Star Wars Ascension


avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Dim 7 Jan - 20:11

    Message n°4188 (1)

La forêt bruissait de mille sons mais pour celui qui savait écouter, ces bruits différents n’en formaient qu’un, celui de la vie et de l’osmose qui régnait dans un écosystème parfaitement sain. Il était regrettable, songeait Qin Vos, cheminant sous les futaies, marchant entre les feuillages où la lumière se faisait rare, que tout cela doive changer. D’ores et déjà il ressentait à un niveau presque intime les nombreuses altérations que son projet avait fait subir à la planète. L’édification ininterrompue d’Exodus City, cette ville qui croissait de plusieurs kilomètres par mois et agglomérait sans cesse plus d’enthousiastes volontaires et d’employés consciencieux, voilà la cause du mal, si de mal on pouvait qualifier ces changements.

Mais un plus grand bien naîtrait de tout cela et c’était ce que se répétait Qin tandis qu’il avançait à pas de loup et masquait sa présence par la Force pour ne pas perturber un couple de mammifères cornus en train de batifoler. Certes pour l’instant la ruche grouillante qu’il avait amené avec lui semblait porteuse des mêmes maux que toutes les civilisations qui avaient précédé, mais une fois les colons installés, une fois la mécanisation des tâches accélérés, les programmes d’art et de culture mis en place, le système de santé… Mille choses étaient encore nécessaires avant que son rêve n’aboutisse, à commencer par la création définitive d’un système politique clair qui ne se limiterait plus à lui seul, mais cela avançait.

Après tout, l’Autorité du Second Secteur Minoséen, l’ASSM, la fédération privée qui régissait cette partie de l’Amas de Minos ne l’avait-elle pas rejoint ? Ne lui avait-elle pas fait-on, à lui, Qin Vos, de cette petite planète pour qu’elle rejoigne la liste de celles qui d’ores et déjà travaillaient à réaliser Utopia ? N’était-ce pas un signe merveilleux ? Le cœur de Qin Vos était serein et son esprit gorgé de la certitude que sa route était la bonne et que sa vision devait prévaloir pour le salut de tous.

Pourtant… si une chose le chagrinait, c’était l’aspect ésotérique de son projet. La Force. Et les alliés de la Force, ceux qui y étaient sensibles. Oh, à terme, quand Utopia aurait vu le jour depuis un certain temps et que son autorité ne serait contesté en aucun point des planètes ayant rejoint cette nouvelle entité, alors une politique résolue d’éducation des enfants sensibles à la Force selon les idéaux de la Force Agissante pourrait être mise en place, hors du contrôle des jedis. Toutefois cela prendrait du temps et pour l’heure, excepté quelques individus détenant des talents très faibles, des bribes, Qin Vos était le seul allié – il n’aimait guère parler d’usage - de la Force digne ce nom au sein du projet Exodus.

Il était tout particulièrement intéressé par les individus au fort potentiel qui naîtraient ou étaient déjà présents au sein de l’espace qu’il contrôlait et en avait fait l’une de ses priorités, travaillant sur un programme de formation et de compréhension mutuelle, s’entourant de conseillers et de juristes pour préparer la phase concrète qui le verrait aborder les éventuels parents… Quelle ne fut pas sa surprise quand il y eut cette étincelle.

Il méditait, flottant légèrement au-dessus du sol sur un balcon qui avait une vue plongeante sur les forêts vierges de la planète, balcon sis dans un grand et beau dirigeable habité – une spécialité des mondes alentours que d’utiliser ces engins gracieux mais fort lents pour le déplacement sur de courtes distance -, appréciant de voir défiler sous lui un paysage d’holo-carte. Quand, donc, il y eut cette étincelle. Ou plutôt ce murmure. Une intuition venue des tréfonds de la Force, qu’il put capter uniquement à cause de ses dons considérables de perception surnaturelle.

Et ce murmure, il l’avait compris, était un écho, l’écho d’une autre présence, d’une autre personne sensible à la Force qui vivait en ce monde, d’une personne comme lui, formée et réellement puissante, pas simplement un homme qui avait parfois beaucoup de chance aux dés ou une femme qui pouvait guérir une petite infection par apposition des mains. Alors il était descendu du ciel et avait ordonné qu’on ne le dérange sur son comlink qu’en cas de grande nécessité, concentré sur son objectif.

Il s’agissait d’une traque, d’une poursuite, à la recherche de l’intuition, mais conduite par l’instinct, guidée par la Force et seulement la Force, une traque à la finalité pacifique cependant, car il n’avait point eu l’impression de percevoir l’horreur putrescente du Côté Obscur et de la haine corruptrice de ses adeptes. Cependant il lui fallait savoir.

Quand un colibri cramoisi et bleu fit mine de se poser sur son épaule, il interrompit cependant ses pensées et tempéra sa curiosité emportée. Il s’employa à dégager des émanations aussi positives que possibles et pensa amicalement à l’oiseau, laissant la Force diffuser la bienveillance qu’il éprouvait pour la faune et la flore locale, manière jedi de dire à ce qui vivait alentours qu’il venait sans intentions néfastes, en paix. Quelques petits écureuils écailleux, deux ou trois oiseaux et d’autres petites créatures furent rassurées et sortirent la tête hors des arbres ou du sol, regardant passer cet être bipède dont la bure flottait majestueusement quand il avançait.

Finalement sans tout à fait s’en rendre compte, il fut arrivé. Une grotte, il s’agissait d’une grotte, qui montrait des signes d’habitation. Des traces de pas à l’entrée et peut-être de la lumière au fond. Cependant il se garderait bien d’agir en intrus. Il s’arrêta à une quinzaine de pas de l’entrée, marchant volontairement en faisant un peu de bruit pour ne pas paraître se faufiler, et s’abstenant de masquer sa présence à travers la Force, laissant la puissance mystique en lui être sentie par qui le pourrait.

Puis il s’assit sur un gros rocher et attendit, patiemment, sans tapage, impassible.
avatar
Système indépendant
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 05/01/2018

    Messages : 92

    Crédits galactiques : 364

    Cristaux Kyber : 13

    Avatar : Kika Von Macabre

    Crédits : MedusaNexus

    Inventaire : - Fouet Laser
    - Pochette de plantes médicinales
    - Graines de plantes diverses
    - Outils médicaux
    - Canne pour aveugle

  • Posté le Ven 12 Jan - 12:11

    Message n°4361 (2)

Pas de dieu, pas de maître.
Pas de politique, pas de religion.
Pas un crédit mais un bonheur qui se suffisait à lui-même.
Voilà donc à quoi rimait sa vie, vivant au jour le jour sans se soucier des guerres incessantes, donnant son aide à qui le réclamait. Pourquoi donc chercher plus loin quand ce mode de vie avait permis à Evolet de trouver la paix à laquelle chacun aspirait ? Sereine et en parfaite harmonie avec ses convictions, à l'abri des regards et de la cupidité, la femme se contentait d'exister. Et bien que beaucoup s'accordaient à dire que de grands pouvoirs venaient toujours avec de grandes responsabilités, elle n'avait pas jugé son cas comme tel. De grands pouvoirs ? Pas pour elle et sa seule force était usée des actions bienveillantes. Était-elle une héroïne pour autant ? Non, car Evolet était aussi sombre qu'elle était lumineuse, exposant sans honte la dualité qui se cachait en elle. Elle avait accepté, avait volontairement flirté avec l'obscurité pour comprendre la nécessité d'un équilibre. Car rien n'était tout blanc ou tout noir, la neutralité avait un prix dur à payer, celui d'avoir la paix comme le chaos.

Malgré la noirceur causée par son aveuglement, elle avait toujours vu la vie avec une clarté dont peu pouvaient se targuer d'avoir. Lentement la femme s'empare d'un bol de bois, le portant à son visage avant d'en humer l'odeur. Délicat fumet d'un thé aux plantes multiples et aux effets variés mais loin d'être néfaste. Un bol par jour suffisait à reposer son corps, éveiller son esprit. Mais alors qu'elle s'apprête à déguster sa mixture, voilà que son oreille capte des bruits de pas discret. Le plaisir d'avoir perdu un sens était de voir les autres se développer, de voir son acuité prendre des formes aussi extrême que saisissante. Elle pouvait reconnaître les pas des animaux alentour, reconnaître la nature d'une respiration et sentir le mensonge en écoutant un simple battement de cœur. Et là, il ne s'agissait nullement d'un animal environnant. L'être qui avait approché son repère dégageait une force incroyable, pas autant que son mentor certes, mais ses facultés poussaient au respect. Pourtant pas le moindre signe d'agressivité. Il était là, stagnant. Elle pouvait sentir la sérénité d'une méditation. Il attendait, non, il invitait. Oui, c'était une invitation que l'inconnu offrait, l'invitation à le rejoindre, à se découvrir mutuellement. Un jeu prometteur qui arracha un sourire à Evolet.

La femme abaisse son bol avant de se redresser avec une grâce toute particulière qui tranche avec son mode de vie d'ermite. Elle avait dans son attitude, tout ce que la majorité des hommes cherchait chez une femme. Le port altier, Evolet contourne le feu qui crépite au centre de sa grotte, se mettant en marche. Pas besoin de sa canne, elle connaissait les environs comme sa poche. C'était devenu une habitude, elle se mouvait ici comme si yeux disposaient encore de leurs pupilles. Pourtant non, car lorsqu'elle s'extirpe à la pénombre de sa grotte pour rejoindre le grand jour lumineux et ensoleillé qui régnait à l'extérieur, son visage blafard dévoile un regard blanc. Il n'y a rien si ce n'est un vide que beaucoup trouverait sans doute dérangeant. Et juste là à quelques pas à peine, il y a cet inconnu dont elle distingue l'aura, la force sereine à travers une méditation qui n'est pas nécessaire en cet instant. L'ermite s'approche de la roche avant de tendre le bol dans la direction de l'être qu'elle distingue comme une âme, humain sans doute, avant de prendre la parole.

« Tenez, cela devrait ouvrir votre esprit davantage. »

Cette boisson qui lui était dédiée, elle la lui offrait sans la moindre hésitation. Elle reste là, bienveillante et les bras tendu dans la direction de son compère, attendant qu'il accepte de simple présence, ce partage qu'il ne tenait qu'a lui de s'emparer.

« Puis-je savoir à qui ai-je l'honneur ? Les rares personnes à s'aventurer ici, cherche généralement une aide particulière... Cela ne semble pas être votre cas. »
avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Sam 13 Jan - 2:59

    Message n°4426 (3)

Il sentit petit à petit la vie émerger de la caverne, à pas doux et mesurés. Plus la présence s’approchait, plus sa présence dans la Force était évidente. La perception de Qin ne lui révélait nulle envie de combattre ni nature guerrière, ce qu’il sentait était un flux gris et calme, un esprit apaisé. La jeune femme se révèle finalement, les rayons du soleil à travers la canopée soulignant sa silhouette gracile à la peau pâle, examinée avec une surprise amicale de la part de l’ancien maître jedi, non sans, tout de même, un certain fond de méfiance bien dissimulé. Après tout il n’est pas un homme ayant accédé au rang de maître au sein de l’Ordre qui pourrait prétendre être tout à fait immunisé aux préjugés de ceux qui furent les siens sur les utilisateurs de la Force « irréguliers », comme disent les membres du conseil.

Il aurait cependant été extrêmement surpris qu’elle appartienne au Côté Obscur. La puanteur infâme de ce dernier était très caractéristique, mélange d’émotions primaires et agglomérat de passions poussées au point d’ébullition. Elle, quoique clairement pas jedi, semblait n’être que calme et osmose avec son environnement. Sa particularité la plus marquante, évidemment, était sa vue. Ou plutôt son absence de vue organique qui ne semblait pas l’empêcher de fort bien percevoir son environnement…

Voir par la Force. Qin Vos connaissait ce phénomène. Il était relaté en détail dans les comptes rendus de la Bibliothèque Jedi et il avait rencontré un chevalier devenu reclus qui pouvait user du même talent après qu’il ait été aveuglé définitivement par une projection de lance flamme. Néanmoins chez ce dernier il y avait de l’amertume et du regret, une conscience troublée qui inquiétait les maîtres et les experts dans le soin psychologique au sein de l’Ordre.

Il se contint admirablement quand elle lui tendit le bol, ne laissant paraître nulle incertitude. Pourtant… si les responsables de sa sécurité étaient avec lui, le liquide aurait déjà été soumis à une quinzaine d’analyses différentes, et l’inconnue passée au scanner. La Force, cependant. Oui la Force l’avait imperceptiblement poussée jusqu’à cette rencontre, et qu’il n’en résulte rien de significatif ou que cela soit une convergence essentielle, Vos avait toujours fait confiance à la Force tout au long de sa vie. Donc, après n’avoir hésité qu’un instant, il prit une gorgée du breuvage. Puis une autre.

Ledit breuvage qui, comme sa senteur semblait l’indiquer, était du thé. Pas un thé ordinaire cependant, un thé riche de multiples ingrédients en parfaite harmonie qui coula dans le corps de Qin comme un élixir et étendit encore un peu plus ses perceptions surnaturelles en détendant ses muscles, en diffusant une agréable tiédeur dans son corps bien entraîné.

« - Je vous remercie, ce thé était remarquable, et préparé avec une grande sensibilité, fit Qin de sa voix douce aux inflexions riches et graves »

Posant lentement le bol à côté de lui, il prit une posture plus nonchalante. Le moment était empreint d’une grande sérénité qui changeait de l’industrie fracassante et tapageuse qui régnait quelques kilomètres plus loin. Puis il prit le temps de réfléchir à la question qu’elle lui avait posé. De l’aide ? Cette femme était donc une sorte de guérisseuse ou d’ermite bienveillante ? La chose s’était souvent vue. Qin lui-même en tant que Maître avait autorisé plusieurs enquêtes sur toutes sortes de rebouteux, de magiciens et de psychistes qui réalisaient des guérisons miraculeuses. Parfois les choses finissaient par la condamnation d’un odieux escroc, parfois par l’entrée d’un nouveau membre dans l’Ordre, avec tout ce qui se situait entre ces extrêmes.

« - Mon nom est Qin Vos. La Force m’a guidé jusqu’à vous alors que je volais au-dessus de la forêt en dirigeable et aiguillonné mes sens vers une présence sensible à l’énergie de toute chose en ces terres. Mais pourquoi l’a-t-elle fait ? Qui sait. Cette planète… eh bien ma foi, quoique je n’aurais pas la prétention de l’énoncer ainsi, juridiquement cette planète est mienne. J’ai un grand dessein et pour voir l’aboutissement du rêve que je poursuis, de nombreuses personnes m’aident et joignent leurs forces à la mienne. Au début je pensais que la Force m’avait emmené jusqu’à vous car vous seriez peut-être l’une de ces personnes, néanmoins… »

Néanmoins Quin était déçu et puisait en lui les ressources mentales pour ne développer ni amertume ni frustration, des émotions inutiles et, à terme, dangereuses. Mais tout de même, pourquoi fallait-il que d’il y ait un individu sensible à la Force doté de talents évidents en la matière qui soit précisément sur ce monde en cet instant précis, pourquoi fallait-il que la Force le guide jusqu’à elle, alors que, de toute évidence, il s’agissait d’une recluse totalement hermétique aux événements dépassant le cadre de vie restreint qu’elle avait choisi ?

Oh, certes, Qin respectait les ermites et les reclus. Il avait trop lu et trop vu pour ne pas savoir que beaucoup des maîtres les plus sages et les plus admirables que la galaxie ait probablement compté étaient totalement inconnus de lui comme de toutes les mémoires parce qu’ils étaient morts seuls et isolés, se contentant de faire le bien à une échelle réduite. Mais ce n’était pas comme cela que son rêve avancerait… Enfin. Pas de conclusions hâtives.

« … néanmoins je crois ne pas trop m’aventurer en vous créditant de peu d’appétence pour les actualités galactiques ? »
avatar
Système indépendant
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 05/01/2018

    Messages : 92

    Crédits galactiques : 364

    Cristaux Kyber : 13

    Avatar : Kika Von Macabre

    Crédits : MedusaNexus

    Inventaire : - Fouet Laser
    - Pochette de plantes médicinales
    - Graines de plantes diverses
    - Outils médicaux
    - Canne pour aveugle

  • Posté le Jeu 18 Jan - 11:45

    Message n°4756 (4)

Elle attend sagement, patiemment. Elle ne le voit pas de ses yeux mais l'homme ignore qu'elle le voit au travers de la force. C'est vague, comme une aura, une lueur dans le noir ambiant dans lequel elle est plongée constamment. Mais là est tout l’intérêt d'une perception accru mixé à des sens plus élevés. Aveugle, finalement elle ne l'est pas totalement mais c'est un concept si compliqué à expliquer que la plupart des gens ne comprendraient pas. A-t-elle besoin de se justifier ? Non et Evolet ne prendrait de toute façon, pas la peine de le faire. Alors que le thé est rapidement ingurgité, l'homme lui explique la raison de sa venue. Du moins dans les grandes lignes car tout ce qu'elle apprend de lui, c'est qu'il possède la force et a branché son radar psychique droit sur elle. Il est vrai qu'Evolet ne cherche pas à se cacher, elle n'a absolument aucune raison de le faire. Autant dire qu'elle brille comme un phare en pleine nuit, suintant de force par tous les pores de sa peau. Alors quand son aîné lui mentionne que juridiquement la belle Adarlon lui appartient, un tic nerveux traverse le visage d'Evolet qui croise les mains contre son ventre.

« Juridiquement, insistez bien sûr ce mot, surtout. Il n'y a que les humains pour croire qu'une planète leur appartient. Il n'y a que les races humanoïdes douées d'intelligence pour avoir l'idiotie de croire qu'ils ont des droits sur la nature. »

Son ton bien que toujours mielleux se fait néanmoins plus piquant. Elle n'approuve pas ce genre de parole et maintenant qu'elle y pense, qu'est-ce qu'un homme avec un tel niveau dans la force, fait ici sur Adarlon à se croire propriétaire de tout ? Pire encore, il a réellement cru trouver chez elle un potentiel allié . La femme secoue la tête doucement, accablé par les mots et les attentions de Qin.

« Si je m'intéressais aux affaires galactiques, je ne vivrais pas recluse dans une grotte, monsieur Vos. »

Susurre Evolet qui n'a toujours pas bougé d'un pouce. Si ses grands yeux blancs et vides ont de quoi mettre mal à l'aise, le faite de la voir bouger tout juste, même pour respirer, met tout autant dans l’embarras, la femme a presque l'air d'une statue, comme si son état général la plongeait dans une profonde méditation qui n'avait pas de fin.

« Et si vous me parliez un peu de ce rêve ? Je suis curieuse... Après tout, cela vous a mené jusqu'à moi... Et je ne crois pas aux coïncidences, monsieur Vos. Pour moi tout a une raison d'exister, d'arriver. La force ne fait jamais rien au hasard mais... Je crois sans prétention, que je ne vous apprends rien à son sujet. Alors dites-moi, qu'espériez-vous trouver réellement en venant ici ? Ne soyez pas avare de détails, surtout... »

Minaude Evolet qui se montre toujours sereine bien que ses derniers mots évoquent un cynisme évident. C'est presque une menace cacher sous le velours de sa voix tendre. Une invitation pour mieux savoir si elle doit bouter cet arriviste hors de son territoire d'un bon coup de pied au derrière. Elle reste là, parfaitement immobile, sans même un battement de cils. C'est presque effrayant de voir combien Evolet semble à peine vivante dans ces moments, même sa respiration est si discrète qu'il serait aisé de la croire morte. Et pourtant, elle est bien vivante et extrêmement alerte, trop occupée à jauger cet homme, que ce soit sur son attitude, ses mots ou bien les plans qu'il compte exposer.
avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Ven 19 Jan - 20:03

    Message n°4822 (5)

L’esprit de l’ancien maître, formé à la discipline jedi du contrôle intérieur et extérieur de soi, était comme une mer de quiétude parcourue cependant de quelques ondulations, de quelques vaguelettes d’agacement vite contenues. Mais agacé il l’était tout de même. Détester... bon la détestation était un sentiment fort qu’il réservait à ses authentiques ennemis, les criminels, les exploiteurs. Toutefois il n’appréciait pas ces prétendus ermites donneurs de leçons quelles que puissent être leurs grandes qualités morales. Une planète était certes un écosystème complexe et riche qu’il fallait préserver autant que faire se pouvait, mais si tout le monde raisonnait de cette façon et que personne ne revendiquait rien, la communauté galactique en serait encore à vivre dans des huttes de paille sans pour autant que ces poches de vies isolées soient moins violentes qu’actuellement.

Il était épuisant de penser que ce cas qui se présentait devant lui pouvait, peut-être, être multiplié par cent, et qu’il se pouvait, dans l’immensité des mondes peuplés de la galaxie, qu’il y ait pléthore d’êtres puissants dans la Force vivant cachés ici et là dans d’obscures antres ou au sommet d’arbres voire même dans des cabanes marécageuses, des êtres qui préféraient utiliser leur immense talent à des fins dérisoires qu’au service de toute la galaxie. Certes Qin respectait leur sagesse, leur valeur, certes il avait lu bien des choses sur les ermites sensitifs… mais tout de même.

Et puis pourquoi lui faire la leçon en serinant qu’elle vivait dans une grotte pour échapper au monde alors que c’était précisément ce qu’il venait de supposer ? Se pouvait-il qu’en plus d’être une ermite aux tendances misanthropes, cette femme aveugle – du moins au sens général du terme – ait un caractère détestable ? Effrayante combinaison s’il en était… Qui n’était pourtant pas automatique. Qin se souvenait d’un homme qui vivait dans un refuge de cristal, modérément sensible à la Force et dont l’incessant philosophique aimable avait tenu occupé trois jedis…  Il commençait à se demander si la Force l’avait bien guidé. Quoiqu’il en soit il se forçait à rester impassible, à ne pas dévoiler son désappointement.

Il aurait pu lui demander son nom… mais c’était délicat. Qui sait comment fonctionnait l’esprit de cette recluse ? Même chez des gens parfaitement sains d’esprit et de race humaine il y avait des planètes et des cultures où on ne donnait son nom qu’après toutes sortes de rites. Elle ne s’était pas présentée, donc il était fort possible qu’elle préfère garder son identité secrète ou que la révéler suppose d’autres interactions. Modérer sa curiosité pour l’instant, donc.

« - Mon rêve… ah, ma foi j’aurais été bien marri que vous ne vouliez pas de détails car je n’aurais pas vu comment le dire en deux phrases. D’abord, je dis mon rêve mais en fait c’est désormais celui de nombreuses personnes. Par où commencer ? Je suppose que, vu notre nature commune, je peux commencer par la Force. Je fus un jedi, un maître parmi les miens, siégeant au Conseil. J’ai quitté mon ordre parce que je n’adhérais plus à leur vision simpliste de la Force. Vous le savez peut être, ils considèrent qu’il y a deux côtés dans la Force. Le côté lumineux, le côté obscur. Et rien entre les deux. Et bien évidemment ils seraient les seuls à incarner le côté lumineux, ou presque, toute déviation du code et de la loi qu’ils imposent valant immédiatement d’être considéré comme dangereux, voie comme un s… comme un psychopathe en devenir, tenté par le côté obscur. »

Qin avait presque failli dire « sith ». Mais il s’était repris presque aussitôt. D’une part beaucoup de jedis ignoraient même ce qu’était un sith, particulièrement les padawans, ces domaines étant réservés aux maîtres et à des chevaliers particulièrement sages. Donc cela ne lui dirait rien. D’autre part il pourrait être dangereux de lui expliquer le sens du mot et ce qu’il recouvrait, parce que, après tout, on ne donne pas un blaster à quelqu’un qui pourrait potentiellement trouver drôle de l’utiliser, et le savoir ésotérique de l’ordre jedi était ô combien plus dangereux qu’une arme à rayon.

]« - C’est mon premier désaccord avec eux. Je crois qu’il existe toutes sortes de nuances entre le côté obscur et le côté lumineux. Par exemple, vous ne vous réclamez clairement pas de l’Ordre Jedi, pour autant vous n’avez visiblement pas un besoin maladif de domination et de soumission des autres. Donc on peut agir en dehors de leur crédo sans être mauvais. Et précisément, je pense que les utilisateurs de la Force devraient agir bien davantage dans la galaxie, non pas pour la dominer ou pour la soumettre mais bien pour aider ses habitants et les protéger. La corruption de la République et de nombre de systèmes indépendants, la prévarication, le népotisme, l’avarice, l’absence totale de compassion envers les pauvres et les démunis et même leur exploitation systématique, la destruction des environnements naturels et des espèces, l’inaction face à la bassesse ordinaire, le fait que des milliards d’individus travaillent nuit et jour depuis leur enfance dans d’obscurs culs de basse fosse alors que nous avons la technologie pour supprimer le travail pénible et meurtrier que l’on inflige à tant de gens… Tout cela me révolte. »

Mais au fond qu’en savait-elle ? Il parlait, parlait, mais il n’avait aucune idée de la compréhension qu’elle pouvait avoir de ses propos. Si ça se trouve elle n’avait jamais quitté cette planète et peut-être bien qu’elle ne connaissait même pas la République ! Le cas s’était vu très souvent dans ce genre de mondes éloignés au sein de petites communautés isolées. Bah. Dans ce cas restait à espérer qu’elle comprenne le sens général de ses propos, pensa Vos.

« - Donc vous l’avez compris, je ne suis pas très admiratif devant la façon dont fonctionne la galaxie. C’est pourquoi j’ai écrit un livre… enfin plusieurs, même. J’y exposais une vision différente. Une société nouvelle qui proposerait à ses membres de se concentrer sur leur épanouissement intellectuel et moral, limitant le travail humain à son strict nécessaire pour une vie équilibrée et le bon fonctionnement de mondes habités, gouvernés par une seule personne aux pouvoirs étendus quoique pouvant être démise selon divers moyens, et surtout appuyé par un groupe de femmes et d’hommes sensibles à la Force qui, comme les jedis, revendiqueraient le maintien de la paix mais, au contraire des jedis, seraient intégrés dans le gouvernement, agissant directement sur le terrain chaque fois que nécessaire pour enrayer la corruption et les luttes particulières au profit d’un plus grand bien. Comment résumer la chose… un gouvernement, une société, qui aurait pour principal but le bonheur et la prospérité de ses citoyens et qui s’inspirerait de la Force pour vivre. »

Qin n’était jamais très à l’aise quand il devait résumer un édifice idéologique aussi considérable en si peu de mots. C’était bien pour cela que son ouvrage faisait autant de pages en holo-format standard.

« - Cette société a même un nom, Utopia. Le projet qui vise à la faire naître se nomme Exodus. Exodus parce que des milliards d’individus prévoient de quitter leur ancienne vie pour nous rejoindre dans l’Amas de Minos, la région de la galaxie où se trouve cette planète et qui abritera Utopia. Outre ces colons, quelques mondes nous ont déjà officiellement rejoints, quoique souvent peu riches ou habités.  La tâche est… titanesque, je dois l’avouer, construire quelque chose de nouveau et de plus pur que ce qui fut jusque-là. Et c’est pour cela que quand j’ai senti votre présence ici sur cette planète qui est le siège du projet Exodus, je me suis demandé quel tour la Force nous jouait et si nous allions être des voisins qui s’ignorent ou autre chose. »

Des voisins qui s’ignorent. Qin eut un léger sourire à cette perspective. Si elle désirait demeurer recluse, il veillerait à ce que nul ne la trouble. Il savait que l’Ordre procéderait différemment et essaierait patiemment par la ruse et la diplomatie de l’inféoder pendant des années, mais il n’était pas juge des modes de vies.

« - Quoiqu’il soit peut être présomptueux d’imaginer un voisinage, après tout je ne sais rien de vous… »

Et j’aimerais bien en savoir plus et ne pas seulement vous donner des informations, voilà ce qu’il ne disait pas mais qui affleurait.
avatar
Système indépendant
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 05/01/2018

    Messages : 92

    Crédits galactiques : 364

    Cristaux Kyber : 13

    Avatar : Kika Von Macabre

    Crédits : MedusaNexus

    Inventaire : - Fouet Laser
    - Pochette de plantes médicinales
    - Graines de plantes diverses
    - Outils médicaux
    - Canne pour aveugle

  • Posté le Jeu 25 Jan - 21:37

    Message n°5457 (6)

« Un maître Jedi ? Voyez-vous cela... »

Ronronne la femme d'une voix mielleuse et vipérine. Elle n'était pas spécialement rancunière Evolet, mais l'on peut dire que le conseil Jedi tout comme ses chevaliers, lui avait laissé un goût amer. La voilà plus curieuse que jamais quant à savoir ce que cet homme voulait, quel était son histoire mais avant tout ce rêve qui n'en avait pas l'air d'un. Plutôt un projet à grand échelle. Son utopie sonne faux à chaque mot qu'il prononce, il se perd dans un discours qui n'en finit pas et si la femme est patiente d'ordinaire, son visage se crispe sous l'agacement prononcé qu'elle éprouve.

« Veillez à m'excuser mais... Vous exposez votre projet ou bien vous vous contentez de vous écouter parler ? »

Cet homme se lustre l’ego. Il n'est rien d'autre qu'une créature qui s'impose sur Adarlon et tente de convertir le peuple d'Evolet à un mode de vie aussi flou qu'irritant. Ce qu'il exprimait, elle le comprenait. Oui beaucoup de choses étaient révoltantes dans la galaxie mais il y avait trop de monde, trop de gens, trop de culture différentes pour avoir l'espoir d'apporter quelque chose de différent. Et à quoi bon, de toute façon ?

« Monsieur Vos, je suis ravie de voir que vous vivez avec un but soit-disant louable dans votre vie mais... N'est-ce pas hypocrite de votre part ? »
Elle fait la moue, haussant les épaules. « Vous parlez de cultes qui asservissent les autres, mais n'est-ce pas ce que vous tentez de faire vous-même avec votre projet Exodus ? Après tout, Adarlon est une planète reculée et indépendante qui a échappé aux guerres, qui vit simplement et dont le peuple vit en paix. » Elle marque une pause, faisant quelques pas devant la grotte. « Cette planète j'y suis née monsieur Vos, je connais sa culture mieux que vous ne la connaîtriez jamais. Par sa nature indépendante et faible, vous l'avez prisé parce que vous avez vu en son peuple une faiblesse d'esprit utile à votre projet. Vous cherchez à imposer votre culture, votre mode de penser et votre vision des choses à un peuple qui n'en a jamais eu besoin pour vivre dans la paix. Vous n'êtes finalement pas bien différent de ceux que vous pointez du doigt. »

Evolet cesse de marcher, pivotant doucement sur elle-même. Elle attend un instant, devrait-elle continuer sa tirade à son tour ? Elle doute que ses mots puissent avoir un quelconque impacte sur l'ancien maître Jedi qui semble si sûr de ses plans, si pleins de conviction quant au futur d'une galaxie qui ne dépend justement, que trop peu de lui.

« Un détail m'amuse dans votre discourt... Vous parlez des travaux ingrats alors que nous avons les machines pour cela. Que comptez-vous faire ? Laissez la technologie faire ce que tout bon humain peut faire lui-même ? Priver les gens d'un dur labeur, c'est les priver d'un but dans leur vie monsieur Vos. Et quand l'ennui frappe à votre porte, elle arrive très souvent avec son amie la folie. C'est comme cela que naissent les guerres, vous savez... On dit que l'oisiveté est mère de sûreté mais en ce qui concerne votre projet... La seule chose que je vois, c'est une grande et fabuleuse ère d'idiocratie qui s'annonce. »

Lâche Evolet en affichant un sourire flamboyant alors que son regard blanc se perd sur le vide et que d'un geste de la main, elle mime la grandeur d'une chose invisible. Elle se fiche de lui, pourtant elle n'en pense pas moins chacun de ses mots. Son sourire finit par disparaître et bien qu'elle ne puisse le voir, Evolet s'approche doucement du rocher sur lequel Qin est assis.

« Soyons sérieux un instant... Vous avez quitté les Jedi en leur reprochant leur mentalité... Mais vous refusez d'accepter que la galaxie ait aussi besoin de sa part de noirceur. La force c'est avant tout un équilibre monsieur Vos. Comme tout équilibre il lui faut sa lumière et ses ténèbres. Il est pitoyable de voir que vous voulez imposer un culte inspiré de la force alors même que vous ne comprenez même pas la complexité de cette énergie dont vous vous dites le maître. » Son ton devient austère, glaciale. « Il n'y aura pas de voisinage, en effet. Bien que je suis une grande partisane de la force vivante, vous êtes un parasite dont Adarlon n'a pas besoin. Vous ne valez pas mieux que l'ordre que vous avez quitté. Partir d'une secte pour en fonder une autre... Je crois que vous avez perdu votre sagesse en même temps que votre dignité, Maître Vos. »
avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Ven 2 Fév - 19:10

    Message n°5966 (7)

Vos surveillait son interlocutrice comme il couverait du regard une malle remplie d’explosifs militaires prête à détoner à la moindre hausse de température. Ses yeux d’un noir de jais enregistraient le moindre de ses mouvements, ses muscles se raidissaient, prêts à bondir, tandis que l’air de ne pas y toucher il rapprochait sa main droite de sa bure, prêt à dégainer son sabre laser en un éclair. Cette jeune femme qu’il avait d’abord pris pour une ermite douce et pacifique, qui, à l’évidence au vu de ses mouvements et de sa précision, pouvait voir par la Force, serait-elle plus dangereuse que ce qu’il aurait cru ? Il écoutait ses mots avec autant d’attention qu’il écoutait le frôlement de ses pas sur le sol où l’air qui se déplaçait, dérangé par les mouvements félins de la femme au visage pâle. Des mots durs, à la limite de l’agressivité.

Il sentait maintenant en elle une pointe de colère, le rejet, et de la noirceur quoique pas dominante. Des émotions néfastes, putrides, qui chez un utilisateur de la Force pouvaient très vite dégénérer et pousser l’individu du Côté Obscur de la Force. Qin Vos n’avait affronté que deux fois des individus sensibles à la Force ayant totalement basculé. L’un était un ancien chevalier qui avait disparu immédiatement après son élévation et qui avait semé la terreur sur un monde agricole paisible, l’autre un cultiste aux pouvoirs puissants qui perpétrait des assassinats rituels. Cette femme n’était pas comme eux et ne dégageait pas la même aura de corruption et de haine, cependant…

« - Vos propos sont offensants. Premièrement je n’ai pas choisi cette planète, c’est l’inverse. Quand j’ai exposé mes vues et sollicité des candidatures pour intégrer Exodus, ce petit monde pastoral, au sein de la population duquel vous prétendez qu’il y a faiblesse d’esprit, fut au contraire le premier à souhaiter m’accueillir et le référendum planétaire fut écrasant en faveur de l’intégration et de l’obtention de la dignité de planète capitale pour la première phrase du plan. Deuxièmement vous qui êtes ici, entourée de Force, troublée par rien, à l’écart de tout, que savez-vous de l’enfer des enfants jetés dans les chaînes de production des technos syndicats, asservis dès la naissance par des dettes insolvables, contraints de travailler des décennies, jusqu’à leur mort, dans des conditions proches de l’esclavage… Pour ma part je connais le sort que les forts réservent aux faibles et je le désapprouve. »

Qin Vos, lui, avait vu, visité, senti, parlé, son œuvre avait été modelée par son travail sur le terrain, il avait poussé la chose jusqu’à s’infiltrer dans une chaîne de montage de la Bordure sans aucune protection pour endurer ce qu’endurent les billions d’esclaves en tout sinon en nom qui œuvrent pour la prospérité des mondes du noyau…

« Mais je crois qu’il est inutile de s’écharper sur des concepts idéologiques puisque nous ne sommes visiblement pas destinés à trouver le moindre accord de vues. Vous m’avez jugé de la façon la plus hâtive, sans avoir d’autres éléments qu’un résumé forcément grossier et simplifié d’une pensée collective portée par des milliards d’individus, tandis que je ne vous ai moi catégorisée que comme une ermite, sans rien présumer savoir d’autre à votre propos. Et pourtant… »

Vos se releva souplement, se positionnant face à la femme pâle qui avançait en sa direction, sans reculer d’un pouce. Peut-être qu’un jedi aurait choisi de différer la confrontation, qu’un jedi aurait pensé ce qu’il était en train de penser mais aurait préféré une observation longue et patiente suivie peut être d’une intervention mais qui en tout cas aurait été exempte de toute confrontation. Qin Vos n’était plus un jedi et ne pensait plus comme eux en aucune façon. Si cette femme était une menace, s’il y avait au sein même du projet, au cœur d’Exodus, le début d’un cancer… Il faudrait alors exciser.

« - Pourtant une chose m’a frappé dans vos propos incendiaires. La noirceur avez-vous dit. Un mot plein de sens pour quelqu’un qui est aussi sensible que vous à la Force… En réalité un mot qui ne peut avoir qu’un sens, si tant est que vous sachiez ce que vous dites. Je vous le demande, êtes-vous une pratiquante des usages et des sinistres procédés du Côté Obscur de la Force ? »

Qin Vos croyait aux nuances de gris dans la Force. Celui qui avait la Force pour allié, et qui inconsciemment ou sans le vouloir se conduisait entre l’obscurité et la lumière, faisant le bien d’une main et le mal de l’autre, devait être jugé en adéquation avec ses mérites et ses torts. Mais la chose la plus souhaitable, la plus pure, la meilleure façon de mener était la Lumière, la lumière pure et bienveillante de la Force. En cela il demeurait jedi, quoique ne pensant plus à cette lumière de la même façon qu’eux. Et revendiquer d’éventuels bienfaits dans l’usage de la noirceur… C’était être complétement égaré et totalement fourvoyé. Et être potentiellement une menace.

« - Quant à notre voisinage… il sera lointain mais nous allons bel et bien coexister sur la même planète. Il va de soi que je ne renoncerais pas à la voie que je me suis fixée, mais je puis vous assurer aussi que je ne tenterais rien à votre encontre et que je veillerais à ce que votre intimité soit respectée. Sauf si bien sûr vous avez l’intention de mettre fin prématurément au dit voisinage avant même qu’il n’ait commencé… ? »

La main sur son sabre, Qin Vos était prêt. Il ne fuirait pas pour éviter la confrontation ni ne tenterait de manœuvres indirectes pour la circonscrire. Mais pour autant l’idéal à atteindre était toujours la paix, la vraie paix sincère et franche entre deux êtres n’ayant pas peur du choc si nécessaire mais y préférant la compréhension que d’irréconciliables différences ne menaient pas forcément à l’affrontement si chacun était convaincu de la sincérité de l’autre. C’est précisément la sincérité de la femme qu’il tentait de mesurer, espérant qu’il n’aurait pas à faire jaillir sa lame émeraude aujourd’hui et qu’elle ne représentait aucune menace.
avatar
Système indépendant
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 05/01/2018

    Messages : 92

    Crédits galactiques : 364

    Cristaux Kyber : 13

    Avatar : Kika Von Macabre

    Crédits : MedusaNexus

    Inventaire : - Fouet Laser
    - Pochette de plantes médicinales
    - Graines de plantes diverses
    - Outils médicaux
    - Canne pour aveugle

  • Posté le Sam 10 Fév - 18:41

    Message n°6342 (8)

Ses propos sont offensants ? Évidemment qu'ils le sont et c'était bien le but. Evolet ne cherchait même pas à cacher son mépris et se contentait de dire sa façon de penser sans se soucier que cela puisse froisser son interlocuteur. Il se débat vainement, accusateur face aux paroles de l'ermite qui reste là, immobile. Stoïque, Evolet ne bronche pas jusqu'à ce qu'il juge à son tour, usant contre elle l'état déplorable des esclaves et la façon dont ils sont souvent traités dans la galaxie.

« Vous êtes un ignare aussi fourbe que pathétique.» Siffle la femme qui pivote vers lui son faciès plus sinistre que jamais. « Vous m'accusez de vous juger mais vous le faite tout autant. Alors notre échange va donc se résumer à cela? Œil pour œil, dent pour dent ? Je vous le déconseille vivement, monsieur Vos. Vous avez peut-être été au-devant de l'horreur, ce qui a de l'éveiller un soupçon de compassion chez vous... Mais vous ignorez tout de mon propre pèlerinage. » Evolet fait un pas en avant, lentement. « Je n'ai pas eu besoin de traverser le désert de Tatooine pour trouver un pseudo oasis... On m'a jeté tête la première dans un gouffre parce que l'on m'a jugé impuissante. » Son ton devient sifflant, presque féroce. « Ce que vous avez observé, dites-vous bien que moi je l'ai vécu avec eux. Je n'ai pas juste vu ces enfants... J'avais les mains dans leur sang. J'ai mis les pieds sur d’innombrable planète, j'ai coupé, rafistolé et par conséquent, sauvé probablement plus de vie que vous ne le ferez jamais avec votre... Exodus, dont vous gardez volontairement les explications dans le flou. »

Plus de pitié pour cet homme. Evolet lui tient tête avec fermeté alors que son regard vide reste implacablement tourné vers lui. L'homme est loin d'être aussi serein qu'il ne veut bien l'admettre ou qu'il tente de le faire croire. Ses paroles à travers un débat faussement utile, trahissent une colère sourde qu'il cache derrière de vaines paroles. Alors quand Qin parle de ses propos incendiaires, les épaules d'Evolet se secouent puis un éclat de rire lui échappe.

« Une pratiquante des usages des... sinistres procédés du côté obscur de la force ? »
Elle secoue la tête, sourire aux lèvres. « Vous êtes pire que ce que je croyais. » Elle le pointe du doigt lentement. « Ne confondez pas obscurité et malveillance, espèce de vieux débris. »

C'est lui qui était offensant. Il parlait de ce dont il ignorait tout. Que Daleth la garde d'avoir à justifier quoi que ce soit face à ce vieillard sans cervelle. Bon sang, comment pouvait-on prôner l'équilibre et la justice en condamner avec tant de zèle un aspect pourtant nécessaire à tout ce qui vivait dans la galaxie ?

« Regardez autour de vous ! » Ordonne Evolet en ouvrant les bras. « Vous voyez quelque part ne serait-ce qu'une once de ce dont vous m'accusez ? Vous prétendez savoir ce qu'est la force mais au final, vous êtes juste un arriviste comme tous les autres. » Elle lui tourne le dos, marchant vers l'entrée de la grotte. « J'insiste, monsieur Vos, en disant que vos histoires ne sont rien de plus qu'un moyen comme un autre de vous élever au-dessus des autres. La preuve en est, vous avez volontairement jeté votre dévolue sur une planète indépendante pour y asseoir votre pouvoir. La vérité c'est qu'Adarlon n'est qu'un pigeon qui vous servira pour vous hisser plus haut. Ce n'est que l'endroit idéal qu'il vous fallait pour... comment vous dites déjà ? Ah oui... » Elle s’arrête et tourne la tête vers lui. « Votre première phase du plan. » Esquisse d'un sourire mauvais. « Vos paroles vous trahissent monsieur Vos, choisissez les avec plus d'attention à l'avenir. Si vous vouliez réellement changer les choses comme vous le prétendez, vous auriez posé votre royale postérieure ailleurs que sur une planète ou règne déjà la paix, un endroit où votre aide aurait vraiment été nécessaire. Après tout, vous le dites vous-même, vous avez vu tellement d'enfant dans le besoin. Étonnant de vous trouver à leur côté en ce moment même. Vous avez juste saisi la première opportunité pour parvenir à vos fins et c'est là, la seule vérité que j'entends. » Evolet cesse de sourire et le toise comme si elle pouvait le voir. « Je suis aveugle monsieur Vos, mais pas idiote. J'ai suffisamment vu de souffrance pour savoir qu'un homme qui a du pouvoir, trouvera toujours un moyen de s'en servir. Vous ne faites pas exception à la règle, quelque soient vos idéaux. »

L'ermite tend le bras, attrapant sa canne d'aveugle poser contre la paroi de la grotte. Elle la ramène contre elle, croisant les mains dessus et se penche doucement vers la silhouette de Qin avant de murmurer, vipérine.

« Auriez-vous l'obligeance, je vous prie, de virer votre cul de mon jardin ? Merci. »
Contenu sponsorisé
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté

    Message n°0 (9)