Star Wars Ascension


Discussions tourmentées (byrhon, daleth)

Star Wars Ascension » Nar Shaddaa

avatar
Mogul suprême
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 30/09/2017

    Messages : 11

    Crédits galactiques : 421

    Cristaux Kyber : 12

    Avatar : /

    Crédits : sophia

  • Posté le Dim 7 Jan - 23:35

    Message n°4197 (1)

Discussions tourmentées


Année 517, mois 8, semaine 4

La salle de réception de Vago le Mogul suprême surprend par la taille démesurée qui accueille ses visiteurs en les écrasant d’un gigantisme assumé. Il faut dire qu’elle occupe toute une moitié de la tour qui porte son nom et, si les fenêtres en transparacier remplacent les murs latéraux et sont teintées à l’extérieur, la sensation de vertige qui peut s’insinuer en tout un chacun ne vient pas tant de cette vision dégagée de Nar Shaddaa, mais bien de l’intérieur. Mais si l’endroit est impressionnant, il n’écrase pas par son abondance obscène de luxe, au contraire, il y a tout ce qu’il faut pour que ce soit élégant, ce qui permet de mieux mettre en valeur les œuvres d’art exposées aux quatre coins de la salle. Mais ce n’est en tout cas pas en ce lieu que Vago attend son hôte, c’est dans une pièce annexe, au bout de ce tapis sans fin, entre quatre murs bien à l’abri de toute oreille indiscrète et mieux blindés qu’un coffre-fort. Rien n’est trop cher ou trop paranoïaque pour garder cette rencontre dans le plus brûlant des secrets, tant à cause du sujet de cette réunion, que pour l’invité de prestige qu’il va recevoir. A moins qu’il ne soit plus effrayant que prestigieux…

Le Hutt, lui, ne laisse transparaitre aucune inquiétude alors que ses nombreux bourrelets regorgent d’armes et de gadgets qui pourraient presque le faire passer pour un mandalorien. Après la surprise, il éprouve maintenant une certaine méfiance, voire un certain scepticisme. Certes, Byrhon n’est pas du genre à lui raconter des simagrées, mais si on lui avait fait avaler des salades pour mieux atteindre le Cartel ? La question est légitime, après tout, on dit les Sith éteints depuis si longtemps. Comment auraient-ils pu survivre sans que quiconque ne finisse par l’apprendre ? Le Nagai, qui attend à ses côtés, n’a pas dit grand-chose à leur propos, juste qu’ils pourraient faire de bons partenaires. On ne sait rien d’eux, ni d’où ils viennent, combien ils sont, depuis combien de temps ils observent la galaxie, mais à part ça, ils feraient de bons partenaires. Plutôt antithétique comme concept. On peut faire davantage confiance à un Hutt qu’à un Sith.

En attendant que celui-ci soit annoncé, Vago repose sur un large divan flottant, perdu dans ses pensées. A partir de quel moments ont-ils envisagés de s’adresser à de funestes créatures considérées comme disparues pour se lancer dans un projet que l’on pourrait croire un peu fou mais dont la nécessité devient de plus en plus pressante et qui sommeille dans les rêves du Mogul suprême depuis bien longtemps ? L’opportunité pourrait bien se présenter d’ici peu, et il ne tient plus qu’à mettre en marche les différents pions en sa possession pour enfin tenir une partie de sa vengeance face à de multiples affronts intolérables, et en plus pouvoir retrouver ce qui lui appartient de droit. A voir, donc, ce que peuvent apporter ces prétendus Sith, et surtout connaître ce qu’ils voudront en échange. Le reste de la galaxie, suppose Vago. Son œil se tourne vers l’écran holographique en veille qui affiche seulement l’heure. Son large visage se renfrogne quelque peu ; toujours pas de signe de vie de cet invité surprise et surprenant, alors qu’il est l’heure. Vago n’aime pas les retards.

Tournant la tête en direction de Byrhon, armé d’un regard plutôt sceptique, le Hutt finit par soupirer en demandant : « Et sinon, comment avez-vous appris que les Sith… » Une grimace déforme sa bouche. « … sont encore parmi nous pour nous tourmenter ? Pas en allant récupérer votre enfant à l’école, j’espère. »
avatar
Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 23/11/2017

    Messages : 122

    Crédits galactiques : 535

    Cristaux Kyber : 39

    Avatar : Luke Goss

    Crédits : .Sophia

    DC : Anhesis Al'saalomon

    Inventaire : - Sabre-laser (x2)
    - Armure intermédiaire de Cortosis
    - Épée

  • Posté le Ven 12 Jan - 23:19

    Message n°4417 (2)

Pourquoi avait-il la dérangeante impression d'être dans la mouise jusqu'au cou ? Découvrir que les sith étaient toujours là était une chose, négocier avec eux en était une autre. Bien que Byrhon adorait les défis en tous genres, cette fois il avait peur que la barre soit mise trop haute. Vago n'avait-il pas les yeux plus gros que le ventre ? Rien de bien ne sortait vraiment de l'obscurité et bien qu'il adorait Eryndal et commençait à se faire à la présence d'Anhesis, Byrhon ne se sentait pas prêt à affronter leur leader, probablement l'archétypique du sinistre mâle mystérieux cacher sous un grand manteau noir. Pitié, faites qu'il ne s'agisse pas de ce genre d'homme... Alors qu'il soupir longuement, le Nagai croise les bras sur sa poitrine, debout et immobile près de son supérieur dont la patience est plus fragile encore que la sienne. Alors quand le mogul brise le silence pesant en questionnant son comparse sur la façon dont il avait découvert l'existence des sith., Byrhon en a mal rien que d'y penser, Anhesis ne l'avait clairement pas loupé mais il fallait admettre - même si c'était de mauvaise foi – que ce fut amplement mérité.

« Vous allez rire, mais si. »


Grogne Byrhon. Oui, il avait découvert cela précisément en ramenant Keenan de l'école. Alors qu'il décroise les bras et hausse les épaules, la pâle créature prend une position plus détendue et nonchalante avant de reprendre la parole de la voix tout aussi peu enjouée et plaintive.

« J'ai été convoquer par son institutrice, une espèce de grosse mégère mal dégourdie qui a traité mon gosse d' handicapé sous prétexte qu'il a planté un crayon dans la main d'un autre gamin. La journée avait déjà salement commencé mais en arrivant chez moi j'ai tâté du côté obscur au point que mon frère a dû m’assommer à coup de rouleau à pâtisserie parce que j'ai manqué d'égorger la fiancée de mon meilleur ami... » Il toise le Hutt d'un regard en biais. « Je vous interdis de vous moquer, si vous faites ça, je boude. »

D'un geste maladroit et gêné, le Nagai vient frotter l'arrière de son crâne. Sous sa chevelure, il sentait encore la bosse douloureuse laissé par Kaedwell dans un moment de panique. Finalement ses pensées reviennent vers son chef qu'il commence à considérer comme un ami même s'il refusait de l'admettre et murmure sur un ton malicieux, la voix basse de la confidence.

« Un conseil... Ne vexez jamais une femelle du côté obscur... Ces sales bêtes sont rancunières. »
Il étouffe un rire, haussant à nouveau les épaules. « Je me demande toujours ce qu'Eryndal peut trouver à cette femme mais qu'importe, j'espère que me faire fracasser le crâne par Kaedwell nous permettra au moins de tirer quelque chose de positif de cette histoire ! Il y a des jours comme cela où j'envie votre carapace, seigneur Vago. Quoi qu'il en soit notre invité ne devrait plus tarder. »

Conclue simplement le proxénète avant de lâcher un bâillement qu'il camoufle contre son poing. Bon sang, il ne serait pas contre un verre de whisky accompagné d'un bon bain chaud. Force d'avoir à rester debout à rien faire, sa patience commençant à en prendre un coup.



avatar
Seigneur Noir des Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 27/09/2017

    Messages : 48

    Crédits galactiques : 636

    Cristaux Kyber : 2

    Avatar : .

    Crédits : sophia

  • Posté le Sam 13 Jan - 1:04

    Message n°4423 (3)

Quelle admirable vue, songe Darth Daleth en observant la vaste étendue de Nar Shaddaa qui s’offre à lui à cette hauteur qui aurait de quoi donner le vertige. Alors que la lumière baigne l’atmosphère très colorée de la lune des contrebandiers, d’une chaleur qui contraste terriblement avec la pâle lueur artificielle qui fait office de jour à Maloran, le Seigneur noir des Sith se perd dans la contemplation de cet endroit si vivant, si contrasté au niveau de ces nombreuses vies qui grouillent entre ces impressionnants bâtiments verticaux. Entre ceux qui meurent de faim dans les quartiers les plus défavorisés, gangrénés par la plus âpre des violences, et ceux qui sommeillent sur un matelas de crédits en passant des après-midi entières aux casinos, ces disparités parfois inhumaines ont de quoi répugner quelque peu un adepte d’une société organisée où chacun y trouve sa place et son compte. Mais, trop pris dans cette vision qu’il n’a pas encore eu l’occasion d’avoir, cela n’émeut guère le Seigneur noir. Tout perdu qu’il est à regarder avec curiosité la circulation chaotique et dense de l’immense ville, il en oublierait presque qu’il se trouve là pour une entrevue bien particulière.

« Diantre, c’est déjà l’heure ! », marmonne-t-il en apercevant l’heure sur son comlink. Tant pis, il reviendrait par-là plus tard pour réfléchir. Se détournant de la vue, alors qu’il se trouve au sommet de la Tour Vago, il trouve aisément la trappe d’accès au toit plat et se glisse à l’intérieur du bâtiment, dans un plissement de tissu noir. L’ascenseur n’est guère difficile à repérer et, jusqu’au bon étage, l’éclat des plaques métalliques de la cage se reflète dans son masque miroitant, à la fois si sombre et si clair tant la lumière semble jouer avec les différentes facettes du métal. Toujours empreint de ce calme olympien légendaire, il observe un instant son reflet dans la glace et ajuste avec un doigté assumé les pans de son manteau qui recouvre l’intégralité de son corps, à l’exception de ses mains pâles, au derme qui tire sur un bleu-gris maladif mais aussi lisse que la peau d’un homme de trente ans. Ses doigts longs et fins sont terminés par des serres peu rassurantes, des griffes légèrement recourbées vers l’intérieur qui ont tout du félin ou du rapace, mais rien d’humain.

A vrai dire, là où sa Main noire avait d’abord vu un maladroit cafouillage, Daleth, lui, y avait aperçu une opportunité intéressante. Celle de pouvoir enfin révéler l’existence des Sith et la sienne en particulier, en tant que Seigneur noir. Non pas pour le plaisir singulier d’inspirer la terreur à ses interlocuteurs, mais pour songer à rentrer véritablement dans le grand jeu de la galaxie. Les Hutts ont toujours fait des alliés intéressants pour les Sith, même si les Sith les méprisaient ouvertement alors. Daleth n’est pas de cette trempe ; bien qu’ayant son propre orgueil – n’en aurait-il pas le droit, étant conscient de ses origines, du chemin parcouru et de ce qu’il a déjà accompli ? – il a longuement analysé les faits d’armes du Mogul suprême actuel, et tout ce qu’il peut en tirer, c’est un respect certain. Monter à la tête de ce cartel plurimillénaire, écraser ses adversaires peu scrupuleux quant à une quelconque cause commune, pour réunir les forces de cette organisation et surtout pour s’asseoir sur l’une des plus grandes fortunes de la galaxie, peu en auraient été capables. Mais Vago, lui, l’avait fait, et plus encore.

S’extirpant de l’ascenseur pour gagner la vaste salle où il a été convié, Daleth se glisse entre les gardes de la sécurité en appelant la Force et, sans même avoir à bouger le petit doigt, aucun d’entre eux ne se rappelle de ne serait-ce que l’ombre du Seigneur noir, si bien qu’il arrive dans la grande salle sans même avoir été annoncé. Personne ici, constate-t-il, avant de sentir une présence dans la Force, dans une salle plus petite, à l’autre bout de celle-ci. Alors comme ça ils veulent le faire marcher ! Arrivant enfin aux portes de son entrevue qui s’ouvrent automatiquement à sa présence, la silhouette élégante du Seigneur noir se dessine enfin. Les mains croisées dans le dos, observant avec nonchalance cet endroit plus petit et plus convenable pour une discussion discrète, Daleth tourne son masque en direction de l’impressionnant Hutt qui lui fait face. Ouvert à la Force, il sonde les lieux, sans toutefois trouver la moindre accroche psychique qui signalerait sa présence dans le monde non physique. Impossible donc d’établir le moindre lien télépathique ou même psychique pour y tenter la persuasion magique des Jedi. Cela ne fait que confirmer ce qu’il a déjà lu à propos de l’immunité à la Force des Hutts.

Avançant de quelques pas vers ses interlocuteurs, la porte se referme derrière lui et si son masque empêche d’apercevoir le moindre trait de son visage ou la moindre expression qu’il arbore, c’est en réalité avec un sourire amusé qu’il s’excuse platement de son léger retard : « Veuillez pardonner votre attente quant à mon arrivée, j’ai eu quelques difficultés à trouver une place pour garer mon vaisseau. » Si seulement ils savaient où il l’avait posé, son vaisseau…
avatar
Mogul suprême
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 30/09/2017

    Messages : 11

    Crédits galactiques : 421

    Cristaux Kyber : 12

    Avatar : /

    Crédits : sophia

  • Posté le Sam 13 Jan - 14:48

    Message n°4437 (4)

Le Hutt hausse ce qui pourrait être l’équivalent d’une arcade sourcilière à la remarque de Byrhon. Une mégère d’institutrice, un gosse qui plante un crayon dans la main de son voisin, un coup de rouleau à pâtisserie ? C’est beaucoup trop pour réussir à rester sérieux. Vago a un visage dubitatif en écoutant cette histoire à dormir dehors, se demandant d’abord si le Nagai se moque de lui ou s’il raconte bien la vérité. Mais, apparemment, vu la tête peut fière qu’il affiche, toute cette histoire ahurissante n’est pas un bobard. Alors qu’il tourne lentement son visage en direction de Byrhon, portant sa main à son menton, l’impressionnante limace finit par résonner d’un rire grave, un gloussement caverneux mais on ne peut plus moqueur, sans que Vago ne sache quelle partie l’amuse le plus : la bosse ou le gosse ? « Votre fils a planté un crayon dans la main d’un camarade ? Il n’est pas handicapé, il est merveilleux voyons ! », commente le Mogul suprême, sans que l’on puisse savoir s’il est sincère ou s’il se moque de Byrhon.

Cet interlude a au moins eu le mérite de faire retrouver un semblant de patience au Hutt, dans leur attente de leur invité. Croisant les bras sur sa masse graisseuse, il émet un petit rire en rétorquant : « C’est le propre de toutes les femelles, Byrhon, au cas où vous ne l’auriez pas encore remarqué. » Un sourire étire son visage en songeant qu’au moins, la race Hutt avait beaucoup moins ce problème, puisqu’en dehors de la gestation, les gastéropodes adoptaient pour la majorité d’entre eux un genre masculin. « J’espère surtout que notre invité ne va pas vous faire le même effet que cette pauvre fille plutôt sympathique. Cela dit, je ne suis pas inquiet pour moi, le Côté obscur n’a aucun effet sur les Hutt, tout comme la Force en général. Enfin, à moins de décrocher le plafond pour m’enterrer bien sûr. » Lui au moins, avait même eu un souvenir plutôt positif de cette Anhesis. Pas du tout parce qu’elle l’a pris pour un Hutt porte-bonheur, ni parce qu’elle lui a offert une peluche géante, bien sûr.

Quelques minutes plus tard, à sa grande surprise, les portes s’ouvrent enfin sur une silhouette noire où seul brille un masque métallique cependant sombre lui aussi. Que, quoi ? Mais personne ne les a alertés de son arrivée ! Le Hutt se fige sur son siège flottant, fronçant les sourcils avec perplexité. Comment est-ce possible ! D’où sort-il pour que la sécurité ne l’ait pas signalé ! Mais sa surprise quant à cette arrivée non prévenue n’est rien par rapport aux premiers mots prononcés par cette créature dont on ne voit que les mains. Une plaisanterie ?! Mais d’où les Sith avaient-ils le moindre humour ? Pas de place pour garer son vaisseau ? Mais justement, il n’aurait jamais pu atterrir sur Nar Shaddaa sans recevoir l’autorisation des spatioports qui appartiennent tous au Mogul suprême et qui aurait donc été averti de son arrivée sur la lune… Vago commence même à envisager que cet homme est capable de se téléporter, mais il n’a jamais rien lu ou entendu à propos de tels prodiges de la Force, pas à de telles distances astronomiques en tout cas.

Ce Sith se moque allègrement d’eux, songe-t-il en gardant toutefois son calme et en se contentant d’observer cette silhouette qui, par sa constitution en tout cas, ne présente rien d’extraordinaire. Mais ces êtres cachent généralement bien leur jeu, il a pu le constater alors qu’il n’était encore qu’une petite larve. Du coin de l’œil, Vago observe l’holomontre qui affiche un quart d’heure de retard pour leur hôte. « Vous êtes pile à l’heure. », dit-il avec mauvaise foi – fichu quart d’heure de politesse. « Soyez le bienvenu sur Nar Shaddaa, Seigneur… comment souhaitez-vous être appelé, au juste ? », maugrée-t-il en espérant qu’il ne leur demande pas de l’affubler du titre de futur maitre de l’univers.
avatar
Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 23/11/2017

    Messages : 122

    Crédits galactiques : 535

    Cristaux Kyber : 39

    Avatar : Luke Goss

    Crédits : .Sophia

    DC : Anhesis Al'saalomon

    Inventaire : - Sabre-laser (x2)
    - Armure intermédiaire de Cortosis
    - Épée

  • Posté le Lun 15 Jan - 12:36

    Message n°4570 (5)

« Bien sûr, mon fils est merveilleux ! » Clame haut et fort Byrhon. « Je me tue à le dire à tout le monde, même à Kaedwell ! Personne ne voit le potentiel de mon gosse, c'est affligeant. »

C'est qu'il croit en ses paroles, le Nagai dont l'air morose se renforce quand le Hutt se moque gentiment de lui. Et comme promis, il boude. croisant les bras sur son torse, l'homme pâle émet un grognement de mécontentement et siffle durement, agacé par la conversation.

« C'est sûr que vous les Hutt, vous vous y connaissez vachement en femelle... »

Non pas que cette race avait un sérieux problème avec le concept même de la fécondité, mais tout de même. Passer du mâle à la femelle simplement à son bon vouloir était vraiment... étrange. À cette simple pensée, Byrhon frissonne, essayant de chasser de son cerveau l'image d'un vago version femelle. Et ce fut pile à ce moment qu'un inconnu fit soudainement irruption. Tout de noir vêtu, il marche paisiblement alors même que personne ne la vue ou senti venir. Pas même Byrhon. L'homme se crispe, choqué par cette arrivée aussi discrète que dangereuse et par réflexe, ses mains sur portes à ses hanches. Sous sa longue veste blanche ourlée de fils d'or, il sent ses deux sabres lasers soigneusement cachés, pesant contre ses mains. Leur présence a quelque chose de rassurant et s'il ne les sort qu'en de rares occasions, il s'était senti obligé de les emmener avec lui. Pourtant face au calme de Daleth qui s'excuse pour son retard, Byrhon fronce les sourcils, glissant un regard en biais vers Vago. Pour l'heure, la seule chose qui lui important était évidemment la sécurité du Hutt et un homme capable de passer toutes les sécurités mit en place sans même faire le moindre effort, avait de quoi rendre excessivement méfiant. Alors que le Hutt réclamait l'identité du sith, Byrhon fronce les sourcils plus fort encore et siffle.

« Seigneur Daleth. »


Pour s'être chargé de la lourde tâche de mettre les deux chefs en contact avec l'appui d'Eryndal, Byrhon avait appris cette identité secrète. Et comme il s'y attendait, il se retrouvait face à l'archétype même de l'homme tout de noir vêtu, soigneusement caché pour garder cette part de mystère qui semblait tenir à cœur aux sith depuis toujours. Dans un soupir qui trahit sa méfiance, le Nagai lâche simplement en observant le sith.

« Je vous aurais imaginé plus grand. »

Ce n'était sans doute pas l'idée du siècle que de s'amuser à dire cela au seigneur des sith mais c'était la stricte vérité. Sans doute parce qu'il était habitué à la carrure colossale d'Eryndal. Plus les secondes passent et plus Byrhon sent qu'il va éprouver un mal de chien à baisser sa méfiance. Il éprouve cette sensation de malaise, certes moins prononcé qu'en la présence d'Anhesis mais tout de même bien appuyé.

« Messieurs... Si vous voulez bien ouvrir les pourparlers... Je me charge de vous servir une tasse de thé. »


Et d'un geste de la main, il invite daleth à prendre place sur l'un des fauteuils mit à disposition alors qu'il se charge de remplir deux tasses et un grand bol pour le Hutt. S'il y avait une chose qu'il avait retenue de son frère, c'est qu'un bon thé était parfait pour détendre une atmosphère. Mais pas que. Depuis sa rencontre avec Anhesis, Byrhon était souvent victime de terreurs nocturnes, de crise d'angoisse prononcée et de ce fait, son frère l'avait lui-même médicamenté. Lentement il sort de sa poche un boîtier qu'il ouvre, prenant une pilule qu'il glisse dans as bouche alors que ses mains se mettent à trembler. L'insécurité qu'il éprouve est palpable.


avatar
Seigneur Noir des Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 27/09/2017

    Messages : 48

    Crédits galactiques : 636

    Cristaux Kyber : 2

    Avatar : .

    Crédits : sophia

  • Posté le Mer 17 Jan - 16:30

    Message n°4719 (6)

Du coin de l’œil, ou plutôt caché derrière son masque, le Seigneur noir observe un à un ses deux interlocuteurs. Le Hutt, s’il ne peut sentir la moindre émotion qui se dégage de lui, n’a pas l’air des plus à l’aise, ou du moins, il lui est difficile de cacher son regard méfiant. Ou son possible agacement concernant son léger retard. Daleth prend toujours le soin de se renseigner longuement avant de rencontrer des têtes pensantes si éminentes. Et que dire du Mogul suprême, sinon qu’il a réussi à traverser les âges avec un intellect à toute épreuve, il n’a pas à en douter. On peut préjuger ce que l’on veut sur ces limaces géantes, mais leur orgueil est souvent justifié : ils font partie des êtres les plus intelligents de la galaxie. Et, concernant Vago en particulier, la rumeur sur son caractère très à cheval sur les horaires se vérifie. Avant l’heure, c’est pas l’heure ; après l’heure, c’est plus l’heure, n’est-ce pas ? Un petit sourire narquois étire le visage caché du Sith alors qu’il semble sauvé par le gong de la politesse.

Concernant Byrhon qui se tient à côté du Hutt, c’est une toute autre histoire, et Daleth peut lire en lui comme dans un livre ouvert sans même avoir besoin d’user de ses talents de télépathe. A peine avait-il fait son entrée que le Nagai s’était crispé, le regard méfiant, prêt à en découdre pour sa vie et celle de Vago s’il le faut. Une réaction assez compréhensible, après tout le Seigneur noir n’a pas vraiment fait dans la dentelle en ne se pliant pas aux services de sécurité du Cartel. Mais son existence doit être préservée dans le secret, tant que rien ne sera conclu dans le marbre de leurs actions. Confirmé par Eryndal et pressenti depuis longtemps par Daleth qui a côtoyé ce Nagai sans qu’il ne s’en rende compte, il ne peut certes voir ce qui se cache sous le manteau du proxénète, mais ce réflexe de porter ses mains vers sa ceinture ne peut qu’être le signe d’une présence rassurante, le poids apaisant d’une arme au côté. Acquiesçant d’un signe de tête alors que Byrhon prend toutefois l’initiative de le présenter très succinctement au Mogul suprême, le Seigneur noir va pour approcher d’un siège qui fait face à ses deux interlocuteurs, quand la remarque de l’albinos l’arrête sur place.

Lentement, il tourne son masque vers Byrhon. Ce n’est clairement pas l’idée la plus futée du monde que de commencer des pourparlers avec un Sith en le sous-estimant ainsi. Surtout quand il s’agit du premier des Sith. Pendant plusieurs secondes, il ne dit rien, le jauge tant dans le monde visible que dans l’invisible, perçoit ce malaise flagrant qui expire de tous ses pores. Pour quelqu’un qui affiche les stigmates du Côté obscur, il est plutôt curieux d’y constater une certaine terreur, une peur de l’obscurité elle-même. Curieux, mais pas étonnant au vu de la regrettable expérience de Byrhon. Un parmi tant d’autres qui a cru s’approprier un pouvoir trop grand pour lui et qui n’a pas su l’apprivoiser, au prix d’un lourd tribut. Une discussion sur la Force pourra avoir lieu plus tard, pour l’heure, Daleth a accepté de se présenter en personne pour contribuer à l’édification d’un projet commun qui pourrait apporter gros au Cartel comme aux Sith. Mais encore devaient-ils le respecter pour l’honneur qu’il leur faisait là.

« Je vous avais imaginé moins stupide. », rétorque-t-il d’une voix sèche alors qu’il pivote pour se détourner de Byrhon et gagner son siège d’une démarche on ne peut plus vaniteuse. Au même instant, une vive pression invisible frappe l’arrière du genou de Byrhon de plein fouet, pour lui faire perdre l’équilibre, tandis qu’une autre s’appuie sur ses épaules pour lui faire courber l’échine. Sans que Daleth n’ait esquissé le moindre geste. Il tourne doucement la tête sur le côté, observe le Nagai du coin de l’œil : « Suis-je assez grand à votre goût, à présent ? », dit-il d’une voix mielleuse, véritablement dépourvue de méchanceté, alors que son aura n’est, elle, que plus imposante, comme si un voile d’obscurité le recouvrait, le rehaussait, le grandissait. Mais, chez Daleth, nulle trace d’une terreur que l’on pourrait ressentir au contact du démon d’Anhesis, uniquement la puissance à l’état brut, celle du Côté obscur tout entier, qui plutôt que d’écraser par sa volonté, semble plus hypnotique, plus apaisante, comme le cours tranquille d’un immense fleuve. « Je vous en prie, monsieur Gill’losa, vous n’êtes plus un enfant, vos sabres-laser n’auront aucune utilité dans la discussion que vous-même avez désiré créer. », anticipe-t-il d’un ton plus léger, en s’installant dans son siège et acceptant par la suite la tasse de thé. En espérant être pourvu d’une paille.

La leçon étant close, la tête légèrement penchée sur le côté, Daleth observe ses interlocuteurs, Vago avec son bol immense mais paraissant quand même minuscule à côté de sa carcasse, et Byrhon qui, manifestement, regrette sans doute de plus en plus d’avoir pris contact avec les Sith. A quoi s’attendait-il donc ? On ne traite pas de la même manière avec la Nébuleuse noire qu’avec les Sith. « Je suppose que si je suis ici, ce n’est pas pour perdre mon temps. », commence-t-il en s’appuyant nonchalamment sur un coude. « Vous ourdissez vous-même ce projet depuis longtemps, Seigneur Vago, mais il doit vous manquer quelque chose d’important pour ne pas vous lancer seul dans votre quête. Alors, je vous écoute. » Et dans ce cas, quel soutien pourraient lui apporter les Sith, et, surtout, en échange de quoi ?
avatar
Mogul suprême
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 30/09/2017

    Messages : 11

    Crédits galactiques : 421

    Cristaux Kyber : 12

    Avatar : /

    Crédits : sophia

  • Posté le Ven 19 Jan - 16:40

    Message n°4813 (7)

Pour toute réaction à la remarque de Byrhon concernant la biologie Hutt, Vago se contente de hausser les épaules avec détachement. Ce n’est pas comme si cette espèce gastéropode était célèbre pour ses goûts en matière de femelles, et au bout de cinq siècles, oui, il avait fini par « s’y connaître vachement ». Quand bien même le comportement des races humanoïdes restait très primaire à ses yeux, cependant il fallait avouer que c’était fort pratique pour pérenniser une telle organisation criminelle sans risquer d’en voir sa tête coupée tous les débuts du mois. Ou plutôt d’en avoir sa propre tête coupée parce qu’un autre être intelligent aurait réussi à le doubler pour prendre sa place. Mais, en revanche, concernant leur hôte qui vient de s’inviter sans s’annoncer, il n’y a pas à dire, rien de primaire dans sa manière d’agir.

A la base, Vago s’était attendu au schéma même des Sith qu’on décrit dans les légendes et les vieux ouvrages d’histoire de sa collection privée : un être rongé par la quête du pouvoir, uniquement intéressé par ses objectifs, sournois à souhait et totalement dépourvu de politesse et encore moins d’humour. A vrai dire, il avait même imaginé qu’à l’arrivée du Seigneur noir, l’atmosphère en prendrait un coup, comme soufflée par une aura si mauvaise que plus personne n’aurait envie d’esquisser le moindre mouvement. Au moins, là, on peut respirer. C’est déjà ça. Ça ne veut pas dire que c’est gagné…

Le visage du Hutt semble se décomposer petit à petit alors que le Nagai s’avance pour critiquer la taille du Seigneur noir. Bon sang de misère de salade ! Byrhon ! Vago se retient vivement de plaquer une main exaspérée contre son large visage, se contente juste de lever son œil valide au ciel. Le faiseur de merveilles est très doué pour faire de l’argent, en revanche pour débuter un entretien pour des pourparlers, c’est plutôt le faiseur de catastrophes. Alors, à la réponse du Seigneur Daleth, le Hutt ne sait pas s’il peut respirer ou si au contraire il vaudrait mieux courir très vite avant la probable explosion de l’étage. Car il ne doute pas un seul instant que le moindre mot de travers adressé à un Sith se payerait à un prix élevé. Tôt ou tard. D’une façon ou d’une autre. Il le sait parce qu’il fonctionne exactement de cette manière.

Finalement, rien n’explose, la seule réaction du Seigneur noir qui soit violente, mais pas spécialement inattendue, c’est sa petite démonstration de la Force, qui semble se plier à ses quatre volontés sans qu’il n’ait à bouger le petit doigt. Vago le prend à la fois comme un avertissement sur ses capacités réelles et comme une nécessité à affirmer ce qu’il est. Un Sith d’humeur magnanime, certes, mais doté de sa propre vanité malgré tout, qui n’est pas venu ici pour entendre des commentaires désobligeants. Alors que Byrhon lui tend son bol de thé, le Hutt se penche légèrement vers lui pour lui souffler à l’oreille, une grimace déformant sa bouche : « Pour le coup, c’est plutôt mérité, Byrhon. C’est comme si vous me disiez que vous m’aviez imaginé plus svelte. » Parce que, décidément, non, Vago n’est pas gros. Juste imposant et, par rapport à certains spécimens de son espèce, il est même plutôt du genre athlétique plutôt qu’obèse.

Pour l’instant, Daleth ne semble pas lui en tenir davantage rancune, une bonne chose si l’on compte véritablement commencer les discussions rapidement. Le Sith attaque d’ailleurs le premier, loin d’être tendre mais toujours armé de ce doigté poli, un peu mielleux mais surtout comme s’il était amusé par la situation. Le Mogul suprême ne lui fera pas l’affront de lui demander comment il peut être au courant de ses pensées et projets les plus secrets, cependant, même s’il le cache bien, c’est loin de lui plaire. « Il est assez évident que je ne serais pas resté indéfiniment sans rien faire concernant ce qui a été dérobé au Cartel. », grommelle-t-il de sa voix de baryton. Un affront ne restait jamais impuni pour le plus grand syndicat du crime de la galaxie. Mais Vago était trop malin pour se contenter d’une simple contre-attaque pour récupérer ce qui a été perdu. Il fallait une vision à long terme, une vision qui surpasse celle qui a voulu le ridiculiser, lui et le Cartel. Et Byrhon avait eue des idées intéressantes à ce sujet.

« Une intervention militaire n’a aucun intérêt à mes yeux, sinon voilà bien longtemps qu’on en parlerait plus, de ce fichu caillou. Ce que je veux, c’est ridiculiser ces misérables vermisseaux. Une humiliation sur leur propre terrain et leur rappeler qu’ils ne sont qu’un ridicule grain de sable dans cette galaxie. » Ou autrement dit plus vulgairement : poser les couilles du Cartel sur la table. « A cette fin, Byrhon a eu quelques idées intéressantes, mais bien évidemment, ce sera bien plus difficile à mettre en place qu’une opération militaire. C’est une vision à long terme qu’il faut envisager à présent, tant pour la prospérité du Cartel que pour l’image que ça renverra. Ils sont tellement stupides qu'ils n'ont même pas encore compris que leur système fonctionne à perte depuis longtemps. Vous pourrez en profiter ou non, Seigneur Daleth. » Tournant lentement la tête vers le Nagai, le Mogul suprême invite celui-ci à exposer ses idées. Plutôt que de bouder dans son coin.
avatar
Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 23/11/2017

    Messages : 122

    Crédits galactiques : 535

    Cristaux Kyber : 39

    Avatar : Luke Goss

    Crédits : .Sophia

    DC : Anhesis Al'saalomon

    Inventaire : - Sabre-laser (x2)
    - Armure intermédiaire de Cortosis
    - Épée

  • Posté le Dim 21 Jan - 13:08

    Message n°4989 (8)

Ce qui est plus douloureux que la repartie du seigneur noir ? L'humiliation qui lui fait subir en le forçant à plier l'échine à poser un genou à terre. Byrhon sent une bouffée de haine l'étouffer alors que vago se gausse du spectacle. Bon sang, ce n'est pas avec ce genre de chose qu'il allait réussir à calmer ses nerfs. Silencieux, le Nagai reste au sol un instant, visage baissé et caché sous sa longue chevelure pâle alors que ses mains se mettent à trembler de colère mais aussi d'angoisse. Que ces fichues pilules fassent vite effet avant qu'il ne perde encore une fois le contrôle de lui-même . Car s'il a eu le dessus sur Anhesis, s'en prendre à Daleth serait du suicide pur. Sans compter ce que vago lui feraient pour avoir fait échouer des négociations si importantes. Alors quand le sith mentionnent ses sabres lasers, Byrhon sent sa gorge se nouer alors que sa voix grince avec mépris.

« Cet échange que j'ai moi-même créé comme vous dites... était pour les besoins du cartel et m'assurer qu'un ami que nous avons en commun, ne risque aucun désagrément pour avoir révélé le secret de votre existence. »

Eryndal avait eu beau cacher son anxiété, Byrhon avait parfaitement cerné le souci. Et il lui devait bien cela après avoir manqué de tuer sa fiancée. Alors qu'il se redresse enfin, ajustant sa veste immaculée et décorée de fils d'or, le Nagai retrouve un semblant de dignité, toisant le sith d'un air féroce.

« Cependant après m'être heurté à la chose qui réside dans sa compagne... On ne m'a donné aucune raison de vous faire confiance. N'inversez pas les rôles, c'est à vous de prouver que vous êtes plus digne de confiance que vos prédécesseurs qui ont marqué l'histoire par des ravages et des massacres incessants. Je n'abaisserais pas ma méfiance à votre égard et je protégerais le mogul suprême, même si je dois y laisser la vie. »

Conclue t-il sans la moindre force de retenue. Malgré lui, dans sa tirade Byrhon avait finalement avoué son désir de protéger le Hutt, trahissant ainsi cette amitié naissante qu'il tentait de nier depuis un moment déjà. L'homme plie sa carcasse pour venir prendre place dans un siège, évitant le regard de vago qui entamait les négociations avec plus de confiance que son le proxénète qui transpirait la méfiance et la gêne. Il tend la main pour s'emparer de sa tasse de thé mais fige son geste quand sa main se met à trembler frénétiquement. Bon sang, ce n'était vraiment pas le moment de se laisser dévorer par l'angoisse. Pinçant les lèvres, Byrhon ravise son geste, snobant son thé et d'un geste tremblant, il tire à nouveau la boîte de pilules de sa poche pour en avaler une de plus. Kaedwell lui avait explicitement demandé de ne pas abuser de ce traitement mais Byrhon se sentait à deux doigts de perdre les pédales dans cette ambiance de fou. Alors qu'il observe les deux seigneurs à tour de rôle, Byrhon se retranche dans le silence jusqu'à ce que vago le mentionne, lui arrachant un soupir. L'homme hausse les épaules, s'enfonçant plus fort dans son siège et murmure.

« Mes idées ne sont que des idées... Je ne suis ni scientifique, ni chef de guerre, Seigneur Vago. Je ne sais même pas si celles-ci sont réalisables... »


Il était réaliste ou bien trop modeste, mais peu importe, il se devait d'exposer ses projets tout de même. Finalement il sort un holo-com de sa veste et le pose sur la table avant de l'allumer. Se concentrer sur ses projets l'aiderait sans doute à oublier la présence gênante du sith. Alors qu'un hologramme détaillé de Tatooine s'affiche, le Nagai pose ses coudes sur ses genoux.

« Tatooine est boudé depuis très longtemps pour son aspect hostile. Si elle reste le carrefour des pirates et des esclavagistes en tous genres, je pense que cette planète a un potentiel bien plus important qu'on ne le pense. » Il zoom sur la carte, affichant le repaire des trois villes présente et sous le joug de la nébuleuse. « Malgré tout, n'importe qui, qui se pencherait avec plus d'attention sur cette planète, saurait que la simple présence de la vie qu'elle soit de type faune ou Flore, indique qu'elle est bien plus viable qu'il n'y paraît. Avec le matériel approprié, j'aimerais pourquoi rendre Tatooine habitable. Par là j'entends une colonisation de masse, mes seigneurs. » Il pose son regard jaunis sur Daleth. « J'aimerais faire de Taooine plus qu'une terre parfaitement habitable, j'aimerais pouvoir la partager. L'eau ne sera pas la seule ressource à disposition mais chaque parcelle de terre et son contenue sera la propriété de ses légataires... Seigneur Daleth,  j'ai encore beaucoup de chose à apprendre sur vous et il m'est encore difficile d'accepter votre existence... mais j'ai confiance en Eryndal et lui a confiance en vous... J'ignore si ce projet de colonisation peut vous inspirer, mais j'ai cru comprendre que votre peuple nécessitait une endroit viable pour vivre, s'étendre. les ressources de Tatooine peuvent être un bon départ pour vous, évidemment vos idées, vos recommandations sont essentielles, tout comme votre appuie. »


avatar
Seigneur Noir des Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 27/09/2017

    Messages : 48

    Crédits galactiques : 636

    Cristaux Kyber : 2

    Avatar : .

    Crédits : sophia

  • Posté le Ven 2 Fév - 10:50

    Message n°5950 (9)

« C’est plutôt ironique venant du Cartel des Hutts, le plus grand syndicat du crime de la galaxie… », commente Daleth alors que Byrhon lui expose clairement qu’il ne lui fait pas confiance. « Cette chose, comme vous dites, aurait pu être lâchée dans la nature et serait bien capable de ne laisser que des ruines de Coruscant, si je l’avais souhaité. Les Sith n’ont pas le monopole de la cruauté, monsieur Gill’losa, et en plus de cela, moi-même comme mes prédécesseurs, si défiants et monstrueux ont-ils pu être, tenons toujours nos promesses. » Les Sith n’existaient même pas encore que déjà, les Hutts avaient monté leur vaste empire du crime et aujourd’hui encore, ils règnent sur une vaste région de la galaxie, à coups de blaster dans le dos et de terreur pour ceux qui n’obéissent pas à leurs règles. Tour à tour alliés avec la République et l’Empire Sith, ce sont plutôt eux qui sont réputés pour changer de camp comme on change de chemise et de cela, Daleth en est parfaitement conscient. Mais en tout cas, ce n’est pas lui aujourd’hui qui a mendié leur invitation. Un Sith ne s’abaisse pas à cela.

Sirotant son thé à la paille, son masque est tourné vers Vago alors que du coin de l’œil, il observe l’étrange manège du Nagai. Un comportement pas si bizarre que ça quand on sent toute l’angoisse qui émane de lui. Peur causée par la présence de Daleth ou quelque chose de plus insidieux ? Quelque chose lui disait que Byrhon ne s’était pas si bien remis de sa rencontre avec l’aura d’Anhesis. Daleth aurait été tout disposé à l’aider à retrouver son calme et à faire disparaître ses angoisses ; seulement, cet homme avait bien failli tuer une femme enceinte, une femme qu’il considère comme sa fille, en plus de ça. Et de cela, le Seigneur noir lui en tient toujours rigueur ; on n’efface pas si facilement la rancune de Daleth et là, la compassion ne sera pas suffisante pour qu’il fasse lui-même le premier pas. Certaines opportunités doivent se mériter dans la vie.

Reportant ses réflexions sur le sujet en cours de discussion, le Sith croise les jambes et s’appuie sur un coude avec une certaine élégance. A l’évidence, le Mogul suprême s’avère bien différent de ses prédécesseurs, qui se contentaient de ponctionner la galaxie pour s’enrichir. Celui-là semble voir plus d’intérêts dans les investissements à long terme, en plus de prendre sa revanche. Daleth mettra sous silence le fait que c’était grâce aux Sith que la Nébuleuse noire avait pu s’approprier Tatooine en exploitant le Sarlacc et gagnant ainsi, toutes les ressources primaires de la planète pour finalement se l’approprier. Il y avait vu là une opportunité plus qu’intéressante, que de pouvoir s’aliéner la dette éternelle d’une organisation dont le réseau d’informations est l’un des plus réputés de la galaxie. Mais les jeunes humains ont la mémoire courte et cette reconnaissance ne semble plus être prise en compte par Elaiza lors de l’envoi de leurs cargos de marchandises pour Maloran… Certaines pendules devaient être remises à l’heure et pour tout avouer, les informateurs de la Nébuleuse ne s’avéraient plus si utiles, maintenant que les Sith avaient leurs propres sources.

Observant avec attention la carte holographique de Byrhon affiche avant de se lancer dans ses explications, Daleth opte pour garder le silence tout le long. Difficile de savoir si le projet a capté l’attention et l’intérêt du Seigneur noir alors qu’il reste imperturbable. Mais sous son masque, c’est un sourire narquois qui étire ses lèvres. Quand finalement le Nagai retrouve le silence, le Darth prend un certain temps avant de répondre. « Mon peuple… a surtout besoin de vivre dans un lieu en sécurité. Je ne peux envisager l’expansion de celui-ci alors que j’ignore encore toutes les conséquences causées par la révélation de notre existence au reste de la galaxie. J’en ai bien des idées, évidemment, mais au vu de votre propre réaction alors que vous héritez d’enseignements sur la Force hérités des anciens Sith et malgré ce qu’Eryndal a pu tenter de vous expliquer, je ne peux être guère optimiste… » Quant aux ressources de Tatooine… hormis du sable et du soleil, cette planète n’a rien à offrir que les Sith ne possèdent déjà grâce à d’astucieux investissements.

En revanche, il y a une chose pour laquelle Daleth s’intéresse depuis longtemps à cette planète, mais il ne la révèlera pas. Posant son index sur le menton métallique de son masque, il inspire doucement avant de reprendre. « Si pour l’instant je n’ai pas l’intention de mettre en danger des colons citoyens, la création d’une enclave Sith en attendant des conditions de sécurité optimales n’est pas impossible. Mais avant cela… » Il relève légèrement sa manche pour dégager son poignet où un fin bracelet métallique est relié à son holocom. Tapotant sur le petit écran holographique qui s’est affiché, il envoie alors sur la carte existante, de nombreuses informations relatives à des zones où la probabilité de présence d’eau est élevée. Entre autres. « Avant cela, il nous faut faire un bond dans le passé de plus de 30 000 ans. » A ses mots, il esquisse un geste de la main et l’image de Tatooine change radicalement, affichant alors une planète fertile et verdoyante, à l’image aujourd’hui de Naboo.

« La planète n’a pas toujours été telle qu’on la connaît. Il fut un temps où elle était aussi belle que les mondes verdoyants du Noyau. Sa désertification n’a rien de naturel, car si l’on compare les cratères et les canyons que l’on peut considérer comme d’anciens lacs, océans ou rivières, les volumes ne correspondent pas à mes estimations des réserves d’eau souterraines ajoutées au volume que représentent les nuages, qui reste constant puisqu’il ne pleut jamais, les conditions atmosphériques ne le permettant pas. » Se penchant légèrement en avant, Daleth garde le silence pendant quelques secondes avant de conclure : « Ce qui signifie qu’au moment de sa désertification il y a 30 millénaires, de l’eau a volontairement été prélevée, brisant non seulement le cycle naturel de l’eau, mais provoquant d’autres conséquences qui expliquent son état actuel. Pourquoi a-t-on fait cela ? C’est encore un mystère. » Nouveau geste de la main, nouvel affichage de la planète, une vision en coupe avec son noyau ferreux, son manteau et sa couche supérieure, ainsi que son champ magnétique perturbé.

« Voici pourquoi Tatooine est si hostile en dehors d’une petite région qui abrite actuellement les villes de Mos Espa, Mos Eisley et Carkoon City. Voyez, le champ magnétique émis par son noyau est perturbé et ne protège pas toute la planète des rayons cosmiques, UV et autres rayonnements mortels, envoyés par ses deux étoiles. Ce n’est que grâce à la présence d’une grande quantité de métaux magnétiques dans son manteau – de la magnétite ou ses équivalents, preuve d’une activité volcanique et donc tectonique passée qui n’a plus lieu aujourd’hui, que ce bouclier nécessaire à la vie est assuré dans la région qui est habitée. Prélever ce minerai serait purement et simplement une catastrophe et tenter de coloniser Tatooine en dehors de ce champ de protection serait du même acabit : un désastre. »

Il fait à nouveau afficher Tatooine telle qu’elle est actuellement. « Son noyau n’est plus en mesure d’assurer la création de ce champ magnétique, alors si vous souhaitez comprendre pourquoi et y remédier, monsieur Gill’losa, il va falloir inventer une technologie qui n’existe pas encore. » Ou plutôt qui n’existe plus, mais ça aussi, il le passe sous silence. « C’est sans compter le développement du forage à très grande profondeur pour atteindre les nappes phréatiques restantes, et, évidemment, le fait de devoir s’y établir avec le Cartel malgré la domination actuelle de la Nébuleuse. Tout cela va demander des moyens financiers, techniques et scientifiques que même le Cartel ne saurait fournir tout seul. 5,27 milliards ou même 842,8 milliards de crédits ne suffiront sans doutes pas. » Dommage qu’ils ne puissent voir son petit sourire alors qu’il vient de révéler l’exacte somme des comptes en cash de Byrhon et de Vago.
avatar
Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 23/11/2017

    Messages : 122

    Crédits galactiques : 535

    Cristaux Kyber : 39

    Avatar : Luke Goss

    Crédits : .Sophia

    DC : Anhesis Al'saalomon

    Inventaire : - Sabre-laser (x2)
    - Armure intermédiaire de Cortosis
    - Épée

  • Posté le Sam 10 Fév - 17:05

    Message n°6335 (10)

Les sith n'ont pas le monopole de la cruauté.
Byrhon détourne le regard, silencieux comme un mort. Il ne comptait plus les fois où il avait été témoins de la cruauté sous bien des formes. Le visage de Calmine lui revient aussitôt en tête, la façon dont elle s'était interposé pour sauver un homme qui ne le méritait pas. Son sacrifice était sans doute le plus cruel de tous, offrir sa vie ainsi alors même qu'elle attendait leur enfant, se condamner à mort avec ce bébé à venir. C'était égoïste et cruel pour un soit-disant geste altruiste. Le Nagai pose une main sur sa cuisse, libérant en profond soupir. Il n'est franchement pas d'humeur à tergiverser sur le sujet et cette Réunion n'a de toute façon, pas le but de philosopher sur le bien ou le mal. Tout n'était qu'une question de point de vue. Byrhon lui-même, en tant que membre du cartel et proxénète, pouvait aisément être pointé du doigt comme un homme malveillant et pourtant, par tous les dieux, qui sait combien de temps il passait pour protéger ses filles. Il était un connard absolu, mais un connard qui semblait avoir un minimum de moral. Qu'importe...

« Je plains l'abruti qui s'en prendra à votre peuple, pour le punir des actes de vos prédécesseurs. »
Soupir las. « Mais soyez assuré que cela arrivera... Cela dit, ça ne veut pas dire que vous serez obligé d'affronter cela seul, Seigneur Daleth. »

Lui-même était d'une méfiance excessive mais ces gens n'avaient rien demandé. Mais il n'avait aucun doute que certain ne verrait pas la chose ainsi. La vengeance était un poison, la peur elle, était pire que tout et il en savait quelque chose. N'avait-il pas manqué de tuer Anhesis sous son influence ? Alors même qu'elle était la compagne d'Eryndal et qu'elle portait un enfant... La culpabilité l'étreint à nouveau, tout comme l'angoisse qui semble ne pas diminuer malgré la prise de ses pilules. Merde, à ce rythme-là, il risquait bien de perdre à nouveau les pédales. Il chasse cette idée rapidement, se contentant de lever le nez vers l'hologramme de Daleth, écoutant son récit au sujet Tatooine. Perplexe, Bryhon fronce les sourcils.

« Attendez, vous venez vraiment de dire que l'eau a été... prélevé volontairement ? » Il secoue la tête dans un froncement de sourcils. « On ne peut pas vider une planète de son eau comme ça, pas en telle quantité... ? si... ?»

Un véritable casse-tête. Pourtant Byrhon se le laisse pas démonter, continuant d'écouter avant de jeter un regard en biais vers vago qu'il trouvait beaucoup trop silencieux. Alors quand le sith se perd dans des explicatifs au sujet du noyau, le Nagai lève une main, l'agitant d'un geste hâtif.

« Holà, doucement ! Vous bourrez trop d'infos d'un coup dans mon cerveau... Je comprends rien à vos explications Géo-machin-scientifique là... » Abattu, il baisse le visage et se frotte le front d'un geste nerveux. « Laissez-moi juste un instant le temps... d'emmagasiner tout ça. »

Supplie l'albinos dont le regard flamboyant se pose sur l'hologramme. Il n'avait pas imaginé un instant que Tatooine avait été brisé jusqu'à son noyau. Son esprit s'éloigne dudit noyau pour revenir à ces histoires d'eau. Il se repasse en boucle les mots du sith, réfléchis et fixe d'un air perdu, l'hologramme sous son nez avant de venir murmurer.

« Vous avez dit que les nuages restent constant parce que les conditions atmosphériques ne le permettent pas... » Sa gorge se noue. « Quelles conditions faudrait-il pour... faire pleuvoir ? » Son regard se porte vers Daleth, Byrhon retient son souffle. « Admettons que quelqu'un puisse... disons... Ajuster ces conditions météorologiques, qu'est-ce qui se passerait ? »

C'était impensable comme idée et pourtant, la question lui brûle les lèvres. Alors qu'il s'enfonce lentement dans son fauteuil, le Nagai n'ose plus regarder ni Daleth, ni vago. Il n'avait jamais révélé à personne la nature de ses talents, seul Kaedwell en connaissait les détails. Mais il n'avait pas pratiqué depuis si longtemps et s'était refusé de le faire. Il savait qu'il n'était pas à l'abri d'un dérapage. Alors modifier le temps d'une planète désertique ? L’idée était sans doute complètement ridicule. Mais qui sait... Alors quand Daleth mentionne la contenue de son compte en banque, Byrhon arque un sourcil de suspicion et grogne.

« Vous êtes sérieux là... ? C'est quoi votre foutu problème ? » Il détourne le visage pour fixer vago intensément et lâche d'un air désabusé. « Je vous jure Chef, Eryndal et Anhesis m'ont dit du bien de lui, j'en savais rien qu'il avait fouiné dans les comptes. » Il toise Daleth. « En ce qui concerne la nébuleuse, ce sera la phase la plus facile. Je me ferais un plaisir de leur rentré dans le lard et de les virer de là à grand coup de pied au train... J'ai des comptes personnels à régler avec c'est enfoiré de mes deux. »


avatar
Mogul suprême
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 30/09/2017

    Messages : 11

    Crédits galactiques : 421

    Cristaux Kyber : 12

    Avatar : /

    Crédits : sophia

  • Posté le Jeu 15 Fév - 18:13

    Message n°6523 (11)

La réflexion ironique du Sith arrache un air quelque peu boudeur au Hutt, qui n’est pas sans rappeler la mine de mauvaise foi d’un zabrak de la connaissance de ses deux interlocuteurs. Merci de rappeler encore et toujours que le Cartel n’est pas une organisation très clean concernant ses principes. Vago aurait de quoi maugréer alors même que depuis qu’il en a pris la tête et l’a unifiée, il prend très à cœur et très au sérieux d’agir selon quelques principes simples mais qui ont toujours fonctionné. La loyauté, le respect des hiérarchies, la ponctualité et la rigueur de la comptabilité. Tout ça pour éviter de se faire bêtement voler et détourner des crédits qui se seraient évaporés. Bref, une économie certes principalement basée sur le crime, mais le gros Hutt ici présent sait au moins réinjecter cet argent sale pour faire prospérer les mondes sous son contrôle. Préférant observer du coin de l’œil l’échange entre l’albinos et le masqué, il se contente de garder ses réflexions pour lui, écoutant avec attention les informations concernant Tatooine. On pourra ce qu’on veut, au moins, ce mystérieux Sith susceptible aura bien révisé son sujet. Certains faits sont connus de Vago, comme le problème du champ magnétique et l’existence de nappes phréatiques souterraines peu accessibles, mais cette petite leçon d’histoire n’est pas un mal.

Par contre, c’est un mal de crâne pour Byrhon, songe-t-il d’un regard amusé à la réaction de celui-ci. « Allons Byrhon, c’est pourtant assez clair, vous êtes loin d’être stupide. En résumé, Tatooine dispose d’un bouclier complètement détraqué. Pas de champ magnétique, pas de vie, ou alors nous finissons grillés sous les soleils. Littéralement. En plus, cela perturbe facilement tous les instruments de mesures électroniques, ça explique pourquoi les expéditions du passé ont toutes échoué. La seule chose qui permette à ce fichu caillou d’être habitable, c’est sa grande quantité de ressources ferreuses. Je comprends mieux pourquoi toutes ces ressources sont intactes, d’ailleurs. », explique-t-il doucement, laissant entre chaque phrase, le loisir à Byrhon de l’ingérer correctement, avant de réfléchir de son côté, ses doigts grattant ce qui lui sert de menton.

Les choses s’annoncent sans doutes plus compliquées que prévu. Le projet de coloniser Tatooine et d’en faire une oasis gigantesque est déjà assez fou en soi, mais à présent, il peut mieux comprendre pourquoi le projet n’a jamais été initié ou en tout cas réussi auparavant. Pas de doutes, cela s’annonce plus gigantesque encore et va nécessiter un financement qui peut être à perte pendant de très longues années. Un gouffre financier qu’il n’est pas certain de pouvoir assurer seul, même avec le trésor du Cartel qui s’autoalimente en permanence, surtout avec les autres projets et investissements en cours qui ont besoin de liquidités. Laissant Byrhon à la pluie et au beau temps, le Hutt envisage déjà en silence ses possibilités. Soit ne rien faire de Tatooine, se montrer à l’égale médiocrité de ses prédécesseurs. Soit se lancer seul, enfin le Cartel se lancerait seul avec ses moyens propres au risque de se ruiner et de devenir la risée de la galaxie. Soit trouver des alliés. Financiers, scientifiques, technologiques. Mais qui ? Les Sith ? Ben voyons, pour l’instant, personne n’a encore demandé à ce bon monsieur ce qu’il désirerait en échange de son aide. Et puis avoir des alliés pourrait signifier devoir se partager le magot, autrement dit Tatooine.

Il n’a guère l’occasion de se pencher en détail sur ces nombreux problèmes en perspective qu’un autre fait irruption dans la discussion. Quoi ?! Le regard du Hutt se plisse et se réduit à deux fentes suspicieuses qui se posent sur le Sith. D’où sort-il ces chiffres ? Et quelle est son intention en leur montrant qu’il les connaît ? « D’où tenez-vous ces informations ? Ces chiffres sont normalement sous secret bancaire. », grogne-t-il avec méfiance en songeant qu’il n’y a pas plus secret bancaire que là où dorment les comptes du Cartel. Si la République aime ses scandales financiers et si ses journalistes et autres investigateurs aiment fouiner et mettre leur nez dans ce genre d’histoires, il n’y a pas plus discret en revanche que les Muuns qui sont restés les banquiers les plus fiables de la galaxie quand il s’agit de discrétion. Une grimace s’ensuit, songe que cette petite démonstration sert sans doutes à montrer l’indispensabilité des Sith. Finissant par hausser les épaules, le Hutt rejoint Byrhon concernant la Nébuleuse : « Nous avons déjà ce qu’il nous faut pour les coincer. Dans tous les cas, je ne compte pas les laisser continuer à ramper sur cette planète et la majeure partie de l’intervention est déjà au point. La question, c’est quoi faire de Tatooine une fois qu’on l’aura. Puisque vous avez l’air bien au fait des comptabilités de chacun et du passé de la planète, qu’est-ce que ça vous apporte concrètement d’être venu ici ? »
avatar
Seigneur Noir des Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 27/09/2017

    Messages : 48

    Crédits galactiques : 636

    Cristaux Kyber : 2

    Avatar : .

    Crédits : sophia

  • Posté le Jeu 15 Fév - 18:15

    Message n°6524 (12)

Laissant le soin au Hutt de résumer la situation de Tatooine, le Seigneur noir des Sith se contente alors de les observer du coin de l’œil tout en profitant de cette petite pause pour siroter son thé à la paille. Si les informations un peu techniques ont du mal à entrer dans ce crâne bourré de calmants, au moins on peut se féliciter que l’essentiel ait été à peu près compris, s’amuse-t-il à penser. D’ailleurs Byrhon a l’air plutôt perplexe d’apprendre qu’il est possible d’extraire autant d’eau d’une planète. La galaxie avait beaucoup perdu malgré l’avancée des technologies actuelles. Les nombreuses guerres n’ont pas aidé à développer de nouvelles connaissances plus utiles que l’amélioration d’engins de mort. Une triste réalité à laquelle les anciens Sith ne sont pas vraiment étrangers.

« Avez-vous entendu parler de la civilisation des Rakatas, monsieur Gill’losa ? Ce sont eux qui ont fait cela à Tatooine. Ils avaient à leur disposition des technologies qui nous dépassent encore, des engins de morts pour mieux créer la vie ailleurs, à leur bonne convenance. Les machines ont besoin d’énergie et de matière première pour fonctionner. L’eau a pu être indispensable à l’une de leurs inventions. », explique-t-il en essayant d’être le plus simple possible. Il y aurait tant à dire sur cette civilisation disparue que certaines espèces de la galaxie assimilent aux grands architectes. Il est vrai que ces êtres plutôt barbares avaient su créer un grand nombre d’espèces humanoïdes qui peuplent aujourd’hui les mondes de la galaxie. Et leur orgueil a été à la hauteur de leur anéantissement. Un point commun avec les Sith. L’autre point commun étant le Côté obscur qui a consumé cette civilisation jusqu’au plus profond de leur âme, au point où leur propre invention s’est retournée contre eux. Une erreur qu’il serait sage de ne pas répéter.

Amusé de la question quelque peu timide de Byrhon concernant les conditions météorologiques, le Seigneur noir se demande où celui-ci voudrait en venir et surtout qui il entrevoit derrière ce quelqu’un capable d’ajuster la météo. « Sans régler le cœur du problème, rien. Il se passerait simplement que l’eau s’évaporerait avant même d’avoir touché le sol. Les rayonnements cosmiques sont tels que c’est ce qui provoque la chaleur au sol de Tatooine. Chaleur facilement emmagasinée par la nature du terrain. L’atmosphère y contribue aussi pour éviter des froids polaires dès qu’il fait nuit. Il y a sûrement d’autres facteurs mais en tout cas, ce serait une perte de temps et d’énergie, à supposer que votre quelqu’un en ait assez à dépenser pour ne serait-ce provoquer que quelques gouttes. » En gros, vouloir s’embarrasser de rafistolage sans s’attaquer au vrai problème leur serait au final bien plus couteux et ne serait qu’une solution précaire. Rendre Tatooine vivable passerait forcément par la création ou la réactivation de son champ magnétique et par la compréhension de ce qui a pu arriver à son noyau pour s’éteindre.

D’où la question du budget pour savoir jusqu’à quel point ils sont décidés à mettre en œuvre leur projet. Ce qui n’a pas l’air de plaire outre mesure ni au Nagai ni au Hutt. Oui, forcément, le secret bancaire. C’est en observant sa tasse qu’il réplique alors à propos de la Nébuleuse : « Tant mieux, moi aussi. Je n’apprécie guère qu’on oublie ce qu’on me doit. » Puis un petit rire s’échappe du masque, le son légèrement étouffé par le métal. « Je ne viens jamais les mains vides, sans avoir au préalable étudié le sujet d’une réunion et plus important encore ses participants. Les questions du Mogul suprême sont intéressantes. Disons que… pour commencer, le réseau de la Nébuleuse m’intéresse. Et au-delà de ces considérations très terre à terre, le passé de Tatooine m’intéresse aussi, pour de nombreuses raisons qui ne vous concernent pas mais qui découlent avant tout d’une promesse que j’ai faite à un vieil ami. Et comme je l’ai dit, je suis un Sith, et je tiens toujours mes promesses. »

Moins ils en sauraient et mieux ils se porteraient. Cela n’aurait de toute manière aucune incidence sur leur sécurité ou sur leurs profits, en revanche c’était lié à la sécurité de son peuple. « Enfin, concernant la source de mes informations, c’est très simple… je connais les bonnes personnes à contacter et je sais me montrer très persuasif. », ajoute-t-il avec un large sourire qui peut se sentir dans le ton de sa voix. A ces mots, il porte à nouveau ses doigts vers son poignet et ses cartes s’effacent pour laisser uniquement les données fournies par l’holocom de Byrhon. A côté, d’un coup, c’est l’hologramme miniature d’un Muun qui s’affiche, ou du moins son buste au visage très longiligne et pédant au possible. Ne voyant que Daleth qui n’a pas encore activé la transmission de l’holocom vers la table qui permet l’affichage de plusieurs interlocuteurs, la créature le salue bien bas en inclinant la tête. « Messieurs, puis-je vous présenter le Magister Tonith, mon… conseiller financier et membre du conseil d’administration du Clan Bancaire Intergalactique. Pour votre projet, il va sans dire que vous aurez besoin d’investisseurs. Et de bons investisseurs. » Et qui de mieux alors, que la principale banque de la galaxie ?
avatar
Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 23/11/2017

    Messages : 122

    Crédits galactiques : 535

    Cristaux Kyber : 39

    Avatar : Luke Goss

    Crédits : .Sophia

    DC : Anhesis Al'saalomon

    Inventaire : - Sabre-laser (x2)
    - Armure intermédiaire de Cortosis
    - Épée

  • Posté le Dim 18 Fév - 18:04

    Message n°6656 (13)

Il faut croire que si, il devait être plus stupide que ne le croyait Vago, pour cause il fallut que le Hutt lui donne une explication simpliste pour que le Nagai saisisse enfin la complexité de la chose. Byrhon leva les yeux au ciel avant de détourner le visage, donc, Tatooine était probablement perdu. Enfin, plus ou moins. Et qu'est-ce qu'il y comprenait lui d'abord ? Tout ce que Byrhon voulait, c'était virer la nébuleuse et leur coller une superbe humiliation avant de s'approprier leur territoire. Pour le reste, ce serait aux grands chefs de décider, le reste n'était pas de son ressort.

« Ne faut pas m'en vouloir, mon truc à moi c'est les vagins... Et savoir leur faire cracher des crédits. Pour le reste... Bof, quoi. »

Il n'aurait pas plus être aussi raffiné qu'en cet instant. Ou bien était-ce là un élan de mauvaise foi ? Il avait sur le faciès, ce même air grognon qu'Eryndal. La vexation était évidente mais le Nagai ne chercha pas plus loin, d'autant que Vago fit rapidement savoir sa façon de penser quand Daleth mentionna les comptes tenus secrets. Quant à cette histoire de Rakatas, il est vrai que Byrhon ne s'était jamais vraiment penché sur l'histoire de la galaxie. Lui était du genre à agiter ses sabres lasers avant de réfléchir.

« Bon, écoutez... J'apprécie vraiment vos efforts pour me sortir de l'ignorance mais... tous ces trucs lié à la force, je préfère laisser tomber, vous comprenez ?»

Ce n'était donc pas de la mauvaise foi ou de l'irrespect mais bien son problème lié à sa condition. Byrhon détourne encore le regard, toujours plus fuyant et grognon. Alors quand le seigneur des sith vint à mettre Vago en contact avec un conseiller financier, Byrhon soupir longuement, agitant une main et se redresse pour s'extirper à son siège.

« Navrés messieurs, mais ce n'est plus de mon ressort à présent. Je sais où se trouve ma place et qu'elles sont ses limites... » Il pivote rapidement vers Vago. « Mon seigneur, je vous laisse entre de bonnes mains, si vous permettez je vais emmener notre invité dans mes appartements le temps que vos... échanges, se fassent dans de bonnes conditions. »

Était-ce une bonne idée que d'emmener Daleth directement chez lui ? Au point où il en était après tout, pourquoi pas. Byrhon se détourne des deux hommes et murmure.

« Seigneur Daleth ? Veuillez me suivre je vous prie... Nous descendont de quelques étages à peine, mon frère n'est pas présent mais j'espère que notre nid sera vous offrir le confort dont vous avez besoin après votre voyage. »


Et il rejoint l'ascenseur sans plus de cérémonie. Byrhon est atrocement silencieux, lui qui a pourtant toujours quelque chose à dire ou à critiquer. Mais là, en présence du dirigeant des sith, chaque mot lui semble être une bombe à retardement. La peur de se voir lâcher une parole désobligeante qui le condamnerait à l'agonie et probablement à la mort. Quand enfin le duo entre dans l'appartement luxueux, Byrhon désigne l'entrée du salon d'un mouvement de la main, lèvres pincées. Il est incroyable tendu. Mais si son aîné n'est pas présent, Keenan lui attendait patiemment le retour de son père. Assit sur une chaise, il s'occupe à faisant quelques dessins jusqu'à ce que sa voix ne perce le silence ambiant.

« Papaaaaa ! »

Clame joyeusement l'enfant qui se lève de sa chaise et cour immédiatement vers son père. Il bondit et le nagai le rattrape, le soulevant de terre.

« Salut mon grand... »
« Papa, c'est qui le monsieur avec toi ? »

Minaude Keenan dont les grands yeux bleus se posent sur la sombre silhouette de Daleth. Sans doute à cause de son jeune âge, son approche est plus sereine, il ne comprend pas l'éventuel danger que représente le sith.

« C'est... euh... Le seigneur Daleth. »
« Haw ! Vous êtes le papa de An' et Eryn! »

S'écrie Keenan avec un immense sourire alors que son père le repose au sol. Il s'approche vivement de Daleth et lui tend une main pour le saluer.

« Monsieur Daleth, bonjour ! Je suis Keenan, Eryn c'est mon papa et An' c'est ma copine ! »
un silence plane, l'enfant se questionne. « Du coup... Si vous êtes le papa de mon papa.... est-ce que ça fait de vous mon grand-papa ? »
« Euh... Keenan, je crois pas que... » Bégaye Byrhon.
« Woaaah ! Trop cool, j'ai mon grand-papa ! Il me manque plus qu'une maman et ce sera parfait !!! »

Visiblement Keenan a déjà pris sa décision, Daleth est son grand-père, point. Byrhon se décompose sur place, fixant le vide alors que son fils se jette littéralement sur Daleth, enserrant ses hanches de ses petits bras alors que son albinos de paternel murmure, la voix vide. Il est à deux doigts de la syncope.

« Pitié, que quelqu'un abrège mes souffrance... Qu'on me tue rapidement et sans douleur. »


avatar
Seigneur Noir des Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 27/09/2017

    Messages : 48

    Crédits galactiques : 636

    Cristaux Kyber : 2

    Avatar : .

    Crédits : sophia

  • Posté le Sam 10 Mar - 12:50

    Message n°7685 (14)

Aux mots tout dans la délicatesse de Byrhon, le Seigneur noir des Sith manque de s’étouffer dans son thé. Oui, ça il l’avait remarqué, que son « truc », au Nagai, c’était de gagner des crédits sur les vagins. Observant le Hutt du coin de l’œil, qui doit certainement rire sous cape malgré tout, Daleth finit par reprendre son souffle pour lâcher un soupir à la réflexion de son pâle interlocuteur : alors pourquoi poser des questions concernant la Force si c’est pour se rétracter aussitôt ? Si c’est plutôt agaçant tant il a l’impression d’avoir affaire à un enfant trop gâté, ça n’empêche donc pas le Sith de contacter le CBI pour mettre en relation son contact plutôt très haut placé avec le Mogul suprême. Stratégiquement parlant, le Hutt lui devra donc une faveur et pas des moindres, les Muuns étant plutôt difficiles à solliciter de manière générale, et plus encore à convaincre. Une faveur que Daleth ne tardera pas à rappeler quand le moment sera venu. Quant au Magister Tonith, il serait un élément on ne peut plus fiable, comme toujours, parce qu’il lui devait la vie. Et sa position. L’honneur et l’orgueil Muun, une puissante combinaison dont il faut jouer habilement.

Le Seigneur noir se redresse à l’invitation assez inattendue de Byrhon, transfère la communication vers l’holocom principal pour pouvoir récupérer le sien. « Magister. », salue-t-il avec un geste de respect de la main, songeant qu’ils auraient une conversation privée plus tard. Se tournant vers le Hutt, Daleth prend quelques secondes pour l’observer avant de suivre le Nagai. « Mogul suprême, je vous ferai rapidement savoir ce que vous pourrez faire en remerciement de mon petit… coup de main. J’ai été ravi de vous connaître. », lâche-t-il d’une voix ondulante, avant de disparaître à la suite de Byrhon.

Contemplant le décor de l’ascenseur avec une curiosité innocente, Daleth ne peut s’empêcher de s’amuser de ce silence de plomb qui règne. On dirait que le proxénète qui a toujours quelque pitrerie à dire est devenu on ne peut plus muet. Une anecdote qui fera sûrement rire Eryndal à l’occasion. A peine franchissent-ils l’entrée du vaste appartement qui accueille le Seigneur noir, qu’une petite silhouette rouge fuse vers le cadet Gill’losa. Amusé, le Sith observe la scène avec un petit sourire aux lèvres, les mains croisées dans son dos alors que Keenan s’intéresse alors à leur étrange visiteur. Apparemment, l’association est très vite faite : le papa d’An’ et Eryn. « En quelque sorte, on peut dire ça. », dit-il en lui serrant solennellement la main, avant de devoir retenir un rire face à la tirade de l’enfant. « On dirait que je suis adopté d’office. », remarque-t-il dans un petit gloussement tandis que le gamin le serre dans ses petits bras. Une réaction qui n’est pas sans faire paniquer Byrhon, ou en tout cas le mener vers le bout du rouleau. Les mains du Seigneur noir se referment sur les épaules de l’enfant puis il pose une paume dans les longs cheveux de Keenan. « On m’a déjà parlé de tes exploits à l’école Keenan. An’ et Eryn te passent d’ailleurs le bonjour. », dit-il sur un ton amusé qui traduit le sourire narquois qui s’est dessiné sur ses lèvres.

Tournant son masque miroitant vers le pauvre Nagai qui semble au bout de sa vie, le Seigneur noir ne peut s’empêcher d’émettre un petit rire. « Allons Byrhon, ce n’est pas à un Sith qu’il faut demander ça. », rétorque-t-il d’un ton pince-sans-rire d’où transpire aussi le sarcasme, jouant de ces clichés vieux d’un millénaire, avant d’assener le coup de grâce : « Vous savez, ça fait longtemps que nous nous connaissons, tous les deux. Alors vous n’avez vraiment rien à craindre. » A ses mots, il extrait de la poche intérieure de son manteau une petite carte de couleur platine. Sa carte de client privilégié à l’Ecrin.
avatar
Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 23/11/2017

    Messages : 122

    Crédits galactiques : 535

    Cristaux Kyber : 39

    Avatar : Luke Goss

    Crédits : .Sophia

    DC : Anhesis Al'saalomon

    Inventaire : - Sabre-laser (x2)
    - Armure intermédiaire de Cortosis
    - Épée

  • Posté le Sam 17 Mar - 11:28

    Message n°7983 (15)

Sous le regard médusé de Byrhon, son fils se jette à corps perdu dans les bras du sombre inconnu. Si déjà ce comportement allait contre tout bon précepte parental envers les inconnus, le plus choquant restait de voir que Daleth n'avait absolument aucune gêne à rendre au petit garçon, l'étreinte qu'il lui était offert. Abasourdi, le Nagai reste planté là, comme une fougère en fin de vie, à fixer le seigneur des sith et son fils se découvrir et s'étreindre avec tendresse alors que Daleth se vante même d'être adopté.

« Ouais, euh... ouais. »


Il lui brûlait la langue de lui claquer au nez de ne pas trop prendre ses aises mais Byrhon n'avait plus la foi de rien. Marchant comme un condamné à mort, il ouvre le minibar du salon et observe les innombrables alcools qui trônent là, luxueuses bouteilles aux divines liqueurs. Toutes une régale pour les papilles.

« Je vous sert quelque chose ? »


Murmure le Nagai sans entrain alors même que Keenan prend la main de Daleth et le tire vers le canapé pour s'installer dessus en sa compagnie. L'enfant, visiblement heureux comme pas deux, viens se lover contre Daleth, le dévisageant d'un regard aussi brillant que bleu sans se défaire d'un sourire.

« Papa et An' t'ont dit que c'est moi qui ai les meilleures notes à l'école ? »
« Ou bien ils lui ont dit que t'amuse à clouer tes copains à leur table avec des crayons... » Grogne Byron.
« C'est pas mes copains. »

Rétorque le gosse d'un air boudeur qui soudainement, fait de lui le parfait sosie d'Eryndal, avec moins de cornes et plus de cheveux. Comme un chat en manque d'affection, Keenan se love plus fort dans les bras de Daleth, jouant avec un bout du tissu de sa cape. L'instant tendresse d'un petit garçon qui voit sa famille s’agrandir et en profite avec insouciance sans voir le danger ou les problèmes que cela pouvait apporter.

« An' , bah elle me dit que des trucs bien sûr toi, grand-père... papa Eryn parle pas beaucoup mais An' elle adore parler de toi ! » Il sourit innocemment, observant le masque de Daleth. « Elle dit que c'est toi le plus fort et le plus beau et le plus gentil ! Elle dit que tu fais les meilleurs câlins du monde quand elle est sage. »

Quand elle est sage, il était bon de le préciser. Visiblement Anhesis ne targuait pas d'éloges sur le compte de son paternel. Le simple fait d'entendre parler d'elle fit se crisper Byrhon qui posa deux verres en cristal sur le minibar et remplir d'un whisky bien corsée aux arômes délicats. Une bouteille hors de prix si l'on en jugeait la face mais un petit plaisir coupable auquel Byrhon aimait s'abonner.

« Seigneur... »

Siffla l'albinos en tendant le verre au sith. Keenan se raidit à son tour, redressant le buste et s'exclama.

« papa ! Mais tu es trop nul ! Elle est où la paille ! An' l'a dit pourtant, grand-père boit toujours à la paille ! »

« Quoi ? Mais... je... »
« Et dire que c'est toi l'adulte... »

Accuse Keenan en se séparant des bras de Daleth et se laissant glisser du canapé pour filer vers la cuisine. Il revient quelques instants plus tard avec une paille verte ornée d'une tête de Hutt et la tend à Daleth avec un sourire ravie.

« Tiens grand-père, celle-là je te la donne ! C'est la préférée, je t'en fais cadeau ! » Il toise son père. « Parce que faut pas compter sur certain pour être gentil avec toi alors que tu es de la famille. N'est-ce pas papa ? »
« Mais... »

Murmure Byrhon, effaré de se faire ainsi remettre en place avec son gosse. Il n'a même pas la force de répliquer, se contentant de se laisser choir dans le fauteuil derrière lui et sirote sa liqueur d'un air boudeur, absent et le visage tiré par la vexation. Keenan quant à lui revient contre Daleth, se glissant tout contre lui et murmure.

« Ne t'en fais pas grand-père, tant que t'es ici, moi je vais prendre soin de toi... »


Se faire remettre en place par un gosse de cinq ans était une chose qui tapait déjà royalement sur les nerfs du Nagai mais quand le seigneur noir affirma qu'ils étaient des connaissances de longue date, l'air méfiant de Byrhon se renforça. Qu'est-ce qu'il racontait là ? Il son souviendrait s'il était en lien avec ce type tout de noir vêtu et caché derrière un masque. Et quelles étaient les conditions de leurs connaissances ? Byrhon aurait-il investi dans un projet de Daleth sans en avoir le moindre souvenir ? Impossibles, tous ses dossiers étaient traités avec le plus grand soin et entreposer de sorte à ce que rien ne lui échappe. Alors quand la carte VIP de l'écrin se mit à briller sous la lumière du salon, le Nagai se décomposa avec plus de violence encore.

« C'est une fichue blague.... ? »

D'un mouvement sec il arracha la carte des mains du sith et l'observa sous toutes les coutures. Fut un temps où des fausses cartes avaient traîné dans la Nar Shaddaa, il était possible que celle-ci soit une contrefaçon. IL la tourne, la retourne, tente de la plier, effleure son aspect brillant. Non, c'était bien l'une des très rares cartes platine destinée à sa meilleure clientèle, à ses petits préférés. Alors Byrhon s'attarde sur le code inscrit sur la carte avec le nom mentionné.

« Monsieur... D. »

Oui, certains de ses clients usaient de pseudonymes pour éviter d'être reconnu et lui mettait un point d'honneur à sauvegarder la discrétion de ses clients, sans doute une des choses qui avaient aussi rendu son établissement aussi séduisant que réputé.

« AAAAAAAAAAAH ! »

S'exclame soudainement le Nagai et brandissant la carte en l'air, de sa main libre il pointe un doigt vers Daleth, le faciès figé dans une moue de perplexité.

« Mais OUI ! Monsieur D. ! Je connais tout les visages de mes clients VIP ! AH AH, je vous tiens !!! »

Et soudaine, la douleur résonne dans son genou. Le Nagai grimace et trésaille alors que son fils s'était glissé jusqu'au bord du canapé pour lui asséner un merveilleux coup de pied dans la jambe avec toute la force et la férocité dont il était capable.

« Mais merde ! Keenan ! »
« Tu n'as qu'à bien te tenir aussi ! Arrête d'embêter grand-père ! »

Et sans ménagement, l'enfant reprend la carte des mains de son père et la redonne au sith avant de se lover contre lui, tout mielleux de tendresse. Byrhon étouffe un grognement, prenant appuyé sur la table basse tendit que son autre main masse sa jambe douloureuse. Maudit soit Eryndal et ses gênes de violence ! Maudit soit les zabraks et leur affreux caractère !

« M'en fou, je le dirais à Kaedwell... » Grogne le père avec mécontentement.
« Super et moi j’aurais encore un prétexte pour dire que papa est un meilleur papa que toi, papa. »

Keenan lance un sourire carnassier à son père avant d'enfouir son visage contre le buste de Daleth, chaudement lové au creux de ses bras alors que son paternel le menace du doigt.

« Sale canaille ! Je t'assure que tu vas la sentir passer la punition ! » Sans la moindre crédibilité, évidemment.
« Grand-père, fais pas attention lui! Papa n'est vraiment pas sortable. »


avatar
Seigneur Noir des Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 27/09/2017

    Messages : 48

    Crédits galactiques : 636

    Cristaux Kyber : 2

    Avatar : .

    Crédits : sophia

  • Posté le Dim 25 Mar - 12:23

    Message n°8370 (16)

Reportant son regard vers le Nagai visiblement proche de la syncope ou du suicide, puis vers le bar qu’il lui présente avec sans doutes une pointe de mauvaise grâce, le Seigneur noir des Sith hoche doucement la tête à sa question. « Avec plaisir. » On ne dit jamais non à un bon verre, n’est-ce pas ? Surtout quand on est l’hôte d’une des fortunes de Nar Shaddaa. Et, à côté de cela, Daleth fait de son mieux pour cacher le rire qui lui mord la gorge avec force face aux échanges houleux entre ce môme de cinq ans et ce paternel complètement blasé. A vrai dire, il ne sait même pas s’il doit rire de la situation ou en rester effaré en constatant à quel point Keenan tient de son père biologique. Bon sang, Eryndal, qu’as-tu encore engendré ? se demande subitement le Sith.

Laissant échapper un léger gloussement aux paroles de la demi-portion de zabrak, il se demande aussi ce qu’Anhesis a bien pu raconter d’autre. Le plus fort, le plus beau et le plus gentil ? Sans vouloir jouer les modestes : faux, vrai et faux. Mais le plus drôle est encore à venir avec la paille que le bonhomme lui ramène. Une paille de collection qu’il lui offre avec la plus grande des innocences. « Elle est superbe ! Merci Keenan. », lâche le Seigneur noir en s’emparant de son verre et de la paille qu’il plonge dans le whisky si gracieusement offert. Appréciant les arômes libérés par la boisson entre deux étreintes de Keenan, il repose son verre pour présenter sa carte à Byrhon qui, d’abord, n’en croit ni ses yeux ni ses oreilles au point de la lui arracher des mains sans plus de cérémonies. Et bien, la confiance règne… « Parce qu’en plus du reste, vous pensiez que j’avais mauvais goût ? », rétorque le Sith dans un soupir.

Tournant le masque sur le côté pour observer Byrhon du coin de l’œil alors qu’il croit le tenir, les épaules de Daleth se secouent d’un rire moqueur, qui fond aussitôt que Keenan s’occupe de corriger son père. Rangeant sa carte à sa place, son attention en revient au petit garçon. « Allons, ce n’est pas une façon de se conduire avec son père, même s’il n’est pas sortable. », le reprend-il avec une pointe de reproche dans la voix. C’est fou comme il ressemble à Eryndal, avec plus de cheveux. Même trogne de boudeur, même enclinité à… faire valoir sa façon de penser. Dans un soupir, Daleth observe Byrhon qui a bien du mal à faire valoir son autorité paternelle sur cette petite crapule rouge. « Vous ne tenez rien du tout, très cher. Vous vous souvenez du visage que j’ai bien voulu vous faire souvenir. » Le Seigneur noir n’allait tout de même pas être pris à son propre jeu, tout de même ! Paré à toute éventualité, Daleth masquait la réalité avec l’illusion d’un souvenir.

Terminant de siroter son verre avec ce sourire moqueur qu’on ne peut pas voir, le Sith observe subrepticement l’heure et se rend compte du temps qui a filé en cette charmante compagnie – celle de Keenan, pas Byrhon aux portes de la mort bien sûr. Desserrant les bras du garçon pour le déposer à côté de lui, non sans passer une main affectueuse dans ses cheveux, le Seigneur noir pointe les étages supérieurs du pouce. « Je pense que le Mogul suprême en a terminé, je n’aimerais pas le faire attendre pour discuter des détails. » Il se redresse, tourne son masque vers le petit zabrak. « Je suis très heureux de t’avoir rencontré, tu sais. Et je suis très fier de toi pour tes bonnes notes à l’école. Continue comme ça et sois sage, d’accord ? », dit-il avant de le serrer contre lui en guise d’au-revoir. « Si tu veux, la prochaine fois, je te montrerai mon vaisseau. Quand il ne sera pas garé… au sommet de l’immeuble. », laisse-t-il échapper avec un petit rire narquois, avant de se tourner vers Byrhon. « Nous aurons l’occasion de nous revoir, Byrhon, alors à bientôt. J’apprécie beaucoup votre travail à l’Ecrin, alors prenez soin de vous. Je ne saurais que trop vous conseiller les bienfaits de la méditation, les médicaments finiront par ne plus être aussi efficaces. », conclut-il en s’étant approché du Nagai pour que le garçon n’entende pas la dernière phrase. Et, connaissant le chemin vers la sortie, le Seigneur noir s’en détourne dans un bruissement de manteau.

– SUJET TERMINÉ –
Contenu sponsorisé
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté

    Message n°0 (17)

[Page 1 sur 1]

Star Wars Ascension » Nar Shaddaa