Star Wars Ascension

Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs

L'ombre d'un sourire (anhesis, les gill'losa)

Star Wars Ascension » Nar Shaddaa

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

avatar
La Main Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1606

    Crédits galactiques : 474

    Cristaux Kyber : 15

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia (avatar & gifs)

    Disponibilité rp : demandez toujours !

    DC : Kaedwell, Echoy, Jake

    Inventaire : double sabre-laser, lance-fléchettes, droïde de reconnaissance, droïde médical, porg, grumpy cat, motojet, chasseur biplace.

  • Posté le Lun 27 Nov - 10:21

    Message n°2178 (1)

L'ombre d'un sourire

Année 517, mois 7, fin semaine 7

Nar Shaddaa… Une destination sans doutes assez peu appropriée quand il s’agit de vouloir prendre du repos, et pire encore, quand il s’agit d’emmener Anhesis avec soi, elle qui aime si peu se mêler à la foule et qui n’a absolument pas l’habitude d’une planète aussi mouvementée. Mais, quand on est doté des bons contacts, il est tout à fait possible de passer un agréable moment sur la lune des contrebandiers, sans avoir à se soucier des guerres de gangs, de la loi du Cartel des Hutts ou même des autres visiteurs, qui eux sont plutôt là pour répondre à l’appel des crédits ou rechercher des choses particulièrement prohibées, donc forcément trouvables à Nar Shaddaa dans ses nombreux marchés noirs.

En quittant à peine l’hyperespace, à proximité de la petite lune Hutt, l’on peut déjà apercevoir la grandiloquence de l’endroit, où sa partie plongée dans la nuit est toutefois aussi lumineuse que celle en plein jour, avec toutes ces lumières qui éclairent ces grandes avenues et ces gratte-ciels si impressionnants qui accueillent des panneaux holographiques colorés, dont les éclats scintillent jusque dans l’espace. Les motifs géométriques qui se créent alors ont de quoi donner une allure presque mystique à la lune à la surface ocre. Le zabrak pose son front contre la baie vitrée du cockpit pour regarder en contrebas, alors que le vaisseau amorce la descente dans l’atmosphère vers les coordonnées du spatioport transmises par les Gill’losa. Paraît-il qu’ils auraient droit à une petite place dans un des hangars privés de New Vertica, la partie la plus développée de Nar Shaddaa et sans conteste la plus luxueuse, là même où avait élu domicile ce cher Vago le Hutt. Au-dessus des gratte-ciels, de nombreuses stations semblent flotter en vol stationnaire, comme des ballons retenus par un fil. Des formes et des couleurs de toutes sortes se révèlent sous les yeux des deux Sith et de Pel qui fait partie du voyage. Eryndal n’allait tout de même pas le laisser aux deux tuk’atas…

Le vaisseau se pose sans problèmes et les indications de la tour de contrôle les mènent à s’arrêter à côté d’une longue corvette au profil élégant de couleur blanche. Un bâtiment gigantesque qui ferait passer le chasseur pour un moustique. « Arrivés à destination. », lâche le zabrak dans un soupir alors que les moteurs s’arrêtent dans un lent souffle sonore. Ce voyage-ci a été beaucoup plus rapide que leur première sortie dans l’espace en direction de Pantolomin. Sortant le premier pour aider Anhesis à se débarrasser de son harnais et à s’extraire de son siège, le Sith s’occupe ensuite des bagages dans la soute qui trouvent leur place sur un chariot à sustentation magnétique qui va les suivre tout le long du hangar. Cette fois, il a laissé sa compagne préparer elle-même ses affaires, et a dû faire un effort monumental pour ne pas aller vérifier si elle n’avait rien oublié. En espérant qu’elle ne le lui fasse pas regretter en lui faisant honte, une fois chez ces deux lascars pâlichons. « Bienvenue sur la lune des contrebandiers, mon amour. Là où toutes les canailles de la galaxie se donnent rendez-vous. », lui souffle-t-il à l’oreille avant de se mettre en route, enroulant ses doigts autour de ceux de la jeune femme.

Plus loin, et à mesure qu’ils approchent, le zabrak peut apercevoir une silhouette dont la peau et les cheveux de neige ne font aucun doute quant à son identité. Directement accueillis par l’un des Nagai, si ce n’est pas magnifique ? Quant à savoir lequel… rapidement, Eryndal reconnaît là Kaedwell, dont la carrure est plus trapue que celle de son cadet et dont le bleu glacé de ses yeux transpercerait jusqu’aux plaques les plus épaisses de cortosis. « Anhesis, tu vas faire la connaissance de Kaedwell qui nous attend là-bas et qui nous a invités à passer le séjour chez lui et son frère. Si on se plaint de ma tête de boudeur… lui, c’est le niveau au-dessus. Il ne sourit absolument jamais. Ça ne l’empêche pas d’être plutôt sympathique, cela dit. », déclare-t-il à mi-voix alors qu’une dizaine de mètres les sépare encore du Lieutenant.





Pokésith, attaquez-les tous !:

avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1261

    Crédits galactiques : 586

    Cristaux Kyber : 64

    Avatar : Sofia Boutella

    Crédits : MedusaNexus

    Disponibilité rp : Non

    DC : Byrhon Gill'losa, Evolet Moo

    Inventaire : - Sabre Laser
    - Couteau
    - Deux Tuk'atas mâles
    - Tenue d'officine du Triumvirat

  • Posté le Jeu 30 Nov - 18:50

    Message n°2220 (2)

Depuis son retour du centre pénitentiaire de Maloran, quelque chose avait changé dans leur couple. Plus soudés, plus conscients de l'importance qu'ils représentaient l'un pour l'autre, Anhesis et Eryndal ne se lâchaient plus. Une mission comme une autre avait-elle clamé, mais la vérité était que cet interlude en prison lui avait fait changer sa vision des choses. Elle avait compris que chez certain, le mal était si profondément ancré en eux que même les garder enfermé n'était pas suffisant. Elle avait aussi appris que le côté obscur n'était pas nécessairement synonyme du mal, bien au contraire. Oui, quelque chose avait changé, Anhesis se montrait aussi plus calme mais étrangement moins sereine. Découvrir sa grossesse dans une mission pareil avait été un choc dur à encaisser et le chaque choix en était devenu plus difficile. Si elle avait toujours fait son devoir sans chercher à protéger sa vie, cette fois, il lui avait fallu redoubler d'efforts car son corps abritait à présent une autre vie que la sienne. Plus fragile mais Ô combien importante.

Alors qu'elle rêvasse silencieusement, Anhesis n'a pas ouvert la bouche du trajet. Elle s'était contenté d'observer les étoiles, les nébuleuses, et tout ce qui était à porter d'yeux pendant que le vaisseau du Zabrak filait simplement dans les étoiles pour une nouvelle destination de vacances. Des vacances... C'était fort bienvenu mais Anhesis n'aurait pas cru y retourner si vite. Pantolomin ? Non, cette fois la destination était bien plus près et quand le ciel rouge de Nar Shaddaa s'offrit à ses yeux, couvant une ville si immense qu'elle n'en voyait pas le bout, c'est avec stupeur que l'exécutrice observa le décor. Surprenant ! Maloran lui avait toujours semblé grande mais là, c'était au-delà de tout ce qu'elle aurait pu imaginer. Pourtant cette vision disparut quand Eryndal se posa dans un hangar avant de venir détacher sa compagne qui ne pipa mot, se contentant d'un pâle sourire alors qu'elle saisit Pelire, le petit Porg, pour le serrer contre sa poitrine. Les premiers pas hors du vaisseau lui rappelèrent durement la différence de gravité et combien il était bon de pouvoir se dégourdir les jambes après avoir passé des heures assit. Anhesis observe l'endroit d'un air curieux avant fixer l'immense vaisseau, d'un blanc magnifique, qui trônait plus loin. Sacré engin que voilà ! Il dégageait autant de puissants que de beauté ! Mais rapidement Eryndal attira l'attention de sa fiancée, entrelaçant ses doigts au sien en murmurant à son oreille avec malice. Anhesis esquisse un sourire, répondant simplement.

« Tu sais que c'est mon travail que d'arrêter les canailles... ? Mais je suppose que ça ne s'applique pas ici... »

Et surtout elle avait promis d'être sage durant ce séjour. Un long soupir passe les lèvres de la femme qui emboîte le pas au Zabrak qui reprend la parole pour lui décrire l'homme qui semblait les attendre. Perplexe, Anhesis observe son hôte qui attend patiemment à quelques mètres puis chuchote à Eryndal.

« Jamais... ? Vraiment jamais ? Ce monsieur doit être quelqu'un de très triste alors...»


En déduit la sith dans sa grande innocence couplée d'une naïveté qui trahit cependant un élan de méfiance soudain. Alors quand le couple arrive enfin face au Nagai, Anhesis le dévisage un instant. Il avait le visage blafard, fermé, le regard si froid que même elle en éprouva un frisson. Ironique quand on sentait l'atroce noirceur qui émanait de l'aura de l'exécutrice, chose qui maintenait ses confrères sith aussi bien au respect que dans la crainte. Si cacher sa force était une chose, cacher la présence du démon en était une autre. N'importe quelle personne sensible à la force pouvait sentir ce parasite, quant aux aux autres, pour eux ce n'était là que le charisme dérangeant d'une personne qui leur semblait tout sauf saine. Anhesis se décale d'un pas, se glissant dans le dos du Zabrak en baissa les yeux et serre un peu plus fort le port dans ses bras qui se mettent à piailler alors que la femme murmure.

« Bonjour monsieur Kaedwell... »

Elle n'avait pas juste promis d'être sage, mais aussi d'être poli. Eryndal avait insisté sur le fait que leurs hôtes étaient des amis proches, des gens qu'il respectait et appréciait. Il venait en ami pour leur présenter sa fiancée et la mère de son enfant à naître. Elle n'avait pas vraiment le droit à l'erreur. Et pourtant la voilà qui minaude dans son coin, peu rassuré par le regard perçant de ce Nagai. Mais plus courageuse qu'elle n'y paraît, Anhesis lève à nouveau le regard, dardant ses prunelles d'onyx sur Kaedwell. Il a une véritable tête de boudeur, comme Eryndal mais en pire. Il fait peur mais une certaine beauté se dégage de sa froideur. Anhesis se surprend à rougir, nerveusement elle secoue doucement le bras du Zabrak et couine avec gêne.

« Beau... Beau... Beau monsieur Kaedwell... »





avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Jeu 30 Nov - 21:38

    Message n°2227 (3)

Le jour où ils avaient reçu le message d’Eryndal disant qu’il souhaitait leur présenter sa fiancée en plus de leur rendre visite, Kaedwell avait tiré une drôle de tête face à son frère. Perplexe, parce que jamais, ô grand jamais, il n’aurait cru que ce zabrak puisse se marier un jour. Mais puisqu’apparemment, ce n’était pas une mauvaise plaisanterie de sa part, le Nagai avait dû se faire à l’idée, aussi arbore-t-il un masque bien songeur alors qu’il attend ses deux hôtes au hangar où il a fait réserver pour eux une place à côté de son propre vaisseau. Même de loin, il ne manque pas de noter ces regards portés vers l’impressionnante corvette et le Lieutenant les accueille donc avec son visage blafard et fermé habituel. Parce qu’il sourit seulement intérieurement.

Portant son regard de glace sur le colosse aux motifs vermeils et noirs, puis sur la créature qui l’accompagne, Kaedwell hausse un très léger sourcil en observant Anhesis pour la première fois. Sa peau cireuse, les discrètes veinules noires qui courent sous son derme, sa façon de marcher qui n’a pas toujours l’aisance d’un humain habitué à la posture droite. Et surtout, il y a cette aura de ténèbres qui se dégage d’elle, comme un cheveu sur la soupe. Ce n’est pas… simplement le Côté obscur, comme il a pu le sentir avec son frère, non, c’est un peu différent. Plus prononcé. Plus venimeux. Il ignore ce que c’est précisément, parce qu’il n’a pas de connaissance suffisamment prononcée du Côté obscur pour cela, mais c’est trop dérangeant pour être seulement quelqu’un qui a basculé corps et âme de ce Côté-là de la Force. Qu’est-ce que c’est donc que cette chose ? C’est une blague ?! On ne discute certes pas des goûts et des couleurs, mais tout de même, connaissant Eryndal, qu’est-ce qui a bien pu se passer dans sa tête au moment où celui-ci a demandé cette fille en mariage ?

Qu’à cela ne tienne, il en toucherait un mot au zabrak plus tard. Les mains croisées dans le dos, Kaedwell les accueille d’un élégant signe de tête. « Bienvenue à vous deux sur Nar Shaddaa. Eryndal, content de te revoir. J’ai eu ouïe dire que ta dulcinée n’avait jamais visité la planète… J’espère que tu as au moins prévu de lui faire voir ce qui en vaut la peine. » Comme les boutiques, les casinos, les statues en or de Vago, le nouveau parc d’attractions, les courses de speeder… Et pas simplement de se poser en gros pacha chez les Gill’losa ou à L’écrin d’ivoire. « Vous aviez l’air… captivés par le vaisseau à côté du vôtre. », ajoute-t-il d’un ton on ne peut plus moqueur, juste avant que la jeune femme ne le salue à son tour pour lui souhaiter le bonjour.

Elle est curieusement timide, commence à penser le Nagai. Mais cette conclusion hâtive est vivement rayée de toute pensée quand cette drôle de chose se met à secouer son cornu de fiancé en couinant quelque chose de totalement inattendu. Kaedwell se fige face à la réaction d’Anhesis, passant son regard bleu d’elle à Eryndal. Puis de Eryndal vers elle. Quoi ? Comment ça, beau monsieur Kaedwell ? Rêve-t-il ou elle est ouvertement en train de le draguer devant le zabrak ? Fronçant légèrement les sourcils d’un air singulièrement soupçonneux, le Nagai ne sait plus que penser. C’était sans même compter aussi sur la présence de ce porg qui fait comme une tache de mignon au milieu de ce couple particulièrement bizarre. Se raclant discrètement la gorge, l’ancien Jensaarai se reprend et se force à ne pas fixer Anhesis avec insistance. On va dire que le voyage l’a un peu perturbée… « Je voulais dire que Byrhon est particulièrement occupé pour le moment et qu’il nous rejoindra à la maison plus tard. Venez, nous allons prendre la navette pour New Vertica, je suis certain que nous avons beaucoup de choses à nous dire. » Regard appuyé vers le zabrak, avant qu’il ne tourne souplement les talons pour les guider jusqu’à ladite navette, un landspeeder limousine particulièrement confortable qu’il a loué pour l’occasion.


avatar
La Main Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1606

    Crédits galactiques : 474

    Cristaux Kyber : 15

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia (avatar & gifs)

    Disponibilité rp : demandez toujours !

    DC : Kaedwell, Echoy, Jake

    Inventaire : double sabre-laser, lance-fléchettes, droïde de reconnaissance, droïde médical, porg, grumpy cat, motojet, chasseur biplace.

  • Posté le Jeu 30 Nov - 22:32

    Message n°2229 (4)

« La loi de Maloran ne s’applique qu’à Maloran. De toute façon, ce sont des canailles utiles. », rétorque le zabrak avec un demi-sourire en coin, alors qu’ils approchent vers la silhouette qui les attend. Kaedwell les salue de son air aussi peu avenant, alors même qu’il doit être sincère. Il se contente juste de sourire intérieurement, comme il se plait à le marteler. Eryndal hausse un sourcil à moitié vexé sous la remarque à peine voilée : comme s’il allait passer tout son temps à se prélasser à L’écrin d’ivoire ! Ce n’est pas du tout son genre… Tournant la tête vers la silhouette dudit vaisseau qui leur a tapé dans l’œil, le zabrak recentre son attention vers le Nagai en esquissant une mine boudeuse. « Je suppose que c’est le tiens, sinon tu ne prendrais pas la peine de faire cette remarque. » Ça ne l’étonnerait même pas, ce vaisseau était totalement du goût des deux frangins.

Au moment de faire les présentations, la Main noire garde un œil particulièrement vigilent sur son aimée, qui a promis de se montrer polie contrairement à ses mauvaises habitudes sur Malachor. Parce qu’il n’est pas question de déjà commencer sur une fausse note alors qu’ils sont là pour quelques jours, Eryndal tient à son statut de VIP à l’établissement de Byrhon et il est clair que ramener un chien grincheux et galeux chez les Gill’losa est la pire idée du monde pour entretenir leur amitié. Il se détend alors très légèrement alors qu’elle consent à souhaiter le bonjour à leur hôte mais ce répit est de très courte durée ; non seulement Kaedwell, après avoir observé Anhesis, lui lance un regard soupçonneux et perplexe à lui, comme s’il avait senti quelque chose chez la jeune femme, mais en plus de ça, celle-ci perd toute contenance d’elle-même. Par les saintes cornes de l’univers, qu’avait-il donc fait à Daleth pour mériter ça ? Le pauvre zabrak lève les yeux au ciel d’agacement, laissant tomber son visage dans sa paume. « C’est ça… Toi, à partir du moment où ça tire la gueule tu trouves ça beau. », ronchonne-t-il avec une mine lasse plaquée sur le visage.

Sur les talons sur son ami, le zabrak songe qu’en effet, ils ont sûrement beaucoup de choses à se dire, à commencer par ce qu’ils sont véritablement, tous les trois. Le sous-entendu laissé échapper par Kaedwell n’est sans doutes pas de bon augure. Mais Eryndal a toujours été trop loyal envers la cause des Sith pour rompre le secret imposé par son seigneur. Et même au nom de l’amitié, il ne vendra jamais la mèche. S’installant dans le landspeeder complètement démesuré pour trois personnes, il observe du coin de l’œil les bâtiments défiler par la vitre, alors que la dense circulation les entoure. Etait-ce vraiment une bonne idée de ramener Anhesis ici ? Il se pose la question, tout comme parfois, il pourrait se demander pourquoi il a eu cette idée franchement farfelue de la demander en mariage, même si en réalité, cette pensée ne l’a pas encore effleuré.





Pokésith, attaquez-les tous !:

avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1261

    Crédits galactiques : 586

    Cristaux Kyber : 64

    Avatar : Sofia Boutella

    Crédits : MedusaNexus

    Disponibilité rp : Non

    DC : Byrhon Gill'losa, Evolet Moo

    Inventaire : - Sabre Laser
    - Couteau
    - Deux Tuk'atas mâles
    - Tenue d'officine du Triumvirat

  • Posté le Sam 2 Déc - 16:29

    Message n°2341 (5)

Eryndal ne prend même pas la peine de saluer cet ami qui les a pourtant invité à passer quelques jours dans leur demeure. Pourquoi le Zabrak se montre-t-il si froid soudainement ? Anhesis se fige en observant son fiancé alors qu'elle resserre tendrement son étreinte sur le porg qui s'enfouit contre elle. Le reproche tombe avec une lourdeur incroyable. La jalousie, c'était donc là que venait le souci ? Pour un bête compliment, légitime qui plus est....

« Pardon n'amour... »

Murmure timidement la jeune femme avant de détourner le regard. Forcément, elle n'ose plus fixer le Nagai et se plonge dans un silence songeur. Certes ils ne se quittaient plus depuis son retour de prison, mais l'exécutrice semblait pourtant bien plus sensible que d'ordinaire. Les hormones ? Une certitude. Elle garde le silence, laissant les deux hommes échangés quelques paroles futiles au sujet de l'impressionnant vaisseau avant que le nom de Byrhon ne soit glissé dans la conversation. Ah oui, le petit frère, c'était bien cela . Eryndal ne lui avait pas donné beaucoup de détails, de même qu'il ne lui avait jamais parlé de ce duo avant qu'il ne prenne la décision de leur présenter Anhesis. Pourquoi tous ces secrets ? Ne lui faisait-il pas confiance ? La jeune femme glisse un regard en biais vers le Zabrak avant de lui emboîter le pas, glissant sa main libre dans la sienne. Malgré la soudaine tension qui s'est abattu, elle cherche toujours le contacte et la tendresse de la part de son fiancé. Alors qu'elle observe le landspeeder et blêmit. Oh non, pas ce genre de véhicule ! Ces trucs lui fichaient la frousse !

« Eryn... »

Geint discrètement la jeune femme qui n'a pourtant pas le choix. Elle grimpe et s’asseoir, se lovant contre la main noire et s'accroche à lui. La conduite n'est pas brutale mais la sith se montre farouche tout de même. Cela ne l'empêche pas néanmoins d'observer le décor qui défile. C'est incroyable toutes ces lumières, tous ces gens, ces statues ! Elle n'aurait jamais imaginé que Nar Shaddaa puisse être si grande, si vivante ! La peur semble soudain disparaître quand Anhesis tend le doigt pour désigner une immense allée décorée de statues en or de Hutt.

« Là ! N'amour ! Regarde les arbres ! Les arbres qui font de la lumière ! »

Clame Anhesis avec joie alors qu'un sourire étire enfin ses lèvres et qu'elle jette un regard pétillant au Zabrak. Dans ses bras, Pelire pousse un cri aiguë et la sauvageonne s'empresse de le cajoler pour réconforter l'animal qui ne semble pas bien courageux à devoir voyager ainsi par les airs.

« Monsieur Kaedwell... Où est votre maison ? On arrive bientôt ? Est-ce qu'il y a des arbres qui brillent là-bas ? »

Murmure Anhesis en se penchant, plongeant son regard dans celui-ci glacial et austère du Nagai. Une fois encore elle le dévisage et s’empourpre avant de baisser les yeux. Elle se tait néanmoins de peur de s'attirer encore les foudres d'Eryndal. Ses bras se tendent doucement vers le nagai alors qu'entre ses mains le porg gémit, se dandine.

« Monsieur Kaedwell, vous voulez faire un câlin à Pelire ? Il est gentil vous savez... »




avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Sam 2 Déc - 17:47

    Message n°2342 (6)

C’est un simple haussement de sourcil narquois qui répond à la remarque du zabrak qui a l’air aussi bougon que d’habitude. Il y a au moins ça qui ne changera pas avec cet énergumène sur le point de se marier, songe Kaedwell avec un certain amusement, qui ne semble même pas prendre ombrage de l’austérité d’Eryndal concernant les salutations. A vrai dire, le Nagai n’a même pas le souvenir de s’être jamais adressé le bonjour de vive voix, pas en tête à tête en tout cas. En général, quand il retrouve le zabrak sur Nar Shaddaa, ils se contentent simplement de s’échanger un regard sans un mot, ça suffit amplement. Et ça ne les empêche pas de s’allier pour titiller l’égo de Byrhon, ou de retourner cette alliance fragile pour s’envoyer réciproquement quelques piques.

Balançant son regard d’Anhesis vers Eryndal, l’albinos peut en tout cas cocher le trait « jaloux » à sa liste pouvant décrire son singulier ami. Doublement, en plus, à ce point-là, ça devient presque maladif. Comme s’il y avait quelque chose de profondément enfoui dans l’histoire de ces deux zigotos qui puisse le rendre plus possessif encore qu’à l’accoutumée. « Dis-toi que ça cassera les pieds de Byrhon, que ce compliment soit pour moi. », émet-il d’une voix à la fois rassurante et amusée pour détendre l’humeur un peu fébrile et changeante de son comparse grincheux, avant de les emmener à sa suite pour aller à New Vertica et donc à la maison.

Notant mentalement, avec une certaine perplexité, que la jeune femme n’a franchement pas l’air d’apprécier les balades en landspeeder, le Nagai prend son aise sur la banquette qui leur fait face, habitué au défilement des bâtiments et de l’activité grouillante de la petite planète. Avant de se figer légèrement en observant la réaction d’Anhesis par rapport aux arbres holographiques. Encore une fois, il ne peut s’empêcher de se demander où Eryndal a bien pu dégotter une fille pareille. Parce qu’il n’aurait pas cru le zabrak du genre à trainer au fin fond des petits villages perdus de la campagne où la technologie n’existe pas. Ni dans les hôpitaux psychiatriques. Enfin de là à penser qu’Anhesis est folle, non, c’est un peu extrême, se corrige-t-il intérieurement. Juste bizarre. Trop bizarre pour Eryndal. Il avait intérêt à avoir une sacrée explication pour faire avaler son mariage aux Gill’losa.

Considérant la jeune femme et sa question, le Lieutenant pivote doucement la tête vers la baie vitrée du véhicule, pour repérer leur position et l’immense tour Vago qui domine le quartier le plus riche de Nar Shaddaa. Face à eux, brillant en plein jour comme un phare dans la nuit. « Est-ce que tu vois la grande tour là-bas ? C’est là que j’habite avec Byrhon. » Pour le meilleur et pour le pire, comme on dit. Mais, l’avantage d’avoir quasiment tout un étage de cette tour monumentale, c’est qu’on ne manque pas de place. « Et, euh… toutes les avenues de New Vertica ont des arbres holographiques, mais à la maison, sur la terrasse, il y a de vrais arbres. » Terrasse qui leur sert d’ailleurs de baie d’amarrage pour les véhicules comme celui-ci et la collection de motojets de Byrhon, histoire d’éviter les ascenseurs. C’est d’ailleurs vers là que la navette se dirige, alors qu’Anhesis lui tend le porg qui n’a pas l’air très à l’aise.

Envoyant d’abord un regard un peu perplexe à Eryndal, le Nagai finit par tendre la main pour qu’elle y dépose la petite boule de plumes. Il trouvait déjà étrange qu’Eryndal accepte d’avoir une ménagerie chez lui, alors une créature aussi inoffensive et peureuse, décidément, il avait du mal à s’y retrouver. « Kaedwell, ça suffira amplement. On ne va pas commencer à s’embêter avec du monsieur et du madame. », dit-il en ramenant sa main vers lui, alors que le porg le dévisage de ses grands yeux, avant de se cacher la tête dans ses ailes. Secouant doucement la tête, l’ancien Jensaarai gratte doucement l’arrière du crâne de la bestiole du bout du doigt, jusqu’à ce qu’ils arrivent à destination. Redonnant l’animal aux bons soins de la jeune femme alors que la porte s’ouvre côté terrasse, il les invite à descendre, tandis que le chauffeur s’occupe de leurs bagages. « Terminus, tout le monde descend ! Le droïde de la maison va s’occuper de vos affaires. »


avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1261

    Crédits galactiques : 586

    Cristaux Kyber : 64

    Avatar : Sofia Boutella

    Crédits : MedusaNexus

    Disponibilité rp : Non

    DC : Byrhon Gill'losa, Evolet Moo

    Inventaire : - Sabre Laser
    - Couteau
    - Deux Tuk'atas mâles
    - Tenue d'officine du Triumvirat

  • Posté le Dim 3 Déc - 12:15

    Message n°2385 (7)

La tour s'élève et s'étend, plus haute que n'importe quel bâtiment à portée de vue. Anhesis, stupéfaite, observe le lieu dont il approche à grande vitesse. Cela lui rappelle la pyramide de Molaran mais en bien plus grand, bien plus... luxueux. Les frères Gill'losa devaient être des gens importants pour vivre dans un endroit pareil, tout comme Eryndal et les darth qui logeaient à la pyramide. Alors qu'elle laisse Pelire aux bons soins de Kaedwell pour l'espace de quelques secondes, elle finit par le reprendre la créature en souriant. Pelire fait son timide alors qu'elle a déjà vu le Porg bien plus audacieux que cela... Mais oui, elle non plus n'est pas très à l'aise ici. Alors quand le véhicule s'arrête et que l'exécutrice met les pieds sur la terrasse, elle s'accroupit, posant son compagnon au sol qui gesticule et piaille de joie. Ni une ni deux, à quatre pattes la jeune femme s'élance pour s'approcher des arbres. Des vrais, comme il n'y en aura sans doute jamais à Maloran.

« Regarde n'amour ! »

Clame Anhesis, fière de cette nouvelle découverte alors qu'elle vient renifler les feuilles en oubliant que Kaedwell n'est pas habitué à voir une femme se comporter comme un animal. Pourtant elle finit par se détourner du végétal pour suivre les deux hommes à l'intérieur du logement avant de se rapprocher d'Eryndal. La première pièce est grande, incroyablement spacieuse, bien plus que leur propre logement déjà d'une taille considérable. Si l'endroit est dénué de marbre, la décoration quant à elle est moderne, lisse fait de blanc, de noir et aux diverses touches de couleur. Quelqu'un ici à clairement mit du cœur à l'ouvrage pour rendre l'endroit chaleureux et c'est une réussite. Anhesis s'avance, toujours à quatre pattes et observe le salon où baigne une douce lumière accompagnée d'une vague odeur d'encens.

« C'est beau ici... An' aime beaucoup. »

Elle se redresse, retrouvant une posture humaine et continue de marcher dans le salon, glissant ses doigts sur le mobilier. Tout est raffiné et a probablement dû coûter une vraie fortune. Finalement la femme revient près de son fiancé, observant les deux hommes avant de sourire. Mais le sourire ne s'éternise pas quand elle perd soudain de ses couleurs, blêmissant à vue d'oeil avant d'être pris d'un haut de cœur.

« Les... Les toilettes...sont où ? »

Oula, la catastrophe ! Satanée nausée de grossesse ! Le trajet en véhicule n'ayant probablement pas aidé. Mais avant même qu'on ait eu le temps de lui répondre, Anhesis se penche et régurgite un flot de bile sur le sol en étouffant un gémissement douloureux. Bravo, belle entrée en matière ! Alors qu'elle geint, les larmes aux yeux, sa main tremblante s'accroche à Eryndal.

« An' se sent pas très bien... » Murmure t-elle, le souffle haletant. « C'est à cause du bébé... »

Anhesis se redresse, se laissant aller contre Eryndal alors qu'elle cherche à reprendre son souffle pendant qu'un droïde est déjà occupé à nettoyer les dégâts sur le sol lisse et presque trop parfait du salon des Gill'losa. Bon sang, elle donnerait cher pour se prélasser dans un bain alors que son corps tremble encore sous la pression des maux de début de grossesse.

« Pardon Kaedwell, An' ne voulait pas salir votre maison... Eryn, tu n'es pas fâché ?  An' n'a pas fait exprès... »




avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Dim 3 Déc - 18:56

    Message n°2413 (8)

Kaedwell ne peut s’empêcher d’échanger un regard avec Eryndal quand, en se retrouvant sur la terrasse, la jeune femme se met d’une à courir à quatre pattes, et de deux à renifler les arbres. Il plisse légèrement les paupières en une expression soupçonneuse, car il y a décidément anguille sous roche quant au comportement tout sauf parfaitement humain de cette fille. S’approchant du zabrak, il finit par lui souffler à l’oreille, avec un air on ne peut plus sérieux : « Dis-moi Eryndal… est-ce que tu te drogues depuis ces derniers temps ? » Parce qu’en dehors de ça, il ne parvient vraiment pas à comprendre comment diantre il a pu trouver Anhesis à son goût, lui le zabrak à l’égo surdimensionné. Il ne l’aurait imaginé tomber amoureux que d’une… une quoi au juste ? Non, à vrai dire, il ne l’imaginait même pas tomber amoureux tout court. Eternel insatisfait qu’il était. Le Nagai n’imaginait pas non plus qu’il puisse exister quelque part dans cette galaxie, quelqu’un capable de supporter cet indécrottable râleur bougon en tant que compagnon et mari. Byrhon aurait éventuellement pu faire l’affaire avec son caractère, il lui manque juste une paire de seins.

Entrant dans la grande salle du séjour qui offre une belle vue sur les hauteurs de la lune des contrebandiers, Kaedwell était sur le point de les inviter à s’installer dans les divans en attendant qu’on leur serve les rafraichissements que soudainement, Anhesis perd le peu de couleurs qu’elle a, le visage comme figé dans une expression mal à l’aise. « C’est par… », a à peine le temps d’articuler le Lieutenant que déjà, voilà que son hôte se plie en deux pour vomir par terre. Misère, ça commence bien… Heureusement que Byrhon n’est pas là, songe-t-il alors que cette fois, c’est le visage du Nagai qui devient encore plus blême qu’il serait possible de l’imaginer. En soit, ce n’est catastrophique, un droïde est déjà là pour nettoyer et les senteurs d’encens camouflent déjà le petit désagrément. Non, ce qui le fait pâlir c’est d’apprendre que la jeune femme attend un bébé. « Tout va bien, ce n’est pas grave. Un peu de repos ne serait pas de trop, la chambre n’est pas loin et elle a sa salle de bain privative. Eryndal, tu connais le chemin. »

Sans compter le droïde qui guide déjà la jeune femme dans le couloir. Alors que le zabrak s’éloigne pour accompagner sa chère et tendre vomito, Kaedwell l’attrape vivement par le poignet pour l’obliger à se pencher vers lui et lui chuchoter durement : « Elle est enceinte ?! Ne me dis pas que tu l’épouses parce que tu te sens obligé après l’avoir engrossée ! » Ce serait décidément le comble venant de la part de ce zabrak ! Pas fichu de garder son pantalon fermé et bien serré autour des hanches, celui-là. D’autant qu’il imaginait déjà la réaction de Byrhon en apprenant la nouvelle. Heureusement que l’immeuble est solide. Pas sûr en revanche que le crâne du cornu le soit suffisamment. Ni qu’Anhesis survive à la chute de la terrasse jusqu’au sol, de cette tour qui culmine à plusieurs centaines de mètres.


avatar
La Main Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1606

    Crédits galactiques : 474

    Cristaux Kyber : 15

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia (avatar & gifs)

    Disponibilité rp : demandez toujours !

    DC : Kaedwell, Echoy, Jake

    Inventaire : double sabre-laser, lance-fléchettes, droïde de reconnaissance, droïde médical, porg, grumpy cat, motojet, chasseur biplace.

  • Posté le Dim 3 Déc - 20:58

    Message n°2417 (9)

Eryndal ne sait plus s’il a envie de rire ou de pleurer, alors qu’Anhesis est hors d’elle en voyant de simples arbres holographiques. Le pire c’est qu’il y a des modèles plus avancés à Maloran. Et pauvre Pelire qui ne sait plus s’il doit avoir peur de passer de main en main, ou du vide qui s’étend à l’extérieur du véhicule, juste sous leurs pieds. Ou encore de la circulation dense et de toutes ces tours. Alors, c’est peu de dire que le zabrak se sent soulagé quand ils arrivent enfin à destination, mais c’est de bien courte durée car la voilà qui s’extasie devant des arbres en pot. Alors quand Kaedwell, perplexe, le prend à part, le zabrak ne peut même pas se fâcher par rapport à la question déplacée qu’il lui pose. Et se contente juste de répliquer sur le ton de la confidence : « Non, mais parfois, je me pose la question de si je ne devrais pas m’y mettre. » Histoire d’oublier qu’il est en train de se taper la honte de sa vie devant l’un de ses plus proches amis. Tout ça parce que sa future femme gambade à quatre pattes.

Accompagnant Kaedwell à l’intérieur en levant les yeux au ciel, il observe le décor toujours aussi parfaitement agencé et luxueux qui s’offre à son regard. L’absence de marbre noir, remplacé par tout ce blanc, cette lumière qui tape dans l’œil, a presque quelque chose d’écrasant, comme s’il se sentait mieux dans des atmosphères moins éclairées. Mais on s’y fait bien vite. Par contre, Anhesis qui pâlit soudainement pour prendre la teinte des murs, ça c’était inattendu. Et plus encore quand c’est le sol qui prend une belle volée. Heureusement que ce n’était ni le tapis, ni le canapé, Byrhon aurait eu un arrêt cardiaque en rentrant. « Misère… on voit que t’as pas beaucoup dormi depuis qu’on est partis… Un bain chaud ne devrait pas te faire de mal. », dit-il en l’aidant à se redresser, passant un bras sous son épaule et lui massant doucement le dos. Alors que le droïde ouvre déjà la marche, Eryndal laisse Anhesis passer devant, mais, alors qu’il est sur le point de la suivre, Kaedwell l’attrape par le poignet.

Ecarquillant les yeux en dévisageant le Nagai, le Sith fronce alors les sourcils, tourne les yeux vers Anhesis qui s’éloigne et reporte sur attention sur son ami. « T’y es pas du tout. C’est compliqué comme histoire… et assez long. En fait, on se connaît depuis 20 ans. » Sur ces quelques mots, il esquisse un petit sourire ironique en coin avant de tourner les talons pour accompagner Anhesis jusqu’à la chambre. Là, il part lui préparer un bain, avec des huiles essentielles décontractantes et bien sûr, la mousse, avant de revenir avec un verre d’eau et une brosse à dent pleine de dentifrice. « Allez ma belle, nettoie-moi cette frimousse toute pâle, sinon je poserai pas mes lèvres dessus. », dit-il en lui donnant la brosse à dents. Et d’ajouter avec un petit rire : « Décidément, on peut vraiment pas sortir sans se faire remarquer. Bon, je crois que ton bain est prêt. »





Pokésith, attaquez-les tous !:

avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1261

    Crédits galactiques : 586

    Cristaux Kyber : 64

    Avatar : Sofia Boutella

    Crédits : MedusaNexus

    Disponibilité rp : Non

    DC : Byrhon Gill'losa, Evolet Moo

    Inventaire : - Sabre Laser
    - Couteau
    - Deux Tuk'atas mâles
    - Tenue d'officine du Triumvirat

  • Posté le Dim 3 Déc - 21:23

    Message n°2421 (10)

Oui, le manque de sommeil se faisait déjà ressentir depuis un moment bien que l'exécutrice fasse un effort pour tenter de garder bonne mine. Malheureusement c'est sans compter sur l'enfant qui grandit dans son ventre et ce corps qui la trahit, surtout dans les moments où il ne faut pas. Gêné par son geste, Anhesis n'ose plus porter son regard ni sur Kaedwell, ni sur son fiancé qui doit vivre une fois encore un instant honteux par sa faute... Elle s'étrangle sous sa propre culpabilité alors qu'elle marche doucement le long du couloir, tentant de se focaliser sur le bain qui l'attend. Mais bien vite Eryndal se fait stopper dans sa course et si Anhesis n'entend pas leur échange, en jetant un coup d'oeil dans leur direction qu'elle comprend bien vite que quelque chose ne va pas. Kaedwell lui rappelle cruellement les gens de Maloran qui s'indigne constamment sur le lien qui unit Eryndal et sa comparse ou qui s'indigne même pour le simple fait qu'une chose comme elle existe et parcours librement leur cité. Plus silencieuse qu'un mort et pâle à faire peur, la jeune femme se contente de se remettre à marcher, laissant Eryndal la rattraper et tous deux entrent dans la chambre. Là encore, l'endroit est doux et luxueux, le lit suffisamment large pour accueillir un colosse comme le Zabrak. Pourtant bien vite c'est la salle de bain privée qu'ils rejoignent, fait de marbre et de pierre polie, l'endroit est doté d'un design épuré qui trahit une fois encore le bon goût des Gill'losa et leur besoin de vivre dans un luxe que très peu peuvent se permettre.

« Eryn ? » Murmure Anhesis en portant un regard attriste sur lui. « Je suis désolé. »

Souffle-t-elle sur le ton de la confidence et la voix tremblante de honte. Force de voir ces regards choqués et parfois cruels, Anhesis en vient à se demander si tout ces gens n'ont pas raison. Qu'est-ce qu'un homme comme Eryndal fait avec elle ? Alors oui, elle s'excuse. Elle s'excuse d'être ce qu'elle est, d'exister, s'excuse qu'il doit se contenter d'elle. Alors qu'elle s'empare de la brosse à dents et du verre d'eau, l'exécutrice ne rechigne pas à besogner pour rendre son haleine fraîche avant de venir ôter doucement la robe qu'elle porte. Le pas traînant de fatigue, l'attitude nonchalante, la voilà qui enjambe la baignoire et qui se glisse dans le bain chaud et mousseux. La chaleur lui fait du bien mais la nausée reste là, stagnant et lui broie l'estomac à chaque inspiration. Ce n'est qu'un mauvais moment à passer, la chienne le sait parfaitement.

« Pourquoi tu m'aimes ? »

Minaude Anhesis, le ton néanmoins sérieux alors qu'elle fixe la mousse d'un air inquiet mais absent. La question est légitime et vu de sa condition et du mariage à venir, des questions, Anhesis s'en posait énormément. Dans l'eau, sa main glisse contre son bas-ventre qu'elle frotte doucement. Son bébé est là, un peu plus grand chaque jour et bien qu'elle ait si souvent réclamer une famille à Eryndal, elle doute. Elle doute depuis l'instant où elle a su qu'elle attendait son enfant.

« Tu devrais... peut-être reconsidérer la question, concernant le mariage... »

Le repousser ou même l'annuler. L'idée lui noue la gorge plus encore que la bile acide qu'elle a régurgité alors que ses yeux se mouillent de larmes qu'elle ravale aussitôt. Anhesis, pourquoi donc te tortures-tu ainsi ? Dans un soupir, la jeune femme baisse le visage.

« Ton ami, il me trouve bizarre . Comme tous les autres... Il doit penser que je ne suis pas bien pour toi... »
La jeune femme bascule la tête en arrière, glissant un regard en biais vers le Zabrak. « Je ne suis pas bien pour toi. » Affirme-t-elle dans un murmure. « Pourquoi tu ne l'avoues pas, Eryn ? » Elle secoue doucement la tête, glissant une main dans sa tignasse brune. « Ces derniers temps je pense... différemment. Et je me suis mise à t'aimer plus fort qu'avant, tu sais... Je ne savais pas que je pouvais t'aimer encore plus... Mais j'en viens à t'aimer tellement, que c'est douloureux. »




avatar
La Main Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1606

    Crédits galactiques : 474

    Cristaux Kyber : 15

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia (avatar & gifs)

    Disponibilité rp : demandez toujours !

    DC : Kaedwell, Echoy, Jake

    Inventaire : double sabre-laser, lance-fléchettes, droïde de reconnaissance, droïde médical, porg, grumpy cat, motojet, chasseur biplace.

  • Posté le Dim 3 Déc - 22:33

    Message n°2424 (11)

Refermant doucement la porte de la salle de bain après qu’Anhesis y soit entrée, le zabrak appuie sa hanche contre le meuble vasque tandis que sa compagne se prépare à se glisser dans son bain. Relevant un œil vers elle alors qu’elle s’excuse, Eryndal hausse un sourcil quelque peu perplexe. Désolée de quoi ? Ce n’est pas de sa faute si elle a des nausées, c’est le lot d’un bon nombre de femmes enceintes, malheureusement. S’il y avait un remède miracle, voilà longtemps qu’il aurait vu le jour, vu le profit qu’il pourrait faire engendrer… Lâchant un soupir qui abaisse ses épaules massives, le zabrak se décolle du meuble pour s’approcher de la baignoire. Se laissant glisser à genoux pour poser les coudes sur le rebord de marbre, placé juste derrière Anhesis, il croise les bras sur la pierre, et y pose son menton de sorte à pouvoir observer le profil de la jeune femme.

« J’en ai aucune idée. Ce n’est pas vraiment quelque chose qu’on peut choisir… ça nous tombe dessus, et c’est comme ça. Ce n’est pas toujours simple à accepter, encore moins à comprendre. Je t’aime, c’est l’essentiel. », souffle-t-il à son oreille avant de lui embrasser la nuque avec douceur. Ses lèvres glissent sur la peau humide de son aimée, déposant des baisers jusqu’à son épaule, alors seulement le Sith relève le visage vers elle. Ses traits se figent à la remarque d’Anhesis. « Quoi ? » Reconsidérer la question de leur mariage ? Pardon ?! « C’est hors de question. », articule-t-il d’une voix douce. « Les hormones te mettent la tête sens dessus-dessous. Je t’aime, c’est toi que je veux, tu portes notre enfant, et on va fonder notre famille. Donc tu m’épouses, c’est compris ? Ne m’oblige pas à te balancer d’un autre vaisseau pour te faire rentrer ça dans la caboche, ma chérie. »

Son regard dérive vers l’onde du bain qui clapote doucement alors qu’il pince légèrement les lèvres. Disons que la réaction de Kaedwell était plutôt légitime. Il devinait que son ami ne l’avait jamais considéré sous un tel angle, la surprise devait donc être sacrément au rendez-vous. Soufflant un soupir las, Eryndal se déleste de sa veste et remonte ses manches pour poser ses mains sur les épaules de son aimées, ses doigts massant lentement la peau réchauffée par l’eau du bain. Son derme glisse sous les bras de la jeune femme, et ses mains s’arrêtent au niveau de son bas-ventre, ou cette petite vie commence à prendre forme et à leur causer de premiers ennuis. Ses doigts se posent sur la main d’Anhesis, s’enroulent autour des siens. « En même temps… tu es bizarre, ma douce. Je suis juste suffisamment habitué pour ne pas avoir envie de me jeter par la fenêtre à chaque fois que tu renifles quelqu’un. », ironise-t-il avec un petit sourire moqueur en coin.

« Ça veut pas dire que t’es pas bien pour moi. Qu’est-ce que vous en savez d’abord, de ce qui serait bien ou non pour moi ? Le bien, le mal, c’est juste une montagne de conneries. On est heureux tous les deux, c’est ce qui compte, non ? » Frôlant le bout de son nez contre la joue d’Anhesis, il ajoute : « Et on sera heureux à trois. Kaedwell apprendra à te connaître, il s’y fera. Comme tous les autres qui ont appris à t’apprécier. Il est juste encore surpris de la nouvelle. D’autant que… ils ne savent pas d’où on vient, ce qu’on est vraiment. Ça va être un sacré merdier de leur expliquer comment on s’est connus. » Mais un problème à la fois. Sortant une main de l’eau, il pose son index sur le menton de la jeune femme pour faire pivoter son visage vers le sien et s’empare de ses lèvres pour y déposer un baiser rassurant.





Pokésith, attaquez-les tous !:

avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1261

    Crédits galactiques : 586

    Cristaux Kyber : 64

    Avatar : Sofia Boutella

    Crédits : MedusaNexus

    Disponibilité rp : Non

    DC : Byrhon Gill'losa, Evolet Moo

    Inventaire : - Sabre Laser
    - Couteau
    - Deux Tuk'atas mâles
    - Tenue d'officine du Triumvirat

  • Posté le Lun 4 Déc - 19:29

    Message n°2475 (12)

Sans surprise, Eryndal est incapable de donner la moindre bonne raison à sa compagne sur la raison qui le rendait amoureux. Silencieuse, Anhesis ne bronche pas, se contentant de fixer l'eau calme et la mousse qui stagnait à sa surface. Même lui ne lui trouve aucune qualité, comme si la seule valeur qu'elle avait, se résumer à l'amour qu'il disait ressentir. Le doute, plus fort que jamais, l'envahit jusqu'à lui nouer l'estomac et serrer son coeur alors que le Zabrak se met à la masser doucement, sans doute dans le but de la détendre. Elle en a bien besoin, ce n'est pas tant les nausées qui la perturbent, mais cette inquiétude viscérale qui la ronge depuis la prison. cette foutue remise en question de soi lui fait se monter le bourrichon mais Anhesis n'en démord pas, elle a ce besoin d'un compliment d'Eryndal. Juste un, rien qu'un... Mais non, pour lui, ce qui compte c'est qu'ils soient heureux. Mais l'est-elle vraiment ? Pas à cet instant précis alors qu'elle barbote dans cette baignoire taillée pour un roi. Ou un Hutt, tout doit dépendre du point de vue.

« Je t'épouserais. »

Affirme simplement Anhesis qui se laisse bichonner par son amoureux. Bien évidemment qu'elle en a envie, mais la question est de savoir si cela valait la peine. Se marier avec elle risquait de faire enrager tellement de monde que le bonheur allait certainement être de courte durée.

« Oui, peut-être que tes amis s'y feront... Ou peut-être pas. » Dans un soupir, elle pivote le visage pour plonger ses yeux dans ceux du Zabrak. « Tu sais ce que je voudrais moi ? C'est de ne plus avoir à faire la promesse de bien me tenir. c'est quoi bien se tenir, d'abord ? Pourquoi je dois toujours promettre d'être comme les autres ? Parce que tu as honte de moi. Voilà pourquoi. Parce que tout le monde a honte!» Siffle Anhesis durement. « Pourquoi c'est toujours à moi de faire des efforts simplement parce que les autres ne veulent pas faire d'efforts envers moi ? Je renifle des arbres ? Tant mieux, les feuilles ça sent bon! je marche à quatre pattes ? Et alors, je me jette pas sous les motos jet! Je mange beaucoup trop ? Tant mieux parce que c'est ce qui m'empêche de mourir et accessoirement de faire en sorte que mon bébé survive dans mon ventre! J'ai l'air idiote devant des arbres holographiques ? Je m'en fiche, je suis juste heureuse de découvrir quelque chose de nouveau ! » Elle se calme, secouant la tête en fronçant les sourcils. « Je veux juste être moi, Eryn. Je veux qu'on arrête de m'imposer une conduite... Je suis ce que je suis, je ne devrais avoir à changer pour faire plaisir aux autres. Ni à tes amis, ni à toi, d'ailleurs. Si tu m'aimes autant que tu le prétends, laisse-moi être ce que je suis et arrête de me dire comment me comporter. Car à force, c'est moi qui me mets à avoir honte... Honte d'exister. »

Le silence retombe avec plus violence que d'ordinaire. C'était rare ces moments où Anhesis se livrait sur la douleur que lui causait le regard des gens et si avec le temps elle avait appris à ne plus en prendre ombrage, malgré toute la douleur persistait parce que l'homme qu'elle aimait ne se satisfaisait pas de qui elle était. Elle répond timidement au baiser avant de se 1er et de sortir du bain, s'enroulant dans une serviette et murmure.

« Ton air grognon. Ton courage. Ta force de caractère... » Elle se glisse devant le lavabo, observant son reflet tristement. « Ton odeur. Ton intelligence... Ton grand cœur, ta tendresse, ta détermination, ta bienveillance, ta façon d'être à la fois si patient et impatient, tes rares sourires, ton rire encore plus rare, tes regards doux, tes gestes protecteurs... » énumère doucement la jeune femme avant de pivoter lentement pour fixer le Zabrak. « Tout ça, c'est ce qui fait que moi je t'aime. »

Un pâle sourire étire les lèvres de la future mère qui retire la serviette pour enfiler à nouveau ses vêtements et sans un mot de plus, elle quitte la salle de bain. Visiblement résolu à ne pas laisser la situation prendre une tournure qui deviendrait dérangeante pour tout le monde, la jeune femme s'empresse de rejoindre le salon où se trouve Kaedwell et lui offre un sourire timide.

« Monsieur Kaedwell... vous auriez un instant ? » Pincement de lèvre, elle joue nerveusement avec ses doigts. « écoutez... je sais que je suis très différente de ce à quoi vous vous attendiez. Je ne suis pas très jolie ni très intelligente... Je me déplace comme un animal, je mange comme tel, je grogne pour exprimer mes sentiments et j'ai vomi dans votre salon... » tente-t-elle de justifier avec humour alors que son sourire trahit son angoisse. « Mais je ne suis pas une mauvaise personne monsieur Kaedwell. Je sais que c'est bizarre de voir Eryndal avec une femme comme moi mais... Lui et moi c'est quelque chose que l'on a du mal à expliquer avec des mots. » Mais il faudra bien le faire. Alors qu'elle soutient le regard du Nagai, l'exécutrice continue. « Nous avons été sous la tutelle d'un homme... En quelque sorte on était... ses enfants, vous voyez ? » Triste façon de détourner la vérité. « Bref, on a grandi ensemble, enfin en partie... Je suis arrivé dans la famille d'Eyndal à l'âge de dix ans et... Malheureusement ce n'était pas la famille idéale. Cet homme qui s'occupait de nous était très méchant, il nous rabaissait tout le temps et... » Elle secoue la tête, baissant le regard. « Il a été très cruel avec nous... C'est à cause de lui que je suis comme ça... En fait... Je ne faisais pas vraiment parti de la famille. J'étais... le chien de la famille. »

Avoue Anhesis avant de relever le regard. Bien qu'elle évite les détails dans les grandes lignes, cette simple mention suffit déjà à éclaircir le flou qui stagne autour du couple. La jeune femme tire une chaise et y prend place, frottant ses paumes sur sa robe d'un geste nerveux.

« Eryndal et sa maman se sont occupé de moi... Ils ont tout fait pour me sauver la vie et ils y sont parvenu mais... Ils en ont payé tous les deux un prix très élevés. Eryn... Il a vu des choses que cet homme me faisait et qu'il faisait aussi à sa maman... » Sourire triste. « Il s'est donné corps et âme pour que je puisse être à l'abri... Il a passé des années à m'élever, à me protéger et en s'interdisant de m'aimer. Pas parce que je suis un chien mais parce que son cœur lui faisait mal. Ses souvenirs l'ont brisé. Tout comme les miens m'ont brisé. Vous comprenez, monsieur Kaedwell ? Eryndal n'est pas juste mon fiancé... ou mon amoureux... Il est toute ma vie. Il est ce qui reste de mon âme. Si je suis encore un peu humaine aujourd'hui, c'est uniquement grâce à lui. »

Alors que son sourire s'étend, ses larmes quant à elle dégringolent comme une rivière en pleine crue. Anhesis lâche un rire bref mais nerveux, chassons les sillons humides de ses joues.

« Je suis désolé si je vous ai causé du tort monsieur Kaedwell... j'avais promis à Eryndal d'être sage et de bien me tenir mais c'est dur d'essayer d'être comme les autres...»




avatar
La Main Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1606

    Crédits galactiques : 474

    Cristaux Kyber : 15

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia (avatar & gifs)

    Disponibilité rp : demandez toujours !

    DC : Kaedwell, Echoy, Jake

    Inventaire : double sabre-laser, lance-fléchettes, droïde de reconnaissance, droïde médical, porg, grumpy cat, motojet, chasseur biplace.

  • Posté le Lun 4 Déc - 21:13

    Message n°2476 (13)

Les traits du zabrak se figent lentement en une expression de dureté alors que sa mâchoire se contracte face aux mots assenés par la femme qu’il aime. Une longue inspiration lui soulève ses épaules, alors qu’il détourne son regard de braise vers l’eau tranquille et pince les lèvres d’un air contrarié et mauvais. Sortant ses mains du bain, il laisse Anhesis s’en éclipser, tout en restant immobile, avant de lâcher : « Oui, parfois j’ai honte. J’ai honte parce que malgré toutes ces années à me battre pour qu’on te donne le droit d’exister, pour que tu ais une vie décente et heureuse loin de ce qu’on a traversé, malgré tout ce que ma mère a enduré pour faire de toi sa fille, t’élever et t’aimer comme telle, malgré tous les sacrifices consentis pour te relever, te donner la force de vivre et de lutter, restaurer ton esprit brisé par un démon et un monstre, faire de toi une Sith, malgré ces vingt années à suer sang et eau et à t’aimer, parfois j’ai l’impression de voir encore le chien de Tenebris. Et j’ai honte, parce que cet échec de plus à ma collection monumentale me fait encore plus mal que tous les autres. »

Sa voix se brise doucement et tandis que tout au long de son discours, son regard s’était braqué vers le reflet d’Anhesis dans le miroir, le zabrak serre les dents en sentant sa gorge se nouer et ses yeux s’assécher dans un picotement désagréable. Détournant le visage, il rentre la tête dans ses épaules alors qu’en se redressant légèrement, il s’appuie sur les coudes. Et, secouant légèrement la tête, il expire un soupir fatigué. « On ne pourra jamais être tel qu’on veut, Anhesis. Je ne te demande pas d’être normale, alors que nous ne le sommes pas. Nous sommes des Sith. Certains y voient une aubaine pour exhiber leurs pires travers sans que quiconque ait le pouvoir de les arrêter, mais en réalité, notre rang nous donne le devoir de montrer l’exemple. D’inspirer notre peuple par un comportement qu’ils respecteront et qui leur fera aspirer à plus. Je pensais qu’en tant que membre du Triumvirat, tu aurais compris ça. Parce que c’est ça, l’œuvre la plus importante de Père. »

Esquissant une petite grimace boudeuse alors que c’est la première fois qu’il mentionne le Seigneur noir comme un père face à Anhesis, le zabrak se relève, ramassant son manteau du bout des doigts. Serrant le poing alors que la jeune femme s’éclipse, son visage reste de marbre, engoncé dans cette éternelle mine boudeuse qui apparemment fait son charme, du moins pour Anhesis. En réalité, il avait encore beaucoup à dire, de si nombreux doutes à exprimer sur leur avenir en tant que parents, sur le genre de foyer qu’ils offriraient à leur enfant à venir. Parce que cet enfant mérite mieux que d’être éduqué par un ours et une chienne. Et qu’Eryndal voulait surtout, plus que tout, que sa fille ou son fils ne connaisse pas ce que lui ou Anhesis avaient eux-mêmes enduré pendant leur enfance. Renversant à moitié la tête en arrière en lâchant un nouveau soupir, il sort finalement de la salle de bain après s’être occupé de vider la baignoire. Il pense trouver Anhesis dans leur chambre mais elle s’est déjà éclipsée. Déposant le manteau au bord du lit, le zabrak va pour la rejoindre mais, au pas de la porte ouverte sur le couloir, le son de la voix d’Anhesis l’immobilise.

Tendant l’oreille alors qu’il appuie une main contre le cadre de la porte, Eryndal sait qu’il ferait mieux de reprendre sa marche jusqu’au salon pour les retrouver, ou retourner dans la chambre en ignorant la conversation, plutôt que d’épier comme un voleur maladivement jaloux. Mais il est incapable d’amorcer le moindre mouvement, et sa gorge se noue en entendant les mots d’Anhesis. Pris de tressaillements, ses doigts se referment et ses ongles percent la chair de ses paumes, tandis que, le souffle court, le zabrak bascule lentement son front contre le passage de porte, la froideur du métal n’arrivant cependant pas à calmer la fébrilité de ses émotions à fleur de peau.

Chamboulé, bouleversé, ébranlé dans ses fondations, le Sith se laisse glisser jusqu’au sol, tandis que sa gorge brûle à force de se serrer et que soudainement, ses iris de braise se voilent derrière une barrière humide. La respiration saccadée, Eryndal porte sa main jusqu’à ses lèvres tremblantes pour tenter de calmer cette lamentation muette qui lui déchire le cou. Et pour la première fois depuis de très longues années, la première fois depuis cette nuit où son mentor l’avait forcé à le regarder violer Anhesis sur son propre lit d’enfant, des larmes brûlantes perlent de ses yeux jaunis par le Côté obscur et dévalent le long de ses joues tatouées, creusant des sillons humides qui forment de nouveaux motifs éphémères. Mais cette fois, ce n’est pas l’horreur qui s’échappe avec ces larmes, ni la terreur, ni le désespoir. C’est plutôt une profonde amertume, celle de s’être toujours montré trop exigeant avec lui-même. Et, outre ça, une émotion non moins violente l’assaille : un amour débordant de gratitude.





Pokésith, attaquez-les tous !:

avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Lun 4 Déc - 23:29

    Message n°2480 (14)

Désarçonné par les brèves révélations d’Eryndal concernant sa relation avec Anhesis, le Nagai ne le montre pourtant pas et, en attendant qu’on s’occupe de la jeune femme, il se glisse jusqu’à la grande cuisine ouverte d’où il s’échappe régulièrement de douces senteurs excitant les papilles. Il y a là justement au four des gâteaux en train de se dorer la pilule ; Kaedwell coupe l’appareil et sort la grille pour déposer les petits sablés sur des plats où ils pourront tranquillement refroidir. A vrai dire, le Lieutenant et faire de la pâtisserie sont deux visions totalement incompatibles, et pourtant, étrangement, quand il s’agit de faire passer le temps, ou faire plaisir, ou même se vider la tête, ce ronchon aux traits sévères n’a pas meilleure activité que celle-là. Surtout que Keenan adore se goinfrer, alors ça ne risque pas de le décourager. Laissant ses gâteaux, il retourne alors au salon pour préparer une tasse de tisane relaxante pour Anhesis. Eryndal camperait probablement au café ou à l’alcool ; Byrhon, qui n’est toujours pas rentré d’ailleurs, ce qui en devient à la fois agaçant et inquiétant, se fera sans aucun doute une bonne bouteille avec son ami.

Au retour d’Anhesis, il est un peu surpris de la trouver toute seule, se demandant alors s’il s’était passé quelque chose avec Eryndal pour qu’il boude dans son coin. Déjà. Il plisse quelque peu les yeux alors que la jeune femme dégage une certaine nervosité. Et bien quoi, elle ne croyait tout de même pas qu’il allait la manger ? Il incline la tête avec douceur et s’approche d’elle pour écouter ce qu’elle a sur le cœur. Bien que toujours aucun sourire ne soit dessiné sur ses lèvres closes, son regard de glace brille toutefois d’un éclat compréhensif et patient. « Objection. A vrai dire, je ne m’attendais à rien en particulier, parce que je n’arrivais même pas à imaginer ce bon vieux cornu tomber amoureux. » Et force est d’avouer qu’il s’est lourdement trompé à ce sujet, et plus Anhesis avance dans ses explications, moins il reconnaît le zabrak qu’il a côtoyé. Il n’aurait jamais cru que ce fier spécimen d’Iridonia ait pu avoir un passé aussi lourd, alors même qu’il s’affichait comme un bon vivant, assez impulsif par moments, très agaçant par son manque de précautions concernant ses activités avec les perles de Byrhon, et surtout râleur compulsif avec malgré tout le rire moqueur assez facile. En fait, Kaedwell l’avait plutôt imaginé comme ancien enfant pourri gâté. Comme Keenan.

Un peu honteux d’avoir aussi mal jugé, tout en devant reconnaître qu’après tout, Eryndal ne se confiait jamais sur son passé et restait très vague quant à ses activités actuelles, le Nagai baisse légèrement les yeux, dans une mine à la fois contrariée et contrite. « Je suis désolé… désolé d’avoir pu préjuger de quoi que ce soit à ton égard alors que je ne te connais même pas, Anhesis. Tu me montres un visage d’Eryndal que je ne lui connaissais pas… et qu’il se garde bien de montrer, derrière sa façade boudeuse et intouchable… » Quelque part, en ce sens, ces deux-là se ressemblent beaucoup. Si Eryndal protège son grand cœur derrière son armure de boudeur intouchable, Kaedwell, c’est la culpabilité qu’il retient sous son masque impassible et austère.

Pivotant vers la table basse pour se saisir d’un mouchoir en papier pour le donner à Anhesis, le Nagai secoue doucement la tête. « Allons, il ne s’est rien passé. Ce n’est pas catastrophique. Allons, sèche-moi ces larmes et ne t’excuse pas. Je vais te préparer une infusion qui te fera du bien. Tu es une personne très… déconcertante, on peut le dire, mais essayer d’être comme les autres ne sert à rien, parce qu’on est tous différents en bien des points. Si la façon dont les autres te considèrent te gêne pour votre couple, mais que la pression que cela met sur tes épaules est tout aussi difficile… il n’y a pas d’extrême à choisir, juste un équilibre à trouver, pour toi et pour Eryndal. » Le silence tombe et le Nagai hausse un sourcil encourageant, avant d’ajouter avec une douceur protectrice qu’on ne lui soupçonnerait pas : « Et je suis certain qu’Eryndal t’aime pour ce que tu es. Tout ce que tu es. Même s’il ne le montre pas forcément. Je me rends compte que je le connais bien moins que je le croyais, mais une chose est sûre, s’il se confie peu, c’est qu’au moins, quand il le fait, c’est qu’il est sincère. Et c’est très probablement pour cet amour et par fierté qu’il est venu jusqu’ici pour nous présenter sa belle fiancée, qui, j’en suis certain, est bien plus intelligente qu’elle le croit. »


avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1261

    Crédits galactiques : 586

    Cristaux Kyber : 64

    Avatar : Sofia Boutella

    Crédits : MedusaNexus

    Disponibilité rp : Non

    DC : Byrhon Gill'losa, Evolet Moo

    Inventaire : - Sabre Laser
    - Couteau
    - Deux Tuk'atas mâles
    - Tenue d'officine du Triumvirat

  • Posté le Mer 6 Déc - 16:34

    Message n°2566 (15)

La tasse de thé, le mouchoir... Si ces gestes semblent pourtant anodins, pour Anhesis cela marque une tension dans tout son être. Une attention délicate et douce venant d'une personne dont elle ignorait tout, mais qui venait de prendre le temps d'écouter ses malheurs et qui à présent, prenait le temps de la rassurer. Qui était donc ce Kaedwell auquel Eryndal avait tenu à lui présenter ? Quelque chose chez cet homme lui rappelait à la fois Daleth et Eryndal lui-même, que ce soit pour son attitude distante mais marquée par une bienveillance profonde et étonnante. Alors qu'elle sèche chez larme qu'elle tamponne à l'aide du mouchoir, Anhesis trouve la force d'un maigre sourire en observant Kaedwell.

« Merci monsieur Kaedwell... Beaucoup de gens ignorent tout de ce que Eryndal et moi avont traversé mais je dois admettre que c'est bon de pouvoir se confier à quelqu'un. » Elle boit une longue gorgée de tisane dont la chaleur soulage son estomac noué. « Vous avez parfaitement raison... Eryndal m'aime pour ce que je suis et c'est pour cela qu'il est encore auprès de moi et qu'il le restera pour très longtemps encore. Tous les deux, on ne se dit pas beaucoup ce que l'on pense tout au fond de nous parce que nous n'avons jamais vraiment eu besoin de mot pour nous comprendre... Mais parfois j'aimerais pouvoir lui dire toutes ces choses... Qu'il sache à quel point ma vie sans lui ne serait rien, que je suis consciente de tous les efforts et les sacrifices qu'il a fait, que j'ai sans cesse peur de le décevoir et qu'il ne croit pas que toutes ces années qu'il a passées à s'acharner pour me rendre heureuse, ont été vaines. » Anhesis soupir longuement mais sourit un peu plus. «  Rien n'a été vain... Je sais chaque fois, que malgré cet air grognon, son cœur déborde chaque jour d'amour. Il est bon et pas juste avec moi... Je l'ai vue passer des mois à soulager les enfants d'un orphelinat, à les protéger du froid, de la faim et en faisant en sorte de leur donner accès à l'éducation. Il a fait pour eux la même chose qu'il a faite pour moi... Et cela monsieur Kaedwell, ce n'est qu'une chose parmi tant d'autres. »

Anhesis voyait Eryndal travailler des journées entières et parfois des nuits complètes, pour s'assurer du bon fonctionnement de Maloran et de la sécurité de ses habitants. Alors qu'elle termine sa tasse, la jeune femme essuie les nouveaux sillons de larmes qui ruissellent sur ses joues cendrées et affiche un sourire sincère et large.

« C'est un homme bien, d'une grande bonté, bien plus que la plupart des gens imaginent. Et je sais que si Sayla était encore en vie, elle serait terriblement fière de son fils. Moi je suis fière de lui, chaque jour un peu plus. »


Termine finalement la chienne bien plus humaine et observatrice qu'il n'y paraît. Et plus intelligente aussi, comme l'avait si bien souligné Kaedwell qu'elle fixe d'un œil plus serein.

« Merci pour vos mots, je crois que j'en avais vraiment besoin... Je suis contente d'avoir fait votre connaissance monsieur Kaedwell, car vous aussi, vous avez l'air de quelqu'un de bien. »

Mais bien vite il y a soudain cette sensation étrange, ce picotement dans sa nuque, cet étau autour de son cœur. C'est un sentiment qui ne s'explique pas mais qui est là depuis toujours... Anhesis se fige puis pivote la tête, son regard sombre se dardant sur le couloir qui mène aux pièces privatives du logis de la famille Gill'losa.

« Monsieur Kaedwell... Je... je vous laisse quelque temps. Excusez-moi. »


Murmure Anhesis dans la précipitation avant de bondir de sa chaise et de filer droit vers la chambre. Elle s'y engouffre avant de se figer en voyant Eryndal, assit au sol, en larmes. Jamais encore elle n'avait vu le Zabrak pleurer en vingt trois ans, pas même quand il avait été forcé de massacrer sa propre mère. Peut-être avait-il versé des larmes, mais pas devant sa compagne en tout cas.

« Eryn... »

Souffle la jeune femme qui s'approche avant de venir s'accroupir près de son compagnon. Tendant la main, elle glisse ses doigts sous son menton alors que de son autre main elle vient presser le mouchoir sur les joues tatouées du colosse, essuyant les larmes qui font écho aux siennes.

« Mon amour, si tu pleures pour mes paroles dans la salle de bain, je suis désolé... »


Souffle-t-elle avec inquiétude, ignorant que le Zabrak ne pleurs pas de tristesse mais bien pour les belles paroles dont elle est à l'origine. Elle se penche, baisant tendrement ses joues, son nez puis ses lèvres avec une douceur particulière qu'elle n'avait que pour lui alors qu'un petit sourire étire ses lèvres.

« Je sais comment te redonner le sourire, viens... »

Ordonne-t-elle dans un chuchotement avant de se redresser, tournant le loquet de la porte pour s'enfermer dans la pièce avec son amoureux. Sourire mutin aux lèvres, Anhesis se dirige vers le lit, ouvrant sa robe qu'elle laisse glisser sur sa peau pâle jusqu'au sol – montrant ainsi une absence totale de sous-vêtements – puis attire le Zabrak à elle pour s'emparer de ses lèvres dans un baiser farouche. Dans un grincement de lit à peine discret, le couple se laisse tomber sur la couche, blottit l'un contre l'autre comme des loups morts de faim, pendant que Kaedwell s'évertue à cuisiner une nouvelle vague de pâtisseries.




avatar
La Main Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1606

    Crédits galactiques : 474

    Cristaux Kyber : 15

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia (avatar & gifs)

    Disponibilité rp : demandez toujours !

    DC : Kaedwell, Echoy, Jake

    Inventaire : double sabre-laser, lance-fléchettes, droïde de reconnaissance, droïde médical, porg, grumpy cat, motojet, chasseur biplace.

  • Posté le Sam 9 Déc - 23:52

    Message n°2736 (16)

Cela fait si bizarre, de verser des larmes brûlantes après dix-sept ans de sécheresse. C’est comme si quelque chose se libérait en lui, une vague d’une douce chaleur, après l’amertume, l’acidité piquante des premières larmes libérées, qui monte de sa poitrine à son visage. Dans ces sanglots silencieux qui coupent sa respiration par saccades, il parvient à prendre une longue inspiration qui calme quelque peu le ruissellement du liquide salé sur ses joues. Le front posé contre le mur, les paupières à demi-closes alors que le froncement prononcé de ses arcades sourcilières accentue un peu plus la férocité de ses tatouages. Un sillon humide se creuse jusqu’à la commissure de ses lèvres, et alors que la voix d’Anhesis continue de retentir à l’autre bout du couloir, avec celle de Kaedwell, et de vieux souvenirs sont énoncés à voix haute, des choses, des noms qui ne sauraient être oubliés mais qu’il était plus simple de mettre de côté. Sayla serait-elle vraiment fière ? Sayla… sa mère pour qui il n’était même pas parvenu à verser une larme, malgré la douleur de cet instant, malgré l’horreur de ce geste à commettre, qui était le seul à faire. Au fond, il ne l’avait pas tuée, il l’avait libérée. Du moins l’avait-il toujours cru.

Egaré en lui-même, envahi par des émotions si contradictoires qui se libèrent enfin après tant d’années à bouillonner, le zabrak ne remarque pas la coupure dans la conversation entre son aimée et son ami. Ni ne prend conscience du retour d’Anhesis vers la chambre, alors qu’il git là dans un état bien pitoyable. De quoi a-t-il l’air, autre qu’un misérable être pathétique ? Ses muscles tressaillent au contact de la jeune femme et il redresse subitement la tête, tournant son regard brillant vers la jeune femme. Les larmes finissent par se tarir doucement, tandis qu’il se contente de contempler Anhesis sans prononcer un mot. Chassant les derniers vestiges de ses larmes du dos de la main, Eryndal secoue lentement la tête, un piteux sourire de mauvaise foi étirant ses lèvres : « Je pleure pas… » Mais oui, bien sûr. La fierté du zabrak prend toujours le dessus. « … pas pour ça. Mais… pour ce que tu disais à Kaedwell. » Il ferme les yeux une seconde, prend une inspiration puis se relève, sentant que la tempête des émotions s’est calmée, le laissant plus serein, plus léger aussi.

Et qu’y a-t-il de plus allégeant aussi, que d’observer la femme qu’il aime faire glisser le fin tissus qui la recouvre, le long de ses courbes élancées. Un sourire tendre détend les traits de son visage, alors qu’il se laisse happer par son aimée, répondant à son baiser sauvage avec la passion d’un feu nouveau ; toujours si flamboyant en son cœur, mais plus volatile, à la caresse sensuelle et alanguie. Sur Anhesis, ses mains redécouvrent la peau douce de la jeune femme, le galbe de sa poitrine et le creux de ses reins et là, sur ce lit qui n’a même pas été défait, le zabrak s’abandonne à son amour dévorant, ne songeant à Kaedwell, abandonné dans sa propre maison, qu’alors que les deux amants gisent là, sur les draps, enlacés et détendus. Une main posée contre le bas-ventre d’Anhesis où grandit cette petite chose qui vient d’eux, caressant doucement la peau du bout du pouce, le Sith ne peut s’empêcher un fin sourire à la fois moqueur et dépité, avant de tourner la tête vers sa fiancée, déposant un baiser au creux de son cou. « Je t’aime, mon amour. Plus que tout au monde. Pour tes doigts qui glissent sur ma peau, la chaleur de ta gorge, la douceur de tes cheveux, l’innocence enthousiaste de tes sourires, l’intensité de tes regards, la franchise de tes mots, la surprise que tu provoques chez certains quand tu ouvres ta mouille, ton abnégation, ta volonté, ton positivisme, ta candeur passée, ta sagesse d’aujourd’hui… Je ne saurais pas te dire pourquoi en particulier je t’aime, parce qu’au fond, il y a si peu en toi que je n’apprécie pas. »





Pokésith, attaquez-les tous !:

avatar
Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 23/11/2017

    Messages : 122

    Crédits galactiques : 535

    Cristaux Kyber : 39

    Avatar : Luke Goss

    Crédits : .Sophia

    DC : Anhesis Al'saalomon

    Inventaire : - Sabre-laser (x2)
    - Armure intermédiaire de Cortosis
    - Épée

  • Posté le Lun 11 Déc - 12:12

    Message n°2785 (17)

« Keenan est un enfant intelligent, il apprend vite et ne cesse de s'améliorer mais... Voyez-vous, son comportement pose un réel problème ici, dans l'école. »

Derrière son bureau, l'institutrice observe Byrhon avec une moue gênée. Une femme ronde d'une cinquantaine d'années aux cheveux gris attachés en chignon tiré à quatre épingles alors que sur son nez était vissé une paire de lunettes à la monture  argentée et dont les verres rendaient ses yeux petits en plus d'être perçant. Un vrai regard de porcin, pensa le Nagai en fixant sans broncher cette femme qui croisait les mains sur son bureau en se raclant la gorge. L'homme détourne le visage, glissant un regard en biais vers son fils assit à ses côtés. L'enfant à la peau d'un rouge vif avait une véritable bouille angélique alors qu'il fixait sans ciller son institutrice de ses grands yeux bleu. Qui aurait cru que cet adorable garçon pouvait  être une petite teigne de première ?

« Monsieur Gill'losa ? »
« Hm ? »
« Votre fils n'a que cinq quand mais... Comment vous dire... » Elle joue nerveusement avec ses doigts, tapotant le dossier sous ses yeux. « Bien qu'il ait des capacités intellectuelles incroyables pour son jeune âge, son comportement laisse clairement à désirer. »
« Vous l'avez déjà dit... Vous avez sans doute des détails à me dire. »
« Eh bien... Keenan est agressif avec les autres enfants, il n'hésite pas à lever la main sur eux... Il est aussi vulgaire et refuse toute forme d'autorité... Oh et... Il assure que les filles de sa classe forment... son harem. »

Le silence tombe avec une lourdeur pesante dans la pièce et pourtant, Byrhon a une subite envie de rire. Kaedwell n'appréciera pas c'est une certitude mais le proxénète lui, se gausse intérieurement de cette révélation.

« Le directeur de l'école et moi-même avons pensé qu'il serait plus sage pour Keenan d'être dans un établissement privé qui va de pair avec son intelligence et... »
« Quoi ? Vous voulez le changer d'école ? »

Clame soudainement Byrhon qui se raidit sur sa chaise. Mains posées sur les genoux, il penche le buste en avant, observant la femme d'un œil critique et méfiant. D'accord son fils n'était pas un ange, mais de là vouloir le changer d'école...  

« Monsieur Gill'losa... Je vous l'ai dit, votre fils est très intelligent... Il est clair qu'il s'ennuie ici, il est le seul de sa classe qui sait déjà lire et écrire... Un enfant avec de telle capacité intellectuelle doit être dans un établissement adapté à ses capacités. »

Elle fait glisser vers le Nagai un prospectus qu'il s'empare d'un geste nerveux. Sur la couverture, un gigantesque bâtiment visiblement luxueux frappé d'un blason dont il ignorait la signification. L'endroit avait l'air coûteux – ce qui était loin d'être un problème pour lui et son frère – et particulièrement bien encadré. Au moins sur ce point, la femme ne mentait pas.

« Et donc... vous voulez que Keenan entre dans cette école... ? »

« Le directeur a déjà pris contact avec eux, ils sont prêts à le prendre dans cette école... En attendant que vous et votre époux preniez une décision...»
« Mon époux... ?! » siffle Byrhon d'un regard perplexe.
« Euh... oui, Vous... être bien en couple avec... »
« C'est mon frère. »

La gêne s'installe subitement alors que l'institutrice baisse les yeux , plus gênée que jamais. Byrhon quant à lui se contente de soupirer longuement, pliant le prospectus qu'il glisse dans la poche interne de sa geste. À ses côtés, Keenan est toujours silencieux mais les commissures de ses lèvres s'étirent en un sourire chafouin. Ce n'était pas la première qu'il était heurté à ce genre de remarque et le gosse avait pris l'habitude d'en rire plus que de s'en vexer.

« Monsieur Gill'losa... Il est préférable que vous preniez rapidement contact avec cette école car nous ne pouvons pas garder Keenan ici. »
« Donc si je comprends bien, je n'ai pas le choix ? »
« Votre fils a cloué un élève de la classe à sa table aujourd'hui... En lui plantant un crayon de bois dans la main. »

Keenan détourne le regard, faisant mine de regarder les dessins d'enfants accrochés au mur parmi d'innombrable autre décoration enfantine. Byrhon s'est tendu sur sa chaise, retenant son souffle. Bon sang, ce petit allait vraiment leur attirer des ennuis.

« Keenan... ? » Murmure la voix glaçante de Byrhon.
« Oui, papa... ? »
« Tu t'expliques... ? »

L'enfant remue sur sa chaise alors que ses épaules s'affaissent. Il ne semble pas anxieux outre mesure ni éprouver la moindre culpabilité à son geste.

« Il s'est moqué de moi parce que je n'ai pas de maman... et parce que t'est pas mon vrai papa. »

Même l'institutrice se sent soudainement mal à l'aise. La cruauté des enfants allait parfois très loin, et même pour les plus jeunes. Byrhon soupir, tendant une main vers son fils et caresse tendrement ses cheveux.

« Nous en parlerons à la maison, fils. »
« Monsieur Gill'losa... je comprends que votre fils soit dérouté par ce genre de parole... mais il a blessé un enfant de cinq ans en lui plantant un crayon dans la main ! Nous sommes navrés mais le directeur à insister pour un renvoi immédiat à duré d'une semaine. »
« Et ce gamin-là... Il va avoir quoi comme punition pour apprendre les bonnes manières ? » Claque sèchement Byrhon en croisant les bras.
« Monsieur ! Vous ne réalisez pas... c'est... »
« C'est déplacé. Vous punissez un acte de violence ce qui est normale mais la cruauté verbale vous passez l'éponge dessus ? »
« Keenan est un inadapté social. Vous comprenez ?! Votre fils ne ressent même pas de culpabilité, c'est à peine s'il éprouve de la compassion et... »
« Silence, espèce de vieille radasse. »

Le ton de Byrhon a complètement changé. Plus que rigide, c'est une voix suintante d'une autorité effrayante alors que la femme ouvre la bouche, choqué par les paroles du Nagai qui déjà, se redresse sur sa chaise, prenant la main de Keenan qui se lève à son tour.

« Inutile de renvoyer Keenan, je le retire immédiatement de cette école. »

Et il s'éloigne alors que la vieille femme se dandine sur sa chaise, se donnant presque l'air d'un Hutt en pleine crise d'angoisse.

« Monsieur Gill'losa ! J'exige des excuses ! »
« Allez vous faire mettre vous et votre abruti de directeur. »
« Seigneur ! Pas étonnant que votre fils soit aussi dérangé ! Goujat ! »
« Je vous encule, sale morue. Mon fils est aussi inadapté que vous êtes pédagogue. Connasse.»

C'est presque si la femme tourne de l'oeil sur sa chaise alors même que Byrhon tend vers elle le bras, fermant le poing et tend odieusement vers elle un majeur levé et vulgaire. Keenan lâche un rire  mesquin avant de sortir de la pièce en compagnie de son père plus furieux que jamais. Quelle idée aussi, d'avoir osé lâcher que son fils était un inadapté social... C'est vrai que Keenan poussait le bouchon, mais la pédagogie alors ? Pas étonnant aussi que le gamin finisse par péter une durite s'il était soumis à la moquerie de ses camarades. Une fois hors du bâtiment, Byrhon s'arrête avant de poser un genou à terre et prenant son fils par les épaules.

« Keenan... Tu sais que Kaedwell va être très mécontent de ton comportement. »
« Oui papa, je sais... » Il baisse les yeux, la déception dans le regard et sans doute aussi avec un peu de peur. « J'aime par quand papa et en colère contre moi... »
« Je sais... Mais on va aller la visiter cette école, tous les trois ensemble. Je suis sûr qu'elle sera mieux que celle-là... mais tu dois promettre de mieux te comporter. »
« Oui... »

Byrhon soupir longuement se redressant avant de soulever le petit garçon pour venir l'asseoir sur la motojet d'un noir mat à l'allure sportive et élégante. À son tour il grimpe avant de démarrer le véhicule.

15 minutes plus tard – Ils sortent de l'ascenseur, ils n'ont pas ouvert la bouche depuis le départ de l'école mais Byrhon n'a pas lâché la main de son petit garçon qu'il sent tremblante dans la sienne. Kaedwell était un père incroyable, mieux que ne le serait jamais Byrhon mais la froideur et l'autorité qu'il avait sur leur fils faisaient peur même à son cadet, parfois. Alors qu'il approche de la porte de l'appartement, le Nagai se fige subitement. C'est instinctif et viscéral, cette chose noire qui colle à sa peau comme d'un goudron. Pas visible, pas palpable mais bien présente dans l'air. Cela n'a pas d'odeur mais il la ressent comme âcre. Cela n'a pas de goût mais il ressent comme amer. Noir... atrocement noir. Il en frissonne de dégoût et d'angoisse alors que des sueurs froides glissent le long de sa nuque. Il y a quelque chose chez eux, d'atrocement dangereux. Aussitôt il pense à son frère qu'il sait présent, probablement en danger ou pire... Même mort. Cette chose qu'il redoute à l'extrême. Sortant une lame aiguisée du fourreau accroché à sa hanche, Byrhon ouvre doucement la porte de l'appartement. Lui vient alors cette musique qu'il ne connaît que trop bien et que Kaedwell adorait écouter durant des heures. La voix de la diva Tyasayle l'ébranle jusqu'à l'âme mais ne lui ôte pas sa peur alors qu'il avance, forçant Keenan à rester dans l'entrée.

« Tu restes ici... Si tu ne me vois pas revenir ou si tu m'entends hurler... tu fais demi-tour immédiatement et tu vas chez vago. C'est clair ? »
« Oui... »

Souffle l'enfant qui ne comprend pas car lui ne ressent pas cette horreur qui imprègne l'air. Byrhon s'avance doucement, rasant les murs avec prudence avant d'arriver au salon. Personne... Juste la musique. Il fronce les sourcils avant de filer vers la cuisine, persuadé avant entendu quelque chose là-bas. Il enchaîne immédiatement, ses pas, furtif, le guide jusqu'à la prochaine sale alors qu'il déboule, brandissant son arme juste sous le nez de son frère qu'il manque d'empaler par mégarde. La frustration est à son comble et le cœur battant la chamade, Byrhon observe Kaedwell d'un air perplexe.

« Kae... Kaedwell ?! »

Il observe le contenu de la table de la cuisine. Des tas d'ingrédient plus gourmand les uns que les autres, le four occupé à chauffer avec une fournée de gâteau en son cœur. C'était tout sauf une situation mortelle. Non, Kaedwell se contentait de faire des pâtisseries. Fébrile, le Nagai abaisse sa lame, toisant son frère d'un air perplexe.

« Je croyais... que tu étais en danger. »  Il s'énerve soudain. « Mais merde enfin ! C'est quoi ce truc ?! Ça embaume dans l'air comme un pet de Hutt ! J'ai eu la frousse de la vie là ! Ne me dit pas que tu ressens pas cette chose, c'est dans l'appartement !»

Et avec tout cela, il avait oublié que son meilleur ami arrivait aujourd'hui en compagnie de sa fiancée. Byrhon lâche un profond soupir et lâchant son arme sur la table.

« Keenan ! Tu peux venir fils, tout va bien ! »

Et timidement, l'enfant arrive. Il rejoint la cuisine et observe Kaedwell d'un air inquiet alors que Byrhon s’assoit sur une chaise.

« Faut qu'on discute. » Claque Kaedwell. « J'ai retiré Keenan de l'école... Ils ont voulu le virer pour une semaine. »


avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Lun 11 Déc - 13:44

    Message n°2791 (18)

S’occupant de terminer de préparer la tisane qu’il concoctait pour Anhesis tout en l’écoutant, Kaedwell se voit surpris de phrase en phrase. Un de ces jours, une discussion finirait par s’imposer avec le principal concerné, ne serait-ce qu’avec Byrhon qui, en tant qu’ami, mérite aussi d’en savoir un peu plus sur le zabrak. N’est-ce pas ? Donnant sa tasse à la jeune femme avant d’appuyer ses mains sur la tête du canapé, il finit par hausser doucement des épaules, pas certain qu’un homme à la tête d’un immense trafic de drogues puisse être qualifié de bien, après tout. « Bien, c’est relatif. Mais… de rien. Les amis servent à ça aussi. » Et comme dirait le vieux dicton : les amis de tes amis sont aussi tes amis. Alors, en qualité de fiancée d’un proche, Kaedwell n’allait tout de même pas rejeter instantanément la jeune femme. Les traits du Nagai se figent cependant alors que son interlocutrice semble soudainement mal à l’aise. Fronçant légèrement les sourcils alors qu’elle tourne les talons et se précipite vers la chambre, il reste coi un instant, seul dans le salon, ne sachant s’il devrait vérifier que tout va bien ou s’il est arrivé quelque chose avec ce maudit zabrak.

Mais, bien vite, des grincements légers et des soupirs étouffés se faufilent jusqu’à ses oreilles. Ses yeux bleus arrondis par la perplexité, le Lieutenant lève un instant les yeux au ciel avant de se râcler doucement la gorge. Non mais… vraiment, sérieusement ? A peine arrivés que… Oh misère… Lâchant un soupir, il se dirige vers le système sonore du salon pour choisir un album et les premières notes s’élèvent dans la vaste pièce, la voix sublime de Tyasayle couvrant les quelques désagréments des amours des deux fiancés. Seul en attendant l’arrivée de son frère, paumé on ne sait toujours pas où, le Nagai retourne en cuisine pour terminer la pâte qu’il préparait et la transformer en pâtisseries gourmandes qui serviront au dessert et au petit-déjeuner du lendemain. Les minutes passent et les notes de musique s’écoulent comme le flot calme d’un ruisseau, son esprit vagabonde alors que la manipulation de la pâte fait s’éclipser les soucis du quotidien et les interrogations qui n’ont de cesse de le tarauder.

Egouttant ses mains propres alors qu’il a terminé, Kaedwell s’empare d’un petit plateau sur lequel il a préparé quelques apéritifs froids en vue de la soirée qui s’annonce et s’apprête à rejoindre le salon pour le déposer sur la table basse. Mais à peine a-t-il fait quelques pas qu’il se retrouve nez à nez avec son frère qui lui met littéralement un couteau sur la gorge. La surprise et l’incompréhension amènent l’ainé albinos à avoir un mouvement de recul qui lui sauve probablement la vie d’un sinistre empalement sur la lame de son frère. Byrhon a l’air si surpris de le voir là alors que c’est sans doutes le premier endroit de la maison où on pourrait s’attendre à le trouver, que cela laisse d’abord le Nagai sans voix. Puis, se râclant légèrement la gorge, il lève une main vers son cou, pose un doigt sur la pointe de la lame pour la détacher un peu de sa peau. Qu’est-ce qu’il venait de fumer ? « Parce que tu t’attendais à quelqu’un d’autre, peut-être ? », rétorque-t-il en émettant un regard circonspect et sceptique.

Fronçant les sourcils à l’explication sommaire de Byrhon, le Lieutenant pince les lèvres avant de rétorquer : « En danger… dans ma maison, dans la tour de Vago ? Dont d’ailleurs je doute qu’il puisse faire sentir ses pets jusqu’ici, cela dit… Aaaaaaah, tu veux dire… ça ? Oh tu sais, on s’habitue à tout. J’en connais deux qui auront sûrement beaucoup à nous expliquer tout à l’heure. Ils sont juste occupés à… s’installer. » Le terme est toujours plus adéquat que le « occupés à baiser comme des lapins » qui lui démange la langue. Surtout alors que Keenan approche dans la cuisine aussi. Posant son regard perçant sur son fils, Kaedwell observe immédiatement qu’il n’est sûrement pas dans son état normal. C’est-à-dire qu’il n’a pas l’air particulièrement à l’aise ni très enthousiaste contrairement à son habitude quand il rentre de l’école. Tout comme Byrhon, d’ailleurs. Plissant légèrement les paupières, ce qui lui donne un air inquisiteur, Kaedwell observe tour à tour le fils et le frère. Que s’est-il encore passé, nom d’un cristal volé ?

Alors qu’il penche la tête sur le côté en pariant qu’il va sûrement entendre quelque chose qui ne va pas lui plaire, étant donné que les mots « faut qu’on discute » ne sont employés que lors de situations particulièrement déplaisantes, le Nagai manque de s’étouffer aux derniers mots de Byrhon. Le visage glacial de l’albinos se tourne vers son frère. « Tu as… quoi ? » Retirer Keenan de l’école ? Mais il est complètement frappé ou quoi ? Ils ne vont tout de même pas le garder dans les pattes alors qu’ils doivent travailler, sans parler que leur travail n’a rien d’un environnement sain pour le développement d’un enfant déjà bien trop perturbé pour être pourri gâté. Revenant sur les mots qui résonnent dans sa tête, Kaedwell se fige à nouveau et articule avec un calme déroutant qui n’inspire rien de bon pour la suite : « Ils ont voulu quoi ? » Une semaine d’exclusion de l’école ? A cinq ans ? Son regard se porte alors sur le garçon à la peau vermeille, alors qu’il se planquerait presque derrière sa longue tignasse. L’expression de Kaedwell plus sévère et rigide que jamais. « Je peux savoir ce que tu as bien pu faire cette fois pour mériter une semaine d’exclusion ? Une semaine ! »


avatar
Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 23/11/2017

    Messages : 122

    Crédits galactiques : 535

    Cristaux Kyber : 39

    Avatar : Luke Goss

    Crédits : .Sophia

    DC : Anhesis Al'saalomon

    Inventaire : - Sabre-laser (x2)
    - Armure intermédiaire de Cortosis
    - Épée

  • Posté le Mer 13 Déc - 17:05

    Message n°2859 (19)

Alors qu'il échoue sur sa chaise, Byrhon prend ses aises dans un long soupir qui trahit la fatigue dont il est victime. Une fatigue psychologique. La journée a été éprouvante et il détestait avoir à lutter contre ses envies de meurtre... Cette espèce de vieille mégère avait eu de la chance que Keenan soit présent, c'est ce qui lui avait sauvé la vie. La dernière chose dont Byrhon avait envie, c'était d'avoir à égorger quelqu'un sous le nez d'un petit bonhomme innocent. Tuer oui, mais seulement dans les bonnes conditions. Et puis Keenan était déjà un véritable défi quand il s'agissait de son éducation, la preuve en était la fâcheuse situation dans laquelle ils se trouvaient.

« hein ? Ah ! Ils sont déjà là ? Je pensais qu'ils seraient là plus tard ! » Il chipe un biscuit dans le plat avec un rire rauque. « Je vois qu'Eryndal perd pas de temps à baptiser la chambre qu'on lui prête... »

Mais cela ne changeait rien à cette horreur qui stagnait dans l'air, toujours invisible, impalpable mais qui le terrorisait et ébranlait son être tout entier. Byrhon tâche néanmoins de faire bonne figure alors qu'il glisse un regard en biais vers Keenan qui s'est approché, posant son regard bleu sur Kaedwell qui semble déjà furieux alors même qu'il ignore tout des détails de l'histoire.

« Allez, dis à papa pourquoi tu es renvoyé de l'école. »
« Bah... euh... » Minaude timide le garçon qui semble soudainement avoir perdu de sa superbe. « C'est la faute aux autres... Ils m'embêtent tout le temps... Egor a dit que... j'étais un nul parce que 'avais pas de maman et... que mes papas c'étaient aussi des gros nuls... »

Byrhon soupir, levant les yeux au ciel. Bon sang ce que les gosses pouvaient être con parfois mais cet Egor en tenait une bonne couche. Keenan était le bâtard d'Eryndal et s'il y a un bien un truc qu'il avait hérité de son géniteur ce n'était pas seulement sa couleur de peau mais bien son caractère mauvais et intransigeant, surtout quand cela touchait au cercle familial.

« Alors je me suis mis en colère et j'ai planté le crayon dans la main d'Egor. »

Avoue Keenan d'une petite voix alors qu'il baisse les yeux. Trois... deux... Un... Et voilà ! Comme s'y attendait Byrhon, la crise de larmes arrive. Le petit garçon fond en sanglots, frottant ses yeux humides. Son père ne saurait dire ce qui fait le plus de mal à son fils, la déception qu'il a créée chez Kaedwell où le fait de subir les brimades de ses camarades. Dans un soupir il tend la main, frottant doucement les cheveux du petit bonhomme et murmure avec nonchalance.

« Keenan... ne soit pas triste... Tu n'as peut-être pas de maman mais certains n'ont pas de papa... Toi tu en as deux ! »

Le petit Zabrak renifle, relevant le visage et observe Byrhon avant de fixer Kaedwell et murmure tristement.

« Papa, pourquoi tu me trouves pas une maman ? Je veux une maman ! »


Aïe ! Byrhon grimace avant de glisser un regard en biais vers son frère. Kaedwell avait toujours été frigide émotionnellement et c'est sans doute ce qui faisait de lui un éternel célibataire. Mais y être confronté de la bouche de leur fils risquait de l'ébranler, sans doute plus qu'il ne voudrait bien l'admettre. Le Nagai sort un prospectus de sa poche, le jetant négligemment sur la table dans un haussement d'épaules.

« En tout cas pour l'école, je refuse qu'il y retourne. Cette putain de morue a osé dire que mon fils est un inadapté social. Je veux bien que Keenan soit impulsif et violent mais merde, c'est un Zabrak, elle s'attendait à quoi ? à des fleurs et des chocolats ? »
Grogne-t-il avant de poser son menton dans sa main, piquant un deuxième biscuit qu'il croque avec envie. « Bref, le directeur a déjà pris contact avec cette école... Du coup y a plus qu'à aller leur rendre visite... Il paraît qu'ils sont déjà prêts à prendre Keenan. Visiblement cette école est réservée aux gros cerveaux et d'après son instit', notre fils serait un génie refoulé... si c'est pas beau tout ça... »

Et c'est fou comme Byrhon a l'air enjoué alors qu'il étouffe un bâillement. Désabusé par la situation mais visiblement peu anxieux vis-à-vis de cette-ci, il laisse son petit garçon approcher et prendre lui aussi un biscuit.

« De toute façon les écoles ça manque pas à Nar Shaddaa... Et si vraiment ça le fait pas, je prendrais un instructeur à domicile, comme ça c'est réglé. On ne va pas chier une pendule parce qu'il a été viré. Il n'était pas bien là-bas de toute façon... Avec de la chance, dans cette nouvelle école les gosses seront moins débiles. T'en penses quoi Kae' ? En plus l'endroit n'a pas l'air dégueulasse... tu as vu la structure ? C'est trois fois plus grand, plus chic et plus moderne ! » Lâche-t-il en tapotant du bout des doigts le papier. « Page deux, ils font même du soutien scolaire et des activités extra-scolaires, franchement c'est carrément mieux que cette école de daube où il est en ce moment. »

Et c'était aussi nettement plus cher. Visiblement cette école n'acceptait que l'élite de Nar Shadda, soit les enfants les plus intelligents, soit le plus fortuné. Une chance que Keenan soit les deux à la fois.

« Bon, il fout quoi Eryndal là ? Il a opté pour la sodomie où bien ce gros tas s'est endormit et qu'il a la flemme de venir dire bonjour ? » Grogne Byrhon avant de crier à haute voix. « OH ERYYYN ! Ramènes ton cul ici ! »


avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Mer 13 Déc - 18:15

    Message n°2860 (20)

Kaedwell a un léger pincement de lèvres agacé alors que son jeune frère se sert allègrement dans son plateau à la base réservé pour débuter la soirée, quand tout le monde serait là. Posant un regard entendu sur Byrhon afin qu’il évite d’expliciter le fameux baptême de chambre devant leur enfant de cinq ans, le Nagai finit toutefois par reporter son attention sur Keenan, qui explique enfin ce qui s’est passé. Kaedwell fronce les sourcils à l’évocation de cet Egor – au nom ridicule, pour commencer – mais ce n’est rien en comparaison de son expression alors que le gamin lui fait part du plantage de crayon. « Tu lui as planté un crayon dans la main. », répète-t-il d’une voix qui n’a pas grand-chose de chaleureux, juste au moment où les premières larmes roulent sur les joues du petit. Lâchant un soupir qui suffit à lui faire garder son calme, il ne peut toutefois s’empêcher de se pincer l’arête du nez du bout des doigts.

« Keenan… on en a déjà discuté. Répondre avec les poings ne fait que les encourager à te dire encore plus te méchancetés, parce qu’ils sont en groupe et se pensent plus malins. Mais… souvent, les mots peuvent être bien plus violents que les gestes. Et faire beaucoup plus mal. Cet Egor est jaloux, tout simplement. La prochaine fois que quelqu’un t’embête à propos de ta famille, tu peux dire que tu préfères avoir deux papas plutôt qu’une maman qui ressemble à un Hutt. » Haussant légèrement un sourcil, il échange un regard complice avec le zabrak miniature. Reposant son plateau sur l’ilôt central de la cuisine pour pouvoir s’y appuyer du bout des coudes, une ombre passe soudainement sur son visage alors que son gamin lui demande de lui trouver une maman. Sous-entendu, trouve-toi une femme. Pourquoi lui, d’abord ?! N’appréciant déjà guère que son frère aborde ce genre de sujet, c’est sans doutes encore pire quand il s’agit de son fils de cinq ans. « C’est pas aussi simple, les mamans c’est pas comme les motojets, ça ne s’achète pas. Et puis il ne faudrait pas n’importe quoi comme maman. », articule-t-il d’une voix sans doutes plus posée que Byrhon l’aurait cru.

Jetant un coup d’œil au prospectus jeté sur la table comme un excellent moyen de changer de sujet, le Nagai lève légèrement les yeux au ciel à la succession d’expressions fleuries employées par son cadet pour qualifier l’institutrice. Pas devant Keenan, enfin ! « Mais c’est un inadapté social. », rétorque-t-il dans un soupir las. En même temps, une portion d’Eryndal pourrie gâtée, à quel autre résultat peut-on s’attendre ? « Je suis sûr que même dans les écoles de Mandalore, les gamins ne passent pas leur temps à se planter des crayons dans les mains des uns et des autres. » En tout cas, aux explications de Byrhon, le Lieutenant ne peut que hausser un sourcil sceptique. « Vraiment ? Et qu’a pu donc dire le directeur pour que cette école l’accueille déjà avec un tapis rouge ? Hm ? Certainement pas un discours comprenant des termes comme enfant violent et impulsif ou inadapté social. » Ils ont tout simplement voulu se débarrasser de ce petit démon, oui !

Se redressant pour croiser les bras sur son torse, Kaedwell ajoute en observant Keenan puis son frère : « De toute façon, il est hors de question de le garder enfermé ici comme un cas social. Encore moins à le prendre avec nous à l’Ecrin ou aux labos… Ce n’est pas très… adapté. » Ni sain pour un gamin de cinq ans, surtout, à passer tout son temps dans un bordel de luxe ou avec des canailles vendeurs de came. « C’est justement à l’extérieur et au contact des autres qu’il va devoir apprendre que les problèmes de la vie ne se résolvent pas à coups de cornes. Ça ne devrait pas lui poser de soucis, puisque c’est un petit génie. » Bref, de toute manière, étant donné que de toute évidence, l’école actuelle ne voudrait plus de lui et que têtu comme il est, Byrhon ne voudra jamais le ramener là-bas… d’ailleurs Kaedwell avait une vague idée de ce qui avait pu se passer à la fin de son entretien avec l’institutrice et, évidemment, il dépréciait tout à fait. Même si, en fait, il valait mieux que ce soit Byrhon qui y ait été, plutôt que son ainé trop calme. Parce que s’il l’avait perdu, pas sûr que l’institutrice ait été encore entière. « On ira voir ça dans les jours à venir. », souffle-t-il en refermant la brochure.

La page étant close, Byrhon passe enfin à un sujet qui lui tient bien plus à cœur, à savoir la venue de son ami. L’un des trop rares amis de ce m’enfoutiste de première. Esquissant une grimace désapprobatrice à la réflexion du proxénète, Kaedwell s’exclame d’un : « Byrhon ! » outré, posant son regard sur Keenan. Parfois il avait vraiment l’impression d’avoir deux enfants à la maison… Renâclant un souffle agacé, l’albinos se penche sur la table, profitant de ce bref moment d’attente pour enfin en placer une alors qu’il avait failli finir empalé quelques minutes plus tôt. Un autre sujet devrait être abordé, un sujet important. « Au fait… », commence-t-il d’une voix volontairement étouffée. « Tu te souviens quand on émettait quelques doutes sur… Eryndal, d’où il vient… Avec ce que tu as senti en arrivant, je n’ai pas pu m’empêcher de me demander… si elle aussi pourrait faire partie de ceux-dont-on-ne-prononce-pas-le-nom. » Regard entendu, mots glissés avant que le zabrak colossal ne fasse entendre son pas.


Contenu sponsorisé
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté

    Message n°0 (21)

[Page 1 sur 3]

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Star Wars Ascension » Nar Shaddaa