Star Wars Ascension


[E.1, Acte 2] L'avènement du Chancelier

Star Wars Ascension » Dantooine

Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

avatar
Maître du Jeu
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 04/08/2017

    Messages : 925

    Crédits galactiques : 2859

    Cristaux Kyber : 0

    Avatar : Holocron by Medusanexus

    Crédits : MedusaNexus & Sophia

  • Posté le Dim 21 Jan - 11:33

    Message n°4981 (1)

Episode 1, Acte 2 : L'avènement du Chancelier

Année 517, mois 8, début semaine 7

De mémoire d’homme sur Dantooine, on n’avait jamais vu une telle animation dans le centre de Garang. Des visiteurs, des races des quatre coins de la galaxie sont rassemblés dans ce qui forme à présent un microcosme hétérogène et qui habituellement ne voit défiler que des humains, des citoyens de Dantooine qui pour la plupart sont des exploitants agricoles. Mais à événement exceptionnel, situation exceptionnelle. En entrant au Sénat républicain, en invitant le Chancelier suprême à diriger en personne la cérémonie d’adhésion, le gouvernement de Dantooine doit montrer ce qui se fait de mieux sur sa petite planète reculée et jusque-là pratiquement inconnue.

Le centre-ville a été bouclé par un dispositif de sécurité pour s’isoler des banlieues. Les visiteurs les plus aisés, qui ont investi l’épicentre de Garang, ne sont sans doutes pas gênés, mais les citoyens vivant dans les banlieues et qui souhaitent accéder à la cérémonie doivent montrer patte blanche. Fouilles, scans, rien n’est négligé et la sécurité de la République qui se distingue par ses uniformes d’un bleu sombre, a été envoyée en renfort.

La circulation motorisée a été interdite dans toutes les rues du centre-ville. Les grandes avenues se sont parées de bannières aux couleurs de Dantooine et de la République, et les boutiques battent le pavé des rues, ayant installé de nombreux stands pour attirer l’œil et le porte-monnaie de ces visiteurs si inhabituels. Souvenirs, artisanat local, rafraichissements, spécialités culinaires, on a là l’occasion de se vider les poches pour se remplir la panse et la valise avant d’accéder à la grande place où tout va se dérouler.

Semi-circulaire, cette esplanade où débouchent toutes ces avenues se conclut par un impressionnant bâtiment, le palais du gouvernement. Les accès y sont très restreints, seuls ceux qui se trouvent sur la liste des invités du Chancelier sont admis à l’intérieur et pourront discuter avec son entourage ou Halcyon lui-même. Pour les autres, il faudra se contenter de l’extérieur, préparé à accueillir des centaines de milliers de personnes. Mais qu’importe, justement, il y a largement de quoi faire et au centre de la place ont été installés d’autres stands divers, rassemblés en cercle.

Alors que les premiers groupes arrivent – la cérémonie devrait débuter dans moins d’une heure et à cet effet, tous les accès au centre depuis la périphérie sont à présent fermés – les discussions et les rires sont assourdissants dans les rues, certains courent déjà pour s’arracher une bonne place alors que d’autres ne se pressent pas. On dit que le discours d’Halcyon sera retransmis sur tous les mondes de la République mais aussi dans le reste de la galaxie car même des médias de systèmes indépendants sont présents. Ce détail est assez intriguant, car aucune autre planète rejoignant les rangs républicains n’a connu ce dispositif. Quelque chose se prépare, mais personne ne sait quoi. Et alors que les visiteurs ignorent pour la plupart ce qui se passe dans les banlieues qui grondent depuis une semaine, on se contente de profiter de cet accueil, de la musique, des boissons et des discussions qui pour la plupart plaisantent de l'échec récent et cuisant des Jedi.

► Objectifs de l'event Amusez-vous bien en attendant le début de la cérémonie.
► Comment ça se passe ? Les plus aisés d'entre vous ont pu loger au centre-ville et n'ont donc pas subi la fouille inquisitrice des services d'ordre pour y accéder. Pour les autres, la fouille intégrale vous a dépouillé de toutes vos armes. Il est inutile de résister ou vous passerez le restant de la semaine au trou. Quelques rares privilégiés ont pu obtenir une invitation du Chancelier et peuvent alors accéder au palais du gouvernement ( @Qin Vos, @C.A.E.L. et @Rhéa Lithy'Sho si intéressés).
► Rappel pour les dés Chaque action importante qui peut jouer sur la vie ou le comportement d'un PNJ ou d'un joueur nécessitera un lancer de dé (bagarre, concours de beuverie pour savoir si vous tenez l'alcool, utilisation de la Force...) qui se fait dans le sujet habituel. A la fin de votre RP, merci de préciser le lancer, son résultat et sur quoi il porte.
► Pour terminer Vous êtes nombreux, privilégiez les réponses courtes et tentez de vous regrouper un minimum pour ne pas produire un effet "chacun dans son coin" alors que le but d'un évent est quand même de rassembler divers personnages dans le but de les voir interagir ensemble. Il n'y a pas d'ordre de passage, ni de tours à proprement parler, vous pouvez poster autant de fois que vous voulez. Le MJ fera avancer le contexte général au moins une fois par semaine, le dimanche. Amusez-vous bien et surveillez vos arrières les enfants.

► Participants @Orcus Halcyon, @Kaedwell Gill'losa, @Qin Vos, @Sera Fyr, @Lysander Vadith, @Amaneh al'Saalomon, @C.A.E.L., @Rhéa Lithy'Sho, @Kovi Dadran, @Mika Val'ahid, @Sajnek Lightray, @Alonzo Strax
avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Mer 24 Jan - 15:20

    Message n°5355 (2)

Kaedwell avait pu ruminer tout au long de la semaine l’échec cuisant de l’enquête qu’il avait tenté de mener de concert avec deux Jedi. L’impasse dans laquelle ils s’étaient alors trouvés dans la cantina où avaient été aperçus pour la dernière fois les deux victimes avait été si frustrante pour le Nagai que c’était avec un visage plus glacial que jamais qu’il avait ensuite accueilli le reste des envoyés du Cartel, préparés à poser ici les bases d’une bonne source de profits pour le trafic de drogues. Dantooine n’était sans doutes pas encore une population susceptible de consommer, mais ses prairies et ses exploitations agricoles à perte de vue pourraient devenir une excellente source d’approvisionnement pour certaines plantes servant de base à la fabrication de substances revendues ensuite par le Cartel.

Les premières cargaisons ont en tout cas eu le temps d’être partagées sur plusieurs villes de la planète. Il serait après tout criminel de priver les populations jeunes de moyens de se distraire, après tout. Heureusement, malgré les dispositifs de sécurité installés par la République (quoique uniquement concentrées dans le centre-ville pour empêcher à une quelconque manifestation d’y accéder), aucun incident n’a été à déplorer et c’est avec un air assez satisfait plaqué sur le visage que le pâle Nagai est sorti de l’hôtel de luxe que le Cartel a partiellement loué pour ses agents. Les établissements dignes de ce nom ne sont pas très fréquents sur cette planète agricole, sans compter le fait qu’avec toutes ces personnes influentes de la République, il n’a pas été simple de réserver à la dernière minute.

Observant de son regard glacial l’agitation naissante qui règne dans l’avenue du centre-ville, il considère pendant quelques instants ces passants excités à l’idée de soit assister à la cérémonie, soit s’en mettre plein la panse. Les bras croisés, il relève la présence de quelques soldats républicains surveillant la rue, et songe qu’il y a probablement des tireurs d’élite placés à chaque angle de vue intéressant… qu’importe, son sabre-laser est caché sous son manteau, et s’ils s’attendent à un quelconque danger pour le Chancelier, ça ne viendra pas de lui. Repérant ses collègues du Cartel, il finit par les rejoindre au comptoir extérieur d’une cantina qui vend de la bière locale. Il est temps de donner les dernières parties de payement pour leurs associés qui ont bien travaillé, mais avant, saluant d’un signe de tête Alonzo et Sajnek, il offre la tournée. Toujours sans un seul sourire.


avatar
Flotte de la coalition républicaine
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 06/01/2018

    Messages : 1097

    Crédits galactiques : 226

    Cristaux Kyber : 12

    Avatar : Zoe Saldana

    Crédits : Moi + Tumblr

    Disponibilité rp : Non (2/2 Rp + Event)

    Inventaire : - Chasseur
    - Motojet
    - Droïde assistant (Secrétaire)
    - Droïde Astromécanicien
    - Pistolet blaster

  • Posté le Ven 26 Jan - 0:03

    Message n°5465 (3)

Rhéa se laissa guider à travers l'immense palais jusqu'à ce qui s’apparentait à une salle de réception. La zeltronne était visiblement sur son trente et un, arborant la tenue d'apparat des officiers de la Flotte, agrémentée de galons de Lieutenant sur les épaules. Elle remercia le majordome d'un signe de tête avant de jeter un regard inexpressif sur les privilégiés et les proches du Chancelier.

- Qu'est-ce que je fiche ici ? se demanda-t-elle intérieurement dans un soupir.

L'escadron de Rhéa avait participé à l'escorte du Chancelier suprême tout le long du trajet entre Coruscant et Dantooine. Sa mission était à présent terminée. Si ça n'avait tenu qu'à elle, la fêtarde serait en train de s'amuser dans la foule qui s'était amassée à l'extérieur du palais. Ses supérieurs en avaient décidé autrement. Non elle n'assurerait pas la sécurité du Chancelier, heureusement pour lui d'ailleurs, mais elle avait été désignée comme un des pilotes les plus prometteurs de sa génération. Elle aurait l'insigne honneur de serrer la main du gratin et de siéger dans un tribune bien placée...

Une vieille connaissance de l'académie militaire l'invita à rejoindre un petit groupe de jeunes élites. Rhéa accepta une coupe d'un alcool pétillant et papota de manière distraite avec ses congénères inintéressants au possible. Leurs histoires étaient loin de valoir celles des pilotes de brousse. Leur arrogance lui rappelait d'ailleurs celle des vieux gradés qui faisaient de son travail un enfer. Elle n'était clairement pas à sa place. Elle n'avait ni le verbe, ni la prestance pour briller dans ce genre d'occasions guindées. La zeltronne se sentait de plus en plus engoncée dans sa tenue. Elle était visiblement mal à l'aise, tentant vainement de desserrer un col devenu trop oppressant.

Allait-elle mourir d'ennui ? Ou quelqu'un allait-il l'extirper de ces sables mouvants dans lesquels elle s’enfonçait un peu plus à chaque instant ?



Sexy, Wild & Free
avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Sam 27 Jan - 14:23

    Message n°5566 (4)

Quel indigne cafouillage. On pourrait croire que plusieurs milliards de crédits dépensé chaque mois coruscanti pour financer des hordes de grattes papier aboutirait à une organisation millimétrée, mais non. A l’instar de la République, Utopia souffrait déjà d’inefficacité bureaucratique. Qin Vos avait rendez-vous avant le début des festivités, rendez-vous avec le commandant en chef des forces du Consortium Hapien qui était l’un des invités, un invité porteur d’un message du gouvernement de son royaume à l’intention de l’ancien maître. Dans la salle 38-574B avait on transmis à la délégation de Qin, parfait si ce n’était que d’après le droïde de protocole de l’escorte l’endroit en question était une salle de réception publique.

Il y avait assurément eu une erreur quelque part dans la transmission des informations, songea Vos en parcourant les lieux du regard. Planté au milieu de la salle avec son droïde assistant il ne voyait rien qui s’approchait d’un officier hapien à la peau verte, et ses hommes dispatchés çà et là n’avaient pas plus de succès.  Pour couronner le tout il semblait impossible de joindre le service diplomatique du Consortium via le réseau holonet de Dantooine qui était surchargé de requêtes, celles des officiels républicains ayant la plus haute priorité. Extrêmement irritant.

Soudain, en se déplaçant, Vos avisa non loin de lui un groupe de jeunes officiers républicains. Il hésita un instant. Quoi de mieux que des militaires pour débusquer d’autres militaires et remarquer les passages d’officiers supérieurs ?  Dans un majestueux mouvement de sa bure beige, suivi de la haute silhouette couleur anthracite de son assistant cybernétique, il marcha vers la tablée, se raclant doucement la gorge et attendit d’être le centre de leur attention.

« - Mes salutations officiers, auriez-vous par le plus grand des hasards aperçu la délégation militaire envoyée par le Consortium de Hapès ? Des individus en uniforme bleu nuit conduits par un non hapien, un humanoïde à la peau verte ? Je crains d’avoir été égaré par des défauts d’organisation… »
avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Sam 27 Jan - 14:40

    Message n°5568 (5)


C'est d'une démarche sereine, rythmée et presque enthousiaste que je déambule sur la grand place, à travers la foule qui commence à devenir aussi dense qu'une glaire de Hutt. Mon éternel sourire aux lèvres, j'ai l'air de danser en évitant les badauds qui se pressent, ne m'arrêtant que quelques fractions de secondes le temps de lancer un clin d'œil aguicheur à une Twi'lek particulièrement resplendissante qui rosit et pouffe chastement. Je ricane, et poursuis mon chemin.

C'est ainsi que je me dirige vers le comptoir de la cantina pour y retrouver le commanditaire de mon dernier travail : Répartir la cargaison des futurs plants de drogues qui approvisionneront prochainement ce secteur, profitant du climat idéal de la planète. Un travail qui m'a pris cinq jours, à voler en rase motte le long des canyons et en rasant la cime des arbres, à décharger des caisses et à me prendre la tête avec des péquenots récemment convertis au grand banditisme. Je tourne mon visage vers le soleil éclatant, et inspire un grand bol d'air frais pour chasser la lassitude et les courbatures que même la nuit dans un hôtel réservé par le Cartel n'a put chasser.

Mouais, je la sens bien cette journée.

Aussitôt arrivé devant le débit de boissons, la tentation de m'en jeter un petit derrière la cravate me saisit, et il me faut quelques longs instants pour résister au chant de sirène de la bière Corellienne. Allons, ce n'est pas le moment de s'embrouiller la tronche : je suis ici pour parler affaires ! Repérant facilement le Nagai albinos (le genre de tronche unique dans la galaxie en même temps), je m'approche tranquillement, les mains dans les poches. Du coin de l'œil, je repère aussitôt les portes-flingues qui, discrets, surveillent les alentours. Prudence est mère de sûreté, surtout dans le milieu... Je remarque alors qu'Alonzo Strax est déjà là. Je renifle, me renfrogne... Mais je reste zen. Après tout, c'est qui qui m'a mis sur ce coup qui va me rapporter un joli petit pactole. Je viens donc m'accouder au bar, à l'opposé du bras armé du Cartel, et retiens à grand peine une exclamation de surprise lorsque le big boss paye sa tournée. Je ne suis pas habitué à de telles largesses de la part d'une telle huile ! Je récupère mon verre, le sirote négligemment, et soupire. Si je devais noter l'ambiance, je lui attribuerai le score non négligeable de « Austérité / 20 ». Au bout d'un moment interminable, je n'y tiens plus et m'adresse au Nagai sans même prendre la peine de parler à voix basse. Compte tenu du chahut ambiant, ce serait superflu.


"Si vous continuez à faire la gueule comme ça, non seulement on va finir par se faire griller, mais je vais surtout finir par m'ouvrir les veines... Déridez-vous ! C'est la fête !"

Je me retourne et m'adosse au comptoir, scrutant la foule du regard. Les forces de sécurité de la République sont eux aussi discrètes, mais néanmoins bien présentes. Compte tenu du peu que j'ai vu, je comprend leur tension : l'adhésion à la république est loin de faire l'unanimité parmi la populace. Le temps pourrait se gâter. À mon corps défendant, une démangeaison au niveau des côtes me fait plonger la main sous ma veste. Le contact rassurant de la crosse de mes blasters calme mon angoisse. J'ai une petite pensée émue pour mon vaisseau, tout seul au spatioport...
avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Sam 27 Jan - 16:24

    Message n°5596 (6)

Rien, ni personne, ne pourrait se douter de la provenance de la femme. Vêtue d’une tenue sophistiquée, sans breloques ni artifices, les cheveux attachés en multiples tresses, Amaneh Al’Saalomon ressemble à tous ces obscurs dignitaires avec qui elle a passé la nuit. Pas dans leur lit, non ; mais dans le même logement. Pour une nuit, Amaneh a extraverti la comédie qu’elle joue déjà sur Tatooine. Elle a souri, elle a ri, et surtout, elle a menti. Et payé – très cher – pour loger dans le centre-ville de Garang et conserver son arsenal. Talika lui en voudra sans doute un peu, mais son courroux vaudra bien la sécurité de l’Intendante. Sans compter une certaine Zabrak qu’elle a décidé de prendre comme garde du corps, assistante, larbin, et présence intimidante. Kovi Dadran a l’immense privilège d’avoir l’entière confiance de sa supérieure. Loyale, fidèle et dévouée, comme on en trouve peu. La garder auprès d’elle la rassure : sa proximité lui permet de la couver des yeux, et surtout veiller à ce qu’elle ne divague pas trop à son sujet. Et ses compétences d’assassin pourraient servir sur cette planète tourmentée.

Dantooine. Jolie petite sphère luxuriante, qui a eu la détestable idée de se placer sous l’égide de la République. Sans l’accord unanime de ses habitants, visiblement. Assez malins pour tenir en échec les Jedi, d’après les rumeurs. La perspective ne manque jamais de faire naître un sourire narquois sur son visage. Amaneh ne tient pas en haute estime ces pseudo-moines mégalomanes. Que cette défaite leur serve de leçon. Leur sensibilité à la Force ne devrait pas leur donner plus de pouvoir politique. Elle se verrait bien le limiter – voire le soustraire.

Alors qu’elle sort de l’hôtel en compagnie de la Zabrak, son regard s’attarde sur le grand palais. Trépigne intérieurement, pressée de voir le Chancelier à l’œuvre. Pour tromper l’impatience, l’Intendante décidé de visiter la cité, s’engouffrant dans la masse de chair, de tentacules et de cornes. Il paraît qu’Orcus Halcyon est bien plus droit que ses collègues, faibles et corruptibles. Un adversaire à la hauteur de la Nébuleuse. En parlant de cela, Amaneh ne serait pas étonnée de croiser la concurrence. Et ne se doute pas un instant que l’hypothèse se réalise, alors même qu’elle et sa comparse passent juste devant la cantina où se trouvent les envoyés du Mogul suprême.
avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Sam 27 Jan - 16:50

    Message n°5603 (7)

Il y avait de l’agitation dans l’air, et Sera n’aimait pas ça. Dantooine s’apprêtait à célébrer quelque chose, mais la planète ne semblait pas encore sûre de ce que c’était. C’était un peu comme si chaque habitant, chaque port, chaque ville retenaient son souffle. Probablement dans l’attente d’une confirmation que tout était fini et qu’ils pouvaient tous reprendre leur vie. Sera supposait que cela ne changerait sans doute pas grand-chose à la vie de tous ces gens, mais ça ne l’empêchait pas de percevoir leur trouble. Aujourd’hui plus que tous les autres.

Pourtant, cela faisait déjà quelques temps qu’elle était sur cette planète. Quand le cartel Hutt avait besoin de main d’œuvre, alors on ne discutait pas, surtout pas quand une jolie somme était à la clef. Et pour un boulot comme celui-là… Assurer la sécurité, cela pouvait vouloir dire tant de choses différentes. Et cela variait considérablement en fonction des planètes. Sera n’aurait sans doute pas pris le contrat aussi sereinement s’il s’était agi de Nar Shadda ou Tatooine. Mais Dantooine ? C’est à peine s’ils avaient un syndicat du crime. Le plus à craindre étaient les autorités bien sûr, mais à ce niveau-là, cela ne relevait plus d’elle. Si les pontes du cartel ne pouvaient pas se protéger d’une milice locale, alors qu’était-elle sensée faire ?

Mais la mission s’était bien passée, sans grande surprise. Rien à déclarer et rien à voir. Une paie bien méritée, en quelques sortes. Il restait quelques jours à passer sur place, mais Sera n’aurait plus rien à faire. Ou en tout cas, c’était ce qu’elle imaginait jusqu’il y a peu. On était venu – et par on, elle entendait M. Gill’losa lui-même – lui proposer un petit boulot supplémentaire. Assurer la protection d’un individu, apparemment non affilié au cartel, et ce pendant cette journée particulière.

En toute honnêteté, même si la paie n’avait pas été très alléchante – et elle l’était ! – Sera aurait sans aucun doute accepté le boulot. C’était ça, ou rester enfermé toute la journée. Ou pire encore, être obligée de sortir en pleine fête, pour quoi faire ? Se balader ? Sera était sociable, mais les foules, elle ne supportait pas ça. Si elle pouvait porter son armure, pourquoi pas, mais sinon… Et à l’origine, il lui semblait évident que se balader en armure au cours de célébration pareille ne serait que demander à avoir des problèmes. Ce n’était pas les méthodes du cartel. Elle s’était donc faite à l’idée de venir à poil, enfin… en vêtement civil quoi.

Si elle était là pour protéger un V.I.P en revanche... La situation changeait drastiquement. Elle avait une raison toute trouvée pour rester en armure. Elle était dans le métier après tout. Et les autorités pourraient vérifier cela.

C’était donc en armure complète qu’elle attendait au lieu de rendez-vous fixé, au matin, pour son homme. La visière en T avait déjà fait se retourner quelques regards, mais personne ne semblait plus inquiété que cela. Avoir une brute Mandalorienne en tant que garde du corps était plus que courant. Une fois qu’elle se baladerait auprès de quelqu’un en costume, elle en deviendrait presque invisible. Même une patrouille ne ferait que tourner les yeux vers elle en la voyant. Pour l’instant cela dit, elle faisait son possible pour ne pas attirer l’attention.

Le cartel ayant pris ses quartiers dans le centre-ville, elle avait échappé aux contrôles. La guerrière Mando’ade avait tout de même pris soin de ne pas porter la moindre arme visible. Elle n’avait donc qu’un simple pistolet-plaster, dissimulé dans un compartiment sur sa hanche. Pas idéal, mais nécessaire au vu des contrôles, et cela devrait être suffisant pour protéger…

C’était quoi son nom déjà ? On lui avait dit mais elle avait un mal fou à s’en souvenir. En fait, elle ne savait pas grand-chose de son V.I.P, un quelconque fils de dignitaire dont la planète d’origine lui échappait. Sera avait appris à ne pas poser trop de questions avec le cartel, mais les instructions précises données par Gill’losa l’encourageaient à se montrer prudente.

Heureusement, il ne fallut pas attendre longtemps pour voir approcher un jeune homme qui correspondait à la description. Il marchait résolument vers elle. Vu comme ça, il n’avait vraiment pas l’air de grand-chose, un étudiant quelconque, un peu riche peut-être mais c’était difficile à dire. Pas tout à fait le genre d’homme qu’on s’imaginait en besoin de protection, mais pas tout à fait le genre qu’on ne pouvait pas imaginer avec une brute épaisse à ses côtés.

La posture de la guerrière se modifia à peine à son approche, tournant simplement la visière vers lui. « M. Verga ? Fyr, on a dû vous donner mon nom. » Et elle tendit une main gantée.
avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Dim 28 Jan - 18:28

    Message n°5653 (8)

Alors qu’il porte son verre jusqu’à ses lèvres, le geste du Nagai se stoppe à la remarque du contrebandier. Le bleu glacé et dérangeant de ses iris se pose sur Sajnek alors qu’un sourcil immaculé se hausse, peu avenant. Il n’est pas rare de croiser ce genre de petits humanoïdes à la grande gueule qui s’imaginent que tout le monde devrait afficher constamment un sourire imperturbable, et qui, au contact de Kaedwell qui ne sourit évidemment jamais, plus depuis que son apprentie était morte, ne trouvent pas plus intelligent à lâcher que le conseil de se dérider. « Je souris intérieurement. », rétorque-t-il froidement, continuant de fixer le jeune homme pendant quelques secondes, avant d’avaler une gorgée de bière. Oui, il est extatique, même…

A vrai dire, il s’intéresse peu à cette cérémonie ; concrètement, elle ne va rien changer pour son négoce. Non, il est sur le pied de guerre depuis qu’il a proposé un beau petit pactole à cette Mando’ade, Fyr s’il se souvient bien, pour surveiller et protéger une rencontre qui a eu de quoi l’interroger. Quant au reste, ne connaissant que trop bien l’ambiance qui règne dans la banlieue depuis ces derniers jours, il espère seulement que le cordon de sécurité républicain sera à la hauteur des moyens mis en œuvre. Il ne manquerait plus que le chaos se déchaine dans cette foule. « Nous nous étions entendus pour un total de 50 000, frais de transport à votre charge. », annonce-t-il au contrebandier alors que personne ne leur prête la moindre attention. Une somme très honorable pour un boulot qui n’a pas eu le moindre accrochage, d’autant plus que l’hôtel avait été offert…

« La seconde partie a déjà été versée. Evidemment, vous n’avez jamais rencontré les gens que vous avez livré et notre société n’a jamais conclu d’affaires sur cette planète. », poursuit le Nagai albinos en penchant légèrement la tête sur le côté, étirant le coin de ses lèvres dans un rictus entendu.


avatar
Maître du Jeu
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 04/08/2017

    Messages : 925

    Crédits galactiques : 2859

    Cristaux Kyber : 0

    Avatar : Holocron by Medusanexus

    Crédits : MedusaNexus & Sophia

  • Posté le Dim 28 Jan - 18:40

    Message n°5655 (9)

Le MJ du dimanche


Alors que chacun vaque à ses occupations plus ou moins légales dans les larges rues débouchant sur la grand place semi-circulaire, l’ambiance y est pour le moins toujours aussi insouciante et impatiente. S’il y a des trouble-fêtes, il est difficile de les remarquer dans cette foule et puis, les boissons coulant à flot, difficile d’en imaginer autrement. Des patrouilles en civil ou en uniformes effectuent des rondes régulières et interpellent en toute discrétion ceux qui auraient tendance à chercher la bagarre parce qu’ils n’ont pas encore décuvé de la veille.

A l’intérieur du palais, dans la salle de réception où les invités du Chancelier ou les officiers les plus prestigieux peuvent à loisir déguster les merveilles des meilleurs cuisiniers de la République – ainsi que la finesse des vins pétillants de Corellia – il est possible d’apercevoir, pour les plus attentifs, ou ceux qui s’ennuient le plus, dans le couloir à l’extérieur de la pièce, un petit regroupement d’hommes revêtus de longues capes aux couleurs de la République, l’air plutôt occupés à discuter entre eux. Ils ressemblent fort à la garde rapprochée du Sénat mais pour les plus connaisseurs, on peut remarquer que leur casque n’est pas tout à fait le même ; plus dégagé, pourvu d’un long cimier de crins noirs. L’un d’eux affiche un air assez contrarié et semble donner quelques instructions, puis le groupe se disloque et ses membres, en dehors de ce dernier, disparaissent aussi vite qu’on a pu les apercevoir.
avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Mar 30 Jan - 18:53

    Message n°5785 (10)

J’ai enfin vu le jour. Le vrai jour. Certes, Maloran dispose de son atmosphère et son système d’imitation de révolution planétaire afin d’éviter à la population de sombrer dans la dépression ou la folie. Mais, aussi brillante est l’imitation, lever les yeux vers un véritable soleil m’a fait une impression complètement différente. Je me sens exalté depuis que j’ai appris que le Conseil Noir compte sur moi pour poursuivre l’enquête échouée par les Jedi, mais ce que j’ai ressenti au moment de mettre le pied dans le vaisseau qui m’a transporté à Dantooine, ce que j’ai ressenti au décollage et, enfin, en posant le pied sur une autre planète pour la première fois, est une émotion — sont des émotions — incomparables avec ce que j’ai pu expérimenter jusque là.
En même temps, une pression intense pèse sur mes épaules. Je suis seul et je dois assumer l’entière responsabilité de cette épreuve. Et, en vérité, j’ignore ce qui, concrètement, repose sur mes épaules. L’affaire intéresse sérieusement mon Ordre si celui-ci décide d’investir dans une nouvelle investigation. Je n’ai pas le droit d’échouer et, pour autant, on m’a laissé dans un complet brouillard quant à ce qu’était en lui-même un échec ou une réussite pour cette mission. Mon Maître a personnellement prit grand soin à me laisser dans une totale expectative.

Cependant, cela laisse la part belle à l’inventivité. Je n’ai aucunement l’intention de suivre les traces de mon Maître et de prendre sa suite au centre pénitentiaire de Maloran. Je rêve plutôt de quitter Malachor V, de m’introduire dans les sphères du monde que j’étudie avec soin depuis mon adolescence. Je veux être au cœur de l’intrigue, au cœur du complot. C’est l’occasion pour moi de montrer ce que je vaux, de prouver l’étendue de mon potentiel.
Pour l’heure, je n’ai malheureusement pas appris grand-chose de très pertinent. J’ai tenté de retrouver les acteurs du malheureux fiasco que je dois reprendre. C’est ainsi que j’ai pu échanger avec un certain Kaedwell Gill'losa, mais celui-ci n’a pas pu m’apprendre beaucoup plus que ce que je savais déjà. Tout au plus ai-je obtenu quelques noms, et l’assurance que ce Gill’losa cache quelque chose. J’ai cru sentir une particularité dans son aura et, par réflexe, j’ai tâché de camoufler, davantage que je ne le faisais déjà, la Force qui émane de moi. Cela dit, je pressens qu’il se méfie autant de moi que je me méfie de lui, malgré ma couverture.
Je dois me montrer extrêmement prudent. Tenir mon rôle quoi qu’il arrive. Cette célébration dont on parle tant sera l’occasion d’éprouver ma couverture.


— Notes de Lysander Vadith


Anthony Verga. Un nom volé au hasard, court, relativement banal mais facile à retenir. Vadith n’avait aucun mal à revêtir le flegme et la hauteur qu’on retrouve parfois chez les « fils de » qui voulaient être « quelqu’un ». Soit disant originaire de Coruscant, il avait pris le soin de s’affubler de vêtements de bonne facture, semblables à ceux qui étaient actuellement à la mode à Galactic City. C’était dans cette peau neuve que l’Apprenti Sith marchait jusqu’au lieu de rendez-vous.

Le jeune homme n’eut aucun mal à trouver son homme. Il fallait dire qu’on avait déjà fait plus discret en terme d’escorte. Intérieurement, Vadith pesta. Et pourquoi pas se coller une cible sur le dos, pendant qu’on y était ? Cet imbécile de Mandalorien avait fait le choix de venir paré d’une armure complète, et au vu de la façon dont les regards se retournaient, autant dire qu’à côté de lui, Vadith n’allait pas passer inaperçu. Tout en ralentissant le pas pour prendre le temps de jauger de loin son garde-du-corps, l’Apprenti se mit dans l’état d’esprit de celui qu’il incarnait en ce moment. Un gamin qui adorerait se donner une telle importance en compagnie de pareille escorte. Dans ces considérations, l’armure était appropriée. Et puis, ne rassurerait-elle pas un jeune politicien en devenir dont le père n’avait que trop trempé dans des magouilles véreuses ?
Au moins l’un d’entre eux était-il équipé. Vadith était désarmé et ne pouvait user de la Force au beau milieu d’une foule à moins d’agir dans la plus parfaite discrétion. Or, avec tout ce monde et la tension qui régnait sur Dantooine depuis les funestes « incidents » sur lesquels il enquêtait, il était plus sûr d’avoir quelqu’un pour assurer ses arrières. Quelqu’un qui, en plus, était payé pour ne pas poser de question. L’Histoire avait de trop nombreuses fois démontré qu’il n’y avait pas besoin d’un cocktail aussi explosif pour voir un évènement joyeux se transformer en débâcle.

« Fyr. On m’a dit votre nom, en effet. » salua le soit-disant Verga en serrant d’une poignée de main ferme — mais pas trop — la main gantée de son vis-à-vis. Son regard s’égara sur la visière de son interlocuteur, non sans éprouver une certaine frustration à ne pas savoir où étaient ses yeux.
« Sympa votre tenue camouflage. » ironisa-t-il en jaugeant le mandalorien de haut en bas. « Ça devrait nous assurer un minimum d’espace vital au milieu de la populace. »
Décidant de reprendre sa route vers la grand-place, il ajouta, cette fois en Mando’a : « Vous êtes sur Dantooine depuis longtemps ? »
Vadith n’oubliait pas que le mercenaire avait été embauché par un intermédiaire plutôt que directement par lui. S’octroyer un minima de capital sympathie d’emblée de jeu s’avérait essentiel. Puis, pour être parfaitement honnête, Lysander était ravi d’avoir l’occasion — rare, sur Malachor V — de s’exercer dans une langue autre que le Basic ou le langage Sith.
avatar
Chevalier Jedi
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 07/12/2017

    Messages : 30

    Crédits galactiques : 457

    Cristaux Kyber : 15

    Avatar : Ian Mckellen

    Crédits : Medusa

    Disponibilité rp : FREEE

    DC : Raedan Typho

    Inventaire : -Sabre laser (lame verte)
    -Armure légère
    -Chasseur Jedi
    -Droïde assistant nommé B8-C12 au tempérament grincheux et cynique

  • Posté le Mar 30 Jan - 19:08

    Message n°5786 (11)

Sans se plaindre ni dire mot, Mika avait accepté de ne pas porter d'arme sur lui. Après tout, il était peu probable, voir improbable que les sabres lasers parlent durant cette cérémonie. Les gens étaient là pour s'amuser, faire la fête en attendant le discours du chancelier. Discours que Mika attendait aussi avec impatience. Bien que les jedi ne soient plus liés à la République, Mika reste respectueux de ce régime qu'il considère comme le plus stable, malgré la corruption qui bien évidemment était présente. Mais, la République était loin d'être la seule dans ce cas, que ce soit le cartel, ou les organisations comme la nébuleuse noire, tous devaient faire face à la corruption.

Le jedi avait déjà allumé sa pipe, et la fumée grise s'élevait déjà vers le ciel. Il regardait autour de lui d'un œil joyeux autour de lui, bien qu'au fond de lui, il ai un doute. Bien que la majorité des troubles fête soit déjà stoppé par les forces de sécurité, Mika avait un mauvais pressentiment. Mais comme toujours, il n'en montrait rien. Il se contentait de sourire et de saluer les passants. Il se dirigeait d'un pas nonchalant vers le bar. Après tout, c'était la fête, il pouvait bien boire un coup, non ? Son apparence particulière attirait souvent le regard des gens autour de lui. Ses  cheveux gris lui descendaient jusqu'au milieu du dos, et sa longue barbe descendait aussi bas.

Il se trouvait maintenant devant le bar, il n'était pas le seul, un nagai et deux hommes étaient là aussi. « Un whisky s'il vous plait. » Dit-il a l'intention de l'homme derrière le comptoirs. Celui-ci lui tendit rapidement un verre remplit de ce qu'il avait demandé. Il remercia la barman, prit son verre et s'approcha de l'homme adossé au comptoirs, il en fit de même. « Quelle belle journée ! N'est-ce pas ? » dit-il d'un air nonchalant.
avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Mer 31 Jan - 13:13

    Message n°5838 (12)

Evaluer les gens avec qui elle travaillait n’était pas dans les rôles habituels de la Mandalorienne. Elle était là pour protéger quelqu’un, pas pour le juger. Néanmoins, les instructions de M. Gill’losa avaient été assez claires. Elle devait se montrer attentive, noter les comportements suspects ou tout ce qui sortait de l’ordinaire. C’est donc en essayant de garder cela en tête qu’elle avait détailler le jeune homme alors qu’il approchait d’elle.

Conclusion ? Circuler, rien à voir. Assez riche, mais il fallait au moins cela pour se retrouver affublé d’un garde Mando’ade. L avait la tenue et l’attitude d’un jeune politicien, le regard trop calme pour quelqu’un qui ne connaissait pas l’endroit, mais encore trop concentré pour être un natif. Et puis, il y avait la façon dont il détailla l’armure de haut en bas. Quelque chose que Sera ne pouvait pas manquer, alors que lui n’avait aucun moyen de voir les mouvements d’yeux de la jeune femme. Un gros avantage de l’armure dans ce genre de situation.

Dès ses premières phrases, il confirma ce que Sera pouvait supposer. Il n’avait pas l’air ravi d’avoir un garde du corps en armure complète. Elle se retint de lui demander ce à quoi il s’attendait en demandant au cartel des Hutt. Peut-être ne savait-il pas tout ce qui se tramait dans le coin, et ce n’était certainement pas à elle de lui faire ce genre de révélation. Elle tenait à son travail. La Mando’ade prit donc garde à ne pas répliquer, le casque sans expression toujours tourné vers le jeune homme. Jusqu’à ce qu’ils se mettent à marcher, sans surprise en direction du centre-ville.

Au moins n’était-il pas trop défaitiste. Ni trop ennuyant, il aurait sans doute pu se montrer beaucoup plus gêné par la présence de l’armure, mais il s’en accommoda très vite. Plus surprenant était sa connaissance du Mando’a.

La surprise ne pouvait pas se lire sur les traits du casque, mais la visière en T se tourna tout de même légèrement vers Verga. Sera ne savait trop que répondre à cela. Rares étaient les gens qui apprenaient la langue Mando’ade sans en être un. Et il y avait très peu de chance pour que ce type soit un Mandalorien. Un sourire se dessina doucement sur les lèvres de la jeune femme, sous le casque. Elle répondit en Mando’a.

« Non. Une semaine, tout au plus. Et vous ? » La réponse était assez précise pour ne pas s’attendre à une autre question, mais trop vague pour donner la moindre information sur les activités de son patron. Sa voix était sortie du casque toujours modifiée mais neutre.

« J’ai laissé mon armure couleur bâtiment au pressing. » Il était difficile de percevoir la pointe d’humour dans sa voix compte tenu du mauvais vocodeur, mais il fallait qu’il y en ait une. Après tout, les Mando’ade n’avaient qu’une seule armure, en général.
avatar
Flotte de la coalition républicaine
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 06/01/2018

    Messages : 1097

    Crédits galactiques : 226

    Cristaux Kyber : 12

    Avatar : Zoe Saldana

    Crédits : Moi + Tumblr

    Disponibilité rp : Non (2/2 Rp + Event)

    Inventaire : - Chasseur
    - Motojet
    - Droïde assistant (Secrétaire)
    - Droïde Astromécanicien
    - Pistolet blaster

  • Posté le Mer 31 Jan - 18:50

    Message n°5873 (13)

L'ennui de Rhéa suivait une courbe symétrique de celle de sa descente d'alcool. Plus elle s'ennuyait, plus elle picolait. Les serveurs ne savaient plus où donner de la tête et n'osaient presque plus s'approcher d'elle ! La militaire était sur le point de craquer. Ca ne serait pas la première fois et ça ne serait pas la dernière. Mais disons que l'occasion était bien trop importante pour qu'elle se laisse aller. Et puis pour les zeltrons une dizaine de verres ne représentaient pas un réel challenge. Avoir deux foies avait ses avantages.

Alors qu'elle s'apprêtait à enfoncer la tranche de sa coupelle sur le coin de la tronche de son officier d'interlocuteur se vantant de ses exploits passés, présents et futurs, Rhéa aperçut un homme en robe de bure beige approcher vers son petit groupe d'officiers. Il se dégageait de lui une sorte d'aura, un magnétisme que la jeune pilote n'avait rencontré qu'en présence d'individus très haut placés, genre généraux, amiraux ou sénateurs. Elle était agréablement surprise. Ses yeux se posèrent ensuite sur le droïde qui accompagnait l'homme qui était à présent le centre d'attention du groupe. Si elle avait su, elle aurait aussi amener son assistant. Ca lui aurait sûrement épargné bien des emmerdements...

Lorsque l'intrus s'adressa aux jeunes officiers, le précédent cavalier de Rhéa, apparemment toujours sur la brèche et ayant flairé le bon coup, sembla sur le point de lui répondre. La zeltronne ne lui en laissa pas l'occasion. Elle lui envoya un violent coup de coude dans les côtés en se passant à sa hauteur pour se retrouver devant le nouveau venu. Elle força son verre vide dans les mains de son collègue avant de s'éclaircir la gorge.


- Bonjour monsieur. Je suis le Lieutenant Rhéa Lithy'Sho et je me ferai un plaisir de vous servir de guide. Il me semble avoir aperçu la délégation d'Hapès un peu plus tôt. fit-elle pleine d'entrain, un petit air triomphant sur le visage.

Elle tendit son bras au gentleman avant de s'éloigner du groupe d'emmerdeurs. Rhéa était sauvée !


- Pardonnez ma franchise et mon manque de discernement mais à qui ai-je l'honneur ? demanda-t-elle avec bien plus d'étiquette qu'à l'accoutumée, consciente de l'aura de son interlocuteur.

Concentrée sur son nouveau partenaire, Rhéa ne vit rien de ce qui se déroule en périphérie de la réception et de l'empressement de certains soldats républicains.



Sexy, Wild & Free
avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Ven 2 Fév - 18:36

    Message n°5964 (14)

Qin n’était pas un expert en soirées mondaines. D’abord il y avait eu les décennies passées au sein de l’Ordre Jedi qui décourageait quelque peu les banquets arrosés et festifs et puis d’écrasantes responsabilités politiques qu’il avait conduit comme les affaires jedis, c’est-à-dire avec une détermination que ne venait pas troubler les affres de l’excitation ou des fêtes. Ces derniers temps pourtant les exigences de la diplomatie d’état, les contacts qu’il fallait nouer, tout cela l’emmenait toujours davantage au sein de manifestations semblables à celles-ci. Il arrivait pourtant à conserver une certaine réserve, encouragé en cela par le fait que quand les gens, et ce quelque soit l’espèce, voyaient Qin, ils pensaient jedi ou philosophe ou autre caste mystérieuse peu portée sur la convivialité, et gardaient donc une réserve de bon aloi.

Donc, quand le lieutenant se jeta sur Vos – du moins est-ce l’impression qu’il eut quand il se fit promptement alpaguer – ce dernier resta cois quelques secondes, si ce n’était pantois. Quoiqu’elle ne l’ait sans doute pas remarqué il avait même amorcé par réflexe l’esquisse d’une position de défense avant de se reprendre quand la jeune femme était entrée en contact avec lui. Et le voilà qui avait une cavalière. Une fort jolie cavalière, ne put il s’empêcher de noter. Les femmes constituaient pour Qin Vos une énigme bien compréhensible quand on connaissait son parcours, et un certain trouble né d’une proximité peu commune et très différente des entraînements de lutte l’envahit, qu’il dut réprimer bien vite.

« - Enchanté, lieutenant Lythi’Sho. Je suis Qin Vos, marquis d’Istria IV et responsable du projet Exodus. Je suis certain qu’avec vous comme guide cette délégation hapienne ne saurait rester dissimulée bien longtemps, si vous êtes aussi douée pour débusquer les importuns que pour les rejeter à distance… »

Parce qu’il avait tout de même bien vu son petit manège avec ses camarades et n’était que trop conscient de son statut de prétexte dans cette interaction. D’ailleurs savait-elle seulement réellement où était cette délégation de Hapès…

« - Maître, une étrange agitation règne parmi les forces républicaines. »

Vos se tourna vers son droïde de protocole, puis regarda la troupe d’élite alors qu’elle finissait de se disperser. En effet. Exercé par une vie de combats, il sentait là quelque manœuvre anormale… La beauté brune à son bras passa immédiatement au second plan tandis que la vigilance de l’ancien maître prenait le dessus.

« - Suivez-moi lieutenant, vous trouverez peut être la situation intéressante, si situation il y a. »

D’un pas vif, fendant la foule comme un squale au milieu d’un banc de poisson, Qin Vos parvint vite jusqu’à l’officier qui était demeuré seul.

« - Salutations officier. Je suis Qin Vos, bien connu du Chancelier Suprême et peut être de vos services. Je peux sentir votre contrariété et j’ai vu vos hommes se disperser… Y a-t-il le moindre problème ? Je pourrais me montrer utile… »

Ecartant un peu sa bure, Qin Vos fit voir son sabre laser à son interlocuteur pour donner plus de poids à ses paroles quant à son utilité, le scrutant. Son intuition lui disait que quelque chose n’était pas normal.
avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Sam 3 Fév - 16:56

    Message n°6023 (15)


Le Nagai est un comique dans l'âme. Voilà un point sur lequel je suis désormais fixé. Je pourrais me perdre en conjectures sur sa vie, son passé, et sur les causes qui le font arborer en permanence cet air d'avoir les couilles prises dans les glaces de Hoth, mais de deux choses l'une (ou lune, comme vous préférez) :
Premièrement, c'est pas difficile à deviner. La galaxie a beau être immense, les drames de la vie sont toujours les mêmes. La perte d'un de ses proches, l'envie furieuse de se venger, ou simplement une haine tenace à l'égard de toutes choses pensantes en sont sûrement la raison.
Mais surtout, deuxièmement : je m'en bat la pile à fission avec un arbre à came. Autant j'aime bien en savoir un minimum sur les gens avec qui je travaille, autant savoir qu'il a des remontées gastriques à cause du stress provoqué par l'enterrement de sa môman chérie, ça m'en touche une sans faire bouger l'autre.
Je me contente donc de ricaner brièvement à sa réplique acerbe, continuant de siroter ma boisson. La commissure de mes lèvre frétille légèrement à la mention des 50 000 crédits que je viens d'encaisser. Un rapide calcul de tête me permet de conclure que mon bénéfice net s'élèvera à au moins 35 000, si mon nouveau système de dérivation de carburant fonctionne correctement. Bien entendu, la discrétion est le maître mot dans ce domaine, et il ne manque pas de me le rappeler. Cette fois, j'éclate franchement de rire.


"Mais quelle société ?"

Merci, je connais mon métier ! Tout de même... D'ailleurs, ça me rappelle quelque chose d'important dont je devais lui parler.

"Ah, maintenant que j'y pense : j'ai remarqué que les éruptions solaires de ce systèmes sont assez fréquentes. Elles sont totalement inoffensives pour les vaisseaux, mais elles perturbent les senseurs. Un cargo léger qui traverserait l'espace au bon moment en ajustant ses boucliers sur la bonne fréquence serait pratiquement invisible... Et il y a le champs d'astéroïdes à la limite du système qui peut permettre de semer à peu près n'importe quoi de la taille d'une frégate ou plus gros... Si toutefois il se trouve un pilote assez doué, bien sûr... Je vous ait déjà dit que je faisais des tarifs pas dégueulasses ?? D'ailleurs..."

C'est alors que je remarque qu'un vieux barbu et tout chiffonné est venu s'installer au comptoir juste à côté de moi. Et mieux : il me parle directement. Je dois admettre, pendant une seconde, je bloque.
Erreur 404 : réponse appropriée introuvable. Autant j'aime bien les vieux parce qu'il sont hyper mystérieux, autant là, il tombe un peu comme un cheveu sur la soupe, l'ancien... et il me faut mobiliser toute ma volonté pour ne pas l'envoyer paître en chantant allègrement.



MAIS, mes amis, je ne peux décemment pas me permettre de le rembarrer sèchement, sous peine d'alerter toute la cantina que je traficote des trucs pas nets qui requièrent le secret. Je n'ai donc pas le choix, et pivote vers lui, tournant le dos à l'albinos. Ce n'est pas tant par mépris que pour le camoufler un minimum à la vue de mon importun voisin. J'affiche donc mon plus beau sourire et lève mon verre à l'adresse du l'ancêtre. Un vrai p'tit caméléon, le Dave Sajnek !


"Héhéhé, mais carrément ! Le soleil brille, les oiseaux chantent, et on va avoir droit à un discours du plus éminent représentant de la République ! Si ça c'est pas une belle journée, je ne sais pas ce que c'est !"

Ce vieux dégage quelque chose de... je ne sais pas. Un drôle de frisson me parcourt les entrailles quant je le regarde. Je sais que ce n'est ni les haricots lyophilisés d'hier soir, ni l'envie de jouer les gigolos gériatriques, alors qu'est-ce que ça pourrait bien être ?
avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Sam 3 Fév - 23:36

    Message n°6055 (16)

Vadith ne pouvait deviner ni les sourires, ni la surprise qui se cachait derrière l’imposante armure mandalorienne, mais il nota du coin de l’œil le léger mouvement de tête de son vis-à-vis. À coup sûr, il avait au moins attisé sa curiosité.
Apprendre le Mando’a, quel intérêt sur Malachor V ? Eh bien, il n’y en avait pas à proprement parler, mais Lysander était de ceux estimant qu’il n’y avait pas de savoir inutile. Il n’y avait qu’une seule chose qui le tenait en place : la lecture. Et ses lectures, à force de s’orienter vers des civilisations étrangères et lointaines, avaient fini par lui faire porter un intérêt tout particulier à leurs coutumes et leur parler. La culture mandalorienne faisait partie de celles qui l’avaient le plus fasciné. Sûrement parce qu’elle était diamétralement opposée à la culture Sith. Là où le privilège du sang était mis en exergue, un Mando’ade accueillait comme un égal celui qui en était digne. C’était, en tout cas, de cette façon qu'il l’avait compris. C’était peut-être l’occasion de poser quelques questions à son interlocuteur ? Le moment n’était pas idéal, dans les faits, mais l’occasion n’allait pas se représenter souvent.

Il n’était pas là pour ça, cependant. Pour l’heure, il devait se concentrer sur ce qui se passait autour de lui. Il y avait de effervescence dans l’air. C’était plutôt normal au vu des circonstances, cependant, il ressentait une tension de plus en plus palpable à mesure qu’ils approchaient de la place principale. Distraitement, il répondit au Mando’ade, sans le regarder :
« Deux, trois jours seulement. Il n’y a pas grand-chose à faire sur ce caillou, je n’avais pas intérêt à arriver trop longtemps avant la célébration. »
Si le ton de sa phrase marquait parfaitement le désintérêt total qu’il simulait vis-à-vis de Dantooine, la répartie saugrenue de son garde-du-corps le fit pouffer de rire. Le trait d’humour était d’autant plus désopilant que le ton de la voix, à cause du vocodeur du casque, ne se prêtait absolument pas à ce genre de trait d’esprit.
« Ça va vous coûter une blinde. » rétorqua-t-il en daignant cette fois lui jeter un petit coup d’œil. « Ah, je crois que nous approchons. » Il soupira. « Je déteste la cohue. »
Son regard en coin revint à son escorte, appuyé d’un demi-sourire équivoque. Puisqu’il était si bien paré, c’était le moment de jouer des bras pour leur réserver un espace vital de diamètre respectable.
avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Dim 4 Fév - 11:33

    Message n°6075 (17)

Kaedwell allait s’en retourner à sa bière, maintenant que l’affaire avait été conclue et payée, mais son geste s’immobilise à nouveau par le discours de marchand de tapis du contrebandier. Ben voyons, évidemment, les 50 000 crédits ne suffisaient pas, il veut un nouveau contrat en or. Le petit s’accroche, c’est sans doutes sa seule véritable qualité dans son caractère, si l’on enlève bien sûr ses talents de pilote. Sauf que… le Nagai est plutôt du genre difficile en affaires. Tournant à nouveau son regard vers Sajnek, il fait mine de réfléchir à ses mots avant de lâcher avec un ton très peu convaincu : « Et dites-moi… c’est quand la dernière fois que vous avez nettoyé l’intérieur de votre vaisseau ? » Parce que ce qu’il veut transporter, c’est la matière première d’un nouveau type de drogue. Les récoltes des bouseux de Dantooine seront traitées sur place, pour extraire de bon vin de l’ivraie, comme on dit, mais pour acheminer cette marchandise vers les laboratoires de raffinage, il faudra être particulièrement méticuleux.

Kaedwell ne peut en tout cas poursuivre davantage puisqu’ils sont abruptement coupés dans leur conversation par un petit vieux du genre très cocasse. Oui, formidable journée, vraiment. Le visage du Nagai albinos se ferme, il scrute ce nouvel arrivant d’un regard quelque peu suspicieux. Il y a quelque chose de bizarre avec celui-là. Enfin, outre le fait qu’il parle du beau temps avec Sajnek, sa barbe blanche de petit vieux sympathique et sa pipe. Non, c’est dans son aura que le Nagai sent une perturbation. L’invisible est souvent plus parlant que les apparences, et la sérénité qui se dégage de cette force tranquille intrigue Kaedwell, qui ressent là les mêmes indices que quand il a affaire à d’autres utilisateurs de la Force. Comme quand il a eu affaire aux deux Jedi pendant son enquête ratée… Méfiant, le Nagai retourne à la dégustation de sa bière, sans dire un mot, mais veillant à ce que sa propre aura se dissimule.

Lancer de dé:
Perception, rang 3 : réussite


avatar
Maître du Jeu
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 04/08/2017

    Messages : 925

    Crédits galactiques : 2859

    Cristaux Kyber : 0

    Avatar : Holocron by Medusanexus

    Crédits : MedusaNexus & Sophia

  • Posté le Dim 4 Fév - 19:19

    Message n°6107 (18)

Le MJ du dimanche


Dans le couloir du palais, l’officier républicain semble plongé dans ses réflexions au moment où Qin l’interpelle. Quand il se retourne, l’ancien maitre Jedi peut reconnaître le capitaine de la sécurité rapprochée du Chancelier, présent quand ce dernier l’avait accueilli sur Coruscant. En tout cas, en se retournant, l’officier a l’air de le reconnaître instantanément. Le saluant d’un respectueux signe de tête, adressant la même attention à Rhéa, il réplique avec un petit sourire : « Je sais qui vous êtes, monsieur Vos. » Son regard ne descend même pas vers le sabre-laser qui apparaît sous le pan relevé du manteau. Après un soupir, il redresse le buste et affiche une petite moue pincée. « Ce n’est rien qui puisse se résoudre avec ce genre d’arguments… Ne vous inquiétez pas, Excellence. » L’officier finit par hausser les épaules avec une lassitude habituée à ces situations, puis esquisse un sourire affable. « Je doute que vous puissiez empêcher le Chancelier de n’en faire qu’à sa tête avec les horaires. » Il est vrai que si l’on se fie aux brochures des invitations, Halcyon aurait déjà dû apparaître pour accueillir tout ce petit monde. Mais cela ne saurait tarder, non ?

A l’extérieur, sur la place semi-circulaire, de petits groupes de citoyens dantooiniens se sont rassemblés avec des banderoles qui affichent l’effigie du Chancelier et de nombreux slogans pro-républicains, et scandant parfois le nom du Chancelier et de leur dirigeant en s’imaginant peut-être que ça les ferait apparaître plus vite. Au bar de la cantina d’extérieur, certains trinquent au nom d’Halcyon tandis que d’autres petits groupes semblent plus maussades face à cet excès de popularité.

Près de Lysander et Sera, plusieurs citoyens sont lancés dans une grande conversation. Au vu de leur accoutrement et de la teneur de celle-ci, ils vivent probablement en banlieue de la capitale. « Quand je vois tous ces crétins qui boivent à la santé de la République, j’ai envie de gerber. », dit l’un avec un regard mauvais pour les rassemblements avec les bannières. « Si seulement ils savaient ce qui les attendent… » « Si seulement les Jedi avaient été un peu plus doués que ça, ouais. », ajoute un autre. « Pas fichus de trouver une pauvre entrée vers les égouts. », conclut le second en ricanant. « La ferme ! », intime le premier. « C’est pas l’endroit pour parler de ça. »
avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Lun 5 Fév - 17:32

    Message n°6150 (19)

Sera souri en découvrant qu’en effet, comme le disait son jeune client, ils approchaient du centre de l’attention de la ville. La foule s’était progressivement densifiée et, d’un seul coup, le jeune homme ne semblait plus autant se plaindre du manque de discrétion conféré par l’armure Mando. Il aurait sans doute dû y penser avant, mais il était tout à fait exact que rien ne valait ce genre de garde du corps pour se tailler un chemin dans ce genre d’attroupement sans avoir à lever le petit doigt. Elle n’avait pas reçu explicitement l’ordre, mais le regard était plutôt entendu. Rien de choquant là-dedans pour elle.

Si je peux aider.

La démarche de la grande armure sembla se modifier légèrement. Sera la fit devenir plus lourde, plus lente, pour mieux appuyer ses mouvements. Une façon comme une autre de faire sentir son arrivée en avance. Et c’est alors qu’elle approchait d’un premier groupe que son casque commença à lui retransmettre des bribes de conversations. Rien qui soit particulièrement étonnant, ces gens ne se souciaient pas beaucoup de discrétion.

Elle ne comprenait pas la moitié de ce qui se racontait, mais bien suffisamment pour comprendre que cela cachait quelque chose. Rien que lorsqu’on parlait d’égout, en général, c’était pour y cacher quelque chose. Connaissant les circonstances un peu particulières de la venue de ses véritables patrons sur Dantooine, elle se demanda s’il valait le coup de rester un peu et d’écouter. Mais elle était déjà sur sa lancée, et s’arrêter maintenant n’aurait fait qu’éveiller les suspicions.

La guerrière Mando’ade tailla donc son chemin dans le groupe, n’ayant pas besoin d’écarter du monde pour qu’on leur laisse un passage. Elle ralentit encore un peu plus alors qu’ils s’en éloignaient, juste assez pour remarquer un petit geste de la part de son « boss ». Il voulait rester dans le coin aussi ? Alors qu’il venait de lui dire de tailler la route ? C’était intéressant. Mais elle était là pour obéir.

S’arrêtant d’un coup, l’armure demanda d’une voix suffisamment forte pour être entendu, la visière dirigée vers l’horizon au-dessus de la foule. « La vue est assez bonne d’ici ? »

De l’extérieur, l’attention du garde du corps et du jeune homme semblait directement concentré vers le futur discours, mais Sera se préparait déjà à surveiller de près les conversations alentours.
avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Mer 7 Fév - 10:55

    Message n°6227 (20)

Les sourcils plissés, l’ancien maître restait pensif devant la désinvolture du capitaine de la garde. Ses explications n’étaient farfelues et il aurait été absurde de le soupçonner de mentir alors qu’aucun élément n’allait en ce sens. Pourtant être un jedi, être un homme sensible à la Force avait plusieurs décennies d’écoute et de réceptivité devant des forces surnaturelles, ce n’était pas simplement se fier à la froide logique comptable et aux calculs rationnels.

Qin Vos était plus troublé plus que de raison et son instinct lui disait qu’il y avait plus en jeu qu’un simple retard. En réalité… il avait déjà ressenti ce genre de pressentiments, comme bien des jedis en certaines situations. Une fois cela avait été à la veille du soulèvement des factions nobliaires sur la planète Gotha XI, une autre fois il s’était réveillé en sursaut peu avant qu’un assassin envoyé par un syndicat du crime tente de faire exploser le vaisseau où lui et son maître de l’époque se trouvaient.

« - Capitaine, fit Qin de sa voix la plus diplomate, je ne saurais évidemment vous dire comment vous faire votre travail et je vous prie de croire que ce n’est pas mon intention. Néanmoins… Je comprends les hommes, et le Chancelier Suprême toute forte personnalité qu’il ait, n’est pas homme à mésestimer l’importance du moment que nous vivons pour votre République. Je trouve préoccupant qu’il ne soit pas encore arrivé et plus encore que vous n’ayez pas de ses nouvelles. De plus, je ressens une perturbation dans la Force. »

Il était possible qu’on ne l’écoute pas. Par aversion envers les jedis et tout ce qui touchait à ce que la galaxie voyait comme mysticisme absurde, nombreux étaient les soldats et les officiers qui refusaient de comprendre les limites de l’univers qu’ils percevaient avec leurs sens imparfaits, Vos l’avait constaté en une foule d’occasion quand il était encore un maître.

« - Je vous prie, capitaine, de tenter de localiser le Chancelier Suprême en utilisant le système de surveillance que vous avez sûrement mis en place. Si j’ai tort je présenterais mes excuses à Son Excellence pour le viol de son intimité et il ne se passera rien de plus, mais si son absence cache effectivement quelque situation anormale, s’il est par exemple en train de faire un malaise dans une pièce vide, il serait bon d’en être informé. »

Imperturbable et drapé dans sa bure pâle, Vos avait bien conscience que ce qu’il suggérait était une infraction au protocole. Mais s’il se voyait opposer une fin de non-recevoir, il se mettrait lui-même en quête du Chancelier. L’hypothèse du malaise, il ne l’avait évoqué que pour ne pas paraître inutilement alarmiste, mais en réalité son expérience lui disait que la perturbation qu’il sentait et qui faisait se hérisser les poils de ses bras annonçait un bouleversement plus significatif qu’un trouble corporel momentané de l’homme politique.
Contenu sponsorisé
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté

    Message n°0 (21)

[Page 1 sur 4]

Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Star Wars Ascension » Dantooine