Star Wars Ascension


Tractations secrètes (mask)

Star Wars Ascension » Malachor V

avatar
Seigneur Noir des Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 27/09/2017

    Messages : 48

    Crédits galactiques : 636

    Cristaux Kyber : 2

    Avatar : .

    Crédits : sophia

  • Posté le Sam 9 Déc - 18:10

    Message n°2722 (1)

Tractations secrètes


Absorbé par la contemplation d’écrans holographiques qui ornent les murs du bureau de travail du Darth de la sphère d’expansion, le Seigneur noir, dont le manteau sombre se fond dans les ombres de la pièce, reste bien silencieux dans l’attente de celui qu’Akuma avait convoqué. Il ne souhaite pas déranger le Sith dans son travail et c’est par le silence qu’on se fait le plus facilement oublier. Les pensées perdues dans le cours de leur réflexion, à vrai dire, il ne regarde pas vraiment les images qui défilent sur le mur, et loin de là la volonté de Daleth que de faire preuve d’ingérence dans la façon de travailler d’Akuma et de gérer sa sphère. Le souffle si discret qu’on se demanderait s’il respire encore, le maitre des Sith se réveille finalement de sa transe méditative et intellectuelle en sentant la présence de Lord Haos se faufiler dans les couloirs de l’administration relative à l’expansion Sith.

Pivotant doucement sur ses talons, le masque métallique de Daleth pose son regard invisible sur le Chiss. « Votre invité arrive. Je suggère de faire preuve de patience avec lui. Lord Haos travaillait pour cette sphère avant même que vous ne soyez un Sith. Il a fait beaucoup pour notre Ordre. » Un travail discret, que l’on pourrait même peut-être qualifier d’invisible, mais qui a permis par le passé comme encore aujourd’hui, de nouer des relations importantes avec un grand nombre d’organisations en divers points de la galaxie.

Le Seigneur noir s’éclipse alors dans le fond de la pièce qui n’est pas éclairée et qui est uniquement occupée par des éléments décoratifs choisis par l’occupant de ce bureau, entourant un buste de Daleth en marbre noir, plus grand que sa taille réelle. Un visage sans traits, uniquement ce masque taillé dans la pierre, qui veille de son ombre immense sur chacun de ses Darth. Faisant un avec l’obscurité, il peut alors écouter à loisir ce qui va se dire, sans que Lord Haos ne soit perturbé par la présence de son seigneur et maitre suprême.

Celui-ci finit donc par entrer après s’être annoncé. Lord Haos est un Sith d’une cinquantaine d’années, issu d’une lignée dont il représente la troisième génération. De taille moyenne, il n’a pas un physique particulièrement impressionnant, mais il dégage une sérénité apparente et une aura d’intelligence que peu de Sith peuvent se targuer d’avoir. Autrefois sur le terrain, il a fait en sorte d’étendre l’influence Sith au sein de plusieurs entreprises ou organisations. A présent, il continue de servir l’Ordre par sa capacité d’analyse très précieuse, recoupant informations, chiffres, observations et alliances pour fournir des rapports détaillés sur la situation actuelle en divers points de la galaxie. Un travail qui ne doit souffrir d’aucune erreur pour permettre à Akuma de prendre les meilleures décisions, quand il s’agit d’approcher de nouveaux alliés.

Lord Haos s’approche du bureau d’Akuma et salue son supérieur en inclinant légèrement le buste avec respect. « Seigneur, me voici. En quoi puis-je vous être utile ? »

► PARTICIPANTS @Darth Daleth, @Mask' Akuma'Ebulu
► RAPPEL L'issue de cette mission aura des conséquences pour la suite de l'intrigue Sith. De plus, chaque action importante nécessitera un lancer de dé (dans le sujet dédié).
► A SAVOIR Les réponses de Lord Haos seront directement inclues dans le post de Daleth pour simplifier le déroulement du rp.
avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Sam 6 Jan - 11:38

    Message n°4106 (2)

La mission donnée par le seigneur noir était capitale pour la suite des évènements. Elle était pourtant simple : pousser un homme à donner une liste complète des ennemis de l'Ordre Sith, cependant ce dernier avait lui même le cul entre deux chaises : d'un côté, il semblait en adhésion avec la doctrine de Daleth, mais de l'autre, il semblait forcé sous la menace de travailler avec l'ennemi. Il fallait donc le traiter avec beaucoup de respect et gagner assez sa confiance pour qu'il collabore, nous permettant ainsi de faire imploser la futile rébellion. Un grand coup dans la fourmilière, en outre. Une mission donc nullement insurmontable pour le Darth que j'étais, mais un passage obligatoire, il était donc primordial que je réussisse, à tout prix, à nous mettre Haos dans la poche. Je ne devais ainsi rien négliger, et surtout ne pas tomber dans le piège du surplus de confiance. Etudiant attentivement les écrans holographiques, je faisais à peine attention à Daleth, debout à mes côtés, qui semblait contempler également les informations, bien que je doute qu'il ne les connaisse pas déjà. En tant que seigneur noir, on avait souvent  tendance à penser que le Sith suprême était omniscient. En fait, je ne savais même pas ce qu'il faisait et ne tournait pas la tête pour vérifier, son casque impassible ne m'aurait rien appris. Je n'y accordais donc aucune importance, préférant me concentrer sur ma tâche.

Mes oreilles tressaillirent imperceptiblement. Je n'avais pas entendu ses pas, ils était trop loin, mais à peine Haos était-il entré dans l'étage que j'avais senti sa présence. Je compris au mouvement de Daleth qu'il en était de même pour lui. Peut-être que malgré le fait qu'il était plongé dans ses réflexions, il avait perçu sa présence depuis plus longtemps. Il pris la parole le temps de derniers conseils et suggestions. J'hochais respectueusement la tête lorsque Daleth eu terminé, lui accordant un sourire entendu

" C'est l'attitude que je comptais adopter. Il ne sert à rien de le brusquer, il sera plus à l'aise ici que dans  sa propre demeure. Il va coopérer, je n'en doute pas. "

Nous n'avions pas reparlé de son intrusion dans ma tête, et bien que cela m'ais déstabilisé d'abord, je ne lui en tenais plus rigueur. Quel seigneur noir ne se permettait pas de recadrer parfois ses Darth ? Le jour où le conseil noir détecterait la moindre faiblesse chez leur chef, ce serait l'anarchie et la quête immédiate du pouvoir. Mais, même si Daleth avait envoyé aux oubliettes la mentalité des anciens Sith, il ne pouvait pas cracher sur ses fondements principaux : les Sith cherchent le pouvoir, et la quête du mien et de ma destiné ne pouvait être entravée. J'étais persuadé que si le seigneur noir était au courant de mes intentions, il me laisserait faire. Pour le moment, en tout cas.

Je le regardais se fondre dans l'obscurité, ne faire qu'un avec l'ombre du buste à son effigie. Un timing parfait puisque la seconde d'après on m'annonçait la venue de mon invité. En entrant, Lord Haos pu alors contempler mon bureau, impeccablement rangé et ordonné. J'étais assez maniaque aussi on verrais rarement quelque chose de travers une fois que j'aurais quitté mon bureau, où que je recevais des invités. Les murs étaient ornés de différents tableaux. J'adorais l'art, mais dans mon bureau c'est la peinture qui prédominait : des tableaux venant de différentes cultures, de différentes planètes. Un bon nombre de livres, que ce soit de la fiction ou un livre historique. Ma passion pour l'art me permettait d'en savoir plus sur la race d'un individu : elle me permet de comprendre le mode de pensée de mes interlocuteurs, la manière dont ils réfléchissent. Quand on rentre, on est immédiatement frappé par l'ambiance des lieux. C'est presque comme une bibliothèque : apaisant, appelant au sérieux. J'adore les bibliothèques. Je souriais à sa révérence et lui présentais la chaise à ses côtés de la main.

" Lord Haos. Prenez place, je vous prie. Nous sommes face à un obstacle et il semblerait que vous soyez l'homme de la situation. "

Haos était intelligent, serein. Maloran était sa maison et il s'y sentait parfaitement bien. Le faire plier serait une tâche peut être un peu plus ardue. Mais dans son intérêt, il valait mieux qu'il parle de son plein gré. Son dévouement à l'ordre n'était cependant plus à prouver. Tout se passerait bien, j'en était certain.

" La raison de votre venue diffère de vos interventions habituelles. Voilà des années que nous avons affaire à une rébellion sur Maloran, ce n'est pas nouveau. Mais la situation à récemment évoluée. Ils ont fait une erreur, qui leur sera fatale dans peu de temps. Nous sommes sur le point de les coincer. Mais pour que l'opération soit sans bavure, j'aurai besoin de vos services.  "

Mon ton nonchalant est voulu : je ne veut pas qu'il comprenne que nous le savons avec l'ennemi, sous peine de le voir paniquer. Je lui laisse digérer l'information que je viens de lui donner. Je ne souhaite pas décevoir le seigneur noir, je n'ai pas oublié sa présence. J'applique donc les conseils qu'il m'a donné : j'y vais petit à petit, faisant preuve de patience. J'haussais cependant légèrement les sourcils faisant mine d'avoir oublié quelque chose.

"Mais je me montre impoli : il se pourrait que je vous accapare un peu de votre temps, un peu de vin pendant que nous conversons ne serait peut-être pas déplaisant ? "

avatar
Seigneur Noir des Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 27/09/2017

    Messages : 48

    Crédits galactiques : 636

    Cristaux Kyber : 2

    Avatar : .

    Crédits : sophia

  • Posté le Sam 6 Jan - 13:48

    Message n°4119 (3)

Lord Haos prend place à l’invitation de son supérieur, ne se doutant pas pour quelle raison il se trouve ici à cet instant précis. Gardant une attitude posée et digne dans son fauteuil, une légère vergence dans son aura de Force permet à Daleth de déterminer que le Sith est assez intrigué par les paroles d’Akuma. « Vraiment ? C’est trop d’honneur, seigneur Akuma. J’espère être à la hauteur de vos espérances en ce cas. Je vous écoute. » Dans l’ombre, le Seigneur noir ne peut s’empêcher d’esquisser un sourire amusé. Les Sith faisant preuve d’humilité étaient plutôt rares et devenaient une valeur inestimable. Il serait vraiment fort dommage de s’en faire un ennemi et est intimement persuadé que ses liens avec la rébellion ne sont pas des liens qui lui plaisent. Mais quelque chose l’empêche d’en parler. Ce quelque chose doit être une importante faiblesse, et il va falloir jouer finement pour la découvrir.

L’évocation de la rébellion, si elle ne reflète rien dans l’expression neutre et polie du Sith, provoque toutefois un rapide et fugace éclat dans son regard. Peut-être une pointe de méfiance, ou au moins un questionnement intérieur quant à la raison de sa présence, qui est bien en dehors de ses interventions habituelles, en effet. Daleth songe, toujours en l’observant attentivement, que s’il était un espion rebelle, il jouait admirablement bien. Le visage d’Haos se fend d’un sourire aimable et respectueux à la proposition d’Akuma d’agrémenter leur travail d’un rafraichissement. « Je ne voudrais pas vous faire perdre votre temps qui est plus précieux que le mien, Seigneur, mais je dois avouer que votre proposition est tentante. » Le quinquagénaire avait longuement travaillé sur le terrain pour amadouer de futurs partenaires des Sith et il est clair que le Lord est parfaitement conscient des différentes techniques d’approche pour mettre en confiance un adversaire supposé difficile.

L’aura de Haos se pare d’une ombre subtile que Daleth pense être un début de méfiance, ou en tout cas, une pointe de malaise. Sans doutes se demande-t-il s’il n’aurait pas commis une erreur lors d’un dernier rapport ? Ou songe-t-il aux informations qu’il est susceptible de détenir sur la rébellion et dont il n’a jamais fait part au Conseil noir ? Attendant que les boissons soient servies, Lord Haos se penche légèrement en avant, le regard attentif. « Il est certain que je suis peu habitué à traiter de missions qui se déroulent sur notre sol. En quoi mes compétences sauraient-elles aider le Conseil noir à mettre fin à cette rébellion lamentable ? », demande-t-il alors que ses derniers mots se parent d’une sincérité subtile. Toujours immobile et caché dans l’ombre et dans la Force, le Seigneur noir ne peut qu’apprécier ce petit échange verbal. Puis, avec précaution, il ouvre un lien télépathique très fin vers Akuma, que lui seul peut alors ressentir. Contrairement à la dernière fois, il attend que le Darth se soit habitué à cette présence discrète qui enveloppe son esprit pour pouvoir dialoguer en silence : « Soyez prudent, vous jouez sur un terrain qu’il connaît et maitrise très bien. »
avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Dim 7 Jan - 12:12

    Message n°4156 (4)

La pointe de malaise d'Haos était inévitable. Cela dit, l'éclat de surprise qui semblait avoir traversé ses yeux, bien qu'il ai gardé son expression courtoise et polie, lorsque je lui avait parlé de la rébellion, était des plus normal. Le tout était que j'amortisse la chute, que j'allège sa conscience afin qu'il ne cède pas à la panique. Je devais y aller petit à petit, prendre mon temps et surtout y aller avec des pincettes, comme me l'avait conseillé Daleth. La patience est la mère des vertus.

Il répondait poliment à toutes mes interventions. Comme s'il n'avait rien a se reprocher. Si je n'avait aucune preuve de sa trahison, ou du moins de ses liens avec la rébellion, je ne me serai sans doute jamais douté du fait qu'il puisse trahir ses idéaux, trahir l'ordre et la vision de Daleth. Mais qu'est-ce qu'un homme aussi loyal que lui, qui avait tout donné pour ce en quoi il croyait, avait bien pu recevoir comme menace pour se retourner contre ce qu'il pensait juste ? L'avait-on menacé de mort ? Et si tel était le cas, pourquoi n'en avait-il pas informé le conseil noir ? Ne croyait-il pas en notre protection ? La confiance envers le conseil noir était-il ébranlé, dans Maloran ? C'était à n'y rien comprendre. Mais je ne tarderais pas à lui tirer les vers du nez et à comprendre le fond du problème. Il faut dire que, très curieux, j'étais pressé d'en apprendre davantage. Il m'annonça donc, qu'un peu de vin ne serait pas de refus.

" Fort bien. "

Je me levais promptement, sortant de l'étagère deux verre et une bouteille que j'avais ouverte préalablement pour ne pas perdre de temps en la présence d'invités. Je servais les verres, pris le miens dans une main tendis qu'avec l'autre je posais le second avec la force devant Haos. Dans le même temps, j'entendis la voix de Daleth dans ma tête. Cela ne me fit pas du tout le même effet que la première fois, m'y étant habitué. J'avais presque espéré qu'il use de cette télépathie entre nous deux, cela allait finir par me plaire, si ce n'était pas déjà le cas. Si seulement Haos comprenait ce qui se tramait ... Je décidais de répondre à Daleth. Je ne maîtrisais pas la télépathie, mais avec le lien qui s'était ouvert, je trouvais impossible de ne pas pouvoir communiquer avec lui moi même. Je pensais donc à Daleth, et réfléchissais comme si je lui parlais. Espérons que cela marche.

" Son malaise est et sera inévitable, seigneur. A partir du moment où je parlerais de son implication dans la rébellion, nous verrons s'il se braque ou s'il collabore. De mon côté, je ne peut qu'attraper le taureau par les cornes et rentrer dans le vif dans le sujet. Mais en jouant habilement, cette fameuse liste sera notre. "

Bien, désormais, il faudrait se montrer encore plus habile. que mes premières interventions, car mes prochains mots détermineraient la position de Lors Haos dans toute cette histoire. Lui qui jouait sur deux tableaux, il devrait en choisir un.

" Votre travail tout le long de votre carrière au sein de l'ordre est admirable, presque irréprochable, même si je suis le premier à le dire, nous pouvons toujours faire mieux, nous surpasser. Encore aujourd'hui, votre capacité d'analyse, vos regroupement d'informations et vos calculs me sont indispensable pour avoir toute les cartes en main afin d'approcher et de corrompre de possibles alliés. Votre travail m'empêche d'échouer. Vous êtes faites preuve à la fois de sérieux et d'efficacité et cela se ressent dans votre travail. Vous avez beaucoup apporté à l'ordre. "

Cet éloge terminé, je buvais une gorgé de mon verre sans le quitter des yeux. Cette petite comédie était réelle : sans Haos, sans sa contribution, il y a des alliés actuels que je n'aurait pu corrompre. Il devait donc comprendre que je lui en était reconnaissant avant d'aller plus loin. Mais comment réagirait-il une fois que je lui avouerait que je savais son implication dans la rébellion ? Je devais lui montrer qu'à mes côtés il ne craignait rien.

" Ceci dit, vous comprendrez que pour des raisons évidentes, je ne puisse vous en dire trop sur l'enquête ou sur les erreurs de la rébellion qui nous on poussés à aboutir à de telles conclusions. Cependant nous sommes convaincus que ces conclusions que je vais vous énoncer sont véridiques. Personnes dans le conseil n'en doute, aussi, je vous demande de me faire confiance sur la véracité des informations que je vais vous énoncer "

Une autre gorgé pour lui laisser le temps d'avaler toute ma tirade. Je me demandais ce que pensais le seigneur noir, caché dans l'ombre, du spectacle qui se déroulait sous ses yeux. Etait-il tellement puissant dans la force qu'il pouvait ressentir ce que pensait Haos, sans que ce dernier ne détecte sa présence ?

" Comme je le disais, suite à un piège et quelques erreurs involontaires de leur part, nous pouvons sans aucun doute les coincer. Et vous êtes la pièce maîtresse qui mettra fin à la rébellion. Pour vous dire la vérité, nous avons découvert que la rébellion avait un lien avec vous, Lord Haos " Je levais légèrement ma main, bien visiblement, pour ne pas l'inquiéter, ou du moins le moins possible. " Evidemment, le mot qui nous arrive en premier est trahison, mais le conseil noir est réfléchi et posé, nous avons donc continué à creuser, et il nous semble inconcevable qu'un homme tel que vous, qui nous a tant aidé et qui a consacré sa propre vie à l'ordre, puisse trahir tout ce en quoi il crois. "

Je buvais une dernière gorgée de mon verre, n'en laissant qu'un fond, et me levant, pour tourner le dos à Haos, et regarder la ville de Maloran depuis la fenêtre de mon bureau.

" Ce que je pense, ce que nous pensons, c'est que vous êtes forcé d'agir avec eux. Vous y êtes contraint. Ce que je pense personnellement c'est que leur plus grossière erreur dans toute cette histoire à été de tenter de vous corrompre, vous, parce que votre cœur et votre âme est profondément ancré dans l'ordre, vous y croyez et vous savez qu'un jour les Sith et la vision de notre seigneur Daleth triomphera. Vous n'êtes pas comme tout ces abrutis qui pensent que le conseil noir est faible. Vous allez être la raison de leur chute et en plus de cela vous tirerez les bénéfices de la fin d'une rébellion qui dure depuis des dizaines d'années - en plus du conseil bien évidemment-, les louanges du conseil et de notre cité entière. Il n'y aura plus de morts inutiles, et nous pourrons retourner à notre travail sur l'expansion, nous concentrer plus intensément, redoubler d'effort encore car notre heure est plus proche qu'elle ne l'a jamais été. "

Mon envie de propulser l'ordre, si elle n'a jamais faillit, est tellement palpable dans la pièce et tellement puissante que Daleth ne doit plus ressentir que cela. Mais il fallait laisser à Haos le temps de digérer ces informations, car mon monologue avait été long et riche en information à encaisser.

" Je ne vous poserai donc que deux questions pour le moment : est-ce que ma déduction est correcte, et comment ces rebelles complètement à l'ouest sont-ils parvenus à faire pression sur vous pour vous forcer à collaborer avec eux ? "

Voilà, tout était dit, et je ne pouvais pas faire mieux. Il appartenait maintenant à Lord Haos de savoir comment il convenait de continuer sa vie sur Maloran. Avec la gloire et l'honneur, ou au fin fond d'une cage, dans la prison Sith et sans doute plus dangereuse de la galaxie. Alors Haos, sera tu coopératif ?


Jet de dés:
Eloquence, niveau 3 : Réussite
avatar
Seigneur Noir des Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 27/09/2017

    Messages : 48

    Crédits galactiques : 636

    Cristaux Kyber : 2

    Avatar : .

    Crédits : sophia

  • Posté le Dim 7 Jan - 18:26

    Message n°4178 (5)

Daleth fait sentir son approbation aux pensées du jeune Darth, avant de ne garder qu’un lien télépathique très mince qui permettrait à Akuma de le contacter directement s’il en sentirait le besoin. De son côté, Haos s’empare du verre qu’on lui offre, y porte ses lèvres pendant les brefs silences qui peuvent avoir lieu pendant le discours élogieux de son seigneur. Daleth ne peut que remarquer avec un sourire caché la lumière qui enveloppe alors l’aura du Lord, une lumière qu’il assimile à un sentiment de fierté et qui se reflète un court instant dans l’éclat de son regard. Mais bien vite, l’habile Sith se reprend et expose à nouveau son visage lisse de toute expression en dehors de l’attention qu’il porte à son interlocuteur. Alors qu’Akuma s’interromp dans cet éloge, Lord Haos penche légèrement la tête sur le côté. « Mais ? », lâche-t-il avec douceur, avec cependant une pointe de méfiance. Car il ne faut pas se leurrer, chez les Sith, les compliments ne sont jamais gratuits.

Nous y voilà, doit-il songer alors qu’Akuma aborde le vif du sujet. Lord Haos considère son supérieur, le dos quelque peu raide par la tension qui l’envahit doucement. Où va-t-il donc en venir ? Et quelles erreurs la rébellion a-t-elle enfin commises pour que le Conseil noir soit si proche de la détruire ? Une ombre fugace passe dans son aura, marquée par une crainte intime. Et, quand Akuma révèle enfin qu’ils ont découvert ses relations avec la rébellion, le Sith a un bref clignement d’yeux avant de pincer les lèvres et de serrer les dents. Allons bon, sans doutes est-il fait. Sans doutes est-il temps de mettre ce bon vieux Lord Haos à une retraite anticipée, dans un tombeau. A l’énonciation du mot trahison, il fronce légèrement les sourcils, comme si cette seule perspective lui était intolérable.

Observant le Chiss qui se détourne vers la fenêtre pour transcender ses mots et les incarner dans l’aura qui s’échappe de son être, le Seigneur noir ne peut que ressentir une certaine fierté d’avoir un tel Sith à la tête d’une sphère aussi importante et déterminante que celle qu’il dirige aujourd’hui. S’il s’en garde bien de le lui révéler, Daleth reporte son attention sur Haos qui semble hésitant, comme tiraillé entre deux feux. Son visage s’est quelque peu assombri alors qu’il fixe résolument le verre qui tient entre ses doigts. « Je n’ai jamais agi avec eux et ne le ferai jamais. », dit-il sur la défensive en relevant son regard vers son supérieur. Une longue inspiration soulève ses épaules et un soupir s’échappe d’entre ses lèvres. « Je n’ai compris que trop tard qu’il s’agissait de ces vils terroristes. » Ses sourcils se froncent, et lentement, il tourne la tête, balaye toute la pièce du regard et sans doutes aussi avec sa perception. Daleth se rétracte, devient imperceptible. Il va parler, il en est convaincu.

Un nouveau soupir, plus discret, et Lord Haos énonce d’une voix presque éteinte : « J’ai un soir reçu la visite d’un Lord pour discuter travail et logistique. Nous avons parlé des différents soutiens que nous avons pu rallier dans la galaxie, quand tout à coup il m’a demandé des précisions sur les éventuels contrats que nous aurions avec ces diverses organisations, s’il y avait parmi elles des fournisseurs réguliers ou irréguliers. J’ai trouvé cela assez intriguant, d’autant plus qu’il avait l’air particulièrement porté sur le sujet de la robotique. Pour quelqu’un qui n’a jamais eu à travailler avec nos ingénieurs de Maloran, cela m’a rendu suffisamment méfiant pour que je me contente du minimum syndical dans mes réponses, sans lui révéler de données capitales. »

Daleth ne put qu’être intrigué par la teneur de ladite conversation. La robotique ? Des fournisseurs pour Maloran ? Cela n’était pas sans rappeler en effet la capacité de la rébellion à s’introduire dans la section des Darth de la bibliothèque. Lord Haos retrouve le silence pendant un instant, avale une gorgée de vin, sans doutes pour hydrater ses lèvres sèches. « C’est par la suite, après d’autres conversations de ce genre, sans qu’il se soit montré trop insistant, et après une petite enquête, que j’ai compris à quoi j’avais affaire. Mais il était déjà trop tard. », conclut-il avant de baisser les yeux, honteux et peiné. « Je n’ai pas eu de preuves véridiques jusqu’à ce qu’on me laisse un petit message. J’ai plusieurs de leurs noms dont je suis certains qu’ils sont des têtes importantes de la rébellion, mais si je vous les donne, Seigneur Akuma… » Son visage se relève vers le Darth. « …Mon fils mourra. »
avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Lun 8 Jan - 10:37

    Message n°4211 (6)

Haos parle, mais étrangement sa confession ne me procure nulle satisfaction. Il a pris la bonne décision, mais ses explications ne me plaisent pas du tout. Ma sphère était bien plus impliquée que je ne le pensais. Ainsi donc, ces terroristes s'intéressent à la robotique et se fournissent avec les alliés que j'ai approché. Cela pourrait expliquer l'intrusion des rebelles dans la bibliothèque des Darth. Nous avions pensé à un possible hacker dans leur rang, un petit génie de l'informatique, à la mise hors service de la sécurité depuis l'extérieur ... Nous étions à côté de la plaque, ou du moins nous manquait-il une information essentielle qu'Haos venait de nous donner : comment ils se fournissaient, et comment ils avaient pu mettre hors service la technologie la plus évoluée de Maloran. Décidant de ne pas montrer le moindre signe de faiblesse devant Haos, je me concentre une fois de plus pour faire part de mes déductions à Daleth.

" Ma sphère est plus touchée que je ne le pensais seigneur, ces enfoirés s'en servent pour importer du matériel de haute technologie jusque dans notre planète, au nez et à la barbe de tous. S'il fait vraiment cela, c'est impossible que je sois passé à côté, je peut donc en conclure que ceux qui s'occupe des registres des importations sont dans le coup, c'est toute cette partie de la sphère qui semble compromise tant qu'on a pas des noms exacts. Les rebelles ont eu le temps de préparer leur coup. "

Bien, au moins voilà un bon point de réglé, même s'il ne m'enchante guère de savoir que j'ai des traitres dans ma sphère, il faut croire qu'ils sont partout. Il me révéla la liste, ou du moins son existence avant que je ne lui en parle, confirmant une fois de plus qu'il ne mentait pas et qu'il était bien contraint d'agir sous leur ordre. Mais connaître les noms avait un prix : mettre son fils en danger. Evidemment, il y avait toujours un problème quelque part. Mais ce problème n'en était pas réellement un.

" J'ai été Lord de district, auparavant. Tout le monde m'y admire, et je dit cela en toute objectivité. L'un de mes premiers succès hormis la construction de nouvelles zones pour les étudiants, avait été de résoudre l'affaire de séquestration d'un apprenti, que l'on avait enlevé pour une sombre question d'orientation ... Sentimentale. En utilisant habilement mon esprit d'analyse, j'ai pu collecter des preuves, peindre vaguement un profil psychologique, et bien que ce dernier avait été préalablement torturé alors que j'enquêtais parce que les ravisseurs l'avaient déjà maltraité, je suis parvenu à sauver le jeune homme. Bien évidemment je n'ai eu à donner qu'un coup de pouce, mais mon apparition et le meurtre de quelque un de ses ravisseurs à réussi à lui donner un regain d'énergie et à devenir une bête féroce assoiffée de vengeance, comme tout Sith qui se respecte, regagnant le respect de ses comparses. Aujourd'hui, il est l'un de mes plus proche collaborateur dans ma sphère. "

Je me détournais de la fenêtre, faisant face à Haos. Il ne s'agissait plus de gagner une partie, puisque l'homme en face de moi était désormais pleinement de notre côté. Il devrait jouer le jeu des terroristes une fois qu'il aurait quitté cette pièce, mais la rébellion n'en avait plus pour longtemps.

" Si je vous explique cela, c'est pour vous expliquer qu'il ne nous coûtera aucun effort pour protéger votre fils. Avec la liste que vous nous donnerez, nous allons établir un plan pour un coup de filet, mais avant cela nous allons travailler sur celle-ci pour établir la liste de tout les autres terroristes en rapport avec ceux que nous aurons déjà, leur lien avec leur organisation, tant et si bien qu'au final il ne restera plus personne pour vous faire du tord. D'ailleurs comme je vous l'ai dit, ces enfoirés ont déjà fait des erreurs. Il ne nous suffit que des noms de la liste que vous possédez déjà pour trouver les autres. "

Je terminais le fond de mon verre. Globalement, les mots que j'avais prononcés avaient vocation à le rassurer, et la petite histoire que je lui avait conté était bien réelle.

" Votre fils est-il encore dans votre domicile, et ils vous menacent de le capturer à tout moment, ou est-il kidnappé et retenu dans un endroit quelconque ? Dans le premier cas, nous aurons juste à le placer sous surveillance, avec les meilleurs hommes de Darth Saevus. Dans le second cas, ce sera également Saevus qui s'en occupera, et je ne voudrais pas être son ennemi avec toute l'escouade qu'il commande. Les terroristes nous tiennent tête uniquement parce que nous ne savons pas qui ils sont et où ils sont, mais en matière d'affrontement direct ils ne tiendront pas face à la puissance du conseil. Je vous demande donc de me faire confiance, à moi comme au conseil et au seigneur noir, pour me donner les noms de la liste : ils seront utilisés avec intelligence et discernement."
avatar
Seigneur Noir des Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 27/09/2017

    Messages : 48

    Crédits galactiques : 636

    Cristaux Kyber : 2

    Avatar : .

    Crédits : sophia

  • Posté le Mer 10 Jan - 9:24

    Message n°4263 (7)

Se rouvrant au lien télépathique pour considérer les réflexions du jeune Chiss, le seigneur noir ne peut qu’approuver mentalement ces déductions. Ils ne pouvaient continuer à espérer naïvement à ne pas être touché par cette lente corruption qui avait fini par gagner tous les niveaux de Maloran. La chose était quelque peu prévisible, bien que très désagréable à entendre, mais en avoir au moins la confirmation est en soit un pas de plus vers leur victoire inéluctable. « La sphère de la logistique est sans doutes bien plus touchée. Il suffit d’un seul Sith qui supervise les registres des arrivées, des départs et des marchandises pour qu’ils puissent absolument tout savoir ce que qui arrive à Malachor. Patience, Akuma. Nous ne laisserons à aucun d’entre eux l’occasion de s’échapper. » Sur cet entrefaite, Daleth se retire pour plonger dans ses propres réflexions. Son fils, son fils… Il tente de se rappeler d’un nom, d’un visage, mais les souvenirs s’entremêlent et il ne parvient qu’à la conclusion que Lord Haos a eu trois enfants, dont deux garçons.

Le Seigneur noir n’a guère le temps d’y réfléchir davantage et, concentré sur l’histoire d’Akuma mais surtout sur ce qu’elle peut provoquer dans les émotions de Lord Haos, il laisse cette question en suspens. Le quinquagénaire est probablement déjà au courant de cette affaire qui à l’époque, avait fait grand bruit, et affiche donc un visage plutôt neutre. Daleth, lui, ne manque pas de tiquer légèrement. « Une bête féroce assoiffée de vengeance, est-ce donc à cela que vous vous réduisez et que vous simplifiez mon œuvre ? » La colère et l’outrage percent dans cette pensée pleine de déception. Toutes ces années, ces décennies, ces siècles de travail pour bâtir une véritable société aux fondations solides, à retrouver un sens à l’existence et au code des Sith pour entendre pareille sornette de la bouche d’un Darth ! Il prend sur lui pour ne pas laisser éclater toute l’amertume et la contrariété qui l’assaillent et ravale sa colère en songeant aux objectifs supérieurs de la discussion avec Lord Haos.

Celui-ci attend que Darth Akuma ait terminé pour laisser échapper un petit rire accablé qui n’a rien d’amusé. « Vous ne comprenez pas, seigneur Akuma… », dit-il en secouant la tête avant de poser son verre encore à moitié plein sur la table. Un triste sourire vient ternir son visage alors qu’il relève des yeux secs vers son supérieur. « Si ce n’est pas la rébellion… c’est vous qui le tuerez. », affirme-t-il comme une évidence. Une vérité qui le dégoute et le déroute mais dont il est persuadé de la véracité. Il inspire doucement, soulevant ainsi ses épaules tandis qu’il se recule dans son siège pour se reposer contre le dossier, et ses lèvres se déforment en une grimace quelque peu contrariée. « Mon fils ainé, Zaren, a seize ans et est apprenti depuis deux ans. Ces deux années ont suffi pour qu’il échappe à toute influence de mon épouse ou moi-même et je crains qu’il n’ait été séduit par les idées dépassées des renégats. » C’est un rire d’impuissance qui vient ponctuer son discours alors qu’il s’avère dans le dilemme de tous les pères : a-t-il été si mauvais parent pour que son enfant se détourne de lui et de son éducation ? Et que doit-il faire ? Tenter de le récupérer, de le protéger, quitte à laisser les rebelles continuer, ou l’abandonner à son sort pour cette trahison ?

« C’est mon seul héritier à avoir été doté de la Force. Et la rébellion semble avoir une si grande emprise sur lui qu’il en vient à mépriser ses propres frères et sœurs. Serais-je donc à ce point un mauvais père que je doive le condamner moi-même au même sort que ces traitres qui me l’ont volé ? » Le dos de Daleth est tendu comme la corde d'un arc alors qu’il réfléchit à toute vitesse, ressentant la peine de ce père désabusé de plein fouet alors qu’elle reflète sa propre expérience, d’il y a si longtemps. Comment savoir si ce jeune homme est une brebis galeuse au point de n’avoir plus aucun espoir de rédemption ? « Nous sommes des êtres faillibles, Lord Haos. Tous les parents peuvent faire des erreurs, mais tous les enfants également. A cet âge, il est aisé d’être manipulé. Votre fils s’est engagé sur la mauvaise voie, ça ne signifie pas qu’il est trop tard pour lui. », dit-il d’une voix douce en avançant d’un pas hors de l’obscurité à la surprise générale. Le Lord a un sursaut et un mouvement de recul en apercevant le Seigneur noir en personne. Ici depuis de début ! Daleth a un geste de la main rassurant à l’encontre de l’interrogé. « Navré de n’avoir paru plus tôt, mais je pense que vous pouvez avoir l’assurance, à présent, que cette conversation n’est écoutée par personne d’autre et que tous ignoreront la véritable teneur de votre réunion de travail avec Darth Akuma. »

Lord Haos n’a pas l’air des plus rassurés, ou du moins est-ce encore l’effet de la surprise qui lui écrase le torse. Pas une seule seconde il n’a ressenti une présence en dehors de son supérieur. « Seigneur Daleth… vous êtes toujours là où on vous attend le moins. », parvient-il toutefois à se reprendre. Mais son problème reste le même : peut-il pardonner à son enfant ou doit-il le laisser à la justice du Conseil noir ? Daleth tourne son masque vers Akuma, lui confiant les rênes. Il est son supérieur direct après tout, c’est à lui de déterminer ce qu’il faut faire. Mais en attendant, le Seigneur noir se pose des questions sur cet adolescent. Comment a-t-il sombré à l’appel répugnant de la rébellion ? Qui l’a approché et a-t-il été véritablement recruté au point d’y avoir un rôle ?
avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Jeu 11 Jan - 13:19

    Message n°4323 (8)

La situation était devenue compliquée en presque trente secondes. Moi qui pensait que j'avais gagné. Au grondement de Daleth dans mon propre crâne, j'étais à deux doigt de me frotter les yeux, mais cela aurait sonné comme une marque de faiblesse face à Haos, qui n'était pas au courant de la présence du seigneur noir à ce moment là. Ce que je voulais dire par là, ce n'est pas que l'œuvre de Daleth avait été de rassembler une bande d'animaux, mais que Vidar avait retrouvé toute sa fougue à mon apparition, et que cette fougue lui avait permis de prouver aux autres apprentis de l'académie qu'il n'était pas un moins que rien et encore moins un lâche. C'est la triste vérité : s'il n'était pas devenu la bête féroce que j'avais décrite, à son retour à la vie normale, on lui aurait craché dessus, et il n'aurait eu aucune chance de devenir ce qu'il est aujourd'hui. Mais visiblement le seigneur noir était légèrement susceptible. Mais au delà de ça, malgré l'amertume de Daleth, je ne m'en faisait nullement : je n'avais pas besoin de rappeler au seigneur noir tout le respect que j'avais pour lui et son œuvre, et lui savait très bien, je l'imaginais, que ma vision ne différait pas de la sienne. Ces mots s'appliquaient seulement aux plus jeunes, qui avaient encore beaucoup à apprendre.

Mais la prochaine déclaration d'Haos est le coup de marteau qui me laisserais assez pantois. En effet, il annonça que son enfant était presque destiné à mourir puisque si ce n'était pas de leur main, ce serait de la notre : tout s'expliquait, et encore, Haos avait été lucide. On pouvait presque en conclure que c'est son fils qui lui avait posé bon nombre de questions. Si ç'avait été le mien, j'aurais simplement pensé qu'il s'intéressait à mon travail. Haos me surprenait de minutes en minutes. Alors que je cherchais une réponse adéquate pour l'apaiser, le seigneur noir finit par prendre la parole. Sur le coup je cru presque qu'il me reparlais par télépathie, mais la voix était trop forte. Trop physique. Je ne pu m'empêcher de tourner la tête pour le revoir prendre forme. Le Lord devait trouver cela assez impressionnant, que le seigneur noir écoute la conversation depuis le début pour essayer de détecter la moindre émotion, la moindre faille exploitable chez Haos. Mais Daleth l'apaisa, de paroles fortes sages. Mais malgré son apparition, le problème n'avait pas changé. Daleth me regarda, je regardait Daleth. Mon regard se tourna une fois de plus vers Haos.

" On fait tous des erreurs, ça arrive aux meilleurs. Votre fils s'est laissé abusé par les paroles des terroristes, à cet âge là on a l'esprit rebelle ou plein d'aventure. Votre fils a seize ans c'est d'un recadrage ou d'une grande reformation dont on a besoin, pas d'une exécution ou d'un tour en prison. "

Je me grattais le menton. Il était hors de question d'abattre de faire enfermer l'apprenti, c'était hors de question. A la limite, je n'aurais dit pas non à l'idée de condamner le maître, qui visiblement, avait véritablement échoué son enseignement. Ou peut être, l'avait-il trop bien réussi.

" Ce n'est pas a vous de vous en vouloir. Par contre je voudrait bien connaître son maître, car soit il a misérablement échoué, soit il a bien réussi son coup. "

Bien, réfléchis, Akuma, comment sauver le gosse pour obtenir la liste.

" Jusqu'à présent, il semblerait jusqu'à preuve du contraire qu'il n'ai fait de mal à personne. Déjà, il faut le retirer de la garde de son maître et lui en trouver un plus compétent. Je ne suis pas très enthousiaste à l'idée de prendre un élève avec tout le travail que je vais avoir ces prochains mois, mais je m'occuperais moi même de choisir son prochain maître, il sera trié sur le volet, car cela ne doit pas être un simple changement. Il doit radicalement changer sa manière de penser. En plus de cela, je garderais un œil sur lui, pour voir comment il se porte et l'entraînerais quelques fois. Je ne peut pas faire mieux, il aura toujours une très bonne influence autour de lui, et il ne tiendra qu'à lui de prendre la route d'un avenir prometteur et ambitieux. "

avatar
Seigneur Noir des Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 27/09/2017

    Messages : 48

    Crédits galactiques : 636

    Cristaux Kyber : 2

    Avatar : .

    Crédits : sophia

  • Posté le Ven 12 Jan - 12:00

    Message n°4360 (9)

Lord Haos semble songeur dans ce silence qui l’entoure et l’accable. Il a beau être infimement rassuré par les paroles des deux Darth, et être convaincu aussi qu’ils ont raison, il a beau s’agir de son propre fils, il n’arrive tout simplement pas à l’imaginer revenir vers la bonne voie. Son jeune âge… n’est pas si jeune, à bien y réfléchir… Un recadrage, comme dirait Akuma, suffirait-il seulement pour faire prendre conscience à Zaren que ce qu’il pense n’est que la facilité que veut bien lui faire croire le Côté obscur ? Et même s’il se fait former par un autre, un vrai Sith loyal au Seigneur noir, lui accordera-t-on seulement confiance plus tard ? Un Sith que l’on n’estime pas fiable n’est pas un Sith utile…

Et, alors qu’Akuma cherche à savoir l’identité du mentor du garçon, le visage de Lord Haos se durcit légèrement, ses traits se ferment en une expression tout sauf sympathique, face à ce qu’il pense dudit maitre. Il garde le silence tout le long de la proposition de son supérieur, mais dans son regard, c’est l’éclat du doute qui brille, comme s’il n’avait pas encore tout dit de ce qu’il savait, songe Daleth alors qu’il l’observe tranquillement derrière son masque. Le Seigneur noir ne laisse aucun signe qui pourrait indiquer ce qu’il pense des mots d’Akuma, après tout, le seul qui puisse en juger, c’est le Lord lui-même. Haos a d’ailleurs un sourire bien désabusé lorsqu’il hausse les épaules avant de reprendre enfin la parole. « Comment pourriez-vous savoir s’il n’a véritablement pas fait de mal à qui que ce soit ? Mon fils n’est pas rentré à la maison depuis des jours, et seule la Force sait où il peut bien trainer. Votre discours serait-il seulement le même s’il s’avère que Zaren ait contribué au cambriolage de la chambre forte des Darth à la bibliothèque ? Cela voudrait dire qu’il est aussi responsable de l’accident qui est arrivé à la Main noire. Quel genre de recadrage réserve-t-on à ceux qui s’avèrent véritablement coupables d’atteinte à la vie du premier agent du Seigneur noir, dites-moi ? »

Pendant une seconde de silence, il tourne la tête vers le Seigneur noir, alors qu’un sourire en coin narquois s’élève sur son visage. « Nous ne sommes pas dupes, Seigneur Daleth. Presque aucun Sith, hors de prison et qui suit un tant soit peu les événements de Maloran, n’est convaincu de la soi-disant trahison de Lord Canem. Le Triumvirat n’est pas une pépinière à traitres. » En soi, Daleth s’en doutait, mais la mission d’Anhesis était tout aussi vitale que récupérer les informations en possession d’Haos et si personne ne croyait en la culpabilité de la chienne de Sanguis en dehors de la prison, ça n’a pas de grande importance. Il lâche un discret soupir, croisant ses mains dans son dos. « Nos enquêtes aboutiront bientôt et nous saurons le fin mot de cette histoire, Lord Haos. Je ne peux prononcer une sentence sans preuves et sans avoir interrogé un suspect. Et vous, que feriez-vous si votre fils était impliqué à ce point, dites-moi ? » Lui retourner la question, pour l’obliger à sonder ses véritables failles, ses véritables intentions. Quel genre de père est-il en réalité ? Là est toute la question. Doit-on placer sa loyauté envers les Sith au-dessus de ses propres enfants, alors qu’on leur enseigne à briser leurs chaines pour atteindre un idéal de perfection ?

Lord Haos baisse un instant les yeux, quelque peu déstabilisé, non pas par la question, mais par la réponse à donner. « Ma lignée serait déshonorée. » Il hausse les épaules. « Je ferai appliquer la loi moi-même si cela permettrait à mes autres enfants de ne pas en souffrir davantage. » Des paroles aussi dures à prononcer qu’à entendre, sans pour autant qu’il y ait une bonne ou une mauvaise réponse. Etre un Sith demande des sacrifices, et demande souvent les plus grands sacrifices, Daleth n’en est lui-même que le plus conscient, lui qui a renoncé à tant pour construire sa vision. Ils n’en ont toutefois pas terminé et Haos n’a toujours pas consenti à cracher le morceau : qui est le maitre de Zaren ? « Lord Haos, vous n’avez pas répondu à la question de Darth Akuma. Qui est le mentor de votre fils ? Il est inutile de nous le cacher, une rapide recherche dans les registres de l’Académie nous le dira tout aussi rapidement. Mais votre silence pourrait s’apparenter à de la complicité avec ce Lord. »

Il fronce légèrement les sourcils ; apparemment il n’a pas l’air de beaucoup apprécier le maitre de Zaren. Une chose que l’on peut aisément comprendre au vu des circonstances. Lord Haos relève les yeux vers Daleth puis vers Akuma, avant de soupirer. « C’est Lord Styx. » Silence. Un Sith discret qui n’a jamais fait de remous, aux souvenirs de Daleth, mais les écrans holo du Darth pourront leur apprendre que Styx travaille pour la sphère de la logistique et de la technologie, plus précisément qu’il s’occupe de l’ensemble des avancées technologiques de leurs ingénieurs liées à la robotique et à l’informatique. Un détail qu’il n’est pas anodin de découvrir. Et cela semble se confirmer quand Haos finit par ajouter : « C’est lui, le Lord dont je vous ai parlé et qui m’avait demandé de nombreuses informations sur nos partenaires galactiques. Et il n’y a pas plus fâcheux de constater que Styx a pris mon fils comme apprenti après ces soirées, puis de ne plus entendre de la bouche de Zaren des Lord Styx ceci et des Lord Styx cela. »
avatar
Invité
Invité
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté le Ven 19 Jan - 0:10

    Message n°4783 (10)

De tout l'échange entre Haos et Daleth, je n'en avais perdu aucune miette. Je fus surpris lorsqu'Haos annonça que, s'il avait a juger son propre fils, il appliquerait sa loi pour protéger ses deux autres enfants. Je songeais alors à ma propre personne : serais-je capable de sacrifier mon propre fils pour le bien commun ? Est-ce que ma descendance vaudrait-elle moins que l'avenir des Sith ? Je trouverais par tout les moyens de trouver une solution, je demanderai l'aide de Daleth pour qu'il le reforme complètement et lui accorde sa clémence. Je savais que je serais capable de faire une telle chose, et cela m'irritais encore plus que je sois capable de m'abaisser à demander l'aide de Daleth, ce qui reviendrait à dire qu'il est bien plus apte que moi à rectifier le tir et remettre mon propre fils dans le droit chemin. Mais le moment venu, alors qu'il n'aurait plus aucun espoir de rédemption, est-ce que je pourrais le tuer de mes propres mains ?

Sans nul doute. Bien que je ne comptais plus mes conquêtes, j'avais un mal fou à m'engager avec une femme, je n'arrivais pas à me poser. Ce n'était pas pour rien que je n'avais pas encore d'enfant : je n'étais pas prêt du tout. Bien trop obnubilé par l'avenir de l'Ordre et la fondation d'un Empire, et surtout par ma quête de l'immortalité, je ne consentirais à me poser que lorsque ces objectifs seraient remplis : ainsi, j'aurais littéralement tout mon temps. A la limite, je trouvais mon poste parfait : Daleth, en temps que leader suprême, devrait gérer absolument la galaxie, avec tout le temps que cela prendrait, et moi je serais à ces côtés pour l'appuyer, éternellement. Ayant la même vision que moi, menant la galaxie d'une main de fer, je n'aurais pas grand chose à lui opposer, du moins, ayant les mêmes idéaux pour le moment, je trouvais cela difficile. Mais pour le moment, j'étais corps et âme lancé dans ma mission, car l'heure de la révélation était plus proche que jamais.

Avec de tels objectifs, je n'avais pas besoin de descendance dans les pattes pour le moment. Nous verrons plus tard.

Mais de ce fait, mes réflexions aboutirent à une conclusion : Haos était quelqu'un d'incroyablement fort psychologiquement, et également quelqu'un de logique. Il serait bête de nous séparer de lui, mais visiblement, nous l'avions déjà de notre côté. Nous l'avions convaincu. J'en étais persuadé, ce n'était plus qu'une question de temps avant que nous nous emparions de la liste. D'ailleurs, le voilà qu'il donnait le nom du maître de Zaren : Lord Styx. Je prenais le temps de réfléchir quelques instant : le nom de cet homme ne m'évoquais absolument rien, mais il ne fallait nullement nous dépêcher : avec lui, tout ses collègues tomberont si nous agissions intelligemment. Je n'eus pas besoin de demander la suite à Daleth : quelques secondes plus tard, un écran holo pris forme, sous mon initiative, nous présentant le curriculum vitae de notre cible : il travaillait à la logistique et s'occupait lui même de la robotique et de l'informatique. Haos ne fit que confirmer l'évidence même : le maître de Zaren était bel et bien de la rébellion. Je me tournais vers Haos. Je n'avais nullement besoin de lui rappeler ce que je lui avais déjà dit sur son fils, et sur la gloire qui attendait Haos si jamais les terroristes étaient tous arrêtés sans exceptions. Haos n'est pas un abruti, et moi même je n'ai qu'une parole. Je ne passerai pas donc toute ma journée à lui poser une carotte sous son nez.

" Bien, Styx est donc sans nul doute de la rébellion. Nous n'allons pas l'arrêter tout de suite, cela ne ferait que mettre la puce à l'oreille à ses comparses. Il nous serait très utile de l'obtenir, la liste que vous avez mentionnée, afin de révéler les liens qu'on ces personnes entre elle, de maximiser nos chances de révéler toute la fourmilière pour la brûler intégralement. Et nous aurons sans doute besoin de parler à vote fils. Une petite discussion s'imposera sans doute avant que nous fassions quoi que ce soit et sans doute aura t-il un moyen de se racheter. "

Toute organisation qui possède un virus en son sein finit par être gravement handicapée, et finit parfois par mourir de cette maladie qui le ronge. Zaren pourrait être, avec un effort sans doute considérable, notre virus, le poison qui contaminerait nos ennemis. Même s'il avait agis contre Sanguis, nous pouvions lui trouver des circonstances atténuantes et son aide pourrait s'avérer précieuse : la liste pourrait ainsi s'avérer dérisoire, mais je ne cracherais pas dessus, d'autant que je ne pouvait prévoir le comportement de Zaren.
avatar
Seigneur Noir des Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 27/09/2017

    Messages : 48

    Crédits galactiques : 636

    Cristaux Kyber : 2

    Avatar : .

    Crédits : sophia

  • Posté le Ven 19 Jan - 14:36

    Message n°4808 (11)

Il est curieux d’observer Lord Haos à cet instant, alors qu’il a implicitement avoué l’appartenance du maitre de son fils à rébellion, tout en lâchant enfin son identité. D’une pierre deux coups, n’est-ce pas ? Sans doutes le conflit intérieur du père et du Sith est-il parvenu à un résultat, un compromis plutôt absolu. A quoi bon se lamenter sur les hypothétiques erreurs que l’on a pu commettre quand il fallait avancer, trouver des solutions pour permettre à Maloran de retrouver un équilibre. Les Sith du passé étaient naturellement tournés vers leurs désirs égoïstes et, si Haos avait fait partie de cette vieille philosophie qui n’amenait à rien sauf à l’échec, il aurait à coup sûr préféré choisir son orgueil et donc Zaren. A moins qu’il ne l’aurait tué de ses propres mains pour cette supposé trahison.

Fort heureusement, l’interlocuteur des deux Darth est d’une trempe plus raisonnable, plus impliquée dans un projet dans lequel il a certes un rôle essentiel mais qui est bien plus grand que sa personne. Cinquante mille personnes contre une, au final le calcul est rapide à faire. Et, au vu du regard d’Haos à ce moment de la conversation, il lui tarde de prendre sa revanche sur celui qui lui a pris son fils et qui l’a détourné d’une cause pour laquelle il a consacré sa vie entière. Le Sith émet un ricanement où, à la place de la moquerie à laquelle on pourrait s’attendre, on ne perçoit qu’un désarroi certain. « Je vous déconseille de tenter d’approcher mon fils alors que nous ignorons à quel point il a intégré les principes de la rébellion. Ce serait le meilleur moyen d’alerter son maitre. Comme je vous l’ai dit, Zaren n’est pas rentré depuis des jours, et ne quitte pas Styx d’une semelle ou presque. »

Dans son coin, le Seigneur noir hoche doucement la tête : pour assurer la réussite d’un coup de filet d’une telle ampleur, une sécurité des plus strictes est de mise et l’élaboration d’une stratégie élaborée est nécessaire. Approcher Zaren avant d’avoir arrêté tous les membres des Sith renégats serait une prise de risque inutile qui en plus pourrait lui coûter la vie. « Nous verrons ce qu’il en est une fois toute cette affaire terminée. En attendant, Lord Haos, restez serein et ne tentez pas de régler vous-même vos comptes avec Styx. Il aura ce qu’il mérite, je vous l’assure. », conclut Daleth avec le ton le plus sérieux du monde. Nombreux ont pu être les Sith témoins de ce qui arrivait à ceux dont il ne tolérait plus les écarts.

Lord Haos semble ruminer un instant les dires du Seigneur noir avant d’acquiescer, presque à contrecœur. Relevant un œil vers Akuma, il se lève de son siège. « Vous permettez ? », dit-il alors que, sans attendre de réponse, il fait le tour du bureau du Darth pour accéder au terminal informatique intégré, s’assurant que l’appareil est bien sécurisé et qu’il n’y a aucun risque d’y espionner les entrées d’information. Sur l’écran holographique, des lettres apparaissent, se succèdent pour former des noms tandis que sur le côté, des fichiers s’ouvrent, accèdent à toutes les informations relatives à l’identité de ces personnes. En premier, Lord Styx, bien sûr, qu’il surligne pour le mettre en évidence, puis un autre Sith, une femme de la trentaine nommée Lord Moira. Celle-ci travaille dans la sphère d’Akuma, à un niveau moindre qu’Haos qui a accès à de nombreuses bases de données confidentielles. Mais elle a récemment accédé à un poste qui lui permet d’avoir les contacts secrets des Sith leur permettant d’être ravitaillés en matériaux de première nécessité mais aussi en matériel technologique avancé…

D’autres noms forment ensuite cette liste qui se forme sur les écrans, surlignés d’une autre couleur. En tout, une bonne dizaine de personnes et, lorsque Lord Haos juge en avoir terminé, il se recule. « Officiellement, je n’ai rien dit. Styx et ceux désignés de la même couleur… » Cela représente quatre Sith. « …sont des membres actifs de la rébellion dont je suis certain de leur implication, j’ai fourni les preuves les plus sensibles avec leur nom. Les autres… » Qui représente un total de six personnes, des Lords. « …sont des gens susceptibles d’y appartenir, ce sont des déductions dues à mon propre vécu et je n’ai aucune preuve à leur encontre. Ce sont là des Lords, mais il est possible d’y associer leurs apprentis, voire certains de leurs collaborateurs ou des membres de leur famille. » Ceci dit, le Lord croise ses mains dans son dos avant de retourner à sa place, restant debout pourtant. Daleth, silencieux, pivote légèrement son masque en direction du Chiss, soufflant finalement sur le ton de la confidence, tant pour Haos que vous conclure : « Vous n’avez rien dit. Merci pour votre temps, Lord Haos. » Celui-ci s’incline vers Daleth puis vers Akuma, avant de tourner les talons et sortir. Au bout d’un temps de silence, le Seigneur noir finit par dire : « Félicitations, Darth Akuma. Nous aurons de quoi occuper nos longues journées. »

Conclusion de la mission


► Résumé Lord Haos a consenti à établir une liste de Sith faisant partie de la rébellion et d’autres qu’il suspecte en faire partie. En tête de liste, deux personnalités probablement importantes pour cette organisation : Lord Styx et Lord Moira.
► Ce qui va arriver L’exploitation de ces informations pour les jours qui suivent permettent d’établir de nombreuses ramifications entre les membres de cette liste mais aussi avec d’autres Sith et citoyens. Un travail de longue haleine mais qui va s’avérer indispensable pour créer des liens entre les actes de la rébellion et ses membres et ainsi n’oublier personne lorsque sera organisée l’arrestation des traitres.
► Ce qu’on gagne en récompense pour la réussite de cette mission, vous remportez 2 cristaux et 50 crédits !
Contenu sponsorisé
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté

    Message n°0 (12)

[Page 1 sur 1]

Star Wars Ascension » Malachor V