Star Wars Ascension


Un peu plus près des étoiles (anhesis)

Star Wars Ascension » Au coeur de la Galaxie » Les mondes du Noyau

Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
La Main Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1606

    Crédits galactiques : 474

    Cristaux Kyber : 15

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia (avatar & gifs)

    Disponibilité rp : demandez toujours !

    DC : Kaedwell, Echoy, Jake

    Inventaire : double sabre-laser, lance-fléchettes, droïde de reconnaissance, droïde médical, porg, grumpy cat, motojet, chasseur biplace.

  • Posté le Mar 31 Oct - 22:01

    Message n°861 (1)

Un peu plus près des étoiles

Année 517, mois 7, semaine 4

Le sourire chafouin qui avait illuminé les lèvres du zabrak lorsqu’il avait demandé à Daleth la permission de partir quelques jours avec Anhesis hors de Maloran pour, je cite, des raisons pédagogiques, avait bien rapidement fondu au moment où il avait dû se décarcasser pour préparer les affaires de voyage de la jeune femme. Raisons pédagogiques… évidemment, le Seigneur noir n’était pas dupe, il avait lu clair dans le jeu d’Eryndal, surtout en apprenant la destination proposée par sa Main, mais d’un autre côté, il était vrai que ça ne pouvait pas lui faire de mal, à la petite… De toute manière, le zabrak avait été mis dehors par le personnel de l’hôpital et, exaspéré, Daleth l’aurait de toute façon forcé à prendre du repos chez lui pendant encore quelques jours. Histoire d’être certain que sa carcasse de colosse tatoué soit à nouveau opérationnelle. Bref, les affaires de voyage, donc. Pour lui-même, Eryndal n’a guère eu de difficultés ; pour Anhesis en revanche… évidemment, elle qui n’avait jamais fait de valise dans sa vie… Heureusement qu’ils ne partent pas pour trois semaines, songe-t-il en pliant une tenue de la jeune femme, qui dérive de ses vieilles tenues d’entrainement à lui. De quoi être confortable… et surtout de quoi mettre pour découvrir une planète au climat bien différent de Malachor.

« Les affaires de toilette, c’est bon… brosse à cheveux, brosse à dent, savon, serviette, produit moussant évidemment… Je crois que j’ai rien oublié… Ah si, le doudou. », grogne-t-il en vérifiant trois fois la pile d’affaires. S’il demandait son avis à Anhesis, elle serait capable de vouloir emmener tous ses coussins. Pas vraiment la place pour ça dans son vaisseau…, conclut-il en fermant le sac de voyage. « Au moins, c’est la seule femme au monde qui m’emmerdera jamais avec ses paires de chaussures. », murmure-t-il en déposant son fardeau dans le couloir, pour aller vérifier ses propres bagages. Furetant devant son armoire, son regard est vite attiré par le bref éclat soyeux d’une nuisette qui est suspendue là depuis bien longtemps. Sans doutes est-ce le moment de la rappeler au bon souvenir d’Anhesis… Un sourire mutin étire les lèvres d’Eryndal alors qu’il s’empare du vêtement pour l’ajouter dans son sac.

Profitant qu’Anhesis ne soit pas là, parce qu’elle dépose ses chiens chez Daleth et que cela prend des plombes pour leur faire ses adieux, pour déjà emmener toutes leurs affaires au vaisseau, le zabrak, à son retour, patientant dans le salon alors que Pel le porg niche sur son crâne, n’a pas besoin d’attendre longtemps. Quand la porte s’ouvre sur la silhouette de la jeune femme, un petit sourire en coin étire les lippes d’Eryndal, à l’aise dans son canapé avec ses mains croisées derrière la tête. « Tout est déjà prêt, il ne manque plus que toi. Prend ton manteau, il fait froid dans l’espace. », souffle-t-il alors qu’il se redresse, rattrapant sa boule de plumes dans le creux d’une paume. Le zabrak, qui a lui-même troqué ses habituelles tenues de Sith contre un pantalon plus serré et un haut au col échancré, s’en va attendre à la porte, emportant le porg puisqu’au moins, avec lui, il n’y aura pas de problèmes de place. Une fois qu’Anhesis reparait, direction le spatioport… première étape et épreuve du voyage, si l’on peut dire.

Dans le hangar à vaisseaux, Eryndal marche d’un pas relativement vif, s’arrêtant finalement face au chasseur au fuselage mat. La structure de l’appareil n’admet pas de passerelle pour accéder à son bord, seule une échelle permet de s’installer dans l’étroit cockpit biplace, accueillant deux sièges l’un derrière l’autre. Assez sommaire à première vue, mais pour y avoir passé des heures de voyage, en vérité c’est plutôt trompeur. Escaladant en premier pour se redresser sur la partie latérale de l’appareil où il est possible de marcher dessus, la Main noire s’accroupit pour tendre la main vers Anhesis qu’il devine peu à l’aise. « Monte, il t’arrivera rien. De toute façon, tu vas être si bien attachée qu’on pourra pas te faire sortir du vaisseau. En plus tu vas aller tout devant, tu n’auras pas de meilleure vue sur les étoiles que là. »





Pokésith, attaquez-les tous !:

avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1261

    Crédits galactiques : 586

    Cristaux Kyber : 64

    Avatar : Sofia Boutella

    Crédits : MedusaNexus

    Disponibilité rp : Non

    DC : Byrhon Gill'losa, Evolet Moo

    Inventaire : - Sabre Laser
    - Couteau
    - Deux Tuk'atas mâles
    - Tenue d'officine du Triumvirat

  • Posté le Mer 1 Nov - 10:54

    Message n°879 (2)

Ils avaient repris leur vie simplement, attendant qu'Eryndal se remette de sa blessure et ne soit enfin autorisé à sortir. Et depuis ? Rien, si ce n'est des regards plus complices que jamais, des sourires qui se faisaient moins rares. Mais c'est tout, ils ne se touchaient pas et n'avaient même pas pris l'initiative d'un baiser. L'un comme l'autre semblaient avoir besoin de temps pour trouver ses marques dans cette relation étrange. Pourtant le Zabrak était bien décidé à tenir sa promesse de montrer à sa dulcinée, les étoiles qu'elle rêvait d'observer depuis l'enfance. Il n'avait pas fallu bien longtemps avant qu'Anhesis ne déboule vivement chez le Seigneur Noir pour lui confier ses Tuk'atas qui eux, semblaient surtout ravies de voir leur génitrice. La sauvage n'était pas habituée aux au revoir et devoir le faire aussi bien avec ses chiens qu'envers Daleth lui laissait une pointe de tristesse dans le cœur. Ce n'était pourtant que l'affaire de quelques jours, mais l'angoisse était pourtant présente, pas seulement  à cause des mauvais souvenirs mais aussi pour l'idée de quitter temporairement son foyer, sa planète.

Au spatioport, Anhesis avait suivi Eryndal jusqu'au vaisseau censé les emmener loin de Maloran. Maintenant qu'elle y pensait, c'était la première fois qu'elle voyait l'engin, ne s'intéressant pas plus que cela à ce genre de chose. Elle se penche, observe la forme du vaisseau en faisant quelques pas timides et nerveux pendant que son comparse charge la valise. Anhesis observe les vas et viens dans le hangar, ceux des employés, des droïdes mais aussi des quelques sith se préparant de leur côté à un voyage, sans doute dans le but d'obscur projet pour leur ordre. Alors quand la voix d'Eryndal interpelle la jeune femme, au bas de l'échelle elle l'observe d'un regard anxieux, hésitant à monter à bon de l'engin.

« Tu es sûr que tu n'as rien oublié ? An n'aime pas dormir sans son doudou et... Ou alors tu es sûr d'avoir pris le bon doudou ? »

Minaude Anhesis, toujours plus angoissé alors qu'elle se remet à regarder tout autour d'elle. Avoir pris le bon doudou ? Il faut dire que sous son lit était caché une boîte remplit de bout de tissus divers et variés faisant office de doudou. Finalement elle soupir, levant le nez et lève la main, saisit celle de son aimé et grimpe le long de l'échelle pour se faufiler dans le vaisseau. Ce n'est pas bien grand ici mais cela dit, les lieux ont l'air relativement confortable. Quelle pensée idiote, pour elle qui pouvait passer des jours entiers à dormir dans le fond d'une grotte à même le sol et se sentir bien ainsi. Visiblement toutes pensées parasites semblaient bonne à prendre pour oublier son angoisse.

« Le siège devant, là ? »

Qu'elle désigne avant de s'en approcher. Elle observe le tableau de bord avec curiosité avant de venir s'asseoir sur ledit siège, y calant son dos confortablement. Maladroitement elle attrape la ceinture de sécurité, ses gestes tremblants et mal assurés trahissant son état de nerfs alors qu'elle ne parvient même pas à comprendre comment se ferme cette ceinture.

« J'y arrive pas... Tu peux aider An' ? » S'agace la jeune femme en relâchant la ceinture de façon nonchalante alors que Pel piaille à son tour. Anhesis inspire et lève le visage, dardant son regard sombre sur Eryndal et murmure, toujours plus stressée. « On... On peut remettre ça à plus tard sinon... si tu veux... Le triumvirat et Daleth peuvent avoir besoin d'An à tout moment et...» Des prétextes, toujours plus de prétextes.




avatar
La Main Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1606

    Crédits galactiques : 474

    Cristaux Kyber : 15

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia (avatar & gifs)

    Disponibilité rp : demandez toujours !

    DC : Kaedwell, Echoy, Jake

    Inventaire : double sabre-laser, lance-fléchettes, droïde de reconnaissance, droïde médical, porg, grumpy cat, motojet, chasseur biplace.

  • Posté le Mer 1 Nov - 16:43

    Message n°931 (3)


Un mince sourire apparait sur les lèvres du zabrak alors que ses roulent dans leurs orbites. Eryndal est un maniaque invétéré, ce trait de caractère est même notoire et parfois moqué chez les mauvaises langues Sith. Mais pour qu'il puisse oublier quelque chose après avoir vérifié trois fois d'affilée sa checklist, c'est qu'il faut le faire exprès. « Oui, j'en suis certain. Le doudou qui trainait dans ton lit devrait être le plus récent, je suppose... Au pire, de toute manière, tu auras ton meilleur doudou sous la main : moi. » Au contraire de la rigueur, la modestie en revanche, n'a jamais été le fort de la Main noire... Aidant Anhesis à se hisser jusqu'à sa hauteur, acquiesçant légèrement alors qu'elle hésite face au siège du pilote. En voyait-elle seulement un autre plus à l'avant encore, dans l'étroit cockpit qui se dégageait dans le nez de l'appareil ? Il se penche, va pour l'aider à fixer son harnais mais la jeune femme semble vouloir se débrouiller toute seule, pour s'occuper probablement les mains. En vain.

« Bouge pas, je m'en occupe. », dit-il avec un sourire doux plaqué sur son visage. S'emparant du Porg qui s'est accroché jusque là à son épaule, il le dépose délicatement sur les genoux d'Anhesis avant de s'occuper des ceintures pour l'attacher. Haussant un sourcil peu convaincu par les arguments de sa comparse, il ne peut s'empêcher de mimer quelque moue narquoise en rétorquant : « Si c'est ce qui t'inquiète, Daleth nous donne sa bénédiction, je dirais même, je cite : "Bon vent et amusez-vous bien". Et puis, maintenant qu'on est enfin là, on va pas de nouveau attendre quinze ans, n'est-ce pas ? » Qui râlait donc l'autre jour à ce propos, d'ailleurs ? Les genoux calés contre le léger rebord qu'offre le fuselage à l'ouverture du cockpit, le zabrak termine assez rapidement, vérifiant une dernière fois qu'Anhesis puisse se mettre à l'aise tout en étant en sécurité, avant de se redresser en se frottant les mains. « Voilà ! Garde Pel avec toi, vous pourrez toujours vous rassurer mutuellement. » Et si elle doute encore de sa bonne foi, quant au fait qu'il n'a pas l'intention de l'éjecter de ce vaisseau, peut-être comprendra-t-elle qu'en ayant la petite boule de plumes avec elle, ça ne risquait pas d'arriver.

Le zabrak peut à son tour se glisser à sa place, un siège dont il n'a pas vraiment l'habitude mais qu'importe. Harnaché, la verrière du cockpit finit par glisser automatiquement pour se refermer dans un souffle étouffé. Désactivant les commandes qui se trouvent face à Anhesis, parce qu'il serait tout de même dommage de mourir bêtement éjectés dans l'espace juste parce qu'elle aurait appuyé sur un bouton qu'elle n'aurait pas dû toucher, les moteurs du vaisseaux se mettent à ronronner doucement, progressivement, et rapidement, se met en mouvement pour quitter sa place et rejoindre la baie de décollage. L'autorisation de s'envoler décrochée, le chasseur se soulève du sol en une sourde vibration, s'arrache à la gravité en plaquant ses occupants dans leur siège et s'élève, pointant le nez vers le ciel de la caverne qui abrite Maloran. Juste au-dessus d'eux s'ouvre l'unique accès vers l'extérieur, révélant alors une lumière terne et un ciel gris et froid, qui les enveloppe dans une légère brume quand enfin, l'appareil s'échappe hors de l'enceinte de la ville pour s'élever dans l'atmosphère de Malachor.

Activant les systèmes furtifs, le zabrak se cale un peu plus dans son siège, poussant les moteurs pour s'extraire de la brume et gagner enfin ce ciel noir, cette voûte sombre où brillent les étoiles. Le sol de la planète finit par disparaitre sous la couche nuageuse et apparait, face à Anhesis, l'immensité de l'espace. « Bienvenue à bord de la compagnie spatiale Main noire. Détendez-vous et profitez simplement du spectacle. », ne peut-il s'empêcher de lâcher alors que pour s'arracher à l'attraction de la planète, les moteurs poussent plus fort, les plaquant plus fort au fond de leur assise. Puis, enfin, Malachor s'éloignant, la gravité finit par s'estomper, jusqu'à ne rester qu'une infime impression de pesanteur qui est due à l'accélération du vaisseau, trop faible toutefois pour donner un repère de haut ou de bas. Pel, qui n'est pas attaché, se met à piailler en constatant qu'il est en train de flotter face à Anhesis. Battant vainement des ailes pour se stabiliser, il tente de se raccrocher à quelque chose. Eryndal étouffe un rire moqueur, enclenchant les calculs pour le voyage en hyperespace, la trajectoire optimale mettant toujours plusieurs minutes pour être établie par l'ordinateur de bord.

Se penchant en avant pour caler sa tête entre le siège d'Anhesis et la verrière, il glisse un oeil vers la jeune femme en se demandant si elle est toujours vivante. Face à eux, à travers la baie vitrée, s'étend l'immensité parsemée de ces petits points lumineux qui semblent luire doucement dans un battement régulier. « Alors ? », demande-t-il dans un souffle à l'oreille d'Anhesis.





Pokésith, attaquez-les tous !:

avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1261

    Crédits galactiques : 586

    Cristaux Kyber : 64

    Avatar : Sofia Boutella

    Crédits : MedusaNexus

    Disponibilité rp : Non

    DC : Byrhon Gill'losa, Evolet Moo

    Inventaire : - Sabre Laser
    - Couteau
    - Deux Tuk'atas mâles
    - Tenue d'officine du Triumvirat

  • Posté le Mer 1 Nov - 17:14

    Message n°933 (4)

« Tu as... vraiment demander son autorisation à papa ? »

Souffle la jeune femme, perturbé par le fait qu'Eryndal soit allé au-devant de Daleth avant de kidnapper sa petite chérie pour des vacances. En réalité peu étonné par la réponse du Seigneur noir quant à ce fameux voyage dans les étoiles, Anhesis finit par soupirer en fermant les yeux. Elle s'accroche aux accoudoirs de son siège, cherchant à calmer les battements effrénés de son cœur. Cette panique ne veut pas la lâcher mais c'est sans compter le Zabrak qui trouve rapidement un moyen de détourner son attention en lui confiant le petit Porg. L'exécutrice inspire et saisit la petite boule de poils qu'elle vient caler contre sa poitrine, la couvant de caresses douces et tendres avant de le déposer sur ses cuisses. Malheureusement le décollage du véhicule a vite fait de faire remonter l'angoisse d'un cran quand l'engin se met à vibrer et s'élève rapidement dans les airs.

« Tu dis n'importe quoi ! » Tonne la jeune femme d'une voix paniquée. « Cela n'existe pas la compagnie main noire, An' le saurait sinon ! »

Clame-t-elle sans comprendre la touche d'humour du Zabrak. Elle prend tout au premier degré, sans doute plus que d'ordinaire du fait qu'elle était stressée au possible, incapable de se détendre. Mais son regard est vite attiré par ce qui se passe au-delà du cockpit, ayant la possibilité d'observer Malachor comme jamais auparavant. Surprise de voir combien la planète semble vide et extrêmement austère, Anhesis fronce les sourcils avant que cette brume ne soit plus d'un détail perdu dans l'espace. Et alors s'élèvent Pel sous l'absence de gravité et même les bras d'Anhesis qui observe tout autour d'elle alors qu'elle se sent soudainement légère. Bien étrange sensation alors que sa longue chevelure s'étire aussi, ondule lentement comme un rideau d'ébène autour de son visage.

« Eryn... ? An' flotte... »

Murmure la jeune femme, ébahi par ce phénomène alors que la ceinture la garde cependant, fermement attaché à son siège. Un sourire étire ses lèvres alors qu'elle observe le Porg qui se démène pour retourner vers elle, sans attendre, la sith tend les mains et attrape la petite créature qu'elle ramène tout contre elle avant de retenir son souffle. Là, devant elle, c'est l'infini de l'espace, c'est l'univers qui se dresse dans une noirceur parsemée de milliards de lumières brillantes. Fascinant spectacle alors qu'une sublime nébuleuse se dresse plus loin, éclairant cette immensité de couleur chatoyante à travers ses volutes de gaz informes. Quand la voix du Zabrak résonne à son oreille, Anhesis ne détourne pas le regard de ce spectacle incroyable qui se dresse devant elle alors que son sourire se fait plus large que jamais.

« C'est... Magnifique ! »

Geint -elle la voix vrillant sous l'émotion. Finalement elle pivote le visage pour observer celui du Zabrak et approche son faciès du sien dans un rire soufflé, frottant le bout de son nez du sien et murmure.

« Tu as tenu ta promesse Erynn... An est heureuse. »

De sa main libre elle caresse le menton du sith, redessinant le contour de sa mâchoire en reculant le visage sans cesser de soutenir son regard. Elle l'observe tendrement, amoureusement même puis fronce les sourcils avec un sourire mutin.

« Maintenant que An' réalise... le vaisseau est tout petit mais tu as pris une grosse valise... Ce n'est pas pour rester ici, hein ? » Elle se mord la lèvre, curieuse et minaude. « Tu vas emmener An' quelque part ? »




avatar
La Main Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1606

    Crédits galactiques : 474

    Cristaux Kyber : 15

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia (avatar & gifs)

    Disponibilité rp : demandez toujours !

    DC : Kaedwell, Echoy, Jake

    Inventaire : double sabre-laser, lance-fléchettes, droïde de reconnaissance, droïde médical, porg, grumpy cat, motojet, chasseur biplace.

  • Posté le Mer 1 Nov - 20:02

    Message n°941 (5)


Tout en pilotant, le zabrak lâche un petit rire moqueur. Lui, dire n'importe quoi ? Bah voyons ! Décidément, s'il y avait bien une chose à laquelle il n'a jamais réussi à initier Anhesis, en plus de la technologie, c'est l'humour. Le marché pourrait probablement être bien lucratif sur Maloran, d'ailleurs... « Y a beaucoup de choses que tu ne sais pas une fois en dehors de Maloran. », rétorque-t-il d'un ton narquois, ne pouvant ralentir le vaisseau pour soulager la jeune femme de cette sensation de décollage qui, semble-t-il, lui est désagréable. Amateur de sensations fortes, si le zabrak avait été seul, il aurait mis les moteurs plein pot, en plus de s'envoler en tournoyant sous forme de tonneaux serrés. Mais bon, qu'y pouvait-il, les goûts et les couleurs... certaines préfèrent se balader pieds nus dans les égoûts, n'est-ce pas ?  Esquissant un sourire alors que la jeune femme rattrape rapidement le pauvre Porg qui n'a pas l'habitude de voler sans le vouloir, le zabrak appuie légèrement la tête contre le côté de la vitre pour observer, plus haut, la toile noire de l'espace. « C'est normal. C'est pareil, là dehors... Mais c'est pas aujourd'hui qu'on va faire une sortie flottante dans l'espace... »

Content de la réaction ébahie de sa comparse, Eryndal esquisse un petit minois chafouin, tandis que son sourire se fait plus mystérieux et taquin. « Me voilà soulagé... », souffle-t-il avec une pointe d'ironie. Oh, oui, ce détail des bagages... Le détail qui fait tilt dans la tête de sa comparse. Haussant un sourcil, le zabrak recule pour retourner à sa place et ne peut s'empêcher de répliquer : « Tu veux aller quelque part ? » En pianotant sur son tableau de bord, il active quelque chose face à Anhesis et soudainement, l'hologramme de la carte galactique apparait devant elle. « Tu vois le point qui clignote en bas ? C'est là où nous nous trouvons. Comme tu peux le voir, nous sommes assez isolés du reste de la galaxie... Toutes ces étoiles que tu vois, ces points qui clignotent dans la nuit, ont chacune des systèmes pouvant abriter la vie. Et... Plus on se rapproche du centre de la galaxie, plus les étoiles sont nombreuses, plus le ciel est magnifique à observer. » Oeuvrant à quelques commandes informatiques, il fait apparaitre sur la carte d'Anhesis, un autre point clignotant, bien plus vers le centre de la galaxie, dans les mondes du noyau.

« Et c'est là qu'on va. Pantolomin. C'est une planète très... prisée comme destination, et tu vas vite comprendre pourquoi en arrivant. Je te préviens, il y aura du monde, mais ne t'inquiète pas, pas de quoi se marcher sur les pieds, ils sont bien organisés là bas. Tu vas probablement apercevoir des espèces que tu n'as jamais vues à Maloran, mais qui peuplent le reste de la galaxie. Ah, oui... évidemment, là-bas, on ne doit pas utiliser la Force, ni mordre les gens, ni se montrer désagréable envers le personnel. Daleth tient à ce que l'Ordre Sith soit à la fois irréprochable et encore inconnu en dehors de Malachor. » Sous-entendu, au moindre dérapage, c'en serait fini d'eux. Un petit voyau s'allume sur l'écran de contrôle du zabrak. « On est prêt à y aller. Le voyage va durer... huit heures et demi. D'ici-là, profites-en pour dormir un peu, on va arriver à Pantolomin pendant leur matinée. » Il tapote sur quelques touches et le siège d'Anhesis pivote en position de repos pour être plus confortable, tout en donnant une vue imprenable sur la verrière. Le zabrak enclenche alors les hypropulseurs et très vite, l'espace-temps se tord, les points lumineux deviennent des lignes courbes, et le ciel noir disparait pour laisser place à cet étrange tunnel que forme l'hyperespace.





Pokésith, attaquez-les tous !:

avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1261

    Crédits galactiques : 586

    Cristaux Kyber : 64

    Avatar : Sofia Boutella

    Crédits : MedusaNexus

    Disponibilité rp : Non

    DC : Byrhon Gill'losa, Evolet Moo

    Inventaire : - Sabre Laser
    - Couteau
    - Deux Tuk'atas mâles
    - Tenue d'officine du Triumvirat

  • Posté le Mer 1 Nov - 22:32

    Message n°949 (6)

Devant son nez, la carte se matérialise et en plus de l'infini de l'espace, Anhesis réalise combien Malachor est éloigné de bien des planètes. Elle observe l'hologramme tout en écoutant son Zabrak préféré, caressant tendrement Pel toujours jucher sur ses genoux et qui piaille, visiblement ravie de l'attention qu'il reçoit.

« Où est-ce que An veut aller ? Oh mais... An ne sait pas, elle ne connaît rien d'autre que Maloran...»


Souffle-t-elle sans quitter la carte des yeux, perplexe. Quoi qu'il en soit, Eryndal lui a une idée très précise du lieu où il désire l'emmener. Comment avait-il dit ? Pantolomin ? En voilà un drôle de nom. Beaucoup plus calme, Anhesis accuse la nouvelle. Au milieu des gens, cacher la force, cacher sa nature de sith... Un jeu d'enfant. Ou peut-être pas, pour cette femme à la peau cendrée et dont tout l'être vibrait d'une aura malsaine à cause de la chose qui avait élu domicile dans son crâne.

« An' fera de son mieux, c'est promis. »

Murmure la jeune femme en calant son dos dans le fond de son siège qui se recule, offrant une position quasi allongée. Elle ne bronche pas, les yeux rivé sur les étoiles, un sourire flottant sur les lèvres. C'était vraiment étrange d'être là et plus encore de partager ce moment avec Eryndal.

« An' ne sait pas si elle arrivera à dormir tout ce temps... Trop d'excitation ! »

Rit-elle alors que le Porg finit par remonter le long de son buste pour se nicher contre sa gorge, lover dans ses cheveux. Et force d'avoir à observer ce ciel étrange causé par l'hyperespace, Anhesis finit par s'endormir par elle-même, profitant de ce repos accordé et largement mérité.

Sur Pantolomin - La première chose qui la frappe lorsque le vaisseau entre dans l'espace de la planète Pantolomin, c'est la clarté du ciel. Anhesis en avait grimacé de surprise, son regard si peu habitué à tant de lumière, d'autant qu'elle était une créature qui s'épanouissait allègrement dans l'obscurité. Les premiers pas sur ce nouveau territoire laissèrent la jeune femme perplexe alors qu'elle observe le ciel bleu et l'énorme boule lumineuse dans le ciel, cette chose qui n'existait pas sur Maloran, cachée dans les tréfonds de Malachor.

« C'est ça.... un soleil ? »

Souffle Anhesis en levant son bras, ouvrant la main et observe sa paume pâle qui se réchauffe sous l'influence du soleil matinale. Le porg lui semble appréciait largement cette chaleur alors qu'il a déjà rejoint l'épaule de son maître. La sith libère un soupir, fermant et ouvrant la main, agitant les doigts, comme si elle cherchant à palper les rayons émit par le soleil.

« C'est étrange... An' ne se souvient pas avoir vu de soleil avant mais.... Elle a l'impression de connaître cette... chaleur. »

Et quelle chaleur pour celle qui avait vu le jour sur une planète désertique. Mais cela faisait partie des nombreuses choses qui avaient été oublié avec Tenebris avait fait la lourde et irréparable erreur de faire usage d'une pauvre enfant dans un rituel sith dans l'espoir de gagner du pouvoir. Son passé, sans doute ne le récupérerait-elle jamais. Pourtant son enthousiasme ne semble pas le moins du monde entamé par cette sombre pensée alors que la jeune femme emboîte le pas au Zabrak, vague sourire aux lèvres. Mais dès que la population est en vue, ce sourire disparaît et rapidement elle se colle à lui, marchand tout contre Eryndal en s'accrochant fermement à sa tunique.

« On arrive bientôt ? »




avatar
La Main Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1606

    Crédits galactiques : 474

    Cristaux Kyber : 15

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia (avatar & gifs)

    Disponibilité rp : demandez toujours !

    DC : Kaedwell, Echoy, Jake

    Inventaire : double sabre-laser, lance-fléchettes, droïde de reconnaissance, droïde médical, porg, grumpy cat, motojet, chasseur biplace.

  • Posté le Ven 3 Nov - 19:15

    Message n°1092 (7)

Autorisés à atterrir au spatioport accueillant les vaisseaux personnels des touristes, voilà les deux Sith qui se fondent dans la foule, se mêlent à tous ces visiteurs qui, comme eux, découvrent pour la première fois cette planète paradisiaque sur tous les plans. Même de l’espace, Pantolomin paraît si douce à vivre, si paisible, si belle, avec son bleu turquoise qui entoure ses rares continents verdoyants. Même l’architecture semble se mêler parfaitement à son environnement pour ne pas gâcher le paysage avec de vulgaires tôles qui s’imbriquent les unes aux autres. Le zabrak a esquissé un sourire alors qu’Anhesis découvre à nouveau la douce chaleur qui rayonne de l’étoile sur sa peau, la lumière naturelle qui irradie, éblouit leurs yeux habitués à l’obscurité de l’espace mais aussi de Malachor. Mêlant doucement ses doigts à ceux d’Anhesis qui étudient cette chaleur depuis longtemps oubliée, il secoue doucement la tête pour confirmer. « Oui, c’est ça le soleil… Et… là d’où tu viens, sur Tatooine… il y en a même deux. C’est une planète désertique, avec du sable et de la rocaille partout, et par rapport à la température modulée sur Malachor… c’est une véritable fournaise. »

Alors que leur chemin se mêle à celui des autres visiteurs de la planète, menés par différentes indications affichées sur d’immenses holo-écrans, Eryndal sent la jeune femme se presser contre lui, mue par cette crainte toujours présente de la foule. Ralentissant le pas pour se repérer, il finit par trouver le chemin vers la station de taxis. Mais contrairement à ceux de Maloran, ceux-ci semblent bien plus indiqués à voyager sur l’eau, ou plutôt, à léviter légèrement au-dessus de la surface de l’océan qui entoure la presqu’île abritant le spatioport. Au loin, sur le littoral bordé par les plages de sable fin et la végétation typique du bord de mer, on peut déjà apercevoir les hautes tours effilées que sont les Tours de Pantolomin, l’hôtel luxueux qui fait la renommée du tourisme sur la planète. Et leur destination. Remarquant la réticence d’Anhesis à grimper sur tout véhicule motorisé, le zabrak lève doucement les yeux au ciel, donnant ses bagages au chauffeur. « Viens An’, ça va aller doucement et tu verras les poissons. » Toujours avoir une carotte pour l’émerveiller, songe-t-il en grimpant dans le taxi…

Au moins la planète n’a-t-elle pour l’instant pas envie de le contredire car effectivement, alors que le véhicule au profil de bateau mais donc la coque ne frôle même pas l’onde translucide, une multitude de poissons multicolores vaquent à leurs occupations sans leur prêter la moindre attention. Le regard se perdant dans le vague de l’océan à scruter le sable blanc qui ondule dans les fonds, le zabrak profite en silence du jour qui s’est levé et du matin qui offre encore une légère fraicheur tiède. Retrouvant la terre ferme via un accès réservé aux speeders sur la plage, ils ne tardent plus à arriver devant les tours gigantesques. « On arrive. », marmonne la Main noire qui renverse la tête en arrière pour scruter la hauteur des hôtels à en avoir le vertige. La pyramide avait l’air d’être un petit tas de sable à côté. A la réception, c’est une créature étrange qui les accueille, grande et très élancée, avec un visage fin qui rappelle celui d’un oiseau. La peau pâle mais les yeux entièrement rouges comme les Chiss, et des cheveux plaqués vers l’arrière qui ressemblent davantage à des plumes de paon. La créature les salue avec une patience qui frise l’extraordinaire quand l’on devine le nombre de clients qu’elle aura à guider.

Recevant les accès à leur suite, il n’y a plus qu’à patienter durant le trajet de l’ascenseur. Si celui-ci est rapide, le défilement des numéros d’étages est assez impressionnant, même pour le zabrak qui à l’occasion, a pu se rendre sur Coruscant ou Nar Shaddaa. Le dernier moment de suspense s’achève sur l’ouverture de la porte sur un large espace agréablement aménagé, et qui, surtout, mène à un large balcon faisant le tour de l’édifice qui, à cette hauteur adopte une forme elliptique. Et surtout, il y a cette vue qui s’étend sur l’immensité de l’océan, le ciel bleu et, sur le côté, une partie du continent noyé dans la verdure. Posant leurs bagages dans un coin, le zabrak observe un instant l’endroit, les poings sur les hanches. « Bon, ça manque un peu de marbre noir, mais j’espère que ça te plaira quand même. »





Pokésith, attaquez-les tous !:

avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1261

    Crédits galactiques : 586

    Cristaux Kyber : 64

    Avatar : Sofia Boutella

    Crédits : MedusaNexus

    Disponibilité rp : Non

    DC : Byrhon Gill'losa, Evolet Moo

    Inventaire : - Sabre Laser
    - Couteau
    - Deux Tuk'atas mâles
    - Tenue d'officine du Triumvirat

  • Posté le Sam 4 Nov - 11:20

    Message n°1137 (8)

Deux soleils ? Cette planète dont elle était origine, Anhesis se fit la promesse intérieure d'y retourner un jour. Il faut dire qu'elle ne s'était jamais réellement questionné sur l'endroit d'où elle venait ou bien s'il lui restait de la famille quelque part. Aurait-elle dû ? Après tout, quelqu'un l'attendait peut-être sur cette planète désertique... Un vague pincement au cœur la saisit, sensation de culpabilité, comme si ce désir de trouver une famille oubliée lui donnait l'horrible sensation d'être infidèle à celle qui s'était construite autour d'elle. Qu'en penserait Daleth, s'il était là ? Rapidement la femme chasse cette idée, ce n'était vraiment pas le moment idéal pour broyer du noir alors même qu'elle prenait des vacances pour la première fois de sa vie. Main dans la main avec Eryndal, Anhesis avance en silence, visage baissé alors qu'elle évite le regard des autres touristes qui d'ailleurs, ne lui prête même pas attention. Viens alors l'instant de grimper dans un autre véhiculé. Perplexe, la sith observe l'engin lui Eryndal qui l’appâte bien vite avec cette histoire de poisson. Et cela marche car déjà, la jeune femme grimpe à son tour sur le véhicule avant de prendre place sur le siège. Si l'appréhension est toujours là, c'est toujours avec ce même silence qu'elle observe l'onde clair de l'océan, observant la faune aquatique. Plus qu'émerveillé, c'est un large sourire qui illumine son visage alors que la sauvage trépigne sur son siège en observant les poissons, secouant le bras du Zabrak avec excitation. Et dire que les vacances ne faisaient que commencer....

Outre la taille démesurée des bâtiments, de l’accueil qui leur a été offert et le luxe dans lequel l’hôtel entier baignait, la découverte de la chambre dans laquelle Eryndal et sa compagne resteraient quelques jours, laissa celle-ci sans voix. Oui, c'était radicalement différent de Maloran, ici pas la moindre touche de noirceur, l'obscurité était absente, même dans la décoration. Était-ce une bonne chose pour elle qui aimait tant se vautrer dans les ténèbres de Malachor ? Hésitante, Anhexis s'avance dans la pièce plutôt spacieuse et au design aussi épuré que moderne et laisse son regard sombre scruter l'endroit. C'est joli, il faut bien l'admettre. Lentement elle pivote sur elle-même, observant du sol au plafond, capturant chaque détail d'un coup d'oeil et murmure.

« An' aime beaucoup, oui... »

Ses premiers mots depuis sa découverte du soleil. La sauvage s'arrête devant le lit. Le seul de l’endroit, double et confortable. Anhesis esquisse un sourire, effleurant la couverture du bout des doigts avant de glisser un regard en biais vers le Zabrak.

« Un seul lit... ? » Elle fait la moue. « Donc... Eryn et An' vont dormir ensemble ? Tout le long des vacances ? »

N'était-ce pas là un élan de masochisme de la part de la main noire qui vivait déjà mal leur rare élan de proximité ? Il faut dire que depuis les mots sacré qu'il avait lâché à l’hôpital, le duo étrange qu'ils formaient ne s'étaient pas rapprocher plus que cela. Ils ne se touchaient pas, ne partageait pas le même lit, ne s’embrassaient pas non plus. Ils avaient garder cette distance maladroite qui les caractérisaient tant. Mais là, dans cette chambre, Anhesis n'était plus sûr de rien.

« An' comprend mieux pourquoi tu lui a dit que tu servirais de doudou. »


Souffle la brunette avec malice alors qu'un rire amusé s'extirpe de sa bouche, résonnant dans la pièce. Finalement elle se dirige vers la porte-fenêtre qu'elle ouvre doucement avant de filer sur le balcon. Là, l'étendue de l'océan, son azure qui se perd à l'horizon et ses plages de sable fin. Une véritable merveille. Alors qu'elle inspire profondément, Anhesis observe ce décor paradisiaque et lâche vivement.

« L'air ici... est différent de Malachor. C'est plus.... Pure ? »




avatar
La Main Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1606

    Crédits galactiques : 474

    Cristaux Kyber : 15

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia (avatar & gifs)

    Disponibilité rp : demandez toujours !

    DC : Kaedwell, Echoy, Jake

    Inventaire : double sabre-laser, lance-fléchettes, droïde de reconnaissance, droïde médical, porg, grumpy cat, motojet, chasseur biplace.

  • Posté le Sam 4 Nov - 13:06

    Message n°1139 (9)

Faisant le tour du propriétaire tout comme Anhesis, le zabrak observe tour à tour les meubles, frôle du bout des doigts le canapé de cuir qui les accueille dans le séjour, face à à un écran-holographique qui diffuse pour l’instant, en silence, des images de la planète et des différentes activités qu’on peut y faire. La Main noire tourne lentement la tête en direction de la chambre d’où provient la voix d’Anhesis, aperçoit sa silhouette face au large lit et sa petite moue peu convaincue ou cherchant probablement anguille sous roche. Un sourire à la fois chafouin et narquois étire les lèvres d’Eryndal qui, s’approchant pour s’appuyer de côté contre l’arche qui sépare la partie chambre du reste de la suite, croise les bras d’un air nonchalant et rétorque : « Il faut croire, oui. Sinon, au pire, il reste le canapé… » Eryndal n’avait rien laissé au hasard en réservant quelques jours plus tôt. Oui, il aurait pu faire en sorte qu’ils soient séparés, mais dans ce cas, l’intérêt de ce voyage partait à l’eau.

Un éclat complice et malicieux éclaire un instant le regard de braise du Sith alors qu’Anhesis comprend mieux l’allusion au doudou. « C’est mieux comme ça… non ? », lâche-t-il en haussant légèrement les épaules, conscient que tout cela, il ne l’a pas fait simplement pour elle, mais pour lui aussi. S’il y avait toujours eu cette retenue envers elle, ce rappel incessant et involontaire, inconscient des images de Tenebris violentant la jeune femme, ces fantômes immondes qui l’empêchaient de l’aimer pleinement, sans doutes que s’éloigner de ces derniers, en plus d’avoir à présent mis certaines choses au clair avec Anhesis, leur permettrait de sauter le pas de leur relation. Au moins le zabrak se sent-il quelque peu plus léger à présent qu’Anhesis a été mise au courant de sa grossesse avortée… un poids qu’il n’est plus obligé de porter seul, de garder cet ultime affront de Tenebris secret. La manière dont elle l’a appris n’était sans doutes pas la plus… adéquate, mais Larhen l’avait payé au prix fort.

Rejoignant Anhesis sur la terrasse surplombant la ville et l’océan, il hoche doucement la tête, les mains appuyées sur le garde-corps qui les protège d’une très longue chute dans le vide. Il n’y a pas seulement l’air qui est différent ici, la Force qui baigne la planète n’a rien à voir avec les effluves obscurs qui rongent Malachor. « Tu veux dire par rapport aux égouts ? », ironise le zabrak avec un sourire taquin. « La vie ici est bien plus propice que chez nous, c’est certain… Et la Force qui règne sur cette planète n’a pas grand-chose à voir avec ce dont tu as l’habitude… elle est plus… équilibrée. Plus lumineuse, même. Quoique beaucoup moins présente, aussi. Ce n’est peut-être pas plus mal. » Pour eux, mais pour le démon aussi, qui se nourrit du côté obscur jusqu’à pomper les moindres forces d’Anhesis. Ici, privé d’un lien puissant, la créature ne doit pas être à son aise… probablement en train de se terrer dans un coin de son esprit sans avoir la puissance nécessaire pour la tourmenter comme à son habitude.

Se tournant sur le côté pour observer sa comparse, la Main noire pince légèrement les lèvres avant de déclarer : « Bon, il y a des tonnes de choses à voir dans le coin. La plage, la forêt pas loin, la barrière de corail à visiter en appareil sous-marin ou en plongée… De toute façon tu n’as pas d’excuses, en plus de réserver l’hôtel j’ai aussi commandé des affaires pour trainer en bord de mer, tout a été livré ici. », indique-t-il en pointant du pouce, la table basse où se trouvent plusieurs paquets. Maillots de bain, draps de plage et tutti quanti, des accessoires qu’on ne peut trouver à Maloran mais qui, heureusement, sont accessibles grâce à l’holonet.





Pokésith, attaquez-les tous !:

avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1261

    Crédits galactiques : 586

    Cristaux Kyber : 64

    Avatar : Sofia Boutella

    Crédits : MedusaNexus

    Disponibilité rp : Non

    DC : Byrhon Gill'losa, Evolet Moo

    Inventaire : - Sabre Laser
    - Couteau
    - Deux Tuk'atas mâles
    - Tenue d'officine du Triumvirat

  • Posté le Sam 4 Nov - 17:16

    Message n°1160 (10)

Le regard perdu vers l'horizon, Anhesis se laisse approcher alors que le Zabrak la rejoint sur le balcon pour lui parler de la force. C'est vrai qu'en étant jamais sorti de Maloran, il lui était difficile d'imaginer à quoi pouvait bien ressembler tous ces mondes sans la noirceur de Malachor. Un pâle sourire vient ourler les lèvres de la jeune femme, qui répond d'une voix douce.

« J'adore ce que je vois ici mais... Je crois que sur le long terme, cela me gênerait. Je ne sais pas, je crois que je suis trop attaché à l'obscurité. » ou trop dépendante, elle pivote, tournant le dos à l'océan et observe le Zabrak. « Tu sais, jusqu'à ce que... tu me fasses faire ce saut dans le vide... » Elle pose rapidement sa main sur son bras en souriant. « Hey, fait pas cette tête, ça va tu sais... J'ai plus cette colère comme avant. En fait c'est de ça que j'essaye de te parler... Je t'en ai voulu longtemps mais... Parce que je ne comprenais pas cette nécessité de vivre dans le côté obscur. » Elle hausse les épaules. « Quand j'ai fait la formation du triumvirat... On m'a soumis à des choses vraiment... terrible. La pire a été quand on m'a forcé, durant des jours, à être confronté à mes pires peurs, à trouver l'origine de ma haine, pour mieux l'utiliser... » Anhesis tourne le visage, observant encore la mer à perte de vue. « J'ai revu et revu cette scène tellement de fois... Je me voyais tomber encore et encore... Plus je la vivais plus... Je revoyais ton visage. Alors j'ai commencé à voir des détails qui m'avaient échappé... Je me suis souvenu de ton regard... De cette douleur dans tes yeux... J'ai compris que tu n'avais pas fait ça par sadisme mais... Pour moi. » Elle marque une pause, sourit puis observé à nouveau le Zabrak. « Je crois que c'est à ce moment-là que l'obscure c'est vraiment ouvert à moi. Ou plutôt moi qui me suis ouvert à lui. J'ai juste arrêté de lutter, parce que j'ai compris que c'est ce que je faisais depuis toujours, parce que j'avais peur ! » Long soupir. « Quand les exécuteurs m'ont plongé dans le puits... c'était une sensation vraiment étrange tu sais... C'était comme une terreur glaçante, ça s'infiltrait partout, dans tout mon être... J'avais l'impression d'étouffer que... j'allais même sans doute mourir. Et puis soudain ça a cessé, comme ça... Tout a disparu, le froid, la peur... Je me suis senti galvaniser par que cette force dans laquelle je baignais. Je ne peux pas dire avec des mots qui s'est passé à ce moment-là mais... j'ai eu l'impression d'ouvrir les yeux pour la première fois. Comme si... j'étais en train de naître. Quand ils m'ont sorti du puits, j'étais si faible... et pourtant je me sentaient tellement plus fort, Eryn. On dit beaucoup de choses sur le triumvirat... Mais c'est à ce moment-là précisément que j'ai su que... J'étais faite pour l'obscure. Tu comprends ? Je... J'ai eu l'impression de ne fait qu'un avec le côté obscure de la force, c'est comme si soudainement, je comprenais tout ce que tu avais tenté de m'apprendre depuis des années et bien plus encore ! Je crois que c'est suite à cela aussi, quand je suis sorti et que j'ai revu Daleth que... Quelque chose à changer. Ce n'est pas toute cette théorie de fanatisme qui circule... Non, c'est comme si au fond, le puits m'avait permis de me connecter à lui. Et ce sentiment m'a fait du bien. L'obscurité m'a sauvé, Eryndal. Il m'a purgé de mes peurs et m'a donné un but, quelque chose auquel croire et m'a donné la force de me battre pour cela. Mais je sais que sans ton aide, si tu n'avais pas toi-même cru en moi... Je n'en serais pas là aujourd'hui. »

Après ce long monologue, le regard perdu dans le vide, Anhesis finit par libérer un long soupir. Elle n'avait jamais parlé de cela à quiconque, pas même avec Daleth. C'était étrange de pouvoir se livrer si librement à Eryndal, de pouvoir parler de cela avec lui sans avoir peur d'être jugé. Elle sourit de nouveau, glissant un regard tendre vers le Zabrak.

« Je voulais juste que tu sache que... Quoi qu'il arrive, je serais avec toi. Tu m'as sauvé de bien des manières Eryn... Je ne veux pas que tu imagines que je suis ingrate ou... je ne sais pas. » Elle rit nerveusement. « Je te pardonne tout. Absolument tout. La chute, le bébé, les coups... Tout. Je ne veux plus jamais que quelqu'un ou quelque chose se mette entre toi et moi Eryn, parce que ma plus grande peur à présent... C'est de te perdre, toi. »

Avoue la sith, la voix brisé par l'émotion, le regard brillant d'une lueur énamourée. Sans un mot de plus, Anhesis se détourne du Zabrak et du balcon pour retourner dans le logement de vacance, prête à découvrir les achats du Zabrak.

En fin d'après midi - Une journée bien remplie où la détente avait été au rendez-vous. Après les confidences sur le balcon, Anhesis s'était senti plus libre de profiter de sa journée. Sa matinée, certes courte, avait été ponctuée par une session d'achats dans les boutiques de l’hôtel avant de pouvoir partager un repas avec son compagnon puis finalement de passer le reste de la journée à la plage en sa compagnie. Ils avaient parlé de tout et de rien, avaient rit, s'étaient chuchoté des secrets entre deux nages à profiter du lagon le plus proche de leur hôtel et c'est finalement, avec le sourire aux lèvres ,que la jeune femme avait retrouvé leur chambre. Elle n'avait pas perdu une seconde pour réclamer son holocom à Eryndal, désireuse de pouvoir raconter cette journée à son Daleth. L'avantage d'une connexion sécurisée... Assise en tailleur sur le lit, encore vêtu de son maillot de bain, Anhesis observe la petite lumière de l'holocom avant d'afficher un sourire tendit que l'engin enregistre sa voix et son visage, ainsi que tout ce qui était à portée de caméra.

« Bonjour papa ! Euh... » La femme lâche un petit rire alors que Porg dans ses bras se met à piailler. « Voilà je voulais juste t'envoyer un message pour te dire que... Eryn et moi on a passé notre première journée de vacances et que... tout s'est bien passé. Oui, il m'a dit que tu étais au courant et qu'il avait eu ton consentement... Tu es irrécupérable, hein ? » Nouveau rire. « Bref, c'était une belle journée et me tarde d'être à demain pour recommencer. J'ai faits les boutiques et puis on a été nager, j'ai vu plus de poissons en un après-midi qu'au cours de toute une vie ! Eryndal est sous la douche là, il est revenu en râlant parce que le sable s'infiltre partout, surtout dans son short de bain et que ça le gratte. » Elle éclate de rire. « Enfin tu sais comment il est, il trouve toujours quelque chose pour râler ! Mais il va bien et moi aussi. » Son sourire se fait plus tendre. « Je pense fort à toi papa et... Tu me manques. Cela me fait bizarre d'être si loin de la maison, c'est encore plus étrange de ne pas ressentir ta présence tout près, j'ai comme un vide... » Elle baisse les yeux, comme affligé par ce vide qu'elle exprime. « J'aimerais que tu sois là, avec nous. Même si je m'amuse bien... Je n'aurais pas crû que me retrouver si loin de toi me ferait cet effet... » Elle sourit, relevant le visage et affichant une mine plus enjouée quoiqu un peu forcée sans doute dans l'optique de ne pas inquiéter le seigneur sith. « J'espère que les tuk'atas sont sages ! Câline le pour moi, tous les quatre ! » Soupir. « Je sais que je l'ai déjà dit mais... Tu me manques vraiment. Je t'enverrais un autre message demain et après-demain... Tous les jours s'il le faut. Prends soin de toi en attendant, et n'hésite pas à abuser des cookies obscurs ! » Elle ferme son poing qu'elle colle contre son cœur. « Tu es ici avec moi. Je t'aime, papa. »

Un dernier regard vers l'holo et elle tend la main, pressant le bouton pour couper l'enregistrement qui s'envoie immédiatement. Sans doute la vidéo mettrait quelque temps à traverser la galaxie. D'un geste lent Anhesis dépose Pel sur le lit avant de se lever, pile quand le Zabrak sortait de la salle de bain. Elle l'accueille avec un sourire, se levant du lit et lui souffle avec malice.

« Tout le sable est parti ? » Elle rit. « J'ai envoyé le message à papa... Du coup... Je crois que je vais m'accorder le plaisir d'un bain et ensuite... Euh... Tu as prévu quoi pour la soirée, au fait ? »




avatar
La Main Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1606

    Crédits galactiques : 474

    Cristaux Kyber : 15

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia (avatar & gifs)

    Disponibilité rp : demandez toujours !

    DC : Kaedwell, Echoy, Jake

    Inventaire : double sabre-laser, lance-fléchettes, droïde de reconnaissance, droïde médical, porg, grumpy cat, motojet, chasseur biplace.

  • Posté le Sam 4 Nov - 22:51

    Message n°1174 (11)

Le saut dans le vide. Pas vraiment les meilleurs mots d’accroche pour le zabrak qui se fige légèrement, s’attendant déjà au pire, ce qui serait amplement mérité pour ce geste passé. Un geste passé mais qui avait néanmoins toujours une certaine emprise sur la conscience d’Eryndal. Parmi ses rares regrets, en voilà un qui revenait le hanter fréquemment, notamment par la simple allusion d’un tiers. Mais étrangement, Anhesis a l’air bien plus détendue que lui sur le sujet alors qu’elle en est la victime. Détournant quelque peu le visage vers le paysage qui s’offre sans concession à leur regard, les traits durs du Sith parviennent à trouver quelque apaisement à mesure que les mots d’Anhesis coulent sur sa peau, résonnent dans son crâne. Relevant finalement les yeux vers la jeune femme, il la sonde de ses prunelles de braise, caresse la courbure de son visage du regard alors qu’un infime sourire nait sur ses lèvres.

« Si j’avais pu m’y prendre autrement… La patience n’a jamais été mon fort, je crois… et contrairement à toi, le côté obscur… c’est comme si on m’avait plongé dedans à peine être sorti du ventre de ma mère. Vivre à l’ombre d’un esprit Sith sans même le savoir, se retrouver baigné dans son influence inconsciente… Quelque part, quand j’étais à l’Académie, ça me semblait tellement naturel, simple et logique. Je n’avais pas besoin de me poser de questions parce que ça faisait partie de moi, que ça avait toujours été là et qu’il suffisait de tendre la main pour s’en saisir pleinement. Et j’ai dû penser que c’était le cas de tout le monde. Alors que non. J’ai été… trop exigeant. Et pas du tout pédagogue pour le coup. » Il soupire en se frottant le front du pouce. « Pas un jour ne passe sans que je regrette, tu sais. » Il ne peut s’empêcher d’esquisser un sourire agacé par lui-même. « J’ai juste trop de fierté pour l’avouer. » Mais quelle intense vague de soulagement alors qu’elle lui pardonne ! Il n’a pas tant que compassion pour lui-même, mais c’est comme si, à ses mots, ses deux cœurs se mettent à battre plus vite, avec un nouvel entrain, déchargés d’un étau invisible qui les empêchaient jusque-là de s’exprimer pleinement à leur unisson. Laissant Anhesis découvrir les paquets qu’il lui a indiqués, le zabrak se retourne vers l’océan, fermant les yeux et inspirant de concert avec la brise aux saveurs iodées qui fouette son visage, avant de lâcher un long soupir qui le rend plus léger.

En fin d’après-midi. La tête renversée en arrière, sous le jet tiède d’eau douce qui laboure son visage avant de s’écouler sur tout son corps tatoué, en creusant des sillons humides sur sa peau de vermeil et de ténèbres, le zabrak ne peut qu’apprécier de sentir le sable se décrocher de son épiderme. La voix d’Anhesis, dans la chambre, ne semble être qu’un lointain écho étouffé par la chute de l’eau. Si Anhesis n’était jamais sortie de Maloran et n’avait jamais connu la saveur des vacances, c’était la même chose pour Eryndal, incapable de se laisser aller à se détendre seul sur une plage à attendre simplement que le temps passe. Mais en compagnie de son aimée, ces moments avaient pris une tout autre dimension, les transformant en ces moments intimes et apaisés, à profiter simplement de l’instant et des joies qu’il offrait… même si résister à la vision d’Anhesis en maillot de bain avait été assez compliqué.

Sortant finalement de la salle de bain en pantalon et haut à manches courtes, ses pieds nus foulant le sol frais de la chambre, le zabrak rejoint la jeune femme alors qu’elle a déjà terminé son message. Esquissant un petit sourire entendu et narquois, il hausse les épaules en ronchonnant : « Heureusement ! On dirait pas mais ça reste collé aux cornes, c’est pire qu’une invasion. » Et il n’y a rien de pire que quelque chose qui reste coincé sur la corne d’un zabrak. « Je suis surpris que tu ais réussi à appuyer sur le bon bouton. », la taquine-t-il avec ironie, avant de faire mine de réfléchir. « N’importe quoi, pourvu qu’il n’y ait pas de sable. Non, concrètement, j’ai rien prévu, donc si tu veux sortir à nouveau pour manger ou rester ici, c’est comme tu veux. J’ai déjà… préparé tes affaires pour ton bain. » Et surtout la nuisette qu’il avait posée en évidence, à côté du peignoir de soie fourni par l’hôtel… Rien prévu, vraiment ? Alors qu’Anhesis disparaît dans la salle de bain, le visage du zabrak se fend d’un petit sourire chafouin, qui s’installe en tailleur sur le lit pour patienter en méditant sur la Force, s’ouvrant à l’écoute de toutes ces vies qui les entourent.

A l’autre bout de la galaxie. Lorsque le Seigneur noir visualise le message laissé par Anhesis, il est déjà bien tard, mais le mot est bienvenu et, entourant sa tasse de café à son effigie de ses longs doigts, c’est un sourire qui apparaît sur son visage alors dépourvu de masque, alors que l’intimité de sa solitude lui épargne cette contrainte qu’il s’est imposé voilà longtemps. Tout autour de lui, les quatre tuk’atas vaquent à leurs occupations, les deux jeunes roulent l’un sur l’autre en jouant à en perdre haleine, importunant leurs parents alors que leur maitre visualise l’hologramme. « Tu nous manques aussi… », commente-t-il en jetant un coup d’œil à ses monstres. « Quoiqu’il en soit… amusez-vous bien. », ajoute le Seigneur noir avec un sourire narquois. Il était encore trop tôt pour contacter Eryndal, mais pas de doutes que le lendemain, en milieu de journée sur Malachor, il lui posera la question. Celle que tout le monde se pose au Conseil noir.





Pokésith, attaquez-les tous !:

avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1261

    Crédits galactiques : 586

    Cristaux Kyber : 64

    Avatar : Sofia Boutella

    Crédits : MedusaNexus

    Disponibilité rp : Non

    DC : Byrhon Gill'losa, Evolet Moo

    Inventaire : - Sabre Laser
    - Couteau
    - Deux Tuk'atas mâles
    - Tenue d'officine du Triumvirat

  • Posté le Dim 5 Nov - 11:09

    Message n°1182 (12)

La taquinerie ne l'atteint pas mais Anhesis esquisse tout de même un sourire en secouant la tête. Il faut dire que depuis l'accident des égouts, elle portait déjà bien plus d'attention au mode de fonctionnement des holocoms bien que ce n'était pas encore  quelque chose d'évident pour elle, ni de très naturel.

« Bon eh bien... Je vais prendre mon bain, me détendre un peu et puis je te dis ensuite ! »

Sortit ou ne pas sortir . Après tout le voyage avait été long, la journée pleine de rebondissements, d'émotions et tous deux s'étaient bien dépensé physiquement. Peut-être que pour cette première soirée, il serait préférable de rester là, tranquillement, à profiter de l'intimité des lieux avant un repos largement mérité. Dans la salle de bain, Anhesis ne réalise même pas la présence du vêtement posé près du lavabo, trop concentrer à retirer son maillot de bain avant de se glisser dans un bain brûlant qui lui arrache un long soupir de bien-être. Si le Zabrak médite sagement dans la chambre, l'exécutrice le fait ici, dans l'eau du bain au milieu de la masse de mousse odorante. Oeil fermé, tête basculée en arrière, elle s'ouvre à son tour. Elle ressent immédiatement la présence sombre du Zabrak dont la conscience effleure la sienne avant d'aller vaquer au calme des lieux et de toutes les vies qui l'occupent.

C'est finalement quand l'eau est devenue tiède qu'Anhesis émerge. Au lieu de méditer, ce serait elle assoupir . Le temps lui paraît passé bien plus vite ici. Elle savonne généreusement, corps et cheveux pour se débarrasser de l'odeur de l'océan et des derniers grains de sable invasif avant de quitter la baignoire, s'enroulant dans une serviette. Eryndal n'avait-il pas dit qu'il avait préparé ses affaires ? Curieuse, elle s'approche du plan de salle de bain et observe le peignoir de soie noire. Naturellement elle cherche un pyjama mais ce qu'elle trouve est tout autre et la laisse avec une perplexité sans pareil. Juste là, se trouve une nuisette, noire elle aussi mais fait d'un satin léger. Elle connaissait bien ce vêtement pour l'avoir offert à Eryndal il y a dix ans de cela, dans sa grande naïveté. Qu'est-ce qui l'étonne le plus en cet instant ? Le fait de voir qu'il a gardé cette chose ou bien qu'il l'ait apporté avec lui et l'invite à la porter, ici et maintenant . Malgré elle, un sourire taquin étire son visage alors qu'Anhesis fixe son reflet dans le miroir. Soit Eryndal se torturait inutilement, soit il était évident qu'il avait des projets pour eux.

Lorsque la porte de la salle de bain s'ouvre lentement, Anhesis en sort, emmailloté dans le peignoir de soie sombre qui ne laisse rien voir de ce qu'elle pouvait éventuellement porter en dessous. Mieux encore, elle joue la carte de l'innocence, du mystère en faisant comme si de rien n'était alors qu'elle vient rejoindre le Zabrak près du lit avec un sourire paisible aux lèvres.

« Pour notre première soirée ici... On devrait rester à la chambre. Et demain on pourra chercher un lieu au dîner le soir ? Qu'en penses-tu ? Mais avec le voyage, cette journée bien remplie, je me dis que rester ici à se reposer serait sans doute... mieux. »

Mais là encore tout dépend de la notion de repos auquel on faisait référence. Son regard accroche les prunelles dorées d'Eryndal, soutenant son regard un instant avant qu'elle ne se lève du lit, toujours en souriant.

« Je meurs de faim ! »

Finalement Anhesis marche jusqu'à la table et vient s’asseoir sur une chaise avant de venir croisé les jambes. Délicatement le tissu du peignoir s'écarte, libérant la vue de ses jambes nues alors qu'elle lève un regard intense sur le Zabrak. Là, le jeu allait commencer, celui du chat et de la souris. Mais pas sûr que le prédateur est celui que l'on croit dans cette histoire, d'autant qu'Anhesis avait une décennie d'expérience sur la façon dont elle pouvait mettre le sang du Zabrak à ébullition.

« Qu'est-ce que tu regardes comme ça ? »

Souffle soudainement sa voix, plus dur, plus intense tout comme son regard alors qu'elle arque un sourcil. Sa langue passe furtivement sur sa lèvre qui lui semble soudainement très sèche. Même son soufflé devient difficile alors qu'elle soutient le regard de son comparse avant de murmurer.

« Eryn ? J'ai faim. » Elle désigne le communicateur sur le mur. « Désolé mais moi je ne sais pas m'en servir. Tu vas devoir le faire... » Affirme-t-elle en décroisant les jambes pour les recroiser dans l'autre sens sans aucune forme de ménagement face à la lenteur sensuelle et exagérée dont elle fait preuve sur l'instant.




avatar
La Main Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1606

    Crédits galactiques : 474

    Cristaux Kyber : 15

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia (avatar & gifs)

    Disponibilité rp : demandez toujours !

    DC : Kaedwell, Echoy, Jake

    Inventaire : double sabre-laser, lance-fléchettes, droïde de reconnaissance, droïde médical, porg, grumpy cat, motojet, chasseur biplace.

  • Posté le Dim 5 Nov - 18:25

    Message n°1217 (13)

Roulant doucement des épaules de temps en temps pour évacuer la tension qui s’accumule dans ses muscles à force d’immobilité, le zabrak ne s’endort pas dans sa méditation, lui. Le souffle presque inaudible, il s’amuse de capter les émotions des formes de vie alentours, qui n’ont pas grand chose à voir avec ces émotions que les Sith chérissent pour gagner en puissance dans le Côté obscur. C’était sans doutes ici le pire endroit pour les seigneurs de l’obscurité les plus radicaux, mais c’était le dernier auquel on penserait si un jour quelqu’un venait à traquer un Sith… Alors qu’une brève agitation résonne dans la salle de bain, le zabrak revient peu à peu à lui, sortant de ses pensées vagabondes pour rouvrir les paupières sur la vision d’Anhesis moulée dans le peignoir de soie. Tiens donc… Les traits du visage détendus, Eryndal détaille la jeune femme du regard, relevant un œil vers sa petite mine innocente, qui à force, était tout sauf véritablement innocente. Plissant légèrement les paupières alors qu’il esquisse un mince sourire en coin teinté d’une expression narquoise, la Main noire hoche doucement la tête.

« Bien sûr. », susurre-t-il en ayant à l'évidence une toute autre vision de la notion de repos. Décroisant les jambes pour s’extraire souplement du lit, c’est un haussement de sourcil un peu moqueur qui fait écho à la remarque d’Anhesis. Lui aussi avait faim, mais ce n’était probablement au même genre d’appétit auquel il pensait… « Evidemment ! Ça ne m’étonne même pas. », lâche-t-il alors qu’il appuie son épaule contre le mur en regardant, d’un coin de l’œil averti, la petite mise en scène d’Anhesis. Une vision qui l’aurait certainement poussé à bout il n’y a pas si longtemps encore, alors qu’il se forçait à ne même pas penser à la toucher. Mais ici, les choses sont différentes et au vu du nombre de femmes qui sont passées dans le lit du zabrak, celui-ci n’est pas dupe. Son regard de braise brillant d’une lueur amusée, un sourire chafouin étire ses lèvres alors qu’il penche légèrement la tête sur le côté, songeant, tout en détaillant les jambes interminables d’Anhesis, si elle avait consenti à porter la nuisette ou si ce peignoir est la seule pièce de tissu qui la couvre présentement. Pinçant les lippes en une expression pensive, il finit par relever un œil, tout en haussant un sourcil, vers le visage d’Anhesis. « Je me demandais… », souffle-t-il sans terminer, se contentant d’un petit ricanement sourd.

Pivotant à peine la tête pour apercevoir le petit écran holographique qu’elle lui désigne, le zabrak ne peut s’empêcher un léger rire moqueur. « Comme c’est dommage. Tu es condamnée à mourir de faim si personne ne daigne passer commande. » Se décrochant du mur, Eryndal approche à pas feutrés vers la chaise d’Anhesis, appuie ses mains sur le dossier et baisse légèrement le visage vers la jeune femme. « C’est bizarre, je ne crois pas avoir entendu les mots magiques. », glisse-t-il avec ironie, avant de se pencher plus avant sur elle, pour avoir sa tête à son niveau. Ses mains quittent le dossier pour s’enrouler discrètement autour des épaules de son aimée, ses doigts pressant doucement le bas de sa nuque dans un lent massage. « On peut peut-être s’arranger… » souffle le Sith à l’oreille d’Anhesis, tandis que ses lèvres viennent à en effleurer le lobe puis glissent le long de la gorge ardente, dont il respire le parfum dans une lente inspiration. Mais bien vite, elles se dérobent, s’arrachent à la peau douce et odorante de sa comparse et s’étirent en un sourire chafouin et joueur sur le visage d’Eryndal. « …Mais qu’est-ce que j’obtiens en contrepartie ? » Là réside toujours la question, n’est-ce pas ?





Pokésith, attaquez-les tous !:

avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1261

    Crédits galactiques : 586

    Cristaux Kyber : 64

    Avatar : Sofia Boutella

    Crédits : MedusaNexus

    Disponibilité rp : Non

    DC : Byrhon Gill'losa, Evolet Moo

    Inventaire : - Sabre Laser
    - Couteau
    - Deux Tuk'atas mâles
    - Tenue d'officine du Triumvirat

  • Posté le Dim 5 Nov - 19:19

    Message n°1224 (14)

Le début d'un jeu dont tous deux connaissent déjà l'issue. Ce soir il n'y aura aucun vainqueur mais ce que l'on retiendra, en plus du dénouement, c'est la façon dont les deux monstres sith on finit par obtenir ce qu'ils voulaient. La torture d'Anhesis semble bien douce à côté de celle que lui inflige le Zabrak lorsqu'il se rapproche, entamant un massage de la nuque qui arrache un long soupir à sa comparse. Mais rien n'est pire que de sentir son souffle contre sa gorge et ses lèvres à son oreille qui affole son cœur et rend difficile chaque inspiration d'oxygène.

« Ce que tu obtiens ? Le plaisir de rester en vie. »

Murmure la femme avant de se lever quand la main noire le délivre enfin de son emprise. Féline, Anhesis fait quelques pas avant de se retourner, dardant un regard sournois vers lui alors que ses prunelles s'illuminent d'une aura dorée qui rend son regard plus animal que jamais.

« Libre à toi de me priver de manger, en effet... mais tu as oublié que si je ne peux pas manger quelque chose de consistent... alors je me nourris de... de quoi, déjà ? Ah oui... de gens. » Un rire secoue sa gorge, malicieux, suave. « Et tu es la seule chose dans cette pièce, qui soit vivante, Eryndal. C'est toi qui es enfermé ici avec un prédateur affamé... Sans doute devrais-tu revoir ton choix pour le menu de ce soir ? Car quoi qu'il en soit, j'aurais quelque chose à me mettre sous les crocs. »

Avait-elle déjà eu envie de lui pomper son énergie vitale ? D'aspirer sa vie jusqu'à la dernière goutte pour satisfaire cette faim insatiable qui la tourmentait ? Plus d'une fois. Trop souvent. Elle n'avait pas même fait des cauchemars. Rêver de déchirer son âme, briser son esprit et d'attirer hors de son corps toute cette énergie dont le Zabrak débordait. Mal malgré la culpabilité à l'idée de se nourrir d'Eryndal, un frisson d'excitation traverse la sauvage qui se remet à marcher, dénouant doucement la ceinture du peignoir.

« Ou bien... »

Alors qu'elle est dos à lui, Anhesis ouvre doucement le peignoir, le laissant glisser le long de ses épaules, de son dos, suivre la courbe de ses hanches avant de finir échouer sur le sol de la chambre. Il semblerait qu'elle ait opté pour la nuisette, délicats tissus de satin qui se révèle aux yeux du Zabrak et doit sans doute lui rappeler un bon souvenir. La sith esquisse un sourire, elle ne peut pas voir le visage de son maître mais elle sent allègrement son regard posé sur elle et le désir viscérale, presque brutale, qui doit étreindre ses reins.

« Je peux aussi quitter cette chambre, descendre à l'accueil et demander que l'on me fasse monter un repas. J'irais dans cette tenue, laissant le loisir à n'importe qui, de poser les yeux sur moi et de profiter du spectacle, homme ou femme... » Haussement d'épaules. « Quel dommage, j'ai oublié de mettre une petite culotte. »

Affirme Anhesis sur un ton faussement innocent alors que sa main se pose sur la poignée de la porte de la chambre qu'elle abaisse doucement avant de l'entrouvrir, prête à quitter les lieux et s'engouffrer dans le couloir qui menait à l'ascenseur. Visiblement prête à mettre ses paroles à exécution, la terrifiante sœur de l'obscure plisse les yeux, sachant combien son compagnon était jaloux et possessif à l'extrême.




avatar
La Main Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1606

    Crédits galactiques : 474

    Cristaux Kyber : 15

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia (avatar & gifs)

    Disponibilité rp : demandez toujours !

    DC : Kaedwell, Echoy, Jake

    Inventaire : double sabre-laser, lance-fléchettes, droïde de reconnaissance, droïde médical, porg, grumpy cat, motojet, chasseur biplace.

  • Posté le Dim 5 Nov - 23:23

    Message n°1232 (15)

Le zabrak émet un petit claquement de langue de réprobation. « Mauvaise réponse. », susurre-t-il alors qu’elle le menace de lui aspirer son énergie, sans être impressionné le moins du monde. Si Anhesis peut s’amuser à se nourrir sur ceux qu’elle traque au nom du Conseil noir ou du Triumvirat et qui sont bien souvent démunis face à ce type de pouvoir ou de situation, l’affaire s’avèrerait bien plus corsée que de s’essayer à ce pathétique petit jeu avec le zabrak. « Il y a Pel et moi. Et à ta place, j’éviterai d’avoir les yeux plus gros que le ventre, ma douce… Les chiens aboient beaucoup et ne s’aperçoivent du coup de griffe du chat que lorsqu’il est trop tard. », rétorque-t-il avec un certain flegme. Si l’on devait comparer le zabrak à un chat… ce serait plutôt du genre gros félin, mine de rien. Avec une éternelle mine boudeuse en supplément, qui déteste les endroits sales, mais qui n’est pas gêné s’il peut se rouler dans une flaque de sang.

Tournant sur lui-même en suivant la trajectoire d’Anhesis qui s’éloigne en se dandinant, le zabrak croise les bras contre son torse, se masse le menton du bout du pouce. Et un sourire lascif étire ses lèvres alors que le peignoir glisse sur la peau de la jeune femme pour s’écraser à terre, révélant la nuisette ajutée à souhait qui en laisse deviner autant qu’elle en révèle. Les pupilles du Sith se contractent comme un prédateur à l’affût qui détaille sa cible de haut en bas et de bas en haut, en captant le moindre détail et s’abreuvant de la vision, tout en mettant au point l’angle d’attaque. « Ou bien… ? », articule-t-il finalement en s’attendant déjà au pire. Le pire, dans le genre, menacer de se montrer à d’autres et pas à lui, appuyer sur son caractère très (trop) possessif et évidemment, ça ne rate pas. Une moue boudeuse se dessine sur les traits du zabrak, qui tend doucement les doigts en direction de la porte qui se referme. « C’est normal… il n’y avait pas de petite culotte fournie dans la salle de bain. », rétorque-t-il d’un ton suave, tandis qu’une étreinte invisible se serre tout autour d’Anhesis et qu’une force tout autant impalpable la fait glisser en arrière, droit vers le zabrak qui avance à pas lents vers l’écran-holo. « Tu ne voudrais tout de même pas m’abandonner ici alors que tu risques de te perdre dans cet hôtel si grand. », dit-il avec un petit rire.

Relâchant l’afflux de Force alors qu’elle se retrouve dans ses bras, le zabrak la toise de sa hauteur, les cœurs battant, refermant son emprise autour de sa taille. Ses mains glissent dans le bas de son dos, sur la douceur du tissu satiné qui ondule sous ses doigts. Baissant la tête vers elle, son nez frôle la chevelure de jais d’Anhesis, effleure sa tempe puis la courbure de sa mâchoire alors qu’il lui glisse à l’oreille avec un sourire moqueur : « Premier bouton en haut à droite… sur le menu qui s’affiche, première case de la liste… ensuite… » Ses lèvres viennent embrasser la pointe du menton de sa comparse, remontent la ligne de son visage pour se glisser dans le creux de son oreille puis de sa gorge. « … Ensuite tu cliques sur les images des plats qui te plaisent. Mais juste au-dessus, il y a une formule buffet apporté en chambre. » L’une de ses mains remonte le long de la colonne vertébrale d’Anhesis tandis que l’autre se serre un peu plus dans la chair. Posant son front contre celui de la jeune femme, un léger sourire moqueur se dessine sur ses lèvres entrouvertes. « Simple comme bonjour, non ? »





Pokésith, attaquez-les tous !:

avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1261

    Crédits galactiques : 586

    Cristaux Kyber : 64

    Avatar : Sofia Boutella

    Crédits : MedusaNexus

    Disponibilité rp : Non

    DC : Byrhon Gill'losa, Evolet Moo

    Inventaire : - Sabre Laser
    - Couteau
    - Deux Tuk'atas mâles
    - Tenue d'officine du Triumvirat

  • Posté le Lun 6 Nov - 11:26

    Message n°1250 (16)

Le petit jeu mesquin a l'effet désiré mais bien vite, le Zabrak reprend le dessus. La poignée de la porte échappe aux doigts de la femme alors qu'elle se claque fermement. Non il ne la laisserait pas sortir, il se refuse à ce qu'un autre puisse poser les yeux sur elle. Cela en a toujours été ainsi et avec le temps, ce point faible est devenu trop facile à utiliser. Anhesis pivote doucement, prête à affronter le Zabrak au lieu de quoi, la force l'attire soudainement jusqu'à lui qui s'est à son tour rapproché et la voilà qui échoue au creux de ses bras, pressé contre son torse. Un long soupir las passe entre les lèvres de la sith qui lève le nez pour soutenir le regard de son comparse. Déjà l'étreinte se resserre sur son corps, ses mains passent et repassent, caressant ses courbes, les redessinant pour la première fois depuis presque quinze ans. Souffle brûlant sur le derme, baiser suave qui enflamme sa peau, Anhesis est prisonnière entre ses bras alors qu'elle détourne le regard, cherchant à cacher le désir prononcé qui l'assaille et met le feu entre ses cuisses. Maudit soit ce Zabrak ! Il a toujours été plus fort à ce jeu-là... Et elle alors, qu'avait-elle espéré ? Le battre sur son propre territoire ? Sauf si son but avait été attiser un peu plus cette passion dévorante... Et à cette pensée, un sourire sournois étire les lèvres de la femme qui murmurent.

« Simple comme bonjour, oui. »

Mais de quoi parle-t-elle, de la commande des plats ou bien de la facilité avec laquelle avait mis le feu aux poudres pour voir le Zabrak explosé sous l'intensité du désir ? Peut-être un peu des deux. Mais là encore, tout n'était pas gagné car s'il se lançait dans des caresses délicieuses, Anhesis n'avait pas encore la totale certitude qu'il irait jusqu'au bout de ses pensées concupiscentes. Et s'il était pris encore de ce doute ? Il les mauvais souvenirs le hantaient encore ? Alors que son corps tremble à l'ombre de celui du Zabrak, l'exécutrice préfère repousser cette idée qui la mine avant de tendre un bras, ses doigts tremblants pianotant difficilement sur l'holo-écran alors qu'elle tente de se focaliser sur les directives d'Eryndal.

« Je... je te commande... de la ...viande... »

Murmure difficilement Anhesis qui commence à perdre sa prestance. Alors qu'elle se dandine, elle s'échappe des bras du Zabrak, se collant presque au panneau de commande en lâchant un long soupir avant de lever un doigt autoritaire et lâche froidement.

« Un instant ! S'il te plaît.... J'ai... J'ai besoin de reprendre mon souffle et de me concentrer. »

Misère, dans quoi s'était-elle embarqué en tentant d'allumer son maître comme une chaudière ? Même si elle attendait cela depuis bien longtemps, l'idée lui semblait de moins en moins judicieuse au fil des secondes qui s'écoulaient. Commande passé, elle s’écarte lentement, pas à pas, comme se préparant à prendre un mauvais coup alors qu'elle toise le Zabrak, lui tournant autour.

« On va... Calmer le jeu et.... prendre notre repas. D'accord ? » Elle déglutit et le toise, agacée. « Arrête de me fixer comme ça ! »

Finalement elle se laisse tomber sur le lit, assise, le dos voûté avant de plaquer ses mains contre son visage pour étouffer un long grognement. Elle sent comme un animal en cage, acculé devant un prédateur plus féroce qu'elle et cette sensation est particulièrement désagréable.

« Saint Daleth tout puissant ! Tu vas me rendre folle... »

Avoue Anhesis avant relever le visage, soupirant longuement tout en gardant son regard rivé sur le Zabrak qu'elle menace du doigt.

«  N'imagine pas pour autant avoir gagné Eryndal. »

Sa mine lassée et agacée se change rapidement en une moue de plaisir sadique alors qu'elle se lève doucement du lit pour le contourner et ouvrir le tiroir de la table de nuit.

« Oh, pendant que j'y pense... je t'ai acheté quelque chose ce matin. »

La fameuse session de shopping qu'elle avait mentionnée à Daleth. La jeune femme agite un petit sachet cadeau avant de revenir vers le Zabrak d'un pas lent. Expression plus douce au visage, Anhesis ouvre le sachet et la retourne, laissant tomber dans sa paume un bracelet de cuir où une unique perle bleue trônait en son centre, entouré d'une petite armature décorative en métal. Un bijou discret et élégant, dont la pierre bleutée avait cette même nuance que l'océan de Pantolomin. La jeune femme esquisse un sourire, prenant la main du Zabrak avant de venir accrocher le bracelet de cuir à son poignet, chuchotant simplement, l'espoir dans la voix.

« J'espère qu'il te plaira. »




avatar
La Main Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1606

    Crédits galactiques : 474

    Cristaux Kyber : 15

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia (avatar & gifs)

    Disponibilité rp : demandez toujours !

    DC : Kaedwell, Echoy, Jake

    Inventaire : double sabre-laser, lance-fléchettes, droïde de reconnaissance, droïde médical, porg, grumpy cat, motojet, chasseur biplace.

  • Posté le Lun 6 Nov - 13:45

    Message n°1261 (17)

Amusé par la mise en difficulté de sa comparse qui tente tant bien que mal à s’appliquer sur la commande du dîner, le zabrak lâche un petit rire moqueur alors qu’elle parvient à échapper à son étreinte brûlante de désir. Il se redresse, continue de l’observer avec cette lueur érotique qui brille dans son regard, dont la braise semble plus vivace encore qu’à l’accoutumée. Haussant un sourcil visant à la féliciter ironiquement d’avoir réussi à passer la première commande de sa vie, le zabrak esquisse un fin sourire alors qu’il suit Anhesis du regard tandis qu’elle le contourne prudemment. « Te fixer comment ? », rétorque-t-il d’un ton faussement innocent sans pour autant cesser. Serait-elle soudainement mal à l’aise face à ce qui les attendait inéluctablement, elle qui n’avait cessé de vouloir l’entrainer vers ce jeu à pente glissante pendant les quinze dernières années, et qui s’était encore plainte de n’avoir cessé de l’attendre ? Eryndal était connu pour avoir toujours quelque chose à redire ou pour trouver de quoi se plaindre, mais les femmes… c’était bien pire encore.

Laissant planer son regard sur le séjour alors que ses pieds le mènent vers la chambre, où il s’appuie finalement contre l’arche qui marque la séparation entre les deux pièces, le zabrak émet un bref haussement de sourcil en lâchant en guise de commentaire : « Et moi donc… C’est le but. » Et tant que le service de chambre n’était pas encore arrivé pour leur fournir leur repas, tout pouvait encore basculer, n’est-ce pas ? Le temps de préparer et cuire la viande, dresser les assiettes, les monter jusqu’ici… Les lèvres de la Main noire se rehaussent, se parent d’un sourire chafouin qui découvre sa dentition de carnivore. « Il y a des choses pour lesquelles je peux être très patient. », rétorque-t-il d’un ton suave et provocateur. Quinze ans à patienter, à lutter avec ses propres doutes, à se débattre contre ses craintes et ses désirs… il aura fallu ce séjour à l’hôpital, ce moment où il avait frôlé la mort, ces discussions avec Anhesis pour qu’il finisse enfin par s’accepter lui-même, pleinement. Si bien que même son sommeil habituellement agité s’en était trouvé plus calme. Presque plus apaisé, d’une certaine manière.

Une lueur de curiosité éclairant ses traits tatoués, le zabrak approche de la jeune femme qui a sorti un petit paquet. Encore un cadeau ? Décidément… il doit se sentir le zabrak le plus gâté du monde. Ou presque. Penchant légèrement la tête sur le côté pour observer le bijou qui se révèle à leurs yeux, un petit sourire se dessine sur ses lippes tandis qu’il se perd quelques secondes à la contemplation de la pierre. « J’aime… », murmure-t-il alors qu’il tend la main pour mieux voir l’effet que le bracelet faisait en décorant son poignet. « Tu sais ce qui me plait encore plus ? …Le fait que tu aies bien voulu mettre cette nuisette. », ajoute-t-il avec sincérité. Pas habitué du tout à porter le moindre ornement en dehors de ses cornes et de son sabre laser, de même que voir un zabrak d’une telle stature porter un bijou devait sembler assez étrange de prime abord, Eryndal apprécie pourtant le geste tout comme l’aspect discret, sobre et à la fois élégant du présent. Relevant les yeux vers Anhesis, le Sith abaisse sa main qui vient frôler celle de la jeune femme, s’enroulant autour de ses doigts pour s’en emparer, la monter à hauteur de son torse. Avec douceur, il dépose un baiser sur le dos de la main de son aimée, plissant légèrement les paupières alors qu’il esquisse un sourire curieux.

« Ça fait tout de même beaucoup de cadeaux, en quelques temps… », laisse-t-il échapper avec son air chafouin favori, lui caressant les doigts avec légèreté, du bout de son épiderme. Avançant d’un pas qui oblige Anhesis à reculer un peu vers le lit, il hausse un sourcil, qui a l’air tout sauf déçu. « Toujours pas de diner à l’horizon… je suis sûr qu’on a le temps de s’amuser un peu. », la taquine-t-il en déposant une caresse volatile du pouce sur le bout de son menton alors qu’à nouveau, il approche son visage de celui de la jeune femme, respirant son parfum comme si c’était un besoin vital, son front et son nez se perdant dans la chevelure noire de sa sauvageonne.





Pokésith, attaquez-les tous !:

avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1261

    Crédits galactiques : 586

    Cristaux Kyber : 64

    Avatar : Sofia Boutella

    Crédits : MedusaNexus

    Disponibilité rp : Non

    DC : Byrhon Gill'losa, Evolet Moo

    Inventaire : - Sabre Laser
    - Couteau
    - Deux Tuk'atas mâles
    - Tenue d'officine du Triumvirat

  • Posté le Lun 6 Nov - 16:45

    Message n°1275 (18)

Le présent a fait mouche et Anhesis s'en félicite intérieurement. Ce n'était pas le premier cadeau qu'elle lui faisait mais c'était sans doute le premier qu'il pouvait porter avec lui chaque jour et en toute discrétion. Et puis, ce serait un beau souvenir de cette planète paradisiaque. Alors quand la main du Zabrak vient à la rencontre de la sienne, la jeune femme baisse les yeux, observant leurs doigts qui s'entrelacent avant qu'il n'attire à lui cette main si fine en comparaison de la sienne pour en embrasser le dos. Docile, l'exécutrice laisse échapper un soupir avant de murmurer.

« Je n'ai plus l'habitude de la douceur Eryn... J'avais oublié qu'il t'arrivait d'être tendre, parfois... Et l'effet que cela me faisait. »

Depuis tout ce temps à arpenter les ombres, à se gaver de noirceur avec pour seule réelle compagnie qu'une entité obscure qui la rongeait jusqu'à l'âme. Chaque geste de la part d'Eryndal est comme un baume sur ses plaies. Pas à pas, elle recule, soutenant le regard de son compagnon avant que son visage ne vienne se glisser contre sa gorge et sans attendre, Anhesis l'enlace, passant ses bras autour de ses épaules, glissant ses mains sur sa nuque. Elle le serre tout contre elle, fermant les yeux et hume son odeur. Elle s'abandonne dans ses bras, se fichant qu'il fantasme sur une nuisette idiote, se fiche que le repas tant désiré soit en retard. Il n'y a que lui. Lui et ce besoin viscéral, obsessionnel presque, de le serrer tout contre elle.

« Serre-moi... »

Le supplie-t-elle à voix basse alors qu'elle se hisse sur la pointe des pieds pour l'étreindre un peu plus fort mais toujours avec l'ardente tendresse qu'elle n'a toujours eu que pour lui. À son tour la sauvage vient presser ses lèvres contre sa mâchoire, mordillant son derme alors qu'elle cherche désespérément à atteindre sa bouche. Et voilà qu'elle y parvient, plaquant ses lèvres contre les siennes, lui dérobant sa langue amoureusement. Un baiser farouche bien plus parlant que des mots et qui se brise dans un soupir alors que dans les bras du Zabrak, Anhesis cambre les reins. Son corps entier est en feu alors que le désir l’enivre plus fort plus vite à chaque seconde et l'empêche de penser et raisonner clairement. D'un mouvement brusque et fluide, la jeune femme pivote et envoie le Zabrak tomber sur le lit avant de grimper sur lui à califourchon puis lui voler un second baiser, toujours avec cette même ardeur qui caractérise si bien son côté animal. Finalement elle redresse le buste, reprenant son souffle et soutient le regard de son compagnon avant de lâcher, essoufflée.

« Avant d'aller plus loin... je veux que tu me dises ce que je suis. » Elle inspire, soutenant son regard. « Ce que je suis pour toi. Ce que je serais après ça. Je veux que tu me dises que je serais la seule... Plus de twi 'lek, plus d'amantes qui se faufile chez nous ou toi qui sors en douce le soir... Il n'y a plus que toi et moi. Jure-Le ! » Clame-t-elle elle plaquant ses mains sur le torse du Zabrak pour l'empêcher de se redresser alors que l'émotion brise à nouveau sa voix. « Jure que je serais la seule que tu aimeras... Dis-le-moi, Eryn... Dis-le... Que tu n'aimes que moi... Que tu n'as besoin que de moi... »




avatar
La Main Noire
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1606

    Crédits galactiques : 474

    Cristaux Kyber : 15

    Avatar : Ben Schamma

    Crédits : sophia (avatar & gifs)

    Disponibilité rp : demandez toujours !

    DC : Kaedwell, Echoy, Jake

    Inventaire : double sabre-laser, lance-fléchettes, droïde de reconnaissance, droïde médical, porg, grumpy cat, motojet, chasseur biplace.

  • Posté le Mar 7 Nov - 14:59

    Message n°1335 (19)

Alors qu’Anhesis lui enlace la nuque, le zabrak glisse ses bras musculeux autour de sa taille si fine, laisse ses mains se faufiler le long de ses courbes graciles. Les mots lui deviennent inutiles, l’expression taquine sur son visage disparaît, remplacée par un furtif éclair de surprise alors que la jeune femme s’empare brusquement de ses lèvres pour un baiser langoureux avec la langue. Ou avait-elle appris ça, mystère. Ils ne s’étaient embrassés qu’une seule fois, bizarrement, et avaient été interrompus alors que la chose prenait de l’ampleur. Encore un drôle de souvenir… Son souffle brûlant se mêlant à celui d’Anhesis, le zabrak esquisse un petit sourire en coin alors qu’il joue avec sa langue, mordille ses lèvres comme on savoure sa pâtisserie préférée. Ses doigts serrent la chair de son aimée alors qu’elle se plaque tout contre lui, tandis qu’au creux de son buste, ses cœurs se mettent à battre avec plus de puissance, soulevant sa poitrine avec davantage de force.

Renversé en arrière sur le lit, le zabrak sent ses lèvres se retrousser en un sourire lascif alors qu’elle le chevauche, un frisson d’excitation lui glaçant la moelle épinière avant de brûler son bas-ventre. Ses mains remontant le long des cuisses d’Anhesis, glissant sur le tissu satiné puis se figent soudainement au niveau de ses hanches. Ah, les discours, c’était ce qu’il y avait de pire dans ce genre de moments. Relevant les yeux sur Anhesis, son visage se mue en une expression contrariée et frustrée. Dans un soupir, le zabrak songe que les engagements sont les pires des tue-l’amour qu’il était possible d’imaginer. « Parce que tu en doutes ? », souffle-t-il en fronçant légèrement les sourcils. « Je n’ai jamais aimé que toi. Et je n’aimerai que toi. Toujours et à jamais. » Ses doigts parcourent l’échine de la jeune femme, s’échouent autour de ses épaules pour les presser et l’obliger à se plaquer contre lui pour lui murmurer à l’oreille sur un ton féroce : « Les twi’leks… les autres… elles ne sont rien… parce qu’il n’y a que toi que j’ai toujours voulu et qui a toujours compté à mes yeux. »

Tournant le visage pour frôler la mâchoire d’Anhesis du bout des lèvres, le zabrak clos le sujet par un baiser ardent, mêlant à la fois cet élan langoureux et cette sauvagerie qui caractérisent si bien leur relation. Alors qu’il l’embrasse à en perdre haleine, Eryndal pivote brusquement sur le côté, faisant basculer la jeune femme sur le matelas et se retrouvant en partie sur elle. Il se redresse sur un coude et d’un geste prompt, se débarrasse de son haut. Partant à l’assaut de la naissance de la gorge d’Anhesis, il y a une de ses mains qui vagabonde tout sauf innocemment le long de son buste, glissant jusqu’à l’aube d’une jambe, pour commencer à remonter le bord de la nuisette et s’égarer dangereusement entre ses cuisses. La braise de son regard se fixe alors au regard d’Anhesis, faisant penser à celui d’un félin caché dans les fourrés, prêt à bondir sur sa proie. « Maintenant, mon amour, tu vas regretter de t’être adressée à moi comme à un chien. Et j’arriverais bien à t’arracher un « je t’aime » dans toutes les langues de la galaxie. », gronde-t-il alors qu’un sourire aguicheur et mauvais à la fois se plaque sur ses lèvres. C’est une longue et impitoyable torture qu’il va lui imposer, usant de sa longue expérience et de cette passion qui le ronge depuis si longtemps pour lui faire se repentir d’avoir osé douter un seul instant qu’il pourrait en aimer une autre comme il l’aime elle : avec cette folie, cette volupté et cette absence de retenue qui vont les enflammer jusqu’à noyer chaque cellule de leurs corps.

Le lendemain matin. Le réveil est long et difficile tant le peu de sommeil a été lourd, apaisé, détendu. Dans ses bras, le corps d’Anhesis blotti tout contre le sien, nus tous deux à la caresse du jour. Le souffle lent et ample, le zabrak revient à lui, frissonne doucement de ce contact peau contre peau, ressentant la chaleur qui se diffuse lentement du corps de son aimée contre la sienne. Alors qu’il effleure l’arrondi de son épaule et le bras en une tendre caresse, Eryndal aperçoit, sur la table de chevet, son holocom qui clignote doucement une lueur rouge, signe d’un message d’une personne prioritaire. Probablement Daleth. Il tend la main pour s’en emparer, dépose un baiser léger sur la gorge d’Anhesis encore assoupie et s’extraie du lit, sans prendre la peine de s’armer du moindre vêtement pour rejoindre la salle de bain et y prendre une douche rapide à l’eau fraiche dont le passage sur sa peau provoque le frémissement agréable de chacun de ses muscles quelques peu étirés. Une serviette nouée autour de sa taille, la Main noire, les idées un peu plus claires, ouvre enfin son canal de messagerie et y aperçoit effectivement un mot de Daleth.

Daleth. – Alors, ça y est, c’est fait ?

Le zabrak ne sait pas s’il doit se sentir interloqué par la question ou s’en amuser. Depuis le temps que le Seigneur noir lui cassait les pieds avec ça… Rapidement, sur le clavier holographique, il tapote sa réponse, et bien vite, Daleth, en bon Seigneur noir ultra connecté continue son interrogatoire.

Eryndal. – C’est très bizarre d’avoir ce genre de message. Mais ouais, ça y est.
Daleth. – J’espère que t’as fait ça bien comme il faut et pas comme un gros sauvage sur le canapé !
Eryndal. – … Non mais ça va oui ! Vous n’aurez qu’à demander directement à la concernée.
Daleth. – Totale absence d’humour… J’en conclue que tu viens à peine de te lever. Je parie que vous avez fait ça toute la nuit, bande de cochons. J’espère au moins que t’es sorti couvert.
Eryndal. – …Et merde, putain, je savais que j’avais oublié un truc dans ma checklist. Oh le con…
Daleth. – Mes pauvres yeux innocents… lalala, je ne vois pas tous ces mots fleuris ! Pourquoi ça ne m’étonne pas ! Je vais enfin avoir un peu d’animation qui changera de vos engueulades avec la petite crevette à naitre.
Eryndal. – QUOI ?
Daleth. – Je vais enfin être grand-père ! Enfin, façon de parler bien sûr…
Eryndal. – ARRETEZ VOS CONNERIES C’EST PAS DROLE !!
Daleth. – Ça t’apprendra à oublier les préservatifs, tête de nouille ! Ce qui devait arriver, arriva !
Eryndal. – Et d’où vous pondez ça d’abord ?
Daleth. – A ton avis, la méditation divinatoire ça sert à quoi ? Se curer le nez en toute discrétion ?
Eryndal. – Je veux pas y croire. Je veux pas y croire ! C’est sûrement pour dans longtemps ! Très longtemps, une vision qui vient de très très loin !
Daleth. – Impossible à dire, en attendant, si ce n’était pas la nuit dernière, ça sera cette nuit, ou la suivante ou toutes celles qui suivront, alors ça ne change pas grand-chose. Profite bien de tes vacances pédagogiques…
Eryndal. – Je déteste vos blagues. 
Le zabrak éteint l’holocom dans un long soupir. Agacé, mais aussi peu rassuré. L’humour du Seigneur noir était grinçant à souhait mais il ne sait même pas, pour le coup, s’il plaisantait ou s’il avait bien eu cette fichue vision. Plaquant une paume contre son front, il lève les yeux au ciel en grognant, pour finalement sortir de la salle de bain. Plus jamais il ne répondrait aux messages de Darth Daleth. Jamais.





Pokésith, attaquez-les tous !:

avatar
Lord Sith
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Arrivé(e) le : 15/08/2017

    Messages : 1261

    Crédits galactiques : 586

    Cristaux Kyber : 64

    Avatar : Sofia Boutella

    Crédits : MedusaNexus

    Disponibilité rp : Non

    DC : Byrhon Gill'losa, Evolet Moo

    Inventaire : - Sabre Laser
    - Couteau
    - Deux Tuk'atas mâles
    - Tenue d'officine du Triumvirat

  • Posté le Mar 7 Nov - 17:23

    Message n°1345 (20)

Difficile de résister à la tentation alors qu'elle le sent là, coincée entre ses cuisses. La férocité dans les paroles et le regard du Zabrak que font qu'exciter un peu la créature sauvage qui le chevauche alors qu'il l'attire plus fort contre lui, promettant son amour depuis toujours. Yeux dans les yeux, Anhesis esquisse un sourire victorieux avant d'être à son tour renversé sur le dos, embrassé et taquiné du bout des doigts, des lèvres et à portée de langue avant de souffler.

« Si tu me punis comme ça chaque fois que je suis vilaine... je vais m'octroyer plus souvent le droit d'être vilaine. »

Promit-elle à demi avant de répondre au nouveau baiser d'Eryndal qui retirait son haut avant de venir remonter la nuisette de sa compagne qui s'abandonne entièrement à lui pour une nuit tout entière. Entre baiser interminable, caresses pressantes et étreintes tendres, Anhesis apprend bien vite et à ses dépens, ce qu'il advient des vilaines filles qui excitent leur compagnon sans ménagement. Au prix d'intenses sensations encore jamais éprouvées, la jeune femme viendra à réclamer deux autres fois, ce traitement de faveur avant de finir par souffler à l'oreille de son aimé, au moment où le sommeil l'envahit.

« Je t'aime... »

La nuit lui a semblé aussi longue que courte. Anhesis avait cette douce impression de flotter dans la ouate, de se laisser porter par les vagues du bord de mer de Pantolomin. Mais rien de tout cela, ce n'était qu'un lit dans lequel et jonchait, apaisé, au creux des bras de son mentor et compagnon. Alors qu'il émerge tranquillement de son repos, le sauvage reste vautré dans une torpeur infernale, l'esprit vaporeux et vaquant à ces quelques souvenirs probablement, issue de cette nuit mouvementée. Dans un soupir elle se retourne dans son sommeil alors qu'Eryndal échappe à ses bras pour se faufiler hors du lit. Ce sera finalement le son de la douche, de doux bruit de l'eau qui coule, qui tirera la jeune femme de son sommeil. Vivement agressé par les rayons du sommeil, Anhesis étouffe un feulement en roulant elle-même avant de lourdement tomber du lit et s'étaler sur le sol. La chute lui arrache un grondement sourd alors qu'elle relève le visage puis le buste. Le faciès dépassant à peine du lit, elle observe la fenêtre un œil curieux alors que le soleil l'éblouit une fois de plus et seulement à cet instant, elle remarque l'absence de la main noir. Ses yeux sombres scrutent la petite pièce avant qu'elle ne pivote le visage et ne se redresse en tirant la couverture qu'elle jette négligemment sur le lit. Elle s'apprête à rejoindre la salle de bain quand son comparse en sort et le heurte dans un sursaut qui lui arrache un rire amusé.

« Bonjour... »

Ronronne Anhesis, toute lovée contre son amoureux qu'elle dévore du regard. Alors que ses doigts passent doucement sur les hanches du Zabrak qu'elle prend plaisir à toucher, redécouvrant son corps caché par une simple serviette, la belle lève les yeux vers lui avant de se hisser sur la pointe des pieds pour poser tendrement ses lèvres sur les siennes.

« Tu as ta tête de boudeur... Je pensais pourtant que la nuit avait été agréable. » Elle soupir, effleurant la pointe de son nez du sien. « Tu veux un autre câlin... ? J'ai encore un peu faim. » Minaude-t-elle, gourmande, ivre de caresse et visiblement par suffisamment rassasiée.




Contenu sponsorisé
  • Personnage
  • Informations
  • Options
  • Posté

    Message n°0 (21)

[Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Star Wars Ascension » Au coeur de la Galaxie » Les mondes du Noyau