Star Wars Ascension


avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1253

    Crédits galactiques : 579

    Cristaux Kyber : 63

    Avatar : Sofia Boutella

    Crédits : MedusaNexus

    Disponibilité rp : Non

    DC : Byrhon Gill'losa, Evolet Moo

    Inventaire : - Sabre Laser
    - Couteau
    - Deux Tuk'atas mâles
    - Tenue d'officine du Triumvirat

  • Posté le Jeu 9 Nov - 16:57

    Message n°1494 (1)

Pas un mot n'avait été échangé depuis le début du repas, pas même un regard. C'est à peine si le couple avait échangé quoi que ce soit depuis cette maudite réunion qui avait forcé le conseil à prendre une décision qui aurait sans doute des conséquences graves. Mais qui, durant cette fameuse réunion, pouvait se targuer d'avoir apprécié ce plan à défaut de l'avoir approuvé ? Pire pour Anhesis dont le volontariat n'avait étonné personne mais en avait perturbé plus d'un. Et ce, à juste titre. Que dire du Zabrak qui lui, se refusait à prendre du recule vis-à-vis de la situation ? Sans doute niait-il son offuscation mais sa compagne pouvait le sentir jusqu'ici alors que plusieurs mètres de table en métal les séparaient. Dans son assiette, les doigts de la créature dépiautent timidement la volaille qui lui fait office de repas alors que le silence règne encore et toujours en maître, imposant une tension toujours plus difficile à vivre au fil des minutes. Même les deux Tuk'atas se montrent excessivement calmes, sagement endormi près du canapé du salon, préférant ignorer l'aura menaçante de la main noire alors que leur maîtresse cherche quant à elle, un moyen habile d'aborder le sujet.

« Eryn... ? Tu m'en veux... ? »

La mission aurait pu être confiée à n'importe qui d'autre, surtout au sein du triumvirat mais sans vraiment réfléchir, Anhesis avait imposé sa présence et sa volonté, sans doute mué par un désir de bien faire. En dehors de lui, Eryndal, son devoir était une des choses qui lui tenaient le plus à cœur. Son acte de volontariat était-il donc si surprenant, au final ? La jeune femme en a perdu son appétit alors qu'elle lâche doucement la viande dans son assiette et que l'os tinte discrètement contre la faïence. Dans un soupir, la sith pose sa main sur sa serviette avant de la serrer dans son poing, sa voix ne tarde pas à s'élever et avec un calme olympien bien que dénué d'enjouement, elle explique.

« Demain matin à la première heure, le triumvirat va entrer ici. » Ses prunelles sombres se posent sur la silhouette d'Eryndal alors qu'elle expose le plan de son ordre. « Ils vont procéder à mon arrestation officiellement... Je vais me débattre et ils vont contre-attaquer pour me calmer. Par souci de crédibilité, évidemment... Tu ne devras pas bouger, peux importe ce que tu vois et entends. » Elle s'empare de son verre et en boit une gorgée avant de le reposer. « Ils me feront mal Eryn, sans doute plus que tu ne me l'as jamais fait toi-même... Mais tu ne devras pas t'interposer, tu devras garder tes distances et observer. Tu as cependant le droit de simuler le plaisir, si tu y parviens... »

Simuler le plaisir à regarder sa compagne se faire passer à tabac, ici même dans leur logis. Tout ça pour préserver une image, une couverture. Les faux-semblants seraient ce qui sera le plus difficile à vivre, en plus de la séparation. Anhesis tapote doucement la table du bout dès ses ongles noircit avant de murmurer.

« N'oublies pas... je t'ai manipulé et trompé... Je suis incapable de discerner le vrai du faux et ma déficience psychologique, mon instabilité, est ce qui m'a poussé à me retourner contre toi. J'ai profité de ton inattention dans les égouts pour te poignarder. Je t'ai presque tué mais tu n'as pas eu le temps de voir d'où venait le coup. »

La jeune femme déglutit, son regard restant ostensiblement dardé sur son aimé. Pour elle aussi c'était dur, atrocement dur. Alors que son faciès se fige dans une moue triste, presque à deux doigts du sanglot, Anhesis murmure.

« Tout doit être crédible, jusque dans les moindres détails Eryn. Tu entends ? Tu diras à tous que je suis un monstre, une chienne sans âme, sans amour-propre et qui a trahi son maître. Je n'aime rien ni personne, si ce n'est la violence. Je suis bête incapable de la moindre forme de jugement... Tu pourras le faire ? Tu le diras ? »

Ce contre quoi ils avaient toujours lutté, ce qu'ils avaient toujours voulu démontrer. Et là, le Zabrak devra briser des années à batailler pour montrer que sa comparse n'est pas un animal. Anhesis soupir longuement, baissant les yeux vers son assiette et murmure à nouveau.

« J'ai été dire au revoir à papa cet après-midi, un peu avant que tu ne rentres du travail... Je... Peut-être qu'on devrait... je ne sais pas... » Elle lève à nouveau les yeux. « Comment est-ce qu'on doit se dire au revoir, toi et moi ? »




avatar
La Main Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1603

    Crédits galactiques : 472

    Cristaux Kyber : 12

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia (avatar & gifs)

    Disponibilité rp : demandez toujours !

    DC : Kaedwell, Echoy, Jake

    Inventaire : double sabre-laser, lance-fléchettes, droïde de reconnaissance, droïde médical, porg, grumpy cat, motojet, chasseur biplace.

  • Posté le Dim 12 Nov - 1:03

    Message n°1601 (2)

A peine deux jours ont passé depuis l’assemblée tenue par le Conseil noir et, à mesure que les heures se sont écoulées, l’humeur de la Main noire n’a fait que le murer dans un silence plus pesant et plus menaçant qu’il n’est possible de supporter. Le regard braqué sur son repas comme s’il allait tuer sa viande pour la deuxième fois, le zabrak a cette tête des mauvais jours qui inspire simplement l’envie de se trouver le plus loin possible de lui. Car plus le temps passe, plus les minutes s’échappent, et plus la maudite échéance approche, sans que personne dans cette fichue pyramide n’ait eu l’idée intelligente d’annuler cette foutue mission foireuse. Les muscles de sa mâchoire se contractent, se figent en pleine mastication alors qu’Anhesis brise le silence qui les entoure. Lentement, il lève son regard de braise vers la jeune femme à l’autre bout de la table, l’observe pendant quelques secondes avant de lâcher d’une voix maussade : « Je souris intérieurement. » S’il lui en veut ? Mais le zabrak en veut à tout le monde, jusqu’au moindre microbe se trouvant sur Malachor ! A la rébellion pour le simple fait d’exister, aux Darth de ne pas avoir davantage désapprouvé ce plan, à Daleth de l’avoir accepté, et à Anhesis d’en avoir eu l’idée saugrenue !

Reprenant son œuvre dans un soupir teinté d’agacement, il finit par décortiquer la cuisse de sa volaille, ne relevant son nez de son assiette que parce qu’Anhesis pond son discours. Un regard noir accueille ses premiers mots, tandis que ses doigts se referment autour des extrémités de l’os. « Arrestation préparée dans le secret par le Triumvirat et la Main noire mis au courant de cette infâme trahison… », complète le zabrak en exerçant une force de cisaillement sur l’os qui se brise en deux soudainement, dans un craquement sonore. Seule explication plausible pour qu’il n’ait pas l’air surpris et ne prenne pas la défense de sa chienne qu’il croyait si fidèle. Ses lèvres se retroussent en une grimace à la seule pensée de devoir assister à la scène du lendemain, en s’obligeant à ne rien faire, et pire, à faire mine d’en prendre le moindre plaisir. Il s’en sait pourtant capable, parce que la réussite de cette mission en dépend, parce que la pérennité de l’Ordre Sith en dépend et parce qu’en aucune circonstance la Main noire ne peut afficher la moindre miette de faiblesse. Mais qu’est-ce qu’il se haïrait pour ça…

Une nouvelle fois, il brise une moitié restante de l’os en deux. Puis une autre fois. Et encore une dernière fois, jusqu’à ce qu’il n’en reste que de petits morceaux épars dans son assiette. Les traits figés en une expression amère et rongée par la colère, le zabrak renâcle en posant son regard sur Anhesis, tout en ronchonnant : « Je sais quel est mon rôle. Et de toute façon, les médias ne montent pas jusque chez nous. Les accès aux étages supérieurs leur ont toujours été interdits et ce n’est pas demain que ça va changer, ce serait on ne peut plus louche alors. » Prononcer ces mots, ça serait faire une croix sur le combat d’une vie, ce serait trahir ce contre quoi ils ont dû lutter pendant si longtemps, ce serait trahir la mémoire de sa mère et de Dolores. Ce serait le discours le plus improbable pouvant sortir de la bouche d’Eryndal et même lui n’y croirait même pas, déjà qu’il déteste s’adresser directement aux médias… ce ramassis d’hypocrites et d’ordures juste à la recherche de la dernière nouvelle faisant sensation. Et bien demain, ils en auraient, de la sensation et du scandale.

Abandonnant ses restes et repoussant légèrement son assiette, le Sith lâche un soupir plus attristé qu’agacé. Les dents serrées alors qu’il sent sa gorge se nouer, la perspective des adieux le répugne. « Est-ce que c’est vraiment obligé de se dire au-revoir ? », ronchonne-t-il encore. Essuyant ses mains sur la serviette, il déglutit avec difficulté, soupire et finit par lâcher : « Si on pouvait simplement se contenter d’oublier demain, et ces semaines à ne pas pouvoir se voir ni s’étreindre… » S’ils pouvaient juste se contenter de se prendre dans les bras l’un de l’autre, de profiter de leur chaleur, de redessiner une dernière fois les courbes de son corps sous ses lèvres brûlantes… Pas si simple… « Je veux que tu me promettes d’être prudente là-bas. Et de me revenir en vie. Avec les autres, en prison… rase les murs. Ne les regarde pas directement. Ne leur adresse la parole que si ça te semble nécessaire. Evite de les tuer parce qu’ils t’ont vexée, de toute façon, vu que tu as envoyé la plupart d’entre eux au trou, tu ne risques pas d’être accueillie de bon cœur… Ne fais confiance à personne, surtout. » Roulant des épaules, il incline la tête sur le côté en fixant l’assiette d’Anhesis. « Et vide ton assiette, t’auras pas de vrai repas pendant je sais pas combien de temps. »





Pokésith, attaquez-les tous !:

avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1253

    Crédits galactiques : 579

    Cristaux Kyber : 63

    Avatar : Sofia Boutella

    Crédits : MedusaNexus

    Disponibilité rp : Non

    DC : Byrhon Gill'losa, Evolet Moo

    Inventaire : - Sabre Laser
    - Couteau
    - Deux Tuk'atas mâles
    - Tenue d'officine du Triumvirat

  • Posté le Dim 12 Nov - 18:31

    Message n°1634 (3)

Il sourit intérieurement.
Le cynisme du Zabrak arrache une moue aussi blasée que peu convaincue à sa compagne qui lève vers lui un regard aussi vide que neutre. Elle comprenait sa réaction, elle était juste et appropriée mais se cacher derrière cet élan de cynisme ne changerait rien à ce qui allait se passer. Et cela ne le ferait pas aller mieux. Ni elle, d'ailleurs. Le craquement des os de volaille brise le silence qui s'est abattu alors que la main noire semble ne pas voir l'intérêt de toute cette mise en scène auquel il allait assister malgré lui. Dans un soupir, Anhesis se cale dans le fond de sa chaise avant de lâcher simplement.

« La crédibilité se trouve dans les détails, Eryn. Ils ont été capables de faire irruption pour voler un holocron dans un lieu où personne n'a accès, qui sait ce qu'ils peuvent faire, où et quand. » D'un geste nonchalant elle désigne la porte-fenêtre qui mène au balcon. « Adolescente j'ai pu escalader cette pyramide pour me rendre chez Daleth... Qui te dit qu'ils n'ont pas déjà usé de moyen pour t'espionner toi ? C'est presque trop facile, alors pourquoi s'en priveraient-ils ? D'ailleurs, le triumvirat compte faire une fouille complète de notre logement... Par précaution. »

Ajoute la jeune femme avant de soupirer et de se pencher au-dessus de son assiette pour en observer le contenu. Cela faisait plus de quinze ans que ces mécréants échappaient même à Daleth lui-même, alors Anhesis n'avait clairement pas envie de se justifier sur le pourquoi du comment elle craignait pour son compagnon dont la mauvaise humeur commençait à déteindre sur elle. Agacée et tout aussi peu patiente, la femme lâche un bref grognement avant que son poing ne s'abatte sur la table, la faisant trembler dangereusement, accompagné du cliquetis des couverts et des plats.

« Arrête de râler, tu m'agaces ! » Crache-t-elle avant de le toiser, soufflant longuement pour calmer ses propres nerfs. « Ce n'est pas la mort, Eryn... J'ai survécu à Tenebris, je t'ai survécu à toi et au triumvirat... Qu'est-ce qui pourrait m'arriver de pire, surtout après la formation des frères de l'obscure ? » Soupir las. « Je sais à quel point ça te déplaît mais c'est mon travail, Eryn. Je suis d'accord, l'idée n'est pas plaisante mais... J'ai besoin de le faire. » Elle secoue doucement la tête. « Tu n'as pas idée de ce que j'ai ressenti quand je t'ai vu, là écroulé à baigner dans ton sang... J'ai eu la peur de ma vie. Alors je vais aller dans cette fichue prison... » Et tape la table du bout de son doigt, le regard sévère. « Je vais trouver ce putain de fils de pisseuse et je vais le traîner jusqu'à Daleth qui va se charger de fouiller sa caboche remplie de merde. Ensuite, quand on y aura trouvé les informations qu'il nous faut, j'irais moi-même traquer et ces débusquer ces enfoirés et je prendrais un énorme plaisir à les massacrer. »

D'un geste colérique elle repousse son assiette. Non, elle n'avait clairement pas faim, malgré son appétit féroce, elle se sentait nouée, aussi bien par la situation que par cet échange avec le Zabrak qui essaye de lui faire promettre qu'elle sera prudente, qui le conseil sur l'attitude la plus sage à adopter en prison. Anhesis lève un regard froid vers son compagnon et hoche doucement la tête avant de murmurer.

« C'est plutôt eux qui devraient raser le mur... Tu l'as dit toi-même, la plupart des détenus ont été mit au trou par le triumvirat. Ils savent ce qui se passe quand on se frotte d'un peu trop près à moi... Je n'ai pas besoin de la force ou de mon sabre laser pour rappeler à tous, la bête que je suis. » Elle arque un sourcil, croisant les bras sur sa poitrine. « Après tout, c'est ce que tout le monde veux, n'est-ce pas ? Alors puisque l'on attend de moi que je sois un monstre bestial, je vais l'être. Certains risques juste de ne pas apprécier le résultat. »

Affirme-t-elle sur un ton aussi cynique que celui-ci use du Zabrak quelques minutes plus tôt. Un nouveau soupir passe les lèvres de là sith qui se lève doucement de sa chaise, jetant sa serviette sur la table et la contourne doucement, s'approchant de son compagnon vers qui elle tend une main, caressant sa mâchoire et sa joue du dos de la main, laissant ses doigts à la peau noircie, effleurer son derme.

« Je ne serais pas absente longtemps, Eryn. La prison ne sera jamais pire que la formation du Triumvirat, que ce soit par ses épreuves que par le temps que je vais y passer. Tu remarqueras à peine mon absence, mon amour. »

Mais qui essaye-t-elle de convaincre, lui ou elle ? Alors qu'elle se penche, la sinistre femme vient poser ses lèvres sur la base des cornes du Zabrak, embrassant tendrement cette zone si sensible chez lui.

« Rejoins-moi au grand bain quand tu auras fini de passer tes nerfs sur ton reste de repas. »


Une dernière caresse pleine de douceur sur son faciès tatoué et la femme prend ses distances, quittant d'un pas rapide le salon pour rejoindre ce qui faisait office de salle de bain dans le logement luxueux de la main noire. Creusé dans le marbre à même le sol, un carré large trône, rempli d'une eau fumante. Le grand bain... Dans un soupir Anhesis se dévêtit, laisser tomber au sol les quelques vêtements qu'elle porte avant de s'asseoir au bord du bain et de glisser dans l'eau chaude. Bien qu'elle se tienne debout, l'eau lui arrive un peu plus haut que le nombril alors qu'elle finit par plier les jambes, se laissant couler doucement dans l'onde chaude qui détend ses muscles. Cette chaleur n'apaise cependant pas son angoisse alors qu'elle remonte à la surface, chassant l'eau de son visage et plaquant sa chevelure trempée, sur son crâne. Elle nage jusqu'au bord, s'y cramponnant avant de venir pivoter pour y caler son dos puis se laisse bercer par le silence tout juste brisé par les clapotis de l'eau. Finalement elle ferme les yeux, s'étendant doucement, nuque pressée sur le bord du bain. Eryndal ne tardera pas, elle en est sûre. Il l'a si bien dit lui-même, il ne compte pas faire d'au revoir, juste l'étreindre et ce, probablement jusqu'à l'épuisement, jusqu'à ce qu'ils n'arrivent plus à penser à rien, l'un comme l'autre. Et déjà, malgré la chaleur de l'eau, Anhesis frissonne longuement à cette idée.




avatar
La Main Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1603

    Crédits galactiques : 472

    Cristaux Kyber : 12

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia (avatar & gifs)

    Disponibilité rp : demandez toujours !

    DC : Kaedwell, Echoy, Jake

    Inventaire : double sabre-laser, lance-fléchettes, droïde de reconnaissance, droïde médical, porg, grumpy cat, motojet, chasseur biplace.

  • Posté le Mer 15 Nov - 20:02

    Message n°1772 (4)

Les traits d’Eryndal se renforcent en cette expression ronchon qu’il arbore depuis deux jours, lâchant un soupir agacé alors qu’il apprend que le Triumvirat compte mettre son nez dans l’appartement. Une fouille… encore. « On a déjà deux alarmes qui aboient pour la moindre présence non désirée qui n’ont pas besoin de voir pour sentir la plus petite perturbation dans la Force. Sans parler des parois de la pyramide qui ont été piégées depuis ta petite balade. Les appartements des Darth et de Daleth sont des bunkers qui n’ont rien à envier aux systèmes de sécurité du clan bancaire intergalactique… C’est bourré des technologies les plus avancées et les plus secrètes de nos alliances… Si on peut entrer là-dedans, on n’en ressort pas vivant si on n’est pas invité. » L’explication arrache un air blasé au zabrak et hausse un sourcil peu impressionné alors qu’Anhesis s’énerve après lui. Quoi, elle est agacée ? Fallait pas se proposer pour une mission pareille alors ! Contrarier Eryndal, c’est forcément s’exposer à un minimum de 62 heures de bouderie.

Esquissant une grimace alors qu’il fait mine de réfléchir à ce qu’il pourrait effectivement arriver de pire à Anhesis, le zabrak ne manque pas d’idées, surtout connaissant le fonctionnement de la prison. Chose dont la jeune femme ne semble pas être consciente. L’enfermement, la drogue calmante, la faim, la solitude, la haine de tous ceux qui l’entoureraient alors… le sentiment d’échec en piétinant dans l’enquête… Les châtiments physiques ne seraient rien en effet, mais le moral jouerait grandement dans cette mission. « Ce qui pourrait t’arriver de pire ? A part mourir et moisir dans cette arène, te perdre toi-même. Oublier ce que tu es en réalité, à vouloir les convaincre dans leur certitude que tu n’es qu’un animal. » Haussant les épaules avant de siffler un soupir désapprobateur face à l’orgueil mal placé de sa compagne, il rétorque avec un sourire mauvais : « Tu ne devrais pas les sous-estimer. En prison, les gens ont tendance à devenir des loups et s’organisent en meutes. Là-bas, ils n’ont rien à perdre et défouler leurs nerfs sur la cause de leur présence en prison les rendra bien plus redoutables que tu le crois. Tu feras moins la fière quand ils viendront t’accueillir dans un couloir sombre du pénitencier. » Et ça arriverait, il le sait au plus profond de ses tripes.

Au contact des doigts d’Anhesis sur son épiderme, la mâchoire du zabrak se contracte légèrement et son regard se pose sur son assiette où il ne reste que des fragments osseux. Lâchant un grognement peu convaincu, Eryndal ferme les yeux un instant, profitant de ce bref moment où un frisson nait à la base de ses cornes pour se glisser le long de sa nuque. « Longtemps, c’est relatif… », ronchonne-t-il. Une journée, c’est déjà de trop. Alors une semaine, ou deux, ou un mois ? Cette absence à venir, il la remarque déjà dans ses cœurs, et elle est intolérable. Esquissant sa première tentative de sourire sur ses lèvres à la proposition du bain, la Main noire laisse la jeune femme s’éclipser, inspirant une dernière gorgée de son parfum et de sa présence avant de se retrouver seul dans la grande salle à manger, observant son assiette sans vraiment la voir, les coudes appuyés sur la table et ses épaules massives affaissées. Ce qu’il allait détester ces soirées de solitude à venir…

Ses yeux de braise finissent par pivoter sur le côté alors que le son de l’eau qui coule dans le bain se tait. Il devrait peut-être ne pas répondre à cette invitation si alléchante, ça lui apprendrait à se porter volontaire pour des missions pareilles. Un sourire mauvais se dessine au coin de ses lèvres, mais il n’a absolument pas envie de gâcher cette dernière soirée à eux. Quittant souplement son siège, il se glisse jusqu’à la salle de bain, y entre en silence alors qu’Anhesis se trouve déjà dans le bassin, lui tournant le dos. Balayant la salle du regard, le zabrak se déshabille lentement, laissant ses vêtements tomber au sol, abandonnant là la moindre notion de pudeur, sa peau vermeille étant uniquement habillée par les sombres motifs qui ornent chaque parcelle de son corps depuis si longtemps. Approchant du bassin creusé dans le marbre noir, c’est d’un geste discret qu’il fait baisser la luminosité pour mettre en valeur le plafond de ténèbres pailleté de petites étoiles, avant d’entrer dans l’eau fumante. Le regard braqué sur la baie vitrée face à eux, qui dévoile la ville plongée dans cette nuit dénuée de ciel, le zabrak s’immerge totalement, avant de rejoindre Anhesis d’une foulée, remontant sa tête à la surface pour la fixer. S’asseyant à moitié sur le banc qui fait le tour du bassin, appuyant un coude sur le rebord à la surface, il penche légèrement la tête vers la jeune femme avec un début de sourire moqueur, pour lui glisser à l’oreille : « Alors comme ça, quand je râle ça t’agace ? »





Pokésith, attaquez-les tous !:

avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1253

    Crédits galactiques : 579

    Cristaux Kyber : 63

    Avatar : Sofia Boutella

    Crédits : MedusaNexus

    Disponibilité rp : Non

    DC : Byrhon Gill'losa, Evolet Moo

    Inventaire : - Sabre Laser
    - Couteau
    - Deux Tuk'atas mâles
    - Tenue d'officine du Triumvirat

  • Posté le Jeu 16 Nov - 19:33

    Message n°1814 (5)

Elle le sent qui entre, qui s'impose dans le calme de la pièce alors que seul le bruit du tissu qui échoue au sol, fait écho aux clapotis de l'eau. Pourtant Anhesis ne bouge pas d'un pouce, continuant de se laisser bercer par la chaleur du bain, le dernier avant un long moment. Sagement, elle patiente que son comparse la rejoigne, chose qu'il ne tarde pas à faire, venant se poser tout près d'elle pour lui murmurer à l'oreille avec malice. Malgré la tension et la situation plus que déplaisante, un sourire se dessine sur le visage d'Anhesis dont les paupières s'ouvrent doucement alors que son regard sombre glisse en biais vers le Zabrak pencher au-dessus d'elle.

« T'entendre râler me fait râler... »

Affirme-t-elle pour appuyer ses dires avant de redresser le buste et de caler son dos contre le bord du bassin. Un long soupir passe la barrière de ses lèvres alors que la jeune femme tend la main, laisse courir ses doigts sur les tatouages qui ornent le buste de son aimé et amant.

« Je sais que je ne suis pas très doué pour expliquer les choses mais... Eryn, pour cette fois j'ai besoin que tu me fasses confiance. » Ses yeux se lèvent vers lui. « Je ne veux plus jamais me sentir aussi diminuée et impuissante comme ce jour-là dans les égouts quand j'ai eu ton corps meurtri dans les bras... je veux que la rébellion paye pour ce qu'elle t'a fait, mais pas seulement... Je crois que j'ai besoin de me prouver à moi-même que je suis vraiment capable de faire quelque chose pour les autres, pas seulement pour toi. Je vais souffrir en prison, c'est une certitude et je ne me voile pas la face à ce sujet... Mais je sais que j'en sortirais plus forte. Et puis j'ai la meilleure motivation pour rester envie... ma famille. »

Eryndal, Daleth... Pour eux, Anhesis se sentait capable de retourner toute la galaxie. Elle était capable du pire comme du meilleur. Lassé malgré tout, la sith vient se lover contre le Zabrak, pressant sa joue contre son buste. Là, ses cœurs qui palpitent et clament leur douleur à la séparation qui approche à grands pas. Elle était presque capable de reconnaître ce chant douloureux dans sa robuste poitrine à force d'avoir passé tant de temps à écouter leurs battements puissants. Anhesis l'avait toujours dit, c'était de loin le son le plus doux et agréable qu'elle n'avait jamais entendu. Ba-Boom, Ba-boom... Simple et répétitif mais qui trahissait ce débordement de vie. Et le savoir en vie était tout ce qui comptait à présent. En vie, en bonne santé et en sécurité.

« Je te demande pardon si me porter volontaire t'as fait du mal Eryn... Mais je voulais te protéger, je voulais protéger papa... L'idée qu'il vous arrive quoi que ce soit me rend malade. Vous avez passé tellement de temps à me protéger, à me relever... Il est temps pour moi d'être aussi un pilier pour vous. S'il te plaît... S'il te plaît... Ne sois pas en colère contre moi...»

Souffle Anhesis dans une supplique triste alors que ses lèvres se pressent contre la clavicule d'Eryndal, ses dents effleurant sa peau dans une morsure affectueuse. Elle était prête à tout pour lui plaire, pour se faire pardonner et cela, bien au-delà des mots. Envahi par le chagrin, ce triste sentiment s’abat subitement sur son cœur alors que l'exécutrice enfouie son visage contre la gorge de la main noir, humant son odeur, savourant la chaleur de sa peau réchauffée par l'eau du bain.

« I’shuree pelir’e sharee, Eryn. »

Son zabraki laisse clairement à désirer mais il est évident que la jeune femme a pris le temps de s’entraîner pour pouvoir enfin souffler ces mots à son adoré alors que ses lèvres remontent jusqu'à son oreille, effleurent son lobe. D'un mouvement agile, le corps d'Anhesis pivote et la voilà qu'elle se glisse sur Eryndal à califourchon, ses mains se cramponnant à la nuque de ce dernier alors que son regard capte le sien.

« Tu es ma famille, Eryndal... Pour toi, je me battrais toujours avec la plus grande des férocités. Je tiendrais bon, c'est une promesse. »




avatar
La Main Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1603

    Crédits galactiques : 472

    Cristaux Kyber : 12

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia (avatar & gifs)

    Disponibilité rp : demandez toujours !

    DC : Kaedwell, Echoy, Jake

    Inventaire : double sabre-laser, lance-fléchettes, droïde de reconnaissance, droïde médical, porg, grumpy cat, motojet, chasseur biplace.

  • Posté le Sam 18 Nov - 1:33

    Message n°1877 (6)

Aux mots soufflés par la jeune femme, le sourire du zabrak s’agrandit et se teinte d’une expression de tendresse, plus douce que l’amusement acide qui peut parfois tordre ses lèvres. Avec lenteur, il dévisage Anhesis tout en penchant sa tête sur le côté, la maintenant en équilibre dans le creux de sa paume. Un éclat de tristesse vient fâner ses traits alors qu’il écoute sa compagne sans mot dire, lâchant seulement un petit soupir de lassitude tout en détournant le regard vers l’onde fumante du bain. Ses yeux mi-clos finissent par se tourner à nouveau en direction de son aimée. « Je te fais confiance, Anhesis… même si je suis le roi de la mauvaise foi et que ça se voit pas. » Il lâche un nouveau soupir, posant sa main libre sur les doigts de la jeune femme posés sur son torse. « Tu n’as pas été impuissante ce jour-là. Tu m’as sauvé la vie en me trainant sur tes épaules jusqu’à la surface. Tu n’as pas besoin de prouver quoi que ce soit parce que tu l’as déjà fait : la fille que tu as ramenée des décombres après trois jours d’obscurité suite à l’attentat, ces gamins de l’orphelinat que tu as aidés… Tous ceux qui ont pu trouver justice grâce à ton travail au Triumvirat. Est-ce que ça compte si peu à tes yeux ? »

Les lèvres pincées par la perplexité, la Main noire sent sa gorge se nouer légèrement, sa peau frissonne doucement tandis qu’Anhesis se serre contre lui et colle son oreille contre sa poitrine. Fronçant quelque peu les sourcils, le visage d’Eryndal se durcit, redevient plus sévère, retrouve toute sa férocité : « Et ils paieront, je te le promets. Ils paieront comme Tenebris a payé, comme les assassins de Dolores ont payé, comme tous ceux qui se sont mis en travers de notre route ou celle de Daleth ont payé. » Il enroule son bras autour de la taille de sa compagne, la serrant contre lui comme s’il craignait qu’on débarque déjà dans l’instant pour les séparer. La colère qu’il avait montrée jusque-là n’était que la façade, l’armure qui masquait son désarroi et sa tristesse quant à leur séparation momentanée alors même qu’ils s’étaient enfin rapprochés. En plus du fait qu’il n’a jamais vraiment supporté de laisser Anhesis toute seule pour une mission dangereuse, en sachant qu’il ne pourrait intervenir en aucun cas…

Un lent frisson s’empare de son épiderme puis de ses muscles, sous les baisers mordants d’Anhesis. Le frémissement laisse sa marque glacée le long de son échine, avant de s’évanouir dans la chaleur du bain et dans une vague ardente qui irradie dans le torse du zabrak, de bas en haut. « Tu as toujours été mon pilier, Anhesis… », souffle-t-il dans un murmure alors qu’il renverse la tête en arrière pour caler sa nuque contre l’angle du rebord. Glissant son deuxième bras dans l’eau, sa main remonte le long des reins de la jeune femme et ses doigts s’ancrent dans sa chair au milieu du dos. Ses cœurs palpitent d’autant plus fort qu’elle se presse contre sa gorge et murmurent ces quelques mots de zabraki qu’il lui avait lui-même prononcé à l’hôpital il y a quelques semaines. Un mince sourire étire les lèvres du Sith, qui redresse légèrement la tête en direction d’Anhesis alors qu’il l’aide également à se maintenir à califourchon sur lui. « Je te prends au mot, mon amour. », rétorque-t-il dans un soupir, gravant la promesse dans sa mémoire. Faisant glisser ses doigts vers la chute de reins cambrée de la jeune femme, le zabrak la plaque contre lui, avançant son visage pour s’emparer de ses lèvres et de sa langue avec avidité, dans un élan à la fois sauvage et passionné.

Son souffle se perd ensuite sur la peau brillante de sa compagne, explore une fois encore les courbes de sa gorge et la naissance de sa poitrine, tandis que le sillon humide qu’il laisse au passage de ses lèvres brûlantes d’amour se mêle à ceux de l’eau du bain. « Après tout ça… après la rébellion… je ne veux plus rien qui ne vienne nous séparer. », grogne-t-il dans un sourire mauvais, alors que sa joue caresse la clavicule de la jeune femme et que ses lèvres ne remontent vers un lobe qu’il taquine du bout des dents. Il lâche soudainement un soupir qui semble à la fois triste et résolu. Son visage s’écarte légèrement pour plonger son regard de braise dans celui de son aimée. « Après ta mission… deviens ma femme. Officiellement. Je veux dire… est-ce que ça te dirait qu’on se marie et qu’on soit une véritable famille ? Pour toujours et… pour créer notre propre foyer. »





Pokésith, attaquez-les tous !:

avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1253

    Crédits galactiques : 579

    Cristaux Kyber : 63

    Avatar : Sofia Boutella

    Crédits : MedusaNexus

    Disponibilité rp : Non

    DC : Byrhon Gill'losa, Evolet Moo

    Inventaire : - Sabre Laser
    - Couteau
    - Deux Tuk'atas mâles
    - Tenue d'officine du Triumvirat

  • Posté le Mar 21 Nov - 11:41

    Message n°1983 (7)

Les mots ont parfois le pouvoir de donner de la force, de transmettre la confiance et d'apaiser les tourments. Alors quand Eryndal s'acharne à vouloir faire comprendre à sa compagne qu'elle n'est pas inutile en nommant les fois où ses actes sont les plus glorieux, la jeune femme se fige. Pendant un instant, elle reste là à califourchon sur le Zabrak à soutenir son regard. Il avait l'air fier. Mieux encore, ses paroles étaient sincères. Avait-elle réellement besoin de plus que cela ? Non et pourtant Eryndal insista en lui assurant qu'elle avait toujours été son pilier. Cette fois c'est la surprise la plus totale. Il était rare les fois où Eryndal s'était ouvert à ce point, la dernière remontant à ce moment à l’hôpital où il avait accepté de lever ses craintes pour l'espace d'un instant, lui avouant son affection sans retenue. Ce soir, ses mots étaient tout aussi importants, ils lui donneraient le courage d'affronter ce qui l'attend avec plus de sérénité.

« Merci... »

Murmure Anhesis avec sincérité. Elle avait beau se montrer nonchalante, dure à cuire et beaucoup la prenaient pour une idiote sauvage mais la réalité voulait qu'elle soit bien loin de tout cela. Il y a bien des choses qu'elle comprenait, la sith. Sa vision du monde et de la vie était juste différent de celle de ses comparses, outre son comportement jugé trop souvent inacceptable. Mais Eryndal, bien qu'exaspéré lui aussi par cela, l'avait toujours accepté tel qu'elle l'était. C'est pour cela qu'elle n'avait jamais mit en doute sur les sentiments qu'il mentionnait avoir pour elle. Alors que le colosse la serre contre lui, Anhesis esquisse un sourire, venant enfouir sa bouille contre sa gorge pour en humer l'odeur à plein poumon. Que ferait-elle sans lui ? Parfois – trop souvent – elle se posait la question. Si Daleth avait ce don fabuleux des mots pour encourager sa fille de cœur, Eryndal avait ce pouvoir pour la galvaniser et chasser ses ténèbres même dans les instants les plus confus.

« Plus rien ne me séparera de toi... »

Promets l'exécutrice tendrement. Mais lorsque la dernière tirade de son compagnon tombe, elle recule vivement. Une demande en mariage ? Ses yeux s'ouvrent comme des billes. A-t-elle bien entendu ? Perplexe face à cela, Anhesis se demande si elle a bien entendu. Et visiblement oui, car Eryndal, avachit contre le bord du bain, semble attendre une réponse. N'est-ce pas ce qu'elle a toujours voulu et attendu de lui ? Être sa moitié, porté ses descendants ?

« Tu es sûr de toi... ? »

Question t-elle néanmoins, arquant un sourcil. Elle jauge, étudie son regard, l'expression de son faciès. Bien qu'il ne mente pas, elle a comme un doute. Eryndal n'a jamais vraiment été attiré par le mariage et c'est pire encore à l'idée de faire des enfants. Pourquoi ce soudain revirement de situation ? Peut- importe, Anhesis se détend doucement dans les bras de son comparse avant de sautiller sur lui.

« oui ! Par le masque de papa, oui !!!»

Clame-t-elle avant de lâcher un rire joyeux, se jetant éperdument dans ses bras pour l'enlacer si fort qu'elle l'aurait assurément étouffé s'il n'avait pas eu cette carrure impressionnante. Mais bien vite, ses lèvres partent à l'assaut du visage boudeur et tatoué du Zabrak, le couvrant d'une multitude de baiser. Son front, ses joues, son nez, ses lèvres. Chaque centimètre de peau est couvert par un baiser avant qu'elle ne vienne s'emparer de ses lèvres dans un baiser langoureux, profond et puissant. Son corps se presse contre celui d'Eryndal, ses bras resserrant leur étreinte autour de ses épaules alors qu'entre ses bras, Anhesis vibre de désir et d'amour.

« Je t'aime tellement... »

Avoue la jeune femme dans un murmure tout contre ses lèvres. Elle le regarde à nouveau, soutenant ces pupilles jaunies par le côté obscur et laisse sa bouche s'étirer en un sourire tendre mais victorieux.

« Alors je vais devenir madame Fahdy....euh...Fydhe... » Elle se fige, détourne le regard et recule doucement. « Fa... Fa.... hm... » Elle observe Eryndal avec un rire nerveux. « Un jour j'arriverais à prononcer ce nom. Sinon, tu veux pas t'appeler monsieur Al'Saalomon ? » Plaisante t-elle avec un rire amusé.




avatar
La Main Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1603

    Crédits galactiques : 472

    Cristaux Kyber : 12

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia (avatar & gifs)

    Disponibilité rp : demandez toujours !

    DC : Kaedwell, Echoy, Jake

    Inventaire : double sabre-laser, lance-fléchettes, droïde de reconnaissance, droïde médical, porg, grumpy cat, motojet, chasseur biplace.

  • Posté le Sam 25 Nov - 10:07

    Message n°2121 (8)

A vrai dire, non, Eryndal n’est pas du tout sûr de lui quant à cette demande qui risque de bouleverser leur vie. Cela signifierait la naissance de leur lignée, la création de leur foyer et, s’ils sont amenés à avoir un enfant, jouer la pouponnière. Etre mari et femme, passe encore, ils sont déjà habitués à mener vie commune, à s’aimer et à se disputer comme un vieux couple. Etre parent… oh misère ! Eryndal ne se sent pas prêt à cela, sans doutes ne le sera-t-il jamais ; après tout, comment peut-on être préparé à ce genre de changement si radical ? Et, outre tout cela, pire encore que les doutes dont il peut être assailli, il y a la démarche même de la création d’une lignée. Le côté administratif, toujours une plaie pour le zabrak qui ne supporte pas d’être collé à une chaise à remplir des formulaires. Mais c’est un mal pour un bien, cela lui permettrait de ne plus être harcelé de demandes en mariages pour épouser des midinettes héritières de lignées d’une vingtaine d’années. Alors, en guise de réponse, la Main noire hausse doucement les épaules, un sourire pincé aux lèvres. « J’en sais rien, mais si ça te rend heureuse, c’est tout ce qui compte. » Même s’il ne rirait pas du tout lors de sa visite à l’administration de Maloran.

Son sourire se détend et s’élargit face à l’enthousiasme débordant d’Anhesis. Enroulant ses bras autour de la taille de la jeune femme, le zabrak se sent chanceux d’avoir une constitution solide, autrement sa cage thoracique n’aurait sans doutes pas supporté l’élan de joie de sa compagne. Fermant un instant les yeux sous l’assaut de cette tempête de baisers qui se déchaine sur son visage, Eryndal sent monter en lui le feu particulier du désir alors que son aimée se dandine tout contre son corps. Répliquant au baiser d’Anhesis dans un prolongement suave et ardent, le zabrak est saisi d’un regret alors qu’elle s’écarte légèrement. Le souffle court, il esquisse un sourire narquois alors qu’elle patauge complètement dans la prononciation de son patronyme. « Fahde’vysh. », souffle-t-il avec lenteur pour tenter de lui faire rentrer dans le crâne la sonorité singulière de son nom. Un nom que personne à Maloran ne savait prononcer ni même épeler, en dehors de Daleth, très probablement. « Ce n’est pas comme si on s’en sert souvent ici, de nos noms de famille… Tu n’es même pas obligée d’en changer. » Dans une cité où les Sith sont des seigneurs, toutes les démarches officielles voyaient employer leur titre de Sith. Fêtes, interviews, conversations officielles, travail, services administratifs ou judiciaires… C’est beaucoup plus simple ainsi.

Les mains du zabrak glissent dans l’eau, caressent le derme chaud de sa promise et échouent sur les cuisses de la jeune femme. Haussant un sourcil moqueur à la proposition d’Anhesis, il ne peut s’empêcher de rétorquer : « Et me priver d’un fou rire à chaque fois que tu essayeras de prononcer ce nom ? Saintes cornes, non… Et puis… Avec Fahde’vysh, tu deviendrais presque une zabrak, après tout. » Un sourire malicieux s’étire sur ses lèvres tandis qu’il plonge un regard complice dans les yeux sombres d’Anhesis. Il n’a pas oublié, le Sith : cette petite fille qui faisait tout pour ressembler à Sayla et Eryndal. Calant sa nuque contre le rebord de pierre, il lâche d’un ton rêveur : « Au moins, tout ça me donnera de quoi m’occuper… » Comme si la Main noire risquait de s’ennuyer ! L’absence d’Anhesis serait un vide difficile à supporter, mais ce ne seront pas les missions qui vont manquer pour le zabrak. Ses doigts se glissent alors subtilement sous les cuisses d’Anhesis pour la plaquer plus près encore de son corps, leurs peaux unies dans la chaleur de leur désir. « Maintenant, je vais t’aimer avec tellement de passion que demain, tu seras trop fourbue pour être apte à accomplir ta mission. Ils devront se trouver un autre volontaire. », lui glisse-t-il finalement à l’oreille avec un petit sourire lubrique, avant que ses lèvres ne parcourent la ligne de la mâchoire d’Anhesis, pour s’emparer sauvagement de ses lippes.





Pokésith, attaquez-les tous !:

avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1253

    Crédits galactiques : 579

    Cristaux Kyber : 63

    Avatar : Sofia Boutella

    Crédits : MedusaNexus

    Disponibilité rp : Non

    DC : Byrhon Gill'losa, Evolet Moo

    Inventaire : - Sabre Laser
    - Couteau
    - Deux Tuk'atas mâles
    - Tenue d'officine du Triumvirat

  • Posté le Sam 25 Nov - 20:26

    Message n°2148 (9)

« Si cela me rend heureuse ? »

Comme pour le punir de ce raisonnement idiot, Anhesis vient mordre le bout du nez de son compagnon avant de lâcher un rire amusé. C'est bien là, la chose qu'elle a le plus ardemment désiré, être sienne. Combien de fois avait-elle souffert en croyant son amour être à sens unique ? L'idée même de voir Eryndal se détourner d'elle, de poser les yeux sur une autre, la rendait malade de jalousie. Non, la rendait malade tout court. C'était un sentiment qu'il était difficile à expliquer, plus le temps passait et plus il se renforçait. Anhesis soupir doucement, venant à nouveau enfouir sa bouille contre la gorge du Zabrak, dévorant sa peau de baiser avant de souffler, répétant à sa suite.

« Fahde....vysh.... »

Murmure brûlant au creux de sa gorge, la juste sous la mâchoire. La pointe de sa langue se faufile entre ses lèvres, venant effleurer le lobe de son oreille avant que ses dents ne se referment dessus. Elle aurait pu le dévorer tout cru que cela ne l'aurait pas gêné le moins du monde. Bientôt, elle sera sa femme et c'est tout ce qui comptait. Lui. Elle. Eux.

« Je veux changer de nom... je veux le tient... je le porterais avec fierté... Jusqu'à notre mort. »


Si le Zabrak ne semblait pas prêt à prendre le nom de sa compagne, pour Anhesis la question ne se posait pas. Elle serait madame Fahde’vysh, quoi qu'il arrive. Un nouveau sourire vient ourler ses lèvres pâles alors que son aimé lui promet de l'aimer pour la soirée tout entière, jusqu'à la priver d'un repos qui lui serait salutaire. Elle rit de bon cœur Anhesis avant de se laisser aller dans les bras d'Eryndal, se laissant enivrer par le désir et le plaisir qu'il lui procure, une fois de plus.

LE LENDEMAIN – La soirée avait filé trop vite et la nuit plus encore. Anhesis n'avait pas réussi à trouver le sommeil et elle avait profité de celui du darth pour se faufiler hors du lit, loin de ses bras pour aller se glisser dans sa propre chambre. Elle savait qu'elle aurait dû rester avec lui, profiter encore de sa chaleur, de sa tendresse mais force d'avoir à l'observer dormir depuis des heures, elle réalisait combien il lui faisait mal d'avoir à le quitter. C'est dans son lit qu'elle s'était réfugié, attendant que le temps passe et que les lumières artificielles de la ville ne simulent un semblant de jour.

Puis vint ce bruit.Celui d'une double porte qui s'ouvre dans un souffle, coulissant de façon sinistre. Elle aurait reconnu leur aura ténébreuse entre mille et même outre leur légendaire discrétion, elle aurait reconnu jusqu'au rythme de leur pas qui trahissait leur attitude. Les frères de l'obscure venaient de s'engouffrer dans l'appartement et dans un soupir, Anhesis repousse sa couverture avant de se glisser hors du lit. Il était temps à présent. Temps de jouer le jeu, temps de souffrir pour la suprématie de son maître et temps pour la rébellion de récolter le fruit de ses actes. Le pas lent, l'exécutrice glisse hors de sa chambre, croisant la silhouette austère des deux autres de son genre.

« Lord Canem, par les pouvoirs qui nous sont conférés par le seigneur noir, vous êtes immédiatement mis aux arrêts. » Lâche le premier encapuchonné.
« Et en quel honneur, mes frères ? » Murmure la concernée du faux-semblant.
« Pour traîtrise et tentative de meurtre sur la personne de la main noire, Darth Sanguis. »

Clame le second d'une voix forte avant de décrocher une paire de menottes en cortosis de sa ceinture. Anhesis esquisse une moue d'agacement avant de reculer d'un pas, se mettant en position défensive.

« Pour votre bien-être Lord Canem, il est conseillé pour vous de ne pas vous défendre... Vous connaissez nos procédures mieux que personne et nous avons l'avantage du nombre mais aussi de l'expérience. »

Pour seule réponse, Anhesis lâche un grognement bestial avant de bondir sur ses confrères, faisant pleuvoir des coups rapides et précis. Si la douleur occasionnée à de quoi les faire grimacer, ceux qu'ils lui rendent ont vite fait de la clouer au sol. La chienne étouffe un gémissement, tentant de se relever alors que l'un des exécuteurs la saisit là les cheveux, la maintenant à genoux au sol. Le boucan a vite fait d'avoir attiré Eryndal alors le second exécuteur assène un nouveau coup sur le visage de sa bien aimer avant d’enchaîner avec un second puis un troisième. Le visage douloureux et violacé par les hématomes, Anhesis toise férocement le Zabrak alors que l'un des frères de l'Obscure la saisit par les bras, les tirants vers l'arrière pour lui passer les menottes. Elle se débat malgré tout, grognant, tentant de mordre et ne récoltant pour cela qu'une nouvelle vague de coups bien placé.

« Seigneur Sanguis... Nous sommes au regret de vous annoncer l'arrestation de votre comparse. Darth Daleth a exigé qu'elle réponde de son crime par la peine de mort. »

Essoufflé, Anhesis à genoux sur le sol, entravé, fixe Eryndal d'un regard noir. Si l'on ignorait que cette scène n'était qu'une mascarade, il aurait été facile de croire qu'elle n'avait pour lui que haine et ressentiment. Un jeu parfaitement exécuté qui faisait froid dans le dos. Anhesis crache aux pieds du Zabrak, déversant sang et salive sur ses orteils avant de hurler, la rage aux lèvres.

« JE TE CREVERAIS ! Tu entends ?! J'TE CREVERAIS SANGUIS !!! »

Le poing s’abat sur sa joue avec une violence extrême et son corps bascule au sol. Les frères de l'obscure ne la ménage pas dans leurs coups car leur crédibilité se trouve dans les détails. La souffrance doit être réelle pour être porté comme un masque une fois en prison. Toussant, la créature se recroqueville sur le sol en tremblant bavant sur son pyjama et laissant des éclaboussures de sang sur le tissu alors que sa vision se floute et que dans un dernier murmure, elle souffle au Zabrak.

« Je te... déteste...»

Mensonge éhonté. Elle n'en pense pas un mot et la réelle douleur se trouve là, d'avoir à dire ce genre d’aberration quand elle pense l'exact opposé. Dans un dernier soupir, Anhesis détourne le regard alors que les frères de l'obscure la force à se redresser. Ils saluent une dernière fois leur maître, échangeant avec lui un regard entendu puis sans un mot de plus, pousse anhesis dans l'ascenseur qui referme ses portes sur le trio d'exécuteurs.

Je t'aime Eryn... Je porterais ton nom avec fierté jusqu'à notre mort...
Tu ne m'oublieras pas, hein ?
Souviens toi de mes rires, pas de mes larmes.




avatar
La Main Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1603

    Crédits galactiques : 472

    Cristaux Kyber : 12

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia (avatar & gifs)

    Disponibilité rp : demandez toujours !

    DC : Kaedwell, Echoy, Jake

    Inventaire : double sabre-laser, lance-fléchettes, droïde de reconnaissance, droïde médical, porg, grumpy cat, motojet, chasseur biplace.

  • Posté le Sam 25 Nov - 23:30

    Message n°2152 (10)

« Notre mort… ne parle pas de malheur, mon amour. », reprend Eryndal avec un petit sourire teinté d’un éclat de tristesse mais surtout porté par un amour qui le dévore depuis si longtemps. Toutes ces années à attendre, pour simplement avoir à signer un simple formulaire, pour changer un nom et tout officialiser, peu importe ce qu’en diraient les gens. A cet instant, de toute manière, alors qu’il enroule ses bras autour d’Anhesis pour la maintenir tout contre lui, plus rien n’a d’importance ; rien d’autre que sa peau contre la sienne, ses lèvres qui parcourent la moindre parcelle de son corps et la chaleur qui se dégage du creux de sa gorge. Plus rien ne compte, pas même demain, pas même la retenue alors que leurs ébats lui font oublier provisoirement la lourdeur de leur séparation.

Le lendemain. L’esprit d’Eryndal a mis du temps à trouver le repos alors même que son corps ne demandait que de s’abandonner dans le sommeil. Il finit toutefois par lâcher et cette nuit de courte durée a été aussi agitée dans ses songes que s’il n’avait cessé de se retourner encore et encore. Eveillé avant ce qui sert d’aube aux journées artificielles de Maloran, le zabrak reste pourtant étendu, encore embrumé par la fatigue de ses émotions contradictoires et aux tourments épuisants. Sa main s’étend mais ne rencontre que la froideur des draps inoccupés par sa compagne. Ses doigts enserrent le tissu soyeux, son poing se referme alors que le chagrin l’envahit tout d’un coup pendant qu’il songe que cela va être une habitude à reprendre pendant les jours, voire les semaines à venir. L’air maussade, plus qu’à l’accoutumée sans aucun doute, la Main noire pivote pour se retourner sur le ventre, affalé de tout son long sur son lit, la tête noyée la face la première dans son oreiller. Un long soupir s’échappe d’entre ses lèvres avant que le silence ne repose son voile oppressant sur la pièce.

Alors, lorsque le son de la porte d’entrée retentit doucement dans le couloir, les muscles du zabrak se figent, se contractent dans ce refus de voir ce moment inéluctable arriver. Mais il le faut, pourtant, et il doit y assister. Il l’a promis. Même s’il en est dénué d’envie. Il se redresse sur les bras, pivote sur le côté pour sortir du lit et s’emparer d’un peignoir de soie qui traine sur un fauteuil. Au même moment, les voix des Frères de l’obscur retentissent dans le couloir ainsi que celle d’Anhesis, avant que le bruit sourd d’une lutte acharnée et de coups ne fasse rage hors de sa chambre. Serrant les poings et la mâchoire, le Sith roule des épaules avant de sortir de la pièce pour observer la scène. Son habituel air boudeur plaqué sur le visage, Eryndal assiste à ce qui l’a toujours tant révolté, cette scène où son aimée est rouée de coups alors qu’il ne peut rien faire, qu’il ne doit rien faire. D’un signe de tête, il salue les membres du Triumvirat qui n’y vont pas de main morte, comme à leur habitude. Saintes cornes, qu’il avait envie de leur coller des baffes et de leur cogner la tête contre les murs. Mais, à la place, il se contente d’observer froidement Anhesis qui se débat, le regard de braise chargé d’un éclat de haine et de mépris. « J’espère que la peine infligée sera au moins à la double hauteur de ce qu’elle a osé faire. », articule-t-il avec dureté, les traits tirés.

Restant imperturbable face à la provocation, aux cris et aux menaces de son aimé, le zabrak penche légèrement la tête sur le côté, alors que son visage s’assombrit par la colère et qu’il crache d’une voix glaciale, où il est évident qu’aucun pardon ne pourra plus jamais émaner de sa part envers la chienne désobéissante. « Tu as essayé. Mais tu as échoué. » Un rictus mauvais déformant ses traits, c’est avec le regard plus ardent que jamais qu’il observe le Triumvirat s’éloigner avec la prisonnière. Les ongles plantés dans la chair de ses paumes, le zabrak tient jusqu’au moment où les portes de l’ascenseur se referment sur le trio, laissant alors le Sith seul au milieu de la pagaille qui a été causée. Le souffle court, les poings tremblants, il reste immobile plusieurs instants, sentant ses cœurs battre à tout rompre au creux de sa poitrine. Avalant une goulée d’air alors qu’il a l’impression de suffoquer, Eryndal parvient à marcher d’un pas hésitant jusqu’à la cuisine ouverte, sans doutes dans l’espoir de s’y servir une tasse de café. Alors que la machine prépare son précieux breuvage, le colosse appuie ses mains sur le plan de travail en marbre, sa tête s’affaissant dans un long soupir. Lorsqu’il relève le regard sur la pièce, c’est une vague de haine qui déferle dans la braise de ses pupilles, une haine qui relève plutôt d’une colère mêlée au désarroi de la situation.

Dans un geste brusque et soudain, le zabrak balaie vivement, d’un revers de bras, tout ce qui se trouve sur le plan de travail à sa portée. Instruments de cuisine, coupe de fruits, verres ou appareils, tout y passe et s’écrase à terre avec violence.

Et dans un rugissement de désespoir, la tasse de café vole vers le mur d’en face pour y éclater en mille morceaux.


SUJET TERMINÉ





Pokésith, attaquez-les tous !:

Contenu sponsorisé
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté

    Message n°0 (11)