Star Wars Ascension


Star Wars : Les derniers Jedi

Star Wars Ascension » Les régions du flood » La zone de partage

avatar
Maître du Jeu
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 04/08/2017

    Messages : 910

    Crédits galactiques : 2671

    Cristaux Kyber : 0

    Avatar : Holocron by Medusanexus

    Crédits : MedusaNexus & Sophia

  • Posté le Dim 17 Déc - 19:21

    Message n°3106 (1)

Discussion sur SW 8


Bonjour à tous !
Difficile d'être un forum Star Wars digne de ce nom sans au moins consacrer un modeste sujet concernant la sortie du dernier film qui, on se l'accorde, tend à déchainer les passions.
Etant sortie de la séance en début d'après-midi, et toujours sous le choc et aussi charmée par de nombreux aspects abordés par Ryan Johnson, je vous invite à vous exprimer sur ce que vous en avez pensé aussi, à condition cependant de limiter au maximum le spoil et en utilisant avec rigueur la balise spoiler ! Je rappelle que des personnes sur le forum n'ont pas encore vu le film, à commencer par notre modo et il serait fort dommage de lui dévoiler toutes les surprises
Et surtout, je serai curieuse de lire vos arguments que vous soyez validé ou non, sur ce que vous avez apprécié et moins apprécié, pas seulement un avis très vide comme on peut en voir beaucoup sur Internet alors que nous sommes là avant pour la beauté de la littérature

Bref, à vous
avatar
Padawan
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 06/11/2017

    Messages : 263

    Crédits galactiques : 567

    Cristaux Kyber : 33

    Avatar : daisy ridley.

    Crédits : myself (avatar & gifs) & xynpapple (signature).

    Disponibilité rp : ouverte.

    Inventaire : sabre-laser bleu, armure légère.
    un petit voorpak nommé Aya.

  • Posté le Dim 17 Déc - 20:16

    Message n°3114 (2)

je rédigerais un avis constructif plus tard, j'vais juste laisser ces liens-là

LIENS SPOILERS
https://i.imgur.com/87gK9df.jpg
https://i.imgflip.com/21539y.jpg
https://i.redd.it/srcnnscddr301.png
https://i.imgur.com/uOU4eUt.png


Vaylhan

you're so lonely, so afraid to leave. the belonging you seek is not behind you. it is ahead.


avatar
Nébuleuse Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 08/12/2017

    Messages : 105

    Crédits galactiques : 492

    Cristaux Kyber : 37

    Avatar : Sofia Boutella

    Crédits : tumblr, édité par mes soins

    Disponibilité rp : Indisponible (ouverte aux propositions)

    Inventaire : - Lance-fléchettes
    - Pistolet blaster
    - Armure légère
    - Système de camouflage
    - Droïde de reconnaissance

  • Posté le Lun 18 Déc - 0:21

    Message n°3139 (3)

Vay, tes memes m'ont tuée, ils sont tellement accurate xD

Je mets ce que j'ai pensé du film en hide + spoiler, comme ça y a encore moins de risques ! Et je vais sûrement spoiler comme une sale pour étayer mes propos.



Hâte de vous lire
avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Lun 18 Déc - 23:07

    Message n°3167 (4)

En attendant de rédiger un avis constructif, je campe ici, histoire d'être notifié
avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Dim 24 Déc - 12:10

    Message n°3442 (5)

Ha !

Serais-je le premier avis constructif à l'horizon ? :D

Spoiling spoiler:


Déjà un peu déçu de The Force Awakens, j'y allais réticent.

J'en suis ressorti moyennement satisfait. C'est un beau film, les effets spéciaux tout ça tout ça, mais j'ai trouvé qu'il y avait énormément de faiblesses scénaristiques et le film n'a pas encore répondu à toutes mes interrogations, bien que je n'utilise pas ce dernier point comme réel jugement de valeur et m'arrête donc aux faiblesses scénaristiques :

Parlons donc de ces mystérieuses faiblesses :

Leia ? What you doing ? Are you stronger than Yoda Himself ?

Vous aurez bien compris, même si je sais que Leia est une skywalker et que dans l'univers étendu elle apprend à maîtriser la Force, suis-je le seul à rester ébahi devant la prouesse qu'elle accomplit ? J'pars du principe qu'elle doit pas souvent s'entraîner à la maîtrise de la Force et là elle nous pond un truc que même les plus fort jedis n'arrivent pas à accomplir ! Je suis sûr que même Kylo Ren qui est capable de faire un "gel de force" n'arriverait pas à accomplir une stase aussi belle et à se hisser jusqu'au vaisseau comme elle le fait.

Supreme Leader or Supreme Bullshit ?

En vérité, j'suis pas du tout d'accord avec la mort de Snoke. En plus de pas avoir appris sa réelle identité, j'ai été très déçu de sa mort. Bitch please, si Kylo a été sneaky, il a du entendre le sabre grincer ou que sais-je le long de son accoudoir, nope ? Comment ne pas voir non plus la main de Kylo Ren bouger significativement ? Pour le boss ultime appelé "Supreme Leader", nom qui ferait rougir les professionnels des métaphores, je suis grandement déçu. On parlera pas de Hux qui se fait gangbang depuis l'épisode 7 et qui meurt pas comme il le devrait si on avait été au temps de Vador.

Capitaine Phas... Phas-quoi ?

Pourquoi payer une actrice qui commence à prendre du gallon pour la faire crever comme ça et la faire sinon simplement marcher le reste du temps ? En plus, j'suis presque sûr que j'vais apprendre à quelques uns ici qu'il s'agit de Brienne Of Torth dans Game of Thrones. J'espère qu'elle va revenir niquer salement des daronnes.

DJ ou le mec dont j'ai pas compris son nom.

Le mec là, le hacker. Cétait quoi ce bins ? "Ué j'me sui fé pécho alor jé marchandé et j'vs encule". Non. Juste non. On parle de ceux qui font régner la terreur ! Mais butez-le bon sang, y a déjà assez de Percy Weasley qui se fait gangbang H24 !

J'vais finir sur un point positif tout de même :

J'ai sincèrement cru au fait que Kylo Ren revenait du côté clair de la Force quand il a présumément tué snoke. Ca l'aurait trop fait de voir Rey, Kylo et la poignée de rebelle qui restait contre Hux et les restes du First Order.

J'arrête là pck ça m'énerve et j'vais passer pour un con rabat-joie en plus xD
avatar
Système indépendant
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 23/12/2017

    Messages : 45

    Crédits galactiques : 452

    Cristaux Kyber : 17

    Avatar : Marauder Captain WIP

    Crédits : kassarts

  • Posté le Lun 25 Déc - 18:11

    Message n°3539 (6)

Pour ma part, j'ai été assez déçu :
J'ai trouvé que toutes les scènes étaient bien : intéressantes, belles ...
Mais elles n'avaient pas de lien cohérent, elles survenaient sans raisons ...

Et surtout, les films de la première et seconde trilogie avaient un intérêt profond : on découvrait l'univers de Star wars. Des peuples, des organisations, des technologies, des mondes ...
Mais là, on effleure à peine l'univers, pour un film de 2h30, j'aurai aimé avoir un peu d'exposition, de profondeur dans l'univers. Là, on découvre viteuf' une cité, on voit ce qu'elle est réellement 2 minutes plus tard, on la quitte 5 minutes après. Et voilà tout ce qu'on aura de découverte de l'univers ...

J'en découvre plus sur l'univers dans un seul épisode de séries pour "gamins" du genre "Clone wars" ou "Rebels" ...
avatar
La Main Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1568

    Crédits galactiques : 404

    Cristaux Kyber : 12

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia (avatar & gifs)

    Disponibilité rp : demandez toujours !

    DC : Kaedwell, Echoy, Jake

    Inventaire : double sabre-laser, lance-fléchettes, droïde de reconnaissance, droïde médical, porg, grumpy cat, motojet, chasseur biplace.

  • Posté le Mer 27 Déc - 23:58

    Message n°3783 (7)

BON ! J'ai enfin réussi à trouver le temps de rédiger ce que j'avais envie de dire sur ce film et j'ai carrément pondu un pavé sans aucun spoil

J’avais un avis assez mitigé concernant Star Wars 7, voire même un peu déçue sur certains points, notamment la situation géopolitique qui n’est même pas posée avec solidité, trop de questions posées sans y apporter le moindre élément de réponse, ou le développement des personnages qu’on nous présente si vite que j’avais un peu du mal à m’y attacher, et surtout la trop grosse effusion de plans « hommages » qui relevait plus du fan service que d’une véritable utilité pour le film.

Du coup, pour le 8, en réalité, je n’avais pas de réelles attentes avant d’aller le voir. J’étais très impatiente, certes, surtout au vu des images des trailers qui en jettent carrément (et pour les porgs), mais concernant l’histoire et ce qui allait se passer pour les personnages, à vrai dire, je ne voulais m’attendre à rien. Et au final, ce n’est sans doutes pas plus mal, car toutes les théories parfois – souvent – tarabiscotées que l’on peut rencontrer sur internet à propos des parents de Rey, de l’origine de Snoke ou même du scénario du 8 se font violemment jetées au fin fond d’un placard dans un trou noir à l’autre bout de l’univers. Ce que j’ai personnellement beaucoup apprécié.

Bref, je ne sais véritablement par où commencer pour vous donner mon ressenti à propos de ce film, j’ai tellement de choses à dire que je vais probablement oublier d’évoquer des tas de choses.

En tout cas, si ce film est long (au moins on en a pour son argent), je ne l’ai même pas remarqué tant il est généreux. Trop, même, tant le rythme est intense, pour tout vous dire en sortant du cinéma j’étais littéralement morte de fatigue. Généreux dans les scènes, la qualité de certains plans, généreux dans les émotions, généreux dans l’humour, généreux dans ses messages.

Car oui, il y a des messages. Toute œuvre artistique, qu’elle soit littéraire, filmographique ou autre, peut se lire avec différents niveaux de lectures. Vous pouvez bien sûr prendre le film tel que vous croyez qu’il est, simplement un défilement d’images, de sons et d’actions, simplement une histoire qui est racontée en prenant tout au premier degré. Mais vous pouvez aussi voir plus loin, beaucoup, beaucoup plus loin, d’une part en ressentant ce que le film tente de vous donner, mais aussi en analysant ce qui est dit et surtout les silences, les gestes, la symbolique des images.

Je suis loin d’avoir la science infuse, d’autant que des visionnages supplémentaires ne seraient pas de refus pour en saisir encore davantage, mais je vais tenter de vous décortiquer quelques-uns des messages que j’ai pu ressentir pendant SW8, en évitant les spoils en premier lieu.

L’héroïsme, le traitement de la guerre


C’est un thème qui est l’un des deux fils conducteurs du film, qui, sans tout vous dire, est découpé en trois arcs narratifs distincts qui avancent jusqu’à se rejoindre (une construction qu’on retrouve assez souvent, même dans SW en fait, et qui permet une certaine rythmique évitant ainsi l’ennui).
Il y a un traitement, une analyse de l’héroïsme qui est assez finement avancé dans les Derniers Jedi. Car oui, Star Wars ce sont ces héros que l’on fête pour avoir sauvé la galaxie de la tyrannie en n’hésitant pas à mettre leur vie en danger. Mais quand la détermination de l’héroïsme rime avec l’obstination suicidaire, il est intéressant d’en noter les conséquences. Et c’est ce que SW8 fait : il montre ce qu’est vraiment la guerre, avec ses pertes, ses drames. Ces personnages en arrière-plan ne sont plus simplement de la chair à canon pour réaliser de jolis effets spéciaux, ce sont des personnes, avec leurs origines, leurs espoirs, leurs projets, leurs craintes.
Et surtout, il met l’accent sur quelque chose qu’aucun autre SW canonique n’a fait avant (en dehors de Rogue One qui avait commencé à aborder le sujet) : les pertes humaines se font dans les deux camps, et ce que l’on peut parfois appeler une victoire sur le plan militaire peut être en réalité une défaite, une catastrophe sur le plan humain.
De même, il y a également mis en avant ce qu’engendre l’obstination à vouloir abattre un ennemi même pour de bonnes raisons : la perdition de soi, le sacrifice vain, et le fait de se détourner de ceux qu’on aime alors que c’est à l’origine pour ces gens-là qu’on se bat.

Les véritables vainqueurs des conflits


Ce point-là est largement moins subtilement abordé mais il a au moins le mérite d’être salué, car là encore, c’est un sujet qui est totalement mis de côté dans les autres SW. Je veux bien sûr parler des trafiquants d’armes, qui s’enrichissent sur le dos des conflits et qui se fichent bien de fournir les deux camps en même temps, du moment que ça rapporte. (C’est quelque chose qu’on aurait pu voir largement avec Jabba le Hutt et qui est plus mis en avant dans l’univers étendu) Après tout, il est vrai que les vaisseaux, armes et autres technologies ou accessoires utiles aux armées ne tombent pas du ciel, c’est d’ailleurs à se demander comment le Premier Ordre a pu mettre en place une économie suffisamment forte pour avoir tout leur matos.

La Force et le manichéisme


Le point le plus intéressant à aborder, je pense. Le traitement de la Force dans le film, la manière de l’appréhender, et surtout d’aller beaucoup, beaucoup plus loin que simplement soulever des cailloux est, je pense, l’un des gros points forts de ce film, même s’il va diviser les spectateurs notamment ceux qui n’ont pas l’habitude d’une telle approche par leur méconnaissance de l’univers étendu.
On y comprend là que la Force, ce n’est pas juste la lumière d’un côté et le noir de l’autre. Bien au contraire, il s’agit d’un tout ; c’est la vie, la mort, ce qui lie le vivant et l’inerte, ce qui relie chaque chose pour former l’univers tel qu’il est. L’obscurité est une partie de la Force, comme c’est une partie de la vie, et elle n’est pas dissociable de la Force, car sans le côté obscur, il n’y aurait pas le côté lumineux. Ce qui nous amène donc à reconsidérer la véritable nature d’un équilibre de la Force, qui est, simplement, ce qu’elle est, et qui n’est pas forcément dotée d’une volonté consciente à faire le bien comme le pensent les Jedi d’avant l’ordre 66.
Cela amène donc à une introspection des personnages, à un développement de leur être qui n’est pas juste noir ou blanc, car au final, rejeter ce que l’on est, y compris sa part d’obscurité, est la meilleure manière d’aboutir à ce que l’on a de pire, ou au contraire, de se renfermer sur soi au lieu de s’épanouir en s’acceptant, avec ses forces et ses faiblesses.
Il y a également une réflexion bienvenue sur la nature même du Jedi. Une critique aussi de l’orgueil du Conseil Jedi de l’ancienne république, qui explique leur chute impressionnante. Après tout, être un Jedi ce n’est pas juste manipuler la Force et le sabre-laser. C’est d’abord des convictions, et un état spirituel, une communion et une compréhension de la Force et donc de chaque chose, avant de vouloir se mêler de politique ou de guerre. (ce n’est pas pour rien qu’ils sont fortement inspirés de certains ordres monastiques asiatiques…)
Cela ne vous étonnera peut-être pas si je vous dis que j’ai particulièrement apprécié ce trait étant donné que cela s’approche beaucoup de ce que nous tentons de mettre en place sur ce forum : la mise en exergue des faiblesses, des forces, des doutes, des échecs, l’importance des émotions dans nos choix, bref ce grand melting pot qui nous rend humains finalement.

Bon, à la base j’avais aussi prévu de parler des personnages, mais au final, j’ai déjà écrit un bon pavé et le sujet a déjà été abordé de multiples fois avec beaucoup de véhémence sur internet. Pour être très rapide là-dessus, j’ai apprécié les nouveaux personnages qu’on nous présente, la manière de les amener, de leur donner un fond et des enjeux, et contrairement à ce que beaucoup disent en râlant, je trouve qu’ils sont aussi utiles au scénario.
Mention spéciale évidemment à Carrie Fisher, qui nous livre une Leia surprenante et dont les convictions restent un pilier pour la nouvelle génération. Quant à Luke, c’est bien ce film qui le rend le plus intéressant à mes yeux, car il nous livre un Luke tellement humain, tellement profond, il n’y a qu’à voir son regard pour en saisir la portée.
Concernant notre duo Rey et Ben, clairement, ils sont bien plus travaillés, bien plus torturés aussi et l’exploitation qui en est fait sonne comme un renouveau pour Star Wars, pour rompre avec ce qui a été fait dans la trilogie originale et qui permet à cette nouvelle trilogie de véritablement prendre son envol et de poser ses propres codes à la saga qui a justement besoin d’évoluer et de parler de choses nouvelles au lieu de s’en tenir à ses acquis et à se répéter dans le fond comme dans la forme. (Même George Lucas en est content, je ne vois pas ce qu’il faut de plus)





Pokésith, attaquez-les tous !:

avatar
Système indépendant
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 23/12/2017

    Messages : 45

    Crédits galactiques : 452

    Cristaux Kyber : 17

    Avatar : Marauder Captain WIP

    Crédits : kassarts

  • Posté le Jeu 28 Déc - 23:48

    Message n°3848 (8)


Outre la blague liée à cette image, je suis d'accord avec Eryndal sur le fait que le film aborde (ou dans certains cas, effleure) plein de sujets intéressants, évoque des mystères, et des pistes intéressantes.

Mais je ressens la même chose que quand j'ai vu Avatar the last airbender (le film).
Le film regorge de "scènes" potentiellement intéressantes, mais sous un format sériel, chacune de ces scènes sont en fait des épisodes, et creusent plus le sujet, te font comprendre le comment, le pourquoi, et découvrir l'univers.
Du coup, en visionnant le film "Avatar", on est déçu si on a vu la série. Mais on le trouve bien si on ne la connaît pas.

Pour ma part, visionner le film "SW 8" m'a donné exactement le même sensation que le film "Avatar". La sensation que chaque seine pourrait donner lieu à un épisode de série entier, où l'on prend le temps d'aborder la situation.
Mais comme c'était en format filmique, on en aboutit à un enchainement de scènes par forcément liées , qui ne sont pas forcément utiles (l'arc de "Rose" aboutit simplement à faire remarquer un détail aux méchants).

Le problème n'est donc pas le scenario, car il est potentiellement bon. Ce n'est pas le visuel, car il est franchement cool. (j'ai surkiffé la scène en noir et blanc, en silence).
Le problème est que c'est une saison entière d'une série, résumée en un seul film de 2h30 ....
avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Ven 5 Jan - 19:14

    Message n°4089 (9)

Comme je l'avais promis sur la CB, je vais offrir ma critique de Star Wars 8. Avant de la débuter, je vais faire une introduction pour présenter mes propres attentes, puis expliquer ce que j'ai apprécier et ce qui m'a au contraire déplut dans le film. Je vais toutefois mettre deux avertissements :

Alerte Spoiler : Comme l'on est a peu près un mois après la sortie du film et qu'il va sans doute bientôt quitter les salles obscures (il a été détrôné aux USA par Jumanji) je vais considérer que tout le monde l'a vu et j'ai besoin de spoiler pour étayer certain de mes propos, donc je ne vais pas me priver. Si vous ne l'avez toujours pas vu et que vous tenez a préserver la surprise (bien que si vous avez échapper aux spoilers en ligne jusqu'ici, vous avez été très fort!) je vous suggère d'arrêter immédiatement la lecture de ce message.

Alerte Star Wars Nerd : Comme certain l'on vu sur la CB, j'aime Star Wars d'une passion déraisonnable, je suis un vrai Nerd Star Wars, ce qui signifie que certaines des critiques ou interprétation que je pourrais faire du film sont très personnelle et peuvent donc s'avérer fausse / trop engagée / trop passionnée / trop pointue (rayer mention inutile). Encore une fois, si ce genre d'analyse vous déplaît, cesser la lecture ici.

C'est bon, vous êtes prêt a me suivre ? C'est parti !

Introduction : Comme beaucoup de monde, j'ai été très surpris de l'annonce du rachat de Lucasfilm par Disney, toutefois, il convient de rappeler le contexte de l'époque : l'internet avait permis aux fans de la Trilogie originale (des autres Nerds, pas comme moi, mais Nerds quand même) d'imposer l'idée que la Prélogie était simplement une insulte a la saga comme l'avis de référence de la saga et les fans étaient très échaudés par la série The Clone Wars, très mal reçue en général, mais particulièrement a cause de la destruction systématique du background des Mandaloriens ainsi que de leurs liens avec l'armée des Clones, qui était très populaire aux état-unis. La communauté se divise donc beaucoup entre ceux pensant qu'il est temps de virer Lucas parce qu'il ne fait plus que de la merde, et ceux au contraire qui défendent le fondateur en prétendant qu'il est impossible de faire un Star Wars sans lui.

Mais la principale crainte, c'est de voir Disney infantiliser la saga. Si certaine sont très exagéré (certains fans ont réellement craint l'apparition de Mickey dans la saga), d'autre voix mettent en avant le caractère très lisse du Marvel Cinematic Universe et son incompatibilité avec Star Wars, qui fait certes du divertissement grand public, mais a plusieurs niveaux de lectures et n'hésite pas a montrer des scènes choc (Jango Fett est décapité par Windu dans le champ par exemple). Disney est conscient de ce problème, mais il a également compris qu'il fallait avant tout satisfaire le public qui a considérer, a tord ou a raison (de mon point de vue a tord) qu'il était nécessaire de revenir a « l'esprit Star Wars » que les fans, Nerds en premier, considérait dévoyer par la Prélogie.

Pour cela, Disney vire en premier Lucas, qui voulait construire une histoire différente, basé sur l'exploitation de certains éléments de l'univers étendu (côté Sith, la nouvelle trilogie devait raconter l'ascension de Darth Talon) puis décide de « décanoniser » l'univers Legends afin de pouvoir créer sa propre histoire sans devoir réfléchir sur la continuité. Afin de satisfaire les fans, on annonce le retour de l'ancien casting derrière l'écran, avec la présence surprise d'Harrison Ford, qui a craché sur la saga depuis qu'il l'a terminé, mais a probablement eu assez de zéro sur son chèque pour accepter de participer, et pour calmer tout le monde, l'on recrute J.J. Abrams en réalisateur. Je dois admettre que c'est ce dernier point qui m'a effrayer. Je vais sans doute choquer, mais je n'aime pas la réalisation d'Abrams, que je trouve trop classique, trop formaté, et ses Star Trek, s'ils ont eu du succès, sont sans âme, je n'ai regarder que le premier, qui était déjà une copie de Star Wars IV, mais avec un habillage Star Trek.

Après plusieurs trailers, Star Wars VII ne fait qu'une seule chose : travailler la nostalgie des fans en leurs montrant des plans et des personnages iconiques de la Trilogie Star Wars de retour dans cette Postlogie. Si beaucoup sont enthousiasmé, et défendent donc le film en affirmant que la méthode Disney consiste a ne pas montrer le film dans les trailer afin de ne pas spoiler l'intrigue, pour ma part, j'ai l'impression que je vais juste assister a un remake déguisé de l'épisode IV. Je vais donc voir le film a gros reculons, en ayant perdu tout espoir, et Le Pouvoir de la Force a réussi l'exploit d'être encore plus mauvais que ce que j'attendais. Car ce n'est pas seulement un mauvais Star Wars, c'est également un mauvais film ! C'est certes assez joli a regarder (et heureusement vu le budget), mais c'est totalement vide, le film se contentant d’enchaîner les scènes rappelant la trilogie originale, l'épisode IV en particulier, mais pas seulement, glissant quelques clins d’œil geek (saviez vous que le bras rouge de C3PO venait simplement du fait qu'Abrams est fan de Metal Gear Solid?), mais ne travaille jamais son contexte.

A l'époque, j'avais théoriser qu'Abrams essayait de nous faire passer un message : l'idée que la galaxie était inconnue et que nous allions la découvrir ensemble, qui est symboliser par la quête pour retrouver le lieu de retraite de Luke Skywalker et le fait que BB-8 n'ai que la moitié de la carte. Mais si cette idée n'est pas idiote pour le spectateur, elle l'est totalement pour les personnages du film ! Le Premier Ordre comme les leaders de la Résistance connaissent forcément la carte de la galaxie, et le seul mince film conducteur que l'on tien dans le film ne tient pas debout. La Nouvelle République n'apparaît que pour se faire détruire, les personnages subissent l'action sans pratiquement jamais l'influencer, et les méchants sont ridicule. Si l'on ajoute le cliffhanger de fin, une première dans la saga, dans une scène totalement ratée, l'on termine le film sur une très mauvaise note et autant dire que mon seul espoir a ce stade, c'est qu'Abrams n'était pas prévu pour être aux manettes d'un autre film.

Pire encore, alors qu'il est tout ce que l'on craignait, soit une infantilisation de la saga (absence totale de double lecture, BB-8 définitivement trop mignon et inutile dans ce film, la mort de Han Solo, qui se fait planter hors cadre, de même que l'exécution des habitants du village du début du film, qui montre les soldats, mais ne met jamais les victimes dans le même plan), le film est encenser par la critique et les fans qui trouvent enfin leurs madeleine de Proust : c'est une copie pratiquement conforme de la trilogie originale, qui réussit l'exploit d'être moins bon qu'un film de 77 sorti avec un micro-budget auxquels personne ne croyait…

Pourtant, un an plus tard, Gareth Edward me rendait soudainement espoir avec un Rogue One bien meilleur sur tout les plans que son prédécesseur. Première bonne chose : raconter au cinéma les vols des plans de l'étoile noire : cette histoire a fait l'objet de nombreuses version dans l'univers Legends et il me semblait sain que le nouveau canon se décide enfin a stabiliser cette histoire en la racontant dans un film. Mais ce film, qui sait pourtant ou il va, et est une préquel, réussi partout là ou Le Réveil de la Force échoue : il se permet même de mettre des nouveaux designs de vaisseaux, ce que le film d'Abrams n'a pas fait, trop occupé a singer la trilogie originale, alors que Rogue One avait tout pour être un film nostalgique. Beaucoup ont affirmer qu'il s'agissait d'un film inférieur car il est « trop lent a démarrer », une critique que je trouve sans fondement : mince, un film qui pose ses personnages pour nous permettre de comprendre leurs destinés, fait un peu de fanservice sans en faire trop en ressortant Tarkin et Vader et installe un nouveau méchant, c'est trop lent ?!? respire un grand coup. S'il reste assez faible en tant que film de guerre, Rogue One est peut-être l'un des meilleurs Star Wars que j'ai vu, et j'en garde un souvenir ému !

Maintenant, pourquoi une aussi longue introduction ? Pour une raison simple : l'épisode VIII subit un pilonnage en règle depuis sa sortie, notamment par les fans du VII. Pour ma part, je considère que ses critiques sont pour la plupart injustifié, ou plutôt, ne peuvent être imputé a lui, mais a son prédécesseur ! Je ne suis pas aveugle a ses défauts, mais après la catastrophe du précédent, le pauvre Ryan Johnson ne pouvait pas faire mieux. Mais commençons par ce qui est meilleur dans le film :

De la nouveauté : C'est bête, mais l'épisode VIII est le premier film de la postlogie ou l'on a vraiment l'impression que l'univers de Star Wars a évolué et dispose de 30 ans de plus : les designs sont plus lisse, plus avancé, le modèle de TIE de Kylo Ren ne singe pas celui de Vader et permet une nouvelle mise en scène très intéressante, le vaisseau de Snoke apporte également un vent de fraîcheur fort bienvenue dans la saga et si le casino est très classique, il n'en reste pas moins que la prélogie avait peu montrer le milieu de la haute société, pourtant très détaillé dans l'UE Legends. Si l'épisode VIII n'échappe pas a quelques designs miroir (le bombardier de la Résistance rappelle furieusement le B Wing, ainsi que la garde prétorienne de Snoke), ce n'est que rarement innocent. Même pour les speeder rouillé de l'Alliance Rebelle, le film fait un nouveau design et ne reprend pas les Snowspeeder de l'Empire Contre-Attaque.

Les Porgs : Si l'on m'avait dit que je classerais les Porgs dans les bons point du film avait d'aller le voir, j'aurais sans doute rit au nez de la personne l'affirmant et j'aurais fait une grave erreur. Soyons clair, je déteste les Ewoks ! Mais ce que je leurs reprochent n'est pas tant d'être une peluche mignonne, mais d'être bien trop fort pour ce qu'ils sont. La scène de la bataille d'Endor n'est pas crédible et elle occupe bien trop l'espace. Les Porgs sont eux uniquement présent pour faire des moment de pause léger, et n'envahissent pas l'écran. Ils sont clairement un placement de produit pour vendre des peluches, mais fait de manière intelligente et ils sont plutôt mignon, donc je le classe dans les bons points.

La réalisation : Parler dans Star Wars de réalisation est un sujet sans doute délicat. Peu de personne en ont conscience, mais Georges Lucas n'a réaliser dans la trilogie originale que l'épisode IV. Les V et VI sont l’œuvre de deux réalisateurs distinct, ce qui signifie qu'avant même l'arrivée de Disney, la saga portait déjà les travaux de plusieurs personnes. Cependant, outre les gimmick, comme le cri de Wilhelm ou la transition en volet, une réalisation de Star Wars est avant tout une réalisation noble : Lucas était un admirateur du cinéma Japonais, particulièrement du réalisateur Akira Kurozawa, qui construit ses plans de façon lente, souvent fixe, fait pour être efficace, mais également impressionnant. Ajouter a un casting fait en grande partie d'acteur issue du théâtre britannique, Star Wars disposait d'une « grandeur » qui se ressentait dans sa réalisation et le jeu de ses acteurs, alors que les dialogues étaient en réalité très peu inspiré dans la plupart des cas, quand les acteurs ne les retravaillaient pas eux-mêmes.

Abrams avait, ironiquement, renié l'héritage spirituel de Star Wars pour ne garder que son aspect gimmick visuel (comme la transition en volet). Il avait adopté un rythme rapide, basé sur un mouvement de caméra permanent et centrer sans cesse sur les personnages afin de filmer le moins de décors possible (ce qui est très pratique, car moins tu filme de décors, moins tu a besoin d'en réaliser, donc tu limite les coûts), mais il donnait de ce fait a son film un rythme qui pouvait finir par devenir vomitif : la caméra bougeait davantage que les personnages ou les vaisseaux a l'écran et créer donc une fausse impression de dynamisme allant jusqu'à l'absurde. La scène du discours de Hux au moment de la mise a feu de Starkiller est a mon sens symptomatique du problème d'Abrams. Pour faire court, cette scène est la « scène de propagande nazi » faite pour imiter les grands films de propagande du régime national socialiste dans les années 30. Si vous avez déjà vu ce genre d'image, vous remarquerez que les Nazi faisait souvent bouger leurs troupes en laissant la caméra fixe, afin de créer le sentiment du nombre infini de soldat, et que lorsqu'Hitler parle, la caméra reste fixé sur lui. Abrams ne peut pas s'empêcher de la faire bouger, ce qui fait perdre de l'impact, la ou le Seigneur des Anneaux les Deux Tours sait s'arrêter sur Saruman lorsque c'est nécessaire et la rend bien plus grande et mémorable.

Les Derniers Jedi revient en partie sur ses défauts, car il convient d'être honnête : les codes de réalisations ont évolué et la réalisation de Star Wars était sans doute trop vieillotte pour les standards actuel. Cependant, plutôt que de faire bouger sa caméra a la limite de l'épilepsie, Johnson fait davantage bouger ses personnages et ses vaisseaux : Kylo Ren et Poe Dameron ont prouvé qu'ils étaient deux pilotes extrêmement doué sans que la caméra ai besoin de faire énormément de mouvement pour les suivre, ce sont bien leurs performances dans le cockpit qui les rendent impressionnant ! On a de nouveau des plans fixes, le film travaille bien mieux son gigantisme en mettant en l'écran de nombreux modèles de vaisseaux de tailles diverses et la réalisation a retrouver un peu de noblesse, c'est un net progrès qui risque fort de disparaître dans l'épisode IX avec le retour d'Abrams.

« Troll » l'épisode VII : Je ne suis sans doute pas totalement dans le vrai, mais… Je ne sais pas vous, mais moi, entendre Snoke moquer Kylo parce qu'il a perdu contre une fille sans formation, ou encore Luke qui jette le sabre-laser dans son dos comme une babiole inutile après toute la construction autour de lui, en faisant « l'Excalibur » de la saga, j'ai trouver cela très drôle et j'ai vraiment l'impression que c'est un message caché a Abrams « tu me fait chier avec ta merde ! »

Après le côté Lumineux, vint le côté Obscur, je vais évoquer les mauvais points du film, car il ne faut pas se voiler la face, il y en a.

Phasma : Sans doute ma pire déception du film : Phasma était l'un des personnages, si ce n'est le personnage que j'attendais le plus de la nouvelle trilogie : un officier Stormtrooper d'élite, doté d'une armure badass, femme, incarnée par Gwendoline Christie, l'une des rares actrices de Games of Throne méritant bien qu'on lui fasse plus de place, doté d'un physique comme d'un jeu remarquable… Et quel gâchis ! Elle n’apparaît qu'une seule fois, pour un duel tragi-comique avec Finn ou elle chute dans l'espace comme une merde. C'est d'autant plus rageant que les leaks de l'encyclopédie de SW VIII présente son équipement qui inclus les fameux Gantelet de Force Mandalorien et elle ne s'en sert même pas !

Phasma, c'était juste une arme marketing pour tenter d'attirer les féministes. Gwendoline Christie n'a finalement été recrutée au casting que pour une seule raison : les fans avaient critiquer un casting bien trop masculin a leurs goûts. Mais après l'avoir fort mise en avant dans la promo de Star Wars VII, elle disparaît totalement dès que le film sort et ne devient plus qu'un sujet de blague, ce qui signifie qu'elle conforte plutôt bien le patriarcat sur l'idée qu'une femme officier ne peut pas être efficace…

Le Pouvoir de la Force : Leïa qui survit au vide spatial en retournant dans son vaisseau ? Snoke qui parvint a créer un lien de Force entre Rey et Kylo Ren ? L'illusion de Luke ? Le traitement de la Force continue a être totalement craqué dans l'épisode VIII. Alors je pardonnerait pour Luke, car c'est une technique qui existait dans l'UE Legends (elle était du darkside d'ailleurs), mais pour le reste… C'est ici autant un défaut de son époque, car il faut toujours faire plus spectaculaire, qu'une vanne ouverte depuis l'épisode VII, avec Kylo Ren stoppant un tir de blaster en suspension, et toutes les performances de Rey… Personnellement, j'ai compris depuis le VII qu'il fallait retirer toute limite de son esprit et y aller a fond, mais je comprend ceux que cela dérange !

L'Arc de Finn : L'Arc de Finn, qui consiste a tenter de saboter le traqueur du Premier Ordre pour permettre l'évasion du Croiseur, ne sert a rien. Enfin si, il fait du background et développe un peu les personnages de Finn et de Rose, mais il n'a aucune incidence finale sur le récit, puisque leurs plans échouent lamentablement. En soit, ce n'est pas dérangeant que les héros échouent, mais l'on a quand même le sentiment de s'être fait arnaquer 30 minutes du film pour pas grand-chose, d'autant plus que DJ, le personnage de Benicio Del Toro, ne sert pas a grand-chose et n'a aucun charisme.

Apologie du bombardement stratégique : Alors attention, je touche un ici un élément que le grand public n'aura sans doute pas vu, mais qui me dérange en tant que passionné d'histoire des conflits du XXème siècle : la scène d'introduction avec la destruction du Cuirassé par les Bombardiers est une apologie de la stratégie du bombardement stratégique adopté par les Alliés contre les Puissances de l'Axe lors de la seconde guerre mondiale. Il est inutile de présenter les connexions de la licence Star Wars avec le second conflit mondial, tant elles sont évidente, mais celle-ci est plus vicieuse : l'intérieur des bombardiers et la disposition des bombes évoquent fatalement les images de propagande américaines de bombardement sur l'Allemagne et le Japon.

Vous me direz « Ou est le problème ? » après tout, l'imagerie de la WW2 était très usité par Lucas dans ses films. Le problème est qu'aujourd'hui, l'on s'accorde de plus en plus sur le fait que cette stratégie n'a fait qu'ajouter des victimes civiles au conflit sans paralyser l'industrie Allemande ou Japonaise : la première s'enterre pour échapper aux bombes, la seconde disparaît… A cause d'un tremblement de terre. De plus, le général « Bomber » Harris, qui dirigeait le bomber command au Royaume Unis, a délibérément cibler les quartiers populaires des villes allemandes plutôt que les usines afin de tuer les ouvriers plutôt que de détruire le matériel, défendu de manière trop virulente par la FLAK. Les figures des bombardiers, ici mise en lumière comme héroïque, furent en réalité l'instrument de personnalité qui pourrait, selon les critères actuels, être reconnu comme des criminels de guerre, et personnellement, si j'avais des enfants, je ne voudrais pas qu'ils voient cela.

Pour finir, afin de singer le Fossoyeur de Film, voici les « Meh », des points sur lequel je ne suis toujours pas fixer par rapport au film et qui demanderons un autre visionnage, voire attendre l'épisode IX.

Kylo Ren : Il était l'un des plus gros points noirs de l'épisode VII. Kylo Ren n'était qu'un gamin colérique qui cassait tout dès qu'il était pas content, construit pour illustrer l'idée des fans qu'il est impossible de surpasser Darth Vader, mais perdant toute la classe des Sith. Il dispose ici enfin d'une véritable construction, notamment grâce a son « origin story » dévoilé et l'on sait enfin ce qui le motive. Il est également bien plus efficace et justifie enfin sa position de vilain principal.

Ceci dit, après la mort de Snoke et une fois repoussé par Rey, Kylo Ren redevient ce gamin colérique au point que Hux, pourtant le gros boulet de la postlogie, arrive a avoir une réflexion pertinente a côté de lui. Il va falloir que Disney choisissent une bonne fois pour toute ce qu'ils veulent faire de lui.

« Destruction » du « Mythe Star Wars » : C'est le point clivant de Star Wars VIII : Ryan Johnson recherche a s'approprier Star Wars, puisqu'il est responsable de la création d'une nouvelle trilogie une fois celle-ci fini. Pour cela, il s'attaque au « mythe Star Wars » et contrairement a Abrams, décide de détruire plutôt que rendre hommage, s'aliénant ainsi les fans de la saga ! Alors soyons clair, je n'ai aucune opposition de principe contre cette démarche, j'ai justement reprocher a Force Awaken de ne pas l'avoir fait. Mais cela pose beaucoup de question, la première étant que le film ne nous laisse même pas un aperçu de la direction que va prendre l'univers maintenant que la base « noble » des Jedi et des Sith est balayé. Hors, c'est quelque chose qui aurait dû être fait et dont on devrait déjà avoir la réponse depuis deux ans, soit l'épisode VII…

La seule chose vers laquelle l'on peut se risquer a un pronostic, c'est une occidentalisation du propos, qui avait mine de rien déjà commencer avec la prélogie (le concept « d'élu fabriquer par la Force sans père qui vient d'un coin paumé dans un petit village…) mais qui a pris de l'importance avec Disney : sabre-laser a poignée en forme de pommeau d'épée occidentale pour Kylo Ren, construction en « Excalibur » autour du sabre laser d'Anakin (il est certes brisé dans l'épisode VIII, mais il pourrait être réparer/reforger dans l'épisode IX), l'image de fin avec une étoile filante qui évoque un peu trop le logo de Disney… Et l'on a brûler les livres des Jedi, qui peuvent représenter des « idoles », dans une scène qui évoque quand même un peu les « Dix Commandements ».

De ce fait, on a le cul entre deux chaises, impossible en l'état de savoir si l'on va dans le bon sens ou pas. Rendez-vous dans deux ans pour répondre a cette question !

Je vais donc conclure ici, j'aurais put évoquer le traitement de la guerre en général ou de Hux, mais je n'ai déjà que trop écrit. Merci a tout ceux qui aurons eu la patience de lire ce pavé, même si vous ne partager pas mon avis : le débat contradictoire m'intéresse et toutes les réponses serons les bienvenue.
Contenu sponsorisé
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté

    Message n°0 (10)