Star Wars Ascension


[516] sous le feu de la connerie (raedan)

Star Wars Ascension » Les Flashback

avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Mer 22 Nov - 21:40

    Message n°2051 (1)

Sous le feu de la connerie

Année 516, mois 3

Le Nagai ne peut s’empêcher de pincer légèrement des narines alors qu’il traverse le secteur Duros. Un endroit bien mal famé, même pour un homme du Cartel des Hutts. La banlieue pauvre de Nar Shaddaa, regroupant ce qu’il y a de pire, toute la fange de la populace incapable de s’élever par elle-même. Et là, dans ce coin abandonné où nulle statue de Hutt en or n’éclaire les places, où aucun casino animé ne divertit la population, où aucun bordel de luxe ne reçoit des réunions importantes entre chefs d’entreprises, règne la loi implacable des gangs qui se disputent le moindre os à ronger. Une situation que le Mogul suprême tolère de son air le plus dédaigneux. Du moment que ces gangs ne grignotent pas sur les plates-bandes du Cartel. Or, c’est bien ce qui commence à arriver et qui justifie la présence de Kaedwell dans ce trou à merde, ce coupe-gorges où il est si agréable de se promener. Voilà un gang qui prend de l’ampleur et qui commence à faire parler de lui jusqu’aux oreilles du puissant Vago, qui vit là-haut, dans sa tour qui porte son nom et qui dépasse toutes les autres de New Vertica. Cette ampleur, elle a été acquise en faisant circuler dans les rues du secteur Duros, un dérivé moins cher et de bien moins bonne qualité d’une des drogues phares du Cartel : le Glitterstim. Insulte supplémentaire, ces morveux et moins que rien se permettent de voler des cargaisons de cette drogue lorsqu’elle arrive sur Nar Shaddaa, pour la diluer et la revendre ici. Une des sources du Lieutenant a même ajouté qu’ils commençaient à s’étendre plus loin. Inadmissible.

Accompagné de plusieurs hommes armés, Kaedwell observe du coin de l’œil, en passant, les ruelles où s’organisent les dessous des marchés noirs les plus incongrus de la lune des contrebandiers. Dans ce quartier, on pourrait acheter n’importe quoi pour presque rien, et surtout, personne ne viendra vous poser de questions. La seule chose à faire est de ne pas exposer ses crédits à la vue de tous, histoire de ne pas finir comme cadavre abandonné dans une décharge. C’est aussi un bon endroit pour passer un contrat sur une tête sans passer par le Cartel et ses couteuses commissions, mais les chasseurs de primes qui rodent ici ne valent même pas la moitié de leur paye. Vraiment un endroit des plus sordides, donc. Non loin de ces ruelles où s’agitent silencieusement les acheteurs et les vendeurs, Kaedwell et sa troupe finissent par se retrouver face à une bande de petites frappes. Des crétins, mais bien armés, par rapport à l’époque d’avant leur trafic de drogues. C’est à se demander qui avait les moyens de payer cette substance dans ce quartier pauvre…

Face à lui, un jeune gars s’avance, un peu moins que la trentaine, alors que derrière lui, se préparent ses acolytes, piaffant comme des chiens en cage. « Regardez qui voilà, le toutou du Hutt. », commence-t-il en désignant l’albinos, qui hausse à peine un sourcil en posant ses mains sur ses hanches d’un air on ne peut plus nonchalant. « C’est drôle, je ne vois pas le crasseux sans cervelle à qui tu sers de toutou. », rétorque froidement le Lieutenant, observant chacun des membres du gang face à lui de son regard de glace. Leur leader lâche un grognement agacé, signe que Kaedwell n’est pas si loin de la vérité, après tout, et certains commencent à pointer leurs armes vers le Nagai et son équipe. Loin de se démonter, l’albinos croise ses mains dans son dos, comme s’il s’apprêtait à expliquer quelque chose à des enfants. En réalité, ses doigts s’enroulent autour de la poignée de sa dague cachée dans son dos. « Je vais être direct, je suppose et j’espère que vous êtes assez futés pour comprendre pourquoi je suis ici… sûrement pas pour la qualité de la décoration ni pour traiter d’un quelconque arrangement concernant la merde que vous vendez. C’est très simple : rendez les cargaisons volées, détruisez vos échantillons à deux crédits et ne vous faites plus jamais remarquer. Ou sinon, mourez. » Simple, concis, inutile de sortir d’une école de Coruscant pour comprendre ça, non ?

Mais apparemment, ce n’est pas suffisamment simple, au vu des rires que sa tirade provoque. Le Nagai lève discrètement les yeux au ciel, commençant à retirer sa dague de son fourreau. « Vous avez entendu le vieux grincheux ? Papy, je crois que t’as pas bien compris où t’es. Ici, c’est chez nous, c’est notre territoire et toi, t’as rien à y faire. Tes gars sont pas assez nombreux et avant d’avoir filé d’ici, tous les miens rappliqueront pour vous réduire en bouillie. » Kaedwell penche légèrement la tête sur le côté, lâchant un discret soupir agacé, avant de rétorquer le plus platement du monde : « Très bien. Alors mourez. » A peine a-t-il terminé de prononcer ses mots que sa lame jaillit et vole droit vers la gorge du petit chef, guidée par la télékinésie de l’ancien Jensaarai, et à l’énergie cinétique décuplée par l’utilisation de la Force. Le Nagai saute alors sur le côté alors que ses hommes ouvrent le feu les premiers et se mettent à couvert. Et là, alors que l’échange de tirs vide la rue de ses occupants et de ses passants, provoquant un mouvement de panique sur les côtés, c’est un homme gigantesque que l’on voit sortir d’une ruelle annexe, et qui déboule en plein champ de tir. Ce qu’il fait alors est très étonnant. Suffisamment, en tout cas, pour que Kaedwell émette un regard écarquillé par la perplexité et que d’un geste, il ordonne à ses hommes de cesser le feu.


avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/10/2017

    Messages : 311

    Crédits galactiques : 439

    Cristaux Kyber : 37

    Avatar : Julian Checkley

    Crédits : Sophia pour l'avatar

    Disponibilité rp : Libre comme l'air

    Inventaire : -1 sabre laser (lame cramoisie), confisqué
    -1 armure de combat
    -1 Chasseur biplace équipé de technologie furtive sith
    -Son Malraas de compagnie
    -1 lance-fléchettes (oui)
    -1 papillon messager
    -1 Motojet

  • Posté le Jeu 23 Nov - 19:28

    Message n°2069 (2)

Nar Shaddaa. Darth Saevus n'aimait pas cette planète. La corruption et l'odeur de l'argent sale, il n'aimait pas ça, il ne l'avait jamais aimé. Certes, les hutts pouvaient être des alliés, mais Saevus désapprouvait totalement leur politique. Il ne les portait pas dans son cœur, loin de là, mais il tache de ne pas le montrer, ils sont de futurs puissants alliés que les siths ne peuvent rejeter. Dans tous les cas, si Saevus est sur Nar Shaddaa, c'est pour une raison particulière, il cherche des pièces pour son vaisseau, et pour cela, il passe par le marché noir, les siths ne possédaient plus les pièces qu'il cherchait, le modèle de son vaisseau était trop ancien, alors il comptait bien trouver ce qu'il cherchait sur Nar Shaddaa. Après tout, même si le vaisseau est de conception sith, il est constitué de pièces génériques. Alors il trouverait sans aucun doutes au marché noir. Le bon coté, c'est que vu la carrure de Darth Saevus, la racaille de la planète l'évitait plutôt. Il valait mieux pour eux, Saevus n'était pas des plus patients avec ce genre d'individus.

Au bout de quelque minutes de marche, le darth se retrouva finalement dans une ruelle sombre, son contact était là, on lui avait conseillé cet homme, alors il avait suivie les conseils. C'était un Advozse de petite taille. Saevus le dépassait largement de trois têtes. D'abord, le marchant le regarda d'un air inquiet, puis il prit la parole, hésitant. « Je peux vous aider ? » Il parlait Basic, bonne nouvelle, Saevus n'avait pas vraiment envie de faire la conversation en langue étrangère. « Oui. Je cherche un condensateur pour hyperdrive de marque 8. ». L'advozse se gratta la tête un instant, et réfléchit. « Hmm, oui je dois bien avoir ça quelque part. Mais ce sera pas donné. » Saevus soupira longuement, et voilà qu'il allait devoir se lancer dans des négociations. Non il ne perdrait pas de temps avec ça. « Combien ? » demanda-t-il. « 800 crédits » répondu l'autre. Huit-cents crédits ? C'est une blague ? Non, hors de question que Saevus paye autant. Il jeta un coup d’œil autour de lui, vérifiant qu'ils étaient bien seul. « Je le prend pour 100 crédits. ». Le marchand parut traversé par une légère vague d’énergie puis répondu. « Je vous le vend pour 100 crédits. ». Saevus transféra l'argent, et prit la pièce que le marchant était allé cherché. Elle n'était pas très grosse, la taille du poing de Saevus tout au plus. Il le rangea dans la poche intérieure de sa cape et parti sans plus de cérémonies.

Au moment ou il sortait, il remarqua entendit des tirs de blaster, à quelque mètres devant lui. Un vif échange de tir avait lieu. L'un des groupes était presque totalement armé de fusil blaster, Saevus pur rapidement les identifier, ils travaillaient pour les hutts. Les autre eux étaient armés pour la majeure partie de vibrolames, et certains d'entre eux portaient des pistolets blaster de mauvaise facture. Il n'avait pas de temps à perdre avec tout ça, il allait finir cet affrontement avant que tout cela ne s’éternise. Il suffisait d'une simple force exercé sur le point sensible du blaster pour le rendre hors d'usage pour un moment. Saevus s'avança sans aucune crainte, se concentra, sur chacun des blaster. Et tous se turent au moment ou le sith se trouvait entre les deux groupes. Il jeta un œil rapide derrière lui, les soldats des hutts avaient reculés et semblaient observer la scène. Le visage de Saevus était recouvert par une large capuchon et une grande cape couvrait son corps. L'un des soldats s'approcha de lui, vibrolame à la main.« Dégage de là, ou je te botte le cul. ». Ridicule, si il croyait qu'il était impressionné il se mettait le doigt dans l’œil. « Range ça gamin, tu vas te faire mal. » rétorqua le sith.  Le soldat afficha un sourire moquer à son égard. Il sembla reculer, mais Saevus savait qu'il allait attaquer, son amour propre ne survivrait pas à une retraite. Et comme prévu, le soldat lança une attaque à la vibrolame vers Saevus. D'un pas sur le coté suivit d'un habile tour sur lui même Saevus s'était retrouvé à coté du soldat, son poignet dans les mains de gants, il suffit d'un simple pression pour faire chuter le soldat, il y eu un craquement sourd, et le bras armé du soldat de tordit dans une angle peu naturel, Saevus avait récupéré la vibrolame. Les autres soldats eurent un mouvement de recul, puis l'attaquèrent avec leurs vibrolames. Sans aucune difficultés le sith bloqua les attaques avec son arme, pour le moment il se contentait juste de se défendre. Puis, au bout de quelque secondes, le sith passa à l'attaque. Il enchaina les coups puissants et rapides taillant littéralement en pièce les premier soldats. Puis, il fonça à toute allure vers deux autres qui étaient légèrement à l'écart. Il en saisit n à la gorge et transperça le second. Au même moment l'un des soldats parvient à lui tirer dessus, sans succés il avait déplacé le soldat qu'il tenait à la gorge vers le tir de blaster, qui le heurta de plein fouet Il sentit le corps du soldat se raidir il était mort sur le coup, il lacha le corps qui tomba lourdement au sol. Les deux premier soldats armés de vibrolames se jetèrent sur lui. Il bloqua leurs attaques avec facilité, mais par chance, l'un d'entre eux parvint à érafler le sith à l'épaule. Dans un grognement de colère Saevus pivota sur lui même et abbatit violemment sa lame sur le coups des deux hommes alignés. Et d'un seul coup les décapita tous les deux, leurs tête roula au sol tendit que leurs corps s'affaissaient. Le troisième semblait terrifié il avançait d'un pas hésitant vers lui. Il n'eut même pas le temps de lancer une attaque que le sith le saisit à la gorge et le souleva du sol. Et d'une simple pression il brisa la nuque du dernier des soldats qui tomba tel un pantin désarticulé au sol. Le sith se retourna il en restait un, celui à qui il avait brisé le bras, il tentait de ramper pour fuir. Saevus se rapprocha de lui, et d'un coup de botte sur sa boite sur la tête. Son crane se brisa, laissant couler un flot de sang sur le sol, le soldat convulsa légèrement au sol avant de s'immobiliser totalement.
avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Jeu 23 Nov - 20:36

    Message n°2076 (3)

Kaedwell ne sait encore s’il doit se sentir interloqué ou tout simplement captivé par cette intervention des plus inopinées et inattendues. Pendant un instant, alors que ses hommes cessent effectivement le feu sans pour autant rengainer leurs armes, qu’ils gardent pointées vers le sol, le Nagai observe le géant qui fait maintenant face aux petites frappes absolument dénuées de la moindre notion d’instinct de survie. Bien qu’il ne puisse apercevoir le visage de cet homme caché sous un ample capuchon, il n’a pas besoin de voir ses traits pour deviner aisément que ce colosse ne se poussera certainement pas, et se laissera encore moins dicter sa conduite par des morveux ayant pris la grosse tête. Alors, l’épaule appuyée contre un mur, le Lieutenant observe la scène qui se déroule sous son regard de glace, concentré sur les mouvements de cet inconnu qui semble avoir pris cet affrontement comme une affaire des plus personnelles. Après tout, il n’y a pas de raison de se priver d’un tel spectacle, surtout s’il est gratuit. Penchant légèrement la tête sur le côté, l’albinos se délecte en silence de ce massacre, ses traits figés comme à leur habitude dans ce marbre hautain et peu avenant. Depuis bien longtemps, il est connu que Kaedwell ne sourit jamais. Sauf intérieurement. Ou quelques fois en privé avec son frère ou leur fils adoptif, Keenan.

Les têtes roulent littéralement sur le sol, sous les murmures horrifiés de certains témoins. Alors qu’il n’en reste plus aucun, l’albinos pivote légèrement les yeux en direction de son escorte qui hésite entre rengainer ou mettre cet homme dangereux en joue. Difficile en effet de savoir ce qu’il compte faire ensuite, ses intentions étant loin d’être claires. D’un discret geste de dénégation, le Lieutenant leur confirme l’ordre de ne pas attaquer l’inconnu colossal. Et contre toute attente, alors qu’un silence de mort s’abat sur la rue et que même le public réfugié sur les côtés ne savent plus que dire ou murmurer et n’osent pas même entamer le moindre mouvement, Kaedwell frappe plusieurs fois dans ses mains, dans un rythme lent et régulier, en guise d’applaudissement. Se séparant du mur contre lequel il était encore appuyé, il avance à pas lents vers l’auteur du massacre, jetant de temps à autre un coup d’œil froid aux quelques cadavres qu’il enjambe. « Bravo, très joli spectacle. » Retrouvant le corps de celui qu’il avait lui-même tué auparavant, pour ouvrir les hostilités, l’albinos se penche et récupère sa dague qui, d’un coup sec, se dégage du cou dans lequel elle était plantée.

Avec un calme déroutant par rapport au décor qui les entoure, Kaedwell se contente de nettoyer sa lame poisseuse de sang sur les vêtements du mort, avant de se redresser et de retourner sèchement l’arme à son fourreau, fixant finalement ce curieux phénomène. « Vous n’étiez pas obligé de vous donner cette peine ; après tout, vous n’étiez pas lié à ce regrettable incident. », déclare-t-il placidement. « Mais je vous remercie tout de même. » Il balaye doucement la zone du regard, avant de se repencher sur le même cadavre pour en sortir un holocom de mauvaise qualité, déjà usé par les ans et les changements de propriétaires. Derrière lui, l’un de ses acolytes s’est rapproché et, en se relevant, Kaedwell lui lance l’objet. « Trouvez-moi leur planque et la cargaison. », articule-t-il, les lèvres pincées. Ces bouseux du dimanche étaient peut-être morts, mais les membres du Cartel n’ont pas remis la main sur ce qui leur appartenait à l’origine… Le subordonné s’éloigne de quelques pas, travaillant avec un collègue sur la recherche de données intéressantes, tandis que les autres s’occupent de fouiller les corps en quête d’indices, voire de doses qu’ils vendaient ici et pour les débarrasser de leur armement quand il ne s’agit pas de blasters à moitié foutus.

Laissé seul avec le colosse, l’albinos, qui croise ses mains dans son dos, arpente avec nonchalance la scène, observant les badauds qui reprennent finalement, peu à peu, leurs activités, l’attention déjà détournée vers leurs propres affaires. « Ce n’est pas tous les jours qu’on croise quelqu’un de votre trempe, dans cette marre de bouse. Ils devraient en prendre de la graine. », émet-il en désignant ses acolytes tout en roulant son regard bleu si dérangeant vers l’homme à capuchon, en attendant que des résultats probants ne sortent des investigations des hommes du Cartel.


avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/10/2017

    Messages : 311

    Crédits galactiques : 439

    Cristaux Kyber : 37

    Avatar : Julian Checkley

    Crédits : Sophia pour l'avatar

    Disponibilité rp : Libre comme l'air

    Inventaire : -1 sabre laser (lame cramoisie), confisqué
    -1 armure de combat
    -1 Chasseur biplace équipé de technologie furtive sith
    -Son Malraas de compagnie
    -1 lance-fléchettes (oui)
    -1 papillon messager
    -1 Motojet

  • Posté le Jeu 23 Nov - 21:05

    Message n°2078 (4)

Darth Saevus était légèrement essoufflé, ce combat n'avait pas été des plus rudes mais tout de même. Il était resté là, stoïque face au massacre qu'il venait de faire. Il entendait les chuchotements autour de lui, de la peur. Logique, il venait juste de trucider tout un groupe de malfrat sans aucune difficultés. Saevus jeta un coup d’œil sur la légère blessure qu'il avait à l'épaule. C'était à peine si la lame de son adversaire avait tranchée sa chaire. Quelques gouttes de sang coulaient sur la plaie. Il se baissa, arracha un morceau de vêtement sur l'un des cadavres et le passa sur sa cicatrice. Les hommes derrières lui n'avaient pas ouvert le feu, au contraire ils s'étaient rapprochés, et leurs armes étaient baissées, il n'avait aucune intention d'attaquer. Pas après ce qu'ils venaient de voir. L'un d'entre eux, semblant être le chef du groupe se tenait à coté de lui. C'était celui qui avait un sabre laser à la ceinture. Un jedi ? Non, il ne ressentait pas l’énergie si particulière des Jedi. Il était très probablement neutre, alors, il n'avait rien à craindre de lui.

 « Bravo, très joli spectacle. Vous n’étiez pas obligé de vous donner cette peine ; après tout, vous n’étiez pas lié à ce regrettable incident. Mais je vous remercie tout de même. »

Non, définitivement pas un Jedi. Un Jedi n'aurait jamais approuvé le spectacle qu'il venait de donner. En effet, il n'avait pas a intervenir dans cette affaire, mais il était pressé, et ce genre de petits combats, c'est toujours bon pour le moral. « En effet. Mais ça défoule. » Répondit-il calmement. Il tourna la tête vers son interlocuteur, un nagai, albinos qui plus est. Ses yeux bleus perçants le défiguraient. Il sentait la Force en lui, il avait un grand pouvoir c'est indéniable. « De rien. Et vous êtes ? » demanda-t-il tranquillement, comme si il ne venait pas de massacrer une dizaine d'hommes il y a d'ici moins d'une minute.  

« Ce n’est pas tous les jours qu’on croise quelqu’un de votre trempe, dans cette marre de bouse. Ils devraient en prendre de la graine. »  

Saevus accepta le compliment sans rien dire. Il n'aimait pas cette planète, ni ses habitants. Et la bonne nouvelle c'était que celui qui se trouvait en face de lui ne semblait pas aimer Nar Shaddaa non plus. « Je n'aime pas cette  planète. J'y suis parce-que j'y suis obligé. Cette racaille n'a eu que ce qu'elle méritait, résultat de leurs arrogance. » Il marqua une pause. « Pourquoi n'avez vous pas ordonné à vos hommes de m'abattre, j'aurais pu ensuite m'attaquer à vous ? »
avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Jeu 23 Nov - 22:10

    Message n°2081 (5)

Le Nagai hausse très légèrement un sourcil immaculé aux premiers mots prononcés par le colosse. Ça défoule. Curieuse entrée en la matière, quoique plutôt véridique, mais ça n’engageait pas à mettre le moindre interlocuteur normal à l’aise. Par chance, Kaedwell n’a rien de normal, à commencer par son physique atypique, son attitude droite et altière qui ne se départissait jamais de ce calme semblant le nimber d’une rare confiance en soi. Une armure tout aussi efficace que le cortosis qui recouvre son torse et ses membres. Ne répondant pas immédiatement à la question de cet homme singulier, occupé à ses propres affaires, le Lieutenant détourne un instant le regard vers ses hommes puis balaie la rue d’un coup d’œil circulaire, comme s’il attendait quelque chose… ou quelqu’un. En réalité, sa perception s’ouvre aux formes de vie environnantes, une chose dont il n’a plus vraiment l’habitude mais qui s’avère parfois utile, comme dans ce genre de situations délicates. Trop concentré sur le lointain, il ne s’aperçoit pas immédiatement des bribes d’obscurité qui émanent de l’aura du colosse mais lorsque c’est le cas, il s’abstient de tout commentaire et de tout préjugé : un homme rongé par des émotions négatives ne veut pas dire qu’on a affaire à un utilisateur de la Force et sur ce point, Kaedwell n’en a donc aucune idée.

Ainsi donc, cet aimable bagarreur détestait cette planète ? Quelle drôle d’idée que d’y poser les pieds, alors. « C’est que vous n’avez pas l’air de connaître ses quartiers plus… fréquentables. On respire beaucoup mieux à New Vertica. Ici, au secteur Duros, on trouve surtout toute la misère de la galaxie, et même le Cartel n’aime pas s’y salir les semelles. Alors des gangs comme celui-là y sont légion et prolifèrent comme des marées d’insectes. Une sacrée infection. », rétorque-t-il simplement, sans nier outre mesure sa préférence pour les hautes tours de New Vertica, ses avenues ornées d’arbres holographiques colorés, ses panneaux publicitaires bigarrés et son animation bien loin de cet endroit sinistre. Posant à nouveau son regard sur le géant, dont il ne voit que cette partie basse du visage recouverte d’un respirateur, le Nagai fait mine de réfléchir à la question de son interlocuteur. « Aurais-je dû ? Je constate que ce n’est pas encore fait, ce qui prouve que vous êtes plus équilibré que vous en donnez l’impression. Je crois que mon groupe ne vous a pas donné de raisons de poursuivre ce carnage. Tout comme je n’avais pas de raisons de vous tuer. » Haussant brièvement les épaules, il finit par conclure : « Je suis Kaedwell Gill’losa, lieutenant du Mogul suprême. »

A peine s’est-il présenté que son homme de main revient vers lui pour le tirer de sa conversation. Parfait, ils ont trouvé l’entrepôt où la cargaison volée a été cachée ! Avec de la chance, et surtout du culot, ils pourraient la récupérer sans trop de difficultés. Resterait l’endroit où le gang raffinait soit disant sa daube, ou plutôt la diluait et y ajoutait quelques additifs douteux et peu coûteux. Une véritable dose de Glitterstim valait au moins six mille crédits, une somme que personne, dans ce quartier, ne pourrait rassembler. « Parfait. Ne trainons pas et appelez un landspeeder pour charger la cargaison lorsque nous y serons. », glisse-t-il au membre du Cartel. Mais à peine l’appel est-il passé à leurs collègues restés au quartier général, que la présence encore invisible de plusieurs groupes converge vers eux et se fait sentir au travers de la Force. Alors que ses hommes commencent à se mettre en chemin, Kaedwell lève le poing et ordonne sèchement de prendre position. « La cavalerie arrive. Vous ne devriez pas rester là, ils ne sont pas ici pour vous. », dit-il au colosse tout en s’emparant de sa dague et de se diriger vers le bout de la rue qui fait un coude et d’où sort déjà un petit groupe du même gang. De l’autre côté, un autre groupe leur fait face pour les encercler et les coincer là comme une bande de rats. Mais Kaedwell n’a pas pris avec lui des petits bleus de la gâchette ; ses hommes sont bien entrainés et parés à ce genre de situations assez fréquentes dès qu’il fallait intervenir dans les quartiers pauvres de Nar Shaddaa.


avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/10/2017

    Messages : 311

    Crédits galactiques : 439

    Cristaux Kyber : 37

    Avatar : Julian Checkley

    Crédits : Sophia pour l'avatar

    Disponibilité rp : Libre comme l'air

    Inventaire : -1 sabre laser (lame cramoisie), confisqué
    -1 armure de combat
    -1 Chasseur biplace équipé de technologie furtive sith
    -Son Malraas de compagnie
    -1 lance-fléchettes (oui)
    -1 papillon messager
    -1 Motojet

  • Posté le Sam 25 Nov - 14:27

    Message n°2141 (6)

Oh que non, Saevus n'aimait pas Nar Shaddaa, pas du tout. En fait, il n'aimait pas les planètes sous le joug des hutts. Il n'aimait pas leurs manière de régner, ne jamais se salir les mains, toujours confier les missions les plus pénibles à de vulgaires chasseurs de primes. Les hutts avaient beau être de futurs alliés, il ne les aime pas. Mais on se refuse jamais une alliance, sinon les siths disparaîtrons comme ils l'ont fait plusieurs fois il y a des milliers d'années. Voilà pourquoi les siths de Darth Daleth étaient destinés à fonder un nouvel empire sith, qui tiendrait sur la durée. Les siths avaient appris de leurs erreurs, et étaient désormais beaucoup plus puissants qu'ils ne l'avaient jamais été.

« C’est que vous n’avez pas l’air de connaître ses quartiers plus… fréquentables. On respire beaucoup mieux à New Vertica. Ici, au secteur Duros, on trouve surtout toute la misère de la galaxie, et même le Cartel n’aime pas s’y salir les semelles. Alors des gangs comme celui-là y sont légion et prolifèrent comme des marées d’insectes. Une sacrée infection. »

Oui, il connaissait New Vertica, et il pensait tout à fait la même chose. Bien qu'il préfère se trouver là bas qu'ici. Là bas au moins, on ne risquait pas de se faire agresser tous le dix mètres. C'était déjà ça, là bas, il y avait un minimum de sentiment de sécurité. « Une... Sacré infection. Alors, trouvez un vaccin. Éradiquez les. » Dit-il d'un ton froid, celui qui le définissait la plupart du temps. « Vous n'aurez pas le contrôle de la planète tant que d'autres gangs vous feront de l'ombre, aussi minuscule soit-elle. Je doute qu'ici, le cartel soit très bien vu. » Continua-t-il. Saevus rigola, intérieurement. « Je me suis bien salit les semelles, moi. » Dit-il d'un ton sarcastiques en désignant ses bottes couvertes de sang. Voilà la plus grande différence entre les hutts et le siths. Les siths n'hésitaient pas à « se salir les bottes » comme Kaedwell le disait.

 « Aurais-je dû ? Je constate que ce n’est pas encore fait, ce qui prouve que vous êtes plus équilibré que vous en donnez l’impression. Je crois que mon groupe ne vous a pas donné de raisons de poursuivre ce carnage. Tout comme je n’avais pas de raisons de vous tuer.   Je suis Kaedwell Gill’losa, lieutenant du Mogul suprême. »

Darth Saevus sourit sous son respirateur. Certes, avec cette vibrolame qu'il avait gardé dans sa main, il n'aurait probablement pas réussi à vaincre ce groupe armé. Mais si il avait put utiliser son sabre laser, il ne donnait pas cher de leurs peau. Mais dans tous les cas, pour l'instant il n'avait pas l'intention de s'attaquer à eux. « A vous de voir si vous voulez perdre une partie de vos hommes. » Dit-il d'une voix amusée. « Non. Je n'ai pas l'intention de vous attaquer. Tant que vous n'êtes pas agressifs, je ne le serais pas."  Il marqua une pause, son capuchon recouvrait toujours son visage, seul une partie de son respirateur était visible, ainsi que ses yeux incandescents.

« La cavalerie arrive. Vous ne devriez pas rester là, ils ne sont pas ici pour vous. »

Oui. Il les avait senti approcher, quel dommage qu'il ne puisse pas utiliser son sabre laser. Il allait les laisser à Kaedwell, à son tour de lui montrer de quoi il était capable. Il pourrait finalement voir ses talents au sabre laser. « Je vous les laisse. Montrez moi. »
avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Sam 25 Nov - 16:08

    Message n°2143 (7)

Les traits durs du visage de Kaedwell semblent se détendre légèrement dans une sorte de rictus à moitié amusé. Pas vraiment un sourire, ça n’a rien de chaleureux à vrai dire, mais en tout cas, une expression plutôt narquoise et moqueuse qui fait écho aux paroles de ce colosse singulier qui lui fait face. La lueur qu’il entraperçoit sous ce capuchon, la braise de son regard, une teinte qu’il connaît si bien pour la voir tous les jours dans les yeux de son propre frère… Le Côté obscur laisse ainsi sa marque sur ses pauvres enfants. « Détrompez-vous, très cher. Nar Shaddaa ne saurait appartenir à quiconque d’autre que Vago le Hutt. Ces petits gangs ont toujours été tolérés par le Cartel, tout comme vous tolérez les microbes dans vos intestins. Ils sont trop occupés à se faire la guerre entre eux pour se disputer des miettes pour penser à lever les yeux vers les quartiers les plus luxueux. Mais il arrive, je vous le concède, que quelques moucherons tentent de se montrer plus malins qu’ils ne le devraient. Ça ne dure jamais longtemps. » Le fonctionnement de cette lune, et de l’espace Hutt plus généralement, a toujours été relativement particulier, après tout.

« Le Cartel n’a pas pour vocation d’être populaire, si c’est ce que vous sous-entendez. Ça ne l’empêche en rien d’attirer de nouvelles recrues qui veulent se sortir de la misère d’ici. » Une stratégie comme une autre, que de faire miroiter le doux éclat des crédits à ceux qui en sont dépourvus. Et le pire, c’est que ça fonctionne. Ici, dans les bas-fonds, l’apparition d’une patrouille du Cartel inspire certes souvent la crainte, pour la répression sévère que les hommes du Hutt pouvaient appliquer, mais a au moins le mérite d’être synonyme de retour à l’ordre quand certains gangs commencent à faire trop de dégâts. Haussant un sourcil peu impressionnable à la remarque du géant, l’albinos est convaincu que la menace est sincère et que cet homme serait effectivement capable de venir à bout de ses hommes si la mouche le piquait. Mais ce serait stupide de tenter une chose pareille dans le fief des Hutts. « Je n’en doute pas. Mais n’oubliez pas à qui vous avez affaire, ni chez qui vous vous trouvez. Le Mogul suprême tient à certains de ses éléments, quand ils ont des talents particuliers. », rétorque-t-il avec cynisme, avant de se tourner pour observer avec attention les premières silhouettes qui jaillissent au bout de la rue.

Kaedwell envoie un vif coup d’œil en direction du colosse, un regard froid qui tranche avec l’amusement qui pourrait se trouver dans le ton de son interlocuteur. « Ce n’est pas un jeu. », lâche-t-il sèchement avant de le planter là pour se diriger vers le groupe en face de lui, tandis que ses hommes ont pris position sur plusieurs lignes pour s’occuper de ceux qui arrivaient à l’arrière. Le Nagai approche nonchalamment jusqu’à faire face au vrai chef de gang. « Voilà le crasseux sans cervelle que j’attendais. J’accepte ta reddition et le remboursement de la valeur de ce que tu as déjà vendu en mensualités sur une année. », déclare le Lieutenant de son calme olympien, le regard glacial braqué sur l’humain qui le défie en croisant les bras. « Tu crois que je vais me rendre après ce que tu as fait à mes gars ? » Le chef de gang le toise avec mépris avant de cracher à terre. « Aussi étrange que cela puisse paraître, je n’y suis presque pour rien. », rétorque Kaedwell en haussant les épaules. « Presque ? T’aurais jamais dû poser tes précieux pieds ici. Les gars, tuez-moi cette mascotte de Hutt et ramenez-moi ses oreilles ! »

Les deux crapules entourant leur chef sont les premiers à approcher du Nagai, suivis de deux autres. Tous les quatre armés de vibrolames, tandis que deux autres derrière eux se déploient avec leurs pistolets blaster. Sa dague à la main, le Lieutenant hausse à demi un sourcil de mépris pour les accueillir. Il esquive souplement un premier coup d’épée, pare le retour de la lame en interposant son avant-bras protégé par le cortosis et frappe froidement, avec précision, dans l’abdomen de son adversaire, y enfonce son arme jusqu’à la garde et remonte d’un coup sec jusqu’aux premières côtes avant de le repousser en sentant le second arriver. Mobile, l’albinos donne bien du fil à retordre à ceux qui ont des blaster et qui ne peuvent tenter de tirer sans toucher un des leurs, et plus encore nargue-t-il ceux qu’il affronte au corps à corps alors que leurs lames ne rencontrent que le vide ou rebondissent sur une pièce d’armure de l’avant-bras. Un deuxième tombe à terre, déséquilibré par le Nagai qui s’est saisi de son bras pour le retourner et le plaquer au sol, avant de se faire transpercer la gorge de part en part. Le troisième le surprend déjà plus, alors qu’il pare la vibrolame, Kaedwell se prend un violent coup de poing dans la mâchoire qui l’assourdit et le fait reculer.

Esquivant d’autres coups en roulant à terre, il reprend peu à peu ses esprits, serrant les dents avant de se redresser vivement pour flanquer sa lame sous le menton de son adversaire, et lui faire transpercer la tête de bas en haut, jusqu’au cerveau. Il pivote juste à temps pour se protéger d’un tir en se servant du corps comme bouclier, puis reprend son arme et la lance vivement vers le tireur en utilisant la télékinésie pour lui faire atteindre son objectif à une vitesse qui défierait le plus fieffé des lanceurs de fléchettes. Une technique bien utile des enseignements passés et secrets des Jensaarai. A mains nues face au quatrième épéiste, le Nagai parvient cependant à toucher l’arrière de son genou d’un coup de pied pour lui faire perdre l’équilibre et, vivement, il s’empare de ses cheveux pour tirer sèchement son crâne vers le sol, et faire percuter la nuque sur son genou plié de plein fouet pour la briser d’un coup. Tendant la main vers sa dague toujours fichée dans le crâne du premier tireur, l’albinos l’en extraie en se concentrant sur la Force, avant de lui imposer une impulsion pour la diriger droit vers le second homme au blaster, tout en fixant le chef de gang de son regard glacial dénué d’émotions, jusqu’au moment où le dernier s’écroule et que la lame revienne vers sa main tendue. Ses doigts se referment sur la poignée tandis que le chef de gang, ne sachant plus que faire et perplexe face à l’utilisateur de la Force, tente de s’emparer de son holocom, probablement pour appeler ses derniers petits amis à l’aide. Kaedwell ne lui en donne pas le temps, il l’assourdit d’un coup du coude et en profite pour l’agripper par la mâchoire et ne le laisse s’écrouler au sol qu’une fois la ligne ensanglantée d’un sourire vermeil dessinée sur sa gorge, d’une oreille à l’autre.

De l’autre côté, l’affrontement a également tourné à l’avantage du Cartel, mieux armés et entrainés que ces pourritures. Pas de morts à déplorer mais quelques-uns ont été blessés, sans que leur pronostic vital soit engagé. Le souffle court, les narines frémissantes, le Nagai n’accorde pas même un regard aux cadavres qu’il abandonne au milieu de la rue, tandis qu’il retourne vers le colosse qui n’a pas bougé et vers ses hommes qui se rassemblent. Du bout des doigts, il s’accorde à se masser doucement la mâchoire où il a été lourdement frappé. On lui annonce que le speeder en charge de récupérer la cargaison est arrivée. « Allez à l’entrepôt, ce n’est pas loin et il ne doit plus rester grand monde. » Le groupe du Cartel se ressaisit et disparaît à l’angle de la rue, et à cet instant, le Nagai se tourne à demi vers le colosse qui se trouve à deux ou trois mètres de lui, braquant son regard sur la carcasse du géant, sans mot dire, les lèvres pincées en une expression impassible.


avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/10/2017

    Messages : 311

    Crédits galactiques : 439

    Cristaux Kyber : 37

    Avatar : Julian Checkley

    Crédits : Sophia pour l'avatar

    Disponibilité rp : Libre comme l'air

    Inventaire : -1 sabre laser (lame cramoisie), confisqué
    -1 armure de combat
    -1 Chasseur biplace équipé de technologie furtive sith
    -Son Malraas de compagnie
    -1 lance-fléchettes (oui)
    -1 papillon messager
    -1 Motojet

  • Posté le Sam 25 Nov - 23:40

    Message n°2153 (8)

Oui, le cartel en plus d'assurer sa domination sur Nar Shaddaa, devait aussi être populaire, si ils étaient populaire, ils s'assuraient la prospérité pendant bien longtemps. Les siths, sont craint bien sur, mais sont aussi extrêmement populaire au sein de Maloran, alimentant les fantasmes de certains via des magazines ou l'admiration des enfants pour les siths via des petites figurines ou encore des cartes à jouer. Voilà le fondement d'une société équilibrée et durable. A ce rythme, le cartel ne tiendrait pas sur la durée, c'était indéniable, et l'héritage de Vago le hutt ne serait pas transmis aux générations futures.  

« Détrompez-vous, très cher. Nar Shaddaa ne saurait appartenir à quiconque d’autre que Vago le Hutt. Ces petits gangs ont toujours été tolérés par le Cartel, tout comme vous tolérez les microbes dans vos intestins. Ils sont trop occupés à se faire la guerre entre eux pour se disputer des miettes pour penser à lever les yeux vers les quartiers les plus luxueux. Mais il arrive, je vous le concède, que quelques moucherons tentent de se montrer plus malins qu’ils ne le devraient. Ça ne dure jamais longtemps. Le Cartel n’a pas pour vocation d’être populaire, si c’est ce que vous sous-entendez. Ça ne l’empêche en rien d’attirer de nouvelles recrues qui veulent se sortir de la misère d’ici. »

Comme Saevus le craignait, Kaedwell pensait exactement comme un gentil petit soldat totalement acquis à sa cause, sans reconnaître les défauts de l'organisation pour laquelle il travaille. Triste. Mais bon, après tout, cela n'était pas ses affaires, il se contentait de donner des conseils. Conseils qui de toutes façons étaient inutiles, Saevus doutait qu'un simple lieutenant puisse faire évoluer les choses. Les nouvelles idées devaient venir des plus hauts gradés, voir de Vago lui même. « Je vois. Je ne reste toujours pas convaincu mais si vous êtes persuadé de ce que vous dites, alors c'est sûrement que vous avez raison au fond. »

« Je n’en doute pas. Mais n’oubliez pas à qui vous avez affaire, ni chez qui vous vous trouvez. Le Mogul suprême tient à certains de ses éléments, quand ils ont des talents particuliers. »

Cela ressemblait presque à une menace. Et les menaces c'était l'une des choses que Saevus ne supportait pas, mais alors pas du tout. Mais bon, il venait de passer ses nerfs il y a quelques minutes, alors il voudrait bien faire une exception. Après tout, ils ne se connaissaient pas, et peut-être qu'il pourrait devenir un pion essentiel sur l’échiquier des siths.

 « Ce n’est pas un jeu. »

Peut-être que ce n'est pas un jeu, mais c'est drôlement divertissant, et instructif. Une bonne raclée, c'était bien souvent la meilleure leçon possible pour un acolyte, un apprenti, ou même un lord et un darth. Il observa silencieusement le lieutenant en pleine action. Kaedwell était un excellent combattant, c'était indéniable, mais Saevus voyait les fautes dans sa posture, ou même dans la fluidité de ses mouvements. Et c'était pour ça qu'il avait prit un coup. Il se ferait un plaisir de lui montrer ces erreurs, un jour. Il plissa légèrement les yeux devant le spectacle, efficace, oui. Finalement lorsque Kaedwell se rapprocha de lui, il resta silencieux un moment. « Beau combat. Mais il y aurais toujours des progrès à faire. »
avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Dim 26 Nov - 14:55

    Message n°2161 (9)

Pendant un long moment, Kaedwell se contente d’observer le colosse de haut en bas, le regard impassible alors que cet inconnu semble vouloir se permettre de juger de ses capacités martiales, alors qu’il n’était armé que d’une simple dague contre sept imbéciles. Oh, certes, un hématome viendrait rapidement tacher le blafard de sa peau au niveau de sa mâchoire, mais que sont les coups face aux véritables blessures du passé ? Aux cicatrices profondes d’une vie dure bercée par les entrainements et la protection d’une planète qui n’était même pas la sienne dans son cœur, au final. « Et vous me dites ça alors que vous saignez à l’épaule. », rétorque-t-il placidement tandis que son regard se pose effectivement sur l’écorchure gagnée par cet inconnu. « Personne n’est parfait, je suppose. Mais de toute manière, ils ne méritaient pas plus. Ça aurait été trop facile sinon. » Pourquoi donc se fatiguer à les étrangler par la Force ou à sortir son sabre-laser pour ces moins que rien qui ne méritaient même pas une telle considération ? D’autant que Kaedwell tient à sa discrétion et le bas-peuple de Nar Shaddaa n’a pas besoin de savoir quoi que ce soit de particulier à son sujet.

Haussant les épaules comme pour conclure sur le sujet, le Nagai pose son regard de glace sur le géant. « Cela dit, je ne sais toujours pas qui vous êtes. » Un simple nom suffirait pour pouvoir qualifier le colosse. Kaedwell ne lui fera toutefois pas l’affront de lui demander ce qu’il fait ici, car il n’est pas du genre à fourrer son nez dans les affaires des autres. Ça ne le concerne pas, ni lui, ni son réseau, ni le Cartel, à vrai dire. Pas directement, en tout cas. Recevant un appel sur son holocom, il s’éloigne un peu avec un geste d’excuse à l’attention de son interlocuteur. La conversation n’est pas bien longue, on l’avertit juste que le Cartel a bien remis la main sur la cargaison volée et que la résistance dans l’entrepôt ne leur a pas posé de problèmes. Le laboratoire, en revanche, aucune trace pour le moment, mais en mettant les bons hommes sur l’enquête et la traque, cela ne saurait durer indéfiniment. Satisfait, l’albinos pivote sur les talons pour retrouver le géant. « Je n’ai plus rien à faire ici et j’ignore si vos propres affaires doivent vous faire rester dans le quartier plus longtemps. Mais dans le cas contraire, si vous le souhaitez, je vous propose de discuter de cette liste de progrès autour d’un verre, à New Vertica. Mon frère y tient un établissement très apprécié. »

En terme d’établissement apprécié, on ne peut guère faire mieux, même ailleurs dans la galaxie. Les soirées organisées par les filles de Byrhon – ou disons plutôt, les dames de compagnie de l’établissement – sont à l’image des Gill’losa : mues par le perfectionnisme. Loin des maisons closes, loin de la vulgarité des spectacles des casinos voisins, on y vient surtout pour le goût de l’art, la beauté sensuelle, le burlesque élégant accompagné de sa musique, l’art de la conversation et la qualité du restaurant qui fait aussi partie intégrante de la structure. On aurait d’ailleurs peine à croire qu’on se trouve à Nar Shaddaa, avec ses règles strictes en matière de comportement de la part des clients. Des clients qui ne peuvent être que fortunés, de toute manière. « Je vous promets qu’il n’y a aucune racaille là-bas. Pas de gangs, de disputes entre membres du Cartel, de voleurs à la tire ou d’arrogantes canailles. Nar Shaddaa y est bien différente. »


avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/10/2017

    Messages : 311

    Crédits galactiques : 439

    Cristaux Kyber : 37

    Avatar : Julian Checkley

    Crédits : Sophia pour l'avatar

    Disponibilité rp : Libre comme l'air

    Inventaire : -1 sabre laser (lame cramoisie), confisqué
    -1 armure de combat
    -1 Chasseur biplace équipé de technologie furtive sith
    -Son Malraas de compagnie
    -1 lance-fléchettes (oui)
    -1 papillon messager
    -1 Motojet

  • Posté le Dim 26 Nov - 20:07

    Message n°2168 (10)

Impressionnant. Certes, Kaedwell était sans aucuns doutes, un excellent combattant, mais il pouvait l'être encore plus, Saevus en était convaincu. Il ne l'avait pas vu combattre avec un sabre laser, mais il pouvait l'imaginer. Une telle maîtrise ne pouvait être due qu'à un entraînement régulier et intense, tout comme Saevus le faisait. Un duel entre les deux hommes promettrait d'être passionnant. Peut-être qu'un jour, ils s’entraîneraient ensemble, si Kaedwell acceptait ses conseils, chose dont Saevus doutait. Le lieutenant n'avait aucune raisons de suivre les conseils d'un parfait inconnu. Cela serait bien entendu une erreur, mais une erreur que beaucoup de gens commettrait. Les choses restaient à voir.

 « Et vous me dites ça alors que vous saignez à l’épaule.   Personne n’est parfait, je suppose. Mais de toute manière, ils ne méritaient pas plus. Ça aurait été trop facile sinon. »  

Saigner était un bien grand mot. Juste une égratignure, c'était à peine si la lame de son adversaire avait tranchée la chair du sith. Et quand bien même c'était le cas, une blessure n'est pas toujours synonyme d'une erreur. Elle peut être due à un bon geste de la part de son adversaire. Peut-être aussi que Saevus avait commis une erreur, mais ce n'était pas à lui d'en juger. « Peut-être ai-je commis une erreur lors de ce combat. Ou peut-être pas. Peut-être que l'adversaire à tout simplement été plus malin pour arriver à me toucher. Vous, en l'occurrence, c'est autre chose. Je vous ai vu combattre, et oui, vous êtes un bon combattant. Mais certains points dans votre technique reste à revoir. L'équilibre et la fluidité des mouvements pas exemple. Rien d'impossible à faire disparaître, mais pas seul. » Cela sonnait presque comme une invitation. Saevus proposait presque de lui montrer, un jour.

« Cela dit, je ne sais toujours pas qui vous êtes.  

Evidemment qu'il voulait connaitre son nom. Cependant, son nom, c'était Darth Saevus. Pas Raedan, du moins pas pour un étranger. Une seule personne avait le droit de l'appeler ainsi. Alors pas question que ça change. Il inventerait un nom, comme il l'avait toujours fait lorsqu'il rencontrait un inconnu. "Je ne vois pas en quoi mon nom vous sera utile, mais si vous voulez tout savoir, je m'appelle Keydan." Saevus ne savait pas réellement pourquoi il refusait de dire son nom, mais il le refusait. D'autant plus que la seule personne pouvant l'appeler Raedan était morte il y a bien quinze ans de cela.

« Je n’ai plus rien à faire ici et j’ignore si vos propres affaires doivent vous faire rester dans le quartier plus longtemps. Mais dans le cas contraire, si vous le souhaitez, je vous propose de discuter de cette liste de progrès autour d’un verre, à New Vertica. Mon frère y tient un établissement très apprécié. « Je vous promets qu’il n’y a aucune racaille là-bas. Pas de gangs, de disputes entre membres du Cartel, de voleurs à la tire ou d’arrogantes canailles. Nar Shaddaa y est bien différente. »

Le sith haussa un sourcil. Kaewell était-il réellement en train de l'inviter à boire un verre ? Probable, Saevus imaginait mal l'albinos lui tendre un piège. Après tout, pourquoi voudrait-il en finir avec Saevus, il n'avait aucune raisons de vouloir sa mort. Le sith jeta un coup d’œil à son poignet, ou l'heure était affichée. Il réfléchit un court instant. « Très bien. Je vous suit, Kaedwell. » Après tout, boire un verre ne ferait pas de mal. Alors, il emboîta le pas, suivant le lieutenant vers New Vertica.
avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Lun 27 Nov - 20:10

    Message n°2185 (11)

Tournant les talons avec Keydan à sa suite, c’est sans un mot que le Nagai traverse le quartier jusqu’à la navette qui l’avait amené jusqu’ici. Apparemment le colosse veut s’improviser conseiller en matière de combat au corps-à-corps, alors qu’ils ne se connaissent même pas et qu’ils n’ont pas gardé les banthas ensemble. « Je ne suis pas seul. », rétorque-t-il au bout d’un moment, alors qu’il a invité son hôte à l’accompagner dans la navette qui survole à présent les avenues verticales de Nar Shaddaa. Oh non, loin de là, contrairement aux apparences et aux divergences de caractère, son frère et lui partageaient beaucoup de choses. Son seul regret étant que Byrhon refusait, depuis des années, à utiliser la Force pour être summum de ses capacités avec son sabre-laser. Qu’à cela ne tienne, il restait un excellent bretteur malgré tout. Et Kaedwell aussi.

Plus tard, à leur arrivée à New Vertica, surplombé par la Tour Vago dont l’entrée était marqué par sa célèbre statue en or massif, d’une taille qui fait le double du Hutt, l’ancien Jensaarai guide son hôte jusqu’à l’entrée de l’établissement de Byrhon : L’écrin d’ivoire. Une devanture très élégante sans porter sur le tape à l’œil vulgaire d’autres concurrents de ce genre, où les entrées sont strictement surveillées par le service de sécurité. Une fois celle-ci passée, un employé leur ouvre poliment la porte, révélant alors un intérieur agréable à l’œil, intimiste sans être écrasant, feutré sans être trop sombre. Dans la salle principale où ils arrivent, se dresse face aux deux hommes une vaste scène occupée à cet instant par une des employées, réalisant une prestation discrète pour créer une ambiance sonore qui ne dérange pas les quelques clients attablés là. Les grands spectacles n’ont lieu que les soirs et ce que recherchent souvent les visiteurs en dehors des horaires de grand show, c’est avant tout une certaine discrétion et une présence agréable. A l’opposé de la scène, c’est un large bar qui surveille les tables et accueille les clients passés pour les consommations les plus prisées de l’endroit. La carte des boissons faisait la fierté des deux Gill’losa qui, grâce au réseau de Kaedwell, pouvait se procurer des alcools très rares voire interdits dans la majorité des secteurs de la galaxie.

Dans la salle, ils sont accostés par une hôtesse vêtue élégamment, qui ne laisserait en rien présager de sa véritable fonction, si tant est qu’ici, cette fonction de « perle », comme on appelle les escorts, puisse être dévalorisante. Elle leur sourit chaleureusement, reconnaît immédiatement Kaedwell et les installe à une table à la banquette semi-circulaire donnant sur la scène, avant de leur servir deux verres de vin effervescent de Corellia, offerts par la maison. Le Nagai s’adosse confortablement, une main posée sur le pied de son verre, observant Keydan du coin de l’œil. « A propos de vos remarques, si je puis me permettre. Un mouvement fluide devient prévisible et calculable, alors qu’une saccade semble désordonnée et chaotique, qui empêche de déterminer où se situe l’équilibre du geste et de la lame. L’imprévisibilité surprend et déstabilise, c’était je crois, l’un des mots de mon maitre. Votre technique, quant à elle… si elle est certes très efficace et expéditive, je trouve qu’elle manque singulièrement de style. »

L’albinos porte son verre à ses lèvres, avale une gorgée du breuvage pétillant et subtil qui fait éclater ses arômes uns à uns à qui sait les attendre. « Ce n’est pas un reproche… mais on m’a simplement appris à tenir un certain standing. Et la mise en scène peut avoir toute son importance dans des situations aussi publiques. La décapitation n’apporte que la mort. Vider quelqu’un de son sang, en revanche… le faire souffrir lentement… a une approche plus punitive. C’est une contrainte qui demande une certaine précision et qui a le désavantage de vous exposer plus dangereusement. » Pendant plusieurs secondes de silence, Kaedwell observe tranquillement le colosse, le regard dénué de la moindre émotion. La franchise fait partie de lui de la même manière que son égo, mais s’il peut assurément passer pour quelqu’un d’hautain ou de méprisant, en réalité ce n’est pas le cas. Il constate et analyse, voilà tout. « L’endroit vous plait-il ? », demande-t-il finalement comme pour faire passer le sujet comme futile.


avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/10/2017

    Messages : 311

    Crédits galactiques : 439

    Cristaux Kyber : 37

    Avatar : Julian Checkley

    Crédits : Sophia pour l'avatar

    Disponibilité rp : Libre comme l'air

    Inventaire : -1 sabre laser (lame cramoisie), confisqué
    -1 armure de combat
    -1 Chasseur biplace équipé de technologie furtive sith
    -Son Malraas de compagnie
    -1 lance-fléchettes (oui)
    -1 papillon messager
    -1 Motojet

  • Posté le Jeu 30 Nov - 20:41

    Message n°2225 (12)

Saevus haussa un sourcil lors de son arrivée à New Vertica. Le contraste entre ici et le quartier Duros était presque dérangeant, il passait d'un ambiance lourde, ou la misère et les gangs règnent, à un endroit riche, ou de la musique s'élevait d'un peu partout, ou une immense statue de hutt en or massif, et ou tout le monde semblait soit faire la fête, soit passer du bon temps dans les nombreuses cantinas qui parcouraient New Vertica. Sans un mot, Saevus suivait son comparse albinos, il lançait de temps en temps un regard neutre, bien que marqué par une pointe de dégoût vers l'extrême richesse du quartier. C'en était presque gênant, toute cette lumière, ces arbres holographiques un peu partout, et cette statue géante. Finalement, Saevus et Kaedwell arrivèrent devant un établissement dont la devanture, comme tous les autres bâtiments alentours était élégante. Le sith ne dit pas un mot, il rentra silencieusement, en compagnie de Kaedwell. Ils furent tout deux accueilli par une hôtesse qui les installa à une table, deux verres de vin arrivèrent peu après. L'ambiance était calme, ni trop, ni trop peu. Le sith décalra légèrement son respirateur, et bue une gorgée de vin dans son verre. Sa capuche recouvrait toujours la majeure partie de son visage. Finalement, le sith s'appuya confortablement contre le dossier de la chaise sur laquelle il était assis.

« A propos de vos remarques, si je puis me permettre. Un mouvement fluide devient prévisible et calculable, alors qu’une saccade semble désordonnée et chaotique, qui empêche de déterminer où se situe l’équilibre du geste et de la lame. L’imprévisibilité surprend et déstabilise, c’était je crois, l’un des mots de mon maitre. Votre technique, quant à elle… si elle est certes très efficace et expéditive, je trouve qu’elle manque singulièrement de style. »   

Saevus écoutait les paroles de l'albinos, silencieusement. Certes, un mouvement saccadé pouvait être un avantage en combat réel, mais aussi un grand défaut face à un adversaire expérimenté. Face, à un sith, ou un Jedi, des attaques non fluides, ne pouvaient pas espérer transpercer la défense d'un véritable combattant. Bien sur, face à de la racaille, ou de piètres combattants, des attaques saccadées pouvaient être efficaces, mais cela s’arrêtait là. Saevus ne connaissait pas les faits d'arme de Kaedwell, il ne savait pas si il avait déjà combattu autre chose que de la racaille. Si c'était le cas, alors c'était impressionnant, sinon, il ne donnait pas cher de sa peau face à un véritable adversaire. « Face à de la racaille, peut-être. Avez vous déjà combattu de véritables guerrier ? Avez vous déjà expérimenté les attaques saccadées face à un combattant aguerri ? » Il marqua une pause, émit un léger son qui ressemblait vaguement à un rire, et prit la parole à nouveau. « Manque de style ? Peut-être, mais c'est un détail. Et quand bien même mon véritable style de combat était plus élégant, ces racailles ne méritaient même pas de mourir face à un danseur. ». Saevus prit à nouveau une gorgée dans son verre.

 « Ce n’est pas un reproche… mais on m’a simplement appris à tenir un certain standing. Et la mise en scène peut avoir toute son importance dans des situations aussi publiques. La décapitation n’apporte que la mort. Vider quelqu’un de son sang, en revanche… le faire souffrir lentement… a une approche plus punitive. C’est une contrainte qui demande une certaine précision et qui a le désavantage de vous exposer plus dangereusement. »

Évidemment que c'était un désavantage. Saevus maîtrisait les formes V et VII, en aucun cas il ne maîtrisait le makashi. Il connaissait des siths usant de cette forme de combat, ils étaient effectivement élégant, mais aussi mortellement efficaces. Mais tous le monde ne pouvait pas prétendre à la maîtrise du makashi. Saevus n'avait pas vu assez de Kaedwell combattre pour pouvoir déterminer son style de combat, si il en avait un. « Alors pourquoi s’entêter à vouloir absolument être élégant ? Si c'est un désavantage. » Une pause. « Et je suis persuadé qu'une mise à mort rapide mais brutale peut donner le bon exemple. Et sachez, que je suis aussi capable de mise à mort lente, et douloureuse. » Oh que oui, Saevus avait déjà mis à mort des gens de cette manière. Il se rappelait encore de leurs hurlements, et du sang qui recouvrait les mains du darth.

 « L’endroit vous plait-il ? »

LE sith appréciait bien cet endroit, oui, plus que l’extérieur du moins. L'ambiance y était agréable, élégante sans faire trop tape à l’œil.  « Si pas endroit vous voulez dire, l'établissement dans lequel nous nous trouvons, alors oui. Quant à l’extérieur, je n'irais peut-être pas jusqu'à dire que ça ma plaît. Je préfère la verdure, voyez vous. » Ironique pour quelqu'un qui vivait dans les sous terrains de Malachor. Mais Maloran était l'une des rares exceptions aux endroit dans lesquelles il se sentait bien. Mais, il préférait la nature, Naboo, Dantooine, c'était le genre de planètes qui lui plaisaient.
avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Ven 1 Déc - 18:31

    Message n°2279 (13)

Observant distraitement la prestation de danse sur la scène, Kaedwell n’en écoute pas moins les remarques de son hôte, relevant alors un sourcil immaculé avant de reposer son œil bleu sur le colosse. D’un geste lent, il détache son sabre-laser et le dépose sur la table, juste à côté de son verre. « Je n’ai pas obtenu ceci en jouant des castagnettes, si c’est ce que vous sous-entendez. Tout comme je n’ai pas accédé à la tête du réseau de trafic le plus vaste de la galaxie en me tournant les pouces à prendre le thé avec Vago le Hutt. Ce travail est plutôt prenant, surtout quand des Jedi viennent y fourrer leur nez. C’est leur spécialité, mettre leur nez dans les affaires des autres. » Mais ça l’est beaucoup moins de parvenir à couper les fils de l’immense toile tissée par le Cartel depuis des siècles et par chance, il est assez rare que l’un d’entre eux soit suffisamment finaud pour mettre en péril cette institution millénaire. Tout comme il était rare que Kaedwell ait eu à intervenir directement, bien que la chose soit déjà arrivée.

Se calant un peu plus contre le dossier de la banquette, le Nagai porte le verre à ses lèvres pour avaler une nouvelle gorgée du breuvage luxueux. « Parce qu’il y a des avantages, bien entendu. », réplique-t-il comme si cela coule de source. « Mais il n’y aurait aucun intérêt tactique à vous les révéler. » Le premier étant que cela tend à déstabiliser les adversaires, incontestablement. Le sens d’une mise en scène est, dans la nature même, fait pour impressionner. Il n’y a qu’à observer les paons qui font la roue. Ou Byrhon quand il fait le beau avec ses deux sabres. « Ce qu’ils méritaient ou pas, au final, n’a pas d’importance, puisqu’ils sont morts. Ce qui importe, c’est la manière dont on vous perçoit. Nar Shaddaa est pleine de fieffés bourrins qui usent et abusent de leur cruauté pour faire régner leur petite loi dans leur petit quartier de pacotille, c’est si fréquent que c’en devient habituel et donc leurs comportements sont certes craints mais prévisibles. Il devient donc simple de soit les éviter, soit les éliminer. »

Ce qui est valable pour les ours ne l’est pas pour le serpent. Et indéniablement, pour se faufiler dans la pègre du Cartel, s’y élever et rester au sommet, il faut agir en tacticien, avec ruse, et sans scrupules à devoir écraser vicieusement ceux qui se dressent sur son chemin. Si le cadet a préféré le coup d’éclat pour se propulser, Kaedwell, lui, s’est glissé sous le sable pour rejaillir autour des chevilles des bonnes proies et les étouffer. Une manière probablement très Hutt de voir les choses… Mais qui a le mérite de payer sur le long terme. Assurément, ce Keydan doit provenir d’un monde bien différent pour être convaincu de ce qu’il prononce. « Chez vous, peut-être. », concède le Nagai d’un haussement d’épaules. Dans ce repère d’escrocs et de criminels habitués à la violence et à risquer leur peau pour gagner gros… ça n’impressionne pas longtemps, ça ne marque pas assez les esprits et à peine en avez-vous éliminé un que deux autres ont déjà pris sa place. « C’est certain que ce n’est pas ici que vous trouverez de luxuriants jardins. On ne peut pas tout avoir, malheureusement. » La vie urbaine était devenue une habitude, l’absence de vie végétale n’avait plus grand chose de choquant à force. Les hologrammes, les fontaines, les marbres remplaçaient la terre et les feuilles, et seuls les quartiers les plus riches voyaient fleurir leurs intérieurs verdoyants. « Je n’ai pas encore eu l’occasion de poser le pied sur de tels paradis. » Les mieux préservés se voyaient sous l’hégémonie républicaine, pas le meilleur lieu de villégiature pour un Lieutenant du Cartel.


avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/10/2017

    Messages : 311

    Crédits galactiques : 439

    Cristaux Kyber : 37

    Avatar : Julian Checkley

    Crédits : Sophia pour l'avatar

    Disponibilité rp : Libre comme l'air

    Inventaire : -1 sabre laser (lame cramoisie), confisqué
    -1 armure de combat
    -1 Chasseur biplace équipé de technologie furtive sith
    -Son Malraas de compagnie
    -1 lance-fléchettes (oui)
    -1 papillon messager
    -1 Motojet

  • Posté le Dim 3 Déc - 21:04

    Message n°2420 (14)

Saevus ne lançait même pas un regard vers le spectacle de danse qui se déroulait à quelque mètres. Il n'y prêtait que peu d'attentions. Son regard restait impassible, dénué d'émotions. Pourtant, des émotions il en avait, il était submergé pas elles, constamment. Il avait juste appris à ne pas le montrer, et à tout faire exploser quand la situation l’exigeait. Si des machines étaient capables de sonder le cœur d'une personne, et d'y analyser les sentiments, elle découvrirait une grande noirceur, de la colère, contre lui même essentiellement, ainsi qu'une profonde tristesse. Mais au fond, enfoui sous tous ces sentiments négatifs, il y avait une petite lumière, de la joie, couplé à de l'amour. De l'amour pour les siths, tous autant qu'ils sont, à quelque exceptions près.  

« Je n’ai pas obtenu ceci en jouant des castagnettes, si c’est ce que vous sous-entendez. Tout comme je n’ai pas accédé à la tête du réseau de trafic le plus vaste de la galaxie en me tournant les pouces à prendre le thé avec Vago le Hutt. Ce travail est plutôt prenant, surtout quand des Jedi viennent y fourrer leur nez. C’est leur spécialité, mettre leur nez dans les affaires des autres. »

Le regard du géant ne changea pas lorsque Kaedwell déposa son sabre laser sur la table, il ne s'y intéressait pas moins pour autant. Silencieusement, il analysait tous les détails sur la poignée de l'arme. Dans certains points, cette arme lui faisait penser à son propre sabre laser. A la différence que de ce qu'il avait pu comprendre, l'utilisation qu'ils avaient de leurs armes était bien différente. Là ou Kaedwell, misait sur de l’élégance, Saevus, lui jouait sur de la Force brute, il jouait sur de puissantes attaques, rapides et précises pour que le combat se termine le plus rapidement possible. Il leva ses yeux jaunes vers l'albinos lorsque celui-ci prit la parole. « Alors ça nous fait un point commun, nous détestons les Jedi tous les deux. » Une pause. « Alors, si vous avez déjà vaincu des Jedi, vous avez gagné mon respect. Cependant, je reste curieux de voir vos véritables talents. Que diriez vous de nous rencontrer, et de croiser le fer. Je suis persuadé que vous arriveriez à me mettre en difficultés. »

« Parce qu’il y a des avantages, bien entendu.  Mais il n’y aurait aucun intérêt tactique à vous les révéler.   Ce qu’ils méritaient ou pas, au final, n’a pas d’importance, puisque ils sont morts. Ce qui importe, c’est la manière dont on vous perçoit. Nar Shaddaa est pleine de fieffés bourrins qui usent et abusent de leur cruauté pour faire régner leur petite loi dans leur petit quartier de pacotille, c’est si fréquent que c’en devient habituel et donc leurs comportements sont certes craints mais prévisibles. Il devient donc simple de soit les éviter, soit les éliminer. » 

Le sith haussa un sourcil. Très bien, si il voulait garder tout cela pour lui, il était libre. « Et si un des bourrins, comme vous dites, tue tous les autres, alors ce sera incontestablement lui le plus fort. » Une pause. « Jusqu'à ce que personne ne puisse l'éliminer. » Termina-t-il.
avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Lun 11 Déc - 9:00

    Message n°2779 (15)

Kaedwell relève lentement les yeux vers son interlocuteur, son regard de glace pétillant d’une légère pointe d’amusement. « Oh, ai-je dit que je les détestais ? Non, pas vraiment. Je les trouve agaçants, arrogants et enfermés dans des carcans âgés de 20 000 ans qui devraient évoluer au lieu de perdurer. Mais je ne les haïs pas. Ce serait leur donner une trop grande considération dans ma vie. En avez-vous des raisons, vous ? » Bien qu’il soit de notoriété publique que le Cartel des Hutts n’a jamais apprécié l’Ordre Jedi et encore moins de frayer avec ce qui fut les protecteurs de la galaxie, le Nagai, lui, n’a aucune véritable raison d’éprouver la moindre haine à leur encontre. Après tout, les traditions, les enseignements et les arts Jensaarai ont pour base ceux des Jedi. A ceci près qu’ils acceptent bien mieux leurs émotions, ce qui les ouvre à plus de possibilités dans la Force, à une compréhension plus globale de l’existence.

Pendant un instant, l’albinos garde le silence, comme s’il évaluait son comparse. Accepter un combat amical ? « Ma foi, pourquoi pas. » Cela lui changerait les idées, lui permettra peut-être d’en apprendre plus sur Keydan… De la même manière qu’un regard non maitrisé, sa façon de combattre est un reflet de l’âme. Reprenant la poignée de son sabre-laser pour la raccrocher à sa ceinture, le Lieutenant termine également le fond de son verre d’une traite, songeur quant à leur prochaine rencontre, s’il y en avait une. Cela serait probablement amusant. Un défi, certes, puisqu’après tout, il l’a vu à l’œuvre et ce monsieur a bien l’air sûr de ses capacités. Mais amusant tout de même, puisque nouveau et inattendu.

D’un signe de la main, il attire la venue de l’hôtesse pour demander un autre verre, qui ne tarde pas à arriver, le temps que Kaedwell considère la remarque de son interlocuteur. Explorant ses souvenirs, ce qu’il avait appris de l’histoire galactique, sa propre expérience, il se contente d’abord de hausser un sourcil peu convaincu. « Chez les animaux sans intelligence, je vous le concède assurément, c’est la loi de la nature. », articule-t-il d’une voix éloignée, absorbée par ses propres réflexions qui l’amène à des conclusions un poil différentes. Une loi de la nature qui a évolué dans leurs sociétés complexes. Non, vraiment, ni dans ses souvenirs, ni dans les livres d’histoire, il n’a pu constater une conclusion aussi absolue. Les flux d’influence toujours en mouvement sont toujours trop complexes pour qu’un être pareil reste au pouvoir indéfiniment.

« Cependant, dans nos civilisations modernes, évoluées… Je ne connais pas un seul exemple où une brute ou une personne qui se base uniquement sur la force brute, ne soit au final la marionette d’un être bien plus subtil et habile, qui préfère l’ombre et place ses pions avec intelligence. Ce sont véritablement ces êtres qui se placent au sommet de la pyramide pendant des temps immémoriaux, finissant souvent par sombrer à cause de l’incompétence de leurs sbires aux poings d’acier, à moins de les remplacer par d’autres, astucieusement sélectionnés pour des talents divers. » Et Kaedwell n’imagine pas un seul instant que cela est on ne peut plus vrai là d’où vient Keydan.  


avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/10/2017

    Messages : 311

    Crédits galactiques : 439

    Cristaux Kyber : 37

    Avatar : Julian Checkley

    Crédits : Sophia pour l'avatar

    Disponibilité rp : Libre comme l'air

    Inventaire : -1 sabre laser (lame cramoisie), confisqué
    -1 armure de combat
    -1 Chasseur biplace équipé de technologie furtive sith
    -Son Malraas de compagnie
    -1 lance-fléchettes (oui)
    -1 papillon messager
    -1 Motojet

  • Posté le Sam 16 Déc - 14:16

    Message n°3014 (16)

Oh que oui, Saevus détestait les Jedi. Mais étai-ce par pure haine, ou par conviction. Ou même par une simple différence de camp. Probablement un peu des trois. Saevus avait beau les détester, mais il éprouvait aussi un grand respect pour eux. Leurs visions de la Force était certes limitée et n’exploite pas le plein potentiel de ce pouvoir, mais ils se battent pour une cause qui leurs paraît juste. Après tout, sith et jedi ne sont pas si différents que ça. Mais c'est à cause des Jedi et de leurs étroitesse d'esprit que les sith existent, et haïssent les jedi. Saevus connaissait l'histoire de l'ordre. Les jedi étaient trop effrayés par le pouvoir qu'offrait le coté obscur, alors ils ont tenté de réduire aux silence leurs propres frères, trop proches de ce pouvoir. Alors, ils les ont massacrés, puis, exilés.

« Oh, ai-je dit que je les détestais ? Non, pas vraiment. Je les trouve agaçants, arrogants et enfermés dans des carcans âgés de 20 000 ans qui devraient évoluer au lieu de perdurer. Mais je ne les haïs pas. Ce serait leur donner une trop grande considération dans ma vie. En avez-vous des raisons, vous ? »

A dire vrai, Saevus n'avait pas de véritables raisons personnelles de détester les Jedi. Il était un sith, et les sith détestent les jedi un point c'est tout. La guerre entre Jedi et Sith dure depuis si longtemps que les deux camps en ont oubliés la véritable raison. C'était juste... Une tradition guerrière. « Oui. J'ai des raisons de détester les Jedi. » C'était plus ou moins vrai, tous les sith ont la même raison de se poser en ennemi des Jedi. Il n'en rajouta pas plus. Il ne pouvait pas, tout simplement.

« Chez les animaux sans intelligence, je vous le concède assurément, c’est la loi de la nature.  Cependant, dans nos civilisations modernes, évoluées… Je ne connais pas un seul exemple où une brute ou une personne qui se base uniquement sur la force brute, ne soit au final la marionette d’un être bien plus subtil et habile, qui préfère l’ombre et place ses pions avec intelligence. Ce sont véritablement ces êtres qui se placent au sommet de la pyramide pendant des temps immémoriaux, finissant souvent par sombrer à cause de l’incompétence de leurs sbires aux poings d’acier, à moins de les remplacer par d’autres, astucieusement sélectionnés pour des talents divers. »


Saevus laissa échapper un rire sarcastique. « Parce-que vous croyez que nous somme différents des animaux ? Non, je ne pense pas. Nous faisons semblant de paraître évolués, différents des espèces primitives de la galaxie. Nous ne nous cachons que derrière d'imposantes structures et notre semblant d'évolution, mais regardez autour de vous, ici aussi, c'est la loi du plus fort qui règne. Sur Nar-Shadda particulièrement. Croyez vous sincèrement que Vago accepterait la concurrence d'autres groupes ? Non. Le cartel est le plus fort, c'est pour cela qu'il règne en maître ici. ». Il prit une gorgée dans son verre. « Je suis sur Nar-Shaddaa pour encore quelque heures, et je serais ravi de voir vos compétences en combat, face à moi. »
avatar
Lieutenant du Cartel des Hutts
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 22/11/2017

    Messages : 162

    Crédits galactiques : 570

    Cristaux Kyber : 21

    Avatar : Christopher Eccleston

    Crédits : sophia (avatar)

    Disponibilité rp : libre

    DC : Eryndal, Echoy, Jake

    Inventaire : sabre laser (violet), dague, armure intermédiaire des Jensaarai (cortosis), corvette.

  • Posté le Mar 19 Déc - 16:16

    Message n°3194 (17)

Kaedwell finit par hausser doucement les épaules, face à l’absence de réel argument expliquant cette antipathie des Jedi qu’il peut ressentir chez son interlocuteur. Qu’importe, il n’est pas là pour lui tirer les vers du nez, et dans ce coin de la galaxie, il n’y a pas besoin d’aller très loin pour trouver quelqu’un ayant une dent contre les protecteurs de la paix. Une brève seconde, il sent une petite vibration dans sa poche, en extraie son comlink et aperçoit rapidement un message important. Comme si de rien n’était, il range son appareil sans même sourciller. Le Nagai remercie la jeune femme qui dépose sa nouvelle commande sur la table, avant de pivoter son regard de glace vers Keydan, qui décidément, a un mode de pensée d’un autre âge… un âge qui date bien d’avant les premiers voyages hyperspatiaux, en fait. Rejetant la tête en arrière avec un certain dédain alors que ses doigts s’enroulent autour de son verre, c’est une pointe d’agacement que Kaedwell sent poindre dans son sang.

« Vous n’avez pas d’enfant. », laisse-t-il tomber froidement avant de siroter une gorgée du cocktail. Une observation de tout ce qu’il y a de plus élémentaire en écoutant ces discours. « Il y a une chose qui nous distingue plus que tout du statut de bête. L’éducation. » Et il est de toute façon absolument impensable de pouvoir se comparer à un bantha, quand on est capable de voyager plus vite que la lumière. « Nous sommes évolués parce que contrairement aux animaux qui ne répondent qu’à leurs pulsions les plus primitives, comme se nourrir, dormir ou se reproduire, nous voyons plus loin que ces sensations ancrées dans l’instant. Nous sommes capables de nous projeter dans l’avenir, d’élaborer des projets et surtout nous sommes conscients de notre propre fin. Alors oui, chez certains, cela se traduit par la cruauté… mais justement, pour votre gouverne, les animaux ne sont pas cruels, eux. »

Le regard plus glacial que jamais, le Nagai prend une autre gorgée de son breuvage avant de reposer son verre. Il secoue ses épaules, tandis que soudainement un rire mauvais et rauque s’échappe de sa gorge, alors même qu’aucun sourire n’étire ses lèvres. « Alors maintenant, ouvrez les yeux et cessez de dire des âneries monumentales en vous posant en un insupportable petit donneur de leçons. La seule chose qui règne ici et dans la majorité de la galaxie, c’est l’argent. Et celui qui a la capacité de payer, peut à loisir se faire encore plus d’argent, et tuer, et se créer son empire. Le Cartel des Hutts a plus de 15 000 ans d’expérience en la matière, sans compter ce que fut autrefois l’empire Hutt. Je doute que la République puisse en dire autant de la solidité de ses fondations, ni même les Jedi, encore moins les Sith, aussi forts pensaient-ils l’être. Vous ne savez rien de Vago. Cette évidence saute aux yeux. Il se fiche bien de ses concurrents, parce qu’au final, il sait faire en sorte que leurs profits lui reviennent droit dans la poche. Et il est bien trop malin pour avoir besoin d’écraser tout le monde pour asseoir son pouvoir. » Un nouveau ricanement siffle de ses lèvres alors que l’albinos se lève, pose négligemment quelques billets sur la table, comme s’il s’agissait de chiffons.

« Profitez plutôt de votre temps pour vous rincer un peu les paupières de toute la poussière qui s’y est accumulée. Ça vous permettra peut-être de constater comment le monde fonctionne et de ne pas vous frotter aux mauvaises personnes la prochaine fois. Vous avez eu de la chance tout à l’heure, mais si vous persistez ainsi… J’espère en tout cas que vous ne causerez la honte de personne. », articule Kaedwell avec dureté, sans même un dernier regard à son interlocuteur alors qu’il tourne les talons et se dirige vers la sortie. Une furieuse envie de rire lui chatouille la gorge, une sensation qu’il n’avait ressentie depuis bien longtemps, même si là, il s’agit plus d’un rire bien noir plutôt que sincère. Allons bon, certains avaient des affaires à faire tourner, des affaires à l’échelle d’une galaxie. Et plus important encore, il était l’heure d’aller chercher son fils à l’école.


SUJET TERMINÉ


Contenu sponsorisé
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté

    Message n°0 (18)