioport non plus, question de pratique. »

La hackeuse se sentait de moins en moins à l’aise, étant donnée la situation. Son regard s’évadait, roulant contre les murs qui encadraient la salle, s’accrochait avec désespoir à la peinture du plafond, espérant ne pas rencontrer les yeux de Sera. Inévitablement, son attention finissait par redescendre sur cette dernière, et, ne sachant pas quoi dire, Amanita laissait fuir son regard autour d’elles, parcourait la pièce dans un nouveau tour d'horizon.

La morosité s’était appropriée l’humeur d’Amanita, aussi soudainement que sa prise de conscience avait redonné de la clarté à ses idées. Non, elle ne pouvait pas être fautive dans cette histoire. Du moins, elle n’était pas la seule.
Elle bondit brusquement sur ses deux pieds, surplombant la mercenaire assise. D’une certaine façon, sa petite remise en question avait rebétonné sa confiance en elle. Peut-être qu’elle cherchait également à faire quelque chose pour se racheter, et accessoirement, désigner un autre coupable.

« Ok ! Il est temps d’aller voir ce type pour lui expliquer qu’on ne laisse pas les gens sur le carreau comme ça. D’autant plus quand il s’agit de la meilleure mercenaire du marché. »

Pour accompagner son mouvement et souligner sa détermination, la jeune femme récupéra le sac qu’elle avait jeté au pied de sa chaise en arrivant. Elle n’en était pas à attrapper Sera par le bras pour la tirer jusque là-bas, mais elle comptait bien insister. Pour la suite, même elle était incapable de définir si sa motivation était de soulager sa conscience ou simplement d’aider une amie.


Contenu sponsorisé
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté

    Message n°0 (21)

[Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Star Wars Ascension » Au coeur de la Galaxie » La bordure extérieure